Mot-clé : chocolat

Petite affiche originale…

Le soir, j’aime bien aller marcher et j’emprunte un chemin qui passe dans un vieux quartier où les portes des maisons donnent directement sur la rue. À quelques reprises, j’ai vu un joli chat noir et j’ai pu constater qu’il n’était vraiment pas peureux. Récemment, près de la maison où je croise ce félin, j’ai vu une petite affiche : « ATTENTION : Chat lunatique. Ne pas caresser. ». Ça change du traditionnel « Attention, chien méchant! ». Par contre, le choix du mot « lunatique » me laisse un peu perplexe. Qu’est-ce que le propriétaire sous entend par ce mot : Chat tellement social qu’il risque de vous suivre et se perdre; Chat à double personnalité passe d’affectueux à agressif sans prévenir; Chat méditatif, si vous le sortez de sa transe, gare aux griffures; Chat distrait, après quelques caresses, il risque de prendre votre main pour une souris et vous mordre… Comme on dit que les animaux ressemblent souvent à leur propriétaire, j’imagine que celui-ci est lunatique ou du moins qu’il aime les choses énigmatiques.

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette de biscuits soufflés au chocolat. Et oui, encore une recette de biscuits chocolatés! C’est étonnant le nombre de variations qu’on peut imaginer en combinant du chocolat à une pâte à biscuits. J’ai pris cette recette sur le blog Le pétrin de Sandra.

Biscuits soufflés au chocolat
Biscuits soufflés au chocolat
Pour 20 à 30 biscuits

170 g (6 onces) de chocolat noir
2 blancs d’oeuf
¼ de tasse ou 50 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille (facultatif)
¼ à ⅓ de tasse ou 25 à 60 g de noix (noix de Grenoble, pacanes, noisettes, amandes, etc.)

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser deux plaques de cuisson de papier parchemin.

Hacher les noix plus ou moins finement selon les goûts.

Couper le chocolat noir en petits morceaux et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Quand le chocolat est totalement fondu le retirer du bain-marie.

Dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige ferme. Au départ, fouetter doucement le mélange et augmenter progressivement la vitesse. Ajouter le sucre graduellement après que les blancs aient moussé. Fouetter jusqu’à ce que les blancs forment des pics fermes. Ajouter l’extrait de vanille et mélanger.

Verser le chocolat fondu sur les blancs d’oeufs. À l’aide d’une spatule, mélanger délicatement. Incorporer les noix hachées.

Sur les plaques de cuisson, déposer environ 1½ cuillère à thé de pâte par biscuits en les espaçant bien. Enfourner et cuire une plaque à la fois pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les bords soient fermes, mais que le centre soit encore mou. Laisser tiédir 3 à 5 minutes avant de retirer les biscuits de la plaque de cuisson. Déguster avec gourmandise.

Et vous, connaissez-vous un chat lunatique?

Rhubarbe et…

Quand je vois la rhubarbe sur les étales, je me dis qu’il faut que je trouve une recette pour l’apprêter. Habituellement, je n’ai pas d’idée et la saison de la rhubarbe passe trop vite. Cette fois, je me suis mise à réfléchir rapidement à la manière de la cuisiner et j’ai rapidement acheté quelques tiges pour mettre en place la recette.

Je ne sais pas pourquoi, j’avais envie de travailler la rhubarbe en gâteau renversé. De plus, je voulais utiliser de la pistache, alors le gâteau de Pascale (C’est moi qui l’ai fait) m’a servi de base à mon dessert. Au final, ce gâteau n’est pas très sucré, mais il est très addictif.

Gâteau renversé à la rhubarbe et aux pistaches
Gâteau renversé à la rhubarbe et aux pistaches
Pour 8 personnes

Garniture
400 g de rhubarbe, environ 6 tiges*
4 cuillères à thé ou 18 g de beurre
3 cuillères à soupe ou 60 g de sirop d’érable

Gâteau
3 oeufs
½ tasse moins 2 cuillères à thé ou 90 g de sucre
⅓ de tasse et ½ cuillère à soupe ou 90 g d’eau
1½ cuillère à soupe ou 27 g de pâte de pistache**
½ tasse ou 75 g de pistaches
½ tasse moins ½ cuillère à soupe ou 75 g de poudre
  d’amandes
2½ cuillères à soupe ou 15 g de fécule de maïs
  ou de maïzena
¼ de cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
100 g (3,5 onces) de chocolat blanc, concassé grossièrement
  (facultatif)

Beurrer et chemiser de papier parchemin un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces).

Garniture
Éplucher et couper la rhubarbe en tronçons d’environ 9 cm (3½ pouces) de longueur.

Dans une poêle, porter à ébullition le sirop d’érable et le beurre. Quand le liquide bout, ajouter les morceaux de rhubarbe. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que les tronçons de rhubarbe soient tendres. Retirer délicatement les morceaux de rhubarbe de la poêle et les déposer dans le fond du moule préparé.

Laisser le liquide de la poêle réduire jusqu’à ce qu’il ait épaissi et verser dans le moule. Réserver.

Gâteau
Préchauffer le four à 165°C (330°F).

Dans un robot muni d’une lame en « s », mixer les pistaches pour obtenir un poudre. Verser la poudre de pistaches dans un bol. Ajouter la poudre d’amandes, la fécule de maïs, la levure chimique et le sel.

Séparer les blancs des jaunes d’oeufs.

Dans une casserole, verser 5 cuillères à soupe ou 60 g de sucre et l’eau. Faire bouillir jusqu’à 118°C (244°F). En parallèle, fouetter à l’aide d’un robot pâtissier ou d’une batteur électrique les jaunes d’oeufs et la pâte de pistache. Quand le sucre cuit a atteint 118°C (244°F), le verser en filet sur les jaunes d’oeufs alors que le robot les fouette à pleine vitesse. Continuer à fouetter jusqu’à ce que la préparation soit tiède. Le mélange doit avoir pris du volume.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige. Quand les blancs d’oeufs sont mousseux, ajouter progressivement le sucre restant. À l’aide d’un spatule, ajouter un tiers des blancs d’oeufs aux jaunes d’oeufs. Incorporer délicatement le reste de blancs d’oeufs. Ajouter la préparation de poudre de pistaches et d’amandes à la pâte.

Verser la moitié de la pâte sur la rhubarbe. Répartir les morceaux de chocolat blanc, puis couvrir avec le restant de pâte. Enfourner et cuire pendant 35 à 40 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir le gâteau pendant 5 minutes avant de le démouler. Laisser tiédir et déguster avec gourmandise.

*Il faut assez de rhubarbe pour pouvoir recouvrir le fond du moule, voire un peu plus.
**Je n’avais plus assez de pâte de pistache, alors j’ai remplacé une partie par du beurre d’amandes (ou de la purée d’amandes). Vous pourriez faire la recette qu’avec des amandes au lieu des pistaches : le goût du gâteau sera fort différent.

Et vous, pensez-vous à cuisiner chaque année de la rhubarbe?

Grincement du soir…

Hier après nous être mis au lit, nous avons attendu un grincement, puis un deuxième. Au second bruit, je me suis levée pour essayer d’identifier la provenance de ce son. Impossible de dire ce que c’était. À peine installé entre les couvertures : « Boum! ». Sursaut et c’est en allumant la lumière du salon que nous avons découvert le téléviseur qui était tombé… La bonne nouvelle, c’est que ce soit arrivé à ce moment : ce n’était pas au milieu de la nuit ou alors que Mini-nous jouait à proximité de l’écran. Évidemment, l’écran n’a pas aimé le choc et c’est seulement en allumant que nous voyons l’impact!

En attendant de magasiner un nouvel appareil, je vous propose une recette d’éclair marron-amande. La recette est tirée du livre Éclair de génie de Christophe Adam. Si on oublie les montages élaborés, les recettes sont plutôt simples : raison de plus de tester d’autres éclairs!

Éclair marron-amande
Éclair marron-amande
Pour 10 éclairs

Craquelin
5½ cuillères è thé ou 25 g de beurre
2½ cuillères à soupe ou 30 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 30 g de farine

Crémeux à l’amande
1¼ cuillère à thé ou 3 g de gélatine en poudre
½ tasse ou 120 g de lait
⅓ de tasse et ½ cuillère à soupe ou 90 g de crème 35 %
  ou entière
40 g (1½ once) de chocolat blanc
35 g (1¼ once) de pâte d’amande*

Crémeux au marron
¾ cuillère à thé ou 2 g de gélatine en poudre
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g de lait
2 jaunes d’oeufs
1 cuillère à thé ou 3 g de fécule de maïs ou de maïzena
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 170 g de crème de marron**
½ tasse et 2 cuillères à thé ou 120 g de beurre non salé
½ cuillère à soupe ou 7 g de rhum

Pâte à choux
⅓ tasse ou 80 g d’eau
¼ cuillère à thé de sucre
2½ cuillères à soupe ou 35 g de beurre non salé
¼ cuillère à thé de fleur de sel***
1 cuillère à soupe ou 7 g de lait en poudre
5 cuillères à soupe ou 45 g de farine
2 oeufs

Craquelin
Dans un bol, mélanger la cassonade et la farine. Incorporer le beurre à l’aide des mains jusqu’à ce que la préparation puisse se tenir quand elle est pressée entre les doigts. Étaler la pâte entre deux feuilles de papier parchemin sur une épaisseur de 2 mm (¹⁄₈ de pouce). Réserver au congélateur.

Crémeux à l’amande
Verser la gélatine sur le lait froid et laisser gonfler pendant 5 minutes.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans un contenant haut et étroit. Émietter la pâte d’amande et la déposer avec le chocolat.

Verser le lait et la crème dans un chaudron et porter à ébullition. Quand les liquides sont chauds, les verser sur le chocolat et la pâte d’amande. Mixer à l’aide d’un pied-mélangeur**** jusqu’à ce que la consistance soit lisse. Verser dans un bol, appliquer directement sur la crème une pellicule plastique et réfrigérer pendant un minimum de 2 heures.

Crémeux au marron
Verser la gélatine sur le lait froid et laisser gonfler pendant 5 minutes.

Dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec la fécule de maïs.

Dans un chaudron, verser le lait et la crème de marron et porter à ébullition. Quand le mélange bout, retirer du feu et verser doucement sur les jaunes d’oeufs en fouettant. Reverser le mélange dans le chaudron et porter de nouveau à ébullition, à feu doux, en mélangeant constamment. Verser le mélange dans un bol et laisser tiédir jusqu’à 40°C (104°F).

Dès que la crème atteint 40°C (104°F), incorporer le rhum, puis graduellement le beurre en morceaux. Au besoin ou si désiré, mixer la préparation avec un pied-mélangeur. Couvrir d’une pellicule plastique directement appliqué sur la crème et réfrigérer pendant un minimum de 2 heures

Pâte à choux
Préchauffer le four à 180°C ou 350°F.

Dans un chaudron, porter à ébullition l’eau, le sucre, le beurre et la fleur de sel. Ajouter le lait en poudre et porter de nouveau à ébullition. Retirer le chaudron du feu et ajouter la farine d’un coup. Remettre sur un feu doux et brasser jusqu’à ce que le mélange forme une boule. Retirer du feu et laisser tiédir 15 minutes. Incorporer un oeuf, puis le deuxième graduellement en mélangeant bien entre chaque addition. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit lisse et un peu souple.

Verser la pâte dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse de 12 mm (½ pouce) de diamètre. Dresser des éclairs de 10 cm (4 pouces) de long sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Sortir du congélateur le craquelin et découper des bandes d’environ 9,5 cm (3½ pouces) de long par 1,2 cm (½ pouce) de large. Déposer une bande de craquelin sur chaque éclair. Enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce que les éclairs soient bien dorés et aient gonflés. Laisser totalement refroidir.

Montage
Au moment de dresser les éclairs, fouetter le crémeux à l’amande et celui au marron pour les assouplir. Verser chacune des préparations dans une poche à pâtisserie.

Couper les éclairs en deux sur l’épaisseur. Garnir le fond des éclair avec le crémeux à l’amande. Ajouter le crémeux au marron. Terminer les éclairs, en remettant l’autre moitié de pâte à choux sur le crémeux au marron*****. Conserver les éclairs au réfrigérateur jusqu’au moment de déguster.

*Choisissez une pâte d’amande qui contient le plus d’amandes possible.
**En Suisse, il n’est pas facile de trouver de la crème de marron, alors j’ai utilisé une confiture qui contenait environ 40 % de châtaignes.
***Il est possible de remplacer la fleur de sel par du sel régulier.
****Peut-être moins usuel, mais vous pourriez également employer un robot de type « blender ».
*****Si vous en avez envie, ajouter des morceaux de marrons glacés et des noisettes ou des amandes caramélisées.

Et vous, avez-vous récemment changé votre téléviseur?

Attendre le bon moment…

La recette que je vous propose aujourd’hui a été préparé il y a 2 ans pour Pâques. Pourquoi ne l’ai-je pas présentée avant? Surtout par manque de temps : je savais qu’il me faudrait un bon moment pour transcrire cette recette. Le contrecoups de cette attente est pour moi… les photos! Je vois toutes les petites imperfections, ce que j’aurais pu faire mieux, etc. Il faut que je fasse plus régulièrement ce genre de dessert pour m’améliorer.

Je vous présente donc un dessert parfait pour Pâques : une tarte au chocolat. J’ai pris cette recette dans le livre Les desserts qui me font craquer de Christophe Michalak.

Tarte au chocolat de Michalak
Tarte au chocolat de Michalak
Pour 8 personnes

Pâte Linzer*
1¼ tasse ou 275 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 90 g de sucre glace
1 cuillère à thé ou 6 g de sel
1 jaune d’oeuf
1¾ tasse ou 250 g de farine
½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 50 g de fécule de maïs
Zeste de 1 citron

Biscuit cuillère au chocolat
5 cuillères à soupe ou 45 g de farine
2½ cuillères à soupe ou 15 g de cacao
3 blancs d’oeufs
5 cuillères à soupe ou 62 g de sucre
3 jaunes d’oeufs

Chantilly chocolat au lait
1 tasse ou 250 g de crème 35 % ou entière
125 g (4,5 onces) de chocolat au lait**

Crème chocolat
1⅓ tasse et ½ cuillère à soupe ou 340 g de lait
5 cuillères à thé ou 20 g de sucre
2¼ de cuillère à thé de gélatine en poudre ou 3 feuilles
  de gélatine (6 g)***
2 jaunes d’oeufs
100 g (3,5 onces) de chocolat noir à 66 % de cacao

Glaçage****
1½ cuillère à soupe ou 23 g d’eau
5½ cuillères à thé ou 23 g de sucre
⅔ de tasse et 1¾ cuillère à thé ou 175 g de crème 35 %
  ou entière
1½ cuillère à soupe ou 30 g de miel
75 g (2,5 onces) de chocolat noir
187 g (6,5 onces) de gianduja au lait
2 cuillères à soupe ou 25 g d’huile végétale neutre

Pâte Linzer
Cuire le jaune d’oeuf : soit en le déposant dans une boîte en plastique et en le cuisant au four micro-ondes; soit en plaçant le jaune d’oeuf dans une pellicule plastique, fermer en baluchon et ficeler solidement avant de le déposer dans une casserole d’eau frémissante pour le cuire; soit en cuisant un oeuf entier comme pour un oeuf dur et réserver le blanc cuit pour une autre utilisation.

Une fois le jaune d’oeuf cuit, le presser dans un tamis. Déposer les miettes de jaune d’oeuf dans un bol. Au-dessus, tamiser la farine et la fécule de maïs. Ajouter le beurre, le sucre glace et le sel. Avec le bout des doigts, mélanger le tout jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Emballer la pâte dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant 1 heure.

Préchauffer le four à 170°C (340°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte sur une épaisseur de 5 mm (moins de ¼ de pouce). Découper un cercle de pâte d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre. Déposer le disque sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée. Laisser totalement refroidir.

Biscuit cuillère au chocolat
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger la farine et le cacao.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs. Dès que les blancs sont mousseux, ajouter petit à petit le sucre. Fouetter le tout jusqu’à la formation de pics fermes. Ajouter les jaunes d’oeufs. À l’aide d’une spatule, incorporer délicatement la farine et le cacao.

Verser la pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Étaler la pâte pour qu’elle ait une hauteur maximum de 1 cm (⅜ de pouce). Enfourner et cuire pendant 12 minutes. Retirer le biscuit de la plaque de cuisson et, si possible, le laisser refroidir sur une grille à pâtisserie.

Découper un cercle de 20 cm (8 pouces) de diamètre. Réserver les chutes de biscuit cuillère pour la décoration si désiré.

Chantilly chocolat au lait
Hacher le chocolat et le déposer dans un bol.

Dans une casserole, verser la moitié du lait et porter à ébullition. Quand le lait bout, le retirer du feu et le verser sur le chocolat. Laisser reposer 1 minute. Mélanger jusqu’à ce que le tout soit homogène et ajouter le restant de crème. Verser dans un bol, couvrir d’une pellicule plastique directement appliqué sur la crème. Réfrigérer pendant au moins 4 heures, idéalement 24 heures.

Crème au chocolat
Si la gélatine est en poudre, la réhydrater dans 3 cuillères à soupe de lait (45 g) prélevé sur la quantité initiale de lait de la préparation. Si la gélatine est en feuille, la réhydrater dans un bol remplit d’eau froide.

Hacher le chocolat et le déposer dans un bol.

Dans un chaudron, verser le lait avec le sucre et porter à ébullition. Quand le mélange est bien chaud, retirer du feu et ajouter la gélatine (bien l’essorer si elle est en feuille). Mélanger pour s’assurer qu’elle est bien dissoute. Verser le lait sur le chocolat. Ajouter les jaunes d’oeufs et mélanger sans attendre. Verser la préparation dans une moule en silicone ou un moule à charnière recouvert de papier parchemin. Laisser prendre au congélateur pendant au minimum 2 heures.

Glaçage
Hacher le chocolat et le gianduja. Déposer dans un bol et réserver.

Dans un chaudron, verser l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Quand le mélange bout, ajouter la crème et le miel. Porter de nouveau à ébullition. Verser le liquide chaud sur le chocolat et gianduja. Ajouter l’huile et mixer à l’aide d’un pied-mélangeur. Laisser le glaçage tiédir*****.

Montage
Sortir la crème chantilly au chocolat du réfrigérateur. Fouetter jusqu’à ce que la crème ait la consistance d’une crème fouettée. Réserver au réfrigérateur.

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie. Déposer le biscuit cuillère sur la grille et superposer la crème au chocolat congelée. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface des éléments. Au besoin, lisser la surface avec une spatule. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer le biscuit cuillère et la crème au chocolat sur la pâte Linzer.

Tremper 2 cuillères dans de l’eau chaude. À l’aide des cuillères, prélever de la chantilly au chocolat au lait et façonner des quenelles. Déposer les quenelles sur la tarte.

Décorer la tarte avec des copeaux de chocolat, des bonbons, des biscuits (Oréo, Mikado, Pocky, etc.). Si désiré, découper les chutes de biscuit cuillère en cubes et les rouler dans le cacao. Disposer les cubes de biscuits sur tout le pourtour de la tarte. Réserver au réfrigérateur pendant 4 heures avant de servir. Déguster avec gourmandise.

*Utilisez le surplus de pâte à Linzer pour préparer des sablées ou des tartelettes.
**Si possible, choisissez un chocolat au lait qui contient entre 35 % et 40 % de cacao.
***La recette originale proposait d’utiliser de la pectine à confiture (1 g). Dans mon cas, ça a été une catastrophe et j’ai ajouté de la gélatine pour que le mélange se tienne. Il y a deux ans que ça m’est arrivé et je me souviens encore de ce détail, c’est pourquoi je vous propose la recette avec de la gélatine.
****La quantité de glaçage est plus importante que nécessaire. Conserver le reste pour glacer un autre gâteau ou l’utiliser le matin comme pâte à tartiner.
*****Si vous préparez le glaçage plusieurs jours à l’avance, conservez-le au réfrigérateur. Avant de vous en servir réchauffez-le au four à micro-ondes ou au bain-marie : utilisez le glaçage quand il est à 35°C (95°F).

Votre dessert de Pâques, sera-t-il ou non au chocolat?

Le printemps est vraiment là…

Les abricotiers ont fleuri, les tulipes sont de sortie, les arbres verdissent, l’eau coule à nouveau dans les canaux d’irrigation et j’ai même pu mettre mes sandales. Tous ces éléments rappellent que le printemps s’installe, mais ce qui est le plus marquant : c’est le retour des asperges blanches! Oui, elles sont déjà au rendez-vous! Dans mon cas, je dois remercier mes beaux-parents, ce sont eux qui nous dégottent ces tiges blanches.

Dans un tout autre registre, je vous propose une tarte aux poires et à la crème pâtissière au caramel. J’ai pris cette recette dans le livre Tarte d’Isabelle Lambert, Les gourmandises d’Isa.

Tarte aux poires et à la crème pâtissière au caramel
Tarte aux poires et à la crème pâtissière au caramel
Pour 8 personnes

1 pâte sablée*
1 boîte de poires dans le sirop**
½ cuillère à soupe de beurre non salé
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
1½ tasse ou 375 g de lait
2 jaunes d’oeufs
2 cuillères à soupe ou 15 g de fécule de maïs ou de maïzena
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
1 morceau de chocolat noir (facultatif)

Sur une surface légèrement enfarinée, abaisser la pâte. Déposer la pâte dans un moule à tarte d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre. À l’aide d’une fourchette, piquer la surface de la pâte. Réserver au congélateur pendant 30 minutes.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Sortir la pâte du congélateur et la recouvrir d’un papier parchemin et déposer des haricots ou des pois secs. Enfourner dans le bas du four et cuire pendant 12 minutes. Retirer le papier parchemin et les haricots secs et poursuivre la cuisson pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée. Laisser refroidir.

Dans une casserole, chauffer le beurre et la cassonade jusqu’à ce que le tout forme un caramel doré. Ajouter 1 tasse ou 250 g de lait et poursuivre la cuisson jusqu’à ce que le caramel soit dissous dans le lait. Retirer du feu et réserver.

Égoutter les poire et conserver 3 cuillères à soupe ou 45 g du jus de la conserve.

Dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec le restant de lait, la fécule de maïs, l’extrait de vanille et le jus de la conserve de poire. Verser en filet ce mélange dans la casserole en fouettant continuellement.

Remettre la casserole sur le feu et porter à ébullition. Poursuivre la cuisson en fouettant jusqu’à ce que le mélange épaississe. Retirer la préparation du feu, verser dans un bol, couvrir d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant 2 heures.

Sortir la crème pâtissière du réfrigérateur, la fouetter pour la lisser et la répartir dans la pâte à tarte cuite. Au besoin, éponger les poires et les trancher. Répartir les poires sur la crème pâtissière. À l’aide d’une râpe fine (style microplane), râper un peu de chocolat noir au-dessus de la tarte. Réserver la tarte au réfrigérateur jusqu’au moment de servir. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez employer un autre type de pâte ou une pâte du commerce. Moi, j’ai utilisé cette recette de pâte.

**Il est possible de pocher des poires plutôt que d’employer des fruits en boîte. À vous de choisir.

Peut-être que ce printemps, je penserai à cuisiner la rhubarbe?