Mot-clé : échalote

Trouver un restaurant…

Avec une amie, nous nous étions dit qu’à chaque fois que nous irions magasiner ensemble, nous mangerions dans un restaurant végétarien. L’idée me plaît beaucoup… mais je trouve qu’il est difficile de trouver des restaurants strictement végétariens. En cherchant un nouveau restaurant à essayer, je me suis rendu compte qu’il était plus facile de trouver des services à l’emporter. Au final, nous sommes allées au même restaurant que la dernière fois… Il n’aurait pas fallu y aller une semaine plus tard, car il ferme bientôt pour une durée indéterminée.

Pour poursuivre dans l’idée du végétarisme, je vous propose une recette de galettes de tofu. J’ai pris cette recette sur le site de Recettes du Québec.

Galettes au tofu et aux flocons d'avoine
Galettes au tofu et aux flocons d’avoine
Pour 4 à 6 personnes

400 g ou 1½ tasse de tofu émietté
2 échalotes
¾ de tasse ou g de flocons d’avoine
2 cuillères à soupe de farine
3 cuillères à soupe d’eau
1 oeuf
3 cuillères à soupe de sauce tamari
2 cuillères à thé de moutarde jaune (préparée ou douce)
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
¼ de cuillère à thé de sel de céleri
3 cuillères à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Hacher les échalotes.

Dans un bol, mélanger le tofu émietté, les échalotes, les flocons d’avoine, la farine, l’eau, l’oeuf, la sauce tamari, la moutarde, la poudre d’oignon et le sel de céléri. Saler et poivrer au goût. Laisser le mélange reposer au moins 15 minutes au réfrigérateur.

Diviser le mélange en huit et façonner chaque portion en galette d’environ 6 mm (¼ de pouce) d’épaisseur.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est assez chaud, déposer les galette et cuire environ 3 minutes de chaque côté ou jusqu’à ce qu’elles soient dorées. Servir avec une sauce de votre choix et déguster avec plaisir.

Et vous, avez-vous des restaurants végétariens dans votre région?

Du sirop d’érable, s’il vous plaît!

Pour le dîner, je n’avais pas envie de me prendre la tête avec les légumes et j’ai opté pour un repas que ma mère nous préparait régulièrement : du pain doré (notez qu’on utilise plutôt le terme « toast doré », mais bon, c’est moins courant en Suisse)! C’était la première fois que Mini-nous en mangeait… je ne vous dis pas la négociation juste pour faire goûter! Après le drame, c’est le sucre qui a été préféré sur le pain doré… Du sirop d’érable, s’il vous plaît, c’est bien meilleur!

Pour me remettre de cette petite déception, je vous propose une terrine de lapin. La semaine prochaine, je devrais vous revenir avec une recette sucrée.

Terrine de lapin aux pistaches et au thym
Terrine de lapin aux pistaches et au thym
Pour 10 à 12 personnes

700 g de cuisses de lapin*
150 g de cou de porc
2 cuillères à thé ou 11 g de sel**
1 pincée de muscade
⅔ de tasse ou 165 g de vin blanc
¼ de tasse ou 60 g de cognac
1 feuille de laurier
2 branches de thym
1 cuillère à soupe de beurre
2 échalotes
1 oeuf
6 cuillères à soupe ou 60 g de pistaches non salées
Poivre

Désosser les cuisses de lapin. Couper le lapin et le cou de porc en cubes de 2-3 cm (1 pouce) de côté.

Dans un bol, mélanger le sel, la muscade et poivrer généreusement. Ajouter les morceaux de viande et mélanger. Verser le vin et 2 cuillères à soupe de cognac. Ajouter la feuille de laurier et le thym. Couvrir d’une pellicule plastique et laisser macérer pendant au moins 24 heures.

Hacher finement les échalotes. Dans une poêle, faire fondre le beurre. Ajouter les échalotes et les faire revenir jusqu’à ce qu’elles soient tendres et translucides. Déglacer avec le cognac et laisser réduire jusqu’à sec. Laisser tiédir.

Préchauffer le four à 140°C (285°F).

Égoutter la viande, retirer les branches de thym et la feuille de laurier. À l’aide d’un hachoir à viande ou d’un robot culinaire muni d’une lame en « s », hacher la viande. Ajouter l’oeuf, les pistaches et les échalotes tiédies.

Tasser la viande dans une terrine d’environ 10 cm par 18 cm (4 pouces par 7 pouces). Décorer, si désiré, avec une branche de thym ou une feuille de laurier. Placer la terrine dans un plat allant au four et verser de l’eau chaude jusqu’au deux tiers de la hauteur de la terrine. Enfourner et cuire pendant 90 minutes ou jusqu’à ce qu’un thermomètre inséré au centre de la terrine atteigne 75°C (167°F).

Quand la terrine est cuite, la sortir du four et la retirer du bain-marie. Laisser tiédir pendant 10 à 15 minutes. Égoutter le liquide dans lequel baigne la terrine (ce liquide est principalement composé de gras). Déposer ensuite une petite planchette (ou un morceau de carton rigide) de la forme du moule à terrine et recouvert de papier d’aluminium sur la terrine. Installer un poids pour presser la terrine et l’entreposer au réfrigérateur pendant 24 à 48 heures avant de la déguster. Cette terrine se conserve pendant une semaine au réfrigérateur.

*Pour la recette, il faut environ un demi-lapin. J’ai préféré ne prendre que des cuisses, car elles sont plus faciles à désosser. Vous pouvez également demander à votre boucher de désosser le lapin.
**Ça peut sembler beaucoup, mais il ne faut pas diminuer cette quantité de sel. Comme on déguste la terrine froide, il faut saler davantage pour relever les goûts que pour un mets servi chaud.

Et vous, qu’est-ce que vous préférez sur votre pain doré?

La rentrée…

La semaine dernière, Mini-nous a repris le chemin de l’école. Je ne m’attendais pas à avoir autant de difficulté à reprendre le rythme scolaire. J’espère trouver mes marques le plus vite possible.

En attendant, je vous propose une autre recette de mon menu du 31 juillet. J’ai repris ma recette de roastbeef froid où j’ai préalablement mariné ma viande. Pour la marinade, j’ai opté pour une recette de Ricardo issue de son magazine volume 10, numéro 4.

Boeuf au piri-piri
Boeuf au piri-piri
Pour 6 personnes

600 g d’aiguillette de boeuf*
⅓ de tasse ou 70 g d’huile végétale
3 cuillères à soupe de jus de citron
1 échalote
2 cuillères à soupe sauce piri-piri
1 cuillère à soupe de persil plat ciselé
1 cuillère à thé de thym frais ciselé
1 gousse d’ail
½ cuillère à thé de moutarde sèche
2 cuillères à soupe de beurre

Hacher l’échalote et la gousse d’ail.

Dans un bol, mélanger l’huile, le jus de citron, l’échalote, l’ail, la sauce piri-piri, le persil, le thym et la moutarde. Ajouter l’aiguillette de boeuf et laisser macérer pendant 6 à 24 heures.

Préchauffer le four à 80°C (175°F).

Dans une poêle ou une casserole allant au four, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, saisir la viande égouttée sur toutes les faces pour former une croûte et bien emprisonner les sucs durant le reste de la cuisson. Quand la viande est bien saisie de tous les côtés, retirer le tout du feu. Enfourner et cuire pendant 1 h 30. Il est possible de vérifier la cuisson avec un thermomètre, la température doit être à 55 °C (131°F) au coeur de la viande.

Retirer la viande de la poêle, la déposer dans un plat et couvrir de papier d’aluminium. Réfrigérer sans attendre. Laisser reposer au moins 12 heures au frais. Trancher finement la viande et servir avec une sauce de votre choix : tartare, barbecue ou autres. Déguster avec plaisir!

*Ce ne sont pas tous les bouchers qui utilisent le terme aiguillette de boeuf, alors n’hésitez pas à demander les suggestions de votre boucher pour préparer un roastbeef. Vous pouvez aussi faire cette marinade pour des steaks et les cuire brièvement à la poêle ou sur le barbecue.

Et vous, est-ce que vous avez repris le rythme scolaire?

Encore de la confiture d’abricots

Ma belle-mère m’a déposé des abricots et avec les abricots, je fais de la confiture! C’est déjà la troisième fois que j’en prépare. Et cette année, il y a une grande différence : j’ai employé différentes variétés d’abricots pour chaque recette. Alors, j’ai trois sortes de confiture avec le même fruit mais avec des goûts différents! Je crois que celle que je préfère est la première : elle a un bel équilibre entre le sucré et l’acidité.

La confiture d’abricots peut garnir non seulement une tartine, mais également un gâteau ou encore se glisser dans un plat salé! Je vous propose donc la recette de saumon de Jean-François Plante issue de son livre Bistro Bistro.

Filet de saumon en croûte de noisettes, sauce veloutée aux abricots
Filet de saumon en croûte de noisettes, sauce veloutée aux abricots
Pour 4 personnes

Saumon
2 cuillères à soupe de miel
2 cuillères à soupe de sauce tamari
1 cuillère à soupe de jus de lime
2 gousses d’ail
2 cuillères à soupe d’huile de sésame grillé
450 g de filets de saumon
1 tasse ou 133 g de noisettes*

Sauce**
1 cuillère à soupe de beurre
1 cuillère à soupe d’huile végétale
2 gousses d’ail
2 échalotes
2 cuillères à soupe de confiture d’abricots***
¼ de tasse ou 60 g de jus de citron
1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 60 g de crème à cuisson ou entière
Sel et poivre

Saumon
Préchauffer le four à 220°C (425°F).

Couper le filet de saumon en 4 morceaux de poids similaire. Hacher très finement les gousses d’ail. Hacher également les noisettes.

Dans un bol, mélanger le miel, la sauce tamari, le jus de lime, l’ail haché et l’huile de sésame. Verser les noisettes hachées dans un bol. Tremper chaque morceau de saumon dans la préparation de miel, puis les enrober de noisettes. Déposer les morceaux de saumon sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 13 minutes.

Sauce
Hacher finement les gousses d’ail et les échalotes.

Dans une poêle, chauffer le beurre et l’huile. Faire suer l’ail et les échalotes pendant 3 minutes. Saler et poivrer. Ajouter la confiture d’abricots et laisser caraméliser pendant 3 minutes. Déglacer avec le jus de citron et laisser réduire presqu’à sec. Verser le bouillon de poulet, laisser mijoter pendant 5 minutes. Ajouter la crème, mélanger et prolonger la cuisson de 5 à 7 minutes, le temps que la sauce ait une texture veloutée.

Servir les morceaux de saumon nappés de sauce et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez griller les noisettes si vous le désirez. Il suffit de placer les noisettes entières dans un four préchauffé à 180°C (350°F) pendant 6 à 8 minutes. Laisser refroidir avant d’utiliser.
**Cette sauce accompagne également très bien un blanc de volaille grillé.
***Il est possible de remplacer la confiture d’abricots par de la confiture de pêches.

Et vous, est-ce que vous préparez de la confiture d’abricots?

Il y a, il n’y a pas

Samedi avec Mini-nous, j’ai décidé d’aller faire quelques courses dans une des communes voisines. Je savais ce que je voulais et j’avais déjà vu l’objet de mon déplacement dans deux magasins. Nous commençons par le premier où je fais plusieurs fois le tour des rayons. Je constate qu’il n’y a plus ce que je souhaite. Nous allons donc au deuxième magasin… pour découvrir que nous avons fait le déplacement pour ne rien trouver. Au moins, je sais que la prochaine fois que je vois ce truc, je n’attends pas pour l’acheter.

Aujourd’hui, je vous propose une petite recette de côtelettes de porc. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 13, numéro 3.

Côtelettes de porc à l'érable et au curry
Côtelettes de porc à l’érable et au curry
Pour 3 personnes

400 g de côtelettes de porc avec os
1 cuillère à soupe de beurre
1 petite échalote
1 cuillère à thé de curry doux
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet ou de boeuf
2½ cuillères à soupe de sirop d’érable
½ cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
Sel et poivre

Ciseler l’échalote et réserver.

Chauffer le beurre dans une poêle. Quand le beurre est bien chaud, dorer les côtelettes de porc de chaque côté. Saler et poivrer. Réserver les côtelettes de porc dans une assiette.

Dans la même poêle, attendrir l’échalote. Ajouter la poudre de curry et poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Verser le bouillon, le sirop d’érable et la moutarde. Porter à ébullition.

Lorsque la sauce bout, ajouter les côtelettes de porc et laisser réduire jusqu’à ce que la sauce nappe la viande. Saler et poivrer au besoin. Servir et déguster avec plaisir.