Mot-clé : gingembre

Trouver des idées et vite!

Pendant presque un mois, je n’ai pas eu à me poser la question : « Mais qu’est-ce que je fais pour le repas? ». Oui, c’était des vraies vacances, mais d’un autre côté, je n’ai rien cuisiné de nouveau pendant 1 mois. En gros, je constate que j’ai peu de contenu en réserve qui m’interpelle. J’ai toujours en réserve quelques bonnes recettes, mais avec des photos moches. J’ai également l’inverse, mais celle-là ne risque pas d’apparaître sur mon blog!

Aujourd’hui, je vous propose une recette toute simple et parfaite pour les soirs de semaine à la course : des poitrines de poulet BBQ. J’ai pris cette recette sur le site de Qu’est-ce qu’on mange pour Souper? de Danny St-Pierre.

Poitrines de poulet BBQ de Danny St-Pierre
Poitrines de poulet BBQ de Danny St-Pierre
Pour 3 personnes

2 cuillères à soupe et 2 cuillères à thé de cassonade
  ou de sucre roux
3 cuillères à soupe de ketchup
¼ de cuillère à thé de gingembre frais haché finement
½ cuillère à soupe de moutarde en poudre
1 cuillère à soupe de sauce soja
½ cuillère à soupe de vinaigre de cidre ou de vin rouge
Sauce sriracha au goût
300 g de poitrines de poulet désossées et sans la peau*

Préchauffer le four à 230°C (450°F).

Dans un bol, mélanger la cassonade, le ketchup, le gingembre, la moutarde, la sauce soja et le vinaigre de cidre. Ajouter au goût de la sauce sriracha.

Couper les poitrines de poulet en lanières d’environ 3 cm (1⅛ pouce) de large. Déposer le poulet dans la préparation de ketchup.

Sur une plaque de cuisson recouverte de papier cuisson, verser le mélange avec les lanières de poulet en veillant à bien espacer les morceaux de volaille. Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes. Servir et déguster sans attendre.

*Vous pouvez également utiliser des hauts de cuisses de poulet sans os.

Et vous, est-ce que vous avez eu une pause de cuisine quotidienne?

Combien de temps ça prend…

Je discutais avec une amie des repas du soir. Elle et son copain ont des emplois assez prenant, alors de retour à la maison, ils ne sont pas nécessairement motivés à cuisiner. C’est d’autant plus vrai quand ils ont été faire du sport avant manger : un menu simple est souvent de mise. On a parlé un peu des techniques pour préparer les repas à l’avance : dans tous les cas, il faut planifier. Honnêtement, c’est quelque chose qui m’intéresse, mais que je n’ai jamais expérimenté. J’ai beaucoup de mal à planifier mes repas de la semaine. Je me suis procurée un livre de style « batch cooking » sachant que j’allais le donner par la suite : le résultat est clair, les recettes ne nous correspondent pas même si j’avais passé beaucoup de temps pour le choisir. Il faut que je commence et un jour, peut-être que ça deviendra une routine de planifier… D’un autre côté, le simple fait de lister des recettes végétariennes, ça m’aiderait bien pour les repas du dimanche soir et ça serait un début!

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette de sauté de canard. Depuis que j’ai découvert la technique de mi-cuire la viande, je trouve les sautés à la viande rouge beaucoup plus gourmands. J’ai pris cette recette sur le site de La Cuisine de Bernard.

Sauté de canard au caramel et au poivre
Sauté de canard au caramel et au poivre
Pour 3 personnes

Canard
350 g de poitrines de canard*
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
2 cuillères à soupe d’huile végétale

Sauce
⅓ de tasse ou 70 g de sucre
⅔ de tase ou 170 g d’eau
1 cuillère à thé de fleur d’ail ou 1 gousse d’ail finement hachée
1 cuillère à thé de gingembre frais râpée
½ cuillère à thé de sauce de poisson
2 cuillères à thé de sauce soya
2 cuillères à thé sauce aux huîtres
1 cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
Sel et poivre

Dans une petite casserole, verser le sucre en une couche fine. Chauffer la casserole pour faire fondre le sucre. Quand le sucre à une couleur dorée-ambrée, ajouter l’eau. Baisser le feu et laisser mijoter jusqu’à ce que le tout soit redevenu liquide. Ajouter la fleur d’ail, le gingembre, la sauce de poisson, la sauce soya et la sauce aux huîtres. Laisser mijoter pendant 3 à 4 minutes. Poivrer généreusement. Retirer du feu et réserver.

Trancher en lamelles les poitrines, après avoir retirer la peau. Enrober la viande de fécule de maïs. Saler et poivrer.

Dans une poêle, verser l’huile et la chauffer à feu vif. Quand le corps gras est bien chaud, faire revenir le canard rapidement. La viande doit être mi-cuite.

Dans un bol, délayer la fécule de maïs dans un peu d’eau. L’ajouter ce mélange à la sauce. Verser la sauce sur la viande et poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Servir sans attendre avec du riz. Déguster avec plaisir.

*Si vous le désirez, vous pouvez réaliser la même recette avec du boeuf.

Et vous, planifiez-vous vos repas de la semaine, avez-vous des astuces?

Les centres commerciaux…

Par moment, les centres commerciaux du Québec me manquent. Il y en a de plus en plus en Suisse, mais rien qui ressemble vraiment à ce que je connais. Souvent un centre commercial en Suisse est construit autour d’une épicerie et on y retrouve majoritairement ses commerces affiliés. Il y a toujours quelques boutiques indépendantes, mais souvent omis des vêtements, il n’a pas une grande diversité. Par exemple, il est rare de voir une librairie, des boutiques de vêtements spécifiques ou des magasins dédiés à un type de produits. On oublie également les magasins de vaisselles et d’accessoires de cuisine qui sont déjà quasi inexistant à la base. L’autre truc qui est incomparable est la zone de restauration… Je sais ce n’est pas tout le monde qui aime les comptoirs de restauration, mais j’avoue que entre une halte gourmande du Québec et une cantine des grands enseignes suisses, mon choix est vite fait. Oui, c’est un truc qui me manque. Des fois, j’aimerais aller manger dans ces lieux où chacun à le plaisir de manger ce qui lui fait envie : entre les restaurations rapides, les cuisines ethniques ou plus santé, il est facile de satisfaire son estomac.

La dernière fois que nous avons mangé dans un centre commercial au Québec, mon chéri avait pris un boeuf général Tao. Évidemment, nous avons adoré et je me suis promis d’essayer à la maison. Pour la sauce du plat, je n’ai rien inventé et je me suis simplement basée sur une recette de Ricardo issue de son magazine volume 11, numéro 2.

Boeuf général Tao
Boeuf général Tao
Pour 3 personnes

300 g de bavette ou de steak de boeuf
2 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
¼ de tasse ou 62 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
2 cuillères à soupe de sauce soja
2 cuillères à soupe de vinaigre de riz
2 cuillères à soupe de ketchup
1 cuillère à thé de sambal oelek
½ cuillère à thé de gingembre en poudre
1 cuillère à soupe d’huile végétale
½ mangue*
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le bouillon de poulet, la cassonade, la sauce soja, le vinaigre de riz, le ketchup, le sambal oelek, le gingembre moulu et 1 cuillère à thé de fécule de maïs.

Éplucher et couper la mangue en julienne.

Couper la viande en lamelles, la déposer dans un bol avec le restant de fécule de maïs et mélanger.

Dans une poêle ou un wok, verser l’huile et chauffer à feu vif. Quand la poêle est très chaude, faire revenir la viande rapidement pour qu’elle soit être mi-cuite. Saler et poivrer. Ajouter le mélange de bouillon et poursuivre jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Ajouter la julienne de mangue puis servir sans attendre avec un riz et des légumes poêlés. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez ajouter des légumes à la recette comme des carottes, des morceaux de brocoli, des courgettes, des pois mange-tout, des poivrons, etc. Dans ce cas, il faut les faire revenir avant de cuire la viande.

Bonne fin de journée!

La logique?

Ce dimanche, je pensais poursuivre avec la recette du repas d’anniversaire de mon chéri, mais la fin de semaine fut bien animée. Alors, je manque un peu de courage pour me lancer dans un long article. La recette arrivera bien assez tôt, ne vous inquiétez pas.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de boeuf loc-lac. Cette recette attendait depuis des années d’être essayée et j’ai adoré : une recette simple, des ingrédients que j’ai presque toujours ou facile à trouver et la cuisson de la viande est parfaite. J’ai pris cette recette sur Ma p’tite cuisine d’Audrey.

Boeuf loc-lac
Boeuf loc-lac
Pour 3 personnes

300 g de bavette ou de steak de boeuf
1 cuillère à soupe de sauce de poisson
2 cuillères à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe de sauce aux huîtres
1 gousse d’ail hachée
½ cuillère à thé de gingembre frais haché
½ cuillère à thé de sambal oelek (facultatif)
1 oignon
1 cuillère à soupe d’huile végétale

Dans un bol, mélanger la sauce de poisson, la sauce soja, la sauce aux huîtres, l’ail, le gingembre et le sambal oelek pour créer la marinade.

Couper la viande en lamelles et la déposer dans le bol de la marinade. Laisser la viande macérer pendant au moins 30 minutes.

Éplucher l’oignon et le ciseler.

Dans une poêle ou un wok, verser l’huile et chauffer à feu vif. Quand la poêle est très chaude, faire revenir l’oignon pendant quelques minutes pour l’attendrir et légèrement le colorer. Ajouter la viande et la marinade. Mélanger et faire cuire à feu très vif : la viande doit être mi-cuite. Servir sans attendre avec un riz et des légumes poêlés. Déguster avec plaisir.

Et vous, comment était votre fin de semaine?

Avalanche de biscuits!

Il faut vous attendre dans les prochaines semaines à une avalanche de biscuits! Mes paniers gourmands sont bouclés et je suis plutôt contente de ma sélection. Comme à chaque année, il y a une recette un peu plus expérimentale et qui ne va pas nécessairement plaire à tout. En prime pour la plupart de mes dégustations, j’étais un peu biaisée puisque mon odorat était au abonné absent… et oui, un rhume!

Cette année, j’avais envie de glisser du citron confit dans mes biscuits. Au départ, je pensais réaliser des milanais avec cet ingrédient, mais ces biscuits étaient présents dans mes paniers de l’an passé. C’est dans Le carnet rouge de Josée Di Stasio que j’ai trouvé mon bonheur par hasard. Quand j’ai vu ses biscottis très gingembre, j’ai immédiatement imaginé y intégrer du citron confit. J’ai adoré ces biscottis, mais le piquant du gingembre peut en surprendre plusieurs et ne pas convenir à tous. À vous d’essayer pour juger.

Biscottis très gingembre et au citron confit
Biscottis très gingembre et au citron confit
Pour 24 biscuits

½ tasse ou 110 g de beurre non salé, tempéré
¾ de tasse ou 150 g de cassonade ou de sucre roux
2 oeufs
¾ de tasse ou 130 g d’amandes entières
2½ tasses ou 350 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
2 cuillères à thé de gingembre moulu
3 à 4 cuillères à soupe de gingembre frais taillé très finement
  en aiguillettes
⅔ de tasse ou 180 g de citron confit*
1 blanc d’oeuf
Sucre blanc ou demerara (facultatif)

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin et y répartir les amandes. Enfourner et cuire pendant 8 minutes. Laisser totalement refroidir les amandes. Hacher grossièrement. Déposer les amandes dans un bol. Ajouter la farine, la poudre à pâte et le gingembre moulu.

Préchauffer de nouveau le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, à l’aide d’un batteur électrique ou d’un robot sur socle, fouetter le beurre avec la cassonade environ 2 minutes. Incorporer les oeufs un à la fois en mélangeant bien entre chaque ajout. À l’aide d’une spatule ou d’une cuillère en bois, ajouter la préparation de farine. Incorporer le gingembre frais ainsi que le citron confit. Avec les mains enfarinées, terminer de rassembler la pâte. Ajouter un peu de farine au besoin.

Diviser la pâte en deux et façonner deux boudins d’environ 6 cm (2½ pouce) de diamètre. Déposer les rouleaux de pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et les aplatir légèrement. Si désiré, badigeonner la surface de blanc d’oeuf et saupoudrer de sucre.

Enfourner et cuire pendant 25 à 30 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit légèrement dorée. Sortir du four et laisser tempérer pendant 10 à 15 minutes.

Baisser la température du four à 150°C (300°F).

À l’aide d’un couteau dentelé, couper les biscuits en tranches d’environ 1,5 cm (½ pouce) d’épaisseur. Déposer les biscottis sur une plaque de cuisson et enfourner pendant 10 à 15 minutes. Retourner les biscottis et poursuivre la cuisson pendant 10 à 15 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient secs. À la sortie du four, laisser refroidir les biscottis sur une grille à pâtisserie. Déguster avec gourmandise.

*Pour une version très très gingembre, vous pouvez remplacer le citron confit par du gingembre confit haché finement.

Et vous, aimez-vous l’association du citron et du gingembre?