Catégorie : Viandes

Plus vraiment débutante…

Pendant longtemps, je me suis considérée comme une débutante en ski alpin. Nous y sommes rarement allés plus de deux fois par hiver. Cependant cette année, nous avons décidé de profiter de ce magnifique hiver et d’initier plus activement Mini-nous au ski. Le résultat est double : j’ai fait d’énorme progrès et Mini-nous apprécie également cette activité. Bref, je ne sais plus comment qualifier mon niveau en ski, maintenant que j’ai parcouru la majorité des pistes de notre station préférée.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de veau cuit tout doucement. Cette recette est tirée du livre La cuisson basse température de Betty Bossi. Je n’aurai jamais eu l’idée de tester cette recette qui est dans un livre de ma belle-mère si mon beau-frère ne m’avait pas appelé pour me demander par quoi il pouvait remplacer la pâte tandoori qui est de plus en plus difficile à trouver en Suisse.

Rôti de veau tandoori
Rôti de veau tandoori
Pour 4 personnes

500 g de noix pâtissière de veau ou d’épaule de veau*
⅓ de tasse ou 90 g de yogourt nature
2 cuillères à soupe de pâte tandoori**
1 cuillère à soupe d’huile
½ cuillère à thé de sel
Poivre

Dans un bol, mélanger le yogourt et la pâte tandoori. Badigeonner la viande de ce mélange et laisser mariner au réfrigérateur pendant 12 heures.

Préchauffer le four à 80°C (175°F).

Si possible, sortir la viande du réfrigérateur 1 heure avant de la cuire pour la tempérer. Retirer l’excédent de marinade de la viande, puis la saler et la poivrer.

Dans une poêle ou une cocotte allant au four, chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, saisir la viande sur toutes les faces. Attendre la formation d’une croûte sur la viande avant de la retourner. Si désiré, piquer un thermomètre à viande dans la partie la plus épaisse.

Enfourner la viande et cuire pendant 75 minutes ou jusqu’à ce qu’un thermomètre à viande indique 60°C (140°F). Au besoin, il est possible de laisser la viande au chaud pendant 1 heure à 60°C (140°F). Servir coupé en tranches avec éventuellement une sauce de votre choix. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez également prendre une autre pièce de veau pour faire le rôti.
**Si vous n’avez pas de pâte à tandoori, vous pouvez utiliser de la pâte de curry rouge.

Et vous, aimez-vous le ski alpin?

Pourquoi attendre?

En regardant mes dossiers de photos, j’ai vu une recette que j’avais beaucoup aimé cet été. Comme la recette emploie des nectarines et que les fruits ne sont plus disponible avant l’été prochain, je m’étais dit que j’attendrai le retour des beaux jours. Cependant en me remémorant les saveurs, il m’est apparue évident qu’on pouvait replacer les nectarines par de la mangue! Maintenant que j’ai cette idée en tête, je ne vais pas attendre cet été avant de refaire cette recette.

Je vous propose donc une recette de côtelettes de porc et sa sauce aux nectarines. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour. Évidemment, il s’agit d’une recette simple et rapide à préparer.

Côtelettes de porc et sa sauce aux nectarines, au curry et au lait de coco
Côtelettes de porc et sa sauce aux nectarines, au curry
et au lait de coco

Pour 4 personnes

4 côtelettes de porc
1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 cuillère à soupe de beurre
2 nectarines*
1 boîte de lait de coco de 398 ml ou 400 ml
½ cuillère à thé de curry
½ lime pour le jus
Sel et poivre

Saler et poivrer les côtelettes. Couper les nectarines en quartiers.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, cuire la viande pendant 4 à 5 minutes de chaque côté. Réserver au chaud.

Dans la même poêle, ajouter le beurre et les nectarines. Faire revenir pendant 2 minutes. Ajouter le curry et cuire 30 secondes, puis verser le lait de coco et le jus de lime.

Laisser cuire la sauce pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que la texture soit onctueuse. Saler et poivrer au besoin. Servir les côtelettes de porc nappées de sauce. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer les nectarines par de la mangue coupée en lamelles.

Et vous, pensez-vous à utiliser la mangue dans vos plats salés?

Reprendre le chemin des habitudes…

Avant les fêtes, j’avais préparé plusieurs articles en avance… chose que je fais assez rarement, alors ça me fait tout drôle de de reprendre le rythme de mes articles. Pour mes paniers gourmands de 2018, il me reste une recette à vous présenter, mais je vais attendre mercredi. Aujourd’hui, j’ai plutôt envie d’opter pour une recette simple.

Je pensais vous proposer une recette de marinade, mais je viens de me rendre compte qu’une très similaire est déjà sur mon blog. Alors plutôt que de me répéter, je vais vous présenter une recette à la mijoteuse. Cette recette est extraite du livre Mijoteuse, les meilleures recettes au monde de Caty Bérubé.

Filet de porc moutarde et miel à la mijoteuse
Filet de porc moutarde et miel à la mijoteuse
Pour 4 personnes

1 filet de porc d’environ 450 g
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
⅓ de tasse ou 83 g de bouillon de poulet
3 échalotes
¼ de tasse ou g de miel
2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
1 cuillère à soupe de sauce Worcestershire
2 gousses d’ail
½ cuillère à thé de thym séché
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
Sel et poivre

Hacher les échalotes et l’ail.

Dans une poêle, verser l’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, saisir le filet de porc pendant de 4 à 5 minutes de chaque côté. Saler et poivrer la viande. Retirer du feu et laisser tiédir.

Dans un bol, mélanger le bouillon de poulet avec les échalotes, le miel, la moutarde, la sauce Worcestershire, l’ail et le thym. Ajouter le filet de porc et laisser mariner si désiré*.

Verser le tout dans le mijoteuse et cuire à basse température pendant 4 heures.

Délayer la fécule de maïs dans un peu d’eau et verser dans la mijoteuse. Couvrir et poursuivre la cuisson pendant 15 minutes. Trancher le filet de porc et servir. Déguster avec plaisir.

*À cette étape, verser le tout dans un grand sac refermable, retirer le plus d’air possible et congeler. La veille, laissez décongeler la préparation au réfrigérateur et verser le tout dans la mijoteuse pour poursuivre la recette.

À mercredi!

De la neige

Pendant la nuit, une belle couche de neige est venu vêtir le sol et blanchir le paysage. Nous en avons profité pour jouer dans la neige et évidemment, pelleter. Je me demande s’il va rester un peu de blancheur pour Noël. Il faut dire qu’elle fond en général plutôt vite dans la région, mais au final, c’est la nature qui décide et elle n’est pas toujours prévisible.

En attendant les prochaines neiges, je vous propose une recette réconfortante : un pâté à la viande. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 17, numéro 1.

Pâté rustique à la viande
Pâté rustique à la viande
Pour 3 à 4 personnes

Garniture
½ céleri-rave
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
1 oignon
300 g de porc haché
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet
1½ cuillère à soupe ou 12 g de chapelure
2 pincées de cannelle moulue
2 pincées de clou de girofle moulu
2 cuillères à soupe ou 22 g de dattes dénoyautées et coupées
  en dés*

Pâte à tarte
1 tasse ou 140 g de farine
¼ de cuillère à thé de sel
6 cuillères à soupe ou 85 g de beurre non salé, froid
¼ de tasse ou 60 g d’eau glacée
Lait pour badigeonner la pâte

Garniture
Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Éplucher et couper en dés le céleri-rave. Déposer les dés de céleri sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Ajouter 1 cuillère à soupe d’huile d’olive sur le céleri et mélanger. Saler et poivrer. Enfourner et cuire pendant 25 minutes ou jusqu’à ce que le céleri-rave soit tendre.**

Hacher l’oignon. Verser l’huile restante dans une poêle et ajouter l’oignon. Faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit tendre. Ajouter la viande et l’émietter. Cuire jusqu’à ce que la viande commence à dorer. Ajouter le bouillon, la chapelure, la cannelle et le clou de girofle. Poursuivre la cuisson à feu élevé pendant 10 minutes ou jusqu’à ce qu’il ne reste plus de liquide et que la préparation soit assez ferme. Saler et poivrer. Laisser tiédir.

Pâte à tarte
Dans un bol, mélanger la farine et le sel. Incorporer le beurre dans le mélange de farine à l’aide d’un coupe-pâte ou des mains afin d’obtenir une texture granuleuse. Ajouter l’eau glacée graduellement. Mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte presque homogène. Former un disque avec la pâte et l’emballer dans une pellicule plastique. Réfrigérer pendant au moins 30 minutes.

Préchauffer de nouveau le four à 200°C (400°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte en un disque d’environ 25 cm (10 pouces) de diamètre. Déposer la pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Verser la garniture au centre de la pâte et l’étaler jusqu’à 5 cm (2 pouces) des bords. Répartir les dattes, puis le céleri-rave sur la garniture. Replier les bords de la pâte sur la garniture. Badigeonner la pâte de lait, enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit bien dorée. Sortir du four, couper en part et servir. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez omettre les dattes, le résultat sera également très bon.
**Le céleri-rave cuit de cette façon peut aussi servir de légumes d’accompagnement.

Et vous, est-ce que vous pensez que votre Noël sera blanc?

Enfin décembre!

Je me réjouis de commencer ce mois de décembre. J’avoue que j’étais impatiente d’entamer ce mois et de pouvoir parler des fêtes. Je trouve qu’on entend parler de Noël de plus en plus tôt et que l’on oublie le mois de novembre. Novembre n’est pas qu’un mois de plus pour penser aux fêtes, mais aussi une période pour profiter de la fin de l’automne et de l’arrivée de la neige dans certains lieux. C’est pourquoi vous n’entendez pas parler de Noël sur mon blog avant le 1er décembre.

Pourtant, j’espère bien réussir à vous préparer un calendrier de l’Avent, mais ce n’est pas pour cette fois. J’ai quand même pris le temps d’en réaliser un pour Mini-nous en me basant sur cette image. Je suis tombée sous le charme de ces petites montagnes en carton. Par contre, au moment où je l’ai réalisé, impossible de trouver un gabarit et j’ai passé beaucoup plus de temps que je l’espérais pour le concrétiser. Si l’idée vous plaît, je viens de trouver ce gabarit. Pour autant, je ne vous oublie pas et je pense publier un peu plus d’articles que de coutume.

En attendant, je vous propose une recette de poitrine de veau qui est parfaite pour recevoir et découvrir cette pièce de viande. J’ai pris cette recette dans le magazine de Ricardo volume 10, numéro 8.

Roulé de veau braisé
Roulé de veau braisé
Pour 4 à 6 personnes

700 g de flanc ou de poitrine de veau désossé
¼ de cuillère à thé de romarin frais ciselé
¼ de cuillère à thé de thym frais ciselé
¼ de cuillère à thé d’origan frais ciselé*
1 gousse d’ail
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 oignon
½ tasse ou 125 g de vin blanc
½ tasse ou 125 g de bouillon de poulet**
Sel et poivre

Préchauffer le four à 150°C (300°F).

Hacher l’ail et l’oignon. Déposer l’ail dans un bol et y ajouter le romarin, le thym et l’origan.

Sur un plan de travail, déposer la poitrine de porc à plat en plaçant le côté gras en-dessous. Répartir le mélange d’ail et d’herbes. Saler et poivrer. Rouler la poitrine sur elle-même en serrant bien et attacher à l’aide de ficelle de boucher.

Dans une grande casserole allant au four ou une cocotte, verser l’huile et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, dorer le roulé sur tous les côtés. Saler et poivrer. Retirer la viande de la casserole et la réserver sur une assiette.

Dans la même casserole, faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit tendre. Saler et poivrer. Déglacer avec le vin et laisser mijoter pendant 1 minute.

Remettre la viande dans la casserole et ajouter le bouillon de poulet. Couvrir et enfourner pendant 3 heures ou jusqu’à ce que la viande soit très tendre. Au besoin, ajouter un peu d’eau pendant la cuisson. Il devrait toujours y avoir 2,5 cm (1 pouce) de liquide dans le fond de la casserole.

Trancher le roulé et servir avec le jus de cuisson dégraissé. Déguster avec plaisir.

*Personnellement, je préfère utiliser de l’origan séché.
**Vous pouvez remplacer le bouillon par de l’eau tout simplement.

Et vous, avez-vous un calendrier de l’Avent?