Mot-clé : basilic

Le tube

Cet été, quand j’étais chez mes parents, il y a un produit que je tenais absolument à tester : les tubes de tartare! Je trouve cette idée géniale et j’aimerais tellement qu’un tel produit existe en Suisse. Par contre, il y avait un petit souci : les tubes sont vendus que dans des IGA. Dans ma ville natale, il n’y a pas d’IGA, mais le problème se contournait facilement en s’arrêtant dans une ville où nous allons souvent magasiner. Un petit tour dans le IGA, le temps de payer et on dépose les tubes dans la glacière avant de reprendre la route vers mes parents.

J’avais pris un tube de saumon et un autre de thon. J’ai hésité à prendre celui de pétoncle, mais deux choses m’ont retenue : nous ne savions pas si mes parents allaient aimer le tartare et il y a des années que je n’ai pas réussi à manger des pétoncles sans avoir des soucis de digestion. J’ai improvisé des recettes de tartare en utilisant le contenu du réfrigérateur de mes parents, je ne voulais pas leur laisser des produits qu’ils ne consommeraient pas. J’ai exclu l’utilisation de mayonnaise : celle que mes parents achètent à un goût très sucré et ça ne me plaît pas du tout. Alors comme base, j’ai choisi de la crème sure (demi-crème aigre). J’ai fait les deux tartares et celui qui a été le plus apprécié est celui au thon : alors, je me suis empressée de noter les ingrédients pour vous donner la recette. Il faut dire que le thon a une texture sublime et que c’est un magnifique poisson à travailler cru.

Tartare de thon aux pacanes et au basilic
Tartare de thon aux pacanes et au basilic
Pour 1 personne ou 12 bouchées

130 g de thon frais*
2 cuillères à soupe de crème sure ou de demi-crème aigre
2 cuillères à soupe de pacanes ou de noix de pécan
5 feuilles de basilic
Sauce sriracha ou une autre sauce piquante au goût
2½ cuillères à soupe de concombre coupé en petits dés
Sel et poivre

Déposer les pacanes dans une poêle, chauffer la poêle avec les pacanes pour les torréfier. Cuire pendant 3 à 5 minutes en remuant régulièrement les pacanes. Laisser tiédir. Hacher grossièrement et réserver.

Hacher finement le basilic et réserver.

Couper le thon en petits cubes (moins de 5 mm de côté). S’il fait chaud ou s’il vous faut du temps pour couper les poisson, préparer un bol contenant des glaçons et déposer un second bol sur les glaçons. Déposer au fur et à mesure le poisson découpé dans ce bain-marie glacé.

Dans le bol contenant le thon, ajouter la crème sure, les pacanes, le basilic, le concombre, la sauce sriracha. Saler et poivrer au goût. Servir sur des croustilles de maïs et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez prendre du thon surgelé que vous décongelez vous-même. Demandez toujours l’avis de votre poissonnier.

Et vous, que pensez-vous de tubes de tartare? J’avoue que pour recevoir à l’improviste, j’aimerais bien avoir des tubes à dégainer de mon congélateur.

Pas pour moi, mais pour les autres…

Aujourd’hui, je vous présente une autre recette que dès que je l’ai vu, je l’ai inscrite à mon menu du 1er août. Cependant, j’avais oublié un détail : je ne supporte pas de manipuler des tomates fraîches! Émonder une tomate et l’épépiner, c’est un des trucs qui me dégoute le plus au monde. Honnêtement, je ne pensais plus avoir ce genre de dégoût puisque je cuisine de plus en plus avec des boîtes de tomates entières. La recette a été un peu pénible à réaliser. Dès que j’avais fini de manipuler les tomates, je ne pouvais pas attendre une seconde pour me laver les mains! Disons que ça étire le temps de la recette.

Je vous propose donc une recette de terrine de tomate, mozzarella et basilic très simple à réaliser et qui ravira les amateurs de tomates. J’ai trouvé cette réinterprétation de la salade de tomate-mozzarella sur le blog de Chocolat à tous les étages.

Terrine de tomate, mozzarella et basilic
Terrine de tomate, mozzarella et basilic*
Pour 10 personnes

7 tomates moyenne
200 g de mozzarella**
Feuilles de basilic au goût
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Couvrir l’intérieur d’un moule à terrine ou d’un petit moule à pain d’une pellicule plastique.

Remplir une grande casserole d’eau et porter à ébullition. Entailler d’une croix le dessous de chaque tomates. Quand l’eau bout, plonger les tomates pendant 30 secondes. Peler les tomates et les couper en quatre. Retirer les graines ainsi que la partie intérieure de chaque quartier de tomate et conserver pour un autre usage***.

Déposer les pétales de tomates sur une plaque à découper et couvrir d’une pellicule plastique. À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, aplanir légèrement les morceaux de tomates. Réserver.

Couper la mozzarella en tranches d’environ 3 mm (⅛ de pouce) d’épaisseur. Laver et ciseler le basilic****.

Dans le moule chemisé de pellicule plastique, déposer une couche de tomate en veillant à ce que la partie la plus esthétique soit vers le bas. Serrer bien les tomates pour qu’il n’y ait aucun trou. À l’aide d’un pinceau, badigeonner légèrement les tomates d’huile d’olive. Saler et poivrer. Recouvrir les tomates avec une couche de mozzarella. Répartir un peu de basilic ciselé. Remettre une couche de tomate, assaisonner, puis mettre une couche de mozzarella et du basilic. Répéter l’opération jusqu’à épuisement des ingrédients et en veillant à terminer par une couche de tomate non assaisonnée. Couvrir d’une pellicule plastique et presser le tout. Déposer un poids (une boîte de conserve par exemple) et réfrigérer pendant au moins 12 heures. Après 6 heures de réfrigération, si possible, égoutter la terrine pour retirer le surplus de liquide et laisser reposer encore 6 heures au réfrigérateur.

Avant de servir, égoutter au besoin la terrine. Retirer la terrine du moule ainsi que les pellicules plastiques. Trancher et déguster avec plaisir.

*Cette recette se double ou s’adapte facilement à la quantité d’ingrédients que vous avez sous la main.
**Préférez une mozzarella de forme rectangulaire pour faciliter la découper.
***Vous pouvez utiliser le coeur de la tomate et le jus pour cuire un riz, pour ajouter dans une sauce tomate ou une soupe, etc.
****Il est possible de laisser les feuilles entières.

Je ne crois pas que je vais refaire cette recette… je demanderais à mon chéri de la refaire au besoin!

Quand même pas mal de Ricardo…

Ayant choisi mon menu du 1er août un peu tardivement, je me suis tournée vers mes sources de confiance. Avec le recul, je me rends compte que j’ai choisi plusieurs recettes de Ricardo. C’est particulièrement vrai pour les salades. Ces éléments sont à chaque fois choisis en dernier : alors comme je n’ai pas d’idée, je vais sur le site de Ricardo cuisine.

Cette année, j’ai fait une salade de pommes de terre et j’en ai même mangé! D’un autre côté, la salade de pommes de terre est la plus facile à apprivoiser quand on n’aime pas ce met. La vinaigrette est délicieuse et pourrait peut-être servir de trempettes pour des crudités. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 12, numéro 8.

Salade de pommes de terre et vinaigrette crémeuse aux herbes
Salade de pommes de terre et vinaigrette crémeuse aux herbes
Pour 4 à 6 personnes

4 tasses ou 1 kilo de pommes de terre grelots
2 tasses ou 70 g d’herbes fraîche (ciboulette, persil,
  basilic, coriandre, etc.)*
2 cuillères à soupe de mayonnaise
2 cuillères à soupe de crème sure ou de demi-crème acidulée
2 cuillères à soupe de pesto
½ lime
Sel et poivre

Dans une grande casserole, déposer les pommes de terre et les herbes. Saler et couvrir d’eau. Porter à ébullition et laisser cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que les pommes de terre soient tendres. Égoutter et jeter les herbes. Rincer brièvement les pommes de terre sous l’eau froide. Laisser tiédir et si désiré, éplucher les pommes de terre.

Dans un bol, mélanger la mayonnaise, la crème sure, le pesto et le zeste de la demi-lime. Saler et poivrer. Réserver la vinaigrette.

Couper les pommes de terre en deux ou en quatre. Ajouter la vinaigrette et bien mélanger. Conserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir et déguster avec plaisir.

*Préférez les herbes tendres. Les herbes à tiges dures comme le romarin, le thym, la sauge, l’estragon parfument beaucoup, utilisez-les avec parcimonie.

Et vous, êtes-vous des adeptes ou non des salades?

À la découverte de lentilles

Dans mon idée des repas végétariens, je me devais d’introduire les légumineuses. J’ai beaucoup de peine à les intégrer : je trouve qu’elle laisse une sensation farineuse en bouche. Pour commencer, j’ai décidé d’y aller avec les lentilles en boîte. La recette m’a beaucoup plu, mais la texture manquait de fermeté, alors j’ai essayé de la refaire en cuisant des lentilles moi-même. Cette expérience m’a permis d’apprendre deux choses : l’eau de cuisson des lentilles vertes devient noir et que la texture des lentilles est plus farineuse que celle en boîte! Je crois que je n’ai pas encore trouvé la bonne façon de cuire les lentilles pour qu’elles me plaisent totalement.

Pour vous initier (si vous n’en avez pas l’habitude) aux lentilles, je vous encourage à essayer cette recette de boulettes aux lentilles de Bob le chef, L’Anarchie culinaire. Elle a tout pour plaire : très simple à préparer et très bonne!

Boulettes aux lentilles
Boulettes aux lentilles
Pour 4 personnes

1 boîte de conserves de lentilles de 540 ml ou 440 g*
½ oignon
1 cuillère à thé d’huile végétale
2 gousses d’ail**
1 oeuf
5 cuillères à thé de pâte de tomate
2 cuillères à soupe ou 30g de chapelure
1 cuillère à soupe d’herbes séchées au choix (basilic, thym, etc.)
Sel et poivre

Hacher l’oignon et les gousses d’ail.

Dans une poêle, verser l’huile et la chauffer. Ajouter l’oignon et cuire jusqu’à ce qu’il soit translucide***. Réserver l’oignon et laisser tiédir.

Verser les lentilles dans une passoire et les rincer. Égoutter les lentilles et les déposer les deux tiers dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s »****. Ajouter l’ail, l’oeuf, la pâte de tomate et les herbes séchées. Saler et poivrer. Mixer le tout pour obtenir une purée, elle n’a pas besoin d’être lisse. Ajouter le restant des lentilles et mixer quelques secondes. Verser le mélange dans un bol et ajouter la chapelure. Si possible, réserver le mélange au frais pendant 1 heure : il sera plus facile à manipuler pour façonner des boulettes.

Préchauffer le four à 160°C (325°F).

À l’aide de la préparation de lentilles, façonner des boulettes d’environ 2 cm (1 pouce) de diamètre. Pour le façonnage, il est possible d’utiliser 2 cuillères à soupe, les boulettes auront une forme de quenelle. Déposer les boulettes sur une plaque de cuisson et enfourner. Cuire pendant 20 minutes.

Servir seul ou sur des pâtes avec une sauce tomate. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez également faire cuire des lentilles sèches, il faut environ ¾ de tasse ou 150 g de lentilles. Le temps de cuisson est entre 20 et 35 minutes selon la texture souhaitée et la variété.
**Il est possible de remplacer l’ail par de la fleur d’ail.
***Vous pouvez omettre cette étape, mais moi je préfère cuire l’oignon avant de l’intégrer à des boulettes.
****Vous pouvez aussi mixer les lentilles à l’aide d’un pied-mélangeur.

Et vous, comment cuisinez-vous les lentilles?

Télévision et dîner

La matinée de samedi m’a semblé un peu brouillonne : nous recevions pour le dîner et j’ai décidé d’accompagner mon chéri pour aller magasiner la nouvelle télévision. De plus, nous devions aller chez le fleuriste pour prendre un centre de table et vu le support de l’arrangement florale, il est plus facile d’y aller à deux. Pour la télévision, je préférais également accompagner mon chéri : je me disais qu’il serait plus facile de glisser la boîte à deux dans la voiture! Cependant, nous avons eu beaucoup de chance, nous pouvions récupérer l’appareil à l’arrière du magasin et le vendeur s’est occupé de déposer la boîte dans la voiture.

De retour chez nous, nous n’avions plus beaucoup de temps pour préparer la table, nettoyer les coupes et enchaîner avec le repas. Le temps que les premiers invités arrivent, j’ai juste eu le temps de mettre en place l’apéro… J’ai même abandonné l’idée de préparer une bouchée avec de la pâte feuilletée! Heureusement, une fois le repas en route, les préparations étaient courtes et en 35 minutes, tout était prêt à être servi. Mon seul regret : j’ai un peu raté la cuisson de mes brochettes de boeuf à la poêle!

Pour pouvoir davantage profiter de l’apéro, une recette qui demande une cuisson un peu plus longue et qui est mis au four avant l’arrivée des invités aurait été parfaite (éviter simplement d’aller magasiner une télévision avant de recevoir). C’est ce type de recette que je vous propose aujourd’hui : des cuisses de poulet croustillantes au basilic. Il est possible de doubler ou tripler la recette au besoin. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 15, numéro 2.

Cuisses de poulet croustillantes au basilic
Cuisses de poulet croustillantes au basilic
Pour 2 personnes

2 cuisses de poulet
2 cuillères à soupe ou 27 g de beurre, tempéré
2 cuillères à soupe ou 5 g de basilic frais ciselé*
1 gousse d’ail**
2 cuillères à soupe ou 30 g de chapelure
½ cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
¾ de tasse ou 187 g de bouillon de poulet
½ cuillère à soupe de jus de citron
Sel et poivre

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Hacher finement l’ail.

Dans un bol, mélanger le beurre, le basilic et l’ail. Saler et poivrer.

Décoller doucement la peau de la chair des cuisses. Insérer environ un tiers du mélange de beurre entre la chair et la peau de chaque cuisse. Manipuler les cuisses pour que le beurre soit bien réparti. Badigeonner le restant de beurre sur les cuisses. Saupoudrer la chapelure sur les cuisses. Saler et poivrer. Déposer les cuisses dans une rôtissoire ou une poêle allant au four.

Enfourner et cuire pendant 60 à 75 minutes ou jusqu’à ce que l’os des cuisses se détache facilement.

Dans un bol, mélanger la fécule de maïs, le bouillon de poulet et le jus de citron.

Retirer les cuisses de poulet de la rôtissoire et verser la préparation de bouillon. Gratter le fond avec une cuillère en bois pour récupérer les sucs. Porter ce mélange à ébullition et cuire pendant 1 minute. Filtrer si désiré et servir la sauce avec les cuisses. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer le basilic par une autre herbe ou créer un mélange : coriandre, ciboulette, persil, etc.
**Quand j’en ai la possibilité, j’aime bien remplacer l’ail par de la fleur d’ail.

Et vous, vous arrive-t-il d’avoir des mauvaises idées avant de recevoir?