Mot-clé : ail

À l’aube des petits pois…

Le jardin est semé, il ne reste plus qu’à faire preuve de patience. Pour l’instant, les plants de petits pois poussent gentiment. Je me demande si les haricots vont pousser et j’ai quelques pommes de terre germées qui pourraient prendre place en terre. Le basilic manque un peu de tonus malgré le soleil et il faut que je trouve un plant d’origan. Après, je verrais ce que donnera ce jardin et ce qui sera perfectible pour les prochaines années.

En espérant que je songe à profiter de toutes mes nouvelles fines herbes, je vous propose une recette où elles peuvent prendre place : des asperges rôties. J’ai pris cette recette dans l’un des récents livres de Ricardo : Plus de légumes.

Asperges blanches rôties aux herbes
Asperges blanches rôties aux herbes
Pour 2 personnes

225 g d’asperges blanches (environ 10 à 12 asperges)*
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
½ de cuillère à thé de romarin séché**
½ de cuillère à thé de thym séché
1 gousse d’ail
½ cuillère à soupe de jus de citron
¼ de tasse ou 62 g de bouillon de poulet
Sel et poivre

Éplucher la tige des asperges en commençant à 2 ou 3 cm (1 po) plus bas que la tête (la pointe) de l’asperge. Couper la base de l’asperge. La base de l’asperge doit se couper facilement sans que le couteau ne rencontre de résistance. Hacher finement l’ail.

Dans une grande poêle, chauffer l’huile d’olive. Quand le corps gras est chaud, ajouter les asperges et les faire dorer avec le romarin, le thym et l’ail. Retirer les asperges de la poêle et les réserver dans une assiette. Déglacer la poêle avec le jus de citron.

Ajouter le bouillon et poursuivre la cuisson pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que le bouillon soit évaporé au trois quarts. Remettre les asperges dans la poêle et les enrober de sauce. Saler et poivrer.

Si désiré, ajouter du fromage parmesan ou des herbes fraîches sur les asperges et servir. Déguster avec plaisir.

*Personnellement, j’ai précuit mes asperges pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante.
**Si vous le voulez, vous pouvez utiliser une ou deux branches d’herbe

Et vous, votre jardin est-il en pousse?

Plus de brochettes?

Étonnamment, je me laisse facilement tenter par les brochettes marinés des épiceries : les assaisonnements sont variés, le goût est bon et je n’ai pas à anticiper la macération de la viande. Pourtant, c’est simple à faire et j’ai une multitude de marinade à expérimenter. Cet été ou quand le soleil nous réchauffera un peu plus, ce sera le bon moment d’en mettre plus souvent au menu et de tester la cuisson sur le barbecue.

Je vous propose donc des brochettes de boeuf. J’ai pris cette recette sur le site de Recettes du Québec.

Brochettes de boeuf classique
Brochettes de boeuf classique
Pour 4 personnes

400 g de cubes de boeuf à brochettes
½ tasse ou 105 g d’huile végétale
⅓ de tasse ou 83 g de vinaigre*
¼ de tasse ou 60 g d’eau
3½ cuillères à soupe de sucre
1 cuillère à soupe de bouillon de boeuf en poudre
1 cuillère à soupe de poudre d’ail
1 cuillère à soupe de paprika
1 cuillère à soupe de moutarde sèche
4 tranches de bacon ou de lard à griller (facultatif)

Dans une casserole, verser l’eau et porter à ébullition. Ajouter le sucre, le bouillon de boeuf, la poudre d’ail, le paprika et la moutarde sèche. Mélanger jusqu’à ce que le sucre soit dissous, puis retirer du feu. Verser l’huile et le vinaigre. Au besoin, laisser refroidir. Quand la marinade est à température ambiante, la verser dans un bol ou une boîte, puis ajouter les cubes de boeuf. Couvrir et réfrigérer pendant 4 à 6 heures.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Rincer sous l’eau froide les piques à brochette en bois pour éviter qu’ils brûlent durant la cuisson. Enfiler les morceaux de boeuf marinés sur les piques à brochette. Enfiler à chaque extrémité de la brochette une demi-tranche de bacon. Déposer les brochettes sur une plaque de cuisson légèrement huilée. Enfourner et cuire pendant 10 minutes en les retournant à mi-cuisson. Servir sans attendre et déguster avec plaisir.

*Utilisez le vinaigre que vous avez sous la main : blanc, de vin rouge, de cidre, etc. Moi, j’ai utilisé un vinaigre à la pulpe d’abricot qui a apporté une petite touche à la recette.

Et vous, préparez-vous souvent des brochettes?

Combien de temps ça prend…

Je discutais avec une amie des repas du soir. Elle et son copain ont des emplois assez prenant, alors de retour à la maison, ils ne sont pas nécessairement motivés à cuisiner. C’est d’autant plus vrai quand ils ont été faire du sport avant manger : un menu simple est souvent de mise. On a parlé un peu des techniques pour préparer les repas à l’avance : dans tous les cas, il faut planifier. Honnêtement, c’est quelque chose qui m’intéresse, mais que je n’ai jamais expérimenté. J’ai beaucoup de mal à planifier mes repas de la semaine. Je me suis procurée un livre de style « batch cooking » sachant que j’allais le donner par la suite : le résultat est clair, les recettes ne nous correspondent pas même si j’avais passé beaucoup de temps pour le choisir. Il faut que je commence et un jour, peut-être que ça deviendra une routine de planifier… D’un autre côté, le simple fait de lister des recettes végétariennes, ça m’aiderait bien pour les repas du dimanche soir et ça serait un début!

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette de sauté de canard. Depuis que j’ai découvert la technique de mi-cuire la viande, je trouve les sautés à la viande rouge beaucoup plus gourmands. J’ai pris cette recette sur le site de La Cuisine de Bernard.

Sauté de canard au caramel et au poivre
Sauté de canard au caramel et au poivre
Pour 3 personnes

Canard
350 g de poitrines de canard*
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
2 cuillères à soupe d’huile végétale

Sauce
⅓ de tasse ou 70 g de sucre
⅔ de tase ou 170 g d’eau
1 cuillère à thé de fleur d’ail ou 1 gousse d’ail finement hachée
1 cuillère à thé de gingembre frais râpée
½ cuillère à thé de sauce de poisson
2 cuillères à thé de sauce soya
2 cuillères à thé sauce aux huîtres
1 cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
Sel et poivre

Dans une petite casserole, verser le sucre en une couche fine. Chauffer la casserole pour faire fondre le sucre. Quand le sucre à une couleur dorée-ambrée, ajouter l’eau. Baisser le feu et laisser mijoter jusqu’à ce que le tout soit redevenu liquide. Ajouter la fleur d’ail, le gingembre, la sauce de poisson, la sauce soya et la sauce aux huîtres. Laisser mijoter pendant 3 à 4 minutes. Poivrer généreusement. Retirer du feu et réserver.

Trancher en lamelles les poitrines, après avoir retirer la peau. Enrober la viande de fécule de maïs. Saler et poivrer.

Dans une poêle, verser l’huile et la chauffer à feu vif. Quand le corps gras est bien chaud, faire revenir le canard rapidement. La viande doit être mi-cuite.

Dans un bol, délayer la fécule de maïs dans un peu d’eau. L’ajouter ce mélange à la sauce. Verser la sauce sur la viande et poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Servir sans attendre avec du riz. Déguster avec plaisir.

*Si vous le désirez, vous pouvez réaliser la même recette avec du boeuf.

Et vous, planifiez-vous vos repas de la semaine, avez-vous des astuces?

Il faudra choisir…

Depuis déjà quelques années, je souhaite remplacer mon « blender ». Celui que j’ai n’est pas très puissant et a une contenance un peu limitée. Cependant comme ce n’est pas un outil que j’utilise très fréquemment, je repoussais le problème. Ce soir, il a décidé de rendre l’âme, donc je vais devoir lui trouver un remplaçant. Il y a quelques années, j’aurais pris un Kitchenaid sans hésitation. Malheureusement, la marque m’a extrêmement déçue avec le robot muni d’une lame en « s » ayant deux contenants : si j’utilise le petit contenant, je salis également le grand et je ne vais pas vous le cacher, ce robot est une horreur à nettoyer! Après, j’aimerais bien un super robot, sauf que je n’ai jamais vu de Vitamix en magasin ni le Breville qui me fait rêver. Bref, je crois que je vais devoir explorer ce qu’il y a sur le marché…

Je vous propose donc une recette qui ne demande pas de « blender » : une épaule de porc braisé. J’ai pris cette recette dans le dernier livre de Cuisine futé : Famille futée 4.

Braisé de porc au miel et à la moutarde
Braisé de porc au miel et à la moutarde
Pour 6 personnes

750 g d’épaule de porc
1 cuillère à soupe de moutarde de Dijon
1 cuillère à soupe de miel
½ cuillère à soupe de farine
½ cuillère à soupe d’ail haché
¼ de cuillère à thé de romarin séché*
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet
Sel et poivre

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Déposer l’épaule de porc dans une cocotte ou un plat de cuisson allant au four.

Dans un bol, mélanger la moutarde, le miel, la farine, l’ail et le romarin. Poivrer généreusement et ajouter une pincée de sel. Ajouter le bouillon de poulet. Verser ce mélange sur l’épaule de porc. Couvrir le plat de cuisson d’un papier d’aluminium.

Enfourner et cuire pendant 1 heure. Retirer le papier d’aluminium, arroser la viande avec le jus de cuisson et poursuivre la cuisson pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que la viande se défasse facilement**. Si désiré, effilocher la viande et la mélanger au jus de cuisson avant de servir. Déguster avec plaisir.

*J’ai omis le romarin et le résultat est fort intéressant.
**Selon la partie de l’épaule de porc que vous avez, elle s’effilochera plus ou moins facilement…

Et vous, avez-vous de la facilité à remplacer vos appareils de cuisine?

Pour ceux qu’on aime seulement…

Pour le repas d’anniversaire de mon chéri, j’avais besoin d’un plat qui se prépare d’avance puisque je savais que je discuterais avec mes parents avant que les invités arrivent. En réfléchissant, j’ai eu envie d’une lasagne. Il faut dire que je souhaitais essayer une version avec des étages contenant que des légumes et une sauce tomate avec des boulettes. Le résultat m’a bien plus. Cependant, c’est vraiment une lasagne à préparer pour les gens que vous aimez beaucoup, voire plus : rouler les boulettes de la sauce demande un peu de patience… ou d’aide!

Pour cette recette, je me suis simplement inspirée de la lasagne de la famille de Marina Orsini qui est sur le site de Ricardo.

Lasagne aux boulettes
Lasagne aux boulettes
Pour 10 à 12 personnes*

Sauce tomate aux boulettes
4 tasses ou 1 litres de sauce tomate**
5 cuillères à soupe de pâte de tomate
¼ de tasse ou 62 g d’eau
1 feuilles de laurier
Basilic séché, au goût***
400 g de boeuf haché
400 g de chair à saucisses****
1 oeuf
3 cuillères à soupe de chapelure
1 oignon
⅓ de tasse ou 83 g de vin rouge
¼ de tasse ou 62 g de lait
1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Béchamel
3 tasses ou 750 g de lait
6 cuillères à soupe ou 82 g de beurre
6 cuillères à soupe ou 52 g de farine
Muscade moulue au goût
1 gousse d’ail

Autres
3 aubergines
5 courgettes
6 cuillères à soupe d’huile d’olive.
Mélange d’herbes italiennes, au goût
Pâtes à lasagne précuites en quantité suffisante
Fromage (mozzarella, parmesan, etc.) au goût

Sel et poivre

Sauce tomate aux boulettes
Dans un bol, mélanger la chair à saucisse, l’oeuf et la chapelure. Façonner des minis boulettes d’environ 1,5 cm (⅝ de pouce). Réserver.

Hacher finement l’oignon.

Dans une grande casserole, chauffer l’huile d’olive. Ajouter l’oignon et le faire revenir jusqu’à ce qu’il soit tendre. Ajouter la viande, le vin rouge et le lait. Défaire la viande et laisser mijoter jusqu’à ce qu’il n’y ait presque plus de liquide. Saler et poivrer. Verser la sauce tomate, la pâte de tomate et l’eau. Porter à ébullition, ajouter la feuille de laurier, le basilic séché et les boulettes. Laisser mijoter à feu doux pendant 1 heure. Saler et poivrer au goût.

Béchamel
Hacher finement la gousse d’ail et la déposer dans le lait.

Dans une casserole, faire fondre le beurre. Quand le beurre est fondu, ajouter la farine et poursuivre la cuisson pendant au moins 1 minute. Verser le lait et l’ail. Cuire en brassant régulièrement jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Assaisonner avec la muscade, saler et poivrer. Réserver.

Autres et montage
Couper les aubergines***** et les courgettes en dés d’environ 1 cm (⅜ de pouce) de côté.

Dans une poêle, verser la moitié de l’huile d’olive et la faire chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter les aubergines. Brasser et arroser les aubergines avec le restant d’huile. Cuire pendant 20 minutes en brassant régulièrement jusqu’à ce que les aubergines soient tendres. Ajouter de l’huile au besoin. Saler, poivrer et assaisonner avec les herbes italiennes. Égoutter les aubergines en laissant l’huile dans la poêle. Déposer les aubergines dans un bol et réserver.

Dans la même poêle, faire revenir les courgettes pendant 15 minutes ou jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Saler, poivrer et assaisonner avec les herbes italiennes. Égoutter au besoin et mélanger avec les aubergines.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un plat de cuisson rectangulaire et assez profond, assembler la lasagne. Étaler une fine couche de sauce tomate au fond du plat, couvrir de pâtes à lasagne. Verser un tiers de la sauce tomate, puis un tiers de la sauce béchamel. Couvrir de pâtes à lasagne et répartir la moitié des légumes cuits. Couvrir de pâte à lasagne, verser à nouveau la sauce tomate, la sauce béchamel, couvrir de pâte, remettre des légumes, une nouvelle couche de pâte. Verser presque le dernier tiers de sauce tomate et de béchamel. Couvrir de pâte, étaler une mince couche de sauce tomate et de béchamel. Couvrir de fromage******. Enfourner et cuire pendant 1 heure ou jusqu’à ce que la lasagne soit chaude et le fromage bien fondu.

Sortir du four, attendre 5 minutes avant de servir. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez diviser la recette pour réaliser une version moins gargantuesque.
**Vous pouvez n’utiliser que de la sauce tomate (lisse ou rustique) ou faire une mélange de sauce tomate et de tomates concassées en boîte.
***Du basilic frais pourrait aussi être intéressant, mais il faudrait l’ajouter juste avant d’assembler la lasagne.
****J’aime les saucisses piquantes pour ce genre de préparation.
*****Moi, j’ai épluché mes aubergines, mais cette étape est facultative.
******Si désiré, vous pouvez ajouter du fromage à chaque couche de béchamel. Comme j’avais des gens qui ne mangent pas de fromage, je n’en ai pas mis. J’ai concassé les restants de pâtes et je les ai répartis sur la surface de la lasagne avant d’enfourner.

Et vous, quelle est la particularité de votre lasagne?