Catégorie : Divers

Un petit déjeuner autrement…

Il est rare que je prenne beaucoup de temps pour préparer le déjeuner. Souvent, je me réveille et quelques minutes plus tard, j’ai faim! Dire que pendant des années, j’étais incapable d’avaler quelque chose le matin. Le déjeuner est le seul repas que nous arrivons rarement à partager à trois : la fin de semaine, j’aime bien dormir un peu plus, alors que mes deux amours sont debout dès que le jour se lève…

Cependant un dimanche, j’ai eu envie de me préparer quelque chose de différent et j’ai préparé une tartine chaude aux pommes. C’est gourmand et cela change des « toasts » ou des céréales. La recette est tirée du magazine Ricardo volume 15, numéro 2.

Tartines chaudes aux pommes
Tartines chaudes aux pommes
Pour 2 personnes

¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé, tempéré
113 g (4 onces) de compote de pommes non sucré*
2 cuillères à thé de sucre glace
4 tranches de pain au choix (nature, aux raisins, multigrain, etc.)
2 petites pommes
Sirop d’érable, au goût

Dans un bol, fouetter le beurre à l’aide d’un batteur électrique jusqu’à ce qu’il pâlisse. Ajouter graduellement ¼ de tasse ou 62 g de compote de pommes et le sucre glace. Fouetter jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Verser le beurre dans un petit contenant et réserver**.

Préchauffer le four à 250°C (500°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier d’aluminium.

Couper en deux les pommes, l’épépiner et faire de fines tranches.

À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, aplatir les tranches de pain. Si désiré, retirer les croûtes. Déposer les tranches de pain sur la plaque de cuisson. Enfourner et cuire pendant 5 à 7 minutes ou jusqu’à ce qu’elles soient croustillantes.

Sortir le pain du four et tartiner de beurre à la compote. Répartir le restant de compote de pommes sur les tranches de pain. Répartir les tranches de pommes sur la compote. Badigeonner légèrement de sirop d’érable. Enfourner de nouveau pendant 5 à 8 minutes. Laisser tiédir et déguster avec gourmandise.

*Au Québec, cette quantité correspond à un contenant de compote individuel qu’on retrouve facilement dans les épiceries.
**Il restera du beurre à la compote de pommes. Dégustez-le un autre jour sur une tranche de pain grillé, des crêpes, des gaufres, etc.

Et vous, avez-vous consacrez-vous beaucoup de temps pour préparer le déjeuner?

Ça éclate…

J’ai toujours un peu de peine à trouver des idées pour l’apéro. Dans ces moments, je feuillète mes livres de cuisine. Cette fois, j’ai été interpellée par des recettes de popcorn. Par contre, les assaisonnements n’allaient pas avec mes envies du moment. Une petite recherche sur Internet et me voilà avec une nouvelle idée.

Je vous propose donc une recette de popcorn aux fines herbes. J’ai pris cette recette sur le site de Fraîchement pressé.

Popcorn aux fines herbes
Popcorn aux fines herbes
Pour 6 personnes

2 cuillères à soupe d’huile végétale
⅓ de tasse ou 67 g de grains de maïs à éclater
3 cuillères à soupe ou 42 g de beurre salé
1 cuillère à thé de poudre d’oignon
2 cuillères à thé de fines herbes mélangées*
Sel et poivre

Dans une petite casserole, faire fondre le beurre. Ajouter la poudre d’oignon et les fines herbes. Réserver.

Dans un grand chaudron, chauffer l’huile. Ajouter les grains de maïs et mélanger pour bien les enrober d’huile. Couvrir et attendre que les grains éclatent. Quand les grains commencent à éclater, secouer régulièrement le chaudron pour aider à faire éclater les grains de maïs. Retirer du feu dès qu’on n’entend plus les grains éclater.

Verser le beurre assaisonné sur le maïs. Saler, poivrer et bien mélanger. Servir idéalement sans attendre. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez utiliser une seule sorte d’herbe, un mélange du commerce ou faire votre propre mélange. Personnellement, j’ai utilisé un mélange du commerce qui contient du thym, du basilic, de la sarriette, du romarin, de la livèche, de la sauge, de l’estragon et de la marjolaine.

La dernière fois que j’ai fait du popcorn, ça remonte à 2015. Et vous, est-ce que vous en faites plus souvent que moi?

Pimenté à mon goût…

J’aime bien les plats pimentés, mais ma tolérance a légèrement chuté après une repas mémorable à Londres dans le Chinatown. Mon assiette contenait au minimum 10 piments thaï émincés! Je n’ai plus jamais mangé aussi pimenté et maintenant, je ne risque pas de refaire la même erreur dans un tel quartier. Pourtant, depuis quelques temps, j’ai repris le goût au chose pimenté.

En voyant la recette d’amandes pimentées de Pascale, je n’ai pas résisté très longtemps avant de l’essayer. J’ai beaucoup aimé le goût et la texture, mais j’avais du mal avec l’huile qui restait sur la plaque après la cuisson plutôt que sur les noix. J’ai refait à la recette en diminuant l’huile d’olive : même résultat. Ensuite, j’ai testé en mélangeant l’assaisonnement de Pascale et une technique du premier tome de Trois fois par jour : trop sucré à mon goût. Finalement, je n’ai gardé que le blanc d’oeuf et la technique de cuisson de Trois fois par jour pour obtenir le résultat parfait : des noix croquantes, pas grasse sur les doigts et qui se conservent bien pendant plusieurs jours, voire quelques semaines. Voici donc ma recette d’amandes et de noix de cajou pimentées.

Amandes et noix de cajou pimentées
Amandes et noix de cajou pimentées
Pour 2 bols

1½ tasse ou 225 g d’amandes entières
1½ tasse ou 330 g de noix de cajou*
1 blanc d’oeuf
2 cuillères à soupe de sauce sriracha**
2 cuillères à soupe de sambal oelek
2 pincées de piment chipotle moulu (facultatif)
2 cuillères à thé de sucre
1 cuillère à thé de fleur de sel
Piment cayenne moulu au goût (facultatif)

Préchauffer le four à 150°C (300°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un bol, fouetter le blanc d’oeuf jusqu’à la formation de pique ferme. Ajouter la sauce sriracha, le sambal oelek, le piment chipotle, le sucre et le sel. Mélanger pour bien répartir les ingrédients dans le blancs d’oeuf. Ajouter les amandes et les noix de cajou. Mélanger délicatement pour bien enrober toutes les noix du mélange pimenté.

Verser les noix sur une plaque de cuisson et les étaler sur une seule couche. Enfourner et cuire pendant 40 minutes. À mi-cuisson, remuer les noix. Sortir du four et saupoudrer d’un peu de piment de cayenne, si désiré. Laisser totalement refroidir. Conserver les noix dans un pot muni d’un couvercle. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez n’utiliser qu’une sorte de noix de votre choix ou utiliser un mélange à votre goût : noisettes, noix de macadamia, pacanes, noix de Grenoble, etc.
**J’ai utilisé un mélange de sriracha et de sambal oelek, vous pourriez utiliser d’une seule des deux sauces ou une autre sauce pimentée de votre choix. Si vous craigniez que le mélange soit trop pimenté, n’utilisez que 2 cuillères à soupe de sauce pimentée.

Au fait, Mini-nous a bien aimé ces noix… Par contre, elles étaient trop pimentées pour mon beau-père! Comme quoi, il est difficile de prédire la tolérance de chacun.

Cadeaux gourmands?

Je ne sais pas si vous comptez offrir des cadeaux gourmands, mais c’est toujours une bonne idée. Entre les hôtes des différentes rencontres festives, les cadeaux pour les professeurs ou le personnel de la garderie, des amis ou la famille à qui vous ne savez plus quoi offrir… pourquoi ne pas préparer des gourmandises. Il y a les confitures qui s’offrent toujours bien, mais si vous n’avez pas eu le temps d’en faire ou l’envie, il y a aussi les biscuits. Par exemple, les biscotti se conservent pendant au moins 3 semaines, ce qui donne de la souplesse pour les préparer quelques temps avant de les distribuer. Vous pouvez également préparer des biscuits à découper à l’emporte-pièce et les congeler avant de les cuire. Il ne vous reste plus qu’à cuire les biscuits au moment opportun et à avoir facilement une variété de biscuits sous la main. Si les cadeaux gourmands vous tentent, réfléchissez maintenant aux recettes, planifiez leur préparation et leur emballage.

Dans l’idée des cadeaux gourmands, je vous propose une recette de confiture. Je l’ai appelé confiture 13 étoiles en référence au drapeau du Valais. J’ai utilisé des fruits valaisans ainsi que le Fendant, produit typique du canton. Pour la recette, je me suis largement inspirée de la mostarda venata de Carine, Chic, Chic, Chocolat. Cette confiture se déguste bien sur une tranche de pain grillée, mais je l’imagine bien pour accompagner un plateau de fromages ou du foie gras.

Confiture 13 étoiles
Confiture 13 étoiles
Pour 3 pots d’environ 180 ml

1 coing*
1 pomme
1 poire
1½ tasse ou 375 g de vin blanc sec**
Sucre en quantité suffisante
2 cuillères à soupe de vin blanc sec (facultatif)

Éplucher, épépiner et tailler en petits dés le coing, la pomme et la poire. Réserver.

Dans un chaudron, verser le vin (1½ tasse ou 375 g) et porter à ébullition. Quand le vin bout, ajouter le coing et laisser mijoter pendant 15 minutes. Ajouter la pomme et poursuivre la cuisson pendant 10 minutes. Incorporer la poire et laisser mijoter pendant 30 minutes ou jusqu’à ce qu’il n’y ait presque plus de liquide.

Mixer les fruits à l’aide d’un blender ou d’un pied-mélangeur. Peser ou mesurer les fruits. Pour chaque 100 g de purée de fruits, ajouter 65 g de sucre ou pour chaque ⅓ de tasse de purée, ajouter ¼ tasse et 1 cuillère à thé de sucre. Remettre le tout dans le chaudron et porter à ébullition.

Baisser le feu et laisser mijoter tout doucement pendant 5 minutes. Retirer du feu. Si désiré, ajouter 2 cuillères de vin blanc pour que son goût soit encore plus présent. Verser dans des pots stérilisés***, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster au moment désiré.

*Il faut choisir un petit coing, une grosse pomme et une grosse poire. La pomme et la poire doivent avoir à peu près la même taille que le coing, au besoin utilisez deux pommes ou deux poires. Si vous pesez vos fruits, vous devriez avoir environ 125 g de chaque fruit.
**J’ai pris du Fendant, un vin typique du Valais.
***Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou de regarder ces vidéos. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, faites-vous des cadeaux gourmands?

Toujours vers le même granola

Il y a des périodes où je mange presque quotidiennement du granola et d’autre où le pot tarde à se vider. À l’occasion, j’essaie de varier mes recettes, mais je reviens facilement à celle-ci, ma préférée! Mini-nous m’a même fait ajouter du cacao une fois et le résultat était toujours aussi gourmand. Cependant, l’intérêt d’essayer d’autres recettes est de découvrir des nouvelles textures et des nouveaux mariages de saveur.

Cette fois, c’est l’utilisation du quinoa qui m’a intriguée. Le goût du granola que je vous propose diffère des autres recettes que j’ai testé. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 14, numéro 8.

Granola au quinoa
Granola au quinoa
Pour un pot de 875 ml

½ tasse ou 90 g de quinoa
½ tasse ou 80 g de graines de citrouille ou de courge*
½ tasse ou 75 g de graines de tournesol
½ tasse ou 65 g de noix de cajou non salées
½ tasse ou 65 g de pistaches non salées
6 cuillères à soupe ou 127 g de sirop d’érable
1½ cuillère à soupe d’huile de colza ou de canola**
¼ de cuillère à thé de sel

Rincer le quinoa et l’égoutter.

Concasser les noix de cajou et les pistaches.

Préchauffer le four à 160°C (325°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un grand bol, verser le quinoa, les graines de citrouille, les graines de tournesol, les noix de cajou, les pistaches, le sirop d’érable, l’huile et le sel. Bien mélanger et répartir sur la plaque de cuisson préparée.

Enfourner et cuire pendant 20 minutes en remuant une fois pendant la cuisson. Laisser totalement refroidir. Si le granola est encore collant après avoir refroidi, remettre au four quelques minutes. Verser le granola dans des contenants en verre pour le conserver jusqu’à 1 mois. Déguster avec gourmandise.

*Comme pour tous les granolas, vous pouvez substituer un ingrédient par un autre : des graines de sésame, des noisettes, etc.
**J’ai diminué la quantité d’huile, car je trouvais qu’il en restait beaucoup après la cuisson. Libre à vous d’en mettre 2 cuillères à soupe ou non.

Et vous, connaissiez-vous le quinoa dans un granola?