Mot-clé : grué de cacao

Caramel… un jour?

S’il y a un produit que je n’aurais jamais cru acheter, c’est de l’extrait de caramel! La plupart des recettes demandent un caramel liquide ou qui se tartine, alors j’en prépare au besoin : j’ai toujours les ingrédients sous la main. En prime, je n’ai pas des grands amateurs de caramel à la maison. Alors, pourquoi cet achat? C’est simple : les recettes de Madame Labriski. Il m’est arrivée à quelques reprises de vouloir tester une recette de Madame Labriski qui contenait cet ingrédient inhabituel. Pourtant, quand j’ai voulu essayer une recette de son livre rouge, je n’en ai pas eu besoin!

Encore une fois, j’ai opté pour une recette de biscuits chocolatés… J’avoue, j’ai préparé ces biscuits pour être certaine que Mini-nous mange quelque chose lors de son excursion avec l’école! Pour la recette, elle est tirée du livre Bye-bye sucre raffiné, bonjour purée de dattes! de Madame Labriski.

Biscuits « Duchocolàlà »
Biscuits « Duchocolàlà »
Pour 18 biscuits

½ tasse ou 150 g de purée de dattes*
½ tasse ou 125 g de compote de pommes non sucrée
¼ de tasse ou 62 g de lait ou de boisson végétale
2 cuillères à thé d’extrait de vanille
2 cuillères à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 cuillère à soupe de vinaigre
1 pincée de sel
½ tasse et ½ cuillère à soupe ou 75 g de farine
½ tasse ou 52 g de cacao
2 cuillères à soupe de graines de chia
⅔ de tasse ou 100 g de pépites de chocolat
¼ de tasse ou 35 g de grués de cacao

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger la purée de dattes, la compote de pommes, le lait, l’extrait de vanille, la poudre à pâte, le vinaigre et le sel. Incorporer la farine, le cacao, les graines de chia, les pépites de chocolat et les grués de cacao.

Sur une plaque de cuisson tapissée de papier parchemin, déposer environ 2 cuillères à soupe de pâte pour créer chaque biscuit. Enfourner et cuire environ 15 minutes. Laisser totalement refroidir avant de déguster avec gourmandise.

*Pour réaliser de la purée de dattes, il faut 1 tasse ou 167 g de dattes séchées et dénoyautées ainsi que ⅔ de tasse moins 2 cuillères à soupe ou 136 g d’eau. La première méthode, consiste à laisser les dattes tremper dans l’eau pendant 24 heures et de les mixer à l’aide d’un pied-mélangeur. L’autre méthode, consiste à porter à ébullition l’eau et les dattes, puis de laisser mijoter jusqu’à ce que les dattes soient molles et se défassent. Utilisez la technique que vous préférez. Le surplus de purée de dattes peut être congelé.

La prochaine fois, il faut que je réalise des biscuits avec de l’extrait de caramel!

Bouchées qui font plaisirs…

Il y a quelques temps, j’avais dans le réfrigérateur des blancs d’oeufs qui s’entassaient. Je n’ai pas perdu trop de temps à choisir ce que j’allais en faire : des macarons! Le problème avec les macarons, c’est que j’en fais rarement des petites quantités et du coup, ça me prend beaucoup de temps à cuire toutes les coques. Voilà pourquoi j’en ai rarement fait depuis la naissance de mini-nous. Tout ce temps sans en faire aura porté fruit : j’ai réalisé de magnifiques macarons et seul quelques coques ont légèrement fissurés!

Cette fois, j’ai choisi de préparer deux parfums : au praliné et au chocolat. Ceux au chocolat sont les préférés de mon chéri (et les meilleurs que je fais) et ils sont différents des recettes classiques puisque je rajoute des petits morceaux de chocolat pour apporter un petit croquant en plus. En fait, j’ai eu cette idée après avoir dégusté un macaron infiniment chocolat de Pierre Hermé. Pour la base de la recette, j’ai utilisé celle de Pierre Hermé issue de son livre Macaron, ainsi que la ganache au chocolat. Pour la ganache montée au praliné, j’ai pris une recette de Mercotte.

Macarons au chocolat et éclats de chocolat et macarons au pralin
Macarons au chocolat et éclats de chocolat
et macarons au praliné

Pour 50 macarons

Ganache montée au praliné
25 g (1 once) de chocolat au lait
2½ cuillères à thé ou 20 g de praliné*
2 cuillères à soupe ou 27 g de crème à fouetter
  ou de crème entière
¼ de tasse ou 65 g de crème à fouetter
  ou de crème entière bien froide

Ganache au chocolat
½ tasse et 5 cuillères à thé ou 150 g de crème à fouetter
  ou de crème entière
150 g (5¼ onces) de chocolat noir
¼ de tasse ou 52 g de beurre non salé, tempéré

Chocolat au lait en quantité suffisante, pour la finition
Chocolat noir en quantité suffisante, pour la finition

Coques des macarons
1¼ tasse ou 150 g de poudre d’amandes
1 tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g de sucre glace
¼ de tasse ou 60 g de blancs d’oeufs tempérés**
¾ de tasse ou 150 g de sucre
2½ cuillères à soupe ou 37 g d’eau
¼ de tasse ou 60 g de blancs d’oeufs tempérés
1 pincée de sel
2 gouttes de jus de citron
Colorant alimentaire en poudre ou en gel rouge (facultatif)
1 cuillère à soupe ou 7 g de cacao (facultatif)
Grués de cacao ou cacao cru (facultatif)

Ganache montée au praliné
Hacher le chocolat au lait et le déposer dans un bol. Au bain-marie, faire fondre le chocolat. Ajouter le praliné au chocolat.

Au four micro-onde ou dans un chaudron, faire chauffer les 2 cuillères à soupe ou les 27 g de crème. Verser la crème chaude en trois fois sur le chocolat praliné en mélangeant bien entre chaque ajout. Quand le mélange est lisse, incorporer la crème froide. Couvrir le bol avec une pellicule plastique. Réfrigérer au minimum 4 heures.

Ganache au chocolat
Couper le beurre en morceaux et réserver.

Hacher le chocolat noir et le déposer dans un bol.

Dans un chaudron, verser la crème et porter à ébullition. Verser la crème chaude sur le chocolat et laisser reposer 1 minute avant de mélanger. Lorsque le mélange est lisse et homogène, ajouter graduellement les morceaux de beurre. Couvrir d’une pellicule plastique appliquer directement sur la ganache et réfrigérer pendant 2 heures ou jusqu’à ce que la texture soit ferme mais malléable.

Coques des macarons
Verser la poudre d’amandes et le sucre glace dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s ». Mixer quelques secondes pour affiner la préparation (surtout pour la poudre d’amandes). Incorporer la première partie des blanc d’oeufs (¼ de tasse ou 60 g de blancs d’oeufs) et réserver.

Dans un chaudron, verser l’eau et le sucre. Si désiré, ajouter le colorant alimentaire rouge. Faire bouillir jusqu’à 118°C (244°F). Quand le thermomètre indique 110°C (230°F), commencer à fouetter doucement la deuxième partie des blanc d’oeufs (¼ de tasse ou 60 g de blancs d’oeufs) avec le sel et le jus de citron à l’aide d’un robot sur socle. Augmenter progressivement la vitesse. Quand le sucre cuit a atteint 118°C (244°F), le verser en filet sur les blancs d’oeufs alors que le robot les fouette à pleine vitesse. Continuer à fouetter jusqu’à ce que la préparation soit à 40-50°C (104-122°F). La meringue doit être ferme et la consistance rappelle la guimauve (ou les marshmallow).

Verser la meringue sur la préparation de sucre glace et d’amandes. Mélanger à l’aide d’une spatule en soulevant la masse des côtés vers le centre. Arrêter de mélanger dès que la préparation forme un ruban : quand on soulève la pâte à l’aide d’une spatule, elle coule tranquillement en un flot continu et quand on arrête de brasser, les sillons laissés dans la pâte disparaissent.

Diviser la pâte en deux. Dans une des portions de pâte, ajouter le cacao. Mélanger pour obtenir une pâte brune. Ajouter du cacao ou du colorant alimentaire brun selon la couleur souhaitée en veillant à ne pas trop travailler la pâte.

Remplir avec la pâte rougâtre une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse de 8 mm à 10 mm (⅜ de pouce) de diamètre et dresser les coques des macarons sur des plaques de cuisson recouvertes de papier parchemin. Laisser croûter les coques à température ambiante, jusqu’à ce que la surface ne colle plus au doigt.

Remplir avec la pâte au cacao une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse de 8 mm à 10 mm (⅜ de pouce) de diamètre et dresser les coques des macarons sur des plaques de cuisson recouvertes de papier parchemin. Saupoudrer les coques avec les grués de cacao ou le cacao cru. Laisser croûter les coques à température ambiante, jusqu’à ce que la surface ne colle plus au doigt.

Préchauffer le four à 150°C (300°F).

Enfourner une plaque de cuisson et cuire pendant 12 minutes. Après 8 minutes de cuisson, ouvrir la porte du four pour laisser la vapeur s’échapper et refermer aussitôt. Répéter l’opération après 11 minutes de cuisson. Après ce temps de cuisson, regarder si les coques se décollent facilement du papier parchemin, si ce n’est pas le cas prolonger la cuisson de quelques minutes. Au besoin, ajuster la température du four pour les fournées suivantes. Retirer les coques de la plaque de cuisson et les laisser tiédir avant de les décoller du papier parchemin.

Montage des macarons au praliné
Au moment de dresser les macarons, fouetter la ganache comme une crème fouettée. Le mélange doit être ferme. Déposer le mélange dans une poche à pâtisserie. Garnir la moitié des coques rougeâtres de ganache montée et couvrir d’une seconde coque de même couleur.

Montage des macarons au chocolat et aux éclats de chocolat
Couper le chocolat au lait et le chocolat noir en petits morceaux.

Verser la ganache dans une poche à pâtisserie. Garnir la moitié des coques au cacao de ganache au chocolat. Disposer sur le pourtour 2 ou 3 éclats de chocolat au lait sur chaque macaron garni de ganache. Répéter la même opération avec les éclats de chocolat noir. Recouvrir généreusement de ganache et déposer une seconde coque pour terminer le macaron. Couvrir les macarons d’une seconde coque de même couleur.

Réfrigérer les macarons de 12 à 24 heures avant de déguster.

*Le praliné est une pâte obtenue en broyant des amandes ou des noisettes (ou un mélange des deux) enrobées de sucre caramélisé comme ici. Il est possible de remplacer le praliné par une pâte à tartiner aux noisettes.
**Cette quantité correspond à environ 2 blancs d’oeufs.

Et vous, quels sont vos macarons préférés?

Énergie à zéro…

Aujourd’hui aura été une journée un peu difficile et en ajoutant celle d’hier qui a été du même genre, je manque un peu d’énergie. Cela explique sans doute mes erreurs culinaires des derniers temps : je n’utilise plus assez ma tête, je me fie trop aux recettes… et je ne surveille pas assez mes cuissons au four! Bref, je n’ai plus beaucoup de recettes sucrées à vous proposer et il faut que j’y remédie dans les plus brefs délais.

Voici une recette que j’ai réalisé sans faire de bêtises et pour laquelle je craque : des sablés aux amandes et aux grués de cacao. D’accord, je l’avoue : je n’ai pas utilisé des grués, mais bien du cacao cru. Le résultat diffère sans doute un peu, mais dans les deux cas, je suis certaine que ces sablés ne feront pas long feu. J’ai pris cette recette sur le blog de Pascale Weeks, C’est moi qui l’ai fait.

Sablés aux amandes et aux grués de cacao
Sablés aux amandes et aux grués de cacao
Pour 30 biscuits

1 tasse moins 2½ cuillères à soupe
  ou 100 g de poudre d’amandes
⅔ de tasse ou 75 g de farine
2½ cuillères à soupe ou 25 g de farine complète
⅓ de tasse ou 40 g de fécule de maïs ou de maïzena
6½ cuillères à soupe ou 80 g de sucre de canne*
2 pincées de sel
⅓ de tasse ou 75 g de beurre non salé, tempéré
2 cuillères à soupe d’eau
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
¼ de tasse ou 35 g de grués de cacao ou de cacao cru

Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes, les farines, la fécule de maïs (ou la maïzena), le sucre et le sel. Ajouter le beurre et mélanger à l’aide des mains jusqu’à ce qu’il soit bien incorporer aux ingrédients secs. Verser l’eau, l’extrait de vanille et les grués de cacao (ou le cacao cru). Mélanger jusqu’à ce la pâte s’amalgame et qu’il soit possible de former une boule.

Diviser la pâte en deux et façonner deux boudins de pâte de 4 cm (1½ pouce) de diamètre. Emballer chaque boudin avec un papier parchemin ou une pellicule plastique. Réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 165°C (325°F).

Déballer le rouleau de pâte et découper des rondelles de 1 cm (⅜ de pouce) d’épaisseur. Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner les biscuits et cuire pendant 12 minutes ou jusqu’à ce que les bords des biscuits soient dorés. Retirer les biscuits de la plaque de cuisson et les laisser refroidir. Conserver les biscuits dans une boîte en métal ou dans un contenant fermant hermétiquement. Déguster avec gourmandise.

*Si vous n’avez pas de sucre de canne sous la main, utilisez du sucre blanc tout simplement.

Et vous, quel est votre niveau d’énergie?