Mot-clé : huile de sésame

Les beaux paysages

Je ne sais pas vous, mais j’aime beaucoup les changements de saison. Toutes les saisons sont belles et ont leurs attraits. En ce moment, je profite des beaux paysages de l’automne : j’adore voir le changement de couleurs sur les flancs des montagnes! En prime, le matin, j’ai l’impression de voir toutes les saisons en un coup d’oeil : les sommets des montagnes sont enneigés, les flancs sont parés des couleurs de l’automne et la plaine offre encore de belles étendues vertes comme en été. Et même la pluie, qui a été plus présente cette semaine, nous a offert de multiples arc-en-ciels. Alors comment ne pas se réjouir des paysages dans ces conditions? En prime en ce moment, j’ai plein de recettes que j’ai envie d’expérimenter : est-ce du au changement de saison?

Pour aujourd’hui, je vous présente une recette toute simple avec du tofu. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 17, numéro 7.

Tofu au gingembre et à l'orange
Tofu au gingembre et à l’orange
Pour 2 à 3 personnes

¼ de tasse ou 62 g de bouillon de poulet ou de légumes
2 cuillères à soupe ou 30 g de jus d’orange
1½ cuillère à soupe de marmelade d’oranges
1½ cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe de gingembre frais haché
½ cuillère à thé de fécule de maïs
1 gousse d’ail, hachée
2 cuillères à thé d’huile végétale
1 cuillère à thé d’huile de sésame
200 g à 300 g de tofu ferme

Dans un bol, préparer la sauce en mélangeant le bouillon de poulet, le jus d’orange, la marmelade, la sauce soja, le gingembre, la fécule de maïs et l’ail. Réserver.

Éponger le tofu et le couper en deux ou trois dans l’épaisseur. Détailler chaque tranche de tofu en triangle.

Dans une poêle, verser l’huile de sésame et l’huile végétale. Quand l’huile est bien chaude, dorer le tofu de chaque côté. Retirer le tofu de la poêle et réserver dans une assiette.

Dans la poêle, verser la sauce. Porter à ébullition et laisser mijoter jusqu’à ce qu’elle épaississe. Remettre le tofu dans la sauce et bien l’enrober. Servir avec un riz et déguster avec plaisir.

Et vous, prenez-vous le temps de vous émerveiller de la nature?

Vendredi prochain…

Depuis le début de la semaine, je me dis qu’il faut que je me prévois une sortie pour me changer le idée. En réfléchissant à ce qui se profile pour la semaine, il me reste que le vendredi… qui est le Vendredi saint! Il faut croire que mon projet va attendre une semaine de plus, voire deux puisqu’il y a également les vacances scolaires. Vive Pâques! Et dire que je n’ai pas réfléchi à un dessert pour cette occasion, d’un autre côté, je ne sais pas ce que nous allons faire pour cette journée hormis manger avec la famille de mon chéri.

En attendant, je vous propose une recette de poulet au saveur coréenne. Actuellement, on trouve plus facilement quelques produits coréens dans les épiceries. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 16, numéro 2, mais je l’ai travaillé avec des poitrines de poulet plutôt que des ailes.

Poulet frit coréen au sésame
Poulet frit coréen au sésame
Pour 3 personnes

Poulet
300 g de poitrines de poulet
¼ tasse ou 50 g de fécule de pomme de terre*
½ cuillère à thé de sel
¼ de cuillère à thé de piment coréen moulu (gochugaru)**
2 pincées de poudre à pâte ou de levure chimique
2 pincées de poivre noir moulu
Huile végétale pour la friture

Sauce
1 gousse d’ail
1 cuillère à thé de gingembre haché finement
2 cuillères à soupe de pâte de piment fermenté (gochujang)
2 cuillères à soupe de bouillon de poulet
1 cuillère à soupe de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe de vinaigre de riz
1 cuillère à thé d’huile de sésame grillé
½ cuillère à thé de mirin
½ cuillère à thé de jus de citron

Poulet
Couper les poitrines de poulet en cubes d’environ 2 cm (¾ de pouce) de côté.

Dans un bol, mélanger la fécule de pomme de terre, le sel, le piment moulu, la poudre à pâte et le poivre. Ajouter le poulet et bien mélanger pour enrober les morceaux de viande de fécule assaisonnée.

Verser environ 1 cm (⅜ de pouce) d’huile dans une poêle ou un wok*** et la chauffer. Quand l’huile est bien chaude, ajouter le poulet et frire pendant 10 minutes en remuant souvent pour que le poulet soit doré à l’extérieur et qu’il perde sa teinte rosée à l’intérieure. Mettre le poulet dans une assiette recouverte d’un papier absorbant et réserver. Retirer la poêle du feu contenant l’huile.

Sauce
Hacher finement la gousse d’ail et la déposer dans une petite casserole. Ajouter le gingembre, la pâte de piment, le bouillon de poulet, la cassonade, la sauce soja, le vinaigre de riz, l’huile de sésame, le mirin et le jus de citron.

Porter à ébullition et laisser mijoter pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que la sauce ait réduit de moitié.

Si la casserole est assez grande, ajouter le poulet dans la sauce ou verser la sauce dans un bol et ajouter le poulet. Mélanger et servir sans attendre avec du riz et un légume de votre choix.

*Il est possible de remplacer la fécule de pomme de terre par de la fécule de maïs ou de la maïzena.
**Si vous ne trouvez pas de piment coréen moulu, utilisez du piment d’Alep ou d’Espelette.
***Dans le meilleur des mondes, utilisez une friteuse que vous préchauffez à 180°C (350°F). Si comme moi, vous n’avez pas de friteuse, rappelez-vous de ne jamais mettre plus de un tiers d’huile dans une poêle ou une casserole et de ne pas vous éloignez de celle-ci quand elle est sur le feu!

Et vous, avez-vous des projets pour Vendredi Saint?

Trop de possibilités!

Cette semaine une amie m’a demandé si l’on pourrait préparer des biscuits ensembles avec les enfants. Évidemment, j’ai dis oui. Depuis, je réfléchis aux recettes de biscuits qu’on pourrait préparer avec de multiples mains : biscotti, biscuits à l’emporte-pièce, tuiles aux amandes, langues de chat, milanais, croissants à la vanille, zézettes, biscuits léopards, rochers à la noix de coco, palmiers… Un liste qui peut s’étirer encore longtemps! Le pire, c’est que je n’ai même pas encore consulté un livre de recettes pour avoir toutes ces idées. En pensant à toutes ces possibilités, il faudra que je lui demande quelques précisions sur les goûts de ses enfants.

Dans un autre ordre d’idée, je vous propose une recette végétarienne de galettes au tofu. J’ai pris cette recette sur le blog d’Audrey Ma p’tite cuisine.

Galettes de tofu et de courgettes
Galettes de tofu et de courgettes
Pour 4 personnes

200 g de tofu ferme nature ou fumé
2 courgettes moyennes
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 60 g de flocons d’avoine
1 cuillère à soupe d’amandes
1 cuillère à thé de curry
¼ de cuillère à thé d’huile de sésame grillé*
½ cuillère à thé de sauce soja*
Panko en quantité suffisante (facultatif)
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Couper les courgettes en petits dés. Dans une poêle, verser ½ cuillère à soupe d’huile d’olive. Quand l’huile est assez chaude, ajouter les courgettes et faire revenir pendant 5 minutes. Saler et poivrer.

Dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », déposer le tofu émietté grossièrement, les flocons d’avoines et les amandes. Mixer brièvement, puis ajouter le curry, l’huile de sésame et la sauce soja. Saler, poivrer et mixer de nouveau. La pâte est collante.

Déposer la panko dans un bol. Prélever un huitième de la pâte et rouler dans le panko. Aplatir pour former une galette. Répéter l’opération pour former 7 autres galettes.

Verser le restant d’huile dans une poêle et chauffer. Quand l’huile est assez chaude, déposer les galettes et cuire pendant 3 à 4 minutes. Retourner délicatement les galettes et cuire de nouveau pendant 3 à 4 minutes ou jusqu’à ce que les galettes soient bien dorées. Servir avec une sauce de votre choix et déguster avec plaisir.

*J’ai utilisé du tofu nature, donc pour lui donner un peu plus de goût, j’ai ajouté l’huile de sésame et la sauce soja. À vous de choisir de les ajouter ou non.

Et vous, quelles recettes de biscuits vous viennent en tête pour cuisiner avec des enfants?

Entre la pluie…

Malgré ce dimanche pluvieux, ma première préoccupation n’est pas d’en profiter pour cuisiner. Pourtant l’idée de préparer une brioche m’a bel et bien effleuré l’esprit (en prime, j’ai même deux recettes en tête). Peut-être dimanche prochain. La semaine qui va débuter s’annonce mouvementée et ensuite, je prendrais du temps pour retrouver mes marques.

En attendant, voici une recette toute simple de filet de porc. Cette recette est tirée du magazine Cuisine futée, Un été BBQ.

Filet de porc à l'hawaïenne
Filet de porc à l’hawaïenne
Pour 3 personnes

350 g de filet de porc
2 cuillères à soupe de cassonade ou de sucre roux
1½ cuillère à soupe de pâte de tomate
1 cuillère à soupe de jus de citron
Zeste de ½ citron
½ cuillère à soupe de gingembre haché
½ cuillère à soupe de sauce soja
½ cuillère à thé d’ail haché
½ cuillère à thé d’huile de sésame grillé
Fleur de sel

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un bol, mélanger la cassonade, la pâte de tomate, le jus de citron, le zeste, le gingembre, la sauce soja, l’ail et l’huile de sésame grillé. Ajouter le filet de porc et l’enrober de marinade.

Déposer le filet de porc sur une plaque de cuisson et enfourner pendant 17 à 20 minutes. Pendant la cuisson, badigeonner à deux reprises le filet de sauce.

Retirer le filet de porc du four et le déposer sur une assiette. Couvrir de papier d’aluminium et laisser reposer pendant 5 minutes. Saupoudrer le filet de porc de fleur de sel, trancher et servir. Déguster avec plaisir.

Pas de poisson

Pour mon buffet du 1er août, j’ai toujours du poisson, mais cette année, je l’ai proposé sous forme de sandwichs. Je n’ai rien fait de particulier. Pour le premier, du thon en boîte mélangé avec de la mayonnaise et du poivre tartiné sur du pain de mie sans croûte et quelques fines rondelles de concombre avant de refermer le sandwich. Pour le second, du saumon frais avec du saumon fumé coupé en cubes mélangé avec un peu de mayonnaise, un peu d’huile d’olive, un zeste de citron, du sel et du poivre. J’ai écrasé un avocat avec du jus de lime, du sel et du poivre que j’ai tartiné finement sur un pain à Piadina (mais un autre pain plat souple aurait été parfait). J’ai réparti mon tartare de saumon et j’ai roulé le pain avant de le couper en rondelles. Bref, rien de très original et des recettes sans mesure, selon le goût.

Pour la viande, j’ai voulu varié ma façon de faire et j’ai employé ma mijoteuse. Il faut dire que la recette de porc kalua m’avait bien fait de l’oeil dans le magazine Ricardo volume 15, numéro 4.

Porc kalua
Porc kalua
Pour 10 personnes

Porc
1,8 kg de rôti d’épaule de porc*
1 cuillère à soupe d’huile de sésame
2 cuillères à soupe de sel rouge d’Hawaï ou de sel rose
  de l’Himalaya**
2 cuillères à soupe de sauce Worcestershire
1 cuillère à thé de poivre
½ de tasse ou 125 g de bouillon de poulet*** (facultatif)

Sauce
½ tasse ou 125 g de vinaigre de riz ou de cidre
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à soupe de sauce Worcestershire

Porc
Dans un petit bol, mélanger le sel et le poivre.

Déposer le rôti de porc dans la mijoteuse et server l’huile de sésame. Frotter la pièce de viande pour l’enrober d’huile. Répéter la même opération avec la sauce Worcestershire. Saupoudrer sur toutes les faces de la viande le mélange de sel et de poivre.

Porter le bouillon de poulet à ébullition, dès les premiers bouillonnements, le verser dans la mijoteuse. Couvrir la mijoteuse et cuire à basse température pendant 8 heures****. Après la cuisson, il est possible de laisser pendant 8 heures la viande en mode réchaud.

Retirer la viande de la mijoteuse, puis enlever le gras et l’os. Effilocher la viande et la réserver dans un grand plat. Jeter le jus de cuisson restant dans la mijoteuse : il est trop salé pour être utilisé.

Sauce
Dans un petit chaudron, verser le vinaigre de riz, la cassonade et le sauce Worcestershire. Porter à ébullition et laisser mijoter le temps que la cassonade soit totalement dissoute. Arroser la viande avec la sauce. Servir tel quel, dans un sandwich avec les garniture de votre choix, etc. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez utiliser une pièce de viande avec ou sans la couenne et l’os. Vous pouvez également diminuer la quantité de viande, dans ce cas, il faut réduire le sel et le poivre en proportion.
**Il est également possible d’utiliser du sel kasher. Par contre, ne remplacez pas le sel par du sel de table : il faut un sel avec un pouvoir salant moins élevé que le sel de table ordinaire.
***J’ai une petite mijoteuse de 3,5 litres, alors que la recette est fait pour une mijoteuse de 5 à 6 litres. Alors, j’ai diminué la recette en deux. En prime, j’avais une pièce de viande sans couenne et sans os, dont pas très grasse, c’est pourquoi j’ai préféré ajouter un peu de bouillon.
****Il est possible de faire cette recette au four. Cependant, il faudra doubler la quantité de bouillon et surveiller de plus près la cuisson pour qu’il ne manque pas de liquide et ajouter un peu d’eau au besoin. Couper la pièce de viande en deux pour réduire le temps de cuisson et comptez environ 6 à 7 heures de cuisson à 140° (275°F).

Et vous, quels sandwichs faites-vous pour recevoir?