Mot-clé : moutarde

Il suffirait de 30 minutes…

Selon où vous habitez, vous avez subi le changement d’heure ou vous le vivrez dimanche prochain ou vous êtes de ceux qui habitent dans un pays qui ne joue pas avec l’heure. Cette année, je suis dans une période où la fatigue me domine, alors cette petite heure perdue m’agace un peu. De plus, je me suis mise à réfléchir sur le sujet : au printemps, nous avançons l’heure et à l’automne, nous la reculons. N’y a-t-il pas eu une petite erreur quelque part? Au moment de décider synchroniser les horloges du monde, nous n’aurions pas mieux fait d’ajuster le temps de 30 minutes? Il faudrait que 30 minutes de différence pour que nous n’ayons plus à jouer aux maîtres du temps deux fois par an.

Dans l’idée des 30 minutes, je vous propose une recette qui se réalise à peu près dans ce temps : un filet de porc aigre-doux aux pommes. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 15, numéro 3.

Filet de porc aigre-doux aux pommes
Filet de porc aigre-doux aux pommes
Pour 4 personnes

½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet
½ tasse ou 135 g de gelée de pomme*
¼ de tasse ou 62 g de vinaigre de cidre
¼ de tasse ou 83 g de miel
2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1 filet de porc d’environ 450 g**
2 cuillères à soupe de beurre
2 pommes***
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le bouillon de poulet, la gelée de pomme, le vinaigre, le miel, la moutarde et la fécule de maïs. Réserver.

Peler, épépiner et couper en 8 quartiers chaque pomme.

Dans une poêle, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est assez chaud, y déposer le filet de porc et le dorer sur tous les côtés. Saler et poivrer. Ajouter les pommes et les cuire jusqu’à ce qu’elles commencent à colorer. Verser la préparation à base de bouillon et porter à ébullition.

Quand la sauce a épaissi, réduire le feu et cuire pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Retourner à quelques reprises la viande dans la sauce pendant la cuisson.

Retirer le filet de porc de la sauce, détailler en médaillon et servir nappé de sauce avec les quartiers de pommes. Déguster avec plaisir.

*J’ai utilisé de la gelée de poire, le goût est peut-être un peu plus sucré que la gelée de pomme.
**Je trouve que cette quantité est suffisante pour 4 personnes, mais libre à vous d’augmenter cette quantité.
***Il faut choisir des pommes qui résistent à la cuisson : Cortland, Gala, etc.

Et vous, que pensez-vous du changement d’heure?

Entre froid et chaud…

Entre le début de la semaine et la fin de semaine, la météo s’est grandement améliorée. Nous avons eu droit à beaucoup de pluie qui se transformait en neige par intermittence. Alors que pour les derniers jours, nous avons eu droit à du soleil qui nous a permis de bien profiter de l’extérieur. Dans le coin, j’ai bonne espoir que le temps s’améliore et demeure. Par contre, je sais que ce n’est pas nécessairement le cas au Québec…

Alors avant qu’il ne fasse trop chaud pour vous en parler, je vous propose une recette de ragoût. Je me suis inspirée d’une recette de Ricardo issue de son magazine volume 13, numéro 3.

Ragoût de boeuf à la crème et aux petits pois
Ragoût de boeuf à la crème et aux petits pois
Pour 4 personnes

450 g de cubes de boeuf à ragoût
1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 oignon
1 tasse ou 250 g de vin blanc
2 tasse ou 500 g de bouillon de boeuf
2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
½ cuillère à thé de romarin séché
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1½ tasse ou 225 g de petits pois surgelés
3 cuillères à soupe ou 45 g de crème à cuisson
  ou de demi-crème
Sel et poivre

Hacher l’oignon.

Dans un chaudron, verser l’huile. Quand le corps gras est chaud, saisir les cubes de viande de tous les côtés : procéder en plusieurs fois si nécessaire. Saler et poivrer. Retirer les cubes de viande du chaudron et les réserver sur une assiette.

Ajouter l’oignon dans le chaudron et le cuire jusqu’à ce qu’il commence à dorer. Déglacer avec le vin et laisser réduire d’un tiers. Remettre la viande dans le chaudron et ajouter la moutarde à l’ancienne ainsi que le romarin. Verser le bouillon de boeuf. Porter à ébullition et baisser le feu. Laisser mijoter pendant 2 heures.

Délayer la fécule de maïs dans la crème.

Ajouter les petits pois et la préparation de crème dans le chaudron. Poursuivre la cuisson pendant 4 minutes. Rectifier l’assaisonnement et servir sans attendre. Déguster avec plaisir sur un lit de pâtes ou avec des pommes de terre.

Et vous, voyez-vous le printemps arriver?

Cuisine sans filet…

Ce soir, nous recevons et j’ai eu une idée pour l’apéro. Cependant, j’avoue que je ne suis pas certaine de mon idée et je me lance sans avoir testé… Pourvu que ce soit bon. Il faut dire que je manque encore d’expérience pour la création de recettes.

Par contre, j’ose de plus en plus. En lisant les ingrédients de certains types de recettes, des idées germent : c’est le cas pour les tartares! Récemment, j’ai improvisé une recette de tartare et je suis vraiment ravie par le résultat. Mon idée de base était de marier le boeuf et la viande séchée : je suis surprise de n’avoir jamais vu cette association! C’est délicieux et le mélange des deux viandes est fort agréable.

Tartare 2 boeufs
Tartare 2 boeufs
Pour 1 portion*

110 g de boeuf(une pièce de viande tendre)**
2 cuillères à thé d’huile de noisette ou de noix
2 cuillères à thé de mayonnaise
4 gouttes de sauce sriracha ou d’un autre sauce de piment
1 cuillère à thé de moutarde à l’ancienne
½ cuillère à thé d’un mélange d’herbes séchées de qualité***
1 jaune d’oeuf**** (facultatif)
3 cuillères à soupe ou 20 g de noisettes
20 g de viande séchée
Sel et poivre

Hacher grossièrement les noisettes.

Dans un bol, mélanger l’huile de noisette, la mayonnaise, la sauce sriracha, la moutarde à l’ancienne, les herbes séchées et le jaune d’oeuf. Réserver le mélange au réfrigérateur.

Couper la viande séchée en petites lanières et réserver.

Couper la viande en petits cubes (moins de 5 mm de côté). S’il fait chaud ou s’il vous faut du temps pour couper la viande, préparer un bol contenant des glaçons et déposer un second bol sur les glaçons. Déposer au fur et à mesure la viande découpée dans ce bain-marie glacé.

Ajouter le boeuf coupé, la viande séchée et les noisettes à la préparation réservée au réfrigérateur. Mélanger, saler et poivrer au goût. Servir et déguster avec plaisir sur du pain grillé ou avec des frites, si possible, allumettes.

*La recette donne une portion (ou 2 petites portions), mais vous pouvez doubler la recette sans souci. Les quantités sont petites car nous aimons bien préparer 2 ou 3 tartares différents plutôt qu’un seul.
**Choisissez une pièce de viande tendre et sans nerfs comme un steak, de la bavette, de l’intérieur de ronde ou une viande à grillade.
***Actuellement, mon mélange de prédilection est celui-ci. Les herbes dégagent un beau parfum et sont bien goûteuses pour un mélange séché. En prime, c’est un produit Suisse! Alors si vous passez en Suisse, n’oubliez pas d’en glisser un pot dans vos valises.
****Quand j’ai créé la recette, je n’en ai pas mis, mais je crois que ça pourrait rendre la texture plus crémeuse. À tester, mais j’ai également d’autre idée pour améliorer la recette… à suivre.

Et vous, êtes-vous habile pour créer des recettes?

Improvisé et révisé…

L’idée pour le souper était simple : faire des boulettes, des pâtes et une sauce tout simple à base de bouillon. Cependant, la sauce n’a pas voulu être coopérative et elle était fade. Alors, j’ai brassé beaucoup d’air dans la cuisine pour ajouter ci et cela pour lui donner une belle saveur. Arrivé à table, je n’étais pas certaine que la sauce se marierait bien avec les boulettes. Puis, ce fût Mini-nous qui régla la question en me disant que ma sauce était bonne. J’avoue que je suis restée assez surprise : c’était la première fois que Mini-nous faisait un commentaire de sa propre initiative sur ma cuisine!

Comme la sauce a finalement bien été appréciée, je l’ai noté en vitesse pour pouvoir la refaire. Voici donc ma recette de sauce improvisée (et révisée pour obtenir un beau résultat) avec des boulettes contenant du brocoli. Pour les boulettes, j’ai pris la recette dans le magazine Ricardo volume 14, numéro 7.

Boulettes à la viande et au brocoli en sauce
Boulettes à la viande et au brocoli en sauce
Pour 4 personnes

Boulettes
½ de tasse ou 30 g de panko
3 cuillères à soupe ou 45 g de lait
2 tasse ou 160 g de brocoli en petits bouquets
400 g de viande hachée (veau, boeuf, porc ou un mélange)
1 oeuf
1 gousse d’ail haché ou 1 cuillère à thé de fleur d’ail

Sauce*
1 cuillère à soupe d’huile végétale
2 gousses d’ail
1 oignon
⅓ de tasse ou 85 g de vin blanc
½ tasse ou 125 g de bouillon de boeuf
½ tasse ou 125 g de demi-glace ou de sauce à rôti liée
½ cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
2 cuillères à thé de moutarde de Dijon
2 cuillères à thé de sirop d’érable
1 cuillère à thé de pâte de tomate
1 cuillère à thé d’herbes séchées (de Provence,
  à l’italienne, etc.)
5 gouttes de sauce Worcestershire
3 gouttes de sauce de poisson
2 cuillères à thé de farine
¼ de tasse ou 60 g d’eau
Sel et poivre

Boulettes
Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Dans un bol, mélanger la chapelure et le lait. Laisser reposer 5 minutes.

Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », déposer les bouquets de brocoli et mixer pour les hacher finement. Verser le brocoli haché dans le bol contenant la chapelure. Ajouter la viande hachée, l’oeuf et l’ail. Saler, poivrer et bien mélanger. Façonner des boulettes d’environ 2,5 cm (1 pouce) de diamètre. Déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire les boulettes pendant 15 à 20 minutes. Verser l’huile dans une poêle et ajouter les gousses d’ail. Chauffer l’huile. Quand le corps gras commence à être chaud, ajouter les oignons. Cuire les oignons jusqu’à ce qu’il soit tendre.

Sauce
Pendant que les boulettes cuisent, préparer la sauce. Couper en fines demi-rondelles l’oignon et couper en deux les gousses d’ail.

Déglacer avec le vin et laisser réduire de moitié. Ajouter les moutardes, le sirop d’érable, la pâte de tomate, les herbes séchées, la sauce Worcestershire et la sauce de poisson. Verser le bouillon de boeuf puis la demi-glace. Laisser mijoter pendant quelques minutes.

Dans un bol, délayer la farine dans l’eau. Ajouter progressivement ce mélange à la sauce en remuant continuellement. Saler, poivrer et rectifier les assaisonnement au besoin.

Servir les boulettes nappées de sauce avec de pâtes. Déguster avec plaisir.

*Si vous ne voulez pas préparer cette sauce, libre à vous de servir les boulettes avec une sauce tomate tout simplement.

Et vous, est-ce qu’il vous arrive que les enfants de votre entourage fassent des commentaires positifs sur votre cuisine?

Presque une soupe

S’il y a bien quelque chose que je n’aime pas manger en été, c’est de la soupe. Pour moi, il faut un fond d’air bien frisquet pour apprécier ce met liquide servi chaud. Pour la version froide, je n’ai pas encore trouvé de recette qui me plaise totalement. Pourtant, j’ai trouvé une recette qui me rappelle curieusement la soupe et que je veux bien manger autant en hiver qu’en été.

Il s’agit d’un pain avec une garniture de légumes. À la cuisson, l’odeur me perturbait jusqu’à ce que je comprenne pourquoi : ça sentait la soupe! Je vous propose donc ce pain escargot aux légumes. J’ai pris cette recette sur le site de Betty Bossi.

Pain en escargot aux légumes
Pain en escargot aux légumes
Pour 10 pains

Pâte à pain
1½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 200 g de farine*
1½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 200 g de farine
  aux céréales ou de blé entière
1 cuillère à soupe de son d’avoine** (facultatif)
1 cuillère à thé de sel
1 cuillère à thé de sucre
½ cuillère à soupe ou 7 g de levure sèche
1 tasse ou 250 g d’eau
1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Garniture
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 petit oignon
1 tasse ou 200 g de carottes râpées
1 tasse ou 150 g de céleri branche ou de céleri-rave râpé
2¼ tasse ou 200 g de poireau
½ tasse ou 125 g de bouillon de légumes ou de poulet
2 cuillères à thé de moutarde de Dijon ou à l’ancienne
1 cuillère à soupe de crème***
1 jaune d’oeuf
Sel et poivre

Pâte à pain
Dans un bol, mélanger les farine, le son d’avoine, le sel, le sucre et la levure. Ajouter l’eau et l’huile. Pétrir jusqu’à ce que la pâte soit lisse et souple. Déposer la pâte dans un bol légèrement huilé et couvrir d’un linge humide. Laisser lever pendant 1 heure ou jusqu’à ce que la pâte ait doublé de volume.

Garniture
Hacher finement l’oignon et couper en fines demi-rondelles le poireau.

Dans une poêle, verser les deux tiers de l’huile et chauffer. Quand l’huile est chaude, ajouter l’oignon et le faire revenir quelques minutes. Ajouter les carottes, le céleri et le poireau, puis poursuivre la cuisson pendant 5 minutes. Mouiller avec le bouillon et laisser cuire doucement pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que le liquide soit totalement évaporé. Saler et poivrer. Laisser totalement refroidir le mélange. Réserver au réfrigérateur.

Façonnage
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte en un rectangle d’environ 25 cm par 30 cm (10 pouces par 12 pouces). Déposer le rectangle de pâte sur une feuille de papier parchemin légèrement fariné pour faciliter les manipulations.

Mélanger la moutarde et la crème. Badigeonner ce mélange sur la pâte. Répartir la préparation de légumes sur l’ensemble de la pâte en laissant une bande de 3 cm (1¼ pouce) sur le côté le plus long. Rouler serré la pâte sur elle même en commençant par le côté opposé à la bande sans garniture. Couper en tranche d’environ 3 cm (1¼ pouce). Déposer les pains sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Mélanger le jaune d’oeuf et l’huile. Badigeonner ce mélange sur les pains et enfourner pendant 40 minutes. Déguster chaud, tiède ou froid avec plaisir.

*Vous pouvez réaliser cette recette en remplaçant les farines par de la farine sans gluten.
**Pour une version « sans », omettez le son d’avoine et ajoutez 1 cuillère à thé de psyllium ou de gomme de guar.
***Il est possible de remplacer la crème par de la crème de soja. Remplacez également le jaune d’oeuf par de la crème végétale pour une version totalement « sans ».

Et vous, aimez-vous la soupe en été?