Déclinaison de burger

Un des plats préférés de Mini-nous est le burger. Alors, j’en profite pour essayer toutes sortes de combinaison et également pour écouler les restants! Oui, le burger est un peu devenu un tousqui : j’ai testé avec un restant de poulet, de la fausse viande, de petites boulettes de viandes hachées, du tofu, etc. Par contre, je ne suis pas certaine si j’en avais déjà fait avec du poisson.

J’ai donc profité de notre vendredi poisson pour expérimenter les burgers de poisson. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 10, numéro 5.

Burger de saumon
Burger de saumon
Pour 3 personnes

300 g de saumon sans la peau
2½ cuillères à soupe de chapelure
1 blanc d’oeuf
1 cuillère à thé d’herbes séchées*
1 cuillère à soupe de mayonnaise
1 cuillère à thé de jus de citron
½ cuillère à thé de moutarde sèche
2 cuillères à thé d’huile végétale
3 pains hamburger
Sel et poivre

Couper le saumon en petits dés. Déposer le saumon dans un bol et ajouter la chapelure, le blanc d’oeuf, les herbes séchées, la mayonnaise, le jus de citron et la moutarde sèche. Saler et poivrer. Diviser la préparation en trois. Avec chaque portion, façonner des galettes. Réserver au frais.

Préchauffer le four à 220°C (430°F).

Couper les pains hamburger et, si désiré, beurrer l’intérieur. Quand le four est chaud, enfourner les pains jusqu’à ce que la mie soit dorée, environ 5 minutes.

Verser l’huile dans une poêle et la chauffer. Quand le corps gras est bien chaud, déposer les galettes de saumon et cuire pendant 3 à 4 minutes de chaque côté. Servir dans un pain hamburger et garnir selon votre envie. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer les herbes séchées par 1 cuillère à soupe de persil frais ou de ciboulette ciselée.

J’aime bien garnir mes burgers avec des tranches de concombre, du fromage de chèvre doux et de la sauce sriracha. Et vous, qu’aimez-vous mettre dans vos burgers?

Une bouteille de moins…

Hier, Mini-nous m’a fait une belle frayeur en renversant un meuble qui contenait plusieurs bouteilles de vin. Après avoir vérifié que Mini-nous n’avait aucune blessure et demander de l’aide à ma belle-mère, j’ai été surprise de constater qu’il y avait seulement une bouteille qui avait éclatée. Il y avait tout de même bien assez de morceaux de verre et de vin sur le sol!

Après un moment de nettoyage, rien ne vaut une petite gourmandise. Je vous propose donc une recette de Hotteoks, des crêpes sucrées à la coréenne. J’ai pris cette recette sur le site de Cuisine futée, parents pressées.

Hotteoks, crêpes sucrées à la coréenne
Hotteoks, crêpes sucrées à la coréenne
Pour 12 personnes

1 tasse ou 250 g d’eau tiède
1 cuillère à soupe de sucre
1 cuillère à thé ou 4 g de levure sèche instantanée
2 tasses ou 270 g de farine
1 pincée de sel
½ tasse ou 60 g de noix de Grenoble hachées*
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à soupe de sirop d’érable
1 cuillère à soupe de beurre

Dans un grand bol, mélanger l’eau, le sucre et la levure. Ajouter la farine et le sel. Sur un plan de travail enfariné et avec les mains enfarinées, pétrir la pâte jusqu’à ce qu’elle soit homogène. Former une boule, déposer la pâte dans le bol. Couvrir d’un linge propre et laisser lever pendant 30 minutes à température ambiante.

Pendant que la pâte lève, dans un petit bol, mélanger les noix, la cassonade et le sirop d’érable.

Préchauffer le four à 95°C (200°F).

Enfariner le plan de travail et verser la pâte dessus. Diviser la pâte en 12 portions égales. À l’aide des mains, étirer une portion de pâte en un cercle de 7 cm (3 pouces) et déposer 1 cuillère à soupe de garniture aux noix. Refermer la pâte au-dessus de la garniture pour former un baluchon. Presser la jonction pour aplatir et sceller le baluchon.

Dans une poêle, chauffer 1 cuillère à thé de beurre à feu moyen-doux. À l’aide d’un pinceau, étendre le beurre pour qu’il y en ait sur toute la surface de la poêle. Déposer 4 baluchons, jonction vers le bas, dans la poêle et cuire 2 minutes. Après ce temps, retourner les baluchons et les aplatir pour former des crêpes. Poursuivre la cuisson pendant 2 à 3 minutes ou jusqu’à ce que les crêpes soient dorées. Déposer les crêpes cuites dans un plat allant au four et mettre dans le four. Répéter l’opération deux autres fois pour cuire toutes les crêpes.

Servir chaud et déguster avec gourmandise. Les crêpes se conservent 1 semaine à température ambiante ou 3 mois au congélateur. Réchauffer les crêpes décongelées à 95° (200°F) pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que le centre soit bien chaud.

*Il est possible de remplacer les noix de Grenoble par des pacanes, des amandes, des noisettes, des pistaches, etc. Vous pouvez aussi remplacer la garniture par une de votre création : de la pâte à tartiner, du caramel, des pistoles de chocolat, des petits fruits, du fromage avec de la charcuterie ou des légumes, etc.

Et vous, avez-vous déjà renversé une grande quantité de bouteilles?

Reprise de la course…

En décembre, j’ai dû arrêter la course à cause d’une douleur dans le pied. Après une erreur de diagnostique et quelques examens plus tard, le problème a été identifié. Je pensais déjà aller courir la semaine dernière, mais l’occasion ne s’est pas présenté. Heureusement, ce vendredi, j’étais très motivée et je me suis lancée. Résultat : c’est dur la reprise! Je suis partie trop vite et je n’ai pas réussi à faire la distance que je voulais. Il me manquait 500 mètres, mais au final, je suis contente de moi… par contre, un peu moins des courbatures : « Aïe! ».

Après un peu de sport rien de mieux qu’un bon plat de pâtes. Je vous propose donc une recette de penne avec des boulettes de poulet. Je me suis inspirée d’une recette de Ricardo tirée du volume 6, numéro 5.

Penne aux boulettes de poulet
Penne aux boulettes de poulet
Pour 3 personnes

300 g de poulet haché
1 cuillère à thé d’un mélange d’herbes séchées
¼ de tasse ou 30 g de chapelure
1 oeuf
3 portions ou 210 g de penne
3 tranches fines de pancetta ou de bacon
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
1 courgette
1 oignon
1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet
½ tasse ou 125 g de crème à cuisson ou de demi-crème
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le poulet, les herbes séchées, la chapelure et l’oeuf. Saler et poivrer. Prélever environ 1 cuillère à soupe de viande et façonner en boulette. Répéter l’opération avec toute la viande*. Réserver.

Couper la courgette en petits dés. Hacher finement l’oignon.

Porter une casserole d’eau à ébullition. Quand l’eau bout, saler généreusement et ajouter les penne. Cuire selon les indications du fabriquant.

Entre-temps, déposer les tranches de pancetta dans une poêle et la faire chauffer. Quand les tranches de pancetta sont bien croustillantes, les retirer de la poêle et réserver. Dans la même poêle, ajouter l’huile et faire revenir les boulettes de poulet. Quand les boulettes sont bien doré de tous les côtés, ajouter le bouillon de poulet et la crème. Laisser mijoter doucement jusqu’à ce que les boulettes soient cuites.

Dans une autre poêle**, verser le restant d’huile. Faire revenir l’oignon pendant 3 minutes ou jusqu’à ce qu’il soit translucide. Ajouter la courgette et cuire pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que la courgette soit tendre.

Quand les boulettes sont cuites, ajouter la préparation de courgette dans la sauce. Saler et poivrer au goût. Servir les pâtes nappées de sauce et déposer une tranche de pancetta dans chaque assiette. Déguster avec plaisir.

*Avant de cuire les boulettes, il est possible de les enrober de farine.
**J’ai fait cuire les courgettes et l’oignon dans une autre poêle, mais il est possible de tout cuire dans la même poêle. Il faut cuire les légumes avant les boulettes de poulet.

Et vous, de quand datent vos dernières courbatures?

Réserve de lait de coco…

Pour l’anniversaire de mon chéri, j’ai testé la ganache avec du lait de coco. Je n’ai pas encore trouvé le ratio parfait : il me faut réaliser encore quelques tests, mais je vais y parvenir. Pour l’occasion, j’avais fait une réserve de lait de coco et j’ai un peu surestimé la quantité que j’avais besoin. Surtout que je n’ai pas totalement recouvert le gâteau de ganache contrairement à mon habitude. Bref, j’ai plein de petites briques de lait de coco à écouler!

Pour écouler un peu ma réserve, j’ai pensé à ce pouding au citron. Quand je le referais, j’ai bien envie d’y glisser quelques framboises ou des bleuets (myrtilles) : les deux se marient bien avec le citron. J’ai pris cette recette dans le livre d’Isabelle Lambert, Citron.

Pouding chômeur au citron et au lait de coco
Pouding chômeur au citron et au lait de coco
Pour 8 personnes

Gâteau
1½ tasse ou 210 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
¼ de tasse ou 55 g de beurre, tempéré
1 tasse ou 200 g de sucre
1 oeuf
Zeste de 1 citron
1 tasse ou 250 g de lait de coco

Sauce au citron
1 tasse ou 250 g de jus de citron
1 tasse ou 200 g de cassonade ou de sucre roux
1 tasse d’eau bouillante
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé

Préchauffer le four à 160°C (325°F). Beurrer un moule carré, avec des bords hauts, d’environ 20 cm (8 pouces) de côté.

Gâteau
Dans un bol, tamiser la farine et la poudre à pâte.

Dans un autre bol, fouetter le beurre en ajoutant graduellement le sucre. Quand le mélange a pâli, incorporer l’oeuf et le zeste de citron. Ajouter le lait de coco en alternant avec la farine. Verser la pâte dans le moule* et réserver.

Sauce au citron
Dans une casserole, verser le jus de citron, la cassonade, l’eau et le beurre. Porter à ébullition et laisser bouillir pendant 1 ou 2 minutes. Verser la sauce sur la pâte et enfourner. Cuire le pouding pendant 45 minutes. Laisser tiédir et servir. Déguster avec gourmandises.

*Si vous en avez envie, avant d’ajouter la pâte, vous pourriez couvrir le fond du moule d’une couche de petits fruits : framboises, bleuets, etc. Je pense que le résultat serait intéressant.

Et vous, que cuisineriez-vous avec du lait de coco?

Un brin de printemps

Ici nous avons de la chance, le temps s’est réchauffé. La neige commence à fondre sur les sommets des montagnes et le ski va laisser la place au balade de toutes sortes. Pour accompagner ce temps, les plats ensoleillés commencent à pointer du nez. Je vous propose donc une recette de trempette de poivrons rouges. Cette recette est tirée du livre Ensemble de Christelle Tanielian, Christelle is Flabbergasting.

Trempette de poivrons rouges (Muhammara)
Trempette de poivrons rouges (Muhammara)
Pour 1½ tasse ou 375 ml

3 poivrons rouges
⅔ de tasse ou 80 g de noix de Grenoble concassées
3 cuillères à soupe de chapelure
½ cuillère à thé de cumin moulu
¼ de cuillère à thé de sel
3 cuillères à soupe d’eau
1½ cuillère à soupe de mélasse de grenade
1 cuillère à thé de piment d’Alep*
1 à 2 cuillères à thé de harissa**
¼ de tasse ou 53 g d’huile d’olive

Préchauffer le four à gril (broil).

Couper les poivrons en deux et les épépiner. Déposer les poivrons, la peau vers le haut et enfourner. Cuire pendant 20 à 25 minutes ou jusqu’à ce que la peau ait noirci et que la chair soit tendre.

Dans un petit bol, mélanger les noix de Grenoble, la chapelure, le cumin, le sel et l’eau. Laisser reposer pendant 10 minutes.

Déposer les poivrons dans une boîte résistante à la chaleur, fermer avec un couvercle ou une pellicule plastique et laisser les poivrons tiédir. Quand les poivrons sont tièdes, les égoutter et retirer la peau.

Dans le bol d’un robot culinaire munit d’une lame en « s », déposer les poivrons, la préparation de noix de Grenoble, la mélasse de grenade, le piment d’Alep, la harissa et l’huile d’olive. Mixer pour obtenir une pâte homogène, mais pas nécessairement lisse. Au besoin, ajouter du sel et de la harissa. Arroser, si désiré, d’un filet d’huile d’olive et servir avec des pains pita grillés ou des légumes. Déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser un autre piment moulu doux.
**Vous pouvez utiliser une autre pâte de piment.

Bonne fin de journée!