Mois : janvier 2019

Juste, juste!

Nous sommes fin janvier et j’arrive tout juste à vous proposer une recette de galette des rois! Je crois que depuis 2 ou 3 ans, j’en réalise une chaque année… et chaque année, c’est une catastrophe! Je m’y mets toujours à la dernière minute et c’est une recette qui demande un peu de patience. Chaque fois, la garniture se sauve de la pâte, mais pas cette année : j’ai pris mon temps! L’autre truc, c’est d’utiliser de la pâte feuilletée du commerce. Oui, je préfère dans la mesure de possible la préparer moi-même, mais j’en ai rarement qui m’attende prête à l’usage dans mon congélateur. La pâte feuilletée, ce n’est pas si difficile, mais lorsque vous avez beurré votre plan de travail en la préparant, que les aléas de la vie font qu’elle séjourne plus longtemps que prévue au réfrigérateur et que lorsque vous vous en souvenez, vous n’avez pas nécessairement du temps pour préparer une galette des rois, le tout finit souvent en catastrophe culinaire. Bref, achetez de la pâte feuilletée peut être une bonne alternative dans ce cas.

Pour ma galette des rois, j’ai voulu tenter une avec une vrai frangipane. Je ne sais pas pourquoi, pour ma galette, je n’ai pas suivi une recette précise, j’ai juste utilisé la crème pâtissière de Ricardo issue de son magazine volume 11, numéro 3 et la crème d’amandes de Pascale Weeks tirée de son livre Le dessert était presque parfait.

Galettes des rois à la frangipane
Galettes des rois à la frangipane
Pour 6 à 8 personnes

Crème pâtissière
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
1½ cuillère à soupe de farine
½ cuillère à soupe ou 17 g de fécule de maïs ou de maïzena
1 oeuf
1 tasse ou 250 g de lait
¼ de cuillère à thé de vanille*

Crème d’amandes
⅓ de tasse ou 70 g de beurre non salé**, tempéré
2 cuillères à soupe ou 30 g de crème 35 % ou entière
½ tasse ou 100 g de sucre
½ tasse ou 80 g de poudre d’amandes
2½ cuillères à soupe ou 20 g de fécule de maïs
  ou de maïzena
2 oeufs (environ 100 g)
1 pincée de sel

Galette
2 pâtes feuilletées abaissées***
1 jaune d’oeuf

Crème pâtissière
Dans une casserole, porter à ébullition le lait. Dès que le lait bout, le retirer du feu.

Dans un bol, mélanger le sucre, la farine et la fécule. Ajouter l’oeuf. Toujours en fouettant, incorporer le lait. Remettre le mélange dans la casserole et chauffer à feu moyen. Porter à ébullition et laisser mijoter pendant une minute. Pendant la cuisson remuer régulièrement le mélange. Retirer du feu et ajouter la vanille. Verser dans un bol, couvrir d’une pellicule plastique directement apposer sur la crème et réfrigérer au moins 3 heures.

Crème d’amandes
Dans un bol, mélanger à l’aide d’une spatule ou d’une cuillère en bois le beurre avec le sucre et le sel jusqu’à ce que le tout ait une texture bien crémeuse. Incorporer la crème, puis la poudre d’amandes et ensuite, la fécule de maïs. Ajouter les oeufs pour terminer. Au besoin, réserver au réfrigérateur jusqu’au moment d’utiliser.

Galette
Pour obtenir la crème frangipane, ajouter la moitié de la crème pâtissière à la crème d’amandes. Utiliser le restant de crème pâtissière dans une autre recette****. Verser la crème frangipane dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse. Réserver au frais.

Sur une feuille de papier parchemin, déposer un des pâtes feuilletées. Pocher la crème frangipane en laissant tout le tour une bordure d’au moins 2,5 cm (1 pouce) sans garniture. S’il reste plus de pâte tout le tour, retirer l’excédent en laissant environ 3,5 cm (1 ½ pouce). Si désiré, ajouter la fève et des garnitures (chocolat haché, dés de pommes, brisures de marrons confits, fruits confits, etc.) sur la crème frangipane.

Humidifier légèrement avec de l’eau la pâte sans garniture. Déposer la seconde abaisse de pâte feuilletée sur la première. Appuyer autour de la frangipane pour chasser l’air et pour bien sceller la garniture. Découper la pâte au besoin. Glisser la galette sur une petite plaque de cuisson ou sur un autre support bien plat et réfrigérer au moins 2 heures.

Sortir la galette du réfrigérateur et la couvrir d’une autre feuille de papier parchemin. Déposer un plat ou une plaque de cuisson et retourner la galette. Badigeonner la galette avec le jaune d’oeuf. Si désiré, tracer à l’aide d’un couteau des motifs sur la galette. Piquer la galettes à 3 endroits. Remettre la galette au réfrigérateur pendant au moins 20 minutes.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Enfourner la galette bien froide et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce que la galette soit bien dorée. Laisser tiédir et déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez parfumer la crème pâtissière avec des épices de votre choix. Dans ce cas, ajouter les épices au lait avant de le faire chauffer.
**Si vous utilisez du beurre demi-sel, omettez le sel dans la recette.
***Par expérience, il vaut mieux avoir trop de pâte feuilletée que pas assez.
****S’il vous reste de la crème pâtissière et de la pâte feuilletée et que vous ne savez pas quoi en faire : découper la pâte feuilletée en carrés et pocher un peu de crème pâtissière. Enfourner à 200°C (400°F) et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée.

La galette était bien réussie… mais je me suis rendu compte que la galette ne fait pas partie de mes desserts préférés! Et vous, aimez-vous les galettes des rois?

Vague de sucre

Autant hier, je n’avais nullement envie de préparer le dîner, autant j’aurais passé la journée à cuisiner du sucré! Entre la plaque de beurre supplémentaire qui trône dans le réfrigérateur, l’orange sur le comptoir qui ne sera pas dégustée telle quelle, la pâte feuilletée qui séjourne au frais, les fraises qui dorment au congélateur et toutes ces recettes qui fourmillent dans mon esprit, il y avait de quoi faire. J’ai quand même su rester raisonnable en préparant que deux tartes…

Habituellement le dimanche, je vous propose plutôt quelque chose de salé, mais aujourd’hui pour rester dans le même état d’esprit qu’hier, j’ai envie de vous présenter une recette de scones. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 9, numéro 1.

Scones aux pacanes et à la cannelle
Scones aux pacanes et à la cannelle
Pour 16 scones

Scones
¾ de tasse ou 187 g de lait
2 cuillères à thé de vinaigre blanc ou de cidre
2 tasses ou 280 g de farine
¾ de tasse ou g de pacanes ou de noix de pécan
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de cuillère à thé de sel
½ cuillère à thé de cannelle*
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, froid

Dorure
2 cuillères à soupe de crème 35 % ou de lait
1 cuillère à soupe de sucre

Scones
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Verser les pacanes sur la plaque de cuisson et les torréfier au four pendant 8 minutes. Laisser totalement refroidir les pacanes et les hacher. Réserver.

Préchauffer le four à 200°C (400°F). Réutiliser, si possible, la plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Dans un petit bol, mélanger le lait avec le vinaigre et laisser reposer 5 à 10 minutes.

Dans un grand bol, mélanger la farine, les pacanes, la cassonade, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude, le sel et la cannelle. Couper le beurre en fines tranches et l’ajouter aux ingrédients secs. À l’aide des doigts, incorporer grossièrement le beurre aux ingrédients secs. Verser le lait vinaigré et mélange juste assez pour humecter la farine.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte avec les doigts sur une épaisseur de 2,5 cm (1 pouce). À l’aide d’un couteau ou d’un emporte-pièce rond, découper la pâte. Déposer les scones sur la plaque de cuisson.


Dorure
Badigeonner les scones de crème et saupoudrer de sucre. Enfourner et cuire pendant 18 minutes ou jusqu’à ce que les scones soient légèrement dorés. Laisser refroidir sur une grille à pâtisserie. Déguster avec gourmandise et si possible avec de la double crème ainsi que de la confiture.

*Vous pouvez remplacer la moitié de la cannelle par de la muscade moulue.

Et vous, y a-t-il des jours où vous ne vous arrêteriez pas de cuisiner?

En résumé

Voilà, nous arrivons au bout des gourmandises qui se trouvaient dans mes paniers gourmands. Je crois que 2018 aura été une très belle fournée. Pour résumer, il y avait du sel aux bolets, des noix épicées, des craquelins style raincoast, des petits gâteaux aux fruits confits, des biscuits pain d’épices, des biscuits au beurre, des biscuits Garibaldi, des brunsli, des biscottis très gingembre avec une pointe de citron confit, de la confiture de citrouille, de la gelée de pommes que je prépare presque tous les ans et pour finir, une confiture aux poires et châtaigne.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours un coup de coeur pour les confiture contenant de la poire. Celle-ci est particulièrement savoureuse : on a envie de la consommer à la petite cuillère comme une compote. Bref, une belle découverte que j’ai fait chez Carine de Chic, Chic, Chocolat.

Confiture aux poires, châtaigne et fève tonka
Confiture aux poires, châtaigne et fève tonka
Pour environ 4 de pots 200 ml

1¾ tasse ou 300 g de poires épluchées, épépinées et
  coupées en dés
1¾ tasse ou 350 g de sucre
1 tasse moins 2 cuillères à thé ou 250 g de purée de
  châtaigne*
½ fève tonka** (facultatif)
½ citron pour le jus***

À l’aide d’un pied-mélangeur ou d’un blender, mixer les poires avec le sucre et le jus de citron. Verser le mélange dans une casserole et ajouter la purée de châtaigne. Porter le tout à ébullition. Laisser mijoter à feu doux pendant environ 15 minutes.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides****, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne la consistance désirée. Plus cette confiture cuit, plus la consistance sera épaisse.

Quand la confiture à la consistance voulue, râper la fève tonka au-dessus de la confiture et mélanger.

Mettre dans des pots stérilisés*****, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster avec gourmandise.

*Le purée de châtaigne n’est pas sucrée. Si comme moi, vous avez de la difficulté à en trouver, il suffit de la préparer. J’ai cuit des châtaignes surgelées dans de l’eau légèrement salée. Quand l’eau bout, comptez 15 à 18 minutes ou jusqu’à ce que les châtaignes soient tendres. Égoutter les châtaignes en conservant au moins 1 tasse ou 250 g d’eau de cuisson. Mixer les châtaignes à l’aide d’un robot muni d’une lame en « s », d’un pied-mélangeur ou autre. Ajoutez de l’eau de cuisson au besoin pour facilité le mixage et pour obtenir une purée bien lisse. Conserver au réfrigérateur pendant 2 ou 3 jours ou congeler.
**Vous pouvez diminuer la quantité de fève tonka ou la remplacer par d’autres épices (vanille, cannelle, cardamome, gingembre, etc.).
***Vous n’êtes pas obligé de mettre du jus de citron dans cette recette, mais personnellement, je préfère en mettre dans mes confitures.
****En lisant, vous ne comprendrez peut-être pas l’aspect que doit avoir la confiture, mais en exécutant le test, vous identifierez facilement quand la confiture aura des « rides » et sera prête.
*****Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Et vous, quelle recette vous interpelle le plus dans celles que je vous ai proposées?

Reprendre le chemin des habitudes…

Avant les fêtes, j’avais préparé plusieurs articles en avance… chose que je fais assez rarement, alors ça me fait tout drôle de de reprendre le rythme de mes articles. Pour mes paniers gourmands de 2018, il me reste une recette à vous présenter, mais je vais attendre mercredi. Aujourd’hui, j’ai plutôt envie d’opter pour une recette simple.

Je pensais vous proposer une recette de marinade, mais je viens de me rendre compte qu’une très similaire est déjà sur mon blog. Alors plutôt que de me répéter, je vais vous présenter une recette à la mijoteuse. Cette recette est extraite du livre Mijoteuse, les meilleures recettes au monde de Caty Bérubé.

Filet de porc moutarde et miel à la mijoteuse
Filet de porc moutarde et miel à la mijoteuse
Pour 4 personnes

1 filet de porc d’environ 450 g
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
⅓ de tasse ou 83 g de bouillon de poulet
3 échalotes
¼ de tasse ou g de miel
2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
1 cuillère à soupe de sauce Worcestershire
2 gousses d’ail
½ cuillère à thé de thym séché
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
Sel et poivre

Hacher les échalotes et l’ail.

Dans une poêle, verser l’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, saisir le filet de porc pendant de 4 à 5 minutes de chaque côté. Saler et poivrer la viande. Retirer du feu et laisser tiédir.

Dans un bol, mélanger le bouillon de poulet avec les échalotes, le miel, la moutarde, la sauce Worcestershire, l’ail et le thym. Ajouter le filet de porc et laisser mariner si désiré*.

Verser le tout dans le mijoteuse et cuire à basse température pendant 4 heures.

Délayer la fécule de maïs dans un peu d’eau et verser dans la mijoteuse. Couvrir et poursuivre la cuisson pendant 15 minutes. Trancher le filet de porc et servir. Déguster avec plaisir.

*À cette étape, verser le tout dans un grand sac refermable, retirer le plus d’air possible et congeler. La veille, laissez décongeler la préparation au réfrigérateur et verser le tout dans la mijoteuse pour poursuivre la recette.

À mercredi!

Biscuits classiques

Pour continuer dans la saga des biscuits, il y a une recette que je n’avais jamais tenté en 10 ans : les biscuits au beurre! Classique dans plusieurs foyers, je n’avais pas songé à les intégrer dans mes paniers gourmands. Je cherche souvent des choses plus originales, inhabituelles. Pourtant, des biscuits maisons qu’ils soient simples ou non seront toujours des plus gourmands. De plus, le beurre donne tellement un bon goût aux aliments qu’il est normal de lui rendre hommage.

Il existe des tonnes de recettes de biscuits au beurre. Moi, j’ai opté pour la recette de Cooking Classy.

Biscuits au beurre
Biscuits au beurre
Pour 30 biscuits

1 tasse ou 220 g de beurre non salé, tempéré
⅔ de tasse ou g de sucre
¼ de cuillère à thé de sel
2 jaunes d’oeufs*
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
2 tasse ou 280 g de farine
2 cuillères à thé de lait ou plus si nécessaire

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, crémer le beurre avec le sucre et le sel. Incorporer les jaunes d’oeufs et l’extrait de vanille. Ajouter la farine et mélanger jusqu’à ce que la texture soit friable. Verser le lait et mélanger pour obtenir une pâte homogène. Remplir une poche à pâtisserie muni d’une douille cannelé d’environ 1 cm (⅜ de pouce). Dresser des biscuits ronds sur des plaques de cuisson recouverte ou non de papier parchemin.

Enfourner et cuire pendant 12 à 15 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient dorés. Laisser tiédir 5 minutes sur la plaque de cuisson avant de déplacer les biscuits sur une grille à pâtisserie. Laisser totalement refroidir les biscuits. Déguster avec gourmandise.

*Je le précise rarement, mais en cuisine, on utilise plutôt des oeufs de calibre dit « gros », environ 63 g à 70 g. Si vos oeufs sont très petits (par exemple, 45 g), le jaune le sera également et il vous faudra plus de 2 jaunes d’oeufs dans ce cas.

Et vous, avez-vous une recette de biscuits au beurre?