Mot-clé : crème sure

Expansion ou compression du temps?

Demain était censé être une journée tranquille : à mon programme, je n’avais qu’une tâche de planifiée. Cependant, cette journée tranquille s’annonce beaucoup plus mouvementée qu’à l’origine. Une tâche en appelant une autre, la liste des choses à faire s’allonge. Les trucs à réaliser se logent les uns après les autres dans cette journée de jeudi. Je me demande encore si je vais arriver à tous faire… probablement pas et évidemment, des tâches seront reportées. Comment fait-on pour vouloir faire mille et une choses dans un laps de temps toujours trop restreint?

Aujourd’hui, je vous propose un gâteau qui accompagne bien le thé ou le café, parfait pour prendre une pause. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 11, numéro 3.

Gâteau à thé aux pacanes et aux biscuits
Gâteau à thé aux pacanes et aux biscuits
Pour 8 personnes

Crumble
½ tasse ou 60 g de pacanes ou de noix de pécan
  concassées
½ tasse ou 50 g de chapelure de biscuits Graham
  ou speculoos*
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé, tempéré

Gâteau
1 tasse ou 130 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé, tempéré
⅔ de tasse ou 132 g de cassonade ou de sucre roux
1 oeuf
1 cuillère à thé d’extrait de vanille (facultatif)
½ tasse ou 125 g de crème sure ou de demi-crème acidulée
1 pincée de sel

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Beurrer et chemiser d’une bande de papier parchemin un moule rectangulaire d’environ 13 cm par 23 cm (5 pouces par 9 pouces).

Crumble
Dans un bol, mélanger les pacanes (ou noix de pécan), la chapelure de biscuits (Graham ou speculoos) et la cassonade. Ajouter le beurre et mélanger juste assez pour que les ingrédients secs soient humectés et collent ensemble sous la pression des doigts. Réserver.

Gâteau
Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique) et le sel.

Dans un autre bol, fouetter le beurre avec la cassonade (ou le sucre roux) et l’extrait de vanille. Ajouter l’oeuf et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Incorporer les ingrédients secs en alternant avec la crème sure (ou demi-crème acidulée).

Verser la moitié de la pâte dans le moule. Répartir la moitié du crumble sur la pâte. Couvrir avec le restant de pâte. Saupoudrer le restant de crumble sur le gâteau. Enfourner et cuire pendant 50 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir 5 à 10 minutes avant de démouler. Si possible laisser tiédir le gâteau sur une grille à pâtisserie. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez utiliser les biscuits de votre choix. Il est même possible d’utiliser des biscuits Graham maison.

Et vous, avez-vous trouvé la solution pour faire un maximum de chose en un minimum de temps?

Assaut au parc

Avec mini-nous, j’aime beaucoup aller au parc : il n’est pas très loin, il est à côté d’une épicerie et offre plus de divertissement que l’air de jeu du coin où nous résidons. Le plus étonnant, c’est que malgré sa situation, nous sommes régulièrement les seuls occupants. Jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais vu plus de dix enfants dans ce lieu. Aujourd’hui lorsque nous sommes passés, il y avait beaucoup plus d’enfants que d’ordinaire. Ça chahutait gentiment, des cris fusaient de toutes parts et ça courait dans tous les sens. Bref, le parc était pris d’assaut. Par curiosité, je me suis mise à compter les enfants… il y en avait 28! Et tous ces enfants se partageaient un toboggan, une balançoire et une balançoire-trébuchet…

Après une excursion au parc, rien de mieux qu’une petite collation et pourquoi pas un muffin. Il y avait bien longtemps (ou plutôt une éternité) que je n’avais pas fait de muffins. Le hasard a voulu que j’aie des bleuets et des poires, c’est donc naturellement que j’ai opté pour cette recette que j’ai vue sur le site de Trois fois par jour.

Muffins aux bleuets et aux poires
Muffins aux bleuets et aux poires
Pour 12 muffins

1 poire
1 tasse ou 130 g de farine
½ tasse ou 65 g de farine de blé entier*
½ tasse ou 100 g de sucre
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
1 pincée de sel
2 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 oeuf
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre fondu
½ tasse ou 125 g de lait ou de boisson végétale au choix
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
¼ de tasse ou 62 g de crème sure ou de demi-crème
  acidulée**
1 tasse ou 150 g de bleuets (ou myrtilles) frais***

Préchauffer le four à 190°C (375°F). Garnir un moule à muffin de caissettes en papier ou beurrer les alvéoles.

Éplucher, épépiner et couper en dés la poire.

Dans un bol, mélanger la farine, la farine de blé entier, le sucre, la cassonade (ou le sucre roux), le sel et la poudre à pâte.

Dans un autre bol, fouetter l’oeuf avec le beurre fondu, le lait, l’extrait de vanille et la crème sure (ou demi-crème acidulée). Verser le mélange sur les ingrédients secs. Mélanger brièvement jusqu’à ce que l’ensemble des ingrédients soient humides. Incorporer les bleuets (ou les myrtilles) et les dés de poire.

Remplir les alvéoles du moule à muffin avec la pâte. Enfourner et cuire pendant 20 à 25 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du muffin en ressorte propre. Laisser tiédir avant de déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez ne mettre que de la farine de blé régulière (ou tout usage).
**Je n’avais pas de crème sure (ou demi-crème acidulée) sous la main, alors j’ai mis de la double crème de Gruyère… On peut remplacer la crème sure par du yogourt ou de la crème ou de la crème additionnée d’un peu de jus de citron (ou de vinaigre).
***Il est possible de prendre des bleuets (ou myrtilles) surgelés. Dans ce cas, ajouter les bleuets encore gelés dans la pâte. Avec les fruits congelés, la pâte à muffin prendra une teinte bleutée.

Et vous, fréquentez-vous les parcs?

Profiter de l’extérieur

En fin de semaine, nous avons décidé de nous réapproprier le balcon. Des fleurs ont pris place dans divers pots, des herbes fraîches ont été plantées et le potager a été semé. Il nous reste juste à penser à arroser et espérer que les semences donneront une belle récolte. Cependant, le balcon reste assez dégarni et nous réfléchissons à compléter notre ameublement extérieur qui se compose actuellement d’une table et de deux chaises… Nous avons vu quelques ensembles, mais rien ne nous a totalement convaincu. Les prochains magasins à prospecter nous demandent un peu plus de déplacement et de planification. En attendant la suite, je prévois une autre séance de magasinage pour acheter quelques jouets d’extérieur pour mini-nous qui réclame régulièrement d’aller dehors même quand il pleut…

Aujourd’hui, je vous propose une belle recette de saucisses bien parfumées qui se cuisent autant à l’intérieur que sur le barbecue, si vous avez la chance d’en avoir un (ce qui n’est pas mon cas). J’ai trouvé cette recette sur le site de Qu’est qu’on mange pour souper?

Saucisses de porc aux herbes
Saucisses de porc aux herbes
Pour 3 personnes

300 g de porc haché*
1½ cuillère à soupe de chapelure
1 cuillère à soupe ou 15 g de crème sure ou de demi-crème
  acidulée
½ cuillère à thé de moutarde de Dijon
1 pincée de noix de muscade
½ cuillère à thé de poudre d’oignon ou d’ail
¼ de cuillère à thé de thym séché
3 cuillères à soupe de ciboulette fraîche**, ciselée
Zeste d’un demi-citron
1 cuillère à soupe d’huile végétale
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le porc haché, la chapelure, la crème sure (ou la demi-crème acidulée), la moutarde de Dijon, la muscade, la poudre d’oignon, le thym, la ciboulette et le zeste de citron. Saler et poivrer. Façonner 3 galettes d’environ 1,5 cm (⅝ de pouce) d’épaisseur.

Dans une poêle, verser l’huile et la faire chauffer à feu moyen. Quand le corps gras est chaud, ajouter les galettes de viande.

Cuire les galettes environ 4 à 5 minutes par côté ou jusqu’à ce que le jus qui s’écoule soit translucide. Servir sans attendre avec un riz et un légume de votre choix.

*Vous pouvez remplacer le porc haché par une autre viande hachée : du poulet, de la dinde ou du veau.
**Plutôt que de la ciboulette, vous pouvez utiliser du persil ou une autre herbe fraîche. Au besoin, diminuez la quantité d’herbes.

Et vous, qu’est-ce qui garni votre balcon?

Entrecoupé…

Alors que la soupe termine de mijoter, je suis devant mon écran d’ordinateur à me demander quel propos j’ai envie de vous tenir. J’ai des bribes d’idées, mais rien de satisfaisant. L’esprit vagabonde et je me mets à penser au repas de demain soir et à ceux qui suivront. Et là, l’article n’avance pas d’avantage.

Maintenant, le repas a été servi, tous le monde a mangé et la vaisselle est rangée. Je me remets devant mon écran et c’est toujours un peu confus dans ma tête. Je reviens aux repas de la semaine passé : pas trop de nouvelles recettes marquantes, mais j’avais toujours une idée assez précise de ce que j’allais préparer le soir. La semaine, j’aime de plus en plus avoir des recettes rapides sous la main. Et là, je pense à un endroit où il y a des tonnes de recettes de ce genre et que je n’ai pas visité depuis un certain temps : le site de Qu’est-ce qu’on mange pour souper? Il faut que j’aille faire un petit tour d’ici peu, mais en attendant, je vous propose une recette de ce site qui nous a bien plu : un filet de porc au paprika.

Filet de porc au paprika
Filet de porc au paprika
Pour 4 personnes

1 filet de porc d’environ 450 g
1 cuillère à soupe de paprika doux
2 cuillères à soupe de beurre
1 oignon
1 barquette de champignon ou 227 g de champignons blanc
¾ de tasse ou 180 g d’eau*
1 cuillère à soupe de moutarde de Dijon
1 cuillère à thé de sauce Worcestershire
½ tasse ou 125 g de crème sure ou de demi-crème acidulée
Sel et poivre

Trancher les champignons ou les couper en quartiers. Émincer l’oignon.

Couper le filet de porc en tranches de 2 cm (⅝ pouce) d’épaisseur. Assaisonner la viande avec le paprika, le sel et le poivre.

Dans une poêle, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, saisir les tranches de porc pendant 2 minutes de chaque côté. Retirer la viande de la poêle et la réserver dans une assiette.

Dans la même poêle, ajouter les champignons et l’oignon. Cuire pendant 4 minutes. Déglacer avec l’eau. Ajouter la moutarde et la sauce Worcestershire. Laisser réduire de moitié.

Déposer les tranches de porc ainsi que son jus dans la sauce pour les réchauffer. Retirer la poêle du feu et ajouter la crème sure (ou la demi-crème acidulée). Servir sans attendre sur un lit de pâte.

*Si vous servez ce plat avec des pâtes, prélever une partie de l’eau de cuisson pour réaliser la sauce.

Maintenant, c’est le temps de se détendre avant d’aller au lit et demain, attaquer une nouvelle semaine. Bonne soirée!

Une histoire de cuisine : un mariage difficile

Récemment, en voulant participer au concours de Stéphane Décotterd, j’ai été amené à réfléchir sur ma façon de cuisiner. J’ai réalisé que ma vision de la cuisine salée est simple, voire très simple. La cuisine salée pour moi est avant tout quotidienne et n’est pas l’endroit où je fais preuve de créativité : je préfère largement expérimenter des recettes trouver ici et là. De plus, je ne le nierais pas, je suis beaucoup plus à l’aise pour créer des pâtisseries… sans doute parce que je suis un « bec à sucre » (et que j’ai du sirop d’érable qui coule dans les veines).

Une Histoire de Cuisine...

Le défi pour le concours d’« Une Histoire de Cuisine… » était de marier le poulet avec un crustacé de notre choix. J’ai vite posé mon choix sur la crevette : c’est le crustacé le plus simple à trouver, je n’ai jamais travaillé d’autres crustacés et le risque que je rate mon coup à plusieurs reprises était hautement élevé. J’ai d’abord dressé une liste des ingrédients qui se mariaient bien avec le poulet et la crevette, puis j’ai jeté sur papier des ébauches de recettes. Malgré les nombreuses idées, rien n’était très précis. Une idée ressortait du lot et j’ai tenté de la réaliser… Premier échec catastrophique, rien de plus à ajouter. Un peu plus tard, j’ai eu une autre idée en me basant sur des recettes que j’avais déjà réalisées. Cette fois, il m’a fallu deux tentatives pour arriver à la recette que je souhaite vous proposer. Elle est sans doute perfectible comme toute recette. Pourquoi je ne pousse pas l’exercice plus loin? Simplement qu’en voulant rectifier l’assaisonnement de quelque chose, je me suis rendu compte que je ne goûtais rien… Et oui, j’ai une sympathique congestion qui limite les capacités de mes papilles gustatives! Personnellement, ça me fait bien rire de proposer une recette que je n’ai pas vraiment goûté et de me fier à l’opinion d’autrui.

Je vous propose donc des crevettes et des filets de poulet en robe croustillante accompagnés d’un risotto à la tomate. Pour le risotto et la sauce d’accompagnement, je me suis inspiré des recettes de Ricardo. Pour réaliser ce plat, je vous encourage fortement à le cuisiner à plusieurs : ce sera beaucoup plus facile de se coordonner pour que tous les éléments soient prêts et chauds en même temps.

Crevettes et filets de poulet en robe croustillante accompagnés d'un risotto à la tomate
Crevettes et filets de poulet en robe croustillante
  accompagnés d’un risotto à la tomate

Pour 2 personnes

Sauce à l’avocat
½ avocat mûr
¼ de tasse ou 60 g de crème sure ou de demi-crème acidulée
½ cuillère à soupe ou 7 g de jus de lime
¼ de cuillère à thé de curry doux

Bouillon à la tomate
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
3 gousses d’ail
3¼ tasse ou 800 g de bouillon de volaille*
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de sauce tomate
  passata ou de coulis de tomate

Croquettes de crevettes
115 g de crevettes** crues et décortiquées
1 cuillère à soupe ou 15 g de jus de citron frais
4 cuillères à thé ou 20 g d’huile d’olive
½ cuillère à thé ou 2 g de miel
½ cuillère à thé ou 2 g de moutarde de Dijon
2 gousses d’ail
1 citron pour le zeste
¼ de tasse ou 30 g de chapelure
2 cuillères à thé ou 4 g de persil frais ciselé
2 cuillères à soupe ou 15 g de farine (environ)
1 oeuf
Huile végétale (colza, canola, tournesol, etc.) pour la friture

Filets de poulet
150 g de filets de poitrine de poulet***
½ tranche de pain de mie ou 15 g de mie de pain
½ cuillère à thé de paprika doux
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
½ cuillère à thé d’origan séché
3½ cuillères à soupe ou 25 g de chapelure
⅓ de tasse ou 40 g de poudre d’amandes
2 cuillères à thé ou 10 g d’huile d’olive****
⅓ de tasse et 1½ cuillère à soupe ou 50 g de farine
1 oeuf
1 cuillère à thé ou 5 g de moutarde de Dijon

Risotto à la tomate
½ oignon
2 cuillères à soupe ou 25 g de beurre salé*****
⅓ de tasse ou 70 g de riz à risotto (Carnaroli, Arborio, etc.)
½ tasse ou 100 g de vin blanc sec
2 cuillères à soupe ou 30 g de crème à cuisson
  ou de crème entière
10 feuilles de basilic frais

Sel et poivre

Sauce à l’avocat
À l’aide d’un petit robot culinaire muni d’une lame en « s » ou d’un mixeur plongeant (ou pied-mélangeur), réduire en purée lisse la chair de l’avocat, la crème sure (ou demi-crème acidulée), le jus de lime et le curry. Saler et poivrer au goût. Réserver au réfrigérateur. Sortir la sauce du réfrigérateur environ 15 minutes avant de servir.

Bouillon à la tomate
Couper les gousses d’ail en bâtonnets.

Dans un chaudron, chauffer l’huile à feu doux. Dorer légèrement l’ail. Ajouter le bouillon de volaille et la sauce tomate (ou colis de tomate). Porter à ébullition, puis laisser mijoter à feu doux pendant 10 minutes. Réserver au chaud******.

Croquettes de crevettes
Couper les gousses d’ail en bâtonnets.

Dans un bol, mélanger le jus de citron, le zeste d’un demi-citron, l’huile d’olive, le miel et la moutarde de Dijon. Déposer les crevettes dans un sac à congélation (ou à sandwich de type Ziplock) et verser la marinade. Chasser le plus d’air possible pour que les crevettes soient bien enrobées de marinade et refermer le sac. Laisser mariner pendant 15 minutes au frais.

Retirer les crevettes de la marinade. Réserver 2 ou 4 crevettes pour la décoration des assiettes et à l’aide d’un couteau, hacher les crevettes restantes jusqu’à ce qu’il soit possible de façonner la mixture en boule. Saler et poivrer. Façonner environ 6 boules avec la chair de crevettes. Au besoin, réserver au frais avec les crevettes entières.

Chauffer l’huile végétale pour la friture à 190°C (375°F).

Dans un bol, mélanger la chapelure, le persil et le zeste d’un demi-citron. Verser la farine dans un autre bol. Dans un troisième bol, fouetter l’oeuf pour que le mélange soit homogène.

Rouler les boules de crevettes dans la farine, puis dans l’oeuf et enfin dans la chapelure. Passer une seconde fois les boules de crevettes dans l’oeuf et la chapelure. Quand le risotto est presque près, frire les croquettes de crevette environ 3 à 4 minutes en les retournant à mi-cuisson ou jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées.

Filets de poulet
Préchauffer le four à 230°C (450°F).

Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », mixer la mie de pain, le paprika, la poudre d’oignon, l’origan, la chapelure, la poudre d’amandes et l’huile d’olive. Saler et poivrer. Verser la chapelure assaisonnée dans un bol. Dans un autre bol, fouetter l’oeuf avec la moutarde de Dijon. Dans un troisième bol, verser la farine.

Rouler les filets de poulet dans la farine, les tremper dans le mélange d’oeuf et les enrober de chapelure. Déposer les filets de poulet sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Quand il reste 10 minutes de cuisson pour le risotto, enfourner dans le four bien chaud les filets de poulet. Cuire pendant 10 minutes.

Quand il reste 3 minutes de cuisson pour le poulet. Déposer les crevettes entières réservées au réfrigérateur sur une plaque de cuisson et enfourner.

Risotto à la tomate
Hacher finement l’oignon.

Dans une poêle ou une casserole, chauffer à feu moyen le beurre avec l’oignon. Quand les morceaux d’oignon sont translucides, ajouter le riz et faire revenir jusqu’à ce que tous les grains de riz soient enrobés de corps gras et soient brillants. Déglacer avec le vin et laisser réduire presque à sec. Ajouter assez de bouillon de tomate pour presque couvrir le riz. Quand le liquide est presque totalement absorbé, rajouter du bouillon et poursuivre ainsi jusqu’à ce que le riz soit tendre. Il faut entre 18 et 26 minutes pour cuire le risotto selon la texture qui vous plait. Après 18 minutes de cuisson, goûter régulièrement le risotto pour vérifier la cuisson. Ajouter la crème et bien mélanger. Retirer du feu.

Ciseler le basilic et l’ajouter au risotto.

Pour servir, garnir les assiettes de risotto. Déposer sur le riz 3 croquettes de crevettes et 1 ou 2 crevettes entières cuites au four. Empiler joliment les filets de poitrines de poulet. Ajouter la sauce à l’avocat et servir sans attendre.

*Un bouillon maison ou de qualité donnera un meilleur résultat.
**Mes crevettes étaient d’assez petites tailles (environ 14 g par crevette), il faut environ 85 g de crevettes crues pour réaliser les croquettes et il faut 2 ou 4 crevettes supplémentaires pour décorer l’assiette.
***Il est possible d’utiliser des poitrines de poulet que vous taillerez en filets de taille régulière.
****Si vous avez un vaporisateur d’huile, vous pouvez omettre l’huile dans la chapelure et vaporiser les filets de poulet juste avant de les enfourner.
*****Pour la cuisson, je préfère le beurre salé, libre à vous d’utiliser d’utiliser le beurre de votre choix : non salé, demi-sel ou salé.
******Vous pouvez préparer le bouillon à l’avance, retirer les gousses d’ail et le réserver au réfrigérateur. Réchauffer le bouillon au moment de l’utiliser pour le risotto.

Maintenant que la recette est écrite, je me dis qu’il y a un monde de possibilités pour marier le poulet et les crustacés : un Général Tao, des guédilles de poulet et homard (si un jour, je me décide à passer la bête à la casserole), une paëlla, un croissant au poulet et aux crevettes nordiques avec de l’avocat ou de la mangue, une chaudrée, des dumplings… Et vous, est-ce que vous connaissez une façon de marier le poulet avec un crustacé?