Mot-clé : concombre

Piccalilli

Pour mes paniers gourmands, j’essaie d’ajouter de plus en plus des éléments salés. Évidemment, il y aura toujours une majorité sucrée… surtout que j’ai plus de peine à trouver des recettes salées! Cette année, j’ai craqué pour une recette de piccalilli. Ce n’est pas dans mes habitudes de préparer des marinades, mais ça se conserve tellement bien. À la dégustation, j’ai été très surprise d’aimer : en général, je n’aime pas les trucs dans le vinaigre, c’est pour dire à quel point les piccalilli sont bons!

Ce n’est pas vraiment une recette que l’on prépare en hiver. Il vaut mieux les préparer en été ou en automne quand les légumes sont en abondance, alors n’oubliez pas de l’ajouter à vos conserves à faire aux prochaines récoltes! J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 13, numéro 7.

Piccalilli
Piccalilli
Pour 5 pots de 250 ml

2 tasses ou 230 g de chou-fleur coupé en très petits bouquets
284 g d’oignons perlés
1 tasse ou 130 g de cornichons frais ou de concombre
  du jardin
½ tasse ou 100 g de haricots verts*
1 pomme
3 cuillères à soupe de gros sel à marinade**
1 cuillère à soupe de moutarde sèche
1 cuillère à soupe de graines de moutarde
2 cuillères à thé de curcuma moulu
1 cuillère à thé de graines de coriandre
1 cuillère à thé de graines de cumin
2 cuillères à thé de gingembre frais haché finement
1 grosse gousse d’ail, haché finement
1 piment chili frais, épépiné et émincé***
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1¼ tasse ou 310 g de vinaigre de cidre
1 tasse ou 250 g d’eau
3 cuillères à soupe de sucre

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, ajouter les oignons perlés et les laisser dans l’eau bouillante pendant 1 à 2 minutes. Retirer les oignons de l’eau et les plonger dans un bol remplit d’eau froide. Égoutter les oignons et les peler.

Couper les haricots verts en tronçons de 5 mm (¼ de pouce). Couper le concombre et la pomme en petits dés.

Dans un bol, mélanger le chou-fleur, les oignons, le concombre, les haricots, la pommes et le sel à marinade. Couvrir d’eau et laisser macérer pendant 1 heure à température ambiante. Égoutter.

Dans une casserole, verser l’huile d’olive et chauffer à feu moyen. Faire revenir la moutarde sèche, les graines de moutarde, le curcuma, les graines de coriandre, les graines de cumin, le gingembre, l’ail et le piment.

Dans un bol, mélanger la fécule de maïs dans ¼ de tasse ou 60 g de vinaigre. Verser ce mélange dans la casserole. Poursuivre la cuisson quelques secondes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe. Ajouter les légumes égouttés, le reste de vinaigre, l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Laisser mijoter en remuant à quelques reprises pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

Répartir le mélange dans des bocaux chauds en les remplissant jusqu’à 1,5 cm (½ pouce) des bords. À l’aide d’un ustensile non métallique (par exemple, une baguette en bois), chasser les bulles d’air. Essuyer les bords des bocaux avec un linge propre. Déposer un couvercle (ou un disque et une bague) sur chaque pot et visser jusqu’au point de résistance, sans forcer.

Déposer les bocaux debout dans une casserole d’eau chaude. Les pots doivent être recouverts d’eau et l’eau doit être au moins 2,5 cm (1 pouce) plus haute que les pots. Couvrir et porter à ébullition à feu élevé. Quand l’eau bout, laisser bouillir les pots pendant 15 minutes. Sortir les pots de l’eau et les déposer sur un ligne. Laisser les pots refroidir pendant 24 heures. Vérifier si les pots se sont scellés. Pour les pots que le traitement à la chaleur n’a pas réussi : placer les pots au réfrigérateur et les consommer rapidement ou retirer les couvercles et recommencer le traitement à la chaleur. Sortir un pot de piccalilli au moment voulu et déguster avec plaisir.

*Je n’ai pas mis de haricots verts puisque j’ai réalisé cette recette à la fin des récoltes et qu’il n’y en avait plus sur les étalages.
**Le sel à marinade est un sel qui ne contient pas d’ajout de fluor ni d’iode.
***J’ai utilisé un petit piment rouge long, un peu plus gros qu’un piment oiseau. J’ai également réduit la quantité : les gens autour de moi n’aime pas plus que temps le piquant et le piment que j’avais était très fort. Ajustez selon vos goûts.

Le truc qui m’a surpris avec cette recette, c’est la réaction de ma belle-mère. Elle s’est exclamée : « Tu as fais des piccalilli ? ». Elle connaissait! Dans le village où j’habite, il en préparait et c’était un peu une unicité de la commune. Je pensais que personne ne connaissait les piccalilli dans la famille…

Le tube

Cet été, quand j’étais chez mes parents, il y a un produit que je tenais absolument à tester : les tubes de tartare! Je trouve cette idée géniale et j’aimerais tellement qu’un tel produit existe en Suisse. Par contre, il y avait un petit souci : les tubes sont vendus que dans des IGA. Dans ma ville natale, il n’y a pas d’IGA, mais le problème se contournait facilement en s’arrêtant dans une ville où nous allons souvent magasiner. Un petit tour dans le IGA, le temps de payer et on dépose les tubes dans la glacière avant de reprendre la route vers mes parents.

J’avais pris un tube de saumon et un autre de thon. J’ai hésité à prendre celui de pétoncle, mais deux choses m’ont retenue : nous ne savions pas si mes parents allaient aimer le tartare et il y a des années que je n’ai pas réussi à manger des pétoncles sans avoir des soucis de digestion. J’ai improvisé des recettes de tartare en utilisant le contenu du réfrigérateur de mes parents, je ne voulais pas leur laisser des produits qu’ils ne consommeraient pas. J’ai exclu l’utilisation de mayonnaise : celle que mes parents achètent à un goût très sucré et ça ne me plaît pas du tout. Alors comme base, j’ai choisi de la crème sure (demi-crème aigre). J’ai fait les deux tartares et celui qui a été le plus apprécié est celui au thon : alors, je me suis empressée de noter les ingrédients pour vous donner la recette. Il faut dire que le thon a une texture sublime et que c’est un magnifique poisson à travailler cru.

Tartare de thon aux pacanes et au basilic
Tartare de thon aux pacanes et au basilic
Pour 1 personne ou 12 bouchées

130 g de thon frais*
2 cuillères à soupe de crème sure ou de demi-crème aigre
2 cuillères à soupe de pacanes ou de noix de pécan
5 feuilles de basilic
Sauce sriracha ou une autre sauce piquante au goût
2½ cuillères à soupe de concombre coupé en petits dés
Sel et poivre

Déposer les pacanes dans une poêle, chauffer la poêle avec les pacanes pour les torréfier. Cuire pendant 3 à 5 minutes en remuant régulièrement les pacanes. Laisser tiédir. Hacher grossièrement et réserver.

Hacher finement le basilic et réserver.

Couper le thon en petits cubes (moins de 5 mm de côté). S’il fait chaud ou s’il vous faut du temps pour couper les poisson, préparer un bol contenant des glaçons et déposer un second bol sur les glaçons. Déposer au fur et à mesure le poisson découpé dans ce bain-marie glacé.

Dans le bol contenant le thon, ajouter la crème sure, les pacanes, le basilic, le concombre, la sauce sriracha. Saler et poivrer au goût. Servir sur des croustilles de maïs et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez prendre du thon surgelé que vous décongelez vous-même. Demandez toujours l’avis de votre poissonnier.

Et vous, que pensez-vous de tubes de tartare? J’avoue que pour recevoir à l’improviste, j’aimerais bien avoir des tubes à dégainer de mon congélateur.