Mot-clé : lime

La mémoire, un outil qui altère…

Pendant la semaine, j’avais eu des idées pour mon menu de la fin de semaine et je l’ai noté sur un bout de papier pour être certaine de m’en souvenir. C’est extrêmement rare que je planifie les repas… même si j’aimerais prendre cette habitude. J’avais noté une recette sans retourner la relire, alors qu’il y avait bien longtemps que je n’avais pas consulté ce livre. Je me souvenais que la recette demandait du poulet, des oignons et un mélange d’épices. Je ne vous dis pas ma tête quand j’ai ouvert le livre pour préparer le repas et que j’ai vu que c’était un poulet mijoté et non un poulet rôti! Voilà un souvenir qui était légèrement altéré…

Comme j’avais en tête et envie d’un poulet rôti, j’ai seulement regardé la liste des ingrédients pour m’inspirer et faire comme il me plaisait par la suite. Le résultat m’a bluffé : le poulet rôti était délicieux et cette recette deviendra une base à décliner avec d’assaisonnement. Promis, la prochaine fois, j’essayerai une recette telle quelle du livre Les règles d’or des épices.

Poulet rôti au berbéré
Poulet rôti au berbéré
Pour 6 personnes

Poulet
1 poulet d’environ 1,5 kg (3,3 lbs)*
½ lime**
2 cuillères à thé de berbéré (mélange d’épices éthiopien)***
1 oignon
1 tasse ou 250 g d’eau

Sauce
3 gousses d’ail
2 pincées de berbéré
2 cuillères à thé d’huile d’olive
¼ de tasse ou 60 g de vin blanc
1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 62 g de crème à cuisson ou demi-crème
½ cuillère à thé de fécule de maïs
Sel et poivre

Poulet
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un mortier, moudre le berbéré. Réserver.

Éplucher l’oignon et le couper en rondelles. Déposer les rondelles d’oignons dans un plat allant au four avec des bords assez haut et dans lequel le poulet entre.

Déposer le poulet sur une planche à découper et le déficeler, au besoin. Saler généreusement la surface du poulet et un peu l’intérieur. Avec la lime, frotter le poulet avec le côté coupé vers la chair pendant 3 minutes. Saupoudrer le poulet, l’extérieur et l’intérieur, du berbéré. Déposer le poulet dans le plat de cuisson sur les rondelles d’oignon. Presser le jus de lime sur le poulet. Si désiré, glisser le morceau de lime à l’intérieur du poulet. Ajouter l’eau autour du poulet. Enfourner et cuire pendant 1 h 15 ou jusqu’à ce que l’os de la cuisse se détache facilement à effectuant une torsion.

Sauce
Éplucher et couper en deux les gousses d’ail.

Dans une petite casserole, verser l’huile. Ajouter les gousses d’ail et le berbéré, puis chauffer à feu moyen.

Lorsque les gousses d’ail sont dorées, déglacer avec le vin blanc. Laisser réduire presque à sec. Ajouter le bouillon de poulet et laisser réduire d’un tiers.

Délayer la fécule de maïs dans la crème. Ajouter ce mélange à la sauce. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la sauce ait légèrement épaissi. Saler et poivrer au goût. Filtrer la sauce si désiré. Réserver la sauce jusqu’à ce que le poulet soit cuit.

Quand le poulet est cuit, le découper et le servir avec la sauce. Déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser un poulet plus gros. Pensez simplement à allonger le temps de cuisson.
**Vous pourriez utiliser un demi-citron ou, pour pourquoi pas, une demi-orange.
***J’ai utilisé le mélange berbéré éthiopien d’Épice de cru. Il se compose de : piment, gingembre, cardamome, fenugrec, muscade, poivre noir, coriandre, cannelle, quatre-épices, adjwain, girofle, boutons de casse. Vous pourriez le remplacer par un autre mélange d’épices qui ne contient pas de sel : épices à viande, épices cajuns, épices à couscous (ou ras el hanout), mélange BBQ, etc. Cette recette est une base qui peut s’adapter selon vos envies et vos épices préférées.

Et vous, est-ce que votre mémoire vous joue des tours?

Pour clore sur la fondue…

Pour clore mes différents articles sur la fondue chinoise, je vous propose un dernier qui aborde un accompagnement incontournable : les sauces! Nous avons tous nos préférences et nos habitudes. Certains les font, d’autres préfèrent les acheter. Personnellement, je préfère généralement les versions maisons : les possibilités sont infinies et il est plus facile d’ajuster l’assaisonnement à nos préférences.

Je vous propose 4 recettes simples et rapides à mettre en place. Les deux premières recettes sont issues du magazine 3 fois par jour d’hiver 2015. Les secondes sont très classiques et correspondent à ma manière de les préparer. De plus, pour toutes les recettes vous pouvez employer de la végénaise pour faire des versions sans gluten, sans produit laitier, sans oeuf, etc. Dans ce cas, pensez toujours à vérifier la composition des autres ingrédients comme la sauce pimentée, la sauce barbecue, le ketchup, la pâte de cari et la poudre de curry.

Sauces pour la fondue chinoise
Sauces pour la fondue chinoise
Environ 2-3 portions par sauce

Mayonnaise et lime épicée
¼ de tasse ou 68 g de mayonnaise*
¼ de lime pour le zeste et le jus
1 cuillère à thé de sauce sriracha ou une autre sauce
  pimentée

Sauce barbecue au cari
3 cuillères à soupe de sauce barbecue du commerce
1 cuillère à soupe de mayonnaise*
½ cuillère à thé de pâte de cari rouge ou plus au goût

Classique mayonnaise-ketchup**
2 cuillères à soupe de mayonnaise*
2 cuillères à soupe de ketchup***

Sauce au curry
4 cuillères à soupe de mayonnaise*
2-3 cuillères à thé de poudre de curry
Quelques gouttes de jus de lime ou de citron

Sel et poivre

Mayonnaise et lime épicée
Zester la lime, puis la presser pour récupérer son jus. Ajouter la mayonnaise et la sauce sriracha. Saler et poivrer au goût. Réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir.

Sauce barbecue au cari
Dans un bol, mélanger la sauce barbecue, la mayonnaise et la pâte de cari rouge. Goûter et au besoin, ajouter un peu de pâte de cari. Réserver au réfrigérateur.

Classique mayonnaise-ketchup**
Dans un bol, mélanger la mayonnaise et le ketchup. Poivrer généreusement. Réserver au réfrigérateur jusqu’a moment de la dégustation.

Sauce au curry
Dans un bol, mélanger la mayonnaise et la poudre de curry. Ajouter quelques gouttes de jus de lime (ou de citron). Saler légèrement et poivrer. Goûter et rajouter au besoin de la poudre de curry. Réserver au frais jusqu’au moment de servir.

Servir les différentes sauces avec une fondue chinoise classique, une fondue dans une tasse ou des boulettes boeuf à fondue cuites selon cette méthode. Déguster avec plaisir.

*Pour une version « sans… », utilisez une végénaise ou cette recette de mayonnaise à base de tofu. Si vous préparez la mayonnaise à base de tofu : omettez l’ail, réduisez la quantité de jus de citron et de moutarde de Dijon pour avoir une préparation avec un goût plus neutre.
**Pour en faire une sauce à trempette originale pour les légumes, ajoutez 1 ou 2 pincée de cannelle moulue.
***Si vous faites cette sauce avec de mayonnaise à base de tofu, elle aura un goût plus sucré. Remplacez une partie du ketchup par de la pâte de tomate pour un meilleur équilibre de goût.

Note : Si vous habitez au Québec, je vous encourage fortement à utiliser de la mayonnaise (ou végénaise) et non de la sauce salade. Le goût de cette dernière donne des résultats plus sucrés et encore plus, si c’est la version allégée que vous employez. Après, c’est aussi une question d’habitude : moi, je ne suis plus du tout habituée au goût de la sauce salade ou fausse mayonnaise.

Faire le plein…

Ces dernières jours, j’ai fait de jolies découvertes salées qu’il me tarde de les partager avec vous. Il y a quand même un problème : le repas d’anniversaire de mon chéri. Plein de bonnes petites choses et je n’ai pas de photo! Il faudra que je refasse certaines recettes et je suis certaine que personne dans la famille ne va se plaindre.

En attendant que je m’occupe ces détails, je vous propose une recette de filet de porc avec une marinade à souvlaki. Cette fois, je me suis inspirée d’une recette trouvée sur le site de Recettes du Québec.

Filet de porc dans une marinade à souvlaki
Filet de porc dans une marinade à souvlaki
Pour 3 personnes

Marinade
1 filet de porc d’environ 350 g
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à thé de curry en poudre
½ lime*
2 gousses d’ail hachées ou 2 cuillères à thé de fleur d’ail
½ cuillère à soupe d’origan
½ cuillère à soupe de persil
½ cuillère à soupe de moutarde de Dijon

Sauce
1 oignon
⅓ de tasse ou 83 g de vin blanc
1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet
¼ de cuillère à thé de curry
¼ de tasse ou 62 g de crème à cuisson ou de demi-crème
2 cuillères à thé de fécule de maïs ou de maïzena
Sel et poivre

Marinade
Dans un bol, mélanger le curry, le jus de la demi-lime, la fleur d’ail, l’origan, le persil et la moutarde de Dijon.

Hacher l’oignon.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans une poêle, verser l’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, saisir la viande sur toutes ces faces. Retirer la viande de la poêle et la déposer sur une plaque de cuisson. Saler et poivrer. Badigeonner la surface de la viande avec le mélange d’épices et de moutarde. Réserver le surplus de marinade pour la sauce. Enfourner et cuire pendant 18 minutes ou plus selon la cuisson désirée.

Sauce
Dans la poêle qui a servi à griller la viande, ajouter l’oignon et le faire revenir jusqu’à ce qu’il soit tendre. Ajouter le curry et poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Déglacer la poêle avec le vin blanc et le restant de marinade. Ajouter le bouillon de poulet et laisser réduire d’un tiers.

Délayer la fécule de maïs (ou la maïzena) dans la crème. Ajouter ce mélange à la sauce et poursuivre jusqu’à celle-ci épaississe. Saler et poivrer au besoin.

Sortir la viande du four, la déposer sur une assiette et la couvrir d’un papier d’aluminium pour la laisser reposer 3 à 5 minutes. Trancher la viande et la servir nappée de sauce. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer la lime par du citron.

Et vous, est-ce que vos papilles ont été émoustillées par un plat cette semaine?

Un 14 février…

Aujourd’hui, il ne faut pas compter sur moi pour vous proposer un menu spécial. Et oui, comme les années précédentes, je prépare ce plat à manger avec les mains. C’est toujours aussi bon, toujours autant apprécié et c’est une tradition que j’aime beaucoup! J’ai cependant ajouté quelques éléments au menu : un nectar de fraises (de la région) allongé avec une boisson pétillante pour le plus grand plaisir de Mini-nous et un dessert au chocolat qui m’a tapé dans l’oeil, il y a quelques jours. Bref, un beau repas gourmand et sans imprévu

Je vous propose une recette de côtelettes de porc qui travaille autrement cette pièce de viande. J’ai trouvé cette recette sur le site de Mrs. Schwartz’s Kitchen.

Côtelettes de porc au miel et à la sauce soja
Côtelettes de porc au miel et à la sauce soja
Pour 4 personnes

450 g de côtelettes de porc*
¾ de tasse ou 100 g de farine
¼ de cuillère à thé de sel
¼ de cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de poudre d’ail
¼ de cuillère à thé de paprika
¼ de cuillère à thé d’épices BBQ ou pour volaille
2 pincées de poivre moulu
1 oeuf
1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 cuillère à soupe de beurre
2 gousses d’ail
¼ de tasse ou 60 g de sauce soja
¼ de tasse ou 60 g d’eau
¼ de tasse ou 83 g de miel
1 cuillère à soupe de sauce hoisin
1 cuillère à soupe de jus de lime ou de citron

Hacher finement les gousses d’ail.

Dans un bol, mélanger la farine avec le sel, la poudre d’oignon, la poudre d’ail, le paprika, les épices BBQ (ou pour volaille) et le poivre.

Casser l’oeuf dans un bol ou une assiette creuse. Battre l’oeuf juste pour que le blanc et le jaune soient bien mélangés.

Enrober les côtelettes de porc de farine assaisonnée. Tremper ensuite dans l’oeuf et à nouveau dans la farine assaisonnée.

Dans une poêle, chauffer le beurre et l’huile. Quand les corps gras sont bien chauds, déposer les côtelettes de porc. Cuire les côtelettes environ 4 minutes par côté. Quand les côtelettes sont cuites, les retirer et les réserver dans une assiette.

Dans la poêle qui a servi à cuire la viande, ajouter l’ail et faire revenir pendant 2 minutes en remuant régulièrement pour éviter qu’il ne brûle.

Pendant ce temps, mélanger la sauce soja, l’eau, le miel, la sauce hoisin et le jus de lime (ou de citron). Ajouter ce mélange sur l’ail et porter à ébullition. Quand le mélange bout, déposer les côtelettes de porc. Retourner rapidement la viande pour que la sauce enrobe chaque tranche de toutes parts. Servir sans attendre avec un riz.

*Préférez des côtelettes de porc avec au moins 1,5 cm (½ pouce) d’épaisseur. Libre à vous de les choisir avec ou sans os.

Bonne Saint-Valentin!

Une autre confiture d’hiver

Je vous propose une deuxième recette de confiture que j’ai réalisé pour mes paniers gourmands. Celle-ci m’a moins séduite que celle aux pommes, mais je savais qu’elle plairait bien à ma belle-famille qui sont de grands amoureux de la coupe Hawaï! Après, si vous aimez l’ananas, le rhum et la noix de coco, il vous sera difficile de résister à cette confiture.

Cette gourmandise est tirée du livre Les conserves selon Camilla de Camilla Wynne.

Confiture à la Piña Colada
Confiture à la Piña Colada
Pour 5 pots de 250 ml

1,3 kg de chair d’ananas* (environ 2 ananas)
2 limes
2½ tasses ou 500 g de sucre à confiture**
2 tasses ou 110 g de noix de coco en flocons
6 cuillères à soupe ou 90 g de rhum brun

Peler, retirer le coeur de des ananas et les couper en petits dés. Dans un grand chaudron, déposer l’ananas. Ajouter le zeste et le jus des limes, le sucre, les flocons de noix de coco et 3 cuillères à soupe ou 45 g de rhum. Mélanger et laisser macérer pendant 30 minutes ou toute une nuit.

Quand la préparation a macéré, déposer le chaudron sur le feu et porter à ébullition. Brasser régulièrement la confiture pendant la cuisson.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne le point de gélification.

Retirer la confiture du feu et laisser reposer 5 minutes en brassant de temps en temps. Ajouter le rhum restant. Verser dans des pots stérilisés***, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 5 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster au moment désiré.

*J’ai utilisé des ananas pain de sucre. Le coeur de ces ananas est comestible, ce qui m’a permis de gagner un peu de temps sur la préparation des fruits.
**Vous pouvez utiliser du sucre régulier, mais la cuisson sera beaucoup plus longue et la texture sera différente. Si vous n’aimez vraiment pas le sucre à confiture, utilisez de la pectine que vous ajoutez selon les indications du fabricant.
***Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Pour les prochaines confitures, il faudra attendre les nouvelles récoltes…