Mot-clé : carotte

Activité du dimanche…

Aujourd’hui au village, il y avait une activité pour les enfants et je pensais y aller avec Mini-nous. Il y a eu un moment d’hésitation et la réponse fut « non ». Je trouve cela dommage de ne pas y participer. De plus, nous ne sommes pas du genre à prévoir des tonnes activités la fin de semaine. Malgré que s’il y a quelque chose de prévu pendant la fin de semaine, il y a de forte chance que ce ne soit pas la seule qui s’y inscrive…

En ce dimanche calme, je vous présente une recette de boulettes moelleuses. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 17, numéro 7.

Boulettes de porc aux carottes et à la crème
Boulettes de porc aux carottes et à la crème
Pour 4 à 6 personnes

Boulettes
1 oeuf
½ tasse ou 125 g de lait
1 tasse ou 30 g de céréales de riz soufflé (type Rice Krispies)
500 g de porc haché
1½ cuillère à soupe de moutarde de Dijon
½ cuillère à soupe de sambal oelek
½ cuillère à thé de sel
2 pincées de muscade moulue
1 pincée de clou de girofle moulu

Sauce et garniture
4 carottes*
½ céleri-rave
1 oignon
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1 boîte ou 284 g de bouillon de poulet concentré**
¼ de tasse ou 62 g de crème 35 % ou entière
3 cuillères à soupe de feuilles de persil plat (facultatif)

Sel et poivre

Boulettes
Préchauffer le four à 220°C (425°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un grand bol, mélanger l’oeuf, le lait et les céréales de riz. Laisser reposer 5 minutes. Ajouter le porc haché, la moutarde de Dijon, le sambal oelek, le sel, la muscade et le clou de girofle. Bien mélanger et poivrer. Le mélange est très tendre.

Avec les mains légèrement huilées, façonner chaque boulette avec environ 3 à 4 cuillères à soupe du mélange de viande. Déposer les boulettes sur la plaque de cuisson. Réserver.

Sauce et garniture
Éplucher les carottes et les couper en rondelles. Éplucher le céleri-rave et les couper en dés. Hacher finement l’oignon. Déposer les carottes, le céleri-rave et l’oignon dans un grand plat de cuisson allant au four. Ajouter l’huile et bien mélanger. Saler et poivrer. Enfourner et cuire pendant 10 minutes.

Ajouter les boulettes de viande sur les légumes et poursuivre la cuisson pendant 30 minutes.

Dans un bol, mélanger la fécule de maïs, le bouillon de poulet et la crème. Après les 30 minutes de cuisson, verser ce mélange sur les boulettes et les légumes. Poursuivre la cuisson pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la sauce épaississe. Saler et poivrer au besoin. Saupoudrer de persil et servir. Déguster avec plaisir.

*Plutôt que de la carottes et du céleri-rave, vous pouvez utiliser de la courge ou d’autres légumes racines.
**Si vous n’avez pas de bouillon concentré, utilisez du bouillon en poudre : il suffit de doubler les quantités recommandées par le fabriquant pour un même volume d’eau.

Et vous, est-ce que votre dimanche a été animé?

Rage de Ricardo…

Actuellement, je me tourne beaucoup vers les recettes de Ricardo. Il y en a tellement et avec le rythme de parution des magazines, j’ai plus de mal à suivre qu’avant. En plaisantant avec mon chéri, j’ai même proposé faire une semaine de repas 100 % Ricardo! Un jour, peut-être si j’arrive à établir mes repas de la semaine bien à l’avance. En attendant, je cumule beaucoup de recettes venant de Ricardo pour mon blog… chose qui m’embête un peu, car j’aime bien varier mes sources et vous proposer différentes façons de cuisiner.

Aujourd’hui, vous l’aurez deviné, je vous présente une recette de Ricardo issue de son magazine volume 13, numéro 4. Il s’agit d’un pad thaï. Comment dire, j’adore ce plat! Je devrais en faire plus souvent, mais ce n’est pas le plat préféré de la maisonnée.

Pad thaï
Pad thaï
Pour 3 personnes

Pad thaï
170 g de nouilles de riz plate
170 g de poitrines de poulet désossées*
½ cuillère à soupe de sauce de poisson
½ cuillère à thé de paprika doux
½ cuillère à thé de cassonade ou de sucre roux
1 échalote
2½ cuillères à soupe d’huile de canola ou de colza
1 tasse ou 200 g de poireau émincé
1 carotte (facultatif)
2 oeufs
170 g de tofu ferme

Sauce
½ tasse ou 125 g d’eau
1½ cuillère à soupe de jus de lime
1½ cuillère à soupe de cassonade ou de sucre roux
1½ cuillère à soupe de sauce de poisson
½ cuillère à soupe de sauce sriracha**
2 gousses d’ail
1½ cuillère à soupe d’huile de canola ou de colza
1 cuillère à soupe de paprika doux

Garniture
2½ cuillères à soupe d’arachides non salées et concassées***
1 lime pour servir
Sel et poivre

Pad thaï
Dans un grand bol rempli d’eau tiède, déposer les nouilles de riz et les laisser se réhydrater pendant 15 à 25 minutes.

Hacher l’échalote. Éplucher et couper en juliennes la carotte. Découper le tofu en cubes et couper en lanières le poulet.

Déposer le poulet dans un bol avec la sauce de poisson, le paprika, la cassonade et l’échalote. Laisser mariner pendant 5 minutes.

Dans une grande poêle, verser 1 cuillère à soupe d’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter le poulet et le cuire. Ajouter les trois quarts du poireau ainsi que la carotte et poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Verser le contenu de la poêle dans une grand bol et réserver au chaud.

Dans la même poêle, ajouter 1 cuillère à soupe d’huile. Battre légèrement les oeufs et la ajouter à la poêle bien chaude. Cuire les oeufs en les brassant constamment pour les briser. Cuire les oeufs jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Saler et poivrer. Verser les oeufs dans le bol contenant le poulet.

Dans la même poêle, verser le restant d’huile et y faire dorer le tofu. Saler et poivrer. Transvider le contenu de la poêle dans le bol contenant le poulet et les oeufs.

Sauce
Dans un bol, mélanger l’eau, le jus de lime, la cassonade, la sauce de poisson et la sriracha. Réserver.

Hacher les gousses d’ail.

Dans une grande poêle, verser l’huile et faire revenir l’ail pour l’attendrir. Ajouter le paprika et poursuivre la cuisson pendant 30 secondes.

Égoutter les nouilles de riz et les ajouter dans la poêle. Veiller à bien les enrober des aromates. Ajouter sans attendre la sauce et poursuivre la cuisson en mélangeant sans arrêt les nouilles. Quand les nouilles ont la texture désirée, ajouter le mélange de poulet. Bien mélanger et servir sans attendre.

Garnir avec le restant de poireau****, les arachides et des quartiers de lime. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez également utiliser des hauts de cuisses de poulet désossés.
**Il est possible d’utiliser moins ou plus de sauce sriracha selon les goût. N’hésitez pas à utiliser une autre sauce pimentée que vous avez chez vous.
***Si vous n’avez pas d’arachides sous la main, utilisez des amandes ou d’autres noix concassées.
****Habituellement, on ajoute des fèves germées dans les pads thaï, mais il n’y a pas beaucoup d’amateurs ici… Libre en vous d’en ajouter.

Une heure plus tard dans les maritimes…

Vendredi, j’ai fait quelques courses dans une autre ville où je n’avais pas mis les pieds depuis un moment. J’y allais pour un magasin en particulier et tant qu’à être sur place, autant en profiter pour visiter d’autres commerces. Dans le lot, il y avait un autre magasin où je voulais aller. En me dirigeant vers le commerce en question, je ne me souvenais plus du tout pourquoi je souhaitais m’y rendre. J’ai cru m’en être souvenu avant d’entrer et j’ai regardé les items correspondants. C’est seulement le lendemain matin, en sortant de la maison que je me suis rappelé ce que je voulais voir. Heureusement pour moi, ce n’était ni urgent, ni important, alors ça attendra. Dans le meilleur des mondes, la prochaine fois, j’aurais noté ces petites choses à magasiner.

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette toute simple de boeuf braisé à la mijoteuse. Cette recette est extraite du livre Mijoteuse, les meilleures recettes au monde de Caty Bérubé.

Boeuf braisé à l'italienne à la mijoteuse
Boeuf braisé à l’italienne à la mijoteuse
Pour 6 à 8 personnes

800 g de rôti de palette boeuf
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
2 carottes
2 branches de céleri
1 oignon
2 gousses d’ail
½ tasse ou 125 g de vin blanc
12 pommes de terre grelots*
1 sachet de sauce demi-glace ou 34 g de sauce à rôti liée,
  non diluée
1 boîte de tomates en dés d’environ 540 ml ou 400 g,
  égouttées**
2 cuillères à soupe de pâte de tomates
1 cuillère à thé de thym frais, haché
1 feuille de laurier
Sel et poivre

Couper en dés les carottes, les branches de céleri et l’oignon. Hacher les gousses d’ail. Couper les pommes de terre en deux.

Dans une poêle, verser l’huile et la faire chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, saler et poivrer le rôti de palette puis le faire dorer de chaque côté. Déposer le rôti de palette dans la mijoteuse.

Dans la même poêle, faire revenir les carottes, le céleri et l’oignon pendant 3 minutes. Ajouter l’ail et poursuivre la cuisson pendant 1 minute. Déglacer avec le vin blanc et laisser mijoter jusqu’à ce qu’il ne reste presque plus de liquide dans la poêle. Verser les légumes dans la mijoteuse.

Ajouter les pommes de terre, la sauce demi-glace, les tomates en dés, la pâte de tomates, le thym et la feuille de laurier. Saler et poivrer.

Couvrir la mijoteuse et cuire à faible intensité pendant 7 heures. Après ce temps, servir et déguster avec plaisir.

*Si vous utilisez des pommes de terre régulières, coupez-les en 4 ou 8 morceaux selon leur taille.
**Vous pouvez remplacer les tomates en boîte par 4 à 5 tomates fraîches que vous coupez en dés.

Et vous, oubliez-vous de noter vos courses?

Avez-vous remarqué?

Habituellement pendant le mois d’août, je vous bassine avec mon repas du 1er août (ou du 31 juillet) jusqu’en début septembre. Cette année, je n’étais pas à la maison pour la fête nationale suisse, alors pas d’avalanche de nouvelles recettes. Pire, comme je viens juste de revenir à la maison et que je prends le décalage horaire en pleine poire, je ne vais pas m’attarder.

Je ne vous propose même pas de recette sucrée comme le voudrait le mercredi. Sans plus attendre, je vous présente une recette de tarte à la carotte. J’ai trouvé cette recette sur le site d’Isadora et Marisa.

Tarte à la carotte
Tarte à la carotte
Pour 2 ou 3 personnes

Pâte à tarte express
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 125 g de farine*
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
2 pincées de sel
1 cuillère à thé d’herbes séchées au choix** (facultatif)
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé d’huile végétale
3 cuillères à soupe et 1 cuillère ou 50 g d’eau chaude

Garniture
3 ou 4 carottes
1 oignon
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
4 cuillères à soupe de crème à cuisson, de demi-crème
  ou de crème de soja
2 à 4 cuillères à soupe de lait ou de boisson végétale
2 oeufs
Graines de courge (facultatif)
Poudre d’oignon au goût
Sel et poivre

Éplucher et râpées les carottes. Hacher finement l’oignon.

Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive. Quand le corps gras commence à être chaud, ajouter l’oignon. Quand l’oignon est translucide, ajouter les carottes et poursuivre la cuisson pendant 10 minutes ou jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Saler, poivrer et assaisonner avec la poudre d’oignon. Laisser tiédir.

Pâte à tarte express
Dans une boîte qui ferme hermétiquement, verser la farine, la poudre à pâte, le sel et les herbes séchées. Mélanger brièvement, puis ajouter l’huile et l’eau chaude. Fermer la boîte à l’aide de son couvercle et secouer énergiquement. Ouvrir la boîte et terminer de rassembler la pâte en une boule. Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte et la foncer dans un moule de 23 cm (9 pouces) de diamètre.

Garniture
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, fouetter les oeufs avec la crème et le lait. Saler et poivrer***.

Étaler la moutarde à l’ancienne sur le fond de la pâte à tarte. Répartir les carottes et l’oignon. Verser la préparation d’oeuf. Saupoudrer de graines de courge et enfourner. Cuire pendant 25 à 30 minutes. Laisser tiédir quelques minutes et servir. Déguster avec plaisir.

*Utilisez les farines qui vous font envie : farine blanche, farine d’épeautre, etc.
**Si vous voulez faire une pâte sucrée, remplacez les herbes par du sucre vanillé ou non.
***Il est possible d’ajouter des épices : du curry, de la poudre d’oignon, du cumin, etc.

À dimanche!

Plein de voitures…

Hier, Mini-nous participait à un anniversaire qui avait lieu près d’une zone commerciale assez achalandée. Il y avait bien longtemps que je n’étais pas aller un samedi après-midi dans ce lieu. J’ai eu de la chance de trouver une place de stationnement près de l’établissement : il y avait des fils de voitures à perte de vue! Une fois stationnée, j’ai quand même profité d’être sur place pour effectuer quelques courses en me déplaçant à pieds… et avec raison. J’ai visité tous les commerces que je voulais sans avoir de soucis pour circuler entre les commerces. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas vue autant de voitures dans les rues. Est-ce qu’il y a toujours autant de voiture le samedi? J’en doute, je crois plutôt que le weekend du « Black Friday » explique ce phénomène.

Pour aujourd’hui, je vous propose un petit braisé. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 6, numéro 1.

Jarrets de veau braisés dans le porto
Jarrets de veau braisés dans le porto
Pour 3 personnes

3 tranches de jarrets de veau, environ 700 à 900 g
Farine en quantité suffisante
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
¾ de tasse ou 185 g de carottes coupées en dés
¾ de tasse ou 185 g de céleri branche coupées en dés
1 oignon
1 gousse d’ail
½ cuillère à soupe de miel
1 tasse ou 250 g de porto
2 branches de thym frais
Sel et poivre

Préchauffer le four à 140°C (275°F).

Saler et poivrer les jarrets de veau, puis les enfariner. Hacher l’oignon et l’ail.

Verser l’huile dans une casserole et la faire chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, dorer les jarrets de tous les côtés. Retirer de la casserole les jarrets une fois qu’ils sont bien dorés.

Dans la même casserole, faire revenir l’oignon, l’ail, les carottes et le céleri jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Ajouter le miel et déglacer avec le porto. Remettre la viande dans la casserole et ajouter le thym. Porter à ébullition.

Quand le porto bout, couvrir la casserole et enfourner pendant 2 heures ou jusqu’à ce que la viande se détache facilement. Servir et déguster avec plaisir.

Et vous, avez-vous osé approcher les magasins en fin de semaine?