Mot-clé : piment

Extérieur, fait…

Et oui, alors que l’automne est bien entamé, nous venons de terminer les préambules de l’aménagement extérieur. Pour la suite, nous attendrons le printemps pour ajouter des plantes et remettre à niveau les dalles qui bougeront certainement pendant l’hiver. Nous avons également assemblé le barbecue! Il y a un moment qu’il patientait dans le garage, mais nous attendions que la pelouse soit semée, ait également poussé et que les dalles soient installées. Bref, nous l’avons inauguré ce samedi pour le plus grand plaisir de nos papilles. Je crois que j’aurais des tonnes de dossiers barbecues à redécouvrir pour enfin essayer certaines recettes.

En attendant, je vous propose une recette de brochettes de porc qui aurait pu être cuite sur le barbecue. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 14, numéro 15.

Brochettes de porc frotté aux épices
Brochettes de porc frotté aux épices
Pour 3 personnes

½ cuillère à thé de poudre d’ail
½ cuillère à thé de flocons de piment broyé
½ cuillère à thé d’origan séché
¼ de cuillère à thé de cumin moulu*
¼ de cuillère à thé de sel de céleri**
¼ de cuillère à thé de thym séché
¼ de cuillère à thé de sel
300 g de longe de porc ou de filet de porc
1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Dans un grand bol, mélanger la poudre d’ail, les flocons de piment, l’origan, le cumin, le sel de céleri, le thym et le sel.

Couper la longe de porc en cubes de taille similaire. Déposer les cubes de viandes dans le mélange d’épices. Laisser macérer pendant 15 minutes ou couvrir et réfrigérer pendant toute une nuit.

Rincer sous l’eau froide les piques à brochette en bois pour éviter qu’ils brûlent durant la cuisson. Verser la moitié de l’huile d’olive sur la viande et mélanger avant de les enfiler sur les piques à brochettes.

Dans une poêle, verser le restant d’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, déposer les brochettes de porc et cuire environ 4 à 5 minutes de chaque côté. Servir et déguster avec plaisir.

*Si vous n’aimez pas trop le cumin, il est possible de le remplacer par de la coriandre moulue.
**Si votre armoire à épices ne contient pas de sel de céleri, remplacez-le par un sel aux herbes.

Et vous, est-ce que votre barbecue est encore en activité?

Plus tellement de saison

Avec les plats du 31 juillet, j’ai mis quelques recettes en attente. En parcourant mes photos, je suis tombée sur une recette que j’avais bien aimé. Je sais que si je ne la publie pas maintenant, je ne risque pas de le faire plus tard. Par contre, j’ai hésité car elle contient du melon (cantaloup) et que ce n’est plus vraiment la saison.

Je vous propose donc une recette de poulet épicé au cantaloup et au chorizo. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 16, numéro 6.

Poulet épicé au cantaloup et au chorizo
Poulet épicé au cantaloup et au chorizo
Pour 3 personnes

¼ de cantaloup ou de melon charentais*
2 cuillères à soupe de jus de citron
4 cuillères à soupe d’huile d’olive
½ cuillère à thé de paprika doux
300 g d’escalopes de poulet
½ cuillère à thé de flocons de piment
½ cuillère à thé de graines de fenouil ou de coriandre,
  concassées
30 g de chorizo
Sel et poivre

Couper le cantaloup en quartier puis en cubes. Déposer le cantaloup dans un bol, ajouter le jus de citron, 2 cuillères à soupe d’huile d’olive et le paprika. Réserver.

Couper le chorizo en cubes.

Assaisonner les escalopes de poulet avec les flocons de piment et les graines de fenouil (ou de coriandre). Saler et poivrer.

Verser l’huile restante dans une poêle et chauffer. Quand le corps gras est chaud, cuire les escalopes environ 2 à 3 minutes de chaque côté. Quand la viande est cuite, la retirer de la poêle et y cuire le chorizo.

Servir les escalopes de poulet parsemer de chorizo et accompagner de cantaloup assaisonné. Déguster avec plaisir.

*Une recette idéale pour utiliser un restant de cantaloup ou de melon.

Bonne journée!

Vendredi bien animé…

Vendredi, je suis restée une bonne partie de la journée à la maison puisqu’il y avait l’installateur d’extincteur et le carreleur qui devaient passer. Pour l’extincteur, l’installation a été rapide et en prime, il a pu être placé exactement à l’endroit où nous le souhaitions. Pour le carreleur, il a finalisé les dernières retouches. Il reste encore le carrelage extérieur à faire, mais en début de semaine, ça devrait être réglé pour notre plus grande joie. Ensuite, nous avons reçu un appel de dernière minute pour nous demander si un des employés des parquets pouvait réaliser la découpe qu’il avait oublié de faire. Comme j’étais déjà à la maison autant optimiser la journée. Ensuite, un autre appel pour nous dire que notre nouvelle table de cuisine est arrivée et qu’il pouvait nous la livrer dans l’après-midi. Pourquoi pas? Après, nous avons également reçu une autre livraison, cette fois pour des étagères. Bref, une journée à la maison bien remplie!

Aujourd’hui, je vous propose la première recette que j’ai photographiée dans ma nouvelle cuisine… La lumière était superbe, mais moi, je n’ai pas bien réfléchi à l’endroit où me positionner! La recette est tirée du magazine Ricardo volume 16, numéro 3.

Médaillons de porc sauce au poireau
Médaillons de porc sauce au poireau
Pour 3 personnes

1 cuillère à thé de graines de coriandre
¼ de cuillère à thé de poivre en grains
2 pincées de flocons de piments broyé
2 pincées de sel
300 g de médaillons de porc (filet, longe ou surlonge)
2 cuillères à soupe d’huile végétale
1 blanc de poireau
¼ de tasse ou 62 g de vin blanc
2½ cuillères à soupe de bouillon de poulet
2½ cuillères à soupe de crème à cuisson ou entière
Zeste de ½ citron

Dans un mortier, moudre les graines de coriandre, de poivre, les flocons de piment et le sel.

Enrober les médaillons de porc du mélange d’épices.

Couper le poireau en demi-rondelle.

Dans une poêle, chauffer 1 cuillère à soupe d’huile. Quand le corps gras est bien chaud, cuire les médaillons de porc pendant 3 minutes de chaque côté. Réserver les morceaux de porc au chaud.

Dans la même poêle, ajouter le restant d’huile. À feu moyen, attendrir le poireau. Déglacer avec le vin et laisser réduire presque à sec. Ajouter le bouillon de poulet et la crème. Verser le jus de cuisson qui s’est formé dans l’assiette contenant la viande. Laisser réduire jusqu’à la consistance désirée. Ajouter le zeste de citron. Saler et poivrer au goût.

Servir les médaillons de porc nappés de sauce au poireau. Déguster avec plaisir.

Et vous, comment s’est déroulé votre vendredi?

On se dévoue

En début de semaine, nous pensions avoir une fin de semaine tranquille, puis les activités diverses sont venues s’agglutiner sur la fin de semaine. En prime, nous avons invité mes beaux-parents et quelques membres de la famille pour la fête des mères! Je manque encore un peu d’organisation dans ma cuisine : cependant pour la première fois, ce n’est pas la place qui manque! Mon roastbeef était trop cuit… Personne ne s’est plaint, mais j’ai été un peu dépitée. Heureusement que la sauce sauvait tout : elle est trop bonne! Pour la viande, je crois que je vais apprendre à utiliser la sonde du four pour ne plus avoir ce genre de mauvaise surprise… Apprendre à utiliser mon four tout simplement est aussi quelque chose que je dois faire.

Dans un autre ordre d’idée, je vous propose une recette de poulet au miso et à la tomate. La recette originale utilisait du tofu, mais dans les repas de semaine, j’opte plus facilement pour de la viande d’où la substitution. J’ai pris la recette dans le magasine Ricardo volume 15, numéro 1.

Poulet au miso et à la tomate
Poulet au miso et à la tomate
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet
½ tasse ou 125 g de bouillon de légumes
⅓ de tasse ou 83 g de sauce tomate
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
1 gousse d’ail
¼ de cuillère à thé de sauce pimentée* ou plus, au goût
1½ cuillère à soupe d’huile végétale
2 pincées de cinq-épices moulu
½ cuillère à soupe de miso
½ cuillère à soupe de pâte de tomates
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le bouillon de légumes, la sauce tomate, la sauce soja et la fécule de maïs.

Hacher l’ail. Couper les poitrines de poulet en petits dés.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est chaud, y déposer les dés de poulet. Quand les morceaux de poulet commencent à dorer, ajouter l’ail, la sauce pimentée. Saler et poivrer. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que le poulet soit doré de tous les côtés. Ajouter le cinq-épices, le miso et la pâte de tomates. Cuire pendant 2 minutes.

Ajouter la préparation à base de bouillon et porter à ébullition. Laisser mijoter pendant 8 minutes ou jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Servir avec du riz et déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser un petit piment oiseau épépiné et haché au lieu de la sauce pimentée.

Bonne fêtes des mères!

Vendredi prochain…

Depuis le début de la semaine, je me dis qu’il faut que je me prévois une sortie pour me changer le idée. En réfléchissant à ce qui se profile pour la semaine, il me reste que le vendredi… qui est le Vendredi saint! Il faut croire que mon projet va attendre une semaine de plus, voire deux puisqu’il y a également les vacances scolaires. Vive Pâques! Et dire que je n’ai pas réfléchi à un dessert pour cette occasion, d’un autre côté, je ne sais pas ce que nous allons faire pour cette journée hormis manger avec la famille de mon chéri.

En attendant, je vous propose une recette de poulet au saveur coréenne. Actuellement, on trouve plus facilement quelques produits coréens dans les épiceries. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 16, numéro 2, mais je l’ai travaillé avec des poitrines de poulet plutôt que des ailes.

Poulet frit coréen au sésame
Poulet frit coréen au sésame
Pour 3 personnes

Poulet
300 g de poitrines de poulet
¼ tasse ou 50 g de fécule de pomme de terre*
½ cuillère à thé de sel
¼ de cuillère à thé de piment coréen moulu (gochugaru)**
2 pincées de poudre à pâte ou de levure chimique
2 pincées de poivre noir moulu
Huile végétale pour la friture

Sauce
1 gousse d’ail
1 cuillère à thé de gingembre haché finement
2 cuillères à soupe de pâte de piment fermenté (gochujang)
2 cuillères à soupe de bouillon de poulet
1 cuillère à soupe de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
1 cuillère à thé d’huile de sésame grillé
½ cuillère à thé de mirin
½ cuillère à thé de jus de citron

Poulet
Couper les poitrines de poulet en cubes d’environ 2 cm (¾ de pouce) de côté.

Dans un bol, mélanger la fécule de pomme de terre, le sel, le piment moulu, la poudre à pâte et le poivre. Ajouter le poulet et bien mélanger pour enrober les morceaux de viande de fécule assaisonnée.

Verser environ 1 cm (⅜ de pouce) d’huile dans une poêle ou un wok*** et la chauffer. Quand l’huile est bien chaude, ajouter le poulet et frire pendant 10 minutes en remuant souvent pour que le poulet soit doré à l’extérieur et qu’il perde sa teinte rosée à l’intérieure. Mettre le poulet dans une assiette recouverte d’un papier absorbant et réserver. Retirer la poêle du feu contenant l’huile.

Sauce
Hacher finement la gousse d’ail et la déposer dans une petite casserole. Ajouter le gingembre, la pâte de piment, le bouillon de poulet, la cassonade, la sauce soja, le vinaigre de riz, l’huile de sésame, le mirin et le jus de citron.

Porter à ébullition et laisser mijoter pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que la sauce ait réduit de moitié.

Si la casserole est assez grande, ajouter le poulet dans la sauce ou verser la sauce dans un bol et ajouter le poulet. Mélanger et servir sans attendre avec du riz et un légume de votre choix.

*Il est possible de remplacer la fécule de pomme de terre par de la fécule de maïs ou de la maïzena.
**Si vous ne trouvez pas de piment coréen moulu, utilisez du piment d’Alep ou d’Espelette.
***Dans le meilleur des mondes, utilisez une friteuse que vous préchauffez à 180°C (350°F). Si comme moi, vous n’avez pas de friteuse, rappelez-vous de ne jamais mettre plus de un tiers d’huile dans une poêle ou une casserole et de ne pas vous éloignez de celle-ci quand elle est sur le feu!

Et vous, avez-vous des projets pour Vendredi Saint?