Mot-clé : échalote

Rage de Ricardo…

Actuellement, je me tourne beaucoup vers les recettes de Ricardo. Il y en a tellement et avec le rythme de parution des magazines, j’ai plus de mal à suivre qu’avant. En plaisantant avec mon chéri, j’ai même proposé faire une semaine de repas 100 % Ricardo! Un jour, peut-être si j’arrive à établir mes repas de la semaine bien à l’avance. En attendant, je cumule beaucoup de recettes venant de Ricardo pour mon blog… chose qui m’embête un peu, car j’aime bien varier mes sources et vous proposer différentes façons de cuisiner.

Aujourd’hui, vous l’aurez deviné, je vous présente une recette de Ricardo issue de son magazine volume 13, numéro 4. Il s’agit d’un pad thaï. Comment dire, j’adore ce plat! Je devrais en faire plus souvent, mais ce n’est pas le plat préféré de la maisonnée.

Pad thaï
Pad thaï
Pour 3 personnes

Pad thaï
170 g de nouilles de riz plate
170 g de poitrines de poulet désossées*
½ cuillère à soupe de sauce de poisson
½ cuillère à thé de paprika doux
½ cuillère à thé de cassonade ou de sucre roux
1 échalote
2½ cuillères à soupe d’huile de canola ou de colza
1 tasse ou 200 g de poireau émincé
1 carotte (facultatif)
2 oeufs
170 g de tofu ferme

Sauce
½ tasse ou 125 g d’eau
1½ cuillère à soupe de jus de lime
1½ cuillère à soupe de cassonade ou de sucre roux
1½ cuillère à soupe de sauce de poisson
½ cuillère à soupe de sauce sriracha**
2 gousses d’ail
1½ cuillère à soupe d’huile de canola ou de colza
1 cuillère à soupe de paprika doux

Garniture
2½ cuillères à soupe d’arachides non salées et concassées***
1 lime pour servir
Sel et poivre

Pad thaï
Dans un grand bol rempli d’eau tiède, déposer les nouilles de riz et les laisser se réhydrater pendant 15 à 25 minutes.

Hacher l’échalote. Éplucher et couper en juliennes la carotte. Découper le tofu en cubes et couper en lanières le poulet.

Déposer le poulet dans un bol avec la sauce de poisson, le paprika, la cassonade et l’échalote. Laisser mariner pendant 5 minutes.

Dans une grande poêle, verser 1 cuillère à soupe d’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter le poulet et le cuire. Ajouter les trois quarts du poireau ainsi que la carotte et poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Verser le contenu de la poêle dans une grand bol et réserver au chaud.

Dans la même poêle, ajouter 1 cuillère à soupe d’huile. Battre légèrement les oeufs et la ajouter à la poêle bien chaude. Cuire les oeufs en les brassant constamment pour les briser. Cuire les oeufs jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Saler et poivrer. Verser les oeufs dans le bol contenant le poulet.

Dans la même poêle, verser le restant d’huile et y faire dorer le tofu. Saler et poivrer. Transvider le contenu de la poêle dans le bol contenant le poulet et les oeufs.

Sauce
Dans un bol, mélanger l’eau, le jus de lime, la cassonade, la sauce de poisson et la sriracha. Réserver.

Hacher les gousses d’ail.

Dans une grande poêle, verser l’huile et faire revenir l’ail pour l’attendrir. Ajouter le paprika et poursuivre la cuisson pendant 30 secondes.

Égoutter les nouilles de riz et les ajouter dans la poêle. Veiller à bien les enrober des aromates. Ajouter sans attendre la sauce et poursuivre la cuisson en mélangeant sans arrêt les nouilles. Quand les nouilles ont la texture désirée, ajouter le mélange de poulet. Bien mélanger et servir sans attendre.

Garnir avec le restant de poireau****, les arachides et des quartiers de lime. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez également utiliser des hauts de cuisses de poulet désossés.
**Il est possible d’utiliser moins ou plus de sauce sriracha selon les goût. N’hésitez pas à utiliser une autre sauce pimentée que vous avez chez vous.
***Si vous n’avez pas d’arachides sous la main, utilisez des amandes ou d’autres noix concassées.
****Habituellement, on ajoute des fèves germées dans les pads thaï, mais il n’y a pas beaucoup d’amateurs ici… Libre en vous d’en ajouter.

Reprendre le chemin des habitudes…

Avant les fêtes, j’avais préparé plusieurs articles en avance… chose que je fais assez rarement, alors ça me fait tout drôle de de reprendre le rythme de mes articles. Pour mes paniers gourmands de 2018, il me reste une recette à vous présenter, mais je vais attendre mercredi. Aujourd’hui, j’ai plutôt envie d’opter pour une recette simple.

Je pensais vous proposer une recette de marinade, mais je viens de me rendre compte qu’une très similaire est déjà sur mon blog. Alors plutôt que de me répéter, je vais vous présenter une recette à la mijoteuse. Cette recette est extraite du livre Mijoteuse, les meilleures recettes au monde de Caty Bérubé.

Filet de porc moutarde et miel à la mijoteuse
Filet de porc moutarde et miel à la mijoteuse
Pour 4 personnes

1 filet de porc d’environ 450 g
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
⅓ de tasse ou 83 g de bouillon de poulet
3 échalotes
¼ de tasse ou g de miel
2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
1 cuillère à soupe de sauce Worcestershire
2 gousses d’ail
½ cuillère à thé de thym séché
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
Sel et poivre

Hacher les échalotes et l’ail.

Dans une poêle, verser l’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, saisir le filet de porc pendant de 4 à 5 minutes de chaque côté. Saler et poivrer la viande. Retirer du feu et laisser tiédir.

Dans un bol, mélanger le bouillon de poulet avec les échalotes, le miel, la moutarde, la sauce Worcestershire, l’ail et le thym. Ajouter le filet de porc et laisser mariner si désiré*.

Verser le tout dans le mijoteuse et cuire à basse température pendant 4 heures.

Délayer la fécule de maïs dans un peu d’eau et verser dans la mijoteuse. Couvrir et poursuivre la cuisson pendant 15 minutes. Trancher le filet de porc et servir. Déguster avec plaisir.

*À cette étape, verser le tout dans un grand sac refermable, retirer le plus d’air possible et congeler. La veille, laissez décongeler la préparation au réfrigérateur et verser le tout dans la mijoteuse pour poursuivre la recette.

À mercredi!

Trouver un restaurant…

Avec une amie, nous nous étions dit qu’à chaque fois que nous irions magasiner ensemble, nous mangerions dans un restaurant végétarien. L’idée me plaît beaucoup… mais je trouve qu’il est difficile de trouver des restaurants strictement végétariens. En cherchant un nouveau restaurant à essayer, je me suis rendu compte qu’il était plus facile de trouver des services à l’emporter. Au final, nous sommes allées au même restaurant que la dernière fois… Il n’aurait pas fallu y aller une semaine plus tard, car il ferme bientôt pour une durée indéterminée.

Pour poursuivre dans l’idée du végétarisme, je vous propose une recette de galettes de tofu. J’ai pris cette recette sur le site de Recettes du Québec.

Galettes au tofu et aux flocons d'avoine
Galettes au tofu et aux flocons d’avoine
Pour 4 à 6 personnes

400 g ou 1½ tasse de tofu émietté
2 échalotes
¾ de tasse ou 75 g de flocons d’avoine
2 cuillères à soupe de farine
3 cuillères à soupe d’eau
1 oeuf
3 cuillères à soupe de sauce tamari
2 cuillères à thé de moutarde jaune (préparée ou douce)
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de sel de céleri
3 cuillères à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Hacher les échalotes.

Dans un bol, mélanger le tofu émietté, les échalotes, les flocons d’avoine, la farine, l’eau, l’oeuf, la sauce tamari, la moutarde, la poudre d’oignon et le sel de céléri. Saler et poivrer au goût. Laisser le mélange reposer au moins 15 minutes au réfrigérateur.

Diviser le mélange en huit et façonner chaque portion en galette d’environ 6 mm (¼ de pouce) d’épaisseur.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est assez chaud, déposer les galette et cuire environ 3 minutes de chaque côté ou jusqu’à ce qu’elles soient dorées. Servir avec une sauce de votre choix et déguster avec plaisir.

Et vous, avez-vous des restaurants végétariens dans votre région?

Du sirop d’érable, s’il vous plaît!

Pour le dîner, je n’avais pas envie de me prendre la tête avec les légumes et j’ai opté pour un repas que ma mère nous préparait régulièrement : du pain doré (notez qu’on utilise plutôt le terme « toast doré », mais bon, c’est moins courant en Suisse)! C’était la première fois que Mini-nous en mangeait… je ne vous dis pas la négociation juste pour faire goûter! Après le drame, c’est le sucre qui a été préféré sur le pain doré… Du sirop d’érable, s’il vous plaît, c’est bien meilleur!

Pour me remettre de cette petite déception, je vous propose une terrine de lapin. La semaine prochaine, je devrais vous revenir avec une recette sucrée.

Terrine de lapin aux pistaches et au thym
Terrine de lapin aux pistaches et au thym
Pour 10 à 12 personnes

700 g de cuisses de lapin*
150 g de cou de porc
2 cuillères à thé ou 11 g de sel**
1 pincée de muscade
⅔ de tasse ou 165 g de vin blanc
¼ de tasse ou 60 g de cognac
1 feuille de laurier
2 branches de thym
1 cuillère à soupe de beurre
2 échalotes
1 oeuf
6 cuillères à soupe ou 60 g de pistaches non salées
Poivre

Désosser les cuisses de lapin. Couper le lapin et le cou de porc en cubes de 2-3 cm (1 pouce) de côté.

Dans un bol, mélanger le sel, la muscade et poivrer généreusement. Ajouter les morceaux de viande et mélanger. Verser le vin et 2 cuillères à soupe de cognac. Ajouter la feuille de laurier et le thym. Couvrir d’une pellicule plastique et laisser macérer pendant au moins 24 heures.

Hacher finement les échalotes. Dans une poêle, faire fondre le beurre. Ajouter les échalotes et les faire revenir jusqu’à ce qu’elles soient tendres et translucides. Déglacer avec le cognac et laisser réduire jusqu’à sec. Laisser tiédir.

Préchauffer le four à 140°C (285°F).

Égoutter la viande, retirer les branches de thym et la feuille de laurier. À l’aide d’un hachoir à viande ou d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », hacher la viande. Ajouter l’oeuf, les pistaches et les échalotes tiédies.

Tasser la viande dans une terrine d’environ 10 cm par 18 cm (4 pouces par 7 pouces). Décorer, si désiré, avec une branche de thym ou une feuille de laurier. Placer la terrine dans un plat allant au four et verser de l’eau chaude jusqu’au deux tiers de la hauteur de la terrine. Enfourner et cuire pendant 90 minutes ou jusqu’à ce qu’un thermomètre inséré au centre de la terrine atteigne 75°C (167°F).

Quand la terrine est cuite, la sortir du four et la retirer du bain-marie. Laisser tiédir pendant 10 à 15 minutes. Égoutter le liquide dans lequel baigne la terrine (ce liquide est principalement composé de gras). Déposer ensuite une petite planchette (ou un morceau de carton rigide) de la forme du moule à terrine et recouvert de papier d’aluminium sur la terrine. Installer un poids pour presser la terrine et l’entreposer au réfrigérateur pendant 24 à 48 heures avant de la déguster. Cette terrine se conserve pendant une semaine au réfrigérateur.

*Pour la recette, il faut environ un demi-lapin. J’ai préféré ne prendre que des cuisses, car elles sont plus faciles à désosser. Vous pouvez également demander à votre boucher de désosser le lapin.
**Ça peut sembler beaucoup, mais il ne faut pas diminuer cette quantité de sel. Comme on déguste la terrine froide, il faut saler davantage pour relever les goûts que pour un mets servi chaud.

Et vous, qu’est-ce que vous préférez sur votre pain doré?

La rentrée…

La semaine dernière, Mini-nous a repris le chemin de l’école. Je ne m’attendais pas à avoir autant de difficulté à reprendre le rythme scolaire. J’espère trouver mes marques le plus vite possible.

En attendant, je vous propose une autre recette de mon menu du 31 juillet. J’ai repris ma recette de roastbeef froid où j’ai préalablement mariné ma viande. Pour la marinade, j’ai opté pour une recette de Ricardo issue de son magazine volume 10, numéro 4.

Boeuf au piri-piri
Boeuf au piri-piri
Pour 6 personnes

600 g d’aiguillette de boeuf*
⅓ de tasse ou 70 g d’huile végétale
3 cuillères à soupe de jus de citron
1 échalote
2 cuillères à soupe sauce piri-piri
1 cuillère à soupe de persil plat ciselé
1 cuillère à thé de thym frais ciselé
1 gousse d’ail
½ cuillère à thé de moutarde sèche
2 cuillères à soupe de beurre

Hacher l’échalote et la gousse d’ail.

Dans un bol, mélanger l’huile, le jus de citron, l’échalote, l’ail, la sauce piri-piri, le persil, le thym et la moutarde. Ajouter l’aiguillette de boeuf et laisser macérer pendant 6 à 24 heures.

Préchauffer le four à 80°C (175°F).

Dans une poêle ou une casserole allant au four, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, saisir la viande égouttée sur toutes les faces pour former une croûte et bien emprisonner les sucs durant le reste de la cuisson. Quand la viande est bien saisie de tous les côtés, retirer le tout du feu. Enfourner et cuire pendant 1 h 30. Il est possible de vérifier la cuisson avec un thermomètre, la température doit être à 55 °C (131°F) au coeur de la viande.

Retirer la viande de la poêle, la déposer dans un plat et couvrir de papier d’aluminium. Réfrigérer sans attendre. Laisser reposer au moins 12 heures au frais. Trancher finement la viande et servir avec une sauce de votre choix : tartare, barbecue ou autres. Déguster avec plaisir!

*Ce ne sont pas tous les bouchers qui utilisent le terme aiguillette de boeuf, alors n’hésitez pas à demander les suggestions de votre boucher pour préparer un roastbeef. Vous pouvez aussi faire cette marinade pour des steaks et les cuire brièvement à la poêle ou sur le barbecue.

Et vous, est-ce que vous avez repris le rythme scolaire?