Mot-clé : romarin

Enfin décembre!

Je me réjouis de commencer ce mois de décembre. J’avoue que j’étais impatiente d’entamer ce mois et de pouvoir parler des fêtes. Je trouve qu’on entend parler de Noël de plus en plus tôt et que l’on oublie le mois de novembre. Novembre n’est pas qu’un mois de plus pour penser aux fêtes, mais aussi une période pour profiter de la fin de l’automne et de l’arrivée de la neige dans certains lieux. C’est pourquoi vous n’entendez pas parler de Noël sur mon blog avant le 1er décembre.

Pourtant, j’espère bien réussir à vous préparer un calendrier de l’Avent, mais ce n’est pas pour cette fois. J’ai quand même pris le temps d’en réaliser un pour Mini-nous en me basant sur cette image. Je suis tombée sous le charme de ces petites montagnes en carton. Par contre, au moment où je l’ai réalisé, impossible de trouver un gabarit et j’ai passé beaucoup plus de temps que je l’espérais pour le concrétiser. Si l’idée vous plaît, je viens de trouver ce gabarit. Pour autant, je ne vous oublie pas et je pense publier un peu plus d’articles que de coutume.

En attendant, je vous propose une recette de poitrine de veau qui est parfaite pour recevoir et découvrir cette pièce de viande. J’ai pris cette recette dans le magazine de Ricardo volume 10, numéro 8.

Roulé de veau braisé
Roulé de veau braisé
Pour 4 à 6 personnes

700 g de flanc ou de poitrine de veau désossé
¼ de cuillère à thé de romarin frais ciselé
¼ de cuillère à thé de thym frais ciselé
¼ de cuillère à thé d’origan frais ciselé*
1 gousse d’ail
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
½ tasse ou 125 g de vin blanc
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet**
Sel et poivre

Préchauffer le four à 150°C (300°F).

Hacher l’ail et l’oignon. Déposer l’ail dans un bol et y ajouter le romarin, le thym et l’origan.

Sur un plan de travail, déposer la poitrine de porc à plat en plaçant le côté gras en-dessous. Répartir le mélange d’ail et d’herbes. Saler et poivrer. Rouler la poitrine sur elle-même en serrant bien et attacher à l’aide de ficelle de boucher.

Dans une grande casserole allant au four ou une cocotte, verser l’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, dorer le roulé sur tous les côtés. Saler et poivrer. Retirer la viande de la casserole et la réserver sur une assiette.

Dans la même casserole, faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit tendre. Saler et poivrer. Déglacer avec le vin et laisser mijoter pendant 1 minute.

Remettre la viande dans la casserole et ajouter le bouillon de poulet. Couvrir et enfourner pendant 3 heures ou jusqu’à ce que la viande soit très tendre. Au besoin, ajouter un peu d’eau pendant la cuisson. Il devrait toujours y avoir 2,5 cm (1 pouce) de liquide dans le fond de la casserole.

Trancher le roulé et servir avec le jus de cuisson dégraissé. Déguster avec plaisir.

*Personnellement, je préfère utiliser de l’origan séché.
**Vous pouvez remplacer le bouillon par de l’eau tout simplement.

Et vous, avez-vous un calendrier de l’Avent?

Entre froid et chaud…

Entre le début de la semaine et la fin de semaine, la météo s’est grandement améliorée. Nous avons eu droit à beaucoup de pluie qui se transformait en neige par intermittence. Alors que pour les derniers jours, nous avons eu droit à du soleil qui nous a permis de bien profiter de l’extérieur. Dans le coin, j’ai bonne espoir que le temps s’améliore et demeure. Par contre, je sais que ce n’est pas nécessairement le cas au Québec…

Alors avant qu’il ne fasse trop chaud pour vous en parler, je vous propose une recette de ragoût. Je me suis inspirée d’une recette de Ricardo issue de son magazine volume 13, numéro 3.

Ragoût de boeuf à la crème et aux petits pois
Ragoût de boeuf à la crème et aux petits pois
Pour 4 personnes

450 g de cubes de boeuf à ragoût
1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 oignon
1 tasse ou 250 g de vin blanc
2 tasse ou 500 g de bouillon de boeuf
2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
½ cuillère à thé de romarin séché
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1½ tasse ou 225 g de petits pois surgelés
3 cuillères à soupe ou 45 g de crème à cuisson
  ou de demi-crème
Sel et poivre

Hacher l’oignon.

Dans un chaudron, verser l’huile. Quand le corps gras est chaud, saisir les cubes de viande de tous les côtés : procéder en plusieurs fois si nécessaire. Saler et poivrer. Retirer les cubes de viande du chaudron et les réserver sur une assiette.

Ajouter l’oignon dans le chaudron et le cuire jusqu’à ce qu’il commence à dorer. Déglacer avec le vin et laisser réduire d’un tiers. Remettre la viande dans le chaudron et ajouter la moutarde à l’ancienne ainsi que le romarin. Verser le bouillon de boeuf. Porter à ébullition et baisser le feu. Laisser mijoter pendant 2 heures.

Délayer la fécule de maïs dans la crème.

Ajouter les petits pois et la préparation de crème dans le chaudron. Poursuivre la cuisson pendant 4 minutes. Rectifier l’assaisonnement et servir sans attendre. Déguster avec plaisir sur un lit de pâtes ou avec des pommes de terre.

Et vous, voyez-vous le printemps arriver?

Des photos pas top…

J’ai constitué une jolie réserve de photos de recette. Malheureusement, la réussite n’est pas toujours au rendez-vous : prise trop vite, mauvaise lumière, distraction de la photographe, etc. Il est tellement facile de rater des photos. Après vient toujours l’hésitation : est-ce que j’utilise telle ou telle photo? Je sais que je me suis améliorée depuis le début de mon blog, mais je suis encore bien loin d’avoir une maîtrise de mon appareil. Ça m’enrage un peu quand je veux vous présenter une recette, mais que les photos ne sont pas à mon goût. Souvent, je laisse tomber et je vous propose une autre recette, mais certaines recettes me font hésiter.

Aujourd’hui, c’est le cas : je n’aime pas mes photos, mais j’ai vraiment un agréable souvenir de cette recette. Je vous propose donc une recette de côtelettes d’agneau. J’ai déniché cette recette sur le site de Sandra, Cuisine Addict.

Côtelettes d'agneau à la moutarde et aux herbes
Côtelettes d’agneau à la moutarde et aux herbes
Pour 4 personnes

12 côtelettes d’agneau
1⅔ tasse ou 200 g de chapelure
1 citron ou 2 limes pour le zeste
1 cuillère à soupe d’herbes fraîches ciselées (ciboulette,
  basilic, romarin, persil, menthe, etc.)
3 cuillères à soupe de farine
3 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
1½ cuillère à soupe de miel
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Dans un petit bol, mélanger la moutarde et le miel.

Dans un second bol, mélanger la chapelure, le zeste de citron (ou des limes) et les herbes fraîches. Saler et poivrer au goût.

Verser la farine dans une assiette. Enfariner les côtelettes d’agneau en veillant à retirer l’excédent de farine. Badigeonner chaque côtelettes avec le mélange de moutarde et de miel, puis les enrober avec la chapelure aux herbes. Réserver au frais pendant 30 minutes*.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, cuire les côtelettes pendant 2 à 3 minutes de chaque côté. Servir et déguster avec plaisir.

*Il est possible d’omettre cette étape.

Et vous, comment vous en tirez-vous en photographie?

Même référence…

Depuis quelques jours, j’essais de varier les sources des recettes que je fais. J’ai constaté que je cuisinais beaucoup de Ricardo. Il faut dire que j’avais relevé plusieurs recettes dans ses derniers magazines et que quand je manquais d’inspiration, j’allais systématiquement consulter son site pour dénicher une recette prête en moins de 30 minutes. Par ailleurs, j’ai fait une autre découverte dernièrement : pour recevoir, j’ai tendance à faire des recettes des livres de Jean-François Plante! Maintenant que j’ai fait ces constats, je suis entrain de varier mes sources… Je ne peux pas vous proposer uniquement des recettes de ces cuisiniers : il faut bien que vous les découvriez par vous-même!

J’avoue, aujourd’hui, je vous propose quand même une recette de Jean-François Plante qui a été fort appréciée par mes invités. Il faut dire qu’en matière de braisé, il est une vrai référence et qu’en suivant ces recettes, on obtient toujours des viandes tendres qui s’effilochent d’elle-même. Cette fois, je vous propose un osso buco de porc braisé tiré de son livre Bistro Bistro.

Osso buco braisé
Osso buco de porc braisé
Pour 4 personnes

1 tasse ou 120 g de farine
1 cuillère à soupe d’herbes de Provence*
1 cuillère à soupe de moutarde en poudre
2 cuillères à thé de sel d’ail**
8 tranches de jarrets de porc***
1 cuillère à soupe de beurre
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
100 g de lardons ou 4 tranches épaisses de bacon
  coupées en dès
4 gousses d’ail pelées
1 tasse ou 250 g de vin blanc
3 tasse ou 750 g de bouillon de poulet ou de fond de veau
3 branches de romarin frais
Sel et poivre

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger la farine, les herbes de Provence, la moutarde en poudre, le sel d’ail, le sel et le poivre. Enrober de ce mélange les tranches de jarrets de porc.

Dans un chaudron allant au four, faire chauffer le beurre et l’huile d’olive. Ajouter les lardons (ou le bacon) et le faire revenir pendant 3 à 4 minutes. Ajouter les gousses d’ail et les faire revenir jusqu’à ce qu’elles soient dorées. Retirer les lardons et l’ail du chaudron et réserver.

Dans le même chaudron, faire saisir la viande pendant 5 à 7 minutes de chaque côté. Au besoin, ajouter de l’huile et du beurre. Quand les tranches de jarrets sont bien colorées, les retirer du chaudron et les réserver.

Dans le chaudron, ajouter 3 cuillères à soupe de la préparation de farine qui a servi à enrober la viande. Cuire pendant 3 minutes en brassant régulièrement. Déglacer avec le vin et laisser réduire de moitié. Verser le bouillon de poulet (ou le fond de veau) et chauffer 5 minutes. Déposer dans le chaudron, les tranches de jarrets de porc, les lardons, les branches de romarin et l’ail. Porter à ébullition, couvrir et enfourner pendant 2 heures. Servir deux tranches de jarrets par personne et accompagner d’un gratin ou d’une purée de pomme de terre.

*Si vous n’avez pas d’herbes de Provence, il suffit de les remplacer par un mélange de thym, de romarin, de marjolaine, de sarriette et de basilic.
**Si vous n’avez pas de sel d’ail, remplacez-le par un mélange de poudre d’ail et de sel.
***Mon plat de cuisson ne pouvait pas contenir plus de viande, mais vous pouvez augmenter la quantité de jarret à 12 tranches. Dans ce cas, il suffit de faire revenir 4 cuillère à soupe de préparation de farine (qui sert à épaissir la sauce) et d’ajouter 1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet en plus.

Et vous, est-ce que vous avez du mal à varier vos sources par moment?

Pour l’année prochaine…

Je n’ai pas encore repris la route vers ma cuisine… surtout en ce qui concerne le salé. J’ai beaucoup d’envies pour ce qui se rapportent à la pâtisserie et à la boulangerie, mais pour les repas de tous les jours, j’opte encore pour des trucs simples et classiques. D’un autre côté, je me dis que je peux bien attendre l’année prochaine pour expérimenter de nouvelles recettes salées…

Pour conclure l’année, je vous propose une recette de magret de canard aux pêches. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 1, numéro 5.

Canard aux pêches
Magret de canard aux pêches
Pour 3 personnes

1 magret ou 1 poitrine de canard d’environ 350 g
1 échalote
3 pêches pelées ou 6 demi-pêches dans le sirop
⅓ de tasse ou 80 de cidre de glace ou de vin blanc*
1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet ou de demi-glace
  (ou sauce de rôti liée)
2 cuillères à soupe ou 30 g de crème à cuisson
  ou de demi-crème
½ cuillère à thé de romarin séché
Sel et poivre

Préchauffer le four à 70°C (150°F).

Couper les pêches en quartiers. Hacher finement l’échalote.

Avec un couteau, quadriller la peau du magret de canard en évitant de toucher la chair. Griller à feu doux le magret de canard pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que le gras soit croustillant. Retirer l’excédent de gras de la poêle pendant la cuisson du magret. Augmenter un peu le feu et retourner le magret de canard, cuire environ 2 minutes. Saler et poivrer. Réserver le magret dans le four préchauffé.

Retirer l’excédent de gras de la poêle et y faire revenir l’échalote. Déglacer avec le cidre de glace (ou le vin blanc), puis laisser réduire de moitié. Ajouter le bouillon de poulet (ou la demi-glace), les quartiers de pêches, la crème et le romarin séché. Laisser mijoter à feu doux pendant 5 minutes. Saler et poivrer au goût.

Trancher le magret de canard et le servir nappé de sauce.

Bonne année 2013!