Catégorie : Légumes

Pas pour moi, mais pour les autres…

Aujourd’hui, je vous présente une autre recette que dès que je l’ai vu, je l’ai inscrite à mon menu du 1er août. Cependant, j’avais oublié un détail : je ne supporte pas de manipuler des tomates fraîches! Émonder une tomate et l’épépiner, c’est un des trucs qui me dégoute le plus au monde. Honnêtement, je ne pensais plus avoir ce genre de dégoût puisque je cuisine de plus en plus avec des boîtes de tomates entières. La recette a été un peu pénible à réaliser. Dès que j’avais fini de manipuler les tomates, je ne pouvais pas attendre une seconde pour me laver les mains! Disons que ça étire le temps de la recette.

Je vous propose donc une recette de terrine de tomate, mozzarella et basilic très simple à réaliser et qui ravira les amateurs de tomates. J’ai trouvé cette réinterprétation de la salade de tomate-mozzarella sur le blog de Chocolat à tous les étages.

Terrine de tomate, mozzarella et basilic
Terrine de tomate, mozzarella et basilic*
Pour 10 personnes

7 tomates moyenne
200 g de mozzarella**
Feuilles de basilic au goût
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Couvrir l’intérieur d’un moule à terrine ou d’un petit moule à pain d’une pellicule plastique.

Remplir une grande casserole d’eau et porter à ébullition. Entailler d’une croix le dessous de chaque tomates. Quand l’eau bout, plonger les tomates pendant 30 secondes. Peler les tomates et les couper en quatre. Retirer les graines ainsi que la partie intérieure de chaque quartier de tomate et conserver pour un autre usage***.

Déposer les pétales de tomates sur une plaque à découper et couvrir d’une pellicule plastique. À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, aplanir légèrement les morceaux de tomates. Réserver.

Couper la mozzarella en tranches d’environ 3 mm (⅛ de pouce) d’épaisseur. Laver et ciseler le basilic****.

Dans le moule chemisé de pellicule plastique, déposer une couche de tomate en veillant à ce que la partie la plus esthétique soit vers le bas. Serrer bien les tomates pour qu’il n’y ait aucun trou. À l’aide d’un pinceau, badigeonner légèrement les tomates d’huile d’olive. Saler et poivrer. Recouvrir les tomates avec une couche de mozzarella. Répartir un peu de basilic ciselé. Remettre une couche de tomate, assaisonner, puis mettre une couche de mozzarella et du basilic. Répéter l’opération jusqu’à épuisement des ingrédients et en veillant à terminer par une couche de tomate non assaisonnée. Couvrir d’une pellicule plastique et presser le tout. Déposer un poids (une boîte de conserve par exemple) et réfrigérer pendant au moins 12 heures. Après 6 heures de réfrigération, si possible, égoutter la terrine pour retirer le surplus de liquide et laisser reposer encore 6 heures au réfrigérateur.

Avant de servir, égoutter au besoin la terrine. Retirer la terrine du moule ainsi que les pellicules plastiques. Trancher et déguster avec plaisir.

*Cette recette se double ou s’adapte facilement à la quantité d’ingrédients que vous avez sous la main.
**Préférez une mozzarella de forme rectangulaire pour faciliter la découper.
***Vous pouvez utiliser le coeur de la tomate et le jus pour cuire un riz, pour ajouter dans une sauce tomate ou une soupe, etc.
****Il est possible de laisser les feuilles entières.

Je ne crois pas que je vais refaire cette recette… je demanderais à mon chéri de la refaire au besoin!

Quand même pas mal de Ricardo…

Ayant choisi mon menu du 1er août un peu tardivement, je me suis tournée vers mes sources de confiance. Avec le recul, je me rends compte que j’ai choisi plusieurs recettes de Ricardo. C’est particulièrement vrai pour les salades. Ces éléments sont à chaque fois choisis en dernier : alors comme je n’ai pas d’idée, je vais sur le site de Ricardo cuisine.

Cette année, j’ai fait une salade de pommes de terre et j’en ai même mangé! D’un autre côté, la salade de pommes de terre est la plus facile à apprivoiser quand on n’aime pas ce met. La vinaigrette est délicieuse et pourrait peut-être servir de trempettes pour des crudités. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 12, numéro 8.

Salade de pommes de terre et vinaigrette crémeuse aux herbes
Salade de pommes de terre et vinaigrette crémeuse aux herbes
Pour 4 à 6 personnes

4 tasses ou 1 kilo de pommes de terre grelots
2 tasses ou 70 g d’herbes fraîche (ciboulette, persil,
  basilic, coriandre, etc.)*
2 cuillères à soupe de mayonnaise
2 cuillères à soupe de crème sure ou de demi-crème acidulée
2 cuillères à soupe de pesto
½ lime
Sel et poivre

Dans une grande casserole, déposer les pommes de terre et les herbes. Saler et couvrir d’eau. Porter à ébullition et laisser cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que les pommes de terre soient tendres. Égoutter et jeter les herbes. Rincer brièvement les pommes de terre sous l’eau froide. Laisser tiédir et si désiré, éplucher les pommes de terre.

Dans un bol, mélanger la mayonnaise, la crème sure, le pesto et le zeste de la demi-lime. Saler et poivrer. Réserver la vinaigrette.

Couper les pommes de terre en deux ou en quatre. Ajouter la vinaigrette et bien mélanger. Conserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir et déguster avec plaisir.

*Préférez les herbes tendres. Les herbes à tiges dures comme le romarin, le thym, la sauge, l’estragon parfument beaucoup, utilisez-les avec parcimonie.

Et vous, êtes-vous des adeptes ou non des salades?

Les pommes de terre à la cherche d’une personnalité…

Il était une fois un tubercule qui vivait sous terre. Contrairement à beaucoup de ces congénères il était laissé sous terre. On l’imaginait toxique jusqu’à ce qu’un certain monsieur Parmentier lui donne une bonne réputation. Il prit alors place sur toutes les tables et de toutes les manières imaginables. Parfois, il sautait dans un grand bain d’huile, d’autre fois dans une poêle avec un peu de beurre ou plus sobrement dans une grande casserole d’eau. Il prenait toute les formes : entier, en cube, en bâtonnet, en julienne, râpée, etc. Sa gloire était grande. Cependant, sa descendance voulait aussi laisser sa marque dans l’histoire et se diversifia. Certains se vêtirent d’un manteau rouge, certains colorèrent leur chair de jaune ou de bleu, certains restèrent petits et d’autres voulurent prendre plus de volume. D’autre plus coquins se destinèrent à un type précis de cuisson… Alors que certains humains se réjouissent de cette multiplications de personnalités, d’autres aimeraient tout simplement revenir au temps où une pomme de terre pouvait tout faire.

Aujourd’hui, je vous propose une petite recette avec de pommes de terre rôties. Habituellement, on préfère une pomme de terre farineuse (par exemple, Bintje ou Russet) pour cette recette, mais personne ne vous en voudra de l’essayer avec un autre type. J’ai pris cette recette sur le blog de Pascale, C’est moi qui l’ai fait!

Pommes de terre rôties et fondantes
Pommes de terre rôties et fondantes
Pour 4 personnes*

1 kg de pommes de terre (environ 5 ou 6 pommes de
  terre moyenne)
2 cuillères à soupe ou 25 g de beurre
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
Sel
Épices au choix : romarin, thym, mélange cajun,
  poudre d’oignon, etc. (facultatif)

Préchauffer le four à 210°C (410°F).

Éplucher les pommes de terre, les laver et les couper en deux ou en quatre selon leur taille. Déposer les morceaux de pommes de terre dans une casserole et couvrir d’eau froide. Saler l’eau. Mettre sur le feu et porter à ébullition. Quand l’eau bout, laisser cuire pendant 5 minutes.

Quand il reste deux minutes de cuisson aux pommes de terre, déposer le beurre et l’huile dans un grand plat allant au four. Déposer le plat au four, le beurre doit fondre et mousser.

Égoutter les pommes de terre et les remettre dans la casserole. Couvrir la casserole avec un couvercle et la secouer assez fort.

Sortir le plat contenant les corps gras du four et y verser les pommes de terre. Mélanger pour bien enrober tous les morceaux de pommes de terre d’un peu d’huile et beurre. Saler et saupoudrer un peu d’épices, si désiré.

Enfourner et cuire pendant 25 à 30 minutes. Brasser les pommes de terre à 1 ou 2 reprises pendant la cuisson. Les pommes de terre doivent être dorées et croustillantes. Servir en accompagnement et déguster avec plaisir.

*Diviser ou multiplier la recette selon le nombre de personnes à votre table.

Et vous, aimez-vous la diversification des pommes de terre?

La guerre des légumes…

Alors que j’apprécie de plus en plus les légumes, je fais face à un Mini-nous qui les boude de plus en plus souvent. C’est frustrant pour les parents : « Papa, Maman, je m’excuse d’avoir été aussi difficile plus jeune ». Heureusement pour moi, mon aîné était encore plus difficile que moi! Le pire, c’est quand on présente un légume aimé sous une autre forme et que l’enfant refuse de le manger. Bref, Mini-nous aime bien la soupe, mais un potage ne lui fait pas envie…

Sur cette lancée des légumes, je vous propose une recette de haricots épicés. J’ai trouvé cette recette dans le magazine 3 fois par jour, hiver 2015.

Haricots verts sautés aux épices
Haricots verts sautés aux épices
Pour 2 personnes

2 tasses ou 300 g de haricots verts frais ou surgelés*
1 cuillère à soupe de beurre
½ cuillère à thé de paprika
¼ de cuillère à thé de coriandre moulue**
¼ de cuillère à thé de curcuma
½ cuillère à thé de sriracha ou d’une sauce aux piments
1 cuillère à soupe de jus de citron (facultatif)
1 cuillère à soupe de chapelure
Sel et poivre

Remplir une casserole d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, saler et attendre que l’eau bout à nouveau avant d’ajouter les haricots. Cuire les haricots pendant 3 à 4 minutes. Égoutter et réserver.

Dans une poêle, déposer le beurre et le chauffer. Quand le beurre est fondu, ajouter le paprika, la coriandre, le curcuma, la sriracha et le jus de citron. Ajouter les haricots et les enrober du beurre épicé.

Saler et poivrer les haricots. Saupoudrer la chapelure sur les haricots et servir sans attendre.

*J’avoue que mes mesures sont à titre indicatif : une des rares choses que je mesure à l’oeil!
**Vous pourriez remplacer la coriandre par du cumin moulu.

Et vous, est-ce que les légumes vous causent des problèmes à table?

Presque une soupe

S’il y a bien quelque chose que je n’aime pas manger en été, c’est de la soupe. Pour moi, il faut un fond d’air bien frisquet pour apprécier ce met liquide servi chaud. Pour la version froide, je n’ai pas encore trouvé de recette qui me plaise totalement. Pourtant, j’ai trouvé une recette qui me rappelle curieusement la soupe et que je veux bien manger autant en hiver qu’en été.

Il s’agit d’un pain avec une garniture de légumes. À la cuisson, l’odeur me perturbait jusqu’à ce que je comprenne pourquoi : ça sentait la soupe! Je vous propose donc ce pain escargot aux légumes. J’ai pris cette recette sur le site de Betty Bossi.

Pain en escargot aux légumes
Pain en escargot aux légumes
Pour 10 pains

Pâte à pain
1½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 200 g de farine*
1½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 200 g de farine
  aux céréales ou de blé entière
1 cuillère à soupe de son d’avoine** (facultatif)
1 cuillère à thé de sel
1 cuillère à thé de sucre
½ cuillère à soupe ou 7 g de levure sèche
1 tasse ou 250 g d’eau
1 cuillère à soupe d’huile d’olive

Garniture
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1 petit oignon
1 tasse ou 200 g de carottes râpées
1 tasse ou 150 g de céleri branche ou de céleri-rave râpé
2¼ tasse ou 200 g de poireau
½ tasse ou 125 g de bouillon de légumes ou de poulet
2 cuillères à thé de moutarde de Dijon ou à l’ancienne
1 cuillère à soupe de crème***
1 jaune d’oeuf
Sel et poivre

Pâte à pain
Dans un bol, mélanger les farine, le son d’avoine, le sel, le sucre et la levure. Ajouter l’eau et l’huile. Pétrir jusqu’à ce que la pâte soit lisse et souple. Déposer la pâte dans un bol légèrement huilé et couvrir d’un linge humide. Laisser lever pendant 1 heure ou jusqu’à ce que la pâte ait doublé de volume.

Garniture
Hacher finement l’oignon et couper en fines demi-rondelles le poireau.

Dans une poêle, verser les deux tiers de l’huile et chauffer. Quand l’huile est chaude, ajouter l’oignon et le faire revenir quelques minutes. Ajouter les carottes, le céleri et le poireau, puis poursuivre la cuisson pendant 5 minutes. Mouiller avec le bouillon et laisser cuire doucement pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que le liquide soit totalement évaporé. Saler et poivrer. Laisser totalement refroidir le mélange. Réserver au réfrigérateur.

Façonnage
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte en un rectangle d’environ 25 cm par 30 cm (10 pouces par 12 pouces). Déposer le rectangle de pâte sur une feuille de papier parchemin légèrement fariné pour faciliter les manipulations.

Mélanger la moutarde et la crème. Badigeonner ce mélange sur la pâte. Répartir la préparation de légumes sur l’ensemble de la pâte en laissant une bande de 3 cm (1¼ pouce) sur le côté le plus long. Rouler serré la pâte sur elle même en commençant par le côté opposé à la bande sans garniture. Couper en tranche d’environ 3 cm (1¼ pouce). Déposer les pains sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Mélanger le jaune d’oeuf et l’huile. Badigeonner ce mélange sur les pains et enfourner pendant 40 minutes. Déguster chaud, tiède ou froid avec plaisir.

*Vous pouvez réaliser cette recette en remplaçant les farines par de la farine sans gluten.
**Pour une version « sans », omettez le son d’avoine et ajoutez 1 cuillère à thé de psyllium ou de gomme de guar.
***Il est possible de remplacer la crème par de la crème de soja. Remplacez également le jaune d’oeuf par de la crème végétale pour une version totalement « sans ».

Et vous, aimez-vous la soupe en été?