Pauvre mixette…

Ma chère mixette,
Tu as été fort utile et bien apprécié pendant tes années de service. Tu as vaillamment remplacé ton prédécesseur qui a succombé face à une ganache trop dense… Quand je t’ai choisi, j’avais des doutes : les fixations de tes batteurs me semblaient peu fiable. Ce n’est pas non plus tes 16 vitesses qui m’ont fait craquer, mais ton câble rétractable et ta base plate qui me permettait de te déposer sur le plan de travail sans crainte. Toujours à la porté de ma main, tu m’as rendu service de nombreuses fois et tu as répondu présente pendant la préparation des paniers gourmands. Hélas, ma maladresse et ma fatigue à ce moment m’ont rendue gaffeuse et tu as malheureusement rencontré le sol à deux reprises. Pourtant, tu t’es relevée et tu as continué à cuisiner avec moi. C’est en préparant ce gâteau de Trois fois par jour que tu as montré des signes de faiblesse, mais tu as tenu le coups jusqu’à ce que la pâte soit assez fouettée. Te remplacer n’aura pas été facile…

Gâteau renversé chocolaté aux ananas
Gâteau renversé chocolaté aux ananas
Pour 8 personnes

Garniture
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
8 tranches d’ananas*

Gâteau
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
1 oeuf
½ tasse ou 125 g de yogourt nature
½ tasse ou g d’huile végétale
1 tasse ou 135 g de farine
½ tasse ou 52 g de cacao
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de cuillère à thé de sel

Préchauffer le four à 190°C (375°F). Chemiser de papier parchemin le fond d’un moule rond de 23 cm (9 pouces) de diamètre.

Garniture
Dans un bol, fouetter le beurre et la cassonade jusqu’à ce que le mélange pâlisse. Étaler le mélange au fond du moule. Déposer des tranches d’ananas** sur le mélange de beurre et de cassonade. Couper les tranches d’ananas restantes en deux et les poser à la verticale sur les rebords du moule. Réserver.

Gâteau
Dans un bol, mélanger la farine, le cacao, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude et le sel.

Dans un autre bol, fouetter le beurre et la cassonade jusqu’à ce que le mélange pâlisse. Incorporer l’oeuf et fouetter pendant 5 minutes.

Ajouter le yogourt et l’huile végétale. Incorporer délicatement la préparation de farine à l’aide d’une spatule. Verser la pâte sur les tranches d’ananas. Enfourner et cuire pendant 45 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir 15 minutes avant de démouler. Déguster avec gourmandise.

*J’ai utilisé de l’ananas frais, mais vous pouvez opter pour de l’ananas en conserve.
**Vous pouvez également couper les rondelles en quatre et créer un autre motif.

Et vous, quel est le dernier appareil que vous avez fait trépasser?

Un peu redondant…

Au moment d’écrire cet article, je me suis rendu compte que j’avais beaucoup de plats salés à vous proposer, mais qu’ils venaientt d’une même source… Oui, encore du Ricardo. Actuellement, les plats que je mitonne sont principalement inspirés de ses recettes. Il faut dire que je ne m’en lasse pas et que ça ne risque pas de s’améliorer : dans le dernier numéro, il y a plein de recettes qui me font envie!

En attendant que je réussisse à varier davantage mes sources, je vous propose une recette à la mijoteuse. Cette recette est tirée de son livre La mijoteuse.

Lapin braisé au vin rouge et à la pancetta à la mijoteuse
Lapin braisé au vin rouge et à la pancetta à la mijoteuse
Pour 6 personnes

6 cuisses de lapin*
2 cuillères à soupe de beurre
1 oignon
150 g de pancetta coupé en lardons**
2 cuillères à soupe de farine
1 tasse ou 250 g de vin rouge
1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet
2 carottes
1 cuillère à soupe de pâte de tomates
1 branches de thé frais ou ¼ de cuillère à thé de thym séché
Sel et poivre

Hacher l’oignon et couper en rondelles les carottes.

Dans une poêle, faire fondre le beurre. Quand le beurre est bien chaud, dorer les cuisses de lapin. Saler et poivrer. Déposer les cuisses de lapin dans la mijoteuse.

Dans la même poêle, dorer l’oignon et la pancetta. Quand le tout est bien doré, saupoudrer de farine et cuire pendant 1 minute. Déglacer avec le vin rouge et porter à ébullition. Verser le contenu de la poêle dans la mijoteuse. Ajouter le bouillon, les carottes, la pâte de tomates et le thym.

Couvrir et cuire à base température (Low) pendant 4 heures. Saler et poivrer au besoin. Servir avec des pâtes ou une purée de pommes de terre. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez également utiliser un lapin entier couper en 6 morceaux.
**Préférez de la pancetta tranchée assez épaisse, environ 5 mm (¼ de pouce). Pour varier le goût, il est possible de remplacer la pancetta par du chorizo.

Et vous, avez-vous une source qui domine dans votre cuisine?

Cette ville à une heure de route de plus…

Lorsque j’étais jeune, j’adorais quand mes parents nous proposaient de descendre à Hampton Beach. Je garde de beaux souvenirs de cet endroit, même si nous ne restions jamais assez longtemps à mon goût. Avec le recul, je me rends compte que nous étions assez proche de Boston et pourtant, nous n’avons jamais pris la direction de cette ville. En même temps, nous avions amplement de quoi nous occuper entre la mer, les châteaux de sable, les arcades et la piscine de l’hôtel. Je ne sais pas si un jour je vais remettre les pieds à Hampton Beach (qui doit avoir changé depuis le temps) ni si je vais poursuivre la route jusqu’à Boston.

Pourtant le nom de Boston, m’évoque deux choses : le nom d’un arrêt d’autobus en Suisse et une sorte de beigne. Le premier m’a vraiment marqué en arrivant en Suisse : avec l’accent, j’avais l’impression d’entendre « l’arrêt Gaston »… Pour le second, c’est la sorte de beigne préféré de ma mère qui est garni de crème pâtissière et recouvert d’un glaçage chocolaté. Cependant, il n’y a pas que des beignes qui portent ce nom, il y a aussi un gâteau dans lequel on retrouve les mêmes éléments que dans le beigne.

Il y avait longtemps que je voulais réaliser un gâteau Boston : j’ai même plusieurs recettes différentes dans mes dossiers! Pour une première tentative, j’ai opté pour une recette de Ricardo tirée du magazine Ricardo spécial : « Nos meilleurs gâteaux ».

Gâteau Boston
Gâteau Boston
Pour 10 personnes

Génoise
4 oeufs
¾ de tasse ou 150 g de sucre
1½ cuillère à thé d’extrait de vanille
3 cuillères à soupe ou 41 g de beurre non salé, fondu
¾ de tasse ou 110 g de farine

Crème pâtissière
2 cuillères à thé ou 5 g de gélatine en poudre*
1¾ tasse ou 430 g de lait
1 gousse de vanille
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
3 cuillères à soupe ou 25 g de farine
3 jaunes d’oeufs

Ganache
2 cuillères à soupe ou 30 g d’eau
55 g (2 onces) de chocolat noir
1 cuillère à soupe ou 14 g de beurre

Génoise
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Beurrer les parois et chemiser le fond de papier parchemin un moule à charnière de 20 cm (8 pouces) de diamètre.

Dans un bol, fouetter les oeufs, le sucre et l’extrait de vanille pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que le mélange ait triplé de volume. À l’aide d’une spatule, incorporer délicatement le beurre fondu, puis la farine préalablement tamisée. Verser la pâte dans le moule et enfourner. Cuire pendant 25 à 30 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Démouler le gâteau et le laisser totalement refroidir, idéalement sur une grille.

Couper le gâteau en deux à l’horizontal. Déposer une des deux tranches de gâteau dans le moule à charnière propre.

Crème pâtissière
Saupoudrer la gélatine sur ¼ de tasse ou 62 g de lait et la laisser gonfler pendant 5 minutes.

Dans une casserole, verser 1 tasse ou 250 g de lait. Couper la gousse de vanille en deux, gratter les grains et ajouter le tout au lait. Chauffer doucement le mélange.

Dans un bol, mélanger le sucre et la farine. Incorporer les jaunes d’oeufs et la ½ tasse ou 125 g de lait. En fouettant, ajouter graduellement le lait chaud vanillé. Reverser le mélange dans la casserole et porter le mélange à ébullition en remuant constamment. Passer la crème pâtissière au tamis.

Dans une petite casserole ou au four micro-ondes, faire fondre la gélatine. Verser la gélatine fondue dans la crème pâtissière et bien mélanger. Verser la crème pâtissière sur le gâteau placer dans le moule. Couvrir avec l’autre moitié de gâteau. Réfrigérer pendant 2 heures.

Ganache
Hacher le chocolat et le déposer dans un chaudron. Ajouter l’eau. À feu doux, faire fondre le chocolat dans l’eau en brassant régulièrement. Quand le chocolat est fondu, retirer le mélange du feu et ajouter le beurre en fouettant. Laisser tiédir.

Sortir le gâteau du réfrigérateur et le démouler. Étaler la ganache sur le gâteau et laisser tempérer pendant 30 minutes avant de servir. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez utiliser des feuilles de gélatine. Dans ce cas, il faudra 2½ feuilles de gélatine (5 g). Faites gonfler la gélatine dans de l’eau froide, bien l’essorer et l’ajouter au ¼ de tasse ou 62 g de lait. Chauffer le mélange pour dissoudre la gélatine avant de l’ajouter à la crème pâtissière.

Et vous, Boston vous évoque-t-il quelque chose d’autre que la ville?

Cuisine sans filet…

Ce soir, nous recevons et j’ai eu une idée pour l’apéro. Cependant, j’avoue que je ne suis pas certaine de mon idée et je me lance sans avoir testé… Pourvu que ce soit bon. Il faut dire que je manque encore d’expérience pour la création de recettes.

Par contre, j’ose de plus en plus. En lisant les ingrédients de certains types de recettes, des idées germent : c’est le cas pour les tartares! Récemment, j’ai improvisé une recette de tartare et je suis vraiment ravie par le résultat. Mon idée de base était de marier le boeuf et la viande séchée : je suis surprise de n’avoir jamais vu cette association! C’est délicieux et le mélange des deux viandes est fort agréable.

Tartare 2 boeufs
Tartare 2 boeufs
Pour 1 portion*

110 g de boeuf(une pièce de viande tendre)**
2 cuillères à thé d’huile de noisette ou de noix
2 cuillères à thé de mayonnaise
4 gouttes de sauce sriracha ou d’un autre sauce de piment
1 cuillère à thé de moutarde à l’ancienne
½ cuillère à thé d’un mélange d’herbes séchées de qualité***
1 jaune d’oeuf**** (facultatif)
3 cuillères à soupe ou 20 g de noisettes
20 g de viande séchée
Sel et poivre

Hacher grossièrement les noisettes.

Dans un bol, mélanger l’huile de noisette, la mayonnaise, la sauce sriracha, la moutarde à l’ancienne, les herbes séchées et le jaune d’oeuf. Réserver le mélange au réfrigérateur.

Couper la viande séchée en petites lanières et réserver.

Couper la viande en petits cubes (moins de 5 mm de côté). S’il fait chaud ou s’il vous faut du temps pour couper la viande, préparer un bol contenant des glaçons et déposer un second bol sur les glaçons. Déposer au fur et à mesure la viande découpée dans ce bain-marie glacé.

Ajouter le boeuf coupé, la viande séchée et les noisettes à la préparation réservée au réfrigérateur. Mélanger, saler et poivrer au goût. Servir et déguster avec plaisir sur du pain grillé ou avec des frites, si possible, allumettes.

*La recette donne une portion (ou 2 petites portions), mais vous pouvez doubler la recette sans souci. Les quantités sont petites car nous aimons bien préparer 2 ou 3 tartares différents plutôt qu’un seul.
**Choisissez une pièce de viande tendre et sans nerfs comme un steak, de la bavette, de l’intérieur de ronde ou une viande à grillade.
***Actuellement, mon mélange de prédilection est celui-ci. Les herbes dégagent un beau parfum et sont bien goûteuses pour un mélange séché. En prime, c’est un produit Suisse! Alors si vous passez en Suisse, n’oubliez pas d’en glisser un pot dans vos valises.
****Quand j’ai créé la recette, je n’en ai pas mis, mais je crois que ça pourrait rendre la texture plus crémeuse. À tester, mais j’ai également d’autre idée pour améliorer la recette… à suivre.

Et vous, êtes-vous habile pour créer des recettes?

L’accord pistache…

Je cuisine assez peu les pistaches, même si j’aime bien ce produit (mais bon n’importe quelle noix me fait plaisir). Il faut dire qu’elles ne sont pas des plus accessibles : elles sont assez chères et en prime, elles ne se trouvent pas partout en version non salées. À quelques reprises, je les ai cuisiné avec du chocolat, mais cet accord n’a jamais vraiment séduit mes papilles. Cependant en regardant un livre de cuisine, je suis tombée sur l’accord pistache et chocolat blanc. Dans ma tête une petite ampoule s’est illuminée et une petite voix m’a criée : « C’est évidant, non?! ». Bref, les pistaches et le chocolat blanc forment un beau duo.

La recette que je vous propose est tirée du livre Le dessert était (presque) parfait de Pascale Weeks.

Biscuits au chocolat blanc et pistaches
Biscuits au chocolat blanc et pistaches
Pour 12 biscuits

125 g (4,5 onces) de chocolat blanc
½ tasse ou 80 g de pistaches non salées
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 125 g de beurre non salé,
  tempéré
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
2 pincée de fleur de sel
⅔ de tasse ou 130 g de cassonade ou de sucre roux
1 oeuf
1½ tasse ou 200 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique

Couper le chocolat blanc en petits dés.

Dans un bol, fouetter le beurre avec l’extrait de vanille, la fleur de sel et la cassonade jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Ajouter l’oeuf. À l’aide d’une spatule, incorporer la farine et la poudre à pâte. Ajouter le chocolat et les pistaches*.

Diviser la pâte en douze et façonner chaque portion en boule. Déposer les boules de pâte, en les espaçant bien, sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Réfrigérer pendant 30 minutes**.

Préchauffer le four à 165°C (330°F).

Enfourner et cuire pendant 12 minutes ou jusqu’à ce que les bords des biscuits soient dorés. Sortir les biscuits du four et les laisser encore 1 minute sur la plaque de cuisson. Déplacer les biscuits sur une grilles pour les laisser refroidir totalement. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez réserver un quart du chocolat et des pistaches pour les déposer sur les biscuits avant de les enfourner.
**Mes plaques de cuisson sont trop encombrantes pour être placées au réfrigérateur. J’ai déposé les boules de pâte à biscuit sur un papier parchemin que je glisse sur une petite planche à découper pour pouvoir facilement les déplacer. Vous pouvez également employer une assiette ou autre pour réfrigérer la pâte.

Bonne soirée, j’ai mes spatules qui m’attendent en cuisine.