Mot-clé : coriandre

Piccalilli

Pour mes paniers gourmands, j’essaie d’ajouter de plus en plus des éléments salés. Évidemment, il y aura toujours une majorité sucrée… surtout que j’ai plus de peine à trouver des recettes salées! Cette année, j’ai craqué pour une recette de piccalilli. Ce n’est pas dans mes habitudes de préparer des marinades, mais ça se conserve tellement bien. À la dégustation, j’ai été très surprise d’aimer : en général, je n’aime pas les trucs dans le vinaigre, c’est pour dire à quel point les piccalilli sont bons!

Ce n’est pas vraiment une recette que l’on prépare en hiver. Il vaut mieux les préparer en été ou en automne quand les légumes sont en abondance, alors n’oubliez pas de l’ajouter à vos conserves à faire aux prochaines récoltes! J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 13, numéro 7.

Piccalilli
Piccalilli
Pour 5 pots de 250 ml

2 tasses ou 230 g de chou-fleur coupé en très petits bouquets
284 g d’oignons perlés
1 tasse ou 130 g de cornichons frais ou de concombre
  du jardin
½ tasse ou 100 g de haricots verts*
1 pomme
3 cuillères à soupe de gros sel à marinade**
1 cuillère à soupe de moutarde sèche
1 cuillère à soupe de graines de moutarde
2 cuillères à thé de curcuma moulu
1 cuillère à thé de graines de coriandre
1 cuillère à thé de graines de cumin
2 cuillères à thé de gingembre frais haché finement
1 grosse gousse d’ail, haché finement
1 piment chili frais, épépiné et émincé***
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1¼ tasse ou 310 g de vinaigre de cidre
1 tasse ou 250 g d’eau
3 cuillères à soupe de sucre

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, ajouter les oignons perlés et les laisser dans l’eau bouillante pendant 1 à 2 minutes. Retirer les oignons de l’eau et les plonger dans un bol remplit d’eau froide. Égoutter les oignons et les peler.

Couper les haricots verts en tronçons de 5 mm (¼ de pouce). Couper le concombre et la pomme en petits dés.

Dans un bol, mélanger le chou-fleur, les oignons, le concombre, les haricots, la pommes et le sel à marinade. Couvrir d’eau et laisser macérer pendant 1 heure à température ambiante. Égoutter.

Dans une casserole, verser l’huile d’olive et chauffer à feu moyen. Faire revenir la moutarde sèche, les graines de moutarde, le curcuma, les graines de coriandre, les graines de cumin, le gingembre, l’ail et le piment.

Dans un bol, mélanger la fécule de maïs dans ¼ de tasse ou 60 g de vinaigre. Verser ce mélange dans la casserole. Poursuivre la cuisson quelques secondes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe. Ajouter les légumes égouttés, le reste de vinaigre, l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Laisser mijoter en remuant à quelques reprises pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

Répartir le mélange dans des bocaux chauds en les remplissant jusqu’à 1,5 cm (½ pouce) des bords. À l’aide d’un ustensile non métallique (par exemple, une baguette en bois), chasser les bulles d’air. Essuyer les bords des bocaux avec un linge propre. Déposer un couvercle (ou un disque et une bague) sur chaque pot et visser jusqu’au point de résistance, sans forcer.

Déposer les bocaux debout dans une casserole d’eau chaude. Les pots doivent être recouverts d’eau et l’eau doit être au moins 2,5 cm (1 pouce) plus haute que les pots. Couvrir et porter à ébullition à feu élevé. Quand l’eau bout, laisser bouillir les pots pendant 15 minutes. Sortir les pots de l’eau et les déposer sur un ligne. Laisser les pots refroidir pendant 24 heures. Vérifier si les pots se sont scellés. Pour les pots que le traitement à la chaleur n’a pas réussi : placer les pots au réfrigérateur et les consommer rapidement ou retirer les couvercles et recommencer le traitement à la chaleur. Sortir un pot de piccalilli au moment voulu et déguster avec plaisir.

*Je n’ai pas mis de haricots verts puisque j’ai réalisé cette recette à la fin des récoltes et qu’il n’y en avait plus sur les étalages.
**Le sel à marinade est un sel qui ne contient pas d’ajout de fluor ni d’iode.
***J’ai utilisé un petit piment rouge long, un peu plus gros qu’un piment oiseau. J’ai également réduit la quantité : les gens autour de moi n’aime pas plus que temps le piquant et le piment que j’avais était très fort. Ajustez selon vos goûts.

Le truc qui m’a surpris avec cette recette, c’est la réaction de ma belle-mère. Elle s’est exclamée : « Tu as fais des piccalilli ? ». Elle connaissait! Dans le village où j’habite, il en préparait et c’était un peu une unicité de la commune. Je pensais que personne ne connaissait les piccalilli dans la famille…

Couleur vive…

Il y a quelques jours, j’ai profité des soldes pour m’acheter des habits. Dans ma garde-robe, il manque de couleurs : j’ai beaucoup d’habits noir ou noir et blanc (pas que blanc, car je déteste les tissus diaphanes). Bref, je me forçais à regarder les vêtements plus colorés. Dans un magasin, j’essais un haut d’une couleur voyante. Je crois que la vendeuse a remarqué mon hésitation : elle s’est précipitée dans les rayons pour aller chercher une veste qui se mariait très bien avec le haut. Sauf que j’étais morte de rire intérieurement : je ne porte pratiquement pas de manches longues, j’ai rapidement trop chaud avec ce genre d’habit. Finalement, j’ai acheté l’habit et je crois que je rirais toujours quand je repenserais à la vendeuse qui courait dans le magasin pour aller chercher la veste!

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette tout simple de brochettes. Je crois que mon été aura été sous le signe des brochettes! Cette fois, la recette vient du magazine Trois fois par jour de mai 2019

Brochettes de poulet mariné aux trois agrumes
Brochettes de poulet mariné aux trois agrumes
Pour 4 personnes

400 g de poitrines de poulet désossées et sans la peau
1 orange
1 citron
2 limes
¼ de tasse ou 62 g de sauce soja
2 cuillères à soupe ou 25 g de cassonade ou de sucre roux
1 gousse d’ail
1 cuillère à thé de coriandre moulue ou de cumin moulu*

Prélever les zestes des agrumes et les déposer dans un bol. Presser les agrumes pour récupérer leurs jus et l’ajouter aux zestes. Ajouter la sauce soja. la cassonade et la coriandre moulue. Hacher finement l’ail et l’ajouter au mélange.

Couper les poitrines de poulet en dés de taille similaire**. Déposer les cubes de volailles dans la marinade. Placer au réfrigérateur et laisser mariner pendant 2 à 12 heures.

Préchauffer le four à 190°C (350°F)***.

Rincer sous l’eau froide les piques à brochette en bois pour éviter qu’ils brûlent durant la cuisson. Enfiler les morceaux de poulet marinés sur les piques à brochettes. Déposer les brochettes sur une plaque de cuisson légèrement huilé et enfourner pendant 15 à 20 minutes. À mi-cuisson, retourner les brochettes. Sortir du four et servir sans attendre. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez ajouter de la coriandre fraîche à la recette si vous le désirez.
**Il est possible de faire mariner les poitrines de poulet entières plutôt que de réaliser des brochettes. Le temps de cuisson sera un peu plus long.
***Pendant l’été, n’hésitez pas à cuire les brochettes sur le barbecue.

Et vous, avez-vous une anecdote de magasinage?

Avalanche de chocolat!

Vivre Pâques pour faire le plein de chocolat! Sauf qu’à la maison, le chocolat est quelque chose qui manque rarement… voire jamais. Donc entre la chasse aux lapins que mes beaux-parents ont improvisée, la centaine d’oeufs en chocolat gagnée à la bibliothèque, le lapin reçu à la chasse aux oeufs de l’association des parents d’élèves de la commune, les oeufs en chocolat que j’ai acheté pour décorer la table et les traditionnels chocolats que j’ai pris chez le chocolatier : il y en a peut-être un peu trop… Certains se gardent longtemps, d’autres un peu moins et une partie sera cuisinée. Pour éviter la redondance de chocolat, je sens que je vais cuisiner des trucs à la vanille ou aux fruits qui seront généreusement garnis de chocolat.

Dans un autre ordre d’idée pour ce soir, je vous propose une recette simple et plutôt rapide : un tartare. J’ai pris cette recette dans le magazine de Trois fois par jour, février 2019

Tartare de boeuf à la thaï
Tartare de boeuf à la thaï
Pour 2 personnes

250 g de boeuf
¼ de mangue*
¼ de cuillère à thé de coriandre moulue**
½ lime
½ cuillère à thé de pâte de curry vert ou rouge
½ cuillère à thé de sauce de poisson
¼ de cuillère à thé de sambal oelek
2 cuillères à soupe d’arachides salées, concassées
Sel et poivre

Couper la mangue en petits dés. Déposer les dés de mangue dans un bol et ajouter la coriandre, le jus de la lime, la pâte de curry, la sauce de poisson et le sambal oelek.

Couper la viande en petits cubes (moins de 5 mm de côté). S’il fait chaud ou s’il vous faut du temps pour couper la viande, préparer un bol contenant des glaçons et déposer un second bol sur les glaçons. Déposer au fur et à mesure la viande découpée dans ce bain-marie glacé.

Ajouter le boeuf coupé à la préparation de mangue et mélanger. Ajouter les arachides, saler et poivrer au goût. Servir sur du pain grillé ou des craquelins. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer la mangue par une carotte râpée.
**Si vous aimez la coriandre fraîche, remplacer la coriandre moulue par 2 cuillères à soupe de coriandre fraîches que vous hachez grossièrement.

Joyeuses Pâques!

Plus tellement de saison

Avec les plats du 31 juillet, j’ai mis quelques recettes en attente. En parcourant mes photos, je suis tombée sur une recette que j’avais bien aimé. Je sais que si je ne la publie pas maintenant, je ne risque pas de le faire plus tard. Par contre, j’ai hésité car elle contient du melon (cantaloup) et que ce n’est plus vraiment la saison.

Je vous propose donc une recette de poulet épicé au cantaloup et au chorizo. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 16, numéro 6.

Poulet épicé au cantaloup et au chorizo
Poulet épicé au cantaloup et au chorizo
Pour 3 personnes

¼ de cantaloup ou de melon charentais*
2 cuillères à soupe de jus de citron
4 cuillères à soupe d’huile d’olive
½ cuillère à thé de paprika doux
300 g d’escalopes de poulet
½ cuillère à thé de flocons de piment
½ cuillère à thé de graines de fenouil ou de coriandre,
  concassées
30 g de chorizo
Sel et poivre

Couper le cantaloup en quartier puis en cubes. Déposer le cantaloup dans un bol, ajouter le jus de citron, 2 cuillères à soupe d’huile d’olive et le paprika. Réserver.

Couper le chorizo en cubes.

Assaisonner les escalopes de poulet avec les flocons de piment et les graines de fenouil (ou de coriandre). Saler et poivrer.

Verser l’huile restante dans une poêle et chauffer. Quand le corps gras est chaud, cuire les escalopes environ 2 à 3 minutes de chaque côté. Quand la viande est cuite, la retirer de la poêle et y cuire le chorizo.

Servir les escalopes de poulet parsemer de chorizo et accompagner de cantaloup assaisonné. Déguster avec plaisir.

*Une recette idéale pour utiliser un restant de cantaloup ou de melon.

Bonne journée!

Vendredi bien animé…

Vendredi, je suis restée une bonne partie de la journée à la maison puisqu’il y avait l’installateur d’extincteur et le carreleur qui devaient passer. Pour l’extincteur, l’installation a été rapide et en prime, il a pu être placé exactement à l’endroit où nous le souhaitions. Pour le carreleur, il a finalisé les dernières retouches. Il reste encore le carrelage extérieur à faire, mais en début de semaine, ça devrait être réglé pour notre plus grande joie. Ensuite, nous avons reçu un appel de dernière minute pour nous demander si un des employés des parquets pouvait réaliser la découpe qu’il avait oublié de faire. Comme j’étais déjà à la maison autant optimiser la journée. Ensuite, un autre appel pour nous dire que notre nouvelle table de cuisine est arrivée et qu’il pouvait nous la livrer dans l’après-midi. Pourquoi pas? Après, nous avons également reçu une autre livraison, cette fois pour des étagères. Bref, une journée à la maison bien remplie!

Aujourd’hui, je vous propose la première recette que j’ai photographiée dans ma nouvelle cuisine… La lumière était superbe, mais moi, je n’ai pas bien réfléchi à l’endroit où me positionner! La recette est tirée du magazine Ricardo volume 16, numéro 3.

Médaillons de porc sauce au poireau
Médaillons de porc sauce au poireau
Pour 3 personnes

1 cuillère à thé de graines de coriandre
¼ de cuillère à thé de poivre en grains
2 pincées de flocons de piments broyés
2 pincées de sel
300 g de médaillons de porc (filet, longe ou surlonge)
2 cuillères à soupe d’huile végétale
1 blanc de poireau
¼ de tasse ou 62 g de vin blanc
2½ cuillères à soupe de bouillon de poulet
2½ cuillères à soupe de crème à cuisson ou entière
Zeste de ½ citron

Dans un mortier, moudre les graines de coriandre, de poivre, les flocons de piment et le sel.

Enrober les médaillons de porc du mélange d’épices.

Couper le poireau en demi-rondelle.

Dans une poêle, chauffer 1 cuillère à soupe d’huile. Quand le corps gras est bien chaud, cuire les médaillons de porc pendant 3 minutes de chaque côté. Réserver les morceaux de porc au chaud.

Dans la même poêle, ajouter le restant d’huile. À feu moyen, attendrir le poireau. Déglacer avec le vin et laisser réduire presque à sec. Ajouter le bouillon de poulet et la crème. Verser le jus de cuisson qui s’est formé dans l’assiette contenant la viande. Laisser réduire jusqu’à la consistance désirée. Ajouter le zeste de citron. Saler et poivrer au goût.

Servir les médaillons de porc nappés de sauce au poireau. Déguster avec plaisir.

Et vous, comment s’est déroulé votre vendredi?