Catégorie : Légumes

Piccalilli

Pour mes paniers gourmands, j’essaie d’ajouter de plus en plus des éléments salés. Évidemment, il y aura toujours une majorité sucrée… surtout que j’ai plus de peine à trouver des recettes salées! Cette année, j’ai craqué pour une recette de piccalilli. Ce n’est pas dans mes habitudes de préparer des marinades, mais ça se conserve tellement bien. À la dégustation, j’ai été très surprise d’aimer : en général, je n’aime pas les trucs dans le vinaigre, c’est pour dire à quel point les piccalilli sont bons!

Ce n’est pas vraiment une recette que l’on prépare en hiver. Il vaut mieux les préparer en été ou en automne quand les légumes sont en abondance, alors n’oubliez pas de l’ajouter à vos conserves à faire aux prochaines récoltes! J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 13, numéro 7.

Piccalilli
Piccalilli
Pour 5 pots de 250 ml

2 tasses ou 230 g de chou-fleur coupé en très petits bouquets
284 g d’oignons perlés
1 tasse ou 130 g de cornichons frais ou de concombre
  du jardin
½ tasse ou 100 g de haricots verts*
1 pomme
3 cuillères à soupe de gros sel à marinade**
1 cuillère à soupe de moutarde sèche
1 cuillère à soupe de graines de moutarde
2 cuillères à thé de curcuma moulu
1 cuillère à thé de graines de coriandre
1 cuillère à thé de graines de cumin
2 cuillères à thé de gingembre frais haché finement
1 grosse gousse d’ail, haché finement
1 piment chili frais, épépiné et émincé***
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1¼ tasse ou 310 g de vinaigre de cidre
1 tasse ou 250 g d’eau
3 cuillères à soupe de sucre

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, ajouter les oignons perlés et les laisser dans l’eau bouillante pendant 1 à 2 minutes. Retirer les oignons de l’eau et les plonger dans un bol remplit d’eau froide. Égoutter les oignons et les peler.

Couper les haricots verts en tronçons de 5 mm (¼ de pouce). Couper le concombre et la pomme en petits dés.

Dans un bol, mélanger le chou-fleur, les oignons, le concombre, les haricots, la pommes et le sel à marinade. Couvrir d’eau et laisser macérer pendant 1 heure à température ambiante. Égoutter.

Dans une casserole, verser l’huile d’olive et chauffer à feu moyen. Faire revenir la moutarde sèche, les graines de moutarde, le curcuma, les graines de coriandre, les graines de cumin, le gingembre, l’ail et le piment.

Dans un bol, mélanger la fécule de maïs dans ¼ de tasse ou 60 g de vinaigre. Verser ce mélange dans la casserole. Poursuivre la cuisson quelques secondes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe. Ajouter les légumes égouttés, le reste de vinaigre, l’eau et le sucre. Porter à ébullition. Laisser mijoter en remuant à quelques reprises pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient tendres.

Répartir le mélange dans des bocaux chauds en les remplissant jusqu’à 1,5 cm (½ pouce) des bords. À l’aide d’un ustensile non métallique (par exemple, une baguette en bois), chasser les bulles d’air. Essuyer les bords des bocaux avec un linge propre. Déposer un couvercle (ou un disque et une bague) sur chaque pot et visser jusqu’au point de résistance, sans forcer.

Déposer les bocaux debout dans une casserole d’eau chaude. Les pots doivent être recouverts d’eau et l’eau doit être au moins 2,5 cm (1 pouce) plus haute que les pots. Couvrir et porter à ébullition à feu élevé. Quand l’eau bout, laisser bouillir les pots pendant 15 minutes. Sortir les pots de l’eau et les déposer sur un ligne. Laisser les pots refroidir pendant 24 heures. Vérifier si les pots se sont scellés. Pour les pots que le traitement à la chaleur n’a pas réussi : placer les pots au réfrigérateur et les consommer rapidement ou retirer les couvercles et recommencer le traitement à la chaleur. Sortir un pot de piccalilli au moment voulu et déguster avec plaisir.

*Je n’ai pas mis de haricots verts puisque j’ai réalisé cette recette à la fin des récoltes et qu’il n’y en avait plus sur les étalages.
**Le sel à marinade est un sel qui ne contient pas d’ajout de fluor ni d’iode.
***J’ai utilisé un petit piment rouge long, un peu plus gros qu’un piment oiseau. J’ai également réduit la quantité : les gens autour de moi n’aime pas plus que temps le piquant et le piment que j’avais était très fort. Ajustez selon vos goûts.

Le truc qui m’a surpris avec cette recette, c’est la réaction de ma belle-mère. Elle s’est exclamée : « Tu as fais des piccalilli ? ». Elle connaissait! Dans le village où j’habite, il en préparait et c’était un peu une unicité de la commune. Je pensais que personne ne connaissait les piccalilli dans la famille…

Avez-vous remarqué?

Habituellement pendant le mois d’août, je vous bassine avec mon repas du 1er août (ou du 31 juillet) jusqu’en début septembre. Cette année, je n’étais pas à la maison pour la fête nationale suisse, alors pas d’avalanche de nouvelles recettes. Pire, comme je viens juste de revenir à la maison et que je prends le décalage horaire en pleine poire, je ne vais pas m’attarder.

Je ne vous propose même pas de recette sucrée comme le voudrait le mercredi. Sans plus attendre, je vous présente une recette de tarte à la carotte. J’ai trouvé cette recette sur le site d’Isadora et Marisa.

Tarte à la carotte
Tarte à la carotte
Pour 2 ou 3 personnes

Pâte à tarte express
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 125 g de farine*
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
2 pincées de sel
1 cuillère à thé d’herbes séchées au choix** (facultatif)
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé d’huile végétale
3 cuillères à soupe et 1 cuillère ou 50 g d’eau chaude

Garniture
3 ou 4 carottes
1 oignon
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
4 cuillères à soupe de crème à cuisson, de demi-crème
  ou de crème de soja
2 à 4 cuillères à soupe de lait ou de boisson végétale
2 oeufs
Graines de courge (facultatif)
Poudre d’oignon au goût
Sel et poivre

Éplucher et râpées les carottes. Hacher finement l’oignon.

Dans une poêle, chauffer l’huile d’olive. Quand le corps gras commence à être chaud, ajouter l’oignon. Quand l’oignon est translucide, ajouter les carottes et poursuivre la cuisson pendant 10 minutes ou jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Saler, poivrer et assaisonner avec la poudre d’oignon. Laisser tiédir.

Pâte à tarte express
Dans une boîte qui ferme hermétiquement, verser la farine, la poudre à pâte, le sel et les herbes séchées. Mélanger brièvement, puis ajouter l’huile et l’eau chaude. Fermer la boîte à l’aide de son couvercle et secouer énergiquement. Ouvrir la boîte et terminer de rassembler la pâte en une boule. Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte et la foncer dans un moule de 23 cm (9 pouces) de diamètre.

Garniture
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, fouetter les oeufs avec la crème et le lait. Saler et poivrer***.

Étaler la moutarde à l’ancienne sur le fond de la pâte à tarte. Répartir les carottes et l’oignon. Verser la préparation d’oeuf. Saupoudrer de graines de courge et enfourner. Cuire pendant 25 à 30 minutes. Laisser tiédir quelques minutes et servir. Déguster avec plaisir.

*Utilisez les farines qui vous font envie : farine blanche, farine d’épeautre, etc.
**Si vous voulez faire une pâte sucrée, remplacez les herbes par du sucre vanillé ou non.
***Il est possible d’ajouter des épices : du curry, de la poudre d’oignon, du cumin, etc.

À dimanche!

À l’aube des petits pois…

Le jardin est semé, il ne reste plus qu’à faire preuve de patience. Pour l’instant, les plants de petits pois poussent gentiment. Je me demande si les haricots vont pousser et j’ai quelques pommes de terre germées qui pourraient prendre place en terre. Le basilic manque un peu de tonus malgré le soleil et il faut que je trouve un plant d’origan. Après, je verrais ce que donnera ce jardin et ce qui sera perfectible pour les prochaines années.

En espérant que je songe à profiter de toutes mes nouvelles fines herbes, je vous propose une recette où elles peuvent prendre place : des asperges rôties. J’ai pris cette recette dans l’un des récents livres de Ricardo : Plus de légumes.

Asperges blanches rôties aux herbes
Asperges blanches rôties aux herbes
Pour 2 personnes

225 g d’asperges blanches (environ 10 à 12 asperges)*
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
½ de cuillère à thé de romarin séché**
½ de cuillère à thé de thym séché
1 gousse d’ail
½ cuillère à soupe de jus de citron
¼ de tasse ou 62 g de bouillon de poulet
Sel et poivre

Éplucher la tige des asperges en commençant à 2 ou 3 cm (1 po) plus bas que la tête (la pointe) de l’asperge. Couper la base de l’asperge. La base de l’asperge doit se couper facilement sans que le couteau ne rencontre de résistance. Hacher finement l’ail.

Dans une grande poêle, chauffer l’huile d’olive. Quand le corps gras est chaud, ajouter les asperges et les faire dorer avec le romarin, le thym et l’ail. Retirer les asperges de la poêle et les réserver dans une assiette. Déglacer la poêle avec le jus de citron.

Ajouter le bouillon et poursuivre la cuisson pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que le bouillon soit évaporé au trois quarts. Remettre les asperges dans la poêle et les enrober de sauce. Saler et poivrer.

Si désiré, ajouter du fromage parmesan ou des herbes fraîches sur les asperges et servir. Déguster avec plaisir.

*Personnellement, j’ai précuit mes asperges pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante.
**Si vous le voulez, vous pouvez utiliser une ou deux branches d’herbe

Et vous, votre jardin est-il en pousse?

Fleurs de l’ombre

Ayant fini de désherber et d’étaler le paillis sur les plates-bandes, j’ai visité quelques pépinières. Je cherche des fleurs pour colorer notre parterre. Il y a un endroit que j’avais laissé libre à l’automne avec l’intention d’y planter un hortensia. Malheureusement pour moi, je dois abandonner cette idée : mes plates-bandes sont au soleil toute la journée et l’hortensia à besoin d’un peu d’ombre. Il n’y a pas beaucoup de plantes qui m’ont interpelé pour le moment… et souvent, celles qui me plaisent aiment l’ombre. J’ai quand même réussi à combler l’espace dans ma plante-bande avec des pivoines! Je sais que les pivoines ne fleurissent pas très longtemps, mais ce choix s’est imposé de lui-même quand j’ai su que cette plante aimait le soleil. Pour la couleur, je les voulais absolument rose pâle comme celle qu’il y a chez mes parents!

Aujourd’hui, j’ai envie de vous proposer des pommes de terre suédoises. Je prépare rarement des pommes de terre, mais ces temps-ci, elles s’imposent de plus en plus à ma table. Pour cette recette, je n’ai pas vraiment de source à vous donner : j’ai regardé plusieurs recettes que j’ai réinterprété à ma façon.

Pommes de terre suédoises (Hasselback)
Pommes de terre suédoises (Hasselback)
Pour 4 personnes

4 à 6 pommes de terre selon leur taille
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de beurre
Herbes séchées au choix*
Sel et poivre

Préchauffer le four à 210°C (410°F).

Nettoyer les pommes de terre et les sécher. Placer une pomme de terre entre deux baguettes en bois pour la couper en fines tranches sans pour autant la trancher complètement. Répéter l’opération avec les autres pommes de terre.

Déposer les pommes de terre dans un plat de cuisson. Arroser les pommes de terre d’huile d’olive. Saler, poivrer et saupoudrer les herbes séchées. Répartir des petits morceaux de beurre sur les pommes de terre.

Enfourner et cuire pendant 30 à 45 minutes ou jusqu’à ce que les pommes de terre soient dorées. Servir et déguster avec plaisir.

*Pour assaisonner les pommes de terre, prenez les épices qui vous font envie : ail haché, thym séché ou frais, mélange d’herbes séchés, persil, poudre d’oignon, paprika, cumin, curry, etc.

J’ai encore du désherbage qui m’attend : beaucoup de bonnettes pointent leurs feuilles et il y a même des trèfles qui s’invitent avec d’autres herbes non identifiées. Une lutte sans fin…

Si c’était aussi facile…

Depuis quelques semaines, j’essaie de proposer un plat végétarien pendant la fin de semaine plutôt qu’une soupe qui ne nous fait plus vraiment envie à cette période de l’année. J’ai beaucoup de mal à planifier ce repas et souvent, je me retrouve le dimanche à me demander ce que je vais cuisiner. Cette semaine, j’avais entendu parlé d’un site avec plein de recettes végétariennes simples et délicieuses. J’étais enchantée de cette recommandation… sauf que le goût des uns n’est pas nécessairement le goût des autres. Hier, j’ai parcouru le site pour trouver une recette qui soit facile et rapide… Il y avait beaucoup de recettes avec des pâtes, mais nous en avons beaucoup manger ces derniers temps. Après, les autres recettes qui m’interpellaient contenaient souvent du beurre d’arachides. Mon chéri n’a rien contre les arachides, il les adore même, mais le beurre d’arachides dans les plats salés, ça ne passe pas vraiment. Bref, j’ai peut-être trouvé deux recettes sur ce site qui correspondent à nos goût… par contre côté sucré, c’est une vraie merveille!

En attendant, je vous propose une recette toute simple, mais qui demande un peu d’anticipation : des pommes de terre confites. J’ai pris cette recette sur le blog de Christelle, Christelle is flabbergasting.

Pommes de terre confites au romarin et au thym
Pommes de terre confites au romarin et au thym
Pour 2 personnes

5 pommes de terres*
3 cuillères à soupe d’huile d’olive
Romarin et thym séchés, au goût**
Sel et poivre

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Laver les pommes de terre et les couper en 2 ou en 4 selon leur taille.Déposer les pommes de terre dans un plat de cuisson allant au four. Verser l’huile d’olive, puis assaisonner avec le romarin, le thym, le sel et le poivre. Bien mélanger.

Enfourner et cuire pendant 1h30. À quelques reprises pendant la cuisson, arroser les pommes de terre avec l’huile assaisonnée. Servir et déguster avec plaisir.

*Choisissez des pommes de terre de petite taille, voire des pommes de terre grelots (dans ce cas, augmentez la quantité de pommes de terre). Vous pouvez également doubler ou tripler la recettes.
**Vous pouvez utiliser d’autres herbes (fraîches ou séchées), d’autres épices et ajouter de l’ail. Ajuster la recette selon vos envies.

Et vous, quelle est votre source d’inspiration pour trouver des recettes végétariennes?