Mot-clé : tomate

On se dévoue

En début de semaine, nous pensions avoir une fin de semaine tranquille, puis les activités diverses sont venues s’agglutiner sur la fin de semaine. En prime, nous avons invité mes beaux-parents et quelques membres de la famille pour la fête des mères! Je manque encore un peu d’organisation dans ma cuisine : cependant pour la première fois, ce n’est pas la place qui manque! Mon roastbeef était trop cuit… Personne ne s’est plaint, mais j’ai été un peu dépitée. Heureusement que la sauce sauvait tout : elle est trop bonne! Pour la viande, je crois que je vais apprendre à utiliser la sonde du four pour ne plus avoir ce genre de mauvaise surprise… Apprendre à utiliser mon four tout simplement est aussi quelque chose que je dois faire.

Dans un autre ordre d’idée, je vous propose une recette de poulet au miso et à la tomate. La recette originale utilisait du tofu, mais dans les repas de semaine, j’opte plus facilement pour de la viande d’où la substitution. J’ai pris la recette dans le magasine Ricardo volume 15, numéro 1.

Poulet au miso et à la tomate
Poulet au miso et à la tomate
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet
½ tasse ou 125 g de bouillon de légumes
⅓ de tasse ou 83 g de sauce tomate
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
1 gousse d’ail
¼ de cuillère à thé de sauce pimentée* ou plus, au goût
1½ cuillère à soupe d’huile végétale
2 pincées de cinq-épices moulu
½ cuillère à soupe de miso
½ cuillère à soupe de pâte de tomates
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le bouillon de légumes, la sauce tomate, la sauce soja et la fécule de maïs.

Hacher l’ail. Couper les poitrines de poulet en petits dés.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est chaud, y déposer les dés de poulet. Quand les morceaux de poulet commencent à dorer, ajouter l’ail, la sauce pimentée. Saler et poivrer. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que le poulet soit doré de tous les côtés. Ajouter le cinq-épices, le miso et la pâte de tomates. Cuire pendant 2 minutes.

Ajouter la préparation à base de bouillon et porter à ébullition. Laisser mijoter pendant 8 minutes ou jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Servir avec du riz et déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser un petit piment oiseau épépiné et haché au lieu de la sauce pimentée.

Bonne fêtes des mères!

Pas pour moi, mais pour les autres…

Aujourd’hui, je vous présente une autre recette que dès que je l’ai vu, je l’ai inscrite à mon menu du 1er août. Cependant, j’avais oublié un détail : je ne supporte pas de manipuler des tomates fraîches! Émonder une tomate et l’épépiner, c’est un des trucs qui me dégoute le plus au monde. Honnêtement, je ne pensais plus avoir ce genre de dégoût puisque je cuisine de plus en plus avec des boîtes de tomates entières. La recette a été un peu pénible à réaliser. Dès que j’avais fini de manipuler les tomates, je ne pouvais pas attendre une seconde pour me laver les mains! Disons que ça étire le temps de la recette.

Je vous propose donc une recette de terrine de tomate, mozzarella et basilic très simple à réaliser et qui ravira les amateurs de tomates. J’ai trouvé cette réinterprétation de la salade de tomate-mozzarella sur le blog de Chocolat à tous les étages.

Terrine de tomate, mozzarella et basilic
Terrine de tomate, mozzarella et basilic*
Pour 10 personnes

7 tomates moyenne
200 g de mozzarella**
Feuilles de basilic au goût
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Couvrir l’intérieur d’un moule à terrine ou d’un petit moule à pain d’une pellicule plastique.

Remplir une grande casserole d’eau et porter à ébullition. Entailler d’une croix le dessous de chaque tomates. Quand l’eau bout, plonger les tomates pendant 30 secondes. Peler les tomates et les couper en quatre. Retirer les graines ainsi que la partie intérieure de chaque quartier de tomate et conserver pour un autre usage***.

Déposer les pétales de tomates sur une plaque à découper et couvrir d’une pellicule plastique. À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, aplanir légèrement les morceaux de tomates. Réserver.

Couper la mozzarella en tranches d’environ 3 mm (⅛ de pouce) d’épaisseur. Laver et ciseler le basilic****.

Dans le moule chemisé de pellicule plastique, déposer une couche de tomate en veillant à ce que la partie la plus esthétique soit vers le bas. Serrer bien les tomates pour qu’il n’y ait aucun trou. À l’aide d’un pinceau, badigeonner légèrement les tomates d’huile d’olive. Saler et poivrer. Recouvrir les tomates avec une couche de mozzarella. Répartir un peu de basilic ciselé. Remettre une couche de tomate, assaisonner, puis mettre une couche de mozzarella et du basilic. Répéter l’opération jusqu’à épuisement des ingrédients et en veillant à terminer par une couche de tomate non assaisonnée. Couvrir d’une pellicule plastique et presser le tout. Déposer un poids (une boîte de conserve par exemple) et réfrigérer pendant au moins 12 heures. Après 6 heures de réfrigération, si possible, égoutter la terrine pour retirer le surplus de liquide et laisser reposer encore 6 heures au réfrigérateur.

Avant de servir, égoutter au besoin la terrine. Retirer la terrine du moule ainsi que les pellicules plastiques. Trancher et déguster avec plaisir.

*Cette recette se double ou s’adapte facilement à la quantité d’ingrédients que vous avez sous la main.
**Préférez une mozzarella de forme rectangulaire pour faciliter la découper.
***Vous pouvez utiliser le coeur de la tomate et le jus pour cuire un riz, pour ajouter dans une sauce tomate ou une soupe, etc.
****Il est possible de laisser les feuilles entières.

Je ne crois pas que je vais refaire cette recette… je demanderais à mon chéri de la refaire au besoin!

Une journée où le lit est nécessaire…

C’est une première depuis longtemps : je suis plus malade que mes deux Amours! En général, quand toute la famille est enrhumée, c’est moi qui m’occupe des autres. Je ne sais pas quel est le microbe qui m’affecte, mais j’ai hâte qu’il s’éclipse : je crois que je pourrais rester au lit toute la journée, ce qui ne me correspond pas trop. Cependant, j’ai quand même un peu de chance : demain c’est la Pentecôte, alors j’aurais encore une journée de plus pour récupérer!

En espérant que vous êtes en pleine forme, je vous propose une recette de pilons de poulet croustillants. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Pilons de poulet à la chapelure de salami
Pilons de poulet à la chapelure de salami
Pour 3 personnes

Chapelure
2 oeufs
6 pilons de poulet
6 cuillères à soupe ou 60 g de semoule de maïs*
¼ de tasse ou 42 g de noix de cajou non salées**
60 g de salami, environ 10 tranches
2 gousses d’ail
½ tasse ou 60 g de parmesan frais, râpé***
1 cuillère à thé d’origan séché
¼ de tasse ou 10 g de persil frais
1 cuillère à thé de poudre d’oignon
½ cuillère à thé de paprika doux
½ cuillère à thé de poivre

Sauce
1 tasse ou 250 g de sauce tomate
2 cuillères à soupe de miel
2 cuillères à thé de sauce sriracha

Sel

Chapelure
Dans un robot muni d’une lame en « s », mixer les noix de cajou, 4 cuillères à soupe ou 40 g de semoule de maïs, le salami, l’ail, le parmesan, l’origan, la poudre d’oignon, le paprika et le poivre. Saler au goût. Le mélange doit ressembler à une fine chapelure. Verser cette chapelure dans un bol.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un bol, fouetter les oeufs. Dans un dernier bol, verser le restant de semoule de maïs, saler et poivrer. Rouler les pilons de poulet dans la semoule assaisonnée, dans l’oeuf et dans la chapelure de salami. Presser bien la chapelure de salami contre les pilons. Déposer les pilons sur une plaque de cuisson et enfourner pendant 1 heure en les retournant à mi-cuisson.

Sauce
Dans une petite casserole, mélanger la sauce tomate, le miel et la sauce sriracha. Chauffer à feu doux le mélange. Servir les pilons de poulet avec la sauce chaude. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer la semoule de maïs par de la farine.
**Vous pouvez utiliser une autre noix de votre choix : amandes, noisettes, noix, etc.
***Si vous n’avez pas de parmesan sous la main, vous pouvez l’omettre ou le remplacer par de la levure alimentaire.

Et vous, vous arrive-t-il d’être malade à cette période de l’année?

Mijote, mijotons, mijoteuse!

Depuis longtemps déjà, je cherchais une mijoteuse (ou slowcooker). Sur le marché suisse, ces appareils sont rarissimes, alors j’avais un peu abandonné l’idée. Puis un jour, j’ai vu une offre sur un site de confiance. J’ai hésité un peu, car la contenance n’était que de 3,5 litres. Cependant, le produit était de la marque Crock-pot : une compagnie bien connue outre Atlantique! Alors, j’ai commandé l’appareil et finalement, je suis plutôt satisfaite de cette achat. Bien sûr, j’aurais préféré pouvoir programmer le nombre d’heures de cuisson et que l’appareil tombe ensuite en mode réchaud automatiquement, mais bon, il faut faire avec ce qui est disponible sur le marché.

Le hasard a voulu que j’acquière cet appareil au moment où nous avons débuté les cours de natation avec Mini-nous. Est-ce que j’ai besoin de vous préciser que c’est agréable de revenir à la maison vers 11 h 45 et de ne pas avoir à s’inquiéter de vite préparer le dîner?

La recette que je vous propose est une jambalaya. Cette recette est tirée du livre La mijoteuse #2 de Ricardo. Oui, j’avais le livre avant d’avoir le mijoteuse…

Jambalaya à la mijoteuse
Jambalaya à la mijoteuse
Pour 8 personnes*

450 g de hauts de cuisses ou de poitrines de poulet désossés et sans la peau
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
4 gousses d’ail
1 cuillère à soupe de poudre de chili**
1 cuillère à thé de paprika
¼ de cuillère à thé de paprika fumé
340 g de saucisson à l’ail de type kielbasa ou de cervela
1 boîte de 398 ml ou de 400 g de tomates en dés
2 branches de céleri
1 poivron rouge
2 cuillères à thé de sauce tabasco
450 g de crevettes moyennes crues, décortiquées
3 tasses ou 450 g de riz étuvé cuit***
¼ de tasse ou 10 g de persil plat (facultatif)
Sel et poivre

Couper le saucisson en gros dés. Découper les morceaux de poulet en deux ou trois. Émincer l’oignon, hacher l’ail, tailler le céleri et le poivron en dés.

Dans une poêle, verser l’huile. Quand le corps gras est assez chaud, déposer les morceaux de poulet pour les faire dorer de chaque côté. Saler et poivrer. Ajouter l’oignon, l’ail, la poudre de chili et les paprikas. Poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Transvider le contenu de la poêle dans la mijoteuse.

Ajouter le saucisson, les tomates, le céleri, le poivron et la sauce tabasco. Couvrir la mijoteuse et cuire à basse température pendant 4 heures****.

Régler la mijoteuse sur haute température. Ajouter le riz et les crevettes. Mélanger, remettre le couvercle et poursuivre la cuisson pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les crevettes soient cuites.

Pendant les dernières minutes de cuisson, ciseler le persil. Au moment de servir, ajouter le persil. Saler et poivrer au besoin. Déguster avec plaisir.

*Cette recette est pour une mijoteuse d’une contenance de 5,5 à 6 litres. Si votre mijoteuse est plus petite (comme la mienne), diviser la recette en deux.
**Depuis quelques temps, on trouve deux types de poudre de chili. L’une est composée uniquement de piment broyé et l’autre est un mélange d’épices contenant principalement du piment (on parle aussi d’assaisonnement au chili). Pour la recette, il faut la seconde poudre de chili (ou l’assaisonnement). Si vous ne trouvez pas de poudre de chili de ce type, faites un mélange de poudre de chili, de poudre d’oignon, de poudre d’ail, de cumin et de coriandre moulue.
***Pour obtenir 3 tasses ou 450 g de riz étuvé cuit, il faut faire cuire ¾ de tasse ou 150 g de riz cru.
****Si besoin, à cette étape, vous pouvez laisser le plat sur mode réchaud pendant 8 heures.

Et vous, que pensez-vous des mijoteuses?

Être devant l’ordi aujourd’hui…

J’ai une drôle d’impression d’être devant l’ordinateur aujourd’hui pour écrire. Je me dis que je devrais être occupée à autre chose, mais en cette matinée de Noël, j’ai du temps et seule le dîner réclamera mon attention. De plus, la faim ne nous tenaillera pas de sitôt suite au réveillon. En cette journée, j’espère que le calme, la paix et la joie sera au rendez-vous dans votre foyer.

Comme recette, je vous propose un ragù réalisé avec un restant de rôti. Parfait pour passer les restants de viandes des fêtes. Vous pourriez même utiliser de la dinde, mais dans ce cas, ajoutez la viande plus tardivement (dans les 30 dernières minutes de cuisson) pour qu’elle garde une texture agréable. Voici donc une de mes improvisations qui a grandement séduit.

Ragù de rôti de porc
Ragù de rôti de porc*
Pour 3 personnes

1 carotte
1 branche de céleri
1 oignon
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à thé d’herbes séchées**
1 feuille de laurier
1 gousse d’ail ou 1 cuillère à thé de fleur d’ail
1½ cuillère à soupe de pâte de tomate
½ tasse ou 125 g de vin blanc
1 petite boîte de tomates entières pelées (400 g ou onces)
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf
350 g de rôti de porc cuit***
1 tasse ou 250 g de coulis de tomate**** (facultatif)
Sel et poivre

Couper la carotte, le céleri et l’oignon en petits dés. Hacher finement la gousse d’ail.

Dans une casserole, verser l’huile d’olive. Chauffer à feu moyen et ajouter la carotte, le céleri et l’oignon. Cuire à feu moyen pendant 10 à 15 minutes. Saler et poivrer. Ajouter les herbes séchées, la feuille de laurier, l’ail et la pâte de tomate. Poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Déglacer avec le vin blanc et laisser réduire de moitié. Mouiller avec les tomates entières et le bouillon de boeuf.

Couper le rôti de porc en petits morceaux. Ajouter la viande quand la sauce bout. Réduire le feu et laisser mijoter pendant 1 heure.

Après 1 heure de cuisson, vérifier la cuisson. S’il ne reste plus beaucoup de liquide, ajouter de le coulis de tomate. Poursuivre la cuisson pendant 30 minutes ou plus. La sauce doit être épaisse. Saler et poivrer au besoin. Ajouter les pâtes cuites de votre choix dans la sauce, mélanger et servir. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez doubler cette recette sans soucis.
**Choisissez le mélange d’herbes (italien, de provence, etc.) que vous préférez ou mélanger de l’origan et du basilic séchés. Ajouter d’autres épices au goût.
***Vous pouvez réaliser cette recette avec un restant de rôti de boeuf ou de veau.
****Si vous ne voulez pas employer du coulis de tomate, vous le remplacer par de l’eau ou du bouillon de boeuf.

Et vous, avez-vous des recettes pour écouler vos restants de viandes?