Mot-clé : échalote

Inhabituelle…

Le matin en consultant mon natel (ou cellulaire si vous préférez) pour un autre détail, mon regard s’est attardé sur mon calendrier et il y avait un rendez-vous en après-midi. Rien de spécial, sauf que j’avais totalement oublié ce rendez-vous! Enfin pas totalement, je savais qu’il était au mois de novembre, mais je pensais qu’il était beaucoup plus tard dans le mois. C’est la première fois qu’il m’arrive de perdre de vue un rendez-vous, mais d’un autre côté, j’ai eu de la chance de m’en rendre compte en avant-midi… Pourvu que ça ne m’arrive pas trop souvent!

Pour poursuivre dans l’inhabituel, je vous propose une recette de magret de canard qui n’a pas des saveurs sucrées-salées. J’aime beaucoup le mariage des fruits avec le magret de canard, mais cette note sucrée ne plaît pas à tout le monde et des fois, c’est agréable de découvrir d’autres associations. De plus, cette recette est parfaite pour faire découvrir le magret de canard : les ingrédients sont faciles à trouver (ou se trouvent déjà dans votre garde-manger) et il en faut peu. J’ai pris cette recette dans le magazine 3 fois par jour, hiver 2016.

Magret de canard et sauce aux échalotes
Magret de canard et sauce aux échalotes
Pour 3 personnes

350 g de magret de canard
1 cuillère à thé de garam masala
4 à 6 échalotes*
½ cuillère à soupe de farine
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf
½ cuillère à soupe de marmelade d’oranges**
½ cuillère à thé de sauce Worcestershire
Sel et poivre

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Émincer les échalotes et réserver.

Avec un couteau, quadriller la peau du magret de canard en évitant de toucher la chair. Assaisonner et frotter le côté sans gras avec le garam masala. Saler et poivrer.

Déposer le magret, côté peau en-dessous, dans une poêle. Griller pendant 5 minutes du côté peau et 2 minutes de l’autre côté. Déposer le magret sur une plaque de cuisson et enfourner pendant 11 minutes. Sortir la viande du four, couvrir d’un papier d’aluminium et la laisser reposer pendant 5 minutes.

Pendant que le magret cuit au four, préparer la sauce. Dans la poêle qui a servi à saisir le magret, déposer les échalotes et les faire revenir pendant 5 minutes. Ajouter la farine et bien mélanger pour l’enrober de gras de canard. Verser graduellement le bouillon de boeuf en fouettant. Ajouter la marmelade et la sauce Worcestershire et laisser mijoter jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Saler et poivrer au goût. Trancher le magret de canard et servir nappé de sauce. Déguster avec plaisir.

*Si les échalotes sont petites, utilisez en 6 et au contraire, si elles sont grosses 4 suffisent.
**Vous pouvez remplacer la marmelade par de la confiture d’abricot.

Et vous, vous arrive-t-il d’être tête en l’air?

Presque au bout des boîtes

Mercredi, j’étais assez fatiguée pour reporter mon article et les jours qui ont suivi n’ont pas été des plus reposants. Heureusement, nous arrivons au bout et presque tous les cartons sont défaits. Oui, nous avons déménagé et j’avoue que je ne me souvenais pas que ça puisse être aussi épuisant. Je commence à voir clair dans la cuisine, par contre, je dois sérieusement réfléchir à « où j’ai rangé quoi ». De plus, j’ai découvert que le four n’avait pas de ventilateur, donc pas de chaleur tournante, un mode que j’utilisais régulièrement! Entre ça et les plaques de cuisson (sans commentaire), je sens qu’il va me falloir un petit moment d’adaptation. Omis ces petits détails, je me réjouis de la proximité d’une bonne boucherie (ainsi que la moitié des commerces du village) et d’une quantité hallucinante de boulangerie pour cette petite commune.

Aujourd’hui, je vous laisse avec une recette de falafels, car il y a des années que je me promettais d’en préparer. Pour cette première expérience, j’ai utilisé la recette de 3 fois par jour.

Falafels et sauce au yogourt
Falafels et sauce au yogourt
Pour 12 falafels, environ 4 personnes

Falafels
¼ de tasse ou 40 g de pistaches non salées
1 échalote
1 gousse d’ail
1 boîte de conserve de 19 onces ou 2 boîtes d’environ 240 g
   de pois chiches
5 feuilles de basilic
4 cuillères à soupe de persil frais
¼ de cuillère à thé de cumin moulu
¼ de cuillère à thé de graines de fenouil*
2 cuillères à soupe d’huile végétale
1 jaune d’oeuf
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de tasse ou 32 g de farine

Sauce au yogourt
½ tasse ou 125 g de yogourt grec
1 gousse d’ail
½ citron

Sel et poivre

Falafels
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans le bol d’un robot muni d’une lame en « s », mixer les pistaches avec l’échalote et l’ail. Ajouter les pois chiches égouttés, le basilic, le persil, le cumin, les graines de fenouil, l’huile, le jaune d’oeuf, le bicarbonate et la farine. Saler et poivrer, puis actionner le robot jusqu’à ce que la préparation forme un pâte.

Avec le mélange, façonner 12 galettes** et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Humidifier les mains pour faciliter la manipulation de la préparation. Enfourner et cuire pendant 20 minutes. À mi-cuisson, retourner les galettes.

Sauce au yogourt
Hacher l’ail et le déposer dans un bol. Ajouter le yogourt et le jus de citron. Saler et poivrer au goût.

Quand les falafels sont cuits, les servir avec la sauce au yogourt. Déguster avec plaisir.

*Je n’avais pas de graines de fenouil, donc je les ai remplacé par des graines de coriandre.
**Pour apporter plus de texture, roulez les falafels dans de la panko ou des corn flakes réduits en chapelure avant d’enfourner.

Et vous, c’est quand la dernière fois que vous avez déménagé?

La morille et moi

En cherchant sur mon blog pour savoir s’il y avait déjà une recette d’escalopes avec une sauce aux morilles, j’ai remarqué que je n’avais jamais publié la recette qui m’a fait découvrir ce champignon. La première fois que j’ai goûté des morilles, c’était chez mes beaux-parents. Par contre, je ne me souviens pas si c’était pendant mon premier passage en Suisse ou après que j’ai emménagé sur le vieux continent. Le premier plat que j’ai dégusté en contenant était un filet de porc et vu le prix des morilles séchées, ça a aussi été le seul que je cuisinais. Après la curiosité m’a poussée à expérimenter d’autres recettes et j’avoue que je n’ai jamais été déçue par le goût des morilles. Par contre, je suis très pointilleuse sur la manière de les nettoyer. Les morilles sont toujours accompagnées de sable et elles peuvent cacher des cailloux : deux éléments qui sont désagréables sous la dent.

En attendant que je vous propose la recette qui m’a fait fondre pour les morilles, je vous propose une recette d’escalopes. Cette recette est tirée du site de Trois fois par jour.

Escalopes de veau sauce aux morilles, noisettes et citron
Escalopes de veau sauce aux morilles, noisettes et citron
Pour 4 personnes

400 g d’escalope de veau*
1 cuillère à soupe d’huile végétale
2 cuillères à soupe ou 30 g d’eau
3 échalotes
1 gousse d’ail
¼ de tasse ou 10 g de morilles séchées**
¾ de tasse ou 187 g de fond de veau ou de bouillon de boeuf
½ tasse ou 125 g de crème à cuisson ou de demi-crème
1 cuillère à soupe de jus de citron*** (facultatif)
¼ de tasse ou 40 g de noisettes
Persil frais, au goût
Zeste de citron, au goût
Sel et poivre

Déposer les morilles dans un verre et verser le fond de veau dessus. Déposer un objet plus lourd (par exemple, un autre verre) sur les morilles pour les maintenir submergées. Laisser tremper les morilles pendant un minimum de 30 minutes.

Ciseler les échalotes et hacher l’ail. Concasser les noisettes. Hacher le persil.

Déposer sur un contenant une passoire. Couvrir la passoire d’une étamine (coton à fromage) ou d’un mouchoir en tissu. Filtrer le mélange de fond et de morilles pour retirer le sable. Réserver le fond qui a servi à réhydrater les morilles. Couper les morilles en deux et les rincer sous un filet d’eau froide pour retirer le sable qui est à l’intérieur du champignon. Remettre les morilles dans le fond filtré.

Dans une poêle, verser l’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, cuire les escalopes environ 1 à 2 minutes par côté. Saler et poivrer. Retirer les escalopes de la poêle et les réserver sur une assiette.

Déglacer la poêle avec l’eau. Réduire le feu et faire revenir les échalotes avec l’ail. Cuire pendant 5 à 6 minutes. Ajouter le fond de veau et les morilles. Laisser le liquide réduire de moitié. Ajouter la crème et le jus de citron, puis poursuivre la cuisson pendant 2 à 3 minutes. Ajouter les noisettes, le zeste de citron et le persil. Saler et poivrer au goût. Remettre les escalopes dans la sauce pour les réchauffer. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez réaliser la recette avec des escalopes de porc.
**Il est possible de remplacer les morilles séchées par d’autres champignons séchés de votre choix.
***Le jus de citron apporte une petite acidité, mais si vous prévoyez réchauffer la sauce, il est préférable de l’omettre : la crème va se séparer.

Et vous, comment avez-vous découvert les morilles?

Problème de photos…

Récemment, j’ai fait de très bonnes côtelettes de porc et après avoir en mangé la moitié, je me suis rendu compte que j’avais totalement oublié les photos… Un problème assez courant quand on a un blog. Après, il y a aussi l’inverse, où les photos sont ratées et on hésite à publier la recette. Aujourd’hui, les photos sont un peu un mélange des deux problèmes : je ne pensais pas autant aimer cette recette et j’ai fait les photos après le repas.

Je vous propose donc une recette de magret de canard rôti à la mangue. J’ai pris cette recette sur le site de L’épicerie.

Marget de canard rôti à la mangue
Marget de canard rôti à la mangue
Pour 2 personnes

1 magret de canard d’environ 300 g
½ mangue ou 100 g
2 échalotes
½ tasse ou 125 g de vin blanc
4 cuillères à thé ou 15 g de beurre
Sel et poivre

Préchauffer le four à 165°C (330°F).

Couper la mangue en dés et ciseler les échalotes.

Avec un couteau, quadriller la peau du magret de canard en évitant de toucher la chair. Déposer le magret, côté peau en-dessous, dans une poêle très chaude. Griller la peau pendant 3 minutes. Saler et poivrer la viande. Retourner le magret de canard pour saisir le côté chair pendant 1 à 2 minutes. Déposer le magret sur une plaque de cuisson en déposant le côté peau en dessous. Enfourner pendant 15 minutes. Sortir la viande du four et la laisser reposer pendant 5 minutes.

Préparer la sauce dans la poêle qui a servi à saisir la viande. Retirer le surplus de gras de canard et ajouter les échalotes. Lorsque les échalotes sont translucides, ajouter les dés de mangue. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la mangue commence à dorer. Déglacer avec le vin blanc, puis laisser réduire jusqu’à ce que la sauce soit sirupeuse. Retirer la poêle du feu et ajouter le beurre, une cuillère à thé à la fois, en fouettant continuellement la sauce pour lui donner un côté velouté. Saler et poivrer au besoin.

Trancher le magret de canard et le servir nappé de sauce. Déguster sans attendre avec plaisir.

Un peu de blanc

Cette semaine, il y a quelques flocons qui ont recouvert le sol. C’est avec enthousiasme que nous avons revêtu nos habits de neige avec Mini-nous. J’ai découvert que jouer dans la neige n’était pas toujours évident : la couche de neige était vraiment mince que je sentais la dureté sous mes genoux et par la même occasion, j’ai appris qu’il pouvait être difficile, voire impossible, de faire une boule de neige qui fasse plus de 30 cm (12 pouces) de diamètre! Nous avons quand même réussi à réaliser un bonhomme de neige, mais il y avait vraiment longtemps que je n’en avais pas fait d’aussi petit.

Après avoir joué dehors, rien de mieux qu’un plat mijoté. Je vous propose donc une recette d’osso buco. J’ai pris cette recette dans le magazine de 3 fois par jour, automne 2016.

Osso buco au vin rouge et au chorizo
Osso buco au vin rouge et au chorizo
Pour 4 personnes

2 cuillères à soupe de farine
4 tranches de jarrets de veau*
2 cuillères à soupe d’huile végétale
3 échalotes
2 gousses d’ail
½ tasse ou 75 g de chorizo coupé en petits dés**
3 cuillères à soupe de pâte de tomates
¾ de tasse ou 190 g de vin rouge
2 tasses ou 500 g de bouillon de boeuf
2 cuillères à soupe de sirop d’érable
8 carottes
Sel et poivre

Préchauffer le four à 150°C (300°F).

Saupoudrer la farine sur les tranches de jarrets de veau. Hacher les échalotes et l’ail. Éplucher et couper en bâtonnets les carottes.

Dans un chaudron, verser l’huile et la chauffer. Quand l’huile est bien chaude, déposer les tranches de viande et les colorer de chaque côté. Saler et poivrer. Retirer la viande du chaudron et réserver sur une assiette.

Dans le même chaudron, faire revenir l’échalote, l’ail, les dés de chorizo et la pâte de tomates pendant 2 minutes.

Déglacer avec le vin rouge et laisser bouillir pendant 1 minute. Ajouter le bouillon de boeuf, le sirop d’érable et les carottes. Quand le tout bout, remettre la viande dans le chaudron. Couvrir et enfourner pendant 4 heures. Saler et poivrer au besoin. Servir sur un lit de pâte ou de purée de pommes de terre. Déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser des jarrets de porc.
**Vous pouvez remplacer le chorizo par 6-8 tranches de pancetta ou de bacon.

Cette nuit, une belle quantité de neige est venu recouvrir le sol. Malheureusement, la neige n’est pas collante ce qui n’aide pas à la réalisation d’un bonhomme de neige. C’est bien la première fois depuis que j’habite en Suisse que la neige prend cette forme.