Mot-clé : sirop d’érable

Plus vraiment une bûche…

Depuis quelques années, je ne prépare plus mon dessert de Noël sous forme de bûche, car mon moule est un peu trop petit! J’utilise toujours mon moule pour les repas où nous sommes moins nombreux. Donc, je privilégie souvent un moule rond tout simple… De plus, je peine avec les glaçages pour qui soient bien uniformes… un léger manque de pratique.

Sans plus attendre, je vous propose la recette de mon entremet de Noël 2019 à la vanille et à la clémentine. Cette fois, j’ai eu envie d’utiliser la clémentine et j’ai été surprise de voir à quel point elle est peu utilisée dans les desserts. Pourtant, son parfum se marie merveilleusement avec la saison des fêtes… et elle est encore d’actualité en cette saison « froide ». Pour les composantes de mon entremet, je me suis inspirée du namelaka et la mousse au mascarpone de J’en reprendrai bien un bout. J’ai pris l’idée du gâteau chez Anne-Sophie, Fashion Cooking. Pour le glaçage, j’ai utilisé une recette de l’Encyclopédie du chocolat.

Entremet à la clémentine et à la vanille
Entremet à la clémentine et à la vanille
Pour 10 à 14 personnes

Namelaka à la vanille et à la clémentine
¼ tasse ou 60 g de lait
½ gousse de vanille
Zeste de 2 clémentines
¾ de cuillère à thé de gélatine en poudre
  ou 1 feuille de gélatine (2 g)
100 g (3½ onces) de chocolat blanc
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou entière, froide

Crémeux à la clémentine
3 oeufs
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 140 g de jus de clémentines
2 cuillères à soupe ou 30 g de jus de citron
½ tasse ou 100 g de sucre
⅓ de tasse ou 70 g de beurre non salé
3 cuillères à soupe ou 22 g de fécule de maïs ou de maïzena
Zeste de 3 ou 4 clémentines
Zeste de 1 citron

Praliné croustillant
25 g (1 once) de chocolat blanc
⅓ de tasse ou 125 g de praliné*
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 70 g de Gavottes
  ou de biscuits dentelles émiettés**

Gâteau
¼ de tasse ou 53 g d’huile végétal
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille
1 oeuf
⅓ de tasse ou 83 g de crème fraîche ou de crème sure***
2½ cuillères à soupe ou 40 g de lait
5 cuillères à thé ou 34 g de sirop d’érable
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 115 g de farine
¾ de cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de cuillère à thé de cannelle moulue
¼ de tasse ou 34 g de pacanes ou de noix de pécan
  concassées
1 pincée de sel

Mousse au mascarpone
250 g (9 onces) de mascarpone
¼ de tasse ou 85 g de lait concentré sucré
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
½ tasse ou 125 g de crème à fouetter ou de crème entière

Glaçage
80 g (3 onces) de chocolat noir à environ 70 % de cacao
180 g (6¼ onces) de gianduja
⅔ de tasse et 2 cuillères à thé ou 175 g de crème à fouetter
  ou entière
8 cuillères à thé ou 40 g d’eau
4½ cuillères à thé ou 30 g de sirop de maïs ou de glucose
2 cuillères à soupe ou 25 g d’huile végétale neutre

Namelaka à la vanille et à la clémentine
Couper la gousse de vanille en deux. Gratter les grains. Dans une petite casserole, verser le lait et ajouter la gousse ainsi que les grains de vanille. Porter à ébullition. Dès que le lait bout, retirer du feu et ajouter les zestes de clémentine. Couvrir et laisser infuser pendant 1 heure.

Chemiser le fond et la parois de papier parchemin un moule à charnière d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Retirer le chocolat du bain-marie quand il est totalement lisse.

Dans une casserole, porter de nouveau le lait à ébullition. Dès que le liquide bout, ajouter la gélatine (bien l’essorer si la gélatine est en feuilles) et mélanger pour la dissoudre. Verser le liquide en trois fois sur le chocolat en mélangeant bien entre chaque ajout. Incorporer la crème froide. Verser le mélanger dans le moule et réserver au congélateur pendant au moins 6 heures.

Crème à la clémentine
Chemiser le fond et la parois de papier parchemin un moule à charnière d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans une casserole, mélanger le sucre, la fécule de maïs et les oeufs. Ajouter les zestes d’agrumes, le jus de clémentines et le jus de citron. Sur un feu doux, cuire le mélange en brassant continuellement jusqu’à ce que le mélange épaississe.

Quand la crème à la clémentine a épaissi, retirer la casserole du feu et ajouter le beurre en plusieurs fois en brassant bien entre chaque ajout. Verser la crème dans un moule, couvrir d’une pellicule plastique au contact et placer au congélateur pendant au moins 6 heures.

Croustillant au praliné
Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est totalement fondu. Incorporer le praliné, puis les Gavottes (ou les biscuits dentelles). Verser la préparation sur une feuille de papier parchemin. Couvrir d’une seconde feuille de papier parchemin et à l’aide d’un rouleau à pâte étaler la préparation sur une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce). Réserver au congélateur.

Gâteau
Préchauffer le four à 160°C (320°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger l’huile, le sucre, l’extrait de vanille et l’oeuf jusqu’à ce que la préparation soit homogène.

Dans un petit bol, mélanger la crème épaisse, le lait et le sirop d’érable. Réserver.

Dans un autre bol, mélanger la farine, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude, la cannelle et le sel.

Dans le bol contenant l’huile, incorporer la préparation de farine en alternant avec la préparation de crème. Puis ajouter à la pâte les pacances. Verser la pâte sur la plaque de cuisson et étaler sur environ 1 cm (⅜ de pouce) d’épaisseur. Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser totalement refroidir le gâteau.

Mousse au mascarpone
Dans un bol, fouetter le mascarpone. Ajouter le lait concentré sucré et fouetter jusqu’à ce que le mélange soit très dense. Ajouter l’extrait de vanille.

Dans un autre bol, fouetter la crème jusqu’à ce qu’elle formes des pics souples. Incorporer délicatement la crème fouettée au mascarpone. Réserver au frais.

Montage
Chemiser le fond et la parois de pellicule plastique un moule à charnière d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre.

Dans le gâteau, découper un rond légèrement plus petit que le diamètre du moule. Dans le praliné croustillant, découper un cercle d’environ 18 cm (7 pouces) de diamètre.

Dans le fond du moule, déposer le gâteau et couvrir d’une fine couche de mousse au mascarpone. Placer le disque de praliné croustillant et le couvrir d’une fine couche de mousse au mascarpone. Déposer le disque de crémeux à la clémentine et couvrir d’une couche de mousse au mascarpone. Enfoncer dans la mousse le disque de namelaka. Verser le restant de mousse au mascarpone et égaliser la surface. Placer au congélateur pendant au moins 12 heures. Après cette étape, il est possible de conserver l’entremet pendant un mois, voire plus, au congélateur.

Glaçage
Hacher le chocolat et le gianduja, puis les déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le tout au bain-marie. Quand le tout est bien lisse, retirer du bain-marie.

En parallèle, dans une casserole, porter à ébullition la crème, l’eau et le sirop de maïs. Quand le mélange bout, le retirer du feu. Verser en trois fois la crème chaude sur les chocolats en mélangeant bien entre chaque ajout. Ajouter l’huile et mélanger, si possible, avec un pied-mélangeur en veillant bien à ne pas incorporer d’air. Laisser le glaçage refroidir jusqu’à 37°C (98°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir l’entremet du congélateur et retirer les pellicules plastiques. Déposer l’entremet sur la grille, le gâteau en contact avec la grille. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface de la bûche. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer l’entremet sur une assiette de présentation. Réserver au réfrigérateur pendant 10 à 12 heures avant de servir. Sortir l’entremet à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Savourer avec gourmandise.

*Le praliné est une pâte obtenue en broyant des amandes ou des noisettes (ou un mélange des deux) enrobées de sucre caramélisé comme ici. Il est possible de remplacer le praliné par une pâte à tartiner aux noisettes.
**Si vous ne trouvez pas biscuits Gavottes ou dentelles, remplacez-les par des céréales de riz soufflé de style Rice Krispies.
***Si vous n’avez pas de crème fraîche ou de crème sure sous la main, vous pouvez remplacer par la même quantité de crème à laquelle vous mélangez 1 cuillère à thé de jus de citron ou de vinaigre.

Et vous, avez-vous déjà préparé un dessert avec de la clémentine?

Le retour du tofu!

En hiver, je prépare plus souvent des soupes et du coup, j’expérimente beaucoup moins de recettes végétariennes. Je n’arrive pas à dédier un jour aux plats végétariens comme je l’ai fait pour le poisson. Peut-être en dressant une liste et en essayant de consulter plus de sites de recettes végétariennes, j’arriverais à intégrer ce type de recette dans ma routine culinaire.

En attendant, je vous propose une recette de tofu magique. Pourquoi magique? Parce que la recette est très simple et qu’elle est hyper polyvalente. Vous pouvez servir le tofu magique tel quel, en l’intégrant à un bol, en l’enrobant d’une sauce chaude de votre choix ou encore en le manger froid dans un sandwich… et plein d’autres possibilités! Cette recette est une création de Loounie.

Tofu magique de Loounie
Tofu magique de Loounie
Pour 2 à 3 personnes

200 g de tofu ferme ou extra-ferme*
½ cuillère à soupe de sauce soja
½ cuillère à soupe de jus de citron ou de vinaigre de cidre
½ cuillère à soupe de sirop d’érable
¼ à ⅓ de tasse ou 15 à 20 g de levure alimentaire
  en flocons**

Éponger le tofu pour retirer le plus d’eau possible. Avec les doigts, défaire le tofu en morceaux.

Dans un bol, mélanger la sauce soja, le jus de citron et le sirop d’érable. Ajouter le tofu et bien mélanger. Si désiré, laisser mariner le tofu pendant 4 à 12 heures*** au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Ajouter la levure alimentaire au tofu et bien mélanger.

Déposer le tofu sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin ou d’un tapis en silicone. Enfourner et cuire pendant 25 minutes ou jusqu’à ce que le tofu soit bien doré. Servir avec une sauce de votre choix de déguster avec plaisir.

*Au Québec, il y a plusieurs textures possible dans les tofus : ferme, extra-ferme, mi-ferme, mou, soyeux, crémeux, etc. En Suisse, on trouve généralement le tofu ferme dans les rayons réfrigérés dédiés aux alimentes végétariens… et il n’y a pas d’autres textures disponible en générale dans cette section.
**La levure alimentaire ou nutritionnelle n’est pas la levure que l’on utilise pour faire du pain (et encore moins la levure chimique utilisée en pâtisserie). En Suisse, on trouve la levure alimentaire dans les pharmacies ou les magasins d’alimentation spécialisés. Au Québec, elle se trouve de plus en plus facilement dans les épiceries.
***Moi, je préfère quand le tofu a mariné plusieurs heures, mais libre à vous d’omettre cette étape.

Et vous, est-ce que les repas végétariens sont encrés dans vos habitudes?

Lumières de Noël

Comme mon chéri était absent pour la soirée, j’ai décidé d’aller manger à l’extérieur avec Mini-nous. J’ai choisi d’aller dans une ville où il y a plein de décorations de Noël. Après le souper, nous avons sillonné les rues pour profiter des animations lumineuses. Une sortie tout simple mais des plus agréables. Comme quoi, même s’il y a pas de neige, les lumières de Noël rendent les villes magiques. Dommage que dans notre village, les gens ne décorent pas plus… d’un autre côté, il faut aussi que je trouve une idée pour décorer l’extérieur de la maison!

Je reste dans un menu tout simple : des boulettes. Cette fois, il s’agit de boulettes asiatiques au gingembre et au sésame. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Boulettes de porc asiatique, sauce au gingembre et au sésame
Boulettes de porc asiatique, sauce au gingembre et au sésame
Pour 4 personnes

Sauce
1 cuillère à soupe de gingembre frais, haché finement
2 cuillères à soupe de ketchup
¼ de tasse ou 60 g de sauce soja
2 cuillères à soupe de sirop d’érable
1 cuillère à thé d’huile de sésame
1½ tasse ou 375 g de bouillon de poulet
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
¼ de tasse ou 60 g d’eau
2 cuillères à thé de graines de sésame

Boulettes
2 cuillères à soupe d’huile végétale
1 cuillères à soupe de gingembre frais, haché finement
2 gousses d’ail, haché
1 oeuf
½ cuillère à thé d’huile de sésame
400 g de porc haché
Sel et poivre

Sauce
Dans un bol, délayer la fécule de maïs dans l’eau. Ajouter le gingembre, le ketchup, la sauce soja, le sirop d’érable, l’huile de sésame, le bouillon de poulet et les graines de sésame. Réserver.

Boulettes
Dans une poêle, chauffer à feu moyen 1 cuillère à soupe d’huile végétale. Attendrir le gingembre et l’ail. Quand l’ail commence légèrement à colorer, verser le contenu de la poêle dans un bol et laisser tiédir, environ 10 à 15 minutes.

Ajouter l’oeuf, l’huile de sésame et le porc haché. Saler et poivrer. Mélanger et façonner des boulettes d’environ 3,5 cm (1½ pouce).

Dans la même poêle, verser le restant d’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, faire dorer les boulettes sur toutes les faces, soit environ 6 à 8 minutes.

Brasser la sauce et la verser sur les boulettes. Couvrir et laisser mijoter à feu doux pendant 5 à 6 minutes ou jusqu’à ce que les boulettes soient cuites. Servir et déguster avec plaisir.

Dès la semaine prochaine, je devrais vous proposer des idées de recettes un peu plus festives.

Ramène ta fraise

Depuis quelques jours, nous nous dégustons avec plaisir des fraises. Il s’agit sans doute de notre fruit préféré… on travaille encore un peu à convaincre Mini-nous, mais j’ai bon espoir que la fraise soit un des fruits préférés de la famille. À chaque année, je me pose la même question : comment je vais les cuisiner? J’adore ces pépites rouges telles quelles, alors je ne suis pas très inspirée pour les apprêter. Pas grave, nous referons des classiques comme les carrés aux fraises et la tarte rapide aux fraises.

En attendant, j’ai quand même déjà expérimenté une nouvelle recette de crumble. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Crumble chocolaté aux fraises et à la rhubarbe
Crumble chocolaté aux fraises et à la rhubarbe
Pour 6 à 8 personnes

Garniture
4 tasses ou 650 g de fraises coupées en deux ou en quatre
2 tasses ou 270 g de rhubarbes coupées en tronçons
  d’environ 1 cm (⅜ de pouce)
¼ de tasse ou 85 g de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1 cuillère soupe d’eau
60 g (2 onces) de chocolat blanc*

Crumble
1½ tasse ou 150 g de flocons d’avoine
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, fondu
¼ de tasse ou 26 g de cacao
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
⅓ de tasse ou 47 g de farine
1 pincée de sel

Garniture
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un plat de cuisson allant au four d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre*, mélanger les fraises, la rhubarbe, le sirop d’érable et la fécule de maïs préalablement délayée dans l’eau. Hacher le chocolat blanc et le répartir sur les fruits.

Crumble
Dans un bol, mélanger les flocons d’avoine, le cacao, le sucre, la farine et le sel. Ajouter le beurre fondu et mélanger. Répartir la préparation sur les fruits.


Dans un bol, mélanger les flocons d’avoine, le cacao, le sucre, la farine et le sel. Ajouter le beurre fondu et mélanger. Répartir la préparations sur les fruits. Enfourner et cuire pendant 45 à 50 minutes. Déguster chaud ou tiède avec gourmandise.

*C’est mon petit ajout. Vous pouvez l’omettre, le remplacer par un autre chocolat. Vous pouvez également mélanger le chocolat avec les fruit.

Et vous, avez-vous une recette en vue pour cuisiner les fraises?

En attendant le chocolat…

J’ai plusieurs recettes chocolatées qui attentent d’être publiées… et je n’ai pas encore commencé à m’attaquer au chocolat de Pâques! Pour faire une pause avant d’attaquer des recettes avec du chocolat, encore du chocolat et toujours du chocolat, je vous propose une recette de tarte au jus de pomme.

J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 17, numéro 3.

Tarte au jus de pomme
Tarte au jus de pomme
Pour 10 personnes

Garniture
7 tasses ou 1,75 litre de jus de pommes frais non filtré*
¼ de tasse ou 80 g de sirop d’érable
2 cuillères à soupe de farine
2 cuillères à soupe de fécule de maïs
1 oeuf
½ tasse ou 125 g de crème à 35 % ou entière

Pâte
1¼ tasse ou 175 g de farine
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
¼ de cuillère à thé de sel
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, froid
3 cuillères à soupe d’eau froide

Garniture
Dans une grande casserole, verser le jus de pomme. À feu moyen, chauffer le jus de pomme et le faire réduire jusqu’à ce qu’il reste que 310 ml (1¼ tasse) de jus, soit pendant 50 minutes. Retirer du feu et ajouter le sirop d’érable. Réserver.

Pâte
Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel. Incorporer le beurre dans le mélange de farine à l’aide d’un coupe-pâte ou des mains afin d’obtenir une texture granuleuse. Ajouter l’eau glacée graduellement. Mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte presque homogène. Former un disque avec la pâte et l’emballer dans une pellicule plastique**. Réfrigérer pendant au moins 20 minutes.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte sur une épaisseur de 3 mm (⅛ de pouce). Foncer la pâte dans un moule à tarte de 23 cm (9 pouces) de diamètre. Couper l’excédent de pâte à 1 cm du bord du moule. Replier le bord pour obtenir une double épaisseur de pâte, puis avec les doigts, festonner le bordure.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un bol, mélanger la farine et la fécule de maïs. Ajouter l’oeuf. Incorporer la crème puis la réduction de jus de pomme. Verser le liquide dans la pâte à tarte. Enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce que la garniture soit figée et légèrement dorée. Laisser tiédir avant de servir. Déguster avec gourmandise.

*Le goût du jus de pomme va influencer le résultat : si le jus de pomme est bien sucré, la tarte sera douce et plutôt sucrée; si le jus de pomme est un peu plus acidulé, l’acidité sera le goût dominant de la tarte.
**Si comme moi vous réduisez l’utilisation de film plastique, vous pouvez très bien déposer la pâte dans une boîte qui ferme hermétiquement pour la réfrigérer.

Pour les prochains articles, prévoyez du chocolat et encore du chocolat au cas où!