Frapper un mur…

Ce matin, je me suis réveillée en pleine forme, prête à attaquer ma journée et tout en étant la première levée. Il faisait encore sombre dehors, mais je me disais qu’il devait être 5 heure… Petit instant de solitude quand sur le réveil, j’ai vu qu’il était 1 heure du matin! Au beau milieu de la nuit, moi et mon rhume étions bien réveillés et je me disais que cela n’allait pas m’aider à me débarrasser de ce compagnon. Quelques heures plus tard, j’ai réussi à me rendormir pour me réveiller plus difficilement cette fois. Cependant, je peux vous assurer que j’ai l’impression d’avoir frappé un mur depuis que mon manque de sommeil se fait sentir.

Aujourd’hui, je vous propose une recette avec des fraises : un parfait glacé au coeur de fraises. J’ai trouvé cette recette sur une page d’une circulaire de la Migros que j’avais mis de côté, il y a plusieurs années.

Parfait glacé au coeur de fraises
Parfait glacé au coeur de fraises
Pour 6 à 8 personnes

50 g (1¾ once) de chocolat noir
¾ de tasse ou 80 g d’amandes en bâtonnets ou allumettes
1⅓ tasse ou 250 g de fraises
½ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 120 g de sucre
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de jus d’orange
1 oeuf
2 jaunes d’oeufs
1 tasse ou 250 g de crème à fouetter ou entière

Tapisser une petite plaque de cuisson de papier parchemin.

Hacher le chocolat noir et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Quand le chocolat est totalement fondu le retirer du bain-marie et ajouter les amandes. Verser, en étalant bien, les amandes enrobées de chocolat sur la plaque de cuisson. Placer au congélateur pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que le chocolat soit de nouveau solide. Hacher grossièrement et réserver.

Couper ⅔ de tasse ou 100 g de fraises en deux et ajouter ¼ de tasse ou 50 g de sucre. Réduire en purée lisse à l’aide d’un pied-mélangeur ou d’un robot muni d’une lame en « s ». Réserver le restant de fraises pour servir.

Tapisser une moule à gâteau rectangulaire d’environ 10 cm par 25 cm (4 pouces par 10 pouces) ou utiliser un moule en silicone rectangulaire ou à multiple empreintes pour préparer des portions individuels.

Dans une petite casserole, faire réduire le jus d’orange de moitié. En parallèle, fouetter l’oeuf et les jaunes d’oeufs avec le restant de sucre jusqu’à ce que le mélange soit mousseux et aérien, soit environ 5 minutes. Verser en filet le jus d’orange réduit toujours en fouettant la préparation. Continuer de fouetter jusqu’à ce que le mélange ait refroidi.

Dans un autre bol, verser la crème bien froide et la fouetter pour obtenir une texture souple et mousseuse (une crème fouettée légèrement molle). Incorporer délicatement la crème fouettée à la préparation parfumée à l’orange.

Dans le moule, verser un tiers de la crème à l’orange. Répartir la moitié des amandes au chocolat, puis la moitié de la purée de fraises*. Verser un autre tiers de crème à l’orange, garnir du restant d’amandes au chocolat et ajouter la purée de fraises. Terminer avec le dernier tiers de crème à l’orange. Couvrir d’une pellicule plastique et placer au congélateur pendant au moins 6 heures.

Au moment de servir, couper le restant de fraises en morceaux. Démouler le parfait pour le couper en tranche ou utiliser une cuillère à crème glacée pour faire des boules. Servir le parfait avec les fraises. Déguster avec gourmandise, idéalement, dans les 24 heures suivant la préparation.

*Il est également possible d’ajouter des petits morceaux de fraises. Si vous ajoutez des morceaux, ceux-ci ne doivent pas être trop gros, sinon la texture sera un peu désagréable à la dégustation.

Et vous, est-ce que ça vous ait déjà arrivé de vous réveiller au milieu de la nuit en croyant que l’aube est proche?

Une journée où le lit est nécessaire…

C’est une première depuis longtemps : je suis plus malade que mes deux Amours! En général, quand toute la famille est enrhumée, c’est moi qui m’occupe des autres. Je ne sais pas quel est le microbe qui m’affecte, mais j’ai hâte qu’il s’éclipse : je crois que je pourrais rester au lit toute la journée, ce qui ne me correspond pas trop. Cependant, j’ai quand même un peu de chance : demain c’est la Pentecôte, alors j’aurais encore une journée de plus pour récupérer!

En espérant que vous êtes en pleine forme, je vous propose une recette de pilons de poulet croustillants. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Pilons de poulet à la chapelure de salami
Pilons de poulet à la chapelure de salami
Pour 3 personnes

Chapelure
2 oeufs
6 pilons de poulet
6 cuillères à soupe ou 60 g de semoule de maïs*
¼ de tasse ou 42 g de noix de cajou non salées**
60 g de salami, environ 10 tranches
2 gousses d’ail
½ tasse ou 60 g de parmesan frais, râpé***
1 cuillère à thé d’origan séché
¼ de tasse ou 10 g de persil frais
1 cuillère à thé de poudre d’oignon
½ cuillère à thé de paprika doux
½ cuillère à thé de poivre

Sauce
1 tasse ou 250 g de sauce tomate
2 cuillères à soupe de miel
2 cuillères à thé de sauce sriracha

Sel

Chapelure
Dans un robot muni d’une lame en « s », mixer les noix de cajou, 4 cuillères à soupe ou 40 g de semoule de maïs, le salami, l’ail, le parmesan, l’origan, la poudre d’oignon, le paprika et le poivre. Saler au goût. Le mélange doit ressembler à une fine chapelure. Verser cette chapelure dans un bol.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un bol, fouetter les oeufs. Dans un dernier bol, verser le restant de semoule de maïs, saler et poivrer. Rouler les pilons de poulet dans la semoule assaisonnée, dans l’oeuf et dans la chapelure de salami. Presser bien la chapelure de salami contre les pilons. Déposer les pilons sur une plaque de cuisson et enfourner pendant 1 heure en les retournant à mi-cuisson.

Sauce
Dans une petite casserole, mélanger la sauce tomate, le miel et la sauce sriracha. Chauffer à feu doux le mélange. Servir les pilons de poulet avec la sauce chaude. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer la semoule de maïs par de la farine.
**Vous pouvez utiliser une autre noix de votre choix : amandes, noisettes, noix, etc.
***Si vous n’avez pas de parmesan sous la main, vous pouvez l’omettre ou le remplacer par de la levure alimentaire.

Et vous, vous arrive-t-il d’être malade à cette période de l’année?

Des fraises et autres…

Depuis quelques semaines, je profite des fraises de mes beaux-parents. J’ai quelques recettes avec ce fruit à vous proposer, mais avant je souhaite vous proposer une recette qui pourra accompagner tous vos fruits préférés de la saison estivale : une mousse au chocolat blanc!

À l’origine, je cherchais une recette de mousse très simple à réaliser et qui pouvait accompagner du chocolat noir. En réfléchissant, je me dis que cette mousse est une véritable recette passe-partout et peut vous permettre plein de fantaisies. J’ai pris cette recette dans l’Encyclopédie du chocolat.

Mousse au chocolat blanc à la vanille
Mousse au chocolat blanc à la vanille
Pour 6 personnes

150 g (5¼ onces) de chocolat blanc
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de crème à fouetter
  ou entière
¾ de cuillère à thé de gélatine en poudre ou 1 feuille
  de gélatine (2 g)
1 gousse de vanille*

Si la gélatine est en poudre, la réhydrater dans 1 cuillère à soupe de crème (15 g) prélevée sur la quantité initiale de crème de la préparation. Si la gélatine est en feuille, la réhydrater dans un bol rempli d’eau froide.

Dans un bol, fouetter ½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 133 g de crème pour obtenir une texture souple et mousseuse (une crème fouettée un peu molle). Réserver au réfrigérateur.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Quand le chocolat est totalement fondu le retirer du bain-marie.

Dans un petit chaudron, verser le restant de crème. Couper la gousse de vanille en deux, gratter les grains et ajouter les grains à la crème. Porter la crème à ébullition. Quand la crème est bien chaude, ajouter la gélatine. Bien essorer la gélatine avant de l’ajouter si elle est en feuille. Retirer la crème du feu.

Verser en trois fois sur le chocolat fondu en mélangeant bien entre chaque ajout.

Incorporer délicatement la crème fouettée à la préparation de chocolat qui a tiédi. Verser la mousse au chocolat dans des verrines et réfrigérer pendant au moins 4 heures avant de déguster**. Garnir de fruits de saison et déguster avec plaisir.

*Il est possible d’omettre la vanille ou de la remplacer par un autre parfum : gingembre, cannelle, cardamome, zestes d’agrumes, etc.
**Il est préférable de déguster cette mousse dans les 2 jours qui suivent sa préparation : après ce temps, elle perd sa texture aérienne et devient plus dense.

Et vous, avez-vous une recette passe-partout pour cuisiner toutes sortes de fruits?

Donner du temps…

Cuisiner, c’est donner du temps à notre famille. Ce n’est pas toujours gratifiant, surtout quand on s’installe à table pour le repas et que Mini-nous refuse de goûter. Après comme plusieurs, le temps que je consacre à la cuisine à grandement diminué au cours des dernières années. Pourtant, décider de prendre plus de temps pour cuisiner n’est pas une mauvaise chose : c’est s’accorder du temps pour soi, sa famille, sa santé, etc. En cuisine, il y a surtout une chose qui demande de s’accorder du temps : le pain! Voilà quelque chose qu’on devrait penser plus souvent à préparer.

Dans cette optique, je vous propose une recette de pain aux noix. Cette recette est tirée du livre 80 pains maison des Éditions Atlas.

Pain aux noix du Béarn
Pain aux noix du Béarn
Pour 2 pains

1½ tasse ou 200 g farine
¾ de tasse ou 100 g de farine de seigle*
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g d’eau tiède
1 cuillère à thé ou 4 g de levure sèche
1 cuillère à soupe de miel
1 cuillère à thé de sel
2 cuillères à soupe d’huile de noix**
ou 90 g de noix de Grenoble
5 tranches de bacon ou 50 g de lardons cuits (facultatif)

Hacher les noix et le bacon. Réserver.

Dans un bol, délayer la levure dans ¼ de tasse ou 60 g d’eau. Ajouter le miel, puis ¼ de tasse ou 30 g de farine. Couvrir et laisser reposer pendant 30 minutes.

Dans un autre bol, mélanger la farine restant et la farine de seigle. Former un puit au centre des farines et verser la préparation de levure ainsi que l’eau restante. Pétrir la pâte pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit lisse et souple. Incorporer le sel et l’huile de noix. Pétrir la pâte pendant 5 minutes. Ajouter les noix et le bacon. Façonner une boule et déposer dans un bol. Couvrir d’un linge humide et laisser lever pendant 2 heures ou jusqu’à ce que la pâte ait doublée de volume.

Dégazer la pâte en enfonçant à quelques reprises le poing. Diviser la pâte en deux et façonner deux pains ovales. Déposer les pâtons sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Couvrir les pains d’un linge humide et laisser lever pendant 1 heure.

Préchauffer le four à 220°C (430°F). Déposer un plat allant au four rempli d’eau chaude.

Quand le four est chaud, enfourner le pain et cuire pendant 40 minutes. Si les pains se colorent trop, baisser la température à 180°C (350°F). Sortir du four et laisser tiédir. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer la farine de seigle par de la farine complète, de la farine aux céréales, etc.
**Si vous n’avez pas d’huile de noix, utiliser une huile goûteuse : d’olive, de noisettes, de graines de courge, etc.

Et vous, pensez-vous à vous accorder du temps pour cuisiner?

Petite affiche originale…

Le soir, j’aime bien aller marcher et j’emprunte un chemin qui passe dans un vieux quartier où les portes des maisons donnent directement sur la rue. À quelques reprises, j’ai vu un joli chat noir et j’ai pu constater qu’il n’était vraiment pas peureux. Récemment, près de la maison où je croise ce félin, j’ai vu une petite affiche : « ATTENTION : Chat lunatique. Ne pas caresser. ». Ça change du traditionnel « Attention, chien méchant! ». Par contre, le choix du mot « lunatique » me laisse un peu perplexe. Qu’est-ce que le propriétaire sous entend par ce mot : Chat tellement social qu’il risque de vous suivre et se perdre; Chat à double personnalité passe d’affectueux à agressif sans prévenir; Chat méditatif, si vous le sortez de sa transe, gare aux griffures; Chat distrait, après quelques caresses, il risque de prendre votre main pour une souris et vous mordre… Comme on dit que les animaux ressemblent souvent à leur propriétaire, j’imagine que celui-ci est lunatique ou du moins qu’il aime les choses énigmatiques.

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette de biscuits soufflés au chocolat. Et oui, encore une recette de biscuits chocolatés! C’est étonnant le nombre de variations qu’on peut imaginer en combinant du chocolat à une pâte à biscuits. J’ai pris cette recette sur le blog Le pétrin de Sandra.

Biscuits soufflés au chocolat
Biscuits soufflés au chocolat
Pour 20 à 30 biscuits

170 g (6 onces) de chocolat noir
2 blancs d’oeuf
¼ de tasse ou 50 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille (facultatif)
¼ à ⅓ de tasse ou 25 à 60 g de noix (noix de Grenoble, pacanes, noisettes, amandes, etc.)

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser deux plaques de cuisson de papier parchemin.

Hacher les noix plus ou moins finement selon les goûts.

Couper le chocolat noir en petits morceaux et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Quand le chocolat est totalement fondu le retirer du bain-marie.

Dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige ferme. Au départ, fouetter doucement le mélange et augmenter progressivement la vitesse. Ajouter le sucre graduellement après que les blancs aient moussé. Fouetter jusqu’à ce que les blancs forment des pics fermes. Ajouter l’extrait de vanille et mélanger.

Verser le chocolat fondu sur les blancs d’oeufs. À l’aide d’une spatule, mélanger délicatement. Incorporer les noix hachées.

Sur les plaques de cuisson, déposer environ 1½ cuillère à thé de pâte par biscuits en les espaçant bien. Enfourner et cuire une plaque à la fois pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les bords soient fermes, mais que le centre soit encore mou. Laisser tiédir 3 à 5 minutes avant de retirer les biscuits de la plaque de cuisson. Déguster avec gourmandise.

Et vous, connaissez-vous un chat lunatique?