Mot-clé : amandes

L’autre…

Voilà les compagnons des Garibaldi : les brunsli! Pour ces biscuits, j’ai oublié par moment d’écrire le « r » et d’autre fois, le « s ». Il faut dire que ces biscuits se nomment également « bruns de Bâle ». Je ne sais pas pourquoi je me suis tant embrouillée avec ce nom. Même si j’avais les deux noms en tête, l’orthographe des mots reste similaire.

Pour cette recette, je vous propose deux méthodes pour les préparer ainsi que deux saveurs. Vous pouvez intervertir les méthodes à votre convenance. J’ai trouvé cette recette sur le site de Swissmilk.

Brunsli
Brunsli
Pour 60 biscuits de chaque couleur

Brunsli traditionnel
1½ tasses et 2 cuillères à soupe ou 250 g de poudre
  d’amandes
1½ tasses à soupe ou 250 g de poudre de noisettes
2 tasses ou 400 g de sucre
200 g (7 onces) de chocolat noir
¼ de tasse ou 35 g de farine
¼ de tasse ou 26 g de cacao en poudre
2 pincées de cannelle moulue
4 blancs d’oeufs
2 ou 3 cuillères à soupe de kirsch*

Brunsli blancs
3 tasses et 2 cuillères à soupe ou 500 g de poudre d’amandes
2 tasses ou 400 g de sucre
200 g (7 onces) de chocolat blanc
6 cuillère à soupe ou 52 g de farine
4 blancs d’oeufs
2 ou 3 cuillères à soupe de Williamine ou de whisky**

Sucre supplémentaire

Brunsli traditionnel
Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes, la poudre de noisettes, le sucre, la farine, le cacao et la cannelle.

Hacher le chocolat noir et le déposer dans un bol. Au bain-marie, faire fondre le chocolat. Lorsque le chocolat est totalement fondu, retirer le bol du bain-marie et réserver.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs jusqu’à ce qu’ils forment des pics fermes. Incorporer le mélange de poudre d’amandes et de poudre de noisettes. Ajouter le chocolat fondu, puis le kirsch.

Sur un plan de travail saupoudré de sucre***, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). Découper la pâte à l’aide d’un emporte-pièce ou d’un couteau. Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et laisser sécher à température ambiante pendant toute une nuit, soit environ 12 heures.

Brunsli blancs
Râper le chocolat blanc et le déposer dans un bol. Ajouter la poudre d’amandes, le sucre et la farine. Former un puits au centre des ingrédients et y verser les blancs d’oeufs ainsi que la Williamine. Mélanger le tout pour former une pâte qui se tient. Emballer dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant au moins 1 heure.

Sur un plan de travail saupoudré de sucre***, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). Découper la pâte à l’aide d’un emporte-pièce ou d’un couteau. Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et laisser sécher à température ambiante pendant toute une nuit, soit environ 12 heures.

Cuisson

Préchauffer le four à 220°C (430°F).

Enfourner une plaque de biscuits à la fois et cuire pendant 4 à 6 minutes. Si désiré, saupoudrer les biscuits de sucre. Déposer les biscuits sur une grille et les laisser totalement refroidir. Conserver dans une boîte qui ferme hermétiquement, ces biscuits peuvent se conserver 1 mois. Déguster avec gourmandise.

*Il est possible de remplacer le kirsch par un autre alcool ou de l’eau.
**Pour les brunsli blancs, il est également possible de remplacer l’alcool par de l’eau. Si vous utilisez de l’eau, ajouter un peu d’extrait de vanille ou des épices de votre choix à la pâte pour la parfumer.
***Il est possible d’abaisser la pâte entre deux feuilles de papier parchemin… c’est moins salissant de cette manière.

Et vous, connaissiez-vous les brunsli?

Entre les fêtes

J’adore les noix et j’en consomme régulièrement. Mes préférées sont les pacanes, mais j’adore aussi toutes les autres. Je les mange le plus souvent simplement : nature, sans assaisonnement. Par contre pour recevoir, j’aime bien leurs donner un peu plus de personnalité. J’ai déjà testé quelques recettes et mes préférés sont celles avec du blanc d’oeuf. Le blanc d’oeuf crée une petite enveloppe croquante autour des noix. Alors qu’avec les recettes où l’on ajoute de l’huile, les noix deviennent grasses : je trouve ça désagréable au toucher, les noix perdent plus vite leurs croquants, alors pourquoi ajouter de l’huile?

Pour un petit truc à grignoter pendant l’apéro ou comme petit cadeau gourmand, les noix assaisonnées sont parfaites. En prime, elles sont rapides à préparer et elles se conservent pendant plusieurs semaines. Alors pourquoi ne pas les adopter en cette période des fêtes? La recette que je vous présente est tirée du magazine Ricardo volume 10, numéro 8.

Noix épicées
Noix épicées
Pour 2 pots de 250 ml

1 blanc d’oeuf
1 cuillère à soupe de moutarde de Dijon
1 cuillère à soupe de paprika
1 cuillère à thé de moutarde sèche
1 cuillère à thé de sucre
½ cuillère à thé de sel
¼ de cuillère à thé de cumin moulu
¼ de cuillère à thé de piment de Cayenne
2 tasses ou 400 g de noix non salées au choix (pacanes, amandes, noix de cajou, etc.)

Préchauffer le four 180°C (350°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Dans un bol, fouetter le blanc d’oeuf jusqu’à ce qu’il soit mousseux. Ajouter les moutardes, le paprika, le sucre, le sel, le cumin et le piment de Cayenne. Incorporer les noix et bien mélanger pour les enrober de la préparation de blanc d’oeuf.

Verser les noix sur une plaque de cuisson et les étaler sur une seule couche. Enfourner pendant 6 minutes. Remuer les noix et poursuivre la cuisson pendant 7 minutes. Laisser refroidir sur la plaque. Conserver dans un pot qui ferme hermétiquement. Déguster avec plaisir.

Et vous, comment aimez-vous déguster les noix?

Avalanche de biscuits!

Il faut vous attendre dans les prochaines semaines à une avalanche de biscuits! Mes paniers gourmands sont bouclés et je suis plutôt contente de ma sélection. Comme à chaque année, il y a une recette un peu plus expérimentale et qui ne va pas nécessairement plaire à tout. En prime pour la plupart de mes dégustations, j’étais un peu biaisée puisque mon odorat était au abonné absent… et oui, un rhume!

Cette année, j’avais envie de glisser du citron confit dans mes biscuits. Au départ, je pensais réaliser des milanais avec cet ingrédient, mais ces biscuits étaient présents dans mes paniers de l’an passé. C’est dans Le carnet rouge de Josée Di Stasio que j’ai trouvé mon bonheur par hasard. Quand j’ai vu ses biscottis très gingembre, j’ai immédiatement imaginé y intégrer du citron confit. J’ai adoré ces biscottis, mais le piquant du gingembre peut en surprendre plusieurs et ne pas convenir à tous. À vous d’essayer pour juger.

Biscottis très gingembre et au citron confit
Biscottis très gingembre et au citron confit
Pour 24 biscuits

½ tasse ou 110 g de beurre non salé, tempéré
¾ de tasse ou 150 g de cassonade ou de sucre roux
2 oeufs
¾ de tasse ou 130 g d’amandes entières
2½ tasses ou 350 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
2 cuillères à thé de gingembre moulu
3 à 4 cuillères à soupe de gingembre frais taillé très finement
  en aiguillettes
⅔ de tasse ou 180 g de citron confit*
1 blanc d’oeuf
Sucre blanc ou demerara (facultatif)

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin et y répartir les amandes. Enfourner et cuire pendant 8 minutes. Laisser totalement refroidir les amandes. Hacher grossièrement. Déposer les amandes dans un bol. Ajouter la farine, la poudre à pâte et le gingembre moulu.

Préchauffer de nouveau le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, à l’aide d’un batteur électrique ou d’un robot sur socle, fouetter le beurre avec la cassonade environ 2 minutes. Incorporer les oeufs un à la fois en mélangeant bien entre chaque ajout. À l’aide d’une spatule ou d’une cuillère en bois, ajouter la préparation de farine. Incorporer le gingembre frais ainsi que le citron confit. Avec les mains enfarinées, terminer de rassembler la pâte. Ajouter un peu de farine au besoin.

Diviser la pâte en deux et façonner deux boudins d’environ 6 cm (2½ pouce) de diamètre. Déposer les rouleaux de pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et les aplatir légèrement. Si désiré, badigeonner la surface de blanc d’oeuf et saupoudrer de sucre.

Enfourner et cuire pendant 25 à 30 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit légèrement dorée. Sortir du four et laisser tempérer pendant 10 à 15 minutes.

Baisser la température du four à 150°C (300°F).

À l’aide d’un couteau dentelé, couper les biscuits en tranches d’environ 1,5 cm (½ pouce) d’épaisseur. Déposer les biscottis sur une plaque de cuisson et enfourner pendant 10 à 15 minutes. Retourner les biscottis et poursuivre la cuisson pendant 10 à 15 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient secs. À la sortie du four, laisser refroidir les biscottis sur une grille à pâtisserie. Déguster avec gourmandise.

*Pour une version très très gingembre, vous pouvez remplacer le citron confit par du gingembre confit haché finement.

Et vous, aimez-vous l’association du citron et du gingembre?

Petits cadeaux ou desserts préparés à l’avance

Voilà que je vous propose un classique des fêtes au Québec (ou du moins dans ma famille) : le gâteau aux fruits confits! Ma mère prépare toujours des gâteaux aux fruits blancs (je n’en ai jamais vu ailleurs qu’à la maison), alors pour changer, j’ai voulu essayer une version plus traditionnelle avec la mie ambrée. De plus pour complexifier la tâche, j’ai préparé mes propres écorces de citrons et d’oranges confites! Je ne vous dis pas le goût tellement c’est gourmand. Maintenant, il faut que j’essaie la recette de ma maman avec des fruits confits maison.

La recette de gâteau aux fruits confits que je vous propose est tirée du magazine Ricardo volume 12, numéro 1. Les gâteaux aux fruits confits se préparent habituellement un mois à l’avance et peuvent se conserver quelques mois. Ils sont facile à transporter et à offrir. Même si vos gâteaux n’ont pas patienté pendant 1 mois, ils seront également délicieux pour le soir du réveillon.

Gâteau aux fruits confits traditionnel
Gâteau aux fruits confits traditionnel
Pour 12 personnes

1 tasse ou 270 g de fruits confits mélangés coupés en dés
½ tasse ou 105 g de cerises confites entières
½ tasse ou 120 g de dattes dénoyautées et coupées en deux*
½ tasse ou 85 g de raisins secs**
½ tasse ou 90 g de canneberges séchées
½ tasse ou 72 g de pacanes ou noix de pécan
½ tasse ou 87 g d’amandes entières
¾ de tasse ou 105 g de farine
¼ de cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de cuillère à thé de sel
¼ de cuillère à thé de cannelle moulue
¼ de cuillère à thé de muscade moulue
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
2 oeufs
2 cuillères à soupe de cognac ou de Grand Marnier***
  (faculatif)

Dans un bol, mélanger les fruits confits, les cerises confites, les dattes, les raisins, les canneberges, les pacanes et les amandes. Réserver.

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Beurrer 3 moules à pain d’environ 15 cm par 7,5 cm (6 par 3 pouces) ou 12 moules ronds de 6,5 cm (2½ pouces) de diamètre. Chemiser le fond des moules de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger la farine, le bicarbonate de soude, le sel, la cannelle et la muscade.

Dans un autre bol, à l’aide d’un batteur électrique, fouetter le beurre et la cassonade. Ajouter les oeufs un à un en mélangeant bien entre chaque ajout jusqu’à ce que le mélange soit lisse. À l’aide d’une spatule, incorporer la préparation de farine.

Incorporer le mélange de fruits et de noix à la pâte. Répartir dans les moules et cuire pendant 35 à 45 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre des gâteaux en ressorte propre. Laisser tiédir. Démouler et laisser totalement refroidir.

Badigeonner les gâteaux avec le cognac. Répéter l’opération 2 fois par semaine pendant 1 mois. Conserver les gâteaux bien emballés au frais. Trancher et servir. Déguster avec gourmandises.

*J’ai utilisé des dattes Medjool. Libre à vous d’utiliser d’autres dattes.
**Pour les raisins comme pour les autres ingrédients, s’il y en a un qui vous plaît moins, vous pouvez le remplacer par des noix ou des fruits séchés de votre choix.
***Je ne badigeonne jamais mes gâteaux avec de l’alcool et il se conserve très bien.

Et vous, aimez-vous les gâteaux aux fruits confits?

Orange et noir?

Dire que dans une semaine, ce sera l’Halloween. Comme les années précédentes, il ne faut pas compter sur moi pour vous proposer des recettes effrayantes ou dans les tons orangés et noirs. J’ai déjà une citrouille à découper mercredi prochain et des décorations à réaliser qui ne sont qu’à l’état de projet… Est-ce que je garde sérieusement toutes ces tâches pour cette journée? Aucune idée, la seule chose qui a été planifié est l’approvisionnement en bonbons! Les enfants qui sonneront à la maison ne devraient pas repartir le sac vide.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de petits gâteaux au caramel et aux amandes. J’ai déniché cette recette dans le livre Puissance 10 de Christophe Adam.

Petits gâteaux caramel amandes
Petits gâteaux caramel amandes
Pour 10 petits gâteaux

¾ de tasse ou 185 g de crème à 35 % ou entière
¾ de tasse ou 155 g de sucre
⅓ de tasse ou 70 g de beurre non salé, tempéré
¼ de tasse ou 50 g de cassonade
1 cuillère à soupe ou 25 g de sirop de maïs ou de glucose*
¼ de tasse ou 40 g de poudre d’amande
1 oeuf
½ tasse ou 75 g de farine
¾ de cuillère à thé ou 3 g de poudre à pâte ou
  de levure chimique
½ tasse ou 100 g d’amandes hachées**
1 pincée de sel

Préchauffer le four à 170°C (340°F).

Dans une casserole, verser la crème et porter à ébullition. Quand la crème bout, retirer du feu et réserver.

Dans une grande casserole, saupoudrer le sucre et cuire jusqu’à ce qu’il prenne une couleur ambrée. Déglacer avec la crème et laisser bouillir pour que tout le sucre soit dissous. Laisser refroidir le caramel.

Dans un bol, mélanger le beurre avec la cassonade, le sirop de maïs et la poudre d’amandes. Incorporer l’oeuf, puis la farine, la poudre à pâte et le sel. Mélanger pour que la pâte soit homogène. Ajouter le caramel refroidi à la pâte.

Beurrer un moule à muffin ou à petits gâteaux rectangulaires. Verser la pâte à mi-hauteur des moules. Saupoudrer d’amandes hachée. Enfourner et cuire pendant 15 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre d’un gâteau en ressorte propre. Déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez toujours remplacer le sirop de maïs ou le glucose par du miel.
**J’ai haché mes amandes assez grossièrement, libre à vous de les hacher plus finement.

Et vous, est-ce que vous êtes prêt pour l’Halloween?