Mot-clé : raisin

Biscuits et orthographe…

Quand je prépare mes biscuits pour les paniers gourmands, j’ai pris l’habitude de les emballer dès qu’ils ont bien refroidis. Par la même occasion, je les identifie avec des étiquettes que je réalise en général en soirée… Alors, après une longue journée et quelques fournées de biscuits, la concentration n’est pas nécessairement au rendez-vous au moment d’écrire. Bref cette année, il y a deux variétés de biscuits où j’ai dû refaire quelques étiquettes.

Pour l’un des biscuits, il s’agit des Garibaldi. Même si Garibaldi est aussi un héro italien, les biscuits eux sont bel et bien d’origine anglaise. J’ai trouvé cette recette sur le blog Le Pétrin de Sandra.

Biscuits Garibaldi
Biscuits Garibaldi
Pour 24 biscuits

1½ tasse et 2 cuillères à thé ou 220 g de farine
1½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
1 jaune d’oeuf
¼ de tasse moins 1 cuillère à thé ou 50 g de beurre non salé,
  coupé en dés
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 60 g de lait
½ orange pour le zeste
⅔ de tasse ou 120 g de raisins secs
1 blanc d’oeuf
Sucre en quantité suffisante

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un grand bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel. À l’aides des doigts, incorporer le beurre jusqu’à ce que le tout ressemble à de la chapelure. Ajouter la cassonade. Former un puit au centre des ingrédients et verser le jaune d’oeuf ainsi que le lait. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit homogène, lisse et souple.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte en un rectangle d’environ 20 cm par 30 cm (8 pouces par 12 pouces). Sur une des moitiés de la pâte, répartir le zeste d’orange puis les raisins secs*. Appuyer un peu sur les raisins secs pour les enfoncer dans la pâte. Rabattre la partie de la pâte sans garniture sur l’autre. Appuyer sur les bords pour les sceller. Abaisser de nouveau la pâte pour former un rectangle d’environ 20 cm par 36 cm (8 pouces par 14 pouces)**. Découper des rectangles d’environ 3 cm par 10 cm (1¼ pouce par 4 pouces)***.

Déposer les biscuits sur la plaque de cuisson et badigeonner la surface de blanc d’oeuf. Saupoudrer de sucre et enfourner pendant 15 à 18 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient bien dorés et fermes au toucher. Laisser tiédir. Ces biscuits se conservent plusieurs semaines dans une boîte qui ferme hermétiquement. Déguster avec gourmandise.

*Quand les raisins sont répartis sur la pâte, il semble y en avoir trop, mais c’est normal.
**À ce moment, il est possible de réserver la pâte au réfrigérateur pendant toute une nuit avant de les cuire.
***Si désiré, il est possible de tracer les biscuits sans les découper totalement. Après la cuisson quand les biscuits sont tièdes, il suffit de les détacher les uns des autres.

Et vous, connaissiez-vous les Garibaldi?

Petits cadeaux ou desserts préparés à l’avance

Voilà que je vous propose un classique des fêtes au Québec (ou du moins dans ma famille) : le gâteau aux fruits confits! Ma mère prépare toujours des gâteaux aux fruits blancs (je n’en ai jamais vu ailleurs qu’à la maison), alors pour changer, j’ai voulu essayer une version plus traditionnelle avec la mie ambrée. De plus pour complexifier la tâche, j’ai préparé mes propres écorces de citrons et d’oranges confites! Je ne vous dis pas le goût tellement c’est gourmand. Maintenant, il faut que j’essaie la recette de ma maman avec des fruits confits maison.

La recette de gâteau aux fruits confits que je vous propose est tirée du magazine Ricardo volume 12, numéro 1. Les gâteaux aux fruits confits se préparent habituellement un mois à l’avance et peuvent se conserver quelques mois. Ils sont facile à transporter et à offrir. Même si vos gâteaux n’ont pas patienté pendant 1 mois, ils seront également délicieux pour le soir du réveillon.

Gâteau aux fruits confits traditionnel
Gâteau aux fruits confits traditionnel
Pour 12 personnes

1 tasse ou 270 g de fruits confits mélangés coupés en dés
½ tasse ou 105 g de cerises confites entières
½ tasse ou 120 g de dattes dénoyautées et coupées en deux*
½ tasse ou 85 g de raisins secs**
½ tasse ou 90 g de canneberges séchées
½ tasse ou 72 g de pacanes ou noix de pécan
½ tasse ou 87 g d’amandes entières
¾ de tasse ou 105 g de farine
¼ de cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de cuillère à thé de sel
¼ de cuillère à thé de cannelle moulue
¼ de cuillère à thé de muscade moulue
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
2 oeufs
2 cuillères à soupe de cognac ou de Grand Marnier***
  (faculatif)

Dans un bol, mélanger les fruits confits, les cerises confites, les dattes, les raisins, les canneberges, les pacanes et les amandes. Réserver.

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Beurrer 3 moules à pain d’environ 15 cm par 7,5 cm (6 par 3 pouces) ou 12 moules ronds de 6,5 cm (2½ pouces) de diamètre. Chemiser le fond des moules de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger la farine, le bicarbonate de soude, le sel, la cannelle et la muscade.

Dans un autre bol, à l’aide d’un batteur électrique, fouetter le beurre et la cassonade. Ajouter les oeufs un à un en mélangeant bien entre chaque ajout jusqu’à ce que le mélange soit lisse. À l’aide d’une spatule, incorporer la préparation de farine.

Incorporer le mélange de fruits et de noix à la pâte. Répartir dans les moules et cuire pendant 35 à 45 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre des gâteaux en ressorte propre. Laisser tiédir. Démouler et laisser totalement refroidir.

Badigeonner les gâteaux avec le cognac. Répéter l’opération 2 fois par semaine pendant 1 mois. Conserver les gâteaux bien emballés au frais. Trancher et servir. Déguster avec gourmandises.

*J’ai utilisé des dattes Medjool. Libre à vous d’utiliser d’autres dattes.
**Pour les raisins comme pour les autres ingrédients, s’il y en a un qui vous plaît moins, vous pouvez le remplacer par des noix ou des fruits séchés de votre choix.
***Je ne badigeonne jamais mes gâteaux avec de l’alcool et il se conserve très bien.

Et vous, aimez-vous les gâteaux aux fruits confits?

L’attente des raisins secs

J’ai souvent acheté des raisins secs dans le but de les intégrer à un pain, mais au final, ils finissaient autrement. Il faut dire que entre Mini-nous qui refuse d’y goûter et Monsieur qui ne les aimes pas, il faut des recettes qui donnent de petite quantité. À force de reporter cette idée de pain, je m’étais promis d’en faire la prochaine fois que j’utiliserais mon robot sur socle… Et idéalement la veille d’aller voir mes beaux-parents : ma belle-mère adore le pain aux raisins!

Ainsi, j’ai choisi de réaliser une recette de pain aux raisins et à la cannelle. Pour la recette, j’ai pris celle de Kim, Faites avec amour, et j’ai intégré la garniture à la cannelle d’une recette de Sara, Ma cuisine de tous les jours.

Pain aux raisins et à la cannelle
Pain aux raisins et à la cannelle
Pour 2 pains

Pain
2¾ tasses ou 370 g de farine
¾ de tasse ou 100 g de farine de blé entier
4 cuillères à thé ou 17 g de cassonade ou de sucre roux
1¼ cuillère à thé de sel kasher ou de fleur de sel
1¼ cuillère à thé de cannelle
2 cuillères à thé de levure déshydratée
  ou 20 g de levure fraîche
¾ de tasse ou 187 g d’eau tiède
2 cuillères à thé ou 9 g de beurre non salé, fondu
½ tasse ou 125 g de babeurre ou de crème sure
  ou de demi-crème acidulée
1 oeuf
2 tasses ou 360 g de raisins secs*

Garniture
2½ cuillères à soupe ou 30 g beurre non salé, tempéré
2 cuillères à soupe ou 25 g cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à thé cannelle

Pain
Dans un petit bol, mélanger l’eau et le levure. Laisser reposer pendant 5 minutes.

Dans le bol d’un robot sur socle**, mélanger les farines, la cassonade, le sel et la cannelle. Ajouter, l’un après l’autre, l’eau contenant le levure, le beurre, le babeurre et l’oeuf. Mélanger jusqu’à ce que les ingrédients soient totalement liés. Puis pétrir la pâte pendant 7 à 10 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit souple et à peine collante. Incorporer les raisins secs.

Huiler légèrement un bol et y déposer la pâte. Retourner la pâte dans le bol pour l’enduire d’huile. Couvrir d’une pellicule plastique et laisser lever pendant 2 heures ou jusqu’à ce que la pâte ait doublée de volume.

Garniture
Dans un bol, mélanger le beurre, la cassonade et la cannelle. Réserver.

Abaisser la pâte en en rectangle d’environ 35 cm par 40 cm (14 pouces par 15¾ pouces). Badigeonner la surface de la pâte avec la préparation de beurre à la cannelle. En commençant par le côté le plus long, rouler la pâte sur elle-même. Couper le rouleau de pâte en deux. Déposer chaque morceau de pâte dans un moule à pain rectangulaire d’environ 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces) légèrement huilé. Couvrir chaque pain d’une pellicule plastique sans serrer. Laisser lever pendant 60 à 90 minutes ou jusqu’à ce que la pâte ait de nouveau doublé de volume.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Retirer les pellicules plastiques des pains. Déposer les deux pains dans leur moule sur une plaque de cuisson. Enfourner et cuire pendant 20 minutes. Sortir la plaque de cuisson et la pivoter avant de remettre dans le four. Cuire pendant 20 à 30 minutes ou jusqu’à ce que le dessus soit bien doré.

À la sortie du four, si possible, laisser les pains refroidir sur une grille à pâtisserie pendant 1 à 2 heures avant de les trancher. Déguster grillé ou non avec gourmandise.

*Il est possible de remplacer les raisins secs en partie ou en totalité par des noix ou des pépites de chocolat.
**Il est également possible de réaliser entièrement cette recette à la main.

Et vous, êtes-vous amateurs de fruits séchés?

Temps pour les revues…

Je ne lis pas des tonnes et des tonnes de revues culinaires, mais celle que j’achète, j’y tiens et j’y fais toujours de belles découvertes. Le problème, c’est le manque de temps pour explorer les recettes et essayer tout ce qui me fait envie avant que le prochain numéro arrive. Par moment, des publications moins nombreuses par année me rendraient bien service.

Aujourd’hui, je vous propose une recette pour le déjeuner : un pain au son et aux raisins. J’ai trouvé cette recette dans le magazine Ricardo volume 14, numéro 2.

Pain au son et aux raisins
Pain au son et aux raisins
Pour 10 personnes

¾ tasse ou 105 g de farine
⅓ de tasse ou 80 g de cassonade ou de sucre roux
1¼ tasse ou 75 g de son de blé*
1½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ cuillère à thé de sel
1¼ tasse ou 310 g de babeurre**
⅓ de tasse ou 70 g d’huile de canola ou de colza
1 oeuf
¾ de tasse ou 100 g de raisins secs***

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Beurrer et chemiser de papier parchemin un moule rectangulaire d’environ 25 cm par 10 cm (10 pouces par 4 pouces) ou un moule d’un contenance de 1,5 litre ou de 6 tasses.

Dans un grand bol, mélanger la farine, la cassonade (ou le sucre roux), le son de blé, la poudre à pâte (ou la levure chimique), le bicarbonate et le sel.

Dans un autre bol, fouetter le babeurre avec l’huile et l’oeuf. Verser les ingrédients liquides sur les ingrédients secs. Mélanger brièvement, juste pour que les ingrédients secs soient humectés. Réserver 1 cuillère à soupe de raisins secs et ajouter le restant de raisins secs dans la pâte. Mélanger une dernière fois, toujours brièvement, la pâte.

Verser la pâte dans le moule. Répartir les raisins réservés sur le dessus de la pâte. Enfourner et cuire pendant 40 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du pain en ressorte propre. Laisser totalement refroidir avant de démouler. Couper et tranche et déguster le matin au déjeuner avec gourmandise.

*Vous pouvez remplacer le son par un autre; j’ai utilisé du son d’avoine.
**Si vous n’avez pas de babeurre (lait de beurre, lait de ribot, etc.), utilisez la même quantité de lait et ajoutez 1 cuillère à soupe de vinaigre ou de jus de citron.
***Il est possible de remplacer les raisins secs par un autre fruit séché, des noix ou du chocolat.

Et vous, avez-vous le temps d’explorer comme vous le voulez vos magazines culinaires avant la sortie du prochain numéro?

Confiture en décembre

Habituellement, je prépare mes confitures pour le temps des fêtes pendant les récoltes. Cependant, il y en a été autrement cette fois. C’est au dernier moment que j’ai préparé mes dernières confitures. Il y en a une qui me tenait particulièrement à coeur : une confiture de pommes. La raison pour laquelle je voulais absolument préparer cette confiture est simple : j’avais déjà planifié de la faire l’année dernière! Et oui, le manque de temps m’avait contrait à la remettre à plus tard.

Le résultat est superbe. J’imagine très bien cette confiture dans un gâteau (pourquoi pas une bûche de Noël?), dans une tarte avec une ganache, avec du foie gras, etc. Cette belle gourmandise est tirée du livre Les conserves selon Camilla de Camilla Wynne.

Confiture comme des pommes au four
Confiture comme des pommes au four
Pour 4 ou 5 pots de 250 ml

1,2 kg de pommes (7 ou 8 pommes)
1½ tasse ou 300 g de sucre
1¼ tasse ou 265 g de cassonade ou de sucre roux
3½ cuillères à soupe ou 50 g de jus de citron
1 gousse de vanille
½ tasse ou 100 g de raisins secs
3½ cuillères à soupe ou 50 g de rhum brun*
1 cuillère à thé de cannelle moulue**
¾ de tasse ou 150 g de noix de Grenoble

Éplucher, épépiner et couper en juliennes (ou couper aussi finement que possible) les pommes. Dans un grand chaudron (à fond épais de préférence), déposer les pommes et ajouter le sucre, la cassonade (ou le sucre roux) et le jus de citron. Couper la gousse de vanille en deux, gratter les grains et ajouter le tout aux pommes. Chauffer la préparation à feu moyen-élevé jusqu’à ce que le mélange bouille. Retirer le chaudron du feu et transvider le contenu dans un bol. Découper un cercle de papier parchemin et le poser directement sur la préparation de pommes pour la recouvrir totalement. Placer le bol contenant les pommes au réfrigérateur pendant une nuit ou 12 heures.

Après avoir mis les pommes au réfrigérateur, mélanger dans un bol les raisins secs et le rhum. Laisser reposer à température ambiante jusqu’au moment de les utiliser.

Le lendemain, hacher grossièrement les noix de Grenoble.

Remettre la préparation de pommes dans le chaudron. Porter de nouveau le mélange à ébullition. Quand le mélange bout, ajouter la cannelle et les raisins secs trempés dans le rhum. Porter de nouveau à ébullition et laisser mijoter pendant 5 minutes. Incorporer les noix de Grenoble. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la confiture soit prise.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne le point de gélification. La confiture aura une consistante différente des confitures traditionnelles : on cherche à obtenir un sirop très épais constitué principalement de fruits.

Quand la confiture est prête, la retirer du feu et la laisser reposer pendant 5 minutes en remuant à quelques reprises. Retirer les gousses de vanille et mettre dans des pots stérilisés***, si désiré, en laissant 6 mm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 5 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster au moment désiré.

*Vous pouvez faire réhydrater les raisins secs dans du thé ou simplement de l’eau chaude si vous ne voulez pas employer de rhum. Dans ce cas, égouttez vos raisins avant de les ajouter à la confiture.
**Si possible, utilisez de la cannelle fraîchement moulue.
***Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, avez-vous déjà préparé de la confiture en décembre?