Mot-clé : persil

Jardin et compagnie

Le printemps s’éveille, la chaleur revient et il est temps de penser à notre jardin. Nous n’allons pas semer dans les prochains jours, mais il faut bien commencer par créer le jardin! De plus, il faudra prévoir quelque chose pour le couvrir dans les premiers temps : il y a plusieurs chats dans le quartier et souvent, ce ne sont pas les meilleurs jardiniers. D’autre part en fin de semaine, mon beau-père est arrivé avec des arbres : un abricotier, un poirier et un pommier. Les arbres ont déjà pris place en terre et un quatrième viendra les rejoindre. Nous aurons un pommier de plus, car le pépiniériste n’avait pas la variété qu’on voulait et cela a créé une petite confusion. Je me réjouis de voir ces arbres évoluer, d’avoir des fruits dans les prochaines années et de cultiver différents légumes… avec succès si possible!

Pour aujourd’hui, je vous propose un plat tout simple qui peut être servi en entrée ou comme plat principal : des croquettes poireau-pommes de terre. J’ai pris cette recette dans le magazine de Betty Bossi, février 2019.

Croquettes poireau-pommes de terre
Croquettes poireau-pommes de terre
Pour 4 à 8 personnes*

6 pommes de terre ou 500 g de pommes de terre à chair
  farineuse**
1½ tasse ou 150 g de poireau
2 cuillères à thé de persil séché***
4 tranches de bacon ou 80 g de lardons
1 jaune d’oeuf
2 cuillères à soupe de farine
¼ de cuillère à thé de muscade moulue
½ cuillère à thé de sel
1 blanc d’oeuf
Sel et poivre

Éplucher les pommes de terre et les couper en morceaux. Déposer les pommes de terre dans une casserole, couvrir d’eau froide. Porter à ébullition, saler l’eau et cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que les pommes de terre soient tendres. Quand les pommes de terre sont cuites, retirer l’eau et laisser les pommes de terre dans la casserole pour les dessécher. Écraser les pommes de terre pour les transformer en purée. Laisser les pommes de terre tiédir.

Couper le bacon en petits morceaux et le déposer dans une poêle. Cuire doucement le bacon jusqu’à ce qu’il soit croustillant. Égoutter le bacon et le réserver sur un papier absorbant.

Laver et ciseler le poireau.

Porter une casserole d’eau à ébullition. Saler l’eau. Quand l’eau recommence à bouillir, ajouter le poireau et cuire 1 minute. Égoutter le poireau et le plonger dans un bol d’eau glacée. Égoutter le poireau et réserver.

Préchauffer le four à 220°C (430°F). Beurrer les empreintes d’un moule à muffin.

À la purée de pommes de terre, ajouter le poireau, le bacon, le jaune d’oeuf, la farine, la muscade, le sel et le poivre.

Dans un bol, fouetter le blanc d’oeuf en neige ferme. Incorporer le blanc d’oeuf à la purée de pommes de terre. Répartir le mélange dans les cavités du moule. Enfourner et cuire pendant 30 à 35 minutes. Démouler et servir chaud, tiède ou froid. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez servir ces croquettes en plat principal ou réaliser des plus petites portions et servir en entrée.
**Les pommes de terre à chair farineuse sont celles qui conviennent le mieux pour réaliser des purées. Choisissez votre variété préférée.
***Il est possible de remplacer le persil séché par d’autres herbes séchées ou des herbes fraîches (ciboulette, basilic, origan, etc.).

Et vous, est-ce que vous pensez à votre jardin?

Le théâtre

Une tante de mon chéri avait acheté des billets de théâtre pour y aller avec sa nièce. Malheureusement, celle-ci avait déjà une autre activité prévue. Elle nous a donc proposé les billets. Il y avait déjà un moment que nous voulions aller au cinéma avec Mini-nous, mais l’occasion ne s’était pas encore présenté. En s’informant sur le spectacle, nous avons découvert qu’il durait 1 heure : pas trop long pour un enfant et juste assez pour une première expérience. Nous avons donc découvert dans un joli théâtre, un spectacle de cirque avec un chien et des poules! Comme quoi, le théâtre nous réserve encore de belles surprises.

Dans un autre ordre d’idée, pour la recette du jour, je vous propose un tartare. Celui-ci a la particularité de prendre les saveurs de l’automne : la pomme. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Tartare de boeuf épicé à la pomme
Tartare de boeuf épicé à la pomme
Pour 3 personnes

300 g de boeuf (une pièce de viande tendre)*
½ pomme**
1 cuillère à soupe de mayonnaise
1 cuillère à soupe de ciboulette, ciselée
1 cuillère à soupe de persil frais, haché
2 cuillères à thé de compote de pommes non sucrée
1 cuillère à thé de moutarde de Dijon
1 cuillère à thé de sauce sriracha ou au goût
¼ de cuillère à thé de cannelle moulue
½ cuillère à thé de jus de citron
Sel et poivre

Couper la pomme en petits dés. Déposer les dés de pomme dans un bol et ajouter la mayonnaise, la ciboulette ciselée, le persil haché, la compote de pomme, la moutarde de Dijon, la sauce sriracha, la cannelle et le jus de citron.

Couper la viande en petits cubes (moins de 5 mm de côté). S’il fait chaud ou s’il vous faut du temps pour couper la viande, préparer un bol contenant des glaçons et déposer un second bol sur les glaçons. Déposer au fur et à mesure la viande découpée dans ce bain-marie glacé.

Ajouter le boeuf coupé à la préparation de pomme et mélanger. Saler et poivrer au goût. Réserver au réfrigérateur au moins 30 minutes avant de servir. Déguster avec plaisir sur du pain grillé ou des craquelins.

*Choisissez une pièce de viande tendre et sans nerfs comme un steak, de la bavette, de l’intérieur de ronde ou une viande à grillade.

Et vous, allez-vous souvent au théâtre?

Retour sur l’inktober

Pendant le mois d’octobre, j’ai décidé d’essayer l’inktober. L’inktober est un défi créer par Jake Parker où il faut réaliser un dessin par jour, traditionnellement à l’encre, pendant tout le mois d’octobre. Je me suis lancée dans ce défi pour m’améliorer en dessin et pour cela, il faut dessiner régulièrement.

Mon idée était de dessiner 15 à 20 minutes tous les jours en utilisant les thèmes du défi. Le résultat? Oui, j’ai réussi à exécuter 31 dessins… bon, j’ai fini le 1er novembre, car je n’ai pas eu le temps ni l’envie de faire mon dessin après la soirée d’Halloween. J’ai réussi à ne pas prendre trop de retard et je n’ai pas abandonné en route (je suis aussi un peu entêtée…). Par contre, ce n’est pas 15 à 20 minutes que je prenais pour dessiner, mais plutôt 30 minutes et bien plus! C’est fou le temps qu’on peut passer sur quelque chose qui semble simplisme, alors imaginez quand le dessin est plus complexe. Au final, il y a des choses que j’arrive à dessiner mieux que je le pensais et pour ce qui est des personnages… il me faut de la pratique et encore de la pratique. Est-ce que tous les dessins que j’ai fait me plaisent? Non, mais il y en a plusieurs dont je suis satisfaite et au moins, j’ai dessiné.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de gratin tous simple : on mélange et au four ou presque. J’ai pris cette recette dans le Betty Bossi de septembre 2018.

Gratin poulet-tortellinis
Gratin poulet-tortellinis
Pour 4 à 6 personnes

¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de bouillon de poulet
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de crème à cuisson ou de demi-crème
2 tasses ou 500 g de courge râpée*
⅔ de tasse ou 80 g de tomates séchées
2 tasses ou 250 g de tortellinis secs**
4 à 6 hauts de cuisses de poulet
1 cuillère à soupe d’huile
½ cuillère à thé de sel
Poivre
Persil frais pour servir (facultatif)

Préchauffer le four à 220°C (430°F).

Beurrer un plat à gratin d’une contenance de 2 litres. Verser le bouillon de poulet et la crème.

Couper les tomates séchées en petits morceaux. Ajouter les tomates, la courge râpée et les tortellinis dans le plat à gratin.

Déposer les hauts de cuisses sur les tortellinis. Badigeonner d’huile saler et poivrer.

Enfourner et cuire pendant 35 minutes. Hacher le persil et parsemer sur le gratin. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer la courge par des carottes râpées.
**Si vous ne trouvez pas de tortellinis secs, remplacez-les par des pâtes de votre choix qui demandent environ 13 minutes de cuisson.

Et vous, connaissiez-vous le inktober?

La rentrée…

La semaine dernière, Mini-nous a repris le chemin de l’école. Je ne m’attendais pas à avoir autant de difficulté à reprendre le rythme scolaire. J’espère trouver mes marques le plus vite possible.

En attendant, je vous propose une autre recette de mon menu du 31 juillet. J’ai repris ma recette de roastbeef froid où j’ai préalablement mariné ma viande. Pour la marinade, j’ai opté pour une recette de Ricardo issue de son magazine volume 10, numéro 4.

Boeuf au piri-piri
Boeuf au piri-piri
Pour 6 personnes

600 g d’aiguillette de boeuf*
⅓ de tasse ou 70 g d’huile végétale
3 cuillères à soupe de jus de citron
1 échalote
2 cuillères à soupe sauce piri-piri
1 cuillère à soupe de persil plat ciselé
1 cuillère à thé de thym frais ciselé
1 gousse d’ail
½ cuillère à thé de moutarde sèche
2 cuillères à soupe de beurre

Hacher l’échalote et la gousse d’ail.

Dans un bol, mélanger l’huile, le jus de citron, l’échalote, l’ail, la sauce piri-piri, le persil, le thym et la moutarde. Ajouter l’aiguillette de boeuf et laisser macérer pendant 6 à 24 heures.

Préchauffer le four à 80°C (175°F).

Dans une poêle ou une casserole allant au four, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, saisir la viande égouttée sur toutes les faces pour former une croûte et bien emprisonner les sucs durant le reste de la cuisson. Quand la viande est bien saisie de tous les côtés, retirer le tout du feu. Enfourner et cuire pendant 1 h 30. Il est possible de vérifier la cuisson avec un thermomètre, la température doit être à 55 °C (131°F) au coeur de la viande.

Retirer la viande de la poêle, la déposer dans un plat et couvrir de papier d’aluminium. Réfrigérer sans attendre. Laisser reposer au moins 12 heures au frais. Trancher finement la viande et servir avec une sauce de votre choix : tartare, barbecue ou autres. Déguster avec plaisir!

*Ce ne sont pas tous les bouchers qui utilisent le terme aiguillette de boeuf, alors n’hésitez pas à demander les suggestions de votre boucher pour préparer un roastbeef. Vous pouvez aussi faire cette marinade pour des steaks et les cuire brièvement à la poêle ou sur le barbecue.

Et vous, est-ce que vous avez repris le rythme scolaire?

C’est le temps d’une dinde!

Cette année, j’aurais aimé célébrer Noël avec ma famille, mais les vacances scolaires ont contraint un peu nos déplacements et nous avons décidé de rester en Suisse pour les fêtes. Dans ma famille, le repas du réveillon est toujours le même : une dinde et de la tourtière! J’adore cette tradition dans ma famille. Comme la dinde allait me manquer, j’en ai commandé une petite au boucher. Je lui ai demandé de lever la poitrine en rôti et de découper les cuisses et les ailes. J’ai cuit les cuisses, les ailes et la carcasse (que j’ai ensuite utilisé pour faire un bouillon) pour un repas et j’ai gardé le rôti pour un autre. Le rôti de dinde m’a épatée : c’est simple, rapide à cuire (pour une dinde) et la viande est moelleuse, loin d’être sèche! Je recommande pour recevoir le rôti de dinde pour toute les personnes qui ne veulent pas se prendre la tête à cuire cet animal ou à le désosser!

Pour mon premier rôti de dinde, j’ai opté pour une recette de Ricardo issue de son magazine volume 13, numéro 1.

Rôti de dinde à la saucisse et aux pistaches
Rôti de dinde à la saucisse et aux pistaches
Pour 6 à 8 personnes

Rôti de dinde
½ tasse ou 30 g de mie de pain coupé en dés
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
1 petit oeuf
227 g de saucisses douce (Toulouse, à l’italienne douce,
  chipolata de porc, etc.)
1½ cuillères à soupe de canneberges séchées*
1 gousse d’ail ou 1 cuillère à thé de fleur d’ail
1 rôti de dinde d’environ 900 g (2 lbs)
½ cuillère à soupe d’huile d’olive

Sauce
1 petit oignon
2 gousses d’ail
1½ cuillère à soupe de beurre
1 cuillère à soupe de farine
2 tasses ou 500 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 62 g de xérès ou de marsala

Garniture**
1½ cuillère à soupe de pistaches hachées finement
1 cuillère à soupe de persil plat ciselé
½ cuillère à soupe de miel

Sel et poivre

Rôti de dinde
Dans un bol, mélanger le pain, le lait et l’oeuf.

Hacher l’ail et les canneberges. Ajouter dans la bol contant la pain, la chair des saucisses, l’ail et les canneberges. Saler et poivrer. Mélanger et réserver.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur une planche à découper, placer 5 à 6 ficelles. Ouvrir le rôti de dinde, la peau vers le bas, et le placer sur les ficelles. Saler et poivrer. Déposer le mélange de saucisses au centre. Rouler le rôti et ficeler. Couper l’excédent de ficelle si désiré.

Déposer le rôti dans une rôtissoire ou sur une plaque de cuisson. Huiler la surface du rôti. Saler et poivrer. Enfourner et cuire pendant 1 heure ou jusqu’à ce qu’un thermomètre inséré au centre de la viande indique 74°C (165°F). Si le rôti n’est assez grillé, allumer le grill (ou broil) pour quelques minutes. Retirer la viande du four et la laisser reposer au moins 10 minutes.

Sauce
Hacher l’oignon et l’ail.

Dans une poêle, faire fondre le beurre et dorer l’oignon avec l’ail. Saupoudrer la farine et bien mélanger. Ajouter le bouillon, le xérès et, si possible, le jus de cuisson du rôti. Porter à ébullition en fouettant constamment. Laisser mijoter pendant 12 à 15 minutes ou jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Saler et poivrer.

Garniture
Dans un petit bol, mélanger les pistaches et le persil. Retirer les ficelles du rôti et badigeonner de miel. Répartir le mélange de pistaches sur le dessus. Trancher et servir avec la sauce. Déguster avec plaisir.

*Si vous n’avez pas de canneberges, remplacez-les par un autre fruit séché de votre choix.
**Je n’ai pas mis la garniture sur le rôti, mais j’ai glissé les pistaches dans la farce.

Et vous, avez-vous déjà cuisiné un rôti de dinde?