Mot-clé : tabasco

Mijote, mijotons, mijoteuse!

Depuis longtemps déjà, je cherchais une mijoteuse (ou slowcooker). Sur le marché suisse, ces appareils sont rarissimes, alors j’avais un peu abandonné l’idée. Puis un jour, j’ai vu une offre sur un site de confiance. J’ai hésité un peu, car la contenance n’était que de 3,5 litres. Cependant, le produit était de la marque Crock-pot : une compagnie bien connue outre Atlantique! Alors, j’ai commandé l’appareil et finalement, je suis plutôt satisfaite de cette achat. Bien sûr, j’aurais préféré pouvoir programmer le nombre d’heures de cuisson et que l’appareil tombe ensuite en mode réchaud automatiquement, mais bon, il faut faire avec ce qui est disponible sur le marché.

Le hasard a voulu que j’acquière cet appareil au moment où nous avons débuté les cours de natation avec Mini-nous. Est-ce que j’ai besoin de vous préciser que c’est agréable de revenir à la maison vers 11 h 45 et de ne pas avoir à s’inquiéter de vite préparer le dîner?

La recette que je vous propose est une jambalaya. Cette recette est tirée du livre La mijoteuse #2 de Ricardo. Oui, j’avais le livre avant d’avoir le mijoteuse…

Jambalaya à la mijoteuse
Jambalaya à la mijoteuse
Pour 8 personnes*

450 g de hauts de cuisses ou de poitrines de poulet désossés et sans la peau
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
4 gousses d’ail
1 cuillère à soupe de poudre de chili**
1 cuillère à thé de paprika
¼ de cuillère à thé de paprika fumé
340 g de saucisson à l’ail de type kielbasa ou de cervela
1 boîte de 398 ml ou de 400 g de tomates en dés
2 branches de céleri
1 poivron rouge
2 cuillères à thé de sauce tabasco
450 g de crevettes moyennes crues, décortiquées
3 tasses ou 450 g de riz étuvé cuit***
¼ de tasse ou 10 g de persil plat (facultatif)
Sel et poivre

Couper le saucisson en gros dés. Découper les morceaux de poulet en deux ou trois. Émincer l’oignon, hacher l’ail, tailler le céleri et le poivron en dés.

Dans une poêle, verser l’huile. Quand le corps gras est assez chaud, déposer les morceaux de poulet pour les faire dorer de chaque côté. Saler et poivrer. Ajouter l’oignon, l’ail, la poudre de chili et les paprikas. Poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Transvider le contenu de la poêle dans la mijoteuse.

Ajouter le saucisson, les tomates, le céleri, le poivron et la sauce tabasco. Couvrir la mijoteuse et cuire à basse température pendant 4 heures****.

Régler la mijoteuse sur haute température. Ajouter le riz et les crevettes. Mélanger, remettre le couvercle et poursuivre la cuisson pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les crevettes soient cuites.

Pendant les dernières minutes de cuisson, ciseler le persil. Au moment de servir, ajouter le persil. Saler et poivrer au besoin. Déguster avec plaisir.

*Cette recette est pour une mijoteuse d’une contenance de 5,5 à 6 litres. Si votre mijoteuse est plus petite (comme la mienne), diviser la recette en deux.
**Depuis quelques temps, on trouve deux types de poudre de chili. L’une est composée uniquement de piment broyé et l’autre est un mélange d’épices contenant principalement du piment (on parle aussi d’assaisonnement au chili). Pour la recette, il faut la seconde poudre de chili (ou l’assaisonnement). Si vous ne trouvez pas de poudre de chili de ce type, faites un mélange de poudre de chili, de poudre d’oignon, de poudre d’ail, de cumin et de coriandre moulue.
***Pour obtenir 3 tasses ou 450 g de riz étuvé cuit, il faut faire cuire ¾ de tasse ou 150 g de riz cru.
****Si besoin, à cette étape, vous pouvez laisser le plat sur mode réchaud pendant 8 heures.

Et vous, que pensez-vous des mijoteuses?

Perce-neige, vélo… et voilà le printemps!

Les premiers signes du printemps se font sentir… du moins ici. J’ai vu un terrain envahi par les perce-neige, des cyclistes arpenter les rues et bientôt, les routes seront encombrées de travaux! En voyant la nature se réveiller, je ne peux m’empêcher de me réjouir, mais d’un autre côté, je pense aux stations de ski qui doivent être un peu moins enchantées. Mère nature a ses lois et on ne peut pas décider pour elle… quelle dictatrice!

C’est dans la bonne humeur que je vous propose une recette de brochettes de boeuf, il y a un bon moment que je n’en avais pas réalisées. J’ai pris la recette de marinade chez Sonya de Viens te faire plaisir.

Brochettes de boeuf avec une marinade à steak
Brochettes de boeuf avec une marinade à steak
Pour 3 personnes

300 g de steak de boeuf*
1 cuillère à thé de poudre d’ail ou d’oignon
2 cuillères à soupe de sauce Worcestershire
2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
2 cuillères à soupe de sauce soja
2 cuillères à thé de moutarde de Dijon
Poivre
Quelques gouttes de tabasco ou de sauce sriracha (facultatif)

Couper le boeuf en lanière d’environ 2 cm (¾ de pouce) de large**. Réserver.

Dans un bol, mélanger la poudre d’ail, la sauce Worcestershire, le vinaigre balsamique, l’huile d’olive, la sauce soja, la moutarde de Dijon et le tabasco (ou la sauce sriracha). Ajouter la viande et laisser mariner pendant au moins 1 heure à toute une nuit au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Rincer sous l’eau froide les piques à brochette en bois pour éviter qu’ils brûlent durant la cuisson. Enfiler les lanières de boeuf sur les piques à brochette en le piquant à plusieurs reprises pour le faire onduler. Déposer les brochettes sur une plaque de cuisson légèrement huilée. Poivrer. Enfourner et cuire pendant 8 minutes en les retournant à mi-cuisson pour une viande saignante***.

Servir avec du riz et des légumes de votre choix. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez également choisir une autre pièces de boeuf pour réaliser les brochettes : intérieur de ronde, bavette, contre-filet (faux-filet), surlonge, etc. À vous de choisir.
**Il est également possible de couper votre viande en cubes.
***Le temps de cuisson peu varier selon l’épaisseur de votre viande, votre four et la cuisson désirée.

Et chez vous, est-ce que l’odeur du printemps se fait sentir?

Enfin, c’est bon…

Il y a bien longtemps que je ne vous ai pas proposé une recette de poisson. Le poisson revient toujours régulièrement au menu, mais ces derniers temps, j’ai eu du mal à l’avaler. J’ai fait plusieurs expérimentations malheureuses : c’est fini pour un bon bout de temps la découverte de nouveaux poissons. J’ai découvert, et pas mal confirmé (ça peut éventuellement changer dans quelques décennies), que je n’aime pas les poissons qui ont un goût fort! De plus, je ne faisais rien d’original avec mon poisson : un peu d’épices puis grillé à la poêle. Bref, pas vraiment de recette à vous proposer.

Ce vendredi, j’ai pris le temps de chercher une recette pour changer du poisson grillé. Je suis tombée sur cette recette, issue du site Recettes du Québec, que je me promettais d’essayer depuis longtemps. Je n’avais pas de crevettes comme le demandait la recette, mais en lisant la méthodologie, je me suis dit que mon saumon était également approprié… Je vous le dis : c’est vraiment bon! Étrangement, je n’avais pas l’impression de manger du poisson et c’était très agréable à déguster. En même temps, qui peut résister aux boulettes? Voici donc la recette de boulettes de saumon cajun.

Saumon autrement
Boulettes de saumon cajun
Pour 2 personnes

1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 échalote
¼ de cuillère à thé de poudre d’oignon
½ branche de céleri*
250 g de filet de saumon sans la peau**
1 blanc d’oeuf
4 cuillères à thé de chapelure
1 cuillère à soupe de ciboulette fraîche
1 cuillère à soupe de persil frais***
¼ de cuillère à thé de sauce de piment
  (Tabasco, sambal oelek, etc.), ou plus
½ à 1 cuillère à thé d’épices cajuns****

Éplucher et hacher finement l’échalote. Découper la branche de céleri en petits dés.

Dans une poêle, verser la moitié de l’huile d’olive. Quand le corps gras est chaud, ajouter le céleri et cuire jusqu’à ce qu’il soit tendre. Ajouter l’échalote et poursuivre la cuisson jusqu’à ce qu’elle soit translucide. Retirer du feu et verser les légumes dans un bol, assaisonner avec la poudre d’oignon et laisser tiédir.

Découper un quart du saumon en petits dés et les déposer avec les légumes refroidis. Couper grossièrement le restant de saumon et le déposer dans un robot culinaire muni d’une lame en « s ». Verser le blanc d’oeuf et réduire en purée. Transvider la purée de saumon dans le bol contenant les légumes et les dés de poisson. Incorporer la chapelure, la ciboulette, le persil, la sauce de piment et les épices cajuns. Bien mélanger, couvrir d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 30 minutes.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin. Avec la préparation de saumon, façonner des boulettes d’environ 2,5 cm (1 pouce) et les déposer sur la plaque chemisée. Badigeonner les boulettes avec le restant d’huile d’olive. Enfourner et cuire pendant 10 à 12 minutes ou jusqu’à ce que les boulettes soient bien cuites. Servir bien chaud avec une sauce au choix (mayonnaise, sauce tartare, sauce chili, etc.).

*En plus du céleri, il est possible d’ajouter ¼ de poivron dans les boulettes. Il est également possible de n’utiliser que du poivron et d’omettre le céleri.
**Vous pouvez remplacer le saumon par des crevettes, des pétoncles ou un poisson blanc à chair ferme (morue, tilapia, etc.).
***Je n’avais pas de persil frais, j’ai donc mis au goût du persil séché. Il est également possible de l’omettre.
****Vous pourriez utiliser un autre mélange d’épices : herbes de Provence, curry, etc. Selon le mélange d’épices que vous choisissez, il faudra peut-être ajouter du sel : le mélange d’épices cajuns contiennent du sel alors que les herbes de Provence en sont dépourvues.

Et vous, est-ce que vous aimez les poissons qui ont un goût prononcé?

De burger à boulette…

Ici, la température joue avec les chaleurs estivales et les journées ensoleillées. Bref, un temps idéal pour sortir le barbecue et faire des hamburgers! Malheureusement, cette équipement n’est pas présent chez moi, donc je préfère me passer de burger plutôt que les cuire à la poêle. Je trouve que le résultat est très dissemblable entre ces deux méthodes de cuisson.

Cependant, j’ai été interpellée par une recette de hamburger à deux reprises : chez Mélanie, La tête dans le chaudron, et chez Libellule, Libellule et ses spatules. La solution quand on ne veut pas faire de burger sans barbecue : faire des boulettes! Le résultat est vraiment satisfaisant : ces boulettes sont moelleuses et elles sont parfaites pour la boîte à lunch.

Boulettes de porc glacées
Boulettes de porc façon côtes levées sucrées
Pour 3 personnes

300 g de porc haché
2 cuillères à soupe ou 15 g de chapelure
2 cuillères à soupe ou 30 g de ketchup
½ cuillère à soupe de sauce soja*
½ cuillère à soupe de mirin*
1½ cuillère à thé de sucre*
1½ cuillère à thé de vin blanc ou de marsala*
1 cuillère à soupe de sirop d’érable (ou de miel)
½ cuillère à soupe de sauce worcestershire
½ cuillère à soupe d’oignon en poudre
¾ de cuillère à thé d’épices de Montréal
  ou d’épices pour bifteck
1½ cuillère à soupe d’huile végétale
Tabasco, au goût
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le ketchup, la sauce soja, le mirin, le sucre, le vin blanc (ou le marsala), le sirop d’érable (ou le miel), la sauce worcestershire, l’oignon en poudre, les épices de Montréal (ou d’épices pour bifteck) et quelques gouttes de tabasco. Saler et poivrer.

Dans un second bol, mélanger le porc haché et la chapelure. Ajouter la moitié de la sauce; conserver au moins 4 cuillères à soupe du mélange liquide. Façonner des boulettes de moins de 2,5 cm (1 pouce) de diamètre.

Dans une poêle, verser l’huile et la faire chauffer. Quand le corps gras est chaud, ajouter les boulettes et les faire colorer sur toutes les faces. Baisser le feu, badigeonner les boulettes de viande avec la sauce réservée et les brasser pour les enrober de sauce. Poursuivre la cuisson et badigeonner une autre fois les boulettes quand elles commencent à noircir. Badigeonner une dernière fois les boulettes, vérifier la cuisson des boulettes et servir. Il faut compter environ 15 minutes de cuisson selon la taille de vos boulettes.

*Il est possible de remplacer la sauce soja, le mirin, le sucre et le vin blanc (ou le marsala) par 1½ cuillère à soupe de sauce teriyaki. Comme j’ai rarement de sauce teriyaki à la maison, j’utilise ce mélange de substitution.

Et vous, est-ce que vous avez une technique pour faire de bon hamburger à l’intérieur?

Imprévu

J’ai été un peu prise au dépourvu : une fin de semaine bien chargée! Alors voici une autre recette salée, mais ne vous inquiétez pas, le sucré sera de retour la semaine prochaine.

Je vous propose une recette d’ailes de poulet que j’ai trouvée sur le site Les milles et un délice de Lexibule.

Ailes de poulet de l'ouest
Ailes de poulet de l’ouest
Pour 2 personnes

5 ailes de poulet entières*
¼ tasse ou 62 g de ketchup
¼ tasse ou 62 g de sauce chili
1 cuillère à soupe de miel
½ cuillère à thé de sauce worcestershire
½ cuillère à thé moutarde en poudre
  ou de moutarde préparée
¼ cuillère à thé de sauce tabasco
½ cuillère à thé d’ail en poudre ou 1 gousse d’ail hachée

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Si vous avez des ailes entières, vous remarquerez qu’elles ont deux jointures. À l’aide d’un couteau, couper les ailes dans les articulations. Chaque aile sera divisée en trois morceaux : jeter le petit bout pointu où il n’y a pas de viande.

Dans un bol, mélanger le ketchup, la sauce chili, le miel, la sauce worcestershire, la moutarde, la sauce tabasco et l’ail. Ajouter les ailes de poulet et les enrober de marinade.

Déposer les ailes de poulet sur une plaque de cuisson recouverte de papier d’aluminium. Enfourner et cuire pendant 30 à 40 minutes. Si désiré, badigeonner 1 ou 2 fois les ailes de poulet pendant la cuisson avec le restant de marinade.

*Il est possible de trouver des ailes de poulet déjà découpées. Vous pouvez doubler la quantité d’ailes sans augmenter la quantité de marinade. Une fois les ailes cuites, il est possible de les congeler et de les réchauffer au four pour un autre repas.

Et vous, avez-vous eu beaucoup d’activités en fin de semaine?