Mot-clé : châtaignes

Réminiscence

Pour le repas d’hier, j’ai eu une réminiscence d’une recette que je n’avais pas préparé depuis longtemps : des escalopes au cari et aux poires. Avec mon chéri, nous nous sommes demandés depuis combien de temps je n’avais pas cuisiné cette recette. Comme j’ai pris l’habitude de noter les repas dans un tableau, j’ai pu faire une petite recherche : il y avait presque 1 ans que je n’avais pas proposé ce plat! Par la même occasion, j’ai vérifié la dernière fois que j’ai préparé de la lasagne… Mon chéri m’en réclame et il a raison. Ça fait plus de 7 mois que je n’en ai pas fait!

Pour rester dans les recettes qui datent, je vous propose une tarte aux poires et aux marrons que j’ai préparé à l’an dernier. Je ne l’ai pas publié avant, car je trouve que c’est une belle recette d’automne et qu’elle mérite d’être mis à l’avant à cette saison. La recette vient du magazine Coop du 20 novembre 2018.

Tarte aux poires et aux marrons
Tarte aux poires et aux marrons
Pour 8 personnes

1 pâte feuilletée ou brisée
⅓ de tasse et 1½ cuillère à thé ou 80 g de beurre non salé
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 80 g de sucre
1 pincée de sel
2 oeufs
¾ de tasse ou 220 g de purée de marrons*
¼ de cuillère à thé de poudre de vanille**
¾ de tasse et 1½ cuillère à soupe ou 100 g de poudre
  d’amandes
3 poires
½ cuillère à soupe de sucre

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte feuilletée et le foncer dans un moule à tarte d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre. Réserver au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Dans un bol, mélanger le beurre avec le sucre (⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 80 g) et le sel. Incorporer les oeufs et fouetter le mélange pour le faire blanchir. Ajouter la purée de marrons, la vanille et la poudre d’amandes. Réserver.

Éplucher, épépiner et couper les poires en lamelles.

Étaler la préparation à la purée de marrons dans la pâte à tarte. Disposer les lamelles de poires sur la garniture et saupoudrer de sucre. Enfourner et cuire pendant 40 minutes ou jusqu’à ce que la garniture soit bien dorée. Laisser tiédir et déguster avec gourmandise.

*Le purée de marrons n’est pas sucrée. Si comme moi, vous avez de la difficulté à en trouver, il suffit de la préparer. J’ai cuit des marrons surgelés dans de l’eau légèrement salée. Quand l’eau bout, comptez 15 à 18 minutes ou jusqu’à ce que les marrons soient tendres. Égoutter les marrons en conservant au moins 1 tasse ou 250 g d’eau de cuisson. Mixer les marrons à l’aide d’un robot muni d’une lame en « s », d’un pied-mélangeur ou autre. Ajoutez de l’eau de cuisson au besoin pour facilité le mixage et pour obtenir une purée bien lisse. Conserver au réfrigérateur pendant 2 ou 3 jours ou congeler.
**La poudre de vanille, c’est la gousse de vanille qui a été moulu. Si vous n’en avez pas, remplacez-la par ½ cuillère à thé d’extrait de vanille ou par ¼ de cuillère à thé d’une épice moulue de votre choix (cannelle, cardamome, gingembre, etc.).

En résumé

Voilà, nous arrivons au bout des gourmandises qui se trouvaient dans mes paniers gourmands. Je crois que 2018 aura été une très belle fournée. Pour résumer, il y avait du sel aux bolets, des noix épicées, des craquelins style raincoast, des petits gâteaux aux fruits confits, des biscuits pain d’épices, des biscuits au beurre, des biscuits Garibaldi, des brunsli, des biscottis très gingembre avec une pointe de citron confit, de la confiture de citrouille, de la gelée de pommes que je prépare presque tous les ans et pour finir, une confiture aux poires et châtaigne.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours un coup de coeur pour les confiture contenant de la poire. Celle-ci est particulièrement savoureuse : on a envie de la consommer à la petite cuillère comme une compote. Bref, une belle découverte que j’ai fait chez Carine de Chic, Chic, Chocolat.

Confiture aux poires, châtaigne et fève tonka
Confiture aux poires, châtaigne et fève tonka
Pour environ 4 de pots 200 ml

1¾ tasse ou 300 g de poires épluchées, épépinées et
  coupées en dés
1¾ tasse ou 350 g de sucre
1 tasse moins 2 cuillères à thé ou 250 g de purée de
  châtaigne*
½ fève tonka** (facultatif)
½ citron pour le jus***

À l’aide d’un pied-mélangeur ou d’un blender, mixer les poires avec le sucre et le jus de citron. Verser le mélange dans une casserole et ajouter la purée de châtaigne. Porter le tout à ébullition. Laisser mijoter à feu doux pendant environ 15 minutes.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides****, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne la consistance désirée. Plus cette confiture cuit, plus la consistance sera épaisse.

Quand la confiture à la consistance voulue, râper la fève tonka au-dessus de la confiture et mélanger.

Mettre dans des pots stérilisés*****, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster avec gourmandise.

*Le purée de châtaigne n’est pas sucrée. Si comme moi, vous avez de la difficulté à en trouver, il suffit de la préparer. J’ai cuit des châtaignes surgelées dans de l’eau légèrement salée. Quand l’eau bout, comptez 15 à 18 minutes ou jusqu’à ce que les châtaignes soient tendres. Égoutter les châtaignes en conservant au moins 1 tasse ou 250 g d’eau de cuisson. Mixer les châtaignes à l’aide d’un robot muni d’une lame en « s », d’un pied-mélangeur ou autre. Ajoutez de l’eau de cuisson au besoin pour facilité le mixage et pour obtenir une purée bien lisse. Conserver au réfrigérateur pendant 2 ou 3 jours ou congeler.
**Vous pouvez diminuer la quantité de fève tonka ou la remplacer par d’autres épices (vanille, cannelle, cardamome, gingembre, etc.).
***Vous n’êtes pas obligé de mettre du jus de citron dans cette recette, mais personnellement, je préfère en mettre dans mes confitures.
****En lisant, vous ne comprendrez peut-être pas l’aspect que doit avoir la confiture, mais en exécutant le test, vous identifierez facilement quand la confiture aura des « rides » et sera prête.
*****Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, quelle recette vous interpelle le plus dans celles que je vous ai proposées?

Pas nouveau ou pas au point…

Aujourd’hui, je voulais vous proposer une recette avec des fraises, mais celle que j’ai préparée dernièrement a déjà été publiée ici! Après, j’ai une recette de crème vanille pour servir avec les fraises, mais ma recette n’a pas encore la bonne texture. J’espère que je trouverais rapidement de bon ratio… En attendant, j’ai un gâteau aux fraises qui me fait envie et je vais essayer de m’y attaquer demain. Peut-être la semaine prochaine?

En attendant, j’ai fait une petite recherche et je suis tombée sur le livre qui me manquait la dernière fois. Je vous propose donc une recette de gâteau aux carottes et aux marrons confits. J’ai pris cette recette dans le livre Les marrons glacés : dix façons de les préparer de Pauline Magnan qui tient le joli blog Beau à la louche. J’avoue, j’ai replacé le potimarron par des carottes!

Gâteau aux carottes et aux marrons glacés
Gâteau aux carottes et aux marrons glacés
Pour 8 personnes

⅔ de tasse ou 125 g de marrons glacés*
6 cuillères à soupe ou 40 g de noisettes entières
2 oeufs
⅓ de tasse moins ½ cuillère à soupe ou 60 g de sucre
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 40 g d’huile
  de noisette ou végétale
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 125 g de farine
3 cuillères à soupe ou 25 g de farine de blé entier**
¼ de tasse ou 40 g de poudre de noisettes
1 cuillère à thé ou 4 g de poudre à pâte ou de levure chimique
½ cuillère à thé de cannelle moulue
1 pincée de sel
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de carottes râpées
1 citron
1 orange
7½ cuillères à soupe ou 100 g de sucre glace

Préchauffer le four à 170°C (340°F). Déposer les noisettes entière sur une plaque et les enfourner pendant 10 à 15 minutes pour les faire dorer. Laisser tiédir et concasser les noisettes. Couper les marrons glacés en petits dés.

Hausser la température du four à 180°C (350°F). Beurrer ou huiler un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces).

Dans un bol, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter l’huile en filet en fouettant constamment. Incorporer les farines, les noisettes concassées, la poudre de noisettes, la poudre à pâte, la cannelle, le sel, les carottes râpées et les marrons glacés. Verser la pâte bien mélanger dans le moule. Enfourner et cuire pendant 1 heure ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre ressorte propre.

Laisser totalement refroidir le gâteau avant de le démouler.

Préparer le glaçage*** du gâteau en mélangeant le sucre glace avec les zestes du citron et de l’orange ainsi que le jus de l’orange. Verser sur le gâteau et laisser le glaçage figer. Trancher et déguster avec gourmandise.

*Il n’est pas facile de trouver des marrons glacés à cette période de l’année. Il est possible de les remplacer par des fruits confits ou des noix caramélisées. Évidemment, le résultat sera bien différent mais tout aussi gourmand.
**J’ai utilisé de la farine de blé entier car je n’avais pas de la farine de châtaigne. À vous de voir.
***Le glaçage est facultatif.

Et vous, est-ce que vous avez essayé de nouvelles recettes avec des fraises?

Grincement du soir…

Hier après nous être mis au lit, nous avons attendu un grincement, puis un deuxième. Au second bruit, je me suis levée pour essayer d’identifier la provenance de ce son. Impossible de dire ce que c’était. À peine installé entre les couvertures : « Boum! ». Sursaut et c’est en allumant la lumière du salon que nous avons découvert le téléviseur qui était tombé… La bonne nouvelle, c’est que ce soit arrivé à ce moment : ce n’était pas au milieu de la nuit ou alors que Mini-nous jouait à proximité de l’écran. Évidemment, l’écran n’a pas aimé le choc et c’est seulement en allumant que nous voyons l’impact!

En attendant de magasiner un nouvel appareil, je vous propose une recette d’éclair marron-amande. La recette est tirée du livre Éclair de génie de Christophe Adam. Si on oublie les montages élaborés, les recettes sont plutôt simples : raison de plus de tester d’autres éclairs!

Éclair marron-amande
Éclair marron-amande
Pour 10 éclairs

Craquelin
5½ cuillères è thé ou 25 g de beurre
2½ cuillères à soupe ou 30 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 30 g de farine

Crémeux à l’amande
1¼ cuillère à thé ou 3 g de gélatine en poudre
½ tasse ou 120 g de lait
⅓ de tasse et ½ cuillère à soupe ou 90 g de crème 35 %
  ou entière
40 g (1½ once) de chocolat blanc
35 g (1¼ once) de pâte d’amande*

Crémeux au marron
¾ cuillère à thé ou 2 g de gélatine en poudre
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g de lait
2 jaunes d’oeufs
1 cuillère à thé ou 3 g de fécule de maïs ou de maïzena
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 170 g de crème de marron**
½ tasse et 2 cuillères à thé ou 120 g de beurre non salé
½ cuillère à soupe ou 7 g de rhum

Pâte à choux
⅓ tasse ou 80 g d’eau
¼ cuillère à thé de sucre
2½ cuillères à soupe ou 35 g de beurre non salé
¼ cuillère à thé de fleur de sel***
1 cuillère à soupe ou 7 g de lait en poudre
5 cuillères à soupe ou 45 g de farine
2 oeufs

Craquelin
Dans un bol, mélanger la cassonade et la farine. Incorporer le beurre à l’aide des mains jusqu’à ce que la préparation puisse se tenir quand elle est pressée entre les doigts. Étaler la pâte entre deux feuilles de papier parchemin sur une épaisseur de 2 mm (¹⁄₈ de pouce). Réserver au congélateur.

Crémeux à l’amande
Verser la gélatine sur le lait froid et laisser gonfler pendant 5 minutes.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans un contenant haut et étroit. Émietter la pâte d’amande et la déposer avec le chocolat.

Verser le lait et la crème dans un chaudron et porter à ébullition. Quand les liquides sont chauds, les verser sur le chocolat et la pâte d’amande. Mixer à l’aide d’un pied-mélangeur**** jusqu’à ce que la consistance soit lisse. Verser dans un bol, appliquer directement sur la crème une pellicule plastique et réfrigérer pendant un minimum de 2 heures.

Crémeux au marron
Verser la gélatine sur le lait froid et laisser gonfler pendant 5 minutes.

Dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec la fécule de maïs.

Dans un chaudron, verser le lait et la crème de marron et porter à ébullition. Quand le mélange bout, retirer du feu et verser doucement sur les jaunes d’oeufs en fouettant. Reverser le mélange dans le chaudron et porter de nouveau à ébullition, à feu doux, en mélangeant constamment. Verser le mélange dans un bol et laisser tiédir jusqu’à 40°C (104°F).

Dès que la crème atteint 40°C (104°F), incorporer le rhum, puis graduellement le beurre en morceaux. Au besoin ou si désiré, mixer la préparation avec un pied-mélangeur. Couvrir d’une pellicule plastique directement appliqué sur la crème et réfrigérer pendant un minimum de 2 heures

Pâte à choux
Préchauffer le four à 180°C ou 350°F.

Dans un chaudron, porter à ébullition l’eau, le sucre, le beurre et la fleur de sel. Ajouter le lait en poudre et porter de nouveau à ébullition. Retirer le chaudron du feu et ajouter la farine d’un coup. Remettre sur un feu doux et brasser jusqu’à ce que le mélange forme une boule. Retirer du feu et laisser tiédir 15 minutes. Incorporer un oeuf, puis le deuxième graduellement en mélangeant bien entre chaque addition. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit lisse et un peu souple.

Verser la pâte dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse de 12 mm (½ pouce) de diamètre. Dresser des éclairs de 10 cm (4 pouces) de long sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Sortir du congélateur le craquelin et découper des bandes d’environ 9,5 cm (3½ pouces) de long par 1,2 cm (½ pouce) de large. Déposer une bande de craquelin sur chaque éclair. Enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce que les éclairs soient bien dorés et aient gonflés. Laisser totalement refroidir.

Montage
Au moment de dresser les éclairs, fouetter le crémeux à l’amande et celui au marron pour les assouplir. Verser chacune des préparations dans une poche à pâtisserie.

Couper les éclairs en deux sur l’épaisseur. Garnir le fond des éclair avec le crémeux à l’amande. Ajouter le crémeux au marron. Terminer les éclairs, en remettant l’autre moitié de pâte à choux sur le crémeux au marron*****. Conserver les éclairs au réfrigérateur jusqu’au moment de déguster.

*Choisissez une pâte d’amande qui contient le plus d’amandes possible.
**En Suisse, il n’est pas facile de trouver de la crème de marron, alors j’ai utilisé une confiture qui contenait environ 40 % de châtaignes.
***Il est possible de remplacer la fleur de sel par du sel régulier.
****Peut-être moins usuel, mais vous pourriez également employer un robot de type « blender ».
*****Si vous en avez envie, ajouter des morceaux de marrons glacés et des noisettes ou des amandes caramélisées.

Et vous, avez-vous récemment changé votre téléviseur?

C’est un peu long…

Je ne vais pas m’attarder très longtemps. La recette que je vous propose aujourd’hui est celle de ma bûche de Noël que je vous avais promise. Il est peut-être un peu tard, mais rien ne vous empêche de doubler les quantités pour réaliser un entremet. J’ai pris cette recette sur le blog de Pucebleue, J’en reprendrais bien un bout… J’ai légèrement modifié l’assemblage, car mon moule n’était pas assez profond : il n’y a qu’une couche de dacquoise. D’autre part, j’ai fait le croustillant au praliné à ma façon, car je n’ai jamais réussi à mettre la main sur une tablette de la pralinoise (un mélange de chocolat et de praliné). Une dernière petite chose : la recette est longue, mais je vous assure qu’elle est moins longue à réaliser qu’à écrire!

Bûche Ardéchoise
Bûche Ardéchoise
Pour 8 à 10 personnes

Crémeux au chocolat et aux marrons
¼ de tasse ou 60 g de lait
¼ de tasse ou 60 g de crème à fouetter ou entière
2 jaunes d’oeufs (environ 25 g)
2½ cuillères à thé ou 10 g de sucre
½ feuille (1 g) de gélatine
  ou ½ cuillère à thé de gélatine en poudre
½ cuillère à thé ou 1 g de poudre de vanille*(facultatif)
3½ cuillères à soupe ou 60 g de crème ou de confiture
  de marrons
30 g (1 onces) de chocolat noir à plus de 60 % de cacao

Croustillant au praliné
25 g (1 once) de chocolat blanc
⅓ de tasse ou 125 g de praliné**
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 70 g de Gavottes
  ou de biscuits dentelles émiettés***

Dacquoise aux amandes et à l’orange
½ tasse ou 60 g de poudre d’amandes
6 cuillères à soupe ou 60 g de sucre glace
2 blancs d’oeufs (environ 60 g)
2½ cuillères à soupe ou 30 g de sucre
1 pincée de sel
2 gouttes de jus de citron
1 goutte d’huile essentielle d’orange douce****
Dés d’oranges confites en quantité suffisante
Amandes effilées en quantité suffisante
3 ou 4 cuillères à soupe de marmelade d’oranges

Mousse aux marrons et aux brisures de marrons glacés
2 cuillères à soupe ou 40 g de sirop de maïs ou de glucose
2 cuillères à thé ou 10 g de rhum brun
2 feuilles de gélatine (4 g)
  ou 1¾ cuillère à thé de gélatine en poudre
3 jaunes d’oeufs (environ 60 g)
¾ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 250 g de crème ou de
  confiture de marrons
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de crème à fouetter
  ou entière
4 ou 5 marrons glacés ou 60 g de marrons glacés*****

Glaçage miroir à l’orange(facultatif)
5 cuillères à soupe ou 60 g de sucre
3 cuillères à soupe ou 60 g de sirop de maïs ou de glucose
2 cuillères à soupe ou 30 g d’eau
2 gouttes d’huile essentielle d’orange douce
2½ cuillère à soupe ou 40 g de lait condensé non sucré
  ou lait évaporé
60 g (2 onces) de chocolat blanc
2 feuilles de gélatine (4 g)
  ou 1¾ cuillère à thé de gélatine en poudre
Colorant alimentaire rouge ou orange en poudre
  en quantité suffisante******

Éclats de chocolat et marrons glacés pour la décoration

Crémeux au chocolat et aux marrons
La veille ou quelques jours avant de réaliser la bûche, préparer le crémeux au chocolat et aux marrons.

Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 2 cuillères à thé d’eau froide ou faire tremper la feuille de gélatine dans un bol d’eau froide. Réserver.

Hacher finement le chocolat et le déposer dans un bol. Réserver.

Dans un chaudron, verser la crème et le lait. Porter les liquides à ébullition. Pendant ce temps, dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la vanille en poudre et la crème (ou confiture) de marrons à la préparation d’oeufs. Puis, verser doucement le mélange de crème et de lait chaud en fouettant continuellement. Remettre le mélange dans le chaudron. Chauffer à nouveau le mélange en brassant continuellement jusqu’à ce que celui-ci épaississe ou atteigne 85°C (185°F) sur un thermomètre. Retirer du feu.

Si la gélatine est en poudre, ajouter un peu de la crème chaude pour la faire fondre puis la reverser avec le reste de crème. Si la gélatine est en feuille, bien l’essorer et l’ajouter à la crème. Brasser pour s’assurer que la gélatine (en poudre ou en feuille) soit bien dissoute.

Verser la crème encore chaude au travers d’un tamis sur le chocolat. Mélanger pour que la préparation soit bien homogène. Si possible, mixer à l’aide d’un pied-mélangeur. Verser le mélange dans un moule long et étroit en silicone*******. Couvrir d’une pellicule plastique et conserver au congélateur jusqu’au moment de l’assemblage de la bûche.

Croustillant au praliné
Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est totalement fondu. Incorporer le praliné, puis les Gavottes (ou les biscuits dentelles). Verser la préparation sur une feuille de papier parchemin. Couvrir d’une seconde feuille de papier parchemin et à l’aide d’un rouleau à pâte étaler la préparation sur une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce). Réserver au congélateur.

Dacquoise aux amandes et à l’orange
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes et le sucre glace. Réserver.

Dans un second bol, fouetter les blancs d’oeufs avec le sel et le jus de citron. Augmenter graduellement la vitesse de votre batteur électrique. Quand les fouets laissent des marques dans les blancs d’oeufs, ajouter petit à petit le sucre. Ajouter la goutte d’huile essentielle et arrêter de fouetter le mélange.

Verser doucement le mélange de poudre d’amandes et de sucre glace sur les blancs d’oeufs. À l’aide d’un fouet à main ou d’une spatule, mélanger délicatement. Verser la pâte sur une plaque recouverte de papier parchemin en veillant à former un rectangle d’environ 23 cm par 18 cm (9 pouces par 7 pouces). Répartir les dés d’oranges confites et les amandes effilées. Enfourner et cuire pendant 10 à 15 minutes ou jusqu’à ce que la dacquoise soit légèrement dorée.

Retirer le gâteau de la plaque de cuisson et le laisser refroidir 10 minutes. Décoller le papier parchemin de la dacquoise et la déposer sur une grille pour la laisser totalement refroidir.

Mousse aux marrons et aux brisures de marrons glacés
Couper en petits morceaux les marrons glacés.

Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide.

Déposer les jaunes d’oeufs dans un bol. Réserver.

Dans un chaudron, verser le sirop de maïs (ou le glucose) et le rhum. Chauffer jusqu’à ce que les liquides atteignent 85°C (185°F). Retirer du feu et verser en filet sur les jaunes d’oeufs en fouettant continuellement.

Si la gélatine est en poudre, la faire fondre quelques secondes au four micro-ondes (ou dans un chaudron sur le feu) puis l’ajouter au mélange de jaunes d’oeufs. Si la gélatine est en feuille, bien l’essorer et la déposer dans un petit bol avant de la faire fondre quelques secondes au four micro-ondes et de l’ajouter au mélange. Brasser pour s’assurer que la gélatine (en poudre ou en feuille) soit bien incorporée. Ajouter la crème de marrons au mélange et fouetter jusqu’à ce que la préparation ait refroidi.

Dans un bol, verser la crème et la fouetter jusqu’à ce qu’elle forme des pics souples. Incorporer en plusieurs fois et délicatement la crème fouettée au mélange de base. Ajouter les morceaux de marrons glacés et mélanger. Réserver au réfrigérateur.

Montage
Recouvrir d’une pellicule plastique un moule rectangulaire d’environ 20 cm par 10 cm (8 pouces par 4 pouces). Découper une bande de papier parchemin et la déposer pour qu’elle recouvre les côtés les plus longs et le fond. Cette étape permet de faciliter le démoulage.

Verser la moitié de la mousse aux marrons et aux brisures de marrons glacés dans le moule. Réserver au congélateur pendant 15 à 20 minutes pour qu’elle se raffermisse.

Pendant ce temps, découper une bande de dacquoise de la taille du moule. Tartiner généreusement de marmelade d’orange.

Tailler un rectangle de croustillant au praliné de la même taille que la dacquoise. Réserver.

Démouler le crémeux au chocolat et aux marrons. Sortir la mousse du congélateur et déposer au centre le crémeux et l’enfoncer légèrement. Verser le restant de mousse pour recouvrir le crémeux. Déposer ensuite le rectangle de croustillant au praliné. Ajouter la dacquoise en plaçant la marmelade en contacte avec le croustillant praliné. Presser sur la dacquoise pour s’assurer que tout soit bien collé et que la mousse épouse bien les parois du moule. Couvrir d’une pellicule plastique et conserver au congélateur pendant au moins 12 heures. Après cette étape, il est possible de conserver la bûche pendant un mois, voire plus, au congélateur.

Glaçage miroir à l’orange(facultatif)
Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Réserver.

Hacher finement le chocolat blanc. Réserver.

Dans un chaudron, verser le sucre, le sirop de maïs et l’eau. Chauffer à feu doux le mélange jusqu’à ce qu’il atteigne 103°C (217°F). Retirer du feu, ajouter le lait condensé et le chocolat blanc. Mélanger jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Si possible, mixer à l’aide d’un pied-mélangeur.

Si la gélatine est en poudre, la faire fondre quelques secondes au four micro-ondes (ou dans un chaudron sur le feu) puis l’ajouter à la préparation. Si la gélatine est en feuille, bien l’essorer et l’ajouter directement à la préparation. Brasser pour s’assurer que la gélatine (en poudre ou en feuille) soit bien incorporée. Ajouter le colorant alimentaire en fonction de la couleur souhaitée. Mélanger encore le glaçage pour qu’il soit bien lisse. Verser le glaçage au travers d’un tamis pour retirer le plus de bulles d’air. Recueillir le glaçage dans une tasse à mesurer ou un verre gradué muni d’un bec verseur, si possible. Laisser tiédir jusqu’à ce que le glaçage soit à 35°C (95°F) ou moins. Il ne faut pas utiliser le glaçage s’il est plus chaud que 35°C (95°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir la bûche du congélateur et retirer les pellicules plastiques ainsi que la feuille de papier parchemin. Déposer la bûche sur la grille, la dacquoise en contact avec la grille. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface de la bûche. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer la bûche sur une assiette de présentation. Placer la bûche au réfrigérateur pendant au moins 2 heures avant de finir de la décorer. Garnir avec des marrons glacés et des éclats de chocolat. Réserver au réfrigérateur. Sortir la bûche à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Savourer avec gourmandise.

*La vanille en poudre est simplement constituée de gousses de vanille séchées et réduite en poudre. Vous pouvez l’omettre ou la remplacer par les grains d’une demi-gousse de vanille.
**Le praliné est une pâte obtenue en broyant des amandes ou des noisettes (ou un mélange des deux) enrobées de sucre caramélisé comme ici. Il est possible de remplacer le praliné par une pâte à tartiner aux noisettes.
***Si vous ne trouvez pas biscuits Gavottes ou dentelles, remplacez-les par des céréales de riz soufflés de style Rice Krispies.
****Si vous ne trouvez pas d’huile essentielle à l’orange douce pour la consommation, remplacez-les par un peu de zeste d’orange. Quand vous voulez ajouter de l’huile essentielle à une préparation, verser la quantité souhaitée dans une cuillère avant de l’ajouter : un goutte de trop, ça va encore, mais trois gouttes ou plus de trop peut ruiner le goût de votre préparation.
*****Le nombre de marrons glacés dépend de leur taille, mais en général trois suffisent pour avoir 60 g. Personnellement, j’aime bien en ajouter un peu plus…
******Il est toujours préférable d’utiliser du colorant en poudre ou en gel, cependant vous pouvez utiliser du colorant liquide. Dans ce cas, mesurez ou pesez la quantité voulu de colorant et complétez avec de l’eau pour avoir 2 cuillères à soupe ou 30 g de liquide. Il faudra commencer la recette avec le sucre, le sirop de maïs, le colorant et l’eau.
*******Si vous n’avez pas de moule de ce genre, vous pouvez utiliser un moule rectangulaire (moule à pain ou à « cake »), le recouvrir d’une pellicule plastique et d’une bande de papier parchemin (pour faciliter le démoulage). Il suffira de démouler le crémeux, de le couper en deux dans le sens de la longueur et de superposer les deux parties du crémeux au moment d’assembler la bûche.

Au fait, ma bûche a eu un petit accident au moment de la déplacer : le couvercle de ma cloche à gâteau était mal fixé sur un côté et il a lâché au moment où je l’ai soulevé. Heureusement, des éclats de chocolat et des marrons glacés m’ont permis de camoufler les dégâts. De plus, je suis ravie du résultat final.

À bientôt avec une recette plus courte!