Catégorie : Volailles

Problème de photos…

Récemment, j’ai fait de très bonnes côtelettes de porc et après avoir en mangé la moitié, je me suis rendu compte que j’avais totalement oublié les photos… Un problème assez courant quand on a un blog. Après, il y a aussi l’inverse, où les photos sont ratées et on hésite à publier la recette. Aujourd’hui, les photos sont un peu un mélange des deux problèmes : je ne pensais pas autant aimer cette recette et j’ai fait les photos après le repas.

Je vous propose donc une recette de magret de canard rôti à la mangue. J’ai pris cette recette sur le site de L’épicerie.

Marget de canard rôti à la mangue
Marget de canard rôti à la mangue
Pour 2 personnes

1 magret de canard d’environ 300 g
½ mangue ou 100 g
2 échalotes
½ tasse ou 125 g de vin blanc
4 cuillères à thé ou 15 g de beurre
Sel et poivre

Préchauffer le four à 165°C (330°F).

Couper la mangue en dés et ciseler les échalotes.

Avec un couteau, quadriller la peau du magret de canard en évitant de toucher la chair. Déposer le magret, côté peau en-dessous, dans une poêle très chaude. Griller la peau pendant 3 minutes. Saler et poivrer la viande. Retourner le magret de canard pour saisir le côté chair pendant 1 à 2 minutes. Déposer le magret sur une plaque de cuisson en déposant le côté peau en dessous. Enfourner pendant 15 minutes. Sortir la viande du four et la laisser reposer pendant 5 minutes.

Préparer la sauce dans la poêle qui a servi à saisir la viande. Retirer le surplus de gras de canard et ajouter les échalotes. Lorsque les échalotes sont translucides, ajouter les dés de mangue. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la mangue commence à dorer. Déglacer avec le vin blanc, puis laisser réduire jusqu’à ce que la sauce soit sirupeuse. Retirer la poêle du feu et ajouter le beurre, une cuillère à thé à la fois, en fouettant continuellement la sauce pour lui donner un côté velouté. Saler et poivrer au besoin.

Trancher le magret de canard et le servir nappé de sauce. Déguster sans attendre avec plaisir.

Mijote, mijotons, mijoteuse!

Depuis longtemps déjà, je cherchais une mijoteuse (ou slowcooker). Sur le marché suisse, ces appareils sont rarissimes, alors j’avais un peu abandonné l’idée. Puis un jour, j’ai vu une offre sur un site de confiance. J’ai hésité un peu, car la contenance n’était que de 3,5 litres. Cependant, le produit était de la marque Crock-pot : une compagnie bien connue outre Atlantique! Alors, j’ai commandé l’appareil et finalement, je suis plutôt satisfaite de cette achat. Bien sûr, j’aurais préféré pouvoir programmer le nombre d’heures de cuisson et que l’appareil tombe ensuite en mode réchaud automatiquement, mais bon, il faut faire avec ce qui est disponible sur le marché.

Le hasard a voulu que j’acquière cet appareil au moment où nous avons débuté les cours de natation avec Mini-nous. Est-ce que j’ai besoin de vous préciser que c’est agréable de revenir à la maison vers 11 h 45 et de ne pas avoir à s’inquiéter de vite préparer le dîner?

La recette que je vous propose est une jambalaya. Cette recette est tirée du livre La mijoteuse #2 de Ricardo. Oui, j’avais le livre avant d’avoir le mijoteuse…

Jambalaya à la mijoteuse
Jambalaya à la mijoteuse
Pour 8 personnes*

450 g de hauts de cuisses ou de poitrines de poulet désossés et sans la peau
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
4 gousses d’ail
1 cuillère à soupe de poudre de chili**
1 cuillère à thé de paprika
¼ de cuillère à thé de paprika fumé
340 g de saucisson à l’ail de type kielbasa ou de cervela
1 boîte de 398 ml ou de 400 g de tomates en dés
2 branches de céleri
1 poivron rouge
2 cuillères à thé de sauce tabasco
450 g de crevettes moyennes crues, décortiquées
3 tasses ou 450 g de riz étuvé cuit***
¼ de tasse ou 10 g de persil plat (facultatif)
Sel et poivre

Couper le saucisson en gros dés. Découper les morceaux de poulet en deux ou trois. Émincer l’oignon, hacher l’ail, tailler le céleri et le poivron en dés.

Dans une poêle, verser l’huile. Quand le corps gras est assez chaud, déposer les morceaux de poulet pour les faire dorer de chaque côté. Saler et poivrer. Ajouter l’oignon, l’ail, la poudre de chili et les paprikas. Poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Transvider le contenu de la poêle dans la mijoteuse.

Ajouter le saucisson, les tomates, le céleri, le poivron et la sauce tabasco. Couvrir la mijoteuse et cuire à basse température pendant 4 heures****.

Régler la mijoteuse sur haute température. Ajouter le riz et les crevettes. Mélanger, remettre le couvercle et poursuivre la cuisson pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les crevettes soient cuites.

Pendant les dernières minutes de cuisson, ciseler le persil. Au moment de servir, ajouter le persil. Saler et poivrer au besoin. Déguster avec plaisir.

*Cette recette est pour une mijoteuse d’une contenance de 5,5 à 6 litres. Si votre mijoteuse est plus petite (comme la mienne), diviser la recette en deux.
**Depuis quelques temps, on trouve deux types de poudre de chili. L’une est composée uniquement de piment broyé et l’autre est un mélange d’épices contenant principalement du piment (on parle aussi d’assaisonnement au chili). Pour la recette, il faut la seconde poudre de chili (ou l’assaisonnement). Si vous ne trouvez pas de poudre de chili de ce type, faites un mélange de poudre de chili, de poudre d’oignon, de poudre d’ail, de cumin et de coriandre moulue.
***Pour obtenir 3 tasses ou 450 g de riz étuvé cuit, il faut faire cuire ¾ de tasse ou 150 g de riz cru.
****Si besoin, à cette étape, vous pouvez laisser le plat sur mode réchaud pendant 8 heures.

Et vous, que pensez-vous des mijoteuses?

Pas goûté une pomme…

Hier avec Mini-nous, j’ai été découvrir une fête de village : la fête de la pomme. Depuis que j’habite en Suisse, je n’ai pas souvenir d’avoir participé à ce genre d’événement. En rejoignant le coeur du village, j’ai été étonnée de voir autant de monde si tôt le matin. J’ai aussi eu l’impression d’aller au marché : j’ai reconnu certains commerçants que je croise lorsque je vais à mon marché. À surveiller Mini-nous qui s’amusait avec une cousine, je n’ai pas pensé une seconde à aller chercher une pomme ou une gourmandise en contenant. Pourtant, une tarte au jus de pomme m’avait intriguée.

Idéalement, je devrais vous présenter une recette contenant de la pomme, mais je vous propose plutôt une recette de boulettes suédoises. J’ai une recette de ce type sur le site, mais cette version avec de la dinde à un goût totalement différent. J’ai pris cette version à la dinde sur le site de Cuisine futée, parents pressés.

Boulettes suédoises à la dinde
Boulettes suédoises à la dinde
Pour 6 personnes

Boulettes
6 tranches de pain de seigle sans la croûte
½ de tasse ou 125 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 60 g de yogourt grec nature
1 oeuf
½ cuillère à thé de piment de la Jamaïque
¼ de cuillère à thé de muscade moulue
450 g de dinde hachée*
1 cuillère à thé d’huile végétale

Sauce
2 cuillères à soupe de fécule de maïs
1½ tasse ou 375 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 60 g de crème à cuisson
Sel et poivre
Aneth frais pour servir** (facultatif)

Boulettes
Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Couper le pain de seigle en petits morceaux. Déposer le pain dans un bol et ajouter le bouillon de poulet. À l’aide d’une fourchette, défaire le pain dans le bouillon. Ajouter le yogourt grec, l’oeuf, le piment de la Jamaïque et la muscade. Poivrer généreusement et ajouter une pincée de sel. Incorporer la dinde hachée et bien mélanger.

Couvrir une plaque de papier d’aluminium et badigeonner la surface avec l’huile végétale. Avec la préparation de viande, façonner des petites boulettes, environ 24, et les déposer sur la plaque de cuisson. Enfourner et cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que les boulettes soient bien dorées.

Sauce
Délayer la fécule de maïs dans le bouillon de poulet et verser dans une poêle. Porter le mélange à ébullition. Ajouter la crème, une pincée de sel et poivrer. Laisser mijoter jusqu’à ce que la sauce épaississe. Déposer les boulettes cuites et les enrober de sauce. Servir sans attendre et saupoudrer d’aneth. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer la dinde hachée par du poulet ou du porc haché.
**Vous pouvez également employer de l’aneth séché, mais le parfum sera moins présent.

L’effet de groupe…

Nous avons un couple d’amis qui sont entrain de déménager. Pour les aider, j’ai été les rejoindre avec d’autres amis pour nettoyer l’appartement qu’ils quittent. Évidemment, la mise en route fut un peu étrange : chacun cherche ce qu’il va faire et doit prendre un peu de temps pour l’organiser. Après les choses ont bien avancé jusqu’au moment de dîner… Le dîner a été tardif et cela a sans doute contribué à prolonger la pause. Intérieurement, je trépignais un peu : quand je fais du ménage, j’ai beaucoup de mal à m’arrêter, alors il me tardait de reprendre. D’un autre côté, je ne voulais pas repartir trop tard pour rejoindre mes deux amours : nous étions deux qui avions plus de 45 minutes de route pour rentrer chez nous. Bref, j’ai dû m’adapter au groupe. Cependant lors de la seconde pause, je me suis proposée pour aller chercher des boissons : je ne pouvais pas rester une minute de plus assise, j’avais besoin de… bouger!

Aujourd’hui, je vous propose une recette toute simple de poulet. J’ai pris cette recette dans le livre Volaille & cie des éditions Marabout.

Émincé de poulet à la crème et aux poireaux
Émincé de poulet à la crème et au poireau
Pour 4 personnes

2 cuillères à soupe de beurre
300 g de poitrines de poulet désossées
1 poireau*
3 cuillères à soupe de persil frais ciselé
⅔ de tasse ou 165 g de vin blanc
⅔ de tasse ou 165 g de crème à cuisson
2 cuillères à thé de moutarde de Dijon
Sel et poivre

Couper les poitrines de poulet en dés. Couper le poireau en fines demi-rondelles.

Dans une poêle, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter les dés de poulet. Saler et poivrer. Cuire le poulet pendant 10 minutes. Ajouter le poireau et prolonger la cuisson de 5 minutes. Déglacer avec le vin et ajouter le persil. Porter à ébullition et laisser réduire de moitié.

Incorporer la crème et la moutarde. Chauffer pendant 1 minute. Saler et poivrer au goût. Servir avec du riz ou dans un vol-au-vent. Déguster avec plaisir.

*Selon la taille des poireaux, il vous en faudra peut-être deux s’ils sont petits.

Et vous, quand vous commencez à nettoyer avez-vous du mal à vous arrêter?

Où est la case?

Ce matin en consultant quelques blogs, j’ai eu droit à quelques fenêtres « pop up »… Vous savez, ces fenêtres qui sont de plus en plus présentes pour vous rappeler d’aimer la page facebook ou de vous inscrire à la lettre de nouvelles du blog par exemple. J’avoue que je trouve de plus en plus agaçant ce genre de sollicitation, d’autant qu’on a doit à ce message qu’on ait ou pas aimé la page facebook. Dans la conception de ces fenêtres, il y a eu un oubli (sans doute volontaire) : la case à cocher pour dire qu’on a compris le message et de ne plus s’afficher!

Aujourd’hui, je vous propose une recette de poulet à l’asiatique. Cette recette m’a interpellée par ces ingrédients : la sauce hoisin et la sauce douce aux piments. J’ai souvent ces ingrédients sous la main, mais j’ai dû mal à vider mes pots. J’ai pris cette recette sur le site de Chef Savvy.

Filets de poulet à l'asiatique sucré-épicé
Filets de poulet à l’asiatique sucré-épicé
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet
¼ de tasse ou 30 g de farine
1 oeuf
1 tasse ou 60 g de panko
¼ de tasse ou 60 g de sauce hoisin
¼ de tasse ou 78 g de sauce douce aux piments*
½ cuillère à thé de poudre d’oignon
1 cuillère à soupe de sauce soja**
1 cuillère à thé de sauce sriracha ou moins
Sel et poivre

Préchauffer le four à 220°C (425°F). Chemiser de papier parchemin une plaque de cuisson.

Dans un bol, verser la farine. Saler et poivrer. Dans un autre bol, fouetter l’oeuf pour lui donner une couleur homogène. Dans un troisième bol, déposer le panko.

Couper les poitrines de poulet en deux dans l’épaisseur, puis en deux dans le sens de la longueur. Enrober chaque morceau de poulet de farine, d’oeuf et de panko. Déposer les filets panés sur la plaque de cuisson chemisé.

Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce que le panko soit doré et que le poulet soit cuit.

Dans un nouveau bol, mélanger la sauce hoisin, la sauce douce aux piments, la poudre d’oignon, la sauce soja et la sauce sriracha.

Quand le poulet est cuit tremper***, les filets dans la sauce et servir sans attendre. Déguster avec plaisir.

*On retrouve aussi ce genre de sauce asiatique sous le nom anglais « Sweet chili sauce ».
**Préférez la sauce soja réduite en sel pour cette recette.
***Vous pouvez badigeonner les filets à l’aide d’un pinceau, mais cela prend un peu plus de temps et la chapelure perd son croustillant. Il est également possible de servir la sauce à côté et de laisser chacun se servir à sa convenance.

Et vous, que pensez-vous des fenêtres « pop up »?