Catégorie : Viandes

Un oubli…

Aujourd’hui, je me suis rendu compte que j’avais oublié de vous parler d’une recette de mon buffet du 1er août. Le plus drôle, c’est la recette qui a eu le plus de succès! J’avoue que la première fois que j’ai vue le recette, je trouvais l’idée intéressante, mais je me disais que c’était quand même gras puisqu’il y a de la saucisse et du bacon. Et bien, j’aurais du lire la recette avant de juger : la première cuisson se fait dans l’eau, donc on élimine une partie du gras!

Je vous propose donc la recette de boulettes de chair de saucisse au bacon et à l’érable. Cette recette se trouve dans le magazine 3 fois par jour, printemps 2016.

Boulettes de chair de saucisse au bacon et à l'érable
Boulettes de chair de saucisse au bacon et à l’érable
Pour 30 boulettes

Boulettes
454 g de saucisses douces*
6 tranches de bacon ou 8 tranches de lard à griller**
¼ de tasse ou 85 g de sirop d’érable
⅓ de tasse ou g de chapelure
1 oeuf
Sel et poivre

Cuisson
2 cuillères à soupe de beurre
¼ de tasse ou 85 g de sirop d’érable
Sauce piquante, au goût (facultatif)

Boulettes
Hacher finement le bacon. Déposer le bacon dans un bol et ajouter la chair des saucisses, le sirop d’érable, la chapelure et l’oeuf. Saler, poivrer et bien mélanger. Façonner environ 30 boulettes de 2,5 cm (1 pouce) de diamètre.

Remplir une grande casserole d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, déposer les boulettes et cuire pendant 15 minutes. Égoutter les boulettes et réserver***.

Dans une poêle, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter les boulettes et les cuire pour les colorer de tous les côtés.

Ajouter le sirop d’érable aux boulettes et poursuivre la cuisson jusqu’à ce quelles soient bien laquées. Si désiré, ajouter un peu de sauce piquante. Servir chaud, tiède ou froid. Déguster avec plaisir!

*Choisissez une saucisse peu assaisonnée : de Toulouse, italienne douce, de porc, etc.
**Les tranches de lard à griller sont plus courtes et moins épaisses que les tranches de bacon, alors utilisez plutôt 8 tranches.
***Il est possible de réaliser cette étape à l’avance et de conserver les boulettes au réfrigérateur pendant quelques heures, voire une journée.

Et vous, avez-vous déjà cuisiné ensemble des saucisses et du bacon?

Mon vieux coup de coeur

Quelques mois après que je sois arrivée en Suisse, nous avions été invités pour une pendaison de crémaillère chez une amie de mon chéri. Pour l’occasion, elle avait préparé du roastbeef. Je n’avais jamais mangé de roastbeef froid ni entendu parlé de ma vie. Pour moi, le roastbeef se mangeait chaud, comme le font les anglais, et je n’avais jamais dégusté d’autre roastbeef aussi bon que celui de ma mère (et de ma marraine, elles utilisent la même recette). Le roastbeef froid a été une révélation pour moi, j’ai adoré! Devant cette découverte et ce coup de coeur, je n’ai pas hésité une seule seconde pour demander la recette. Cette amie a eu la gentillesse de me transmettre la recette de sa maman et je lui en suis toujours aussi reconnaissante. Depuis, je la fais régulièrement et en particulier le 1er août. Pourtant, je n’ai jamais partagé cette recette avec vous alors que c’est un succès à chaque fois.

*Roastbeef froid de Madame Constantin
Roastbeef froid de Madame Constantin
Pour 8 personnes

1 kg d’aiguillette de boeuf*
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre salé
Moutarde en poudre** (facultatif)
Sel et poivre

Préchauffer le four à 80°C (175°F).

Dans une poêle ou une casserole allant au four, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, saisir la viande sur toutes les faces pour former une croûte et bien emprisonner les sucs durant le reste de la cuisson. Pendant la cuisson du premier côté, utiliser une cuillère pour prélever le beurre et le verser sur les autres faces de la viande. Quand la viande est bien saisie de tous les côtés, retirer le tout du feu. Sortir la viande de la poêle et la déposer dans une assiette. Assaisonner généreusement de moutarde, de sel et de poivre sur toutes les faces. Remettre la viande dans la poêle et enfourner pendant 2 h 30. Il est possible de vérifier la cuisson avec un thermomètre, la température doit être à 55 °C (131°F) au coeur de la viande.

Retirer la viande de la poêle, la déposer dans un plat et couvrir de papier d’aluminium. Réfrigérer sans attendre. Laisser reposer au moins 12 heures au frais. Trancher finement la viande*** et servir avec une sauce de votre choix : tartare, barbecue ou autres. Déguster avec plaisir!

*Ce ne sont pas tous les bouchers qui utilisent le terme aiguillette de boeuf, alors n’hésitez pas à demander les suggestion de votre boucher pour préparer un roastbeef. Il faut une pièce de boeuf tendre, mais pas besoin de choisir du filet de boeuf : par exemple, la viande pour le steak convient très bien ainsi que l’intérieur de ronde également. Il est possible d’augmenter ou de diminuer la quantité de viande, il suffit d’ajuster le temps de cuisson.
**C’est une épice que j’ai ajouté instinctivement : ma mère en utilise dans sa recette de roastbeef. Il est possible d’utiliser d’autres assaisonnements pour aller chercher d’autres saveurs et varier à chaque fois les plaisirs.
***Je la sers simplement, mais rien ne vous empêche d’ajouter la viande dans une salade, d’en garnir un sandwich, etc.

Pas de poisson

Pour mon buffet du 1er août, j’ai toujours du poisson, mais cette année, je l’ai proposé sous forme de sandwichs. Je n’ai rien fait de particulier. Pour le premier, du thon en boîte mélangé avec de la mayonnaise et du poivre tartiné sur du pain de mie sans croûte et quelques fines rondelles de concombre avant de refermer le sandwich. Pour le second, du saumon frais avec du saumon fumé coupé en cubes mélangé avec un peu de mayonnaise, un peu d’huile d’olive, un zeste de citron, du sel et du poivre. J’ai écrasé un avocat avec du jus de lime, du sel et du poivre que j’ai tartiné finement sur un pain à Piadina (mais un autre pain plat souple aurait été parfait). J’ai réparti mon tartare de saumon et j’ai roulé le pain avant de le couper en rondelles. Bref, rien de très original et des recettes sans mesure, selon le goût.

Pour la viande, j’ai voulu varié ma façon de faire et j’ai employé ma mijoteuse. Il faut dire que la recette de porc kalua m’avait bien fait de l’oeil dans le magazine Ricardo volume 15, numéro 4.

Porc kalua
Porc kalua
Pour 10 personnes

Porc
1,8 kg de rôti d’épaule de porc*
1 cuillère à soupe d’huile de sésame
2 cuillères à soupe de sel rouge d’Hawaï ou de sel rose de l’Himalaya**
2 cuillères à soupe de sauce Worcestershire
1 cuillère à thé de poivre
½ de tasse ou 125 g de bouillon de poulet*** (facultatif)

Sauce
½ tasse ou 125 g de vinaigre de riz ou de cidre
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à soupe de sauce Worcestershire

Porc
Dans un petit bol, mélanger le sel et le poivre.

Déposer le rôti de porc dans la mijoteuse et server l’huile de sésame. Frotter la pièce de viande pour l’enrober d’huile. Répéter la même opération avec la sauce Worcestershire. Saupoudrer sur toutes les faces de la viande le mélange de sel et de poivre.

Porter le bouillon de poulet à ébullition, dès les premiers bouillonnements, le verser dans la mijoteuse. Couvrir la mijoteuse et cuire à basse température pendant 8 heures****. Après la cuisson, il est possible de laisser pendant 8 heures la viande en mode réchaud.

Retirer la viande de la mijoteuse, puis enlever le gras et l’os. Effilocher la viande et la réserver dans un grand plat. Jeter le jus de cuisson restant dans la mijoteuse : il est trop salé pour être utilisé.

Sauce
Dans un petit chaudron, verser le vinaigre de riz, la cassonade et le sauce Worcestershire. Porter à ébullition et laisser mijoter le temps que la cassonade soit totalement dissoute. Arroser la viande avec la sauce. Servir tel quel, dans un sandwich avec les garniture de votre choix, etc. Déguster avec plaisir.

*Vous pouvez utiliser une pièce de viande avec ou sans la couenne et l’os. Vous pouvez également diminuer la quantité de viande, dans ce cas, il faut réduire le sel et le poivre en proportion.
**Il est également possible d’utiliser du sel kasher. Par contre, ne remplacez pas le sel par du sel de table : il faut un sel avec un pouvoir salant moins élevé que le sel de table ordinaire.
***J’ai une petite mijoteuse de 3,5 litres, alors que la recette est fait pour une mijoteuse de 5 à 6 litres. Alors, j’ai diminué la recette en deux. En prime, j’avais une pièce de viande sans couenne et sans os, dont pas très grasse, c’est pourquoi j’ai préféré ajouter un peu de bouillon.
****Il est possible de faire cette recette au four. Cependant, il faudra doubler la quantité de bouillon et surveiller de plus près la cuisson pour qu’il ne manque pas de liquide et ajouter un peu d’eau au besoin. Couper la pièce de viande en deux pour réduire le temps de cuisson et comptez environ 6 à 7 heures de cuisson à 140° (275°F).

Et vous, quels sandwichs faites-vous pour recevoir?

Un petit saut à Londres

À l’occasion d’un anniversaire, nous avions planifié d’aller à Londres avec la belle-famille. C’était mon deuxième passage dans cette grande ville et le résultat est le même : j’adore! Cette fois, il y a eu deux éléments gourmands dont j’ai envie de vous parler.

Pour le premier, il s’agit d’un Tea Time. Le thé, c’est sacré pour les Anglais : nous le savons bien, mais il est facile d’oublier cette activité. Après avoir planifié notre journée, notre choix s’est arrêté chez Bea’s of Bloomsbury dans Marylebone. Je ne vous dis pas la tête de mon entourage! Tout le monde avait pris un « Afternoon Tea Menu » : soit le thé à volonté, 1 gros « cupcake », 4 mignardises, 1 scone avec double crème et confiture de fraises et 4 petits sandwichs salés par personne. Bref, nous ne manquions pas à manger. Si vous souhaitez souper après une telle collation, je vous conseille de partager : une personne prend le menu et la seconde commande simplement un thé. Bref, une expérience à vivre une fois. De plus, ce site est génial pour trouver le Tea Time dans le Royaume-Uni qui vous convient… Et oui, certains endroits ont des codes vestimentaires ou n’acceptent pas les enfants.

Pour le second élément gourmand, il s’agit d’un restaurant. C’est le hasard qui nous a fait entrer dans le Fumo, un restaurant italien. Personnellement, je ne crois pas que je serais rentrée : dans la vitrine sur un lit de glace, il y avait une pieuvre en décoration et j’avoue que ce genre d’élément ne m’inspire pas confiance. Ce restaurant sert ses plats comme des tapas : les plats sont à partager, donc ils n’arrivent pas nécessairement au même moment et il est toujours possible de commander de nouvelles assiettes au cours du repas. Tout était délicieux, je retournerai avec un grand plaisir dans ce restaurant… dommage qu’il n’y en ait pas en Suisse! Au fait, le menu semble minime sur le site, mais en vrai, la carte est beaucoup plus vaste.

Après tout ce « bla bla », je vous propose une recette simple de côtelettes de porc. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 14, numéro 8.

Côtelette de porc au babeurre
Côtelette de porc au babeurre
Pour 4 personnes

⅓ de tasse ou 83 g de babeurre*
1 cuillère à thé de paprika
1 cuillère à thé de poudre d’oignon
1 cuillère à thé de coriandre moulue
½ cuillère à thé de piment de la Jamaïque moulu
½ cuillère à thé de sel
4 côtelettes de porc
1 cuillère à soupe d’huile végétale.

Dans un bol, mélanger le babeurre, le paprika, la poudre d’oignon, la coriandre, le piment de la Jamaïque et le sel. Déposer les côtelettes de porc en s’assurant qu’elles soient bien recouverte par le liquide. Il est possible de déposer les côtelettes dans un grand sac plastique è fermeture hermétique. Laisser mariner pendant 12 heures au réfrigérateur.

Sortir les côtelettes de la marinade et bien les égoutter.

Verser l’huile dans une poêle** et la faire chauffer. Quand le corps gras est assez chaud, déposer les côtelettes dans la poêle. Griller les côtelettes pendant 3 à 5 minutes*** de chaque côté. Déposer dans une assiette, couvrir d’un papier d’aluminium et laisser reposer pendant 4 minutes. Servir et déguster avec plaisir.

*Vous pouvez remplacer le babeurre par la même quantité de lait additionné d’environ 2 cuillères à thé de vinaigre ou de jus de citron.
**Il est également possible de cuire les côtelettes au barbecue ou dans une poêle striée.
***Le temps de cuisson dépendra de l’épaisseur des côtelettes.

Et vous, avez-vous des souvenirs gourmands à Londres à partager?

Retour de l’huile de sésame!

Il y a quelques années, j’avais découvert l’huile de sésame grillé. J’adorais le parfum, mais le goût est assez fort et mon chéri ne l’appréciait pas vraiment. Alors, j’ai pris l’habitude d’éviter cette huile. Récemment, je suis tombée sur une recette qui employait cette huile. En lisant les ingrédients, il me semblait difficile de l’omettre. Et comme la recette m’intriguait vraiment, je l’ai mise au menu. Je m’attendais à ce que mon chéri n’aime pas le repas et bien non, il m’a dit que c’était vraiment bon! Pour vérifier, j’ai refait une autre recette avec de l’huile de sésame grillé et là aussi, aucun problème. Il aura fallu quelques années, mais cette huile est de nouveau la bienvenue dans ma cuisine!

Aujourd’hui, je vous propose une recette de boeuf coréen qui contient évidemment de l’huile de sésame. J’ai pris cette recette sur le site de Cuisine futée, parents pressés.

Boeuf coréen
Boeuf coréen
Pour 4 personnes

400 g de boeuf haché
1 cuillère à thé d’huile végétale*
¼ de tasse ou 50 g de cassonade
1 cuillère à soupe de sauce soja
1 cuillère à soupe d’huile de sésame grillé
1 cuillère à thé de gingembre moulu
1 gousse d’ail
¼ de cuillère à thé de flocons de piment fort**
1 poire Bosc
Graines de sésame (facultatif)

Hacher finement l’ail. Râper la poire avec la pelure. Réserver.

Dans une poêle, verser l’huile végétale et chauffer à feu moyen-vif. Ajouter la viande et faire cuire pendant 5 minutes en prenant soin de l’égrainer. Après ce temps de cuisson, au besoin, égoutter la viande pour retirer le surplus de gras.

Réduire la température du feu à moyen et ajouter la cassonade, la sauce soja, l’huile de sésame, le gingembre moulu, l’ail, les flocons de piment et la poire râpée.

Bien mélanger et poursuivre la cuisson pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la sauce soit complètement évaporée et que le boeuf soit doré et croustillant. Servir le boeuf sur un lit de riz*** et saupoudrer de graines de sésame.

*Vous pourriez omettre l’huile si vous cuisez votre viande dans une poêle anti-adhésive.
**Il est possible de remplacer les flocons de piment par du piment d’Alep, par exemple, ou une pâte de piment de votre choix.
***Vous pourriez servir le boeuf en wrap dans des feuilles de laitue avec un peu de riz.

Et vous, y a-t-il des aliments que vous avez exclus mais qui sont maintenant aimés?