Mot-clé : épices

Vitesse supérieure…

Je viens de vérifier et il me reste encore 5 recettes du 31 juillet à vous présenter… Je crois qu’il y aura moins de recettes sucrées pour quelques semaines. De plus, je ne sais pas pourquoi, mais je recommence à cuisiner beaucoup de recettes de Ricardo et de Trois fois par jour. Je dois un peu plus varier mes sources!

Cette fois, je vous propose une recette de roastbeef de porc. Une amie m’avait donné cette recette en même temps que celle du roastbeef de boeuf et je ne suis même pas certaine de l’avoir préparée depuis. Le 31 juillet fut une belle occasion pour redécouvrir cette belle recette.

Roastbeef froid de porc de Madame Constantin
Roastbeef froid de porc de Madame Constantin
Pour 10 personnes

1 kg de longe ou de filet de porc
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre salé
Sel* et poivre

Préchauffer le four à 80°C (175°F).

Dans une poêle ou une casserole allant au four, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, saisir la viande sur toutes les faces pour former une croûte et bien emprisonner les sucs durant le reste de la cuisson. Pendant la cuisson du premier côté, utiliser une cuillère pour prélever le beurre et le verser sur les autres faces de la viande. Quand la viande est bien saisie de tous les côtés, retirer le tout du feu. Sortir la viande de la poêle et la déposer dans une assiette. Assaisonner généreusement de sel et de poivre sur toutes les faces. Remettre la viande dans la poêle et enfourner pendant 3 h 30. Il est possible de vérifier la cuisson avec un thermomètre, la température doit être entre 60°C et 65°C (140°F et 149°F) au coeur de la viande.

Retirer la viande de la poêle, la déposer dans un plat et couvrir de papier d’aluminium. Réfrigérer sans attendre. Laisser reposer au moins 12 heures au frais. Trancher finement la viande** et servir avec une sauce de votre choix : tartare, barbecue ou autres. Déguster avec plaisir!

*Vous pouvez ajouter d’autres épices ou utiliser un sel aux herbes.
**Je la sers simplement, mais rien ne vous empêche d’ajouter la viande dans une salade, d’en garnir un sandwich, etc.

Et vous, est-ce que vous pensez à cuisiner du porc pour le manger froid?

On se dévoue

En début de semaine, nous pensions avoir une fin de semaine tranquille, puis les activités diverses sont venues s’agglutiner sur la fin de semaine. En prime, nous avons invité mes beaux-parents et quelques membres de la famille pour la fête des mères! Je manque encore un peu d’organisation dans ma cuisine : cependant pour la première fois, ce n’est pas la place qui manque! Mon roastbeef était trop cuit… Personne ne s’est plaint, mais j’ai été un peu dépitée. Heureusement que la sauce sauvait tout : elle est trop bonne! Pour la viande, je crois que je vais apprendre à utiliser la sonde du four pour ne plus avoir ce genre de mauvaise surprise… Apprendre à utiliser mon four tout simplement est aussi quelque chose que je dois faire.

Dans un autre ordre d’idée, je vous propose une recette de poulet au miso et à la tomate. La recette originale utilisait du tofu, mais dans les repas de semaine, j’opte plus facilement pour de la viande d’où la substitution. J’ai pris la recette dans le magasine Ricardo volume 15, numéro 1.

Poulet au miso et à la tomate
Poulet au miso et à la tomate
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet
½ tasse ou 125 g de bouillon de légumes
⅓ de tasse ou 83 g de sauce tomate
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
1 gousse d’ail
¼ de cuillère à thé de sauce pimentée* ou plus, au goût
1½ cuillère à soupe d’huile végétale
2 pincées de cinq-épices moulu
½ cuillère à soupe de miso
½ cuillère à soupe de pâte de tomates
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le bouillon de légumes, la sauce tomate, la sauce soja et la fécule de maïs.

Hacher l’ail. Couper les poitrines de poulet en petits dés.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est chaud, y déposer les dés de poulet. Quand les morceaux de poulet commencent à dorer, ajouter l’ail, la sauce pimentée. Saler et poivrer. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que le poulet soit doré de tous les côtés. Ajouter le cinq-épices, le miso et la pâte de tomates. Cuire pendant 2 minutes.

Ajouter la préparation à base de bouillon et porter à ébullition. Laisser mijoter pendant 8 minutes ou jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Servir avec du riz et déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser un petit piment oiseau épépiné et haché au lieu de la sauce pimentée.

Bonne fêtes des mères!

La mémoire, un outil qui altère…

Pendant la semaine, j’avais eu des idées pour mon menu de la fin de semaine et je l’ai noté sur un bout de papier pour être certaine de m’en souvenir. C’est extrêmement rare que je planifie les repas… même si j’aimerais prendre cette habitude. J’avais noté une recette sans retourner la relire, alors qu’il y avait bien longtemps que je n’avais pas consulté ce livre. Je me souvenais que la recette demandait du poulet, des oignons et un mélange d’épices. Je ne vous dis pas ma tête quand j’ai ouvert le livre pour préparer le repas et que j’ai vu que c’était un poulet mijoté et non un poulet rôti! Voilà un souvenir qui était légèrement altéré…

Comme j’avais en tête et envie d’un poulet rôti, j’ai seulement regardé la liste des ingrédients pour m’inspirer et faire comme il me plaisait par la suite. Le résultat m’a bluffé : le poulet rôti était délicieux et cette recette deviendra une base à décliner avec d’assaisonnement. Promis, la prochaine fois, j’essayerai une recette telle quelle du livre Les règles d’or des épices.

Poulet rôti au berbéré
Poulet rôti au berbéré
Pour 6 personnes

Poulet
1 poulet d’environ 1,5 kg (3,3 lbs)*
½ lime**
2 cuillères à thé de berbéré (mélange d’épices éthiopien)***
1 oignon
1 tasse ou 250 g d’eau

Sauce
3 gousses d’ail
2 pincées de berbéré
2 cuillères à thé d’huile d’olive
¼ de tasse ou 60 g de vin blanc
1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 62 g de crème à cuisson ou demi-crème
½ cuillère à thé de fécule de maïs
Sel et poivre

Poulet
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un mortier, moudre le berbéré. Réserver.

Éplucher l’oignon et le couper en rondelles. Déposer les rondelles d’oignons dans un plat allant au four avec des bords assez haut et dans lequel le poulet entre.

Déposer le poulet sur une planche à découper et le déficeler, au besoin. Saler généreusement la surface du poulet et un peu l’intérieur. Avec la lime, frotter le poulet avec le côté coupé vers la chair pendant 3 minutes. Saupoudrer le poulet, l’extérieur et l’intérieur, du berbéré. Déposer le poulet dans le plat de cuisson sur les rondelles d’oignon. Presser le jus de lime sur le poulet. Si désiré, glisser le morceau de lime à l’intérieur du poulet. Ajouter l’eau autour du poulet. Enfourner et cuire pendant 1 h 15 ou jusqu’à ce que l’os de la cuisse se détache facilement à effectuant une torsion.

Sauce
Éplucher et couper en deux les gousses d’ail.

Dans une petite casserole, verser l’huile. Ajouter les gousses d’ail et le berbéré, puis chauffer à feu moyen.

Lorsque les gousses d’ail sont dorées, déglacer avec le vin blanc. Laisser réduire presque à sec. Ajouter le bouillon de poulet et laisser réduire d’un tiers.

Délayer la fécule de maïs dans la crème. Ajouter ce mélange à la sauce. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la sauce ait légèrement épaissi. Saler et poivrer au goût. Filtrer la sauce si désiré. Réserver la sauce jusqu’à ce que le poulet soit cuit.

Quand le poulet est cuit, le découper et le servir avec la sauce. Déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser un poulet plus gros. Pensez simplement à allonger le temps de cuisson.
**Vous pourriez utiliser un demi-citron ou, pour pourquoi pas, une demi-orange.
***J’ai utilisé le mélange berbéré éthiopien d’Épice de cru. Il se compose de : piment, gingembre, cardamome, fenugrec, muscade, poivre noir, coriandre, cannelle, quatre-épices, adjwain, girofle, boutons de casse. Vous pourriez le remplacer par un autre mélange d’épices qui ne contient pas de sel : épices à viande, épices cajuns, épices à couscous (ou ras el hanout), mélange BBQ, etc. Cette recette est une base qui peut s’adapter selon vos envies et vos épices préférées.

Et vous, est-ce que votre mémoire vous joue des tours?