Mot-clé : orange

Top secret

Pour l’Halloween, j’avais acheté une citrouille. Je l’ai creusé le jour même, j’ai protégé la chair avec du papier d’aluminium et je l’ai illuminé à l’aide d’une petite lumière. Ces précautions avaient un but : récupérer la chair de la citrouille pour en faire un projet top secret!

Quelques jours après l’Halloween, j’ai discuté avec mes parents et j’avais mentionné que j’avais cuit ma citrouille pour en faire de la purée (c’est effectivement ce que j’ai fait avec une partie de ma citrouille). Mon père a alors mentionné que j’aurais pu en faire de la confiture… Chose qui était mon projet top secret! J’ai voulu lui faire une petite surprise en essayant de préparer cette confiture. J’ai été grandement surprise par la simplicité et la rapidité de celle-ci : elle cuit très vite. De plus, je crois que je vais en refaire : c’est vraiment bon! Pour la recette, je me suis basée sur celle du site Ma citrouille bien-aimée.

Confiture de citrouille
Confiture de citrouille
Pour 5 pots d’environ 200 ml

8 tasses ou 1 kg de citrouille coupée en dés
4 tasses ou 800 g de sucre
2 tasses ou 500 g d’eau
1 orange
1 citron
1 bâton de cannelle*

Éplucher et couper en petits dés la citrouille.

Déposer les morceaux de citrouille**, le sucre et l’eau dans une casserole. Prélever des larges zestes sur l’orange et le citron en évitant de prélever la partie blanche qui est amère. Déposer les zestes dans la casserole avec le bâton de cannelle. Ajouter le jus de l’orange et du citron.

Porter le tout à ébullition et laisser mijoter jusqu’à ce que les dés de citrouilles soient translucides. Retirer les zestes et le bâton de cannelle et, si désiré, mixer la confiture. Remettre la confiture sur le feu et poursuivre la cuisson.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides***, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne le point de gélification.

Mettre dans des pots stérilisés****, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster au moment désiré.

*À la fin de la cuisson de la confiture, il est possible d’ajouter un peu de cannelle moulue pour rectifier le goût de la confiture.
**J’ai hésité à d’abord cuire la citrouille dans l’eau et à la mixer avant de poursuivre la recette. À essayer…
***En lisant, vous ne comprendrez peut-être pas l’aspect que doit avoir la confiture, mais en exécutant le test, vous identifierez facilement quand la confiture aura des « rides » et sera prête.
****Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, connaissiez-vous la confiture de citrouille?

Biscuits et orthographe…

Quand je prépare mes biscuits pour les paniers gourmands, j’ai pris l’habitude de les emballer dès qu’ils ont bien refroidis. Par la même occasion, je les identifie avec des étiquettes que je réalise en général en soirée… Alors, après une longue journée et quelques fournées de biscuits, la concentration n’est pas nécessairement au rendez-vous au moment d’écrire. Bref cette année, il y a deux variétés de biscuits où j’ai dû refaire quelques étiquettes.

Pour l’un des biscuits, il s’agit des Garibaldi. Même si Garibaldi est aussi un héro italien, les biscuits eux sont bel et bien d’origine anglaise. J’ai trouvé cette recette sur le blog Le Pétrin de Sandra.

Biscuits Garibaldi
Biscuits Garibaldi
Pour 24 biscuits

1½ tasse et 2 cuillères à thé ou 220 g de farine
1½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
1 jaune d’oeuf
¼ de tasse moins 1 cuillère à thé ou 50 g de beurre non salé,
  coupé en dés
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 60 g de lait
½ orange pour le zeste
⅔ de tasse ou 120 g de raisins secs
1 blanc d’oeuf
Sucre en quantité suffisante

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un grand bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel. À l’aides des doigts, incorporer le beurre jusqu’à ce que le tout ressemble à de la chapelure. Ajouter la cassonade. Former un puit au centre des ingrédients et verser le jaune d’oeuf ainsi que le lait. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit homogène, lisse et souple.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte en un rectangle d’environ 20 cm par 30 cm (8 pouces par 12 pouces). Sur une des moitiés de la pâte, répartir le zeste d’orange puis les raisins secs*. Appuyer un peu sur les raisins secs pour les enfoncer dans la pâte. Rabattre la partie de la pâte sans garniture sur l’autre. Appuyer sur les bords pour les sceller. Abaisser de nouveau la pâte pour former un rectangle d’environ 20 cm par 36 cm (8 pouces par 14 pouces)**. Découper des rectangles d’environ 3 cm par 10 cm (1¼ pouce par 4 pouces)***.

Déposer les biscuits sur la plaque de cuisson et badigeonner la surface de blanc d’oeuf. Saupoudrer de sucre et enfourner pendant 15 à 18 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient bien dorés et fermes au toucher. Laisser tiédir. Ces biscuits se conservent plusieurs semaines dans une boîte qui ferme hermétiquement. Déguster avec gourmandise.

*Quand les raisins sont répartis sur la pâte, il semble y en avoir trop, mais c’est normal.
**À ce moment, il est possible de réserver la pâte au réfrigérateur pendant toute une nuit avant de les cuire.
***Si désiré, il est possible de tracer les biscuits sans les découper totalement. Après la cuisson quand les biscuits sont tièdes, il suffit de les détacher les uns des autres.

Et vous, connaissiez-vous les Garibaldi?

1000

Il y a quelques jours, j’ai constaté que j’avais dépassé le cap des 1000 articles. J’ai été surprise puisque je prête rarement attention aux nombres sur ma page d’administration. Cependant pour l’occasion, je me suis dit que je devrais présenter un joli dessert. En prime, il y avait très longtemps que je n’avais pas fait le dessert que je voulais vous présenter.

Je vous propose donc un pâté chinois dessert. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 5, numéro 2.

Pâté chinois dessert
Pâté chinois dessert
Pour 9 personnes

3 tasses ou 600 g de brownie maison ou du commerce
4 tasses ou 800 g d’ananas frais*
1 tasse ou 265 g de mangue
1 tasse ou 250 g de jus d’orange
3 tasses ou 750 ml de crème glacée à la vanille
3 blancs d’oeufs
1 tasse ou 200 g de sucre
¼ de tasse ou 62 g d’eau
2 cuillères à soupe de sirop de maïs ou de glucose

Répartir le brownie dans un moule carré de 20 cm (8 pouces) de côté ou dans des ramequins. Réserver au réfrigérateur.

Couper l’ananas et la mangue en cubes. Déposer les dés de fruits dans une casserole et ajouter le jus d’orange. Porter à ébullition et laisser cuire 15 minutes ou jusqu’à ce qu’il ne reste presque plus de liquide. Verser dans un bol et laisser totalement refroidir au réfrigérateur.

Dans une casserole, verser le sucre, l’eau et le sirop de maïs. Porter à ébullition et cuire jusqu’à ce qu’un thermomètre à bonbon indique 116°C (240°F)**.

Pendant que le sirop cuit, dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs jusqu’à ce qu’ils forment des pics mous. Verser le sirop en fouettant continuellement les blancs d’oeufs. Continuer à battre les blancs d’oeufs jusqu’à ce qu’ils aient refroidi. Verser la meringue dans une poche à pâtisserie. Réserver la meringue au réfrigérateur si le dessert n’est pas servi dans la prochaine heure.

Quelques minutes avant de servir, préchauffer le gril (broil) du four.

Répartir la préparation de fruits sur le brownie. Répartir la glace sur les fruits. Couvrir de meringue et enfourner. Cuire jusqu’à ce que la meringue soit dorée. Servir sans attendre et déguster avec plaisir. S’il reste du dessert, couper des portions individuelles et conserver au congélateur***.

*Il est possible d’utiliser de l’ananas en boîte. Dans ce cas, vous pouvez utiliser le jus de la conserve à la place du jus d’orange, le goût de l’ananas sera plus dominant.
**Si vous préférez, vous pouvez réaliser une meringue classique avec 4 blancs d’oeufs et ⅓ de tasse ou 67 g de sucre. Dans ce cas, il faut la préparer au dernier moment.
***Je préfère faire des portions individuelles et les assembler au dernier moment, car une fois assemblée, ce dessert est difficile à conserver : les éléments deviennent très dur au congélateur et il n’y a plus le contraste chaud-froid.

Bonne soirée!

Pas nouveau ou pas au point…

Aujourd’hui, je voulais vous proposer une recette avec des fraises, mais celle que j’ai préparée dernièrement a déjà été publiée ici! Après, j’ai une recette de crème vanille pour servir avec les fraises, mais ma recette n’a pas encore la bonne texture. J’espère que je trouverais rapidement de bon ratio… En attendant, j’ai un gâteau aux fraises qui me fait envie et je vais essayer de m’y attaquer demain. Peut-être la semaine prochaine?

En attendant, j’ai fait une petite recherche et je suis tombée sur le livre qui me manquait la dernière fois. Je vous propose donc une recette de gâteau aux carottes et aux marrons confits. J’ai pris cette recette dans le livre Les marrons glacés : dix façons de les préparer de Pauline Magnan qui tient le joli blog Beau à la louche. J’avoue, j’ai replacé le potimarron par des carottes!

Gâteau aux carottes et aux marrons glacés
Gâteau aux carottes et aux marrons glacés
Pour 8 personnes

⅔ de tasse ou 125 g de marrons glacés*
6 cuillères à soupe ou 40 g de noisettes entières
2 oeufs
⅓ de tasse moins ½ cuillère à soupe ou 60 g de sucre
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 40 g d’huile
  de noisette ou végétale
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 125 g de farine
3 cuillères à soupe ou 25 g de farine de blé entier**
¼ de tasse ou 40 g de poudre de noisettes
1 cuillère à thé ou 4 g de poudre à pâte ou de levure chimique
½ cuillère à thé de cannelle moulue
1 pincée de sel
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de carottes râpées
1 citron
1 orange
7½ cuillères à soupe ou 100 g de sucre glace

Préchauffer le four à 170°C (340°F). Déposer les noisettes entière sur une plaque et les enfourner pendant 10 à 15 minutes pour les faire dorer. Laisser tiédir et concasser les noisettes. Couper les marrons glacés en petits dés.

Hausser la température du four à 180°C (350°F). Beurrer ou huiler un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces).

Dans un bol, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter l’huile en filet en fouettant constamment. Incorporer les farines, les noisettes concassées, la poudre de noisettes, la poudre à pâte, la cannelle, le sel, les carottes râpées et les marrons glacés. Verser la pâte bien mélanger dans le moule. Enfourner et cuire pendant 1 heure ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre ressorte propre.

Laisser totalement refroidir le gâteau avant de le démouler.

Préparer le glaçage*** du gâteau en mélangeant le sucre glace avec les zestes du citron et de l’orange ainsi que le jus de l’orange. Verser sur le gâteau et laisser le glaçage figer. Trancher et déguster avec gourmandise.

*Il n’est pas facile de trouver des marrons glacés à cette période de l’année. Il est possible de les remplacer par des fruits confits ou des noix caramélisées. Évidemment, le résultat sera bien différent mais tout aussi gourmand.
**J’ai utilisé de la farine de blé entier car je n’avais pas de la farine de châtaigne. À vous de voir.
***Le glaçage est facultatif.

Et vous, est-ce que vous avez essayé de nouvelles recettes avec des fraises?

Bibliothèque de village…

Le fait de déménager dans une nouvelle commune m’a donné envie de prendre de nouvelles habitudes. La première est de fréquenter la bibliothèque. Il y a longtemps que je n’avais pas mis les pieds dans une bibliothèque et je me réjouissais de profiter, entre autre, des livres de cuisine que je n’aurais pas eu l’idée ou l’envie d’acheter… En arrivant dans la bibliothèque, j’ai eu un petit choc : il n’y a pas de rayons de livres de cuisine, il y a juste une minuscule tablette partagée avec des livres sur divers sujets. Après, c’est peut-être la différence entre une bibliothèque dans une ville ou un village. Heureusement, il y a d’autres sections qui sont bien garnies!

Pour accompagner vos lectures, je vous propose des petits sablés au chocolat et à l’orange. Cette recette est tirée d’un libre de La petite bibliothèque des desserts de Larousse.

Sablés au chocolat et à l'orange
Sablés au chocolat et à l’orange
Pour 50 petits biscuits

⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 85 g de beurre non salé,
  tempéré
6½ cuillères à soupe ou 85 g de sucre glace
Zeste d’une demi-orange*
1 oeuf
1 blanc d’oeuf
1¼ tasse ou 170 g de farine
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
85 g (3 onces) de chocolat noir à 70 % de cacao

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Hacher finement le chocolat et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat au bain-marie. Quand le chocolat est totalement fondu, le retirer de la casserole et réserver.

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel.

Dans un second bol, fouetter le beurre et le sucre glace. Incorporer le zeste d’orange, l’oeuf et le blanc d’oeuf. Ajouter la préparation de farine. Incorporer le chocolat fondu. Verser la pâte dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse.

Sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin, dresser les biscuits de la taille d’une noix. Enfourner et cuire pendant 10 à 15 minutes. À la sortie du four, si possible, déposer les biscuits sur une grille de refroidissement. Déguster avec gourmandise.

*Remplacez le zeste d’orange par un zeste de citron, un zeste de clémentine, de la cannelle moule ou du gingembre moulu.

Et vous, fréquentez-vous une bibliothèque?