Mot-clé : gingembre

Des biscuits aux épices…

Il y a deux ans, j’avais assemblé une maison en pain d’épices du commerce. La décoration ne me satisfaisait pas, mais je m’étais dit que j’aimerais bien renouveler l’expérience. Cependant, ce n’est pas cette année que j’ai pu m’y remettre : surtout que je souhaite confectionner les biscuits plutôt que les acheter. Avec cette idée en tête, il est normal que j’ai voulu glisser des biscuits épicés dans mes paniers gourmands.

Je vous propose donc une recette de biscuits pains d’épices. Cette recette est vraiment facile à préparer et les ingrédients se retrouvent probablement déjà dans vos armoires. De plus, les biscuits ne se déforment pas pendant la cuisson : parfait pour utiliser vos emporte-pièces préférés! J’ai pris cette recette sur le blog d’Anne-Sophie, Fashion Cooking.

Biscuits pains d'épices
Biscuits pains d’épices
Pour 48 biscuits*

3⅔ tasses ou 500 g de farine
4 cuillères à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 tasse ou 200 g de sucre
¾ de tasse ou 250 g de miel**
1 cuillère à soupe de cannelle
1 clou de girofle, moulu***
½ cuillère à thé de gingembre moulu
1 pincée de muscade
3 à 7 cuillères à soupe ou 50 à 100 g d’eau

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte, le sucre, la cannelle, le clou de girofle moulu, le gingembre et la muscade. Incorporer le miel puis ajouter petit à petit l’eau. L’eau permet le lier la pâte : il doit y avoir assez d’eau pour qu’elle se tienne et qu’elle soit homogène. Si la pâte est un peu collante, ajouter un peu de farine. Former un disque avec la pâte et l’envelopper d’une pellicule plastique. Laisser reposer pendant au minimum 1 heure à température ambiante.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur un plan de travail enfariné, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 2 mm ( pouce). Ajouter de la farine au besoin, la pâte peut être très collante. Découper la pâte avec un ou des emportes-pièces de votre choix.

Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits commencent à dorer. Si les biscuits sont trop cuits, ils deviennent très durs. À la sortie du four, retirer les biscuits de la plaque de cuisson et laisser totalement refroidir. Répéter l’opération jusqu’à ce que toute la pâte soit découpé et cuite. Déguster avec gourmandise.

*Le nombre de biscuits dépendra de la taille de l’emporte-pièce employé.
**Il est possible de remplacer une partie ou la totalité du miel par de la mélasse.
***Il est possible de diminuer la quantité d’une épice ou de la remplacer par une autre. Au total, il faut 1½ cuillère à soupe d’épices moulues : cannelle, gingembre, muscade, clou de girofle, cardamome, anis, anis étoilé, etc.

Si vos biscuits sont un peu trop croquants et que vous n’aimez pas les tremper dans un thé ou un café, vous pouvez les déposer dans une boîte qui ferme hermétiquement avec un quartier de pomme ou un peu de mie de pain. Après 2 ou 3 jours, la texture devrait être plus souple.

On continue dans la même lignée…

Aujourd’hui, j’ai un peu un passage à vide et je ne sais pas trop quoi vous raconter. Des vagues idées me viennent en tête, mais après quelques mots, les phrases ne veulent pas s’enchainer et je reste sur trois petits points. Alors, je me dis, pourquoi ne pas continuer sur la lignée de jeudi…

Je vous propose une recette de saumon. Cette fois, j’ai pris la recette dans le livre Miel d’Isabelle, Les gourmandises d’Isa, que je n’ai pas encore assez exploré : je crois que je n’ai pas tout feuilleté la section des desserts!

Papillotes de saumon au miel, cari et gingembre
Papillotes de saumon au miel, cari et gingembre
Pour 2 personnes*

½ cuillère à soupe de beurre
½ oignon
200 g de filet de saumon**
2 cuillères à soupe de crème à cuisson ou de demi-crème
1 cuillère à thé de cari (curry)
1 cuillère à thé de gingembre moulu
2 cuillères à soupe de miel
Sel et poivre

Émincer l’oignon en fines demi-rondelles. Couper le filet de saumon en deux pour obtenir des pavés.

Déposer le beurre dans une poêle et le faire fondre. Ajouter l’oignon et le faire revenir pendant 5 minutes ou jusqu’à ce qu’il soit doré. Réserver.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Sur une surface de travail, déposer deux feuilles de papier d’aluminium. Au centre de chaque feuille déposer un morceau de saumon. La peau du poisson doit être en-dessous. Sur chaque pavé de saumon, verser 1 cuillère à soupe de crème, ½ cuillère à thé de cari, ½ cuillère à thé de gingembre, la moitié de l’oignon et 1 cuillère à soupe de miel. Saler et poivrer.

Fermer hermétiquement les papillotes et les déposer sur une plaque de cuisson. Enfourner et cuire pendant 20 minutes. Ouvrir les papillotes et servir sans attendre. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de doubler ou de tripler la recette au besoin.
**Vous pouvez augmenter la quantité de poisson à 300 g pour deux. Personnellement, je n’arrive pas à manger une portion de 150 g.

Un jour plus tard…

La journée d’hier, comme celle d’aujourd’hui, a filé à une vitesse folle. Malgré une belle fatigue, je tenais à vous proposer une nouvelle recette. Avec un jour de retard sur mes habitudes, je vous présente un gâteau aux pommes et au chocolat fondant. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 13, numéro 7.

Gâteau aux pommes et au chocolat fondant
Gâteau aux pommes et au chocolat fondant
Pour 10 personnes

Ganache
75 g (2,5 onces) de chocolat noir
⅓ de tasse ou 83 g de crème 35 % ou entière

Gâteau
1 tasse ou 140 g de farine
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
½ cuillère à thé de cannelle moulue
½ cuillère à thé de gingembre moulu
1 pincée de sel
¾ de tasse ou 165 g de beurre non salé, tempéré
¾ de tasse ou 150 g de cassonade ou de sucre roux
½ cuillère à thé d’extrait de vanille
3 oeufs
1 grosse pomme*

Ganache
Hacher le chocolat et le déposer dans un bol.

Verser la crème dans un chaudron et porter à ébullition. Quand la crème commence à bouillir, la retirer du feu et la verser sur le chocolat. Laisser reposer 1 minute avant de brasser le mélange. Brasser jusqu’à ce que la ganache soit homogène. Réfrigérer pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que la ganache soit ferme mais encore malléable.

Gâteau
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Beurrer et chemiser d’une bande de papier parchemin un moule rectangulaire d’environ 23 cm par 13 cm (9 pouces par 5 pouces) ou un moule d’une contenance de 1,5 litre (6 tasses)**.

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte, la cannelle, le gingembre et le sel.

Peler, épépiner et couper en dés de 1,5 cm (¾ de pouce) la pomme.

Dans un bol, fouetter le beurre avec la cassonade et l’extrait de vanille jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Incorporer les oeufs un à un en fouettant bien entre chaque addition. Incorporer délicatement la préparation de farine épicée. Ajouter les dés de pommes.

Verser les deux tiers de la pâte dans le moule. Créer un sillon au centre de la pâte en faisant légèrement remonter la pâte sur les côtés du moule. Verser la ganache dans le sillon. Couvrir la ganache avec le restant de pâte à gâteau.

Enfourner et cuire pendant 55 minutes ou jusqu’à un cure-dent ressorte sans grumeaux : les traces de ganache sont difficiles à éviter. Laisser totalement refroidir avant de démouler. Déguster avec gourmandise.

*Choisissez une pomme d’une variété qui résiste bien à la cuisson : Cortland, Gala, etc.
**La contenance de mon moule était un peu plus petite, j’ai donc fait deux petites portions individuelles qui m’ont permis de faire les photos : j’ai amené le gâteau chez une amie.

Bonne soirée!

Le lendemain du 1er août…

Hier, la journée s’est bien déroulée. J’ai réalisé les derniers plats que je voulais proposé sans avoir à me presser. Pourtant dès que les premiers invités sont arrivés, la fatigue m’a gagnée. Malgré cela, j’ai passé une bonne soirée et les convives ont bien apprécié le menu. De plus pour la première fois, je n’ai pas trop de restes!

Aujourd’hui, j’ai bien profité de ce dimanche où mon corps me réclamait tranquillité et lenteur. Alors sans prise de tête, je vous propose une recette de boulettes laquées. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 13, numéro 5.

Boulettes de veau laquées
Boulettes de veau laquées
Pour 3 personnes

Boulettes
300 g de veau haché*
1 petit oeuf ou 2 cuillères à soupe de lait
½ cuillère à thé de fleur d’ail ou d’ail hachée finement
1½ cuillère à soupe de chapelure
½ cuillère à soupe de sauce hoisin
½ cuillère à thé de sirop d’érable**
½ cuillère à thé de gingembre mariné à sushi, haché (facultatif)
¼ de cuillère à thé d’huile de sésame grillé

Sauce
3 cuillères à soupe de sauce hoisin
1 cuillère à soupe d’eau
1 cuillère à thé de sambal oelek
½ cuillère à soupe de graines de sésame grillées (facultatif)
Sel et poivre

Boulettes
Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un bol, mélanger le veau haché, l’oeuf (ou le lait), la fleur d’ail, la chapelure, la sauce hoisin, le sirop d’érable, le gingembre mariné et l’huile de sésame. Saler et poivrer. Diviser la viande en 6 et façonner chaque portion en boulettes. Déposer les boulettes sur une plaque de cuisson légèrement huilée.

Sauce
Dans un petit bol, mélanger la sauce hoisin, l’eau et le sambal oelek. Badigeonner les boulettes avec la moitié de cette préparation.

Enfourner et cuire pendant 25 minutes ou jusqu’à ce que les boulettes soient cuites. À mi-cuisson, badigeonner les boulettes avec le restant de sauce.

Saupoudrer les graines de sésame sur les boulettes avant de les servir. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer le veau haché par une autre viande hachée de votre choix : boeuf, porc, poulet, etc.
**Vous pouvez toujours remplacer le sirop d’érable par du miel ou de la mélasse.

Et vous, à quoi votre dimanche a-t-il été dédié?

Une belle fin de semaine

Hier matin, j’ai livré mon gâteau. Avant le départ, j’étais un peu, beaucoup… énormément stressée. J’avais fait un personnage et ses doigts étaient très fragiles. Ils m’avaient même déjà causé des soucis quelques jours plus tôt. Juste avant le départ, je finalise quelques détails et là, un doigt devient mobile et un deuxième décide de suivre le mouvement. Le stress monte à une vitesse fulgurante, j’étais sur le point de préparer le gâteau pour le départ et ce petit contre temps me fait perdre mes moyens. J’ai les mains qui tremblent comme des feuilles (le truc normal quand je suis stressée), je dois réfléchir et agir rapidement. Bref, j’ai fait une petite réparation qui m’a semblé prendre une éternité, puis j’ai demandé les mains calmes (et très fiables) de mon chéri pour déplacer le personnage. Nous sommes arrivés à bon port sans autre encombre. La maman était très heureuse du résultat (pour mon plus grand plaisir) et le stress est retombé d’un coup me laissant dans un état de fatigue pour le reste de la journée qui fut pourtant bien agréable.

Aujourd’hui, je suis descendue à Genève pour un atelier sur les fleurs avec Mila Iquise. J’ai rencontré Mila lorsque de mon premier atelier sur la pâte à sucre. Elle débutait elle aussi et avait un grand intérêt (et l’a toujours) pour les fleurs en sucre. Elle a appris en autodidacte et au fil du temps, elle est devenue une véritable référence. Si vous vous intéressez aux fleurs en pâte à sucre, je vous encourage fortement à suivre un atelier avec Mila qui a toutes les qualités pour transmettre son savoir et sa passion. Et si ce n’est pas possible, je vous invite à vous procurer son magnifique livre : L’art exquis des fleurs en sucre.

Après ce long « bla bla », voici une recette de poulet Korma. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Poulet Korma
Poulet Korma
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet
¾ de tasse ou 180 g de yogourt nature
½ cuillère à thé de miel
1 cuillère à thé de garam masala
2 gousses d’ail, haché
1 cuillère à soupe de gingembre frais râpé
½ cuillère à thé de sel
1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 oignon
2 cuillères à soupe de pâte de tomate
½ tasse ou 125 g de lait de coco
½ cuillère à soupe de farine* (facultatif)
Amandes ou noix de cajou au goût (facultatif)
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le yogourt, le miel, le garam masala, l’ail, le gingembre et la ½ cuillère à thé de sel. Poivrer au goût.

Découper les poitrines de poulet en dés et les ajouter à la marinade de yogourt. Bien mélanger et couvrir. Réfrigérer et laisser mariner pendant au moins 2 heures.

Hacher l’oignon. Verser l’huile dans la poêle et faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit translucide. Saler et poivrer. Incorporer la pâte de tomate et bien mélanger.

Sortir le poulet dans la marinade du réfrigérateur. Verser le poulet et la marinade dans la poêle contenant l’oignon.

Délayer la farine dans le lait de coco et ajouter le tout dans la poêle. Porter à ébullition et laisser mijoter pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que le poulet soit bien cuit**.

Servir avec du riz ou du pains naan et garnir d’amandes ou de noix de cajou. Déguster avec plaisir.

*J’ai ajouté la farine pour être certaine que le yogourt ne se sépare pas à la cuisson.
**Comme la marinade sert à la sauce, elle doit mijoter au minimum pendant 10 minutes pour des raisons de sécurité alimentaire.

Et vous, avez-vous eu une belle fin de semaine?