Mois : décembre 2016

Sous le signe du croquant

Cette année pour les paniers gourmands, j’ai été un peu excessive… Il y a beaucoup de recettes que je voulais tester et j’ai préparé de grandes quantités. Je crois que c’est la première fois que mes paniers sont autant garnis et que le contenu est aussi similaire. De plus, beaucoup de mes biscuits se sont révélés être croquants. Peut-être ai-je un peu trop poussé la cuisson de certains? Une chose est sûre, ils se conserveront bien pendant plusieurs semaines!

Panier gourmand 2016

Comme première recette de mes paniers gourmands, je vous propose des biscuits aux noisettes. J’ai pris cette recette sur le blog de La cuisine de Bernard. Il est à noter que cette recette se double très bien.

Biscuits aux noisettes
Biscuits aux noisettes
Pour 40 biscuits

¾ de tasse ou 100 g de noisettes entières
¼ de tasse ou 25 g de poudre d’amandes ou de noisettes*
½ tasse moins 2 cuillères à thé ou 90 g de sucre
½ tasse et 1 cuillère à soupe ou 75 g de farine
¾ de cuillère à thé ou 3 g de poudre à pâte ou de
  levure chimique
Un peu moins de ⅓ de tasse ou 75 g de blancs d’oeufs
  (environ 2)
2 cuillères soupe de sucre glace
½ cuillère à soupe de lait

Préchauffer le four à 170°C (340°F)**.

Dans le bol d’un robot muni d’une lame en « s », verser les noisettes et mixer pour obtenir une poudre grossière. Transvider les noisettes mixées dans un bol avec la poudre d’amandes, le sucre, la farine et la poudre à pâte.

Ajouter les blancs d’oeufs et mélanger jusqu’à ce que les ingrédients se lient pour former une pâte. Si la pâte est un peu sèche, ajouter un peu d’eau. Entre deux feuilles de papier parchemin, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 1 cm (⅜ de pouce). Couper la pâte pour obtenir des bâtonnets d’environ 2 cm par 4,5 cm (¾ de pouce par 1 ¾pouce). Rassembler les chutes de pâte et répéter l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Dans un petit bol, mélanger le sucre glace et le lait. Badigeonner le dessus des biscuits avec le mélange de sucre glace. Enfourner et cuire pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient bien dorés. Retirer les biscuits de la plaque de cuisson et laisser tiédir. Déguster avec gourmandise.

*En Suisse, la poudre d’amandes et de noisettes sont généralement de bonne qualité, mais ce n’est pas le cas dans tous les pays. Si vous préférez, vous pouvez la réaliser vous-même à l’aide d’un robot culinaire muni d’une lame en « s ».
**Par mégarde, j’ai mis 180°C (350°F) : cela donne des biscuits plutôt durs. Pensez à vérifier la cuisson des biscuits après 25 minutes.

Et vous, vous arrive-t-il de préparer des biscuits très croquants?

Être devant l’ordi aujourd’hui…

J’ai une drôle d’impression d’être devant l’ordinateur aujourd’hui pour écrire. Je me dis que je devrais être occupée à autre chose, mais en cette matinée de Noël, j’ai du temps et seule le dîner réclamera mon attention. De plus, la faim ne nous tenaillera pas de sitôt suite au réveillon. En cette journée, j’espère que le calme, la paix et la joie sera au rendez-vous dans votre foyer.

Comme recette, je vous propose un ragù réalisé avec un restant de rôti. Parfait pour passer les restants de viandes des fêtes. Vous pourriez même utiliser de la dinde, mais dans ce cas, ajoutez la viande plus tardivement (dans les 30 dernières minutes de cuisson) pour qu’elle garde une texture agréable. Voici donc une de mes improvisations qui a grandement séduit.

Ragù de rôti de porc
Ragù de rôti de porc*
Pour 3 personnes

1 carotte
1 branche de céleri
1 oignon
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à thé d’herbes séchées**
1 feuille de laurier
1 gousse d’ail ou 1 cuillère à thé de fleur d’ail
1½ cuillère à soupe de pâte de tomate
½ tasse ou 125 g de vin blanc
1 petite boîte de tomates entières pelées (400 g ou onces)
1 tasse ou 250 g de bouillon de boeuf
350 g de rôti de porc cuit***
1 tasse ou 250 g de coulis de tomate**** (facultatif)
Sel et poivre

Couper la carotte, le céleri et l’oignon en petits dés. Hacher finement la gousse d’ail.

Dans une casserole, verser l’huile d’olive. Chauffer à feu moyen et ajouter la carotte, le céleri et l’oignon. Cuire à feu moyen pendant 10 à 15 minutes. Saler et poivrer. Ajouter les herbes séchées, la feuille de laurier, l’ail et la pâte de tomate. Poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Déglacer avec le vin blanc et laisser réduire de moitié. Mouiller avec les tomates entières et le bouillon de boeuf.

Couper le rôti de porc en petits morceaux. Ajouter la viande quand la sauce bout. Réduire le feu et laisser mijoter pendant 1 heure.

Après 1 heure de cuisson, vérifier la cuisson. S’il ne reste plus beaucoup de liquide, ajouter de le coulis de tomate. Poursuivre la cuisson pendant 30 minutes ou plus. La sauce doit être épaisse. Saler et poivrer au besoin. Ajouter les pâtes cuites de votre choix dans la sauce, mélanger et servir. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez doubler cette recette sans soucis.
**Choisissez le mélange d’herbes (italien, de provence, etc.) que vous préférez ou mélanger de l’origan et du basilic séchés. Ajouter d’autres épices au goût.
***Vous pouvez réaliser cette recette avec un restant de rôti de boeuf ou de veau.
****Si vous ne voulez pas employer du coulis de tomate, vous le remplacer par de l’eau ou du bouillon de boeuf.

Et vous, avez-vous des recettes pour écouler vos restants de viandes?

On y est presque

Depuis le début de la semaine, je suis bien occupée aux fourneaux. Ce n’est pas déplaisant, mais ça fait beaucoup de chose à penser. Heureusement pour moi, le plus gros de mes préparations sont derrière moi. Encore quelques emballages et je serais tranquille pour bien profiter des fêtes.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de bûche. C’est celle que j’ai réalisé l’année dernière alors que j’étais chez mes parents. J’avoue que je perds mes repères quand je suis dans la cuisine de mes parents et il y a toujours un ou deux trucs que j’aurais aimé avoir sous la main. On finit toujours par se débrouiller. Le résultat est un peu « kitsch », mais je voulais qu’elle ressemble à celles qu’on trouve dans les épiceries du Québec. J’ai pris cette recette sur le site de Ricardo.

Bûche de Noël au chocolat classique
Bûche de Noël au chocolat classique
Pour 12 personnes

Ganache
¾ de tasse ou 180 g de crème 35 % ou entière
180 g (6 onces) de chocolat noir
2 cuillères à soupe de Frangelico* (facultatif)

Gâteau
1 tasse ou 140 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
4 oeufs
1 tasse ou 200 g de sucre
2 cuillères à thé d’extrait de vanille
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre fondu, tempéré
1 pincée de sel

Glaçage
2 tasses ou g de sucre à glacer
¼ de tasse ou 26 g de cacao
1 tasse ou 220 g de beurre non salé, tempéré
1 ou 2 cuillères à soupe d’eau tiède**

Ganache
Hacher le chocolat et le déposer dans un bol.

Verser la crème dans une casserole et porter à ébullition. Quand la crème bout, la retirer du feu et la verser sur le chocolat. Laisser reposer 1 minute avant de mélanger. Ajouter le Frangelico si désiré. Couvrir d’une pellicule plastique directement sur la ganache et réfrigérer pendant 1 heure pour la raffermir un peu.

Gâteau
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un bol, tamiser la farine et la poudre à pâte.

Dans un autre bol, fouetter les oeufs en ajoutant graduellement le sucre. Battre jusqu’à ce que le mélange épaississe et blanchisse, soit environ 5 minutes. À l’aide d’une spatule, incorporer délicatement la préparation de farine, puis le beurre. Verser la pâte sur la plaque de cuisson et égaliser la surface. Enfourner et cuire pendant 12 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre de la pâte ressorte propre.

Quand le gâteau est cuit, sur votre surface de travail, étaler un papier parchemin de la même dimension que le gâteau (ou plus grand) et saupoudrez-y du sucre. Renverser le gâteau sur ce papier et retirer le papier parchemin qui a cuit avec le gâteau. Rouler le gâteau, à partir de sa partie étroite, encore tiède dans le nouveau papier parchemin. Laissez refroidir.

Glaçage
Dans un bol, tamiser le sucre glace et le cacao***

Dans un autre bol, fouetter le beurre et ajouter graduellement le sucre glace. Ajouter l’eau. Réserver.

Montage
Fouetter la ganache pour qu’elle soit plus facile à tartiner.

Dérouler le gâteau et étendre la ganache. Enrouler le gâteau sur lui-même et glacer. Si désiré, couper un morceau de la bûche et le poser sur le dessus pour former un noeud. Terminer la décoration avec le glaçage. Réserver à température ambiante ou au réfrigérateur si la ganache n’est pas assez ferme. Déguster avec plaisir.

*Amaretto, Grand Marnier, crème de menthe… Choisissez l’alcool qui vous fait envie pour parfumer votre ganache.
**Vous pourriez prendre de la crème. Ma mère a toujours fait ses glaçages avec de l’eau : ils se conservent ainsi plusieurs jours à température ambiante.
***Si vous voulez réaliser deux teintes de glaçage, n’ajouter que 1 cuillère de cacao à cette étape. Quand le glaçage est prêt, réserver un petite quantité de glaçage pâle. Dans l’autre partie, ajouter le restant de cacao.

Et vous, êtes-vous prêt pour les fêtes?

Quoi ajouter…

Actuellement, il y a beaucoup de choses qui me trottent dans la tête. Entre autre, cette semaine, je vais préparer la majorité de mes gourmandises qui vont se glisser dans mes paniers gourmands, ainsi qu’un gâteau à faire pour le 24 au soir… Bref, une semaine qui s’annonce sera des plus actives.

En cette semaine des derniers préparatifs de Noël, je vous propose d’aller vous promener un soir pour profiter des illuminations (ok, au Québec, c’est plus intéressant, je l’avoue) et pourquoi ne pas aller dans un quartier ou une ville que vous connaissez peu?

Aujourd’hui, je vous propose une recette de sauté vite fait. Cette recette permet d’utiliser un restant de viande (parfait pour écouler un peu de votre surplus de dinde), mais aussi d’utiliser les légumes qui ont été oublié dans le réfrigérateur. J’ai pris cette recette sur le site de Cuisine futée, parents pressés. Pour les légumes, j’ai pris des petits pois, du céleri et du poireau. Ce mélange peut sembler étrange, mais en bouche, c’était très agréable.

Sauté vite fait
Sauté vite fait
Pour 3 personnes

1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 tasse ou 150 g de légumes à cuisson longue (oignons,
  carottes, céleri…)
1½ tasse ou 225 g de légumes à cuisson rapide (petits pois,
  poivrons, courgettes, bouquets de brocoli, chou…)
1 ou 1½ tasse ou 225 g d’un reste de viande cuite*
¼ de tasse ou 62 g d’eau
1 cuillère à soupe de sauce hoisin
½ cuillère à soupe de sauce soja
½ cuillère à soupe de miel
¾ cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena
Poivre
Sauce sriracha, au goût (facultatif)
Graines de sésame (facultatif)

Couper les légumes en lamelles, en tranches fines ou en julienne selon le légume et votre envie. Trancher la viande cuite.

Dans un bol, mélanger l’eau, la sauce hoisin, la sauce soja, le miel et la fécule de maïs. Réserver.

Dans un wok ou une grande poêle, verser l’huile et la chauffer. Quand l’huile est chaude, ajouter les légumes à longue cuisson. Faire revenir pendant 8 à 10 minutes ou jusqu’à ce qu’ils soient tendres et dorés.

Ajouter les légumes à cuisson rapide, la viande et le mélange contenant la fécule de maïs. Poursuivre la cuisson pendant 3 à 5 minutes ou jusqu’à ce que les légumes aient la texture désirée.

Servir avec du riz ou des nouilles asiatiques. Saupoudrer de graines de sésame si désiré et ajouter de la sauce sriracha au goût. Déguster avec plaisir.

*Si vous n’avez pas de restant de viande, vous pouvez faire griller une poitrine de poulet coupé en petits morceaux. Saler et poivrer la viande.

Et vous, est-ce que votre quartier est illuminé?

Une petite sortie en décembre?

Je ne sais pas où vous en êtes dans vos préparatifs des fêtes, mais de mon côté, je suis plutôt satisfaite. La majorité des cadeaux sont réglés, il me reste qu’une petite chose à aller voir, mais je n’ai pas besoin d’aller très loin. Une grande partie des cadeaux sont emballés : pour moi, il n’y en a jamais assez à emballer, j’adore faire ça! Bref, il me reste à préparer les paniers gourmands et deux desserts pour les fêtes. Alors si vous êtes comme moi et qu’il vous reste un peu de temps libre, pourquoi ne pas planifier une sortie dans un marché de Noël? Si ce genre d’activité ne vous attire pas plus qu’il le faut, vous pouvez également opter pour une petite soirée au cinéma.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de gâteau roulé qui pourrait vous servir pour réaliser une bûche de Noël. J’ai ajouté dans la recette une ganache montée pour la garnir, mais lorsque je l’ai préparé, j’ai employé de pâte à tartiner. Adapter la recette selon vos envie. J’ai pris cette recette dans le livre Le dessert était (presque) parfait de Pascale Weeks.

Gâteau roulé à base de pâte à biscuit cuillère
Gâteau roulé à base de pâte à biscuit cuillère
Pour 12 personnes

Gâteau
4 oeufs
4½ cuillères à soupe ou 30 g de fécule de maïs
3½ cuillères à soupe ou 30 g de farine
⅓ de tasse et 2 cuillères à thé ou 75 g de sucre
2 cuillères à soupe ou 25 g de beurre*, fondu
2 pincée de fleur de sel

Ganache montée**
150 g (5⅓ onces) de chocolat blanc
1 tasse et 3 cuillères à soupe ou 300 g de crème 35 %
  à fouetter ou entière
1½ cuillère à thé ou 10 g de miel
2 oranges pour le zeste***

Ganache montée
La veille, préparer la ganache. Hacher le chocolat blanc et le déposer dans un bol d’un bain-marie. Au bain-marie, faire fondre le chocolat.

Au four micro-onde ou dans un chaudron, faire chauffer les ⅓ de tasse ou les 80 g de crème. Verser la crème chaude en trois fois sur le chocolat en mélangeant bien entre chaque ajout. Quand le mélange est lisse, incorporer la crème froide et les zestes d’orange. Couvrir le bol avec une pellicule plastique. Réfrigérer jusqu’au lendemain.

Gâteau
Préchauffer le four à 170°C (340°F). Tapisser de papier parchemin une plaque de cuisson d’environ 35 cm par 25 cm (14 pouces par 10 pouces).

Séparer les blancs et les jaunes des oeufs.

Dans un bol, tamiser la farine et la fécule de maïs. Ajouter le sel.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige. Au départ, fouetter doucement le mélange et augmenter progressivement la vitesse. Ajouter le sucre graduellement après que les blancs aient moussé. Les blancs sont assez fermes quand vous pouvez incliner votre bol sans que le mélange ne bouge. Ajouter les jaunes d’oeufs et mélanger quelques secondes juste pour bien les incorporer. À l’aide d’une spatule, incorporer délicatement la préparation de farine, puis le beurre fondu.

Verser la pâte sur la plaque de cuisson et lisser la surface. Enfourner et cuire pendant 8 à 12 minutes, ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau ressorte propre. Le gâteau doit être doré et souple.

Quand le gâteau est cuit, sur votre surface de travail, étaler un papier parchemin de la même dimension que le gâteau (ou plus grand) et saupoudrez-y du sucre. Renverser la génoise sur ce papier et retirer le papier parchemin qui a cuit avec le gâteau. Rouler le gâteau encore tiède dans le nouveau papier parchemin. Laissez refroidir.

Montage
Fouetter la ganache comme une crème fouettée. Réserver un quart de la ganache.

Dérouler le gâteau et étendre la ganache. Enrouler le gâteau sur lui-même et glacer avec la ganache réservée. Égaliser les bouts si désiré. Conserver au frais jusqu’au moment de servir. Déguster avec gourmandise.

*La recette suggère d’employer du beurre demi-sel. Libre à vous d’employer du beurre salé ou non salé. Dans le deuxième cas, songez à ajouter une pincée de sel dans la pâte du gâteau.
**Vous pouvez garnir ce gâteau avec du lemon curd, une ganache au chocolat, de la confiture, etc. Adaptez la recette selon votre envie. Moi, je l’ai garni avec de la pâte à tartiner.
***Il est possible de parfumer autrement la ganache : avec du zeste de citron ou de clémentine, de la vanille, un mélange d’épices (cannelle, gingembre et muscade), de l’eau de fleur d’oranger, etc.

Note : Dans la recette, il y a un sirop pour imbiber le gâteau, je l’ai omis. Si vous voulez le faire, il suffit de porter à ébullition 2 cuillères à soupe d’eau (30 g) et 1¼ cuillère à thé de sucre (5g). Quand le sirop bout, il faut le retirer du feu et il est prêt à être employé. Badigeonner la surface du gâteau avant d’étaler la garniture.