Mot-clé : rhum

Une brique… ou pas

À la fin du mois de mai, j’ai acheté plusieurs romans : un peu sur un coup de tête, mais aussi parce que je venais d’en dévorer un. La semaine dernière, j’ai fini un ouvrage qui trainait depuis un bon moment sur ma table de chevet et au moment d’en choisir un nouveau, j’ai opté pour le plus volumineux. Avec 800 pages, je me suis dit que ce serait un roman parfait pour les vacances. Par contre ce que je n’avais pas anticipé, c’est que j’approcherais de la moitié du livre bien avant le début des vacances.

Dans un autre ordre d’idée, je poursuis avec une recette qui ne contient pas de fraises cette semaine, mais elle accompagne très bien ces fruits. Je vous propose donc un gâteau à la vanille inspiré de celui de Pierre Hermé. J’ai pris cette recette sur le site de Anne-Sophie, Fashion Cooking. Pour le glaçage, j’ai opté pour une recette, légèrement modifiée, de Marilou… toujours tiré de son merveilleux livre Desserts!

Gâteau à la vanille selon Pierre Hermé
Gâteau à la vanille selon Pierre Hermé
Pour 10 à 12 personnes

Gâteau
5 cuillères à thé ou 25 g de lait
1½ gousse de vanille
¾ de tase ou 170 g de beurre
¾ de tasse ou 125 g de sucre glace
1⅓ tasse et 1 cuillère à soupe ou 170 g de poudre d’amandes
1 pincée de fleur de sel
3 jaunes d’oeufs
3 blancs d’oeufs
1 oeuf
3 cuillères à soupe ou 40 g de sucre
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 80 g de farine

Sirop
¼ de tasse ou 50 g de sucre
½ tasse ou 125 g d’eau
3 cuillères à soupe de rhum
½ gousse de vanille

Glaçage
⅓ de tasse ou 83 g de crème à fouetter ou entière
1 cuillère à soupe de beurre non salé
1 cuillère à soupe de miel
½ gousse de vanille
200 g (7 onces) de chocolat blanc
¼ de tasse ou 40 g d’amandes entières

Gâteau
Dans une casserole, verser le lait et ajouter les gousses de vanilles fendues en deux ainsi que les grains grattées. Porter à ébullition. Dès que le lait frémit, retirer du feu, couvrir et laisser reposer pendant au moins 30 minutes.

Préchauffer le four à 170°C (340°F). Beurrer et chemiser le fond d’un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 24 cm (4 pouces par 9 pouces) de papier parchemin.

Dans un bol, fouetter le beurre avec le sucre glace jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la poudre d’amandes, puis les jaunes d’oeufs, l’oeuf, le sel et le lait débarrassé des gousses de vanille.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs pour les monter en neige. Quand les blancs d’oeufs sont mousseux, ajouter graduellement le sucre. Incorporer délicatement les blancs d’oeufs à la préparation à base de beurre. Tamiser la farine au-dessus de la pâte et mélanger brièvement. Verser la pâte dans le moule préparé. Enfourner et cuire pendant 10 minutes.

Tremper la lame d’un couteau dans du beurre fondu et inciser le gâteau sur toute sa longueur à environ 1 cm de de profondeur. Baisser la température du four à 160°C (325°F) et poursuivre la cuisson pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Sortir le gâteau du four et laisser tiédir sans démouler.

Sirop
Dès que le gâteau est sortie du four, préparer le sirop. Dans une casserole, verser l’eau, le sucre et la demi-gousse de vanille avec les grains grattés. Porter à ébullition et laisser mijoter le temps que le sucre soit totalement dissous. Retirer du feu et ajouter le rhum. À l’aide d’un pinceau, badigeonner le gâteau du sirop jusqu’à ce que le gâteau n’absorbe plus le liquide. Laisser le gâteau reposer pendant 20 minutes, puis le démouler.

Glaçage
Hacher grossièrement les amandes. Hacher le chocolat blanc et le déposer dans un bol.

Dans une casserole, verser la crème, le miel et le beurre. Ajouter les grains de la gousse de vanille grattés. Porter à ébullition. Dès que le mélange bout, retirer du feu et verser sur le chocolat blanc. Laisser reposer 1 minute puis mélanger jusqu’à que la texture soit lisse et brillante. Ajouter les amandes et verser le glaçage sur le gâteau. Laisser le glaçage figer avant de servir. Déguster avec gourmandise.

Et vous, vos lectures sont-elles volumineuses?

Pas de gâteau à la poire!

En regardant l’index des recettes de mon blog, je me suis aperçu qu’il n’y avait pas de gâteau à la poire. Pourtant dans ma tête, j’ai l’impression d’en avoir fait à quelques reprises. Il faut dire, que je ne m’améliore pas et que j’ai toujours de la difficulté à prévoir des desserts aux poires… Les pommes entrent beaucoup plus facilement dans ma cuisine!

Aujourd’hui, je vous propose une recette de gâteau à la poire et aux pépites de chocolat. Je me suis servie de la recette d’Isabelle du joli blog Pourquoi pas…??.

Gâteau au poire et aux pépites de chocolat
Gâteau au poire et aux pépites de chocolat
Pour 6 à 8 personnes

1 poire
⅓ de tasse et ½ cuillère à soupe ou 80 g de beurre salé,
  tempéré
½ tasse ou 100 g de cassonade
2 oeufs
1 tasse ou 140 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 cuillère à thé d’extrait de vanille*
40 g (1,5 onces) de chocolat noir ou au lait**

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Beurrer et chemiser de papier parchemin un moule rectangulaire d’environ 20 cm par 8 cm (8 pouces par 3 pouces).

Éplucher, épépiner et couper en cubes d’environ 1 cm de côté la poire. Hacher le chocolat en petits morceaux.

Dans un bol, mélanger la farine et la poudre à pâte.

Dans un autre bol, fouetter le beurre avec la cassonade jusqu’à ce que le mélange pâlisse. Incorporer un à un les oeufs. Ajouter l’extrait de vanille. Incorporer la préparation de farine, la poire et les morceaux de chocolat. Verser la pâte dans le moule.

Enfourner et cuire pendant 55 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir 10 minutes avant de démouler. Laisser totalement refroidir, idéalement sur une grille à pâtisserie. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez remplacer l’extrait de vanille par 2 cuillères à soupe de rhum.
**Plutôt que du chocolat, vous pourriez ajouter ¼ de tasse ou 35 g des grués de cacao.

Et vous, est-ce que vous êtes plutôt desserts aux pommes ou aux poires?

Ski, fait!

Cette année, nous pouvons comptabiliser un passage pour aller luger et un autre pour aller skier! J’espère bien poursuivre sur cette lancée : le temps est agréable, les pistes sont jolies et devraient le rester pendant un moment. Par contre, en discutant avec d’autres parents à l’école, il faut bien choisir sa journée. Par exemple, demain ne devrait pas être idéale, mais l’on ne sait jamais avant d’être la journée même. Les joies des prévisions météo!

Après une journée de ski, rien ne vaut une petite touche sucrée… D’accord, un chocolat chaud aurait été une meilleure proposition, mais je n’en prépare presque jamais : mon excuse, c’est qu’il ne fait jamais assez froid en Suisse! Je vous présente donc une tarte butterscotch. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 15, numéro 8.

Tarte butterscotch au bourbon en croûte de pacanes
Tarte butterscotch au bourbon en croûte de pacanes
Pour 8 à 10 personnes

Croûte
2 tasses ou 200 g de pacanes ou de noix de pécan
2 cuillères à soupe de cassonade ou de sucre roux
2 cuillères à soupe de beurre non salé, fondu

Crème butterscotch
1¼ tasse ou 250 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 35 g de fécule de maïs
3 jaunes d’oeufs
1 tasse ou 250 g de lait
1 tasse ou 250 g de crème 35 % ou entière
3 cuillères à soupe de bourbon*
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
2 cuillère à soupe de beurre non salé
Fleur de sel au goût (facultatif)

Croûte
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser le fond d’un moule à charnière de 20 cm (8 pouces) de diamètre de papier parchemin.

Dans un robot culinaire munit d’une lame en « s », hacher les pacanes avec la cassonade. Ajouter le beurre fondu et mélanger jusqu’à ce que le mélange de tienne quand il est pressé entre les doigts. Presser le mélange dans le fond du moule à charnière et sur les côtés, jusqu’au deux tiers de la hauteur du moule. Enfourner et cuire pendant 18 minutes ou jusqu’à ce que la croûte commence à dorer. Sortir du four et laisser totalement refroidir.

Crème butterscotch
Dans une casserole, mélanger la fécule de maïs et la cassonade. Ajouter les jaunes d’oeufs et la moitié du lait. Quand le mélange est bien homogène, ajouter le restant du lait et la crème. À feu moyen, porter le mélange à ébullition en brassant continuellement. Cuire jusqu’à ce que le mélange épaississe et compter 1 minute de plus. Retirer du feu, incorporer le bourbon et l’extrait de vanille. Si désiré, filtrer la crème dans un tamis. Incorporer le beurre.

Verser la crème dans la croûte de pacanes. Couvrir d’une pellicule plastique directement appliquée sur la crème. Laisser tiédir au moins 30 minutes, puis réfrigérer pendant 6 heures. Au moment de servir, démouler la tarte et saupoudrer d’un peu de fleur de sel. Déguster avec gourmandise.

*Il est possible de réduire la quantité de bourbon ou de le remplacer par un autre alcool : whisky, rhum brun, etc.

Et vous, est-ce que vous allez skier cet hiver?

Grincement du soir…

Hier après nous être mis au lit, nous avons attendu un grincement, puis un deuxième. Au second bruit, je me suis levée pour essayer d’identifier la provenance de ce son. Impossible de dire ce que c’était. À peine installé entre les couvertures : « Boum! ». Sursaut et c’est en allumant la lumière du salon que nous avons découvert le téléviseur qui était tombé… La bonne nouvelle, c’est que ce soit arrivé à ce moment : ce n’était pas au milieu de la nuit ou alors que Mini-nous jouait à proximité de l’écran. Évidemment, l’écran n’a pas aimé le choc et c’est seulement en allumant que nous voyons l’impact!

En attendant de magasiner un nouvel appareil, je vous propose une recette d’éclair marron-amande. La recette est tirée du livre Éclair de génie de Christophe Adam. Si on oublie les montages élaborés, les recettes sont plutôt simples : raison de plus de tester d’autres éclairs!

Éclair marron-amande
Éclair marron-amande
Pour 10 éclairs

Craquelin
5½ cuillères è thé ou 25 g de beurre
2½ cuillères à soupe ou 30 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 30 g de farine

Crémeux à l’amande
1¼ cuillère à thé ou 3 g de gélatine en poudre
½ tasse ou 120 g de lait
⅓ de tasse et ½ cuillère à soupe ou 90 g de crème 35 %
  ou entière
40 g (1½ once) de chocolat blanc
35 g (1¼ once) de pâte d’amande*

Crémeux au marron
¾ cuillère à thé ou 2 g de gélatine en poudre
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g de lait
2 jaunes d’oeufs
1 cuillère à thé ou 3 g de fécule de maïs ou de maïzena
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 170 g de crème de marron**
½ tasse et 2 cuillères à thé ou 120 g de beurre non salé
½ cuillère à soupe ou 7 g de rhum

Pâte à choux
⅓ tasse ou 80 g d’eau
¼ cuillère à thé de sucre
2½ cuillères à soupe ou 35 g de beurre non salé
¼ cuillère à thé de fleur de sel***
1 cuillère à soupe ou 7 g de lait en poudre
5 cuillères à soupe ou 45 g de farine
2 oeufs

Craquelin
Dans un bol, mélanger la cassonade et la farine. Incorporer le beurre à l’aide des mains jusqu’à ce que la préparation puisse se tenir quand elle est pressée entre les doigts. Étaler la pâte entre deux feuilles de papier parchemin sur une épaisseur de 2 mm (¹⁄₈ de pouce). Réserver au congélateur.

Crémeux à l’amande
Verser la gélatine sur le lait froid et laisser gonfler pendant 5 minutes.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans un contenant haut et étroit. Émietter la pâte d’amande et la déposer avec le chocolat.

Verser le lait et la crème dans un chaudron et porter à ébullition. Quand les liquides sont chauds, les verser sur le chocolat et la pâte d’amande. Mixer à l’aide d’un pied-mélangeur**** jusqu’à ce que la consistance soit lisse. Verser dans un bol, appliquer directement sur la crème une pellicule plastique et réfrigérer pendant un minimum de 2 heures.

Crémeux au marron
Verser la gélatine sur le lait froid et laisser gonfler pendant 5 minutes.

Dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec la fécule de maïs.

Dans un chaudron, verser le lait et la crème de marron et porter à ébullition. Quand le mélange bout, retirer du feu et verser doucement sur les jaunes d’oeufs en fouettant. Reverser le mélange dans le chaudron et porter de nouveau à ébullition, à feu doux, en mélangeant constamment. Verser le mélange dans un bol et laisser tiédir jusqu’à 40°C (104°F).

Dès que la crème atteint 40°C (104°F), incorporer le rhum, puis graduellement le beurre en morceaux. Au besoin ou si désiré, mixer la préparation avec un pied-mélangeur. Couvrir d’une pellicule plastique directement appliqué sur la crème et réfrigérer pendant un minimum de 2 heures

Pâte à choux
Préchauffer le four à 180°C ou 350°F.

Dans un chaudron, porter à ébullition l’eau, le sucre, le beurre et la fleur de sel. Ajouter le lait en poudre et porter de nouveau à ébullition. Retirer le chaudron du feu et ajouter la farine d’un coup. Remettre sur un feu doux et brasser jusqu’à ce que le mélange forme une boule. Retirer du feu et laisser tiédir 15 minutes. Incorporer un oeuf, puis le deuxième graduellement en mélangeant bien entre chaque addition. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit lisse et un peu souple.

Verser la pâte dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse de 12 mm (½ pouce) de diamètre. Dresser des éclairs de 10 cm (4 pouces) de long sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Sortir du congélateur le craquelin et découper des bandes d’environ 9,5 cm (3½ pouces) de long par 1,2 cm (½ pouce) de large. Déposer une bande de craquelin sur chaque éclair. Enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce que les éclairs soient bien dorés et aient gonflés. Laisser totalement refroidir.

Montage
Au moment de dresser les éclairs, fouetter le crémeux à l’amande et celui au marron pour les assouplir. Verser chacune des préparations dans une poche à pâtisserie.

Couper les éclairs en deux sur l’épaisseur. Garnir le fond des éclair avec le crémeux à l’amande. Ajouter le crémeux au marron. Terminer les éclairs, en remettant l’autre moitié de pâte à choux sur le crémeux au marron*****. Conserver les éclairs au réfrigérateur jusqu’au moment de déguster.

*Choisissez une pâte d’amande qui contient le plus d’amandes possible.
**En Suisse, il n’est pas facile de trouver de la crème de marron, alors j’ai utilisé une confiture qui contenait environ 40 % de châtaignes.
***Il est possible de remplacer la fleur de sel par du sel régulier.
****Peut-être moins usuel, mais vous pourriez également employer un robot de type « blender ».
*****Si vous en avez envie, ajouter des morceaux de marrons glacés et des noisettes ou des amandes caramélisées.

Et vous, avez-vous récemment changé votre téléviseur?

Privé de couteaux

Cette semaine, j’ai décidé d’aller porter mes couteaux chez l’affûteur. Je n’y vais pas à chaque année, mais plutôt au deux ans. Souvent le tranchant est encore acceptable et ça m’évite d’être privé de couteaux pendant quelques jours. Cette fois, j’ai décidé d’aller les apporter quand j’ai appris que mes beaux-parents partaient en vacances. Quel est le lien? C’est simple, les couteaux de ma belle-mère ont besoin d’être affûtés depuis… très longtemps. Alors, je lui ai proposé d’apporter les siens en même temps que les miens : de cette manière, il y a juste moi qui doit vivre sans quelques jours. D’un autre côté, j’ai hâte de voir le résultat la prochaine fois que je cuisinerai chez elle.

De mon côté, j’ai ressorti mon couteau en céramique en attendant. Il va très bien et même mieux que dans mes souvenirs. J’avais arrêté de l’utiliser, car je n’avais pas la même sensation de coupe que le précédent qui s’était ébréché en coupant… une poire! C’est drôle que deux produits du même fabricant ne soient pas identiques, mais je pense que le fabricant à changer de fournisseur entre temps : la forme avait légèrement changé…

Aujourd’hui, je vous propose une recette qui ne nécessite pas vraiment de couteau du chef : des cannelés. Je vous ai déjà proposé une recette, mais celle-ci différent au niveau de la conservation : il reste bon pendant plus de 24 heures après la cuisson! J’ai pris cette recette sur le blog de Christelle, Christelle is Flabbergasting.

Cannelés Bordelais
Cannelés Bordelais
Pour 8 cannelés

2 tasses ou 500 g de lait
2 cuillères à soupe ou 25 g de beurre non salé
2 jaunes d’oeufs
1 oeuf
1¼ tasse ou 250 g de sucre
1 tasse moins ½ cuillère à soupe ou 125 g de farine
1 gousse de vanille*
¼ de tasse ou 62 g de rhum**

Couper la gousse de vanille et gratter les grains. Déposer la gousse et les grains de vanille dans un chaudron. Verser le lait et porter à ébullition. Quand le lait bout, retirer du feu et ajouter le beurre. Laisser refroidir.

Dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs et l’oeuf avec le sucre. Incorporer la farine. Ajouter petit à petit le lait refroidi. Retirer la gousse de vanille. Ajouter le rhum et bien mélanger. Couvrir d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant 24 heures.

Préchauffer le four à 230°C (450°F). Au besoin, beurrer les moules.

Verser la pâte dans les moules : remplir les moules au ¾. Enfourner et cuire pendant 15 minutes. Baisser la température à 180°C (350°F) et poursuivre la cuisson pendant 1 heure pour des gros cannelés ou 45 minutes pour des petits. Le dessus doit être bien coloré et semble un peu brûlé. Sortir du four et démouler. Déguster avec plaisir chaud, tiède ou froid.

*Vous pouvez employer de l’extrait de vanille. Dans ce cas, il faut l’ajouter en même temps que le rhum.
**Comme j’avais peur que le goût du rhum soit trop présent, j’ai mis que 2 cuillères à soupe de rhum. La prochaine fois, je mettrai 3 cuillères à soupe. Optez pour la quantité qui vous convient.

Et vous, pensez-vous à affûter vos couteaux?