Mot-clé : chocolat

Nettoyage de four…

Je ne sais pas quel type de cuisinier ou cuisinière vous êtes, mais moi, je fais parti des gens qui utilisent beaucoup son four. Et l’inconvénient de cuisiner autant avec un four? Le nettoyer! De manière général, je crois que nettoyer le four doit faire partie des tâches les plus… négligées? Déjà, ce n’est pas une tâche agréable (comme beaucoup de tâches ménagères), mais en prime, on y passe des heures pour qu’il soit de nouveau sale en quelques minutes… surtout lorsqu’on a prévu du magret de canard pour le souper! Ensuite vient le choix du produit nettoyant, un truc chimique du commerce ou un mélange bicarbonate de soude et de vinaigre? Le premier choix est toujours assez efficace, mais demande quand même de l’huile de coude. De plus, j’avoue que d’utiliser un produit aussi chimique dans le four commence à me perturber : on cuit des aliments dans un four! Oui, je rince bien mon four et je l’allume toujours assez fort pour « brûler » les résidus, mais est-ce assez? La seconde solution est plus intéressante, mais ce n’est pas magique et il faut aussi pas mal d’huile de coude. De plus, il existe plusieurs façons de faire, mais après avoir testé trois techniques, je peux vous dire que certaines sont plus efficaces que d’autres. J’ai trouvé cette méthode assez efficace, mais le grand secret pour un nettoyage facile et réussi avec peu d’effort est de nettoyer régulièrement son four ou le plus vite possible après un gros dégât!

Pour vous donner de l’énergie pour nettoyer le four ou pour une autre activité plus amusante, je vous propose une recette de galettes. Cette recette est tirée du livre Ces galettes dont tout le monde parle de Madame Labriski.

Galettes Chocogo
Galettes Chocogo
Pour 15 galettes

½ tasse ou 150 g de purée de dattes*
⅓ de tasse ou 100 g de yogourt nature
1 oeuf
1 cuillère à soupe d’extrait de vanille
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
1½ tasse ou 150 g de lait en poudre
¾ de tasse ou 75 g de cacao
2½ cuillères à soupe ou 25 g de poudre d’amandes
¼ de tasse ou 30 g de graines de lin, broyées
150 g (5 onces) de chocolat noir

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Hacher grossièrement le chocolat et réserver.

Dans un bol, mélanger la purée de dattes, le yogourt et l’oeuf. Ajouter ensuite l’extrait de vanille, le bicarbonate de soude, la poudre à pâte et le sel. Si voulu, attendre que le bicarbonate et la poudre à pâte commencent à mousser avant de bien mélanger. Incorporer le lait en poudre, le cacao, la poudre d’amandes, les graines de lin et le chocolat.

Sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin, déposer des grosses cuillères de pâte pour former les biscuits. Si désiré, ajouter quelques pépites de chocolat pour décorer les biscuits.

Enfourner et cuire pendant 15 minutes. Laisser tiédir et déguster avec plaisir.

*Pour réaliser de la purée de dattes, il faut 1 tasse ou 167 g de dattes séchées et dénoyautées ainsi que ⅔ de tasse moins 2 cuillères à soupe ou 136 g d’eau. La première méthode, consiste à laisser les dattes tremper dans l’eau pendant 24 heures et de les mixer à l’aide d’un pied-mélangeur. L’autre méthode, consiste à porter à ébullition l’eau et les dattes, puis de laisser mijoter jusqu’à ce que les dattes soient molles et se défassent. Utilisez la technique que vous préférez. Le surplus de purée de dattes peut être congelé.

Et vous, nettoyez-vous régulièrement votre four ou repoussez-vous cette tâche le plus possible?

Flou et pas qu’un peu…

Depuis quelques temps, j’ai un nouvel objectif pour mon appareil photo. Je m’en sers souvent pour mes photos de dessert où je prends plus de temps pour m’installer. Pour les plats salés, j’aime bien que mon repas soit chaud, alors je fais les photos de manière beaucoup plus expéditive… Sur mon objectif de base, j’ai un système anti-vibration qui me permet de faire des photos dans des situations où l’on devrait habituellement utiliser un trépied. Sur mon nouvel objectif, ce petit système est absent… Bref, j’ai fait des photos bien floues comme je n’en avais pas fait depuis longtemps.

Malgré ces photos, je ne peux pas ne pas vous présenter la recette : des pains au chocolat! Ce n’est pas exactement des pains au chocolat classique : le temps de pousse est plus court, on enrobe les pains de sucre et on les garnit selon l’envie. Cette délicieuse recette est une création de Philippe Conticini qui a été présentée sur Facebook.

Pain au chocolat Célia
Pain au chocolat Célia
Pour 6 à 8 pains

Pâte
1¾ tasse et 2 cuillères à soupe ou 250 g de farine*
2½ cuillères à thé ou 8 g de fleur de sel ou de sel kasher
½ tasse et 2 cuillères à thé ou 136 g d’eau tiède
1 cuillère à thé ou 4,5 g de levure fraîche**
2 cuillères à thé ou 9 g de beurre non salé (détrempe)
1 jaune d’oeuf (facultatif)

⅔ de tasse et 1 cuillère à thé ou 150 g de beurre non salé
  (tourage)
Sucre supplémentaire

Idées de garniture
Chocolat au lait, chocolat noir ou chocolat blans
Caramel (sauce ou bonbons mous)
Pâte praliné ou à tartiner
Confiture
Noix, fruits séchés ou fruits confits

Pâte
Dans le bol d’un robot pâtissier muni d’un crochet, verser la farine, le sel, l’eau, la levure, les 2 cuillères à thé (ou 9 g) de beurre et le jaune d’oeuf. À l’aide du robot pâtissier, pétrir la pâte pendant 5 minutes. Réfrigérer la pâte pendant 45 minutes.

Emballer le beurre de tourage (⅔ de tasse et 1 cuillère à thé ou 150 g) dans une pellicule plastique et l’assouplir en le frappant avec un rouleau à pâtisserie. Former un carré avec le beurre.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte en un rectangle de la même largeur que le carré de beurre et deux fois plus long. Déposer le beurre sur l’une des extrémités et replier l’autre partie de la pâte par-dessus. Pincer les côtés de la pâte pour bien emprisonner le beurre dans la pâte. Étaler délicatement la pâte en une bande qui est trois fois plus longue que large, replier la pâte sur elle même en trois, en porte-feuille*** (comme pour une lettre). Réfrigérer la pâte pendant 45 minutes.

Placer la partie de la pâte la plus étroite vers le haut et abaisser la pâte délicatement en bande trois fois plus long que large : en tapotant avec le rouleau pour l’assouplir et éviter que le beurre ne sorte de la pâte. Replier la pâte en trois, en porte-feuille. Réfrigérer la pâte pendant 45 minutes. Recommencer cette opération une autre fois.

Saupoudrer généreusement votre plan de travail avec du sucre, puis abaisser votre pâte en un rectangle d’environ 48 cm par 31 cm (19 pouces par 12 pouces). Détailler la pâte en bande d’environ 8 cm (3 pouces) de large ou de la longueur de vos morceaux de chocolat, si vous en utilisez. Garnir chaque bande à différent endroit avec ce qui vous fait envie : ici, soit plusieurs morceaux de chocolat ou des morceaux de caramel avec des arachides et du chocolat noir. Rouler les bandes sur elle-même et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Laisser lever à température ambiante, idéalement à 24°C (75°F), pendant 30 à 45 minutes.

Préchauffer le four à 210° (410°F).

Enfourner les pains et cuire pendant 20 à 25 minutes ou jusqu’à ce que les pains soient bien caramélisés. Laisser tiédir et déguster avec gourmandise.

*Si vous habitez en Europe, privilégier une farine de force, soit de la farine à pain ou de la farine Manitoba.
**Il est possible d’utiliser de la levure sèche. Dans ce cas, il faut ¾ de cuillère à thé ou 2 g de levure sèche.
***Pour mieux comprendre comment le tournage de la pâte, je vous invite à regarder ici.

Et vous, avez-vous la main stable pour faire des photos?

Touristes…

Il y a quelques temps, nous sommes allés séjourner chez mes parents. Pour la première fois, nous avons pris tous les deux nos espadrilles pour aller courir ensemble. L’expérience fut agréable. Par contre, nous avions l’impression d’être des touristes! Nous n’avons jamais croisé d’autres coureurs dans cette ville. Il faut dire que ma ville d’origine est très calme (ce qui est quand même fort agréable) et que la moyenne d’âge est assez élevée.

Pour aujourd’hui, je vous propose une petite recette de muffins. Je crois que je n’abuse pas de ce genre de recette : la dernière que je vous ai proposé date déjà d’un an! Il s’agit de muffins verts que j’ai fait à plusieurs reprises sans avoir le temps de les prendre en photo. Cette recette est tirée du premier livre de Trois fois par jour.

Muffins au matcha et aux amandes
Muffins au matcha et aux amandes
Pour 8 à 12 muffins*

1¾ tasse ou 245 g de farine
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 40 g de poudre d’amandes
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
2 cuillères à thé de thé matcha
1 tasse ou 250 g de lait ou de lait d’amande
¼ de tasse ou 55 g de beurre salé**, fondu
1 oeuf
½ tasse ou 90 g de pépites de chocolat blanc
½ tasse ou 80 g de pâte d’amande coupée en petits cubes***
  (facultatif)

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Déposer des caissettes de papier dans les alvéoles d’un moule à muffin.

Dans un grand bol, mélanger la farine, la cassonade, la poudre d’amandes, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude et le thé matcha.

Dans un second bol, fouetter le lait, le beurre et l’oeuf jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Verser les ingrédients liquides sur la préparation de farine. Mélanger juste assez pour humecter les ingrédients secs. Incorporer les pépites de chocolat et la pâte d’amande.

Répartir la pâte dans les caissettes en papier et enfourner pendant 12 à 15 minutes ou jusqu’à ce que le centre des muffins soient presque ferme. Laisser totalement refroidir avant de démouler. Déguster avec gourmandise.

*Le nombre de muffins dépendra de la taille des empreintes de votre moule.
**Si vous utilisez du beurre non salé, il faut ajouter 2 grosse pincée de sel.
***Ceci est mon petit ajout.

Et vous, habitez-vous une ville calme?

Au milieu des fruits…

Il n’y a que moi pour ne pas cuisiner les petits fruits alors qu’ils sont de plus en plus nombreux sur les étalages. Je ne vais pas nier que les framboises, les bleuets, les cerises, les mûres et les groseilles ne font pas l’unanimité à la maison. Ceci explique sans doute pourquoi je vous propose une tarte chocolatée en été!

Cette recette que je vous présente est tirée du livre Tartes d’Isabelle, Les gourmandises d’Isa.

Tarte flamande au chocolat
Tarte flamande au chocolat
Pour 8 personnes

Pralin
½ tasse ou 100 g de sucre
1 cuillère à soupe de beurre
1 pincée de sel
2 cuillères à soupe d’eau
1½ tasse ou 225 g d’amandes effilées ou hachées*

Pâte brisée
2 tasses ou 250 g de farine
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, froid
1 pincée de sel
1 jaune d’oeuf
5 cuillères à soupe ou 75 g d’eau glacée

Garniture
¾ de tasse ou 180 g de crème 35 % ou entière
150 g (5 onces) de chocolat noir
2 cuillères à soupe de sucre
1 pincée de sel
1 oeuf

Pralin
Couvrir une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans une casserole, verser le sucre, le beurre, le sel et l’eau. Déposer la casserole sur un feu moyen-vif et cuire jusqu’à ce que le mélange bouille à gros bouillon. Ajouter les amandes et brasser sans arrêt pendant 4 à 5 minutes ou jusqu’à ce que les amandes prennent une couleur caramel. Verser le mélange sur la papier parchemin. À l’aide d’une fourchette, en faisant attention de ne pas toucher le mélange brûlant, étaler les amandes pour former des petits amas. Laisser totalement refroidir. Casser et réserver dans un contenant qui ferme hermétiquement.

Pâte brisée
Dans un bol, mélanger la farine et le sel. Incorporer le beurre dans le mélange de farine à l’aide d’un coupe-pâte ou des mains afin d’obtenir une texture granuleuse. Ajouter le jaune d’oeuf, puis l’eau glacée graduellement. Mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte presque homogène. Former un disque avec la pâte et l’emballer dans une pellicule plastique. Réfrigérer pendant au moins 30 minutes.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte en un disque et la foncer dans un moule à tarte d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre. À l’aide d’une fourchette, piquer le fond de la pâte. Réserver au congélateur pendant 30 minutes.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Déposer un bout de papier parchemin sur la pâte et garnir de haricots secs. Enfourner dans le bas du four et cuire pendant 20 minutes. Retirer le papier parchemin et les haricots secs. Remettre la tarte au four pendant 5 à 8 minutes ou jusqu’à ce que la croûte soit légèrement dorée. Laisser totalement refroidir la croûte.

Garniture
Préchauffer le four à 160°C (325°F).

Hacher finement le chocolat et réserver.

Dans une petite casserole, verser la crème et porter à ébullition à feu moyen. Lorsque la crème bout, retirer la casserole du feu. Incorporer le chocolat, le sucre et le sel. Quand le mélange est homogène, ajouter l’oeuf et fouetter sans attendre. Verser la garniture dans la pâte à tarte cuite.

Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce que la garniture soit prise et luisante. Si la garniture se fissure, la retirer immédiatement du four. Laisser totalement refroidir. Conserver la tarte au réfrigérateur. Au moment de la servir, garnir généreusement de pralin. Déguster avec gourmandise.

*J’ai remplacé la moitié des amandes par des noix de Grenoble! Utilisez les noix qui vous font envie.

Et vous, quels fruits cuisinez-vous pendant l’été?

Un peu bâclé…

Il y a des jours où l’on a envie de cuisiner, mais que les choses ne se passent pas comme prévu. Je me suis lancée dans la préparation de croissants, mais Mini-nous ne s’y est pas intéressée plus qu’il ne le faut et nous sommes sortis. De retour chez nous, c’est entre la préparation du souper que j’ai repris la confection des croissants… Évidemment, le beurre a commencé à fuir de ma pâte ce qui m’a démotivée. À ce moment, je me suis dit : « Tant pis ». Et j’ai poursuivi la recette en ayant l’impression de bâcler. Je ne me préoccupais plus du beurre qui fuyait et j’ai étalé la pâte entre deux pellicules plastiques pour réduire le temps de nettoyage de mon comptoir. Au final, j’ai quand même obtenu de beaux et bons croissants.

Je vous propose donc une nouvelle recette de croissants. Celle-ci à la particularité d’être bicolore! On pourrait croire qu’il n’y a que l’apparence qui change, mais la pâte colorée apporte un autre petit plus : les croissants sont un peu plus croustillants et ils se conservent mieux. J’ai pris cette recette sur le blog La Faim des bananes.

Croissants bicolores
Croissants bicolores
Pour 12 à 16 croissants

1⅔ tasse et 3 cuillères à soupe ou 250 g de farine
1¾ cuillère à thé ou 5 g de levure sèche*
¾ de cuillère à thé ou 5 g de sel
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre
¼ de tasse ou 62 g de lait
¼ de tasse ou 62 g d’eau
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 125 g de beurre non salé
Colorant alimentaire en gel rouge ou d’une autre couleur
1 jaune d’oeuf pour la dorure**
Chocolat ou pâte à tartiner ou confiture (facultatif)

Dans un bol, si possible d’un robot pâtissier muni d’un crochet, verser la farine, la levure et le sucre. Ajouter le lait et l’eau et mélanger pour agglomérer la farine. Quand la pâte se tient, ajouter le sel et pétrir pendant 10 minutes.

Prélever un quart de pâte. Si possible, enfiler des gants pour éviter d’avoir les mains colorées. Ajouter un peu de colorant à cette portion de pâte et pétrir pour uniformiser la couleur. Déposer la pâte colorée dans un petit bol et couvrir d’une pellicule plastique. Déposer la pâte nature (non colorée) dans un grand bol et couvrir d’une pellicule plastique. Laisser les deux pâtes lever pendant 1 heure.

Quand les pâtes ont levées, les dégazer en appuyant dessus doucement. Couvrir de nouveau les bols avec les pellicules plastiques et réfrigérer pendant 1 heure.

Sortir le beurre du réfrigérateur 30 minutes*** après avoir mis les pâtes au frais.

Déposer le beurre entre deux pellicules plastiques. À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, taper le beurre pour l’abaisser et former un carré d’environ 5 mm (¼ de pouce) d’épaisseur.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, déposer la pâte nature et abaisser les côtés pour former une croix. Déposer le beurre au centre de la croix et replier les extrémités de pâte pour bien emprisonner le beurre. Étaler la pâte pour former un rectangle trois fois plus long que large. Replier la pâte sur elle même en trois, en porte-feuille**** (comme pour une lettre). Emballer la pâte dans une pellicule plastique et la réfrigérer pendant 20 à 30 minutes.

Tourner la pâte d’un quart de tour, abaisser de nouveau la pâte en un rectangle qui est plus long que large, replier la pâte sur elle même en trois comme précédemment, en porte-feuille. Emballer la pâte dans une pellicule plastique et la réfrigérer pendant 20 à 30 minutes. Recommencer cette opération deux fois. Si le beurre fuit pendant ces étapes, abaisser la pâte entre deux pellicules plastiques (ou entre un tapis en silicone et une pellicule plastique). Après le dernier tour, réserver la pâte pendant 30 minutes au réfrigérateur.

Abaisser la pâte contenant le beurre pour former, idéalement, un rectangle d’environ 20 cm par 60 cm (8 pouces par 23 pouces). Abaisser très finement la pâte colorée pour obtenir un rectangle, dans la mesure du possible, de la même taille que la pâte nature. Cette étape est difficile. Au besoin, abaisser la pâte entre deux pellicules plastiques pour l’étaler finement sans qu’elle colle au plan de travail. Superposer la pâte colorée sur la pâte nature. À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, abaisser les deux pâtes superposées pour qu’elles adhèrent bien l’une à l’autre. À l’aide d’un bon couteau ou d’une roulette à pizza, découper des triangles dont la base mesure 10 cm (4 pouces).

Retourner les triangles pour que la pâte colorée soit en-dessous. Si désiré, déposer 1 ou 2 morceaux de chocolat ou 1 cuillère à thé de pâte à tartiner à la base d’un triangle de pâte. Rouler la pâte sur elle-même en tirant sur la pointe pour étirer légèrement la pâte. Façonner tous les croissants et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin en les espaçant d’au moins 5 cm (2 pouces). Couvrir d’une pellicule plastique légèrement huilée et laisser lever à température ambiante pendant 1 à 2 heures.

Préchauffer le four à 190°C.

Fouetter le jaune d’oeuf. Badigeonner l’oeuf, si désiré, sur les croissants à l’aide d’un pinceau. Enfourner et cuire les croissants pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Sortir les croissants du four et les laisser tiédir 10 minutes sur une grille, si possible. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez utiliser de la levure fraîche. Dans ce cas, comptez 12 g de levure.
**Personnellement, j’ai omis la dorure : je trouve que j’obtiens de plus beaux résultats sans.
***Idéalement, le beurre et la pâte doivent avoir des textures similaires : si le beurre est sorti trop tôt, il sera très mou et s’échappera plus facilement de la pâte; s’il est trop dur, il est difficile de le répartir dans la pâte. Si vous êtes au Québec, je vous suggère de sortir le beurre au moment de mettre la pâte au réfrigérateur : le beurre au Québec prend beaucoup plus de temps à ramollir que le beurre que je trouve en Suisse.
****Pour mieux comprendre le tourage de la pâte, je vous invite à cliquer ici.

Et vous, avez-vous déjà réussi une recette alors que vous aviez eu l’impression de la bâcler?