Mot-clé : sirop d’érable

Un peu de blanc

Cette semaine, il y a quelques flocons qui ont recouvert le sol. C’est avec enthousiasme que nous avons revêtu nos habits de neige avec Mini-nous. J’ai découvert que jouer dans la neige n’était pas toujours évident : la couche de neige était vraiment mince que je sentais la dureté sous mes genoux et par la même occasion, j’ai appris qu’il pouvait être difficile, voire impossible, de faire une boule de neige qui fasse plus de 30 cm (12 pouces) de diamètre! Nous avons quand même réussi à réaliser un bonhomme de neige, mais il y avait vraiment longtemps que je n’en avais pas fait d’aussi petit.

Après avoir joué dehors, rien de mieux qu’un plat mijoté. Je vous propose donc une recette d’osso buco. J’ai pris cette recette dans le magazine de 3 fois par jour, automne 2016.

Osso buco au vin rouge et au chorizo
Osso buco au vin rouge et au chorizo
Pour 4 personnes

2 cuillères à soupe de farine
4 tranches de jarrets de veau*
2 cuillères à soupe d’huile végétale
3 échalotes
2 gousses d’ail
½ tasse ou 75 g de chorizo coupé en petits dés**
3 cuillères à soupe de pâte de tomates
¾ de tasse ou 190 g de vin rouge
2 tasses ou 500 g de bouillon de boeuf
2 cuillères à soupe de sirop d’érable
8 carottes
Sel et poivre

Préchauffer le four à 150°C (300°F).

Saupoudrer la farine sur les tranches de jarrets de veau. Hacher les échalotes et l’ail. Éplucher et couper en bâtonnets les carottes.

Dans un chaudron, verser l’huile et la chauffer. Quand l’huile est bien chaude, déposer les tranches de viande et les colorer de chaque côté. Saler et poivrer. Retirer la viande du chaudron et réserver sur une assiette.

Dans le même chaudron, faire revenir l’échalote, l’ail, les dés de chorizo et la pâte de tomates pendant 2 minutes.

Déglacer avec le vin rouge et laisser bouillir pendant 1 minute. Ajouter le bouillon de boeuf, le sirop d’érable et les carottes. Quand le tout bout, remettre la viande dans le chaudron. Couvrir et enfourner pendant 4 heures. Saler et poivrer au besoin. Servir sur un lit de pâte ou de purée de pommes de terre. Déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser des jarrets de porc.
**Vous pouvez remplacer le chorizo par 6-8 tranches de pancetta ou de bacon.

Cette nuit, une belle quantité de neige est venu recouvrir le sol. Malheureusement, la neige n’est pas collante ce qui n’aide pas à la réalisation d’un bonhomme de neige. C’est bien la première fois depuis que j’habite en Suisse que la neige prend cette forme.

Toujours vers le même granola

Il y a des périodes où je mange presque quotidiennement du granola et d’autre où le pot tarde à se vider. À l’occasion, j’essaie de varier mes recettes, mais je reviens facilement à celle-ci, ma préférée! Mini-nous m’a même fait ajouter du cacao une fois et le résultat était toujours aussi gourmand. Cependant, l’intérêt d’essayer d’autres recettes est de découvrir des nouvelles textures et des nouveaux mariages de saveur.

Cette fois, c’est l’utilisation du quinoa qui m’a intriguée. Le goût du granola que je vous propose diffère des autres recettes que j’ai testé. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 14, numéro 8.

Granola au quinoa
Granola au quinoa
Pour un pot de 875 ml

½ tasse ou 90 g de quinoa
½ tasse ou 80 g de graines de citrouille ou de courge*
½ tasse ou 75 g de graines de tournesol
½ tasse ou 65 g de noix de cajou non salées
½ tasse ou 65 g de pistaches non salées
6 cuillères à soupe ou 127 g de sirop d’érable
1½ cuillère à soupe d’huile de colza ou de canola**
¼ de cuillère à thé de sel

Rincer le quinoa et l’égoutter.

Concasser les noix de cajou et les pistaches.

Préchauffer le four à 160°C (325°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un grand bol, verser le quinoa, les graines de citrouille, les graines de tournesol, les noix de cajou, les pistaches, le sirop d’érable, l’huile et le sel. Bien mélanger et répartir sur la plaque de cuisson préparée.

Enfourner et cuire pendant 20 minutes en remuant une fois pendant la cuisson. Laisser totalement refroidir. Si le granola est encore collant après avoir refroidi, remettre au four quelques minutes. Verser le granola dans des contenants en verre pour le conserver jusqu’à 1 mois. Déguster avec gourmandise.

*Comme pour tous les granolas, vous pouvez substituer un ingrédient par un autre : des graines de sésame, des noisettes, etc.
**J’ai diminué la quantité d’huile, car je trouvais qu’il en restait beaucoup après la cuisson. Libre à vous d’en mettre 2 cuillères à soupe ou non.

Et vous, connaissiez-vous le quinoa dans un granola?

Improvisé et révisé…

L’idée pour le souper était simple : faire des boulettes, des pâtes et une sauce tout simple à base de bouillon. Cependant, la sauce n’a pas voulu être coopérative et elle était fade. Alors, j’ai brassé beaucoup d’air dans la cuisine pour ajouter ci et cela pour lui donner une belle saveur. Arrivé à table, je n’étais pas certaine que la sauce se marierait bien avec les boulettes. Puis, ce fût Mini-nous qui régla la question en me disant que ma sauce était bonne. J’avoue que je suis restée assez surprise : c’était la première fois que Mini-nous faisait un commentaire de sa propre initiative sur ma cuisine!

Comme la sauce a finalement bien été appréciée, je l’ai noté en vitesse pour pouvoir la refaire. Voici donc ma recette de sauce improvisée (et révisée pour obtenir un beau résultat) avec des boulettes contenant du brocoli. Pour les boulettes, j’ai pris la recette dans le magazine Ricardo volume 14, numéro 7.

Boulettes à la viande et au brocoli en sauce
Boulettes à la viande et au brocoli en sauce
Pour 4 personnes

Boulettes
½ de tasse ou 30 g de panko
3 cuillères à soupe ou 45 g de lait
2 tasse ou 160 g de brocoli en petits bouquets
400 g de viande hachée (veau, boeuf, porc ou un mélange)
1 oeuf
1 gousse d’ail haché ou 1 cuillère à thé de fleur d’ail

Sauce*
1 cuillère à soupe d’huile végétale
2 gousses d’ail
1 oignon
⅓ de tasse ou 85 g de vin blanc
½ tasse ou 125 g de bouillon de boeuf
½ tasse ou 125 g de demi-glace ou de sauce à rôti liée
½ cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
2 cuillères à thé de moutarde de Dijon
2 cuillères à thé de sirop d’érable
1 cuillère à thé de pâte de tomate
1 cuillère à thé d’herbes séchées (de Provence,
  à l’italienne, etc.)
5 gouttes de sauce Worcestershire
3 gouttes de sauce de poisson
2 cuillères à thé de farine
¼ de tasse ou 60 g d’eau
Sel et poivre

Boulettes
Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Dans un bol, mélanger la chapelure et le lait. Laisser reposer 5 minutes.

Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », déposer les bouquets de brocoli et mixer pour les hacher finement. Verser le brocoli haché dans le bol contenant la chapelure. Ajouter la viande hachée, l’oeuf et l’ail. Saler, poivrer et bien mélanger. Façonner des boulettes d’environ 2,5 cm (1 pouce) de diamètre. Déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire les boulettes pendant 15 à 20 minutes. Verser l’huile dans une poêle et ajouter les gousses d’ail. Chauffer l’huile. Quand le corps gras commence à être chaud, ajouter les oignons. Cuire les oignons jusqu’à ce qu’il soit tendre.

Sauce
Pendant que les boulettes cuisent, préparer la sauce. Couper en fines demi-rondelles l’oignon et couper en deux les gousses d’ail.

Déglacer avec le vin et laisser réduire de moitié. Ajouter les moutardes, le sirop d’érable, la pâte de tomate, les herbes séchées, la sauce Worcestershire et la sauce de poisson. Verser le bouillon de boeuf puis la demi-glace. Laisser mijoter pendant quelques minutes.

Dans un bol, délayer la farine dans l’eau. Ajouter progressivement ce mélange à la sauce en remuant continuellement. Saler, poivrer et rectifier les assaisonnement au besoin.

Servir les boulettes nappées de sauce avec de pâtes. Déguster avec plaisir.

*Si vous ne voulez pas préparer cette sauce, libre à vous de servir les boulettes avec une sauce tomate tout simplement.

Et vous, est-ce qu’il vous arrive que les enfants de votre entourage fassent des commentaires positifs sur votre cuisine?

Entre y penser et le faire…

Depuis quelques mois, je relève de plus en plus de recettes végétariennes. Pourtant, j’ai dû mal à franchir le pas et je n’ai pas encore mis de légumineuse au menu. Il faut dire que je planifie beaucoup moins nos repas et que l’improvisation s’invite de plus en plus. J’aime bien le tofu, mais ce n’est pas le cas de mon chéri. Alors pour les légumineuses, je crains vraiment le résultat : il faut dire que j’ai un souvenir assez moyen avec les lentilles corail. Bref, beaucoup d’hésitation et de tergiversation. La solution est pourtant simple : planifier un repas végétarien lorsque je suis seule avec Mini-nous. Alors, est-ce que vous croyez que je vais le faire avant la fin de l’été?

Dans un autre registre, je vous propose une recette toute simple de brochettes de poulet. La marinade que je vous présente est une recette de base que vous pouvez décliner selon vos envies : employer une autre huile, changer de vinaigre, ajouter des épices ou des herbes, incorporer de la moutarde ou du pesto, etc. Après libre à vous de choisir une autre protéine (porc, crevettes, boeuf, etc.). Dans mon cas, j’ai créé cette recette pour utiliser une huile d’olive à l’orange.

Brochettes de poulet mariné simplement
Brochettes de poulet mariné simplement
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet désossées et sans la peau
3 cuillères à soupe d’huile d’olive à l’orange*
3 cuillères à soupe de vinaigre balsamique**
2 cuillères à soupe de sirop d’érable ou de miel
½ cuillère à thé d’herbes séchées (de Provence,
  à l’italienne, etc.)
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger l’huile, le vinaigre, le sirop d’érable (ou le miel) et les herbes séchées.

Couper les poitrines de poulet en cubes et les déposer dans la marinade. Couvrir et réfrigérer. Laisser la viande marinée pendant 4 à 12 heures.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Rincer sous l’eau froide les piques à brochette en bois pour éviter qu’ils brûlent durant la cuisson. Enfiler les morceaux de poulet marinés sur les piques à brochettes. Déposer les brochette sur une plaque de cuisson légèrement huilé et enfourner pendant 18 à 25 minutes. À mi-cuisson, retourner les brochettes. Sortir du four et servir sans attendre. Déguster avec plaisir.

*Si vous n’avez pas d’huile d’olive parfumée à l’orange (ou à un autre agrume), utilisez de l’huile d’olive et ajouter le zeste d’une orange.
**Il est possible d’employer un autre vinaigre de votre choix.

Et vous, que pensez-vous de la cuisine végétarienne : facile ou non à mettre au menu?

Un peu de rose

Le rose n’est pas vraiment ma couleur préférée. Cependant, le fleuriste doit croire le contraire. Récemment, j’ai été chercher à deux reprises des fleurs et les variétés qui m’interpellaient n’étaient disponibles qu’en rose!

Pour poursuivre avec le rose, je vous propose une recette d’escalopes de poulet glacées à l’érable. Comme j’ai utilisé une moutarde contenant du cassis, mes escalopes ont un peu pris cette couleur. J’ai trouvé la recette sur le site de Trois fois par jour. J’ai modifié le mode de cuisson puisque j’ai utilisé du poulet au lieu de la dinde.

Escalopes de poulet glacées à l'érable
Escalopes de poulet glacées à l’érable
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet désossées
2 gousses d’ail
¼ de tasse ou 85 g de sirop d’érable
2 cuillères à soupe de moutarde de Dijon*
2 cuillères à soupe ou 30 g de beurre fondu**
Sel et poivre

Préchauffer le four à 230°C (450°F).

Couper les poitrines de poulet en deux ou trois, selon leur taille, sur l’épaisseur pour obtenir des escalopes.

Hacher finement les gousses d’ail.

Dans un bol, mélanger le sirop d’érable, la moutarde de Dijon, l’ail et le beurre fondu. Ajouter les escalopes et bien mélanger pour les enrober. Déposer les escalopes sur une plaque de cuisson. Saler, poivrer et arroser avec le restant de marinade.

Enfourner et cuire pendant 7 à 10 minutes ou jusqu’à ce que le poulet soit cuit. Servir avec un riz et des légumes de votre choix. Déguster avec plaisir.

*Moi, j’ai utilisé de la moutarde au cassis de Dijon d’où la couleur rose de mon plat. Libre à vous d’utiliser une moutarde classique ou parfumée.
**Il est possible de remplacer le beurre par de l’huile.

Et vous, êtes-vous du genre « fleur rose »?