Mot-clé : sirop d’érable

Souvent la base

Récemment, j’ai eu envie de faire des madeleines. J’en ai donc profité pour tester une nouvelle recette. Je trouve assez incroyable ce « biscuit-gâteau » : on mélange toujours à peu près les mêmes ingrédients, mais le goût et la texture ne sont jamais les mêmes. D’un autre côté, je me rends également compte que j’ai un faible pour les parfumer à la vanille. Je crois que je devrais être un peu plus aventureuse avec les madeleines et vous proposer un parfum un peu plus original!

Pour les madeleines du jour, je vous présente la recette de Christophe Michalak issue de son livre Les desserts qui me font craquer.

Madeleines de Michalak
Madeleines de Michalak
Pour 24 madeleines

1 tasse ou 130 g de farine
1 pincée de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
Zeste de 1 citron*
1 gousse de vanille
3 oeufs
¾ de tasse ou 150 g de sucre
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 130 g de beurre
  non salé
½ cuillère à soupe ou 10 g de miel
½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g de sirop
  d’érable (facultatif)

Dans une petite casserole, faire fondre le beurre avec le miel. Retirer du feu et réserver.

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel

Dans un second bol, fouetter les oeufs avec le sucre et les zeste de citron. Couper la gousse de vanille en deux, gratter les grains et ajouter les grains au mélange d’oeufs. Incorporer le beurre fondu, puis le mélange de farine. Quand la préparation est homogène, couvrir la pâte d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 12 heures.

Préchauffer le four à 200°C (400°F)**.

Beurrer et enfariner les empreintes d’un moule à madeleine si nécessaire. Remplir avec la pâte à madeleine les alvéoles aux trois quarts. Enfourner pendant 7 à 12 minutes ou jusqu’à ce que les madeleines soient bien dorées. À La sortie du four, démouler et les tremper dans le sirop d’érable***. Laisser totalement refroidir. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez utiliser le zeste de 2 citrons et omettre la vanille ou employer le zeste d’un autre agrume.
**La recette propose de cuire les madeleines à 180°C (350°F). Personnellement, je n’obtiens pas de belles madeleines en utilisant une température si base.
***Si vous aimez manger vos madeleines encore tiède, il n’est pas nécessaire de les tremper dans le sirop d’érable : la texture et le goût sont moins intéressants que quand elles sont totalement refroidies.

Et vous, avez-vous une recette originale de madeleines à me proposer?

Un petit déjeuner autrement…

Il est rare que je prenne beaucoup de temps pour préparer le déjeuner. Souvent, je me réveille et quelques minutes plus tard, j’ai faim! Dire que pendant des années, j’étais incapable d’avaler quelque chose le matin. Le déjeuner est le seul repas que nous arrivons rarement à partager à trois : la fin de semaine, j’aime bien dormir un peu plus, alors que mes deux amours sont debout dès que le jour se lève…

Cependant un dimanche, j’ai eu envie de me préparer quelque chose de différent et j’ai préparé une tartine chaude aux pommes. C’est gourmand et cela change des « toasts » ou des céréales. La recette est tirée du magazine Ricardo volume 15, numéro 2.

Tartines chaudes aux pommes
Tartines chaudes aux pommes
Pour 2 personnes

¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé, tempéré
113 g (4 onces) de compote de pommes non sucré*
2 cuillères à thé de sucre glace
4 tranches de pain au choix (nature, aux raisins, multigrain, etc.)
2 petites pommes
Sirop d’érable, au goût

Dans un bol, fouetter le beurre à l’aide d’un batteur électrique jusqu’à ce qu’il pâlisse. Ajouter graduellement ¼ de tasse ou 62 g de compote de pommes et le sucre glace. Fouetter jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Verser le beurre dans un petit contenant et réserver**.

Préchauffer le four à 250°C (500°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier d’aluminium.

Couper en deux les pommes, l’épépiner et faire de fines tranches.

À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, aplatir les tranches de pain. Si désiré, retirer les croûtes. Déposer les tranches de pain sur la plaque de cuisson. Enfourner et cuire pendant 5 à 7 minutes ou jusqu’à ce qu’elles soient croustillantes.

Sortir le pain du four et tartiner de beurre à la compote. Répartir le restant de compote de pommes sur les tranches de pain. Répartir les tranches de pommes sur la compote. Badigeonner légèrement de sirop d’érable. Enfourner de nouveau pendant 5 à 8 minutes. Laisser tiédir et déguster avec gourmandise.

*Au Québec, cette quantité correspond à un contenant de compote individuel qu’on retrouve facilement dans les épiceries.
**Il restera du beurre à la compote de pommes. Dégustez-le un autre jour sur une tranche de pain grillé, des crêpes, des gaufres, etc.

Et vous, avez-vous consacrez-vous beaucoup de temps pour préparer le déjeuner?

Rhubarbe et…

Quand je vois la rhubarbe sur les étales, je me dis qu’il faut que je trouve une recette pour l’apprêter. Habituellement, je n’ai pas d’idée et la saison de la rhubarbe passe trop vite. Cette fois, je me suis mise à réfléchir rapidement à la manière de la cuisiner et j’ai rapidement acheté quelques tiges pour mettre en place la recette.

Je ne sais pas pourquoi, j’avais envie de travailler la rhubarbe en gâteau renversé. De plus, je voulais utiliser de la pistache, alors le gâteau de Pascale (C’est moi qui l’ai fait) m’a servi de base à mon dessert. Au final, ce gâteau n’est pas très sucré, mais il est très addictif.

Gâteau renversé à la rhubarbe et aux pistaches
Gâteau renversé à la rhubarbe et aux pistaches
Pour 8 personnes

Garniture
400 g de rhubarbe, environ 6 tiges*
4 cuillères à thé ou 18 g de beurre
3 cuillères à soupe ou 60 g de sirop d’érable

Gâteau
3 oeufs
½ tasse moins 2 cuillères à thé ou 90 g de sucre
⅓ de tasse et ½ cuillère à soupe ou 90 g d’eau
1½ cuillère à soupe ou 27 g de pâte de pistache**
½ tasse ou 75 g de pistaches
½ tasse moins ½ cuillère à soupe ou 75 g de poudre
  d’amandes
2½ cuillères à soupe ou 15 g de fécule de maïs
  ou de maïzena
¼ de cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
100 g (3,5 onces) de chocolat blanc, concassé grossièrement
  (facultatif)

Beurrer et chemiser de papier parchemin un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces).

Garniture
Éplucher et couper la rhubarbe en tronçons d’environ 9 cm (3½ pouces) de longueur.

Dans une poêle, porter à ébullition le sirop d’érable et le beurre. Quand le liquide bout, ajouter les morceaux de rhubarbe. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que les tronçons de rhubarbe soient tendres. Retirer délicatement les morceaux de rhubarbe de la poêle et les déposer dans le fond du moule préparé.

Laisser le liquide de la poêle réduire jusqu’à ce qu’il ait épaissi et verser dans le moule. Réserver.

Gâteau
Préchauffer le four à 165°C (330°F).

Dans un robot muni d’une lame en « s », mixer les pistaches pour obtenir un poudre. Verser la poudre de pistaches dans un bol. Ajouter la poudre d’amandes, la fécule de maïs, la levure chimique et le sel.

Séparer les blancs des jaunes d’oeufs.

Dans une casserole, verser 5 cuillères à soupe ou 60 g de sucre et l’eau. Faire bouillir jusqu’à 118°C (244°F). En parallèle, fouetter à l’aide d’un robot pâtissier ou d’une batteur électrique les jaunes d’oeufs et la pâte de pistache. Quand le sucre cuit a atteint 118°C (244°F), le verser en filet sur les jaunes d’oeufs alors que le robot les fouette à pleine vitesse. Continuer à fouetter jusqu’à ce que la préparation soit tiède. Le mélange doit avoir pris du volume.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige. Quand les blancs d’oeufs sont mousseux, ajouter progressivement le sucre restant. À l’aide d’un spatule, ajouter un tiers des blancs d’oeufs aux jaunes d’oeufs. Incorporer délicatement le reste de blancs d’oeufs. Ajouter la préparation de poudre de pistaches et d’amandes à la pâte.

Verser la moitié de la pâte sur la rhubarbe. Répartir les morceaux de chocolat blanc, puis couvrir avec le restant de pâte. Enfourner et cuire pendant 35 à 40 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir le gâteau pendant 5 minutes avant de le démouler. Laisser tiédir et déguster avec gourmandise.

*Il faut assez de rhubarbe pour pouvoir recouvrir le fond du moule, voire un peu plus.
**Je n’avais plus assez de pâte de pistache, alors j’ai remplacé une partie par du beurre d’amandes (ou de la purée d’amandes). Vous pourriez faire la recette qu’avec des amandes au lieu des pistaches : le goût du gâteau sera fort différent.

Et vous, pensez-vous à cuisiner chaque année de la rhubarbe?

Un peu de blanc

Cette semaine, il y a quelques flocons qui ont recouvert le sol. C’est avec enthousiasme que nous avons revêtu nos habits de neige avec Mini-nous. J’ai découvert que jouer dans la neige n’était pas toujours évident : la couche de neige était vraiment mince que je sentais la dureté sous mes genoux et par la même occasion, j’ai appris qu’il pouvait être difficile, voire impossible, de faire une boule de neige qui fasse plus de 30 cm (12 pouces) de diamètre! Nous avons quand même réussi à réaliser un bonhomme de neige, mais il y avait vraiment longtemps que je n’en avais pas fait d’aussi petit.

Après avoir joué dehors, rien de mieux qu’un plat mijoté. Je vous propose donc une recette d’osso buco. J’ai pris cette recette dans le magazine de 3 fois par jour, automne 2016.

Osso buco au vin rouge et au chorizo
Osso buco au vin rouge et au chorizo
Pour 4 personnes

2 cuillères à soupe de farine
4 tranches de jarrets de veau*
2 cuillères à soupe d’huile végétale
3 échalotes
2 gousses d’ail
½ tasse ou 75 g de chorizo coupé en petits dés**
3 cuillères à soupe de pâte de tomates
¾ de tasse ou 190 g de vin rouge
2 tasses ou 500 g de bouillon de boeuf
2 cuillères à soupe de sirop d’érable
8 carottes
Sel et poivre

Préchauffer le four à 150°C (300°F).

Saupoudrer la farine sur les tranches de jarrets de veau. Hacher les échalotes et l’ail. Éplucher et couper en bâtonnets les carottes.

Dans un chaudron, verser l’huile et la chauffer. Quand l’huile est bien chaude, déposer les tranches de viande et les colorer de chaque côté. Saler et poivrer. Retirer la viande du chaudron et réserver sur une assiette.

Dans le même chaudron, faire revenir l’échalote, l’ail, les dés de chorizo et la pâte de tomates pendant 2 minutes.

Déglacer avec le vin rouge et laisser bouillir pendant 1 minute. Ajouter le bouillon de boeuf, le sirop d’érable et les carottes. Quand le tout bout, remettre la viande dans le chaudron. Couvrir et enfourner pendant 4 heures. Saler et poivrer au besoin. Servir sur un lit de pâte ou de purée de pommes de terre. Déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser des jarrets de porc.
**Vous pouvez remplacer le chorizo par 6-8 tranches de pancetta ou de bacon.

Cette nuit, une belle quantité de neige est venu recouvrir le sol. Malheureusement, la neige n’est pas collante ce qui n’aide pas à la réalisation d’un bonhomme de neige. C’est bien la première fois depuis que j’habite en Suisse que la neige prend cette forme.

Toujours vers le même granola

Il y a des périodes où je mange presque quotidiennement du granola et d’autre où le pot tarde à se vider. À l’occasion, j’essaie de varier mes recettes, mais je reviens facilement à celle-ci, ma préférée! Mini-nous m’a même fait ajouter du cacao une fois et le résultat était toujours aussi gourmand. Cependant, l’intérêt d’essayer d’autres recettes est de découvrir des nouvelles textures et des nouveaux mariages de saveur.

Cette fois, c’est l’utilisation du quinoa qui m’a intriguée. Le goût du granola que je vous propose diffère des autres recettes que j’ai testé. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 14, numéro 8.

Granola au quinoa
Granola au quinoa
Pour un pot de 875 ml

½ tasse ou 90 g de quinoa
½ tasse ou 80 g de graines de citrouille ou de courge*
½ tasse ou 75 g de graines de tournesol
½ tasse ou 65 g de noix de cajou non salées
½ tasse ou 65 g de pistaches non salées
6 cuillères à soupe ou 127 g de sirop d’érable
1½ cuillère à soupe d’huile de colza ou de canola**
¼ de cuillère à thé de sel

Rincer le quinoa et l’égoutter.

Concasser les noix de cajou et les pistaches.

Préchauffer le four à 160°C (325°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un grand bol, verser le quinoa, les graines de citrouille, les graines de tournesol, les noix de cajou, les pistaches, le sirop d’érable, l’huile et le sel. Bien mélanger et répartir sur la plaque de cuisson préparée.

Enfourner et cuire pendant 20 minutes en remuant une fois pendant la cuisson. Laisser totalement refroidir. Si le granola est encore collant après avoir refroidi, remettre au four quelques minutes. Verser le granola dans des contenants en verre pour le conserver jusqu’à 1 mois. Déguster avec gourmandise.

*Comme pour tous les granolas, vous pouvez substituer un ingrédient par un autre : des graines de sésame, des noisettes, etc.
**J’ai diminué la quantité d’huile, car je trouvais qu’il en restait beaucoup après la cuisson. Libre à vous d’en mettre 2 cuillères à soupe ou non.

Et vous, connaissiez-vous le quinoa dans un granola?