Mois : mai 2017

Des fraises et autres…

Depuis quelques semaines, je profite des fraises de mes beaux-parents. J’ai quelques recettes avec ce fruit à vous proposer, mais avant je souhaite vous proposer une recette qui pourra accompagner tous vos fruits préférés de la saison estivale : une mousse au chocolat blanc!

À l’origine, je cherchais une recette de mousse très simple à réaliser et qui pouvait accompagner du chocolat noir. En réfléchissant, je me dis que cette mousse est une véritable recette passe-partout et peut vous permettre plein de fantaisies. J’ai pris cette recette dans l’Encyclopédie du chocolat.

Mousse au chocolat blanc à la vanille
Mousse au chocolat blanc à la vanille
Pour 6 personnes

150 g (5¼ onces) de chocolat blanc
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de crème à fouetter
  ou entière
¾ de cuillère à thé de gélatine en poudre ou 1 feuille
  de gélatine (2 g)
1 gousse de vanille*

Si la gélatine est en poudre, la réhydrater dans 1 cuillère à soupe de crème (15 g) prélevée sur la quantité initiale de crème de la préparation. Si la gélatine est en feuille, la réhydrater dans un bol rempli d’eau froide.

Dans un bol, fouetter ½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 133 g de crème pour obtenir une texture souple et mousseuse (une crème fouettée un peu molle). Réserver au réfrigérateur.

Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Quand le chocolat est totalement fondu le retirer du bain-marie.

Dans un petit chaudron, verser le restant de crème. Couper la gousse de vanille en deux, gratter les grains et ajouter les grains à la crème. Porter la crème à ébullition. Quand la crème est bien chaude, ajouter la gélatine. Bien essorer la gélatine avant de l’ajouter si elle est en feuille. Retirer la crème du feu.

Verser en trois fois sur le chocolat fondu en mélangeant bien entre chaque ajout.

Incorporer délicatement la crème fouettée à la préparation de chocolat qui a tiédi. Verser la mousse au chocolat dans des verrines et réfrigérer pendant au moins 4 heures avant de déguster**. Garnir de fruits de saison et déguster avec plaisir.

*Il est possible d’omettre la vanille ou de la remplacer par un autre parfum : gingembre, cannelle, cardamome, zestes d’agrumes, etc.
**Il est préférable de déguster cette mousse dans les 2 jours qui suivent sa préparation : après ce temps, elle perd sa texture aérienne et devient plus dense.

Et vous, avez-vous une recette passe-partout pour cuisiner toutes sortes de fruits?

Donner du temps…

Cuisiner, c’est donner du temps à notre famille. Ce n’est pas toujours gratifiant, surtout quand on s’installe à table pour le repas et que Mini-nous refuse de goûter. Après comme plusieurs, le temps que je consacre à la cuisine à grandement diminué au cours des dernières années. Pourtant, décider de prendre plus de temps pour cuisiner n’est pas une mauvaise chose : c’est s’accorder du temps pour soi, sa famille, sa santé, etc. En cuisine, il y a surtout une chose qui demande de s’accorder du temps : le pain! Voilà quelque chose qu’on devrait penser plus souvent à préparer.

Dans cette optique, je vous propose une recette de pain aux noix. Cette recette est tirée du livre 80 pains maison des Éditions Atlas.

Pain aux noix du Béarn
Pain aux noix du Béarn
Pour 2 pains

1½ tasse ou 200 g farine
¾ de tasse ou 100 g de farine de seigle*
⅔ de tasse moins 1 cuillère à soupe ou 150 g d’eau tiède
1 cuillère à thé ou 4 g de levure sèche
1 cuillère à soupe de miel
1 cuillère à thé de sel
2 cuillères à soupe d’huile de noix**
ou 90 g de noix de Grenoble
5 tranches de bacon ou 50 g de lardons cuits (facultatif)

Hacher les noix et le bacon. Réserver.

Dans un bol, délayer la levure dans ¼ de tasse ou 60 g d’eau. Ajouter le miel, puis ¼ de tasse ou 30 g de farine. Couvrir et laisser reposer pendant 30 minutes.

Dans un autre bol, mélanger la farine restant et la farine de seigle. Former un puit au centre des farines et verser la préparation de levure ainsi que l’eau restante. Pétrir la pâte pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit lisse et souple. Incorporer le sel et l’huile de noix. Pétrir la pâte pendant 5 minutes. Ajouter les noix et le bacon. Façonner une boule et déposer dans un bol. Couvrir d’un linge humide et laisser lever pendant 2 heures ou jusqu’à ce que la pâte ait doublée de volume.

Dégazer la pâte en enfonçant à quelques reprises le poing. Diviser la pâte en deux et façonner deux pains ovales. Déposer les pâtons sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Couvrir les pains d’un linge humide et laisser lever pendant 1 heure.

Préchauffer le four à 220°C (430°F). Déposer un plat allant au four rempli d’eau chaude.

Quand le four est chaud, enfourner le pain et cuire pendant 40 minutes. Si les pains se colorent trop, baisser la température à 180°C (350°F). Sortir du four et laisser tiédir. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer la farine de seigle par de la farine complète, de la farine aux céréales, etc.
**Si vous n’avez pas d’huile de noix, utiliser une huile goûteuse : d’olive, de noisettes, de graines de courge, etc.

Et vous, pensez-vous à vous accorder du temps pour cuisiner?

Petite affiche originale…

Le soir, j’aime bien aller marcher et j’emprunte un chemin qui passe dans un vieux quartier où les portes des maisons donnent directement sur la rue. À quelques reprises, j’ai vu un joli chat noir et j’ai pu constater qu’il n’était vraiment pas peureux. Récemment, près de la maison où je croise ce félin, j’ai vu une petite affiche : « ATTENTION : Chat lunatique. Ne pas caresser. ». Ça change du traditionnel « Attention, chien méchant! ». Par contre, le choix du mot « lunatique » me laisse un peu perplexe. Qu’est-ce que le propriétaire sous entend par ce mot : Chat tellement social qu’il risque de vous suivre et se perdre; Chat à double personnalité passe d’affectueux à agressif sans prévenir; Chat méditatif, si vous le sortez de sa transe, gare aux griffures; Chat distrait, après quelques caresses, il risque de prendre votre main pour une souris et vous mordre… Comme on dit que les animaux ressemblent souvent à leur propriétaire, j’imagine que celui-ci est lunatique ou du moins qu’il aime les choses énigmatiques.

Pour aujourd’hui, je vous propose une recette de biscuits soufflés au chocolat. Et oui, encore une recette de biscuits chocolatés! C’est étonnant le nombre de variations qu’on peut imaginer en combinant du chocolat à une pâte à biscuits. J’ai pris cette recette sur le blog Le pétrin de Sandra.

Biscuits soufflés au chocolat
Biscuits soufflés au chocolat
Pour 20 à 30 biscuits

170 g (6 onces) de chocolat noir
2 blancs d’oeuf
¼ de tasse ou 50 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille (facultatif)
¼ à ⅓ de tasse ou 25 à 60 g de noix (noix de Grenoble, pacanes, noisettes, amandes, etc.)

Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser deux plaques de cuisson de papier parchemin.

Hacher les noix plus ou moins finement selon les goûts.

Couper le chocolat noir en petits morceaux et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Quand le chocolat est totalement fondu le retirer du bain-marie.

Dans un bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige ferme. Au départ, fouetter doucement le mélange et augmenter progressivement la vitesse. Ajouter le sucre graduellement après que les blancs aient moussé. Fouetter jusqu’à ce que les blancs forment des pics fermes. Ajouter l’extrait de vanille et mélanger.

Verser le chocolat fondu sur les blancs d’oeufs. À l’aide d’une spatule, mélanger délicatement. Incorporer les noix hachées.

Sur les plaques de cuisson, déposer environ 1½ cuillère à thé de pâte par biscuits en les espaçant bien. Enfourner et cuire une plaque à la fois pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les bords soient fermes, mais que le centre soit encore mou. Laisser tiédir 3 à 5 minutes avant de retirer les biscuits de la plaque de cuisson. Déguster avec gourmandise.

Et vous, connaissez-vous un chat lunatique?

Un petit tour sur le balcon

Pendant la semaine, j’ai préparé le jardin. J’ai vraiment l’impression de le faire tard cette année, d’un autre côté, les températures n’étaient pas des plus clémentes. Heureusement, le soleil revient et les chaudes température s’installent tranquillement. Ce midi, lorsque j’ai vu qu’il n’y avait pas de vent, j’ai saisi l’occasion pour dîner sur le balcon. Il faut bien en profiter : surtout que Mini-nous nous avait déjà demandé à quelques reprises de faire nos repas en plein air!

Aujourd’hui, je vous propose une repas qui me rappelle mon Québec : une poutine! Je trouve que c’est un plat assez difficile à reproduire à la maison : les sauces peuvent avoir des goûts très différents entre un style sauce brune, barbecue, hot chicken, etc. Après, il y a aussi le fromage en grains qui change de goût et un peu de texture selon la fromagerie qui le produit. D’un autre côté, trouver du fromage en grains à l’extérieur du Québec ressemble plutôt à une mission impossible. Cependant, j’ai trouvé un truc simple : il suffit d’utiliser un mélange de mozzarella fraîche et de cheddar. La poutine que je vous propose n’est pas la version classique, mais le goût de la sauce m’a fait penser à celle de la cantine de ma ville natale. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 15, numéro 3.

Poutine sauce barbecue au boeuf
Poutine sauce barbecue au boeuf
Pour 2 personnes

Frites au four
500 g ou 3 tasses de pommes de terre
1 cuillère à soupe d’huile végétale

Sauce
½ oignon
1 gousse d’ail
225 g de boeuf haché
1 cuillère à soupe de beurre
2 cuillères à soupe ou 20 g de farine
½ cuillère à thé de paprika doux
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf
2 cuillères à soupe de ketchup
½ cuillère à soupe de sauce Worcestershire
140 g de fromage en grains*
Sel et poivre

Frites au four
Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Laver les pommes de terre et les couper en quartier d’environ 1,5 cm (½ pouce) d’épaisseur. Déposer les quartiers de pommes de terre sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Verser l’huile et mélanger pour enrober chaque morceau de pommes de terre. Saler et poivrer. Enfourner et cuire pendant 45 minutes ou jusqu’à ce que les pommes de terre soient bien dorées.

Sauce
Pendant que les frites cuisent au four, préparer la sauce. Hacher finement l’oignon et l’ail.

Dans une poêle, faire fondre le beurre. Quand le beurre est chaud, faire revenir l’oignon, l’ail et le boeuf haché. Émietter bien la viande. Cuire le tout environ 10 minutes. Saler et poivrer. Saupoudrer la farine et le paprika. Cuire pendant 1 minute en mélangeant pour que la farine absorbe les corps gras contenu dans la poêle.

Ajouter le bouillon de boeuf, le ketchup et la sauce Worcestershire. Porter à ébullition et laisser mijoter pendant 2 minutes ou jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Rectifier l’assaisonnement au besoin.

Répartir les frites et le fromage dans deux bols. Napper généreusement de sauce et déguster avec plaisir.

*Pour remplacer le fromage en grains en Suisse, j’utilise de la mozzarella fraîche et du fromage cheddar. Je coupe en gros morceaux la mozzarella et je râpe le cheddar (ou je le coupe en petits dés). La combinaison de ces deux fromages se rapproche du goût et de la texture du fromage en grains.

Et vous, avez-vous déjà profité d’un repas à l’extérieur?

Encore un livre… mais pas de cuisine

Pour mon anniversaire, mes parents m’ont envoyé des livres. J’ai bien aimé les deux ouvrages, mais le livre le François Morency, Discussions avec mes parents, m’a royalement conquise. Pour les Européens, François Morency est un humoriste québécois qui est sur la scène culturelle depuis des années et même plus précisément deux décennies. Pour moi, il fait partie de ces humoristes qui ont toujours été médiatisés depuis mon enfance : ceux que je connais de nom, mais dont je connais peu ou pas leurs répertoires humoristiques. Après la lecture de son livre, j’ai juste envie de voir un de ses spectacles! J’ai ri comme rarement en parcourant ces « discussions ». J’ai cependant eu un petit problème avec cet ouvrage : difficile d’interrompt sa lecture, si je ne me serais pas retenue, j’aurais probablement parcouru le livre de bord en bord en une nuit! Bref, pour vos lectures d’été ou comme cadeau à offrir (ou s’offrir), je vous encourage fortement à vous procurer ces Discussions avec mes parents, mon dernier coup de coeur.

Dans un autre registre, je vous propose une recette toute simple : une couronne feuilletée à la cannelle. Cette recette est facile à préparer, contient peu d’ingrédients et se mange sans faim. J’ai pris cette recette sur le blog d’Anne-Sophie, Fashion Cooking.

Couronne feuilletée à la cannelle
Couronne feuilletée à la cannelle
Pour 6 personnes

1 pâte feuilletée d’environ 200-250 g**
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre non salé, fondu
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 80 g de cassonade ou de sucre roux
2 cuillères à soupe de cannelle moulue

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte feuilletée en un carrée d’environ 30 cm (12 pouces) de côté. Déposer la pâte sur une papier parchemin et réserver au réfrigérateur le temps de préparer la garniture.

Dans un bol, mélanger le beurre, la cassonade et la cannelle. Étaler cette garniture sur toute la surface de la pâte feuilletée. Enrouler la pâte sur elle même pour former un boudin. À l’aide des mains, affiner et étirer légèrement le boudin en le faisant rouler sur le plan de travail. Déposer le boudin de pâte sur la feuille de papier parchemin et réfrigérer pendant 20 minutes.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sortir le boudin de pâte au réfrigérateur et le couper en deux dans le sens de la longueur. Déposer la face coupé vers le haut et torsader les deux boudins : faire passer un morceau au-dessus de l’autre sur toute la longueur. Joindre les extrémités pour former une couronne. Pincer les extrémités pour les souder ensemble.

Déposer la couronne sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 25 minutes ou jusqu’à ce que la couronne soit bien dorée. Sortir du four et laisser tiédir**. Déguster avec gourmandise.

*Le poids des pâtes feuilletées varient d’une compagnie à l’autre, voilà pourquoi je vous donne une fourchette de poids. Vous pouvez utiliser une pâte déjà abaissée : pour ce poids la pâte sera probablement abaissée en cercle ce qui ne pose aucun problème pour réaliser la recette.
**Si vous le désirez pour plus de gourmandise, vous pourriez ajouter un glaçage à base de fromage à la crème, de sucre glace et de jus de citron.

Et vous, quel est votre dernier coup de coeur?