Mot-clé : vinaigre

Observation sur la planification

Aujourd’hui, j’ai envie de faire un petit retour sur ma planification hebdomadaire des repas. Depuis quatre semaines, je m’applique à remplir un tableau d’idée repas. Au début, j’ai eu un peu de mal à m’y mettre, mais depuis quelques temps, j’ai mis au point un tableau qui me convient parfaitement. Je constate que la tâche n’est pas très difficile : le vendredi est le jour du poisson, alors même s’il n’y a pas de recette pré-déterminée, je sais ce que je dois prendre aux courses et ce que nous allons manger. De plus, le cas du jeudi est aussi réglé facilement : chacun planifie son menu. Il ne me reste qu’à prévoir trois repas en début de semaine et attendre au mardi pour voir les promotions et déterminer les repas de la fin de semaine.

Je constate que j’ai une meilleure gestion des restes (bien qu’en général, j’essaie de ne pas faire plus que nécessaire) et que l’organisation pour le souper est plus simple. De surcroit, j’ai pu essayer de nouvelles recettes qui se sont révélées grandement gourmandes, même si j’avais quelques réserves à leur lecture. Même mon chéri a remarqué le changement : je lui demande plus rarement ce qu’il voudrait manger…

Pour la recette du jour, je vous propose un plat de boulettes de porc aigre-douces. Cette recette est tirée du livre de Lorraine Pascale : Fast, Fresh and Easy Food.

Boulettes aigre-douces de porc
Boulettes de porc aigre-douces
Pour 4 personnes

400 g de saucisses aux herbes*
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 75 g de chapelure
1 oeuf
1 gousse d’ail
1 piment rouge**
1 boîte d’ananas en morceau d’environ 398 ml ou 425 g***
5 cuillères à soupe ou 75 g de ketchup
5 cuillères à soupe ou 75 g de vinaigre balsamique
2 à 3 cuillères à soupe de miel
1 lime****
1 cuillère à soupe d’huile végétale
Sel et poivre

Hacher finement l’ail. Couper le piment en deux, retirer les graines et le découper en fines tranches.

Retirer la chair des saucisses de leurs boyaux et la déposer dans un bol. Ajouter la chapelure et l’oeuf. Saler et poivrer. Mélanger jusqu’à ce que les ingrédients soient répartis uniformément. Façonner des boulettes d’environ 3 cm (1¼ pouce) de diamètre.

Verser l’huile dans une poêle et faire chauffer. Quand l’huile est assez chaude, ajouter les boulettes et les faire cuire environ 8 minutes en les retournant pour que tous les côtés soient joliment dorés.

Quand les boulettes sont colorées de toutes parts, ajouter l’ail et le piment. Poursuivre la cuisson de 1 à 2 minutes.

Déglacer avec le jus d’ananas et les morceaux d’ananas*****. Ajouter le ketchup, le vinaigre balsamique, le miel et le jus de la lime. Laisser mijoter pendant 8 minutes. Quand la sauce à bien épaissi, rectifier l’assaisonnement et servir avec du riz.

*Je n’ai pas trouvé de saucisses aux herbes, alors j’ai ajouté 2 cuillères à thé d’un mélange d’herbes séchées : herbes de Provence, basilic, persil, origan, thym, sauge, etc.
**Vous pouvez remplacer le piment par un piment séché ou par ½ à 1 cuillère à thé d’une pâte de piment de votre choix (sambal oelek, tabasco, sriracha, harissa, etc.).
***Si vous avez une boîte de rondelles d’ananas, coupez-les en morceaux selon votre envie.
****Goûtez la sauce avant d’ajouter le jus de lime ou diminuer la quantité de vinaigre balsamique : avec la quantité de vinaigre proposée, je trouvais la sauce assez acide sans l’ajout de la lime.
*****Pour un résultat moins sucré, vous pouvez ajouter que la moitié de l’ananas.

Et vous, comment vous en sortez-vous avez la gestion de vos repas?

Pour recevoir ou pour passer les restes…

Cette année, on ne peut pas dire que je sois dans les idées repas chics et élégants. Il faut croire que j’ai le goût de choses simples et qui ont un parfum du Québec. Mal du pays? Peut-être, mais je ne peux pas dire que je me lasse de regarder les montagnes qui m’entourent et je ne me sens nullement étouffées par leur grandeur. Bref, ce sont deux endroits que j’aime, mais qui sont malheureusement séparés par 6 000 kilomètres.

Cette fois, je vous propose une recette de pâté au poulet. Tout seul, ça fait un plat un peu simple et assez rustique, mais pour votre table de Noël, pourquoi ne pas proposer un assortiment de tartes salées? Avec une tourtière, une quiche et un autre pâté, votre pâté au poulet sera bien entouré et je sens que vos invités se régaleront de ce buffet. Et puis, si vous préférez préparer une dinde, vous saurez quoi faire avec les restes de viande. J’ai trouvé cette recette dans le magazine Ricardo volume 10, numéro 7.

Pâté de poulet
Pâté au poulet
Pour 4 personnes

Garniture
6 cuillères à soupe ou 82 g de beurre non salé,
  à température ambiante
¼ de tasse ou 30 g de farine
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
½ tasse ou 125 g de lait
1 petit oignon
1 carotte
1 branche de céleri
1 boîte ou 284 g de bouillon de poulet concentré*
½ tasse ou 85 g de pomme de terre
1½ tasse ou 250 g de poulet cuit coupé en dés
½ tasse ou 75 g de petits pois congelés
Sel et poivre

Pâte brisée**
2 tasses ou 240 g de farine
½ cuillère à thé de sel
1 tasse ou 220 g de beurre non salé froid
¼ de tasse ou 60 g d’eau froide
1 cuillère à soupe de vinaigre
Lait pour badigeonner (facultatif)

Garniture
Hacher finement l’oignon. Éplucher et couper en dés la carotte et la pomme de terre. Détailler en dés la branche de céleri.

Dans un bol, mélanger ¼ de tasse ou 55 g de beurre avec la farine. Réserver le beurre manié.

Dans un autre bol, délayer la fécule de maïs (ou la maïzena) dans le lait.

Dans un grand chaudron, faire revenir l’oignon, la carotte et le céleri dans le restant de beurre (2 cuillères à soupe ou 27 g). Saler et poivrer. Ajouter le bouillon, la pomme de terre et porter à ébullition. Couvrir et laisser mijoter pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les légumes soient tendres, mais sans plus. Incorporer le beurre manié et porter à ébullition en brassant doucement. Ajouter la préparation de lait et porter à nouveau à ébullition. Rectifier l’assaisonnement au besoin. Incorporer le poulet et les petits pois. Retirer du feu et appliquer une pellicule plastique directement sur la garniture. Laisser tiédir le temps de préparer la pâte.

Pâte brisée
Dans un bol, mélanger la farine et le sel. Ajouter le beurre coupé en cubes et l’incorporer dans la farine à l’aide d’un coupe-pâte ou des mains. Travailler le beurre et la farine afin d’obtenir une texture granuleuse où les morceaux de beurre ont la grosseur de petits pois. Verser graduellement le vinaigre, puis l’eau glacée dans le mélange de farine en remuant avec une fourchette, juste assez pour que la pâte se tienne et qu’elle puisse être rassemblée en boule. Au besoin, ajouter de l’eau. Former un disque avec la pâte et l’emballer dans une pellicule plastique. Réfrigérer la pâte pendant 30 minutes.

Placer la grille du four dans le bas et le préchauffer à 200°C (400°F).

Sur un plan légèrement enfariné, abaisser la pâte en deux disques. Déposer un des disques de pâte dans une assiette à tarte de 23 cm (9 pouces) de diamètre et la foncer. Verser la garniture de poulet dans la croûte. Déposer la deuxième abaisse sur la garniture. Faire quelques incisions sur la pâte***. Badigeonner, si désiré, de lait. Enfourner et cuire pendant 50 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit dorée. Laisser reposer pendant 15 minutes et servir.

*Si vous ne trouvez pas de bouillon concentré, il suffit de préparer votre bouillon habituel (en granule ou liquide) en utilisant une fois et demi la dose habituelle.
**Personnellement, je n’ai préparé que la moitié de la pâte : je n’ai pas mis de fond de tarte. À vous d’utiliser une ou deux abaisses de pâte pour votre pâté au poulet.
***À cette étape, il est possible de congeler le pâté au poulet. Pour le cuire, il suffit de l’enfourner sans le décongeler dans un four préchauffé à 200°C (400°F). Il faudra compter environ 1 h 10 de cuisson.

Et vous, avez-vous prévu de réaliser une tarte salée pour le réveillon?

Plein de choses en tête

Ces temps-ci, il y a plein de choses que j’ai envie de cuisiner : pain aux raisins, gâteau aux carottes, carrés aux dattes, biscuits de ma mère, pouding aux fruits… Le problème, c’est qu’entre les hésitations, le temps file et qu’il y a autres priorités qui surgissent. N’est-ce pas agaçant de changer d’envie tous les jours?

La tarte aux pacanes fait aussi partie des choses que je me promets de réaliser, mais cette fois, je n’ai pas opté pour la version classique. Je vous propose donc une tarte aux pacanes, chocolat et oranges confites que j’ai trouvé chez Jasmine Cuisine.

Tarte aux pacanes autrement
Tarte aux pacanes, chocolat noir et oranges confites
Pour 8 personnes

Pâte brisée*
1 tasse ou 120 g de farine
¼ de cuillère à thé de sel
½ cuillère à soupe de sucre
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, froid
1½ cuillère à soupe d’eau froide
½ cuillère à soupe de jus de citron ou de vinaigre

Garniture
120 g (4,25 onces) de chocolat noir à 70 % de cacao
2 cuillères à soupe ou 27 g de beurre non salé
3 oeufs
1 tasse ou 350 g de sirop de maïs ou de sirop de glucose**
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
1 pincée de sel
¾ de tasse ou 135 g d’oranges confites coupées en petits dès
1½ tasse ou 187 g de pacanes ou de noix de pécan

Pâte brisée
Dans un bol, mélanger la farine, le sel et le sucre. Ajouter le beurre coupé en cubes et l’incorporer dans la farine à l’aide d’un coupe-pâte ou de deux couteaux. Travailler le beurre et la farine afin d’obtenir une texture granuleuse où les morceaux de beurre ont la grosseur de petits pois. Verser graduellement le jus de citron (ou le vinaigre), puis l’eau dans le mélange de farine en remuant avec une fourchette, juste assez pour que la pâte se tienne et qu’elle puisse être rassemblée en boule. Au besoin, ajouter de l’eau. Former un disque avec la pâte et l’emballer dans une pellicule plastique. Réfrigérer la pâte pendant 30 minutes.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte sur une épaisseur de 4 mm (³⁄₁₆ de pouce). Déposer la pâte dans une assiette à tarte de 23 cm (9 pouces) de diamètre et la foncer. Réserver au réfrigérateur.

Garniture
Préchauffer le four à 160°C (325°F).

Hacher le chocolat et le déposer dans un bol d’un bain-marie avec le beurre coupé en cubes. Faire fondre le chocolat et le beurre. Retirer le bol du bain-marie quand les ingrédients sont totalement fondus.

Dans un bol, fouetter les oeufs avec le sirop de maïs (ou de glucose), la cassonade, l’extrait de vanille et le sel jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Incorporer la préparation de chocolat fondu et les oranges confites. Verser la préparation dans la pâte à tarte. Au besoin, lisser la surface avec une spatule. Disposer sur le dessus de la tarte les pacanes (ou les noix de pécan).

Enfourner et cuire 55 minutes ou jusqu’à ce la garniture de la tarte soit prise et qu’elle ait légèrement gonflée. Laisser totalement refroidir, puis réfrigérer la tarte au moins 6 heures pour facilité la découpe de celle-ci. Déguster tiède ou froid.

*Il est possible de réaliser des tartelettes comme je l’ai fait, mais la garniture par tartelette sera moins importante et elle ne sera pas coulante comme la version de Jasmine. Pour réaliser des tartelettes, doubler la recette de pâte à tarte pour ne pas en manquer. Au besoin, conserver le surplus de pâte 2 ou 3 jours au réfrigérateur ou la congeler pour une utilisation ultérieure.
**Il est toujours possible de remplacer le sirop de maïs par du miel doux. Je n’ai jamais essayé, mais je crois qu’il est également possible d’utiliser du sirop d’agave.

Et vous, qu’est-ce qui vous trotte dans la tête?

« Food processor »

Drôle de titre, non? Est-ce que ces mots anglais évoquent quelques choses pour vous? Certains, peut-être la majorité, penseront au robot culinaire, mais ce n’est pas à ça que je songe. Si vous écoutez des émissions de cuisine en anglais, vous savez peut-être à qui je pense. Est-ce que vous avez deviné? Si non, voici d’autres indices : c’est un chef anglais qui a plusieurs émissions de télévision à son actif, dont certaines ont été traduites; il a publié plusieurs livres dont le dernier traduit en français est sur la cuisine anglaise; et c’est un des chefs chouchous dans le monde des blogs culinaires. Vous l’avez reconnu, il s’agit de Jamie Oliver!

Je ne suis pas une fan inconditionnelle… La preuve, je n’ai aucun de ces livres, mais je reconnais que son livre sur la cuisine anglaise m’interpelle beaucoup. Cependant, j’écoute de temps à autre son émission Jamie’s 30-Minutes Meals. J’aime bien son style, mais souvent ces recettes ne me correspondent pas ou contiennent trop d’aliments que nous n’aimons pas. De plus, je ne suis pas certaine que mon « food processor » survivrait : sérieux, il l’utilise à chaque épisode! C’est uniquement à force de l’entendre prononcer « food processor » que j’ai associé ces mots à Jamie Oliver… Le pire, c’est que je pense à lui dès que j’entends ces mots dans une autre émission de cuisine! Après, j’éclate de rire : n’est-ce pas un joli exemple de conditionnement à la Pavlov?

Revenons à nos moutons, à la cuisine, sinon je risque de m’éloigner un peu trop de la recette du jour. Vous l’avez compris, je vous propose une recette de Jamie Oliver. Cependant, c’est en la voyant chez Kim, Les aventures culinaires de Kiki, que j’ai eu l’envie irrésistible de l’expérimenter. Je vous propose donc une recette de pâtes à la saucisse et à la coriandre.

Pâtes à la coriandre
Pâtes à la saucisse et à la coriandre
Pour 3 personnes

3 portions ou 300 g de pâtes au choix (pennes, spaghetti, etc.)
1 petit oignon
1 carotte
1 branche de céleri
½ cuillère à thé de piment d’Alep ou d’un autre piment moulu*
200 g de saucisses de porc ou italiennes de qualité
1 cuillère à thé de graines de coriandre**
1 cuillère à thé d’origan séché
½ cuillère à thé de poudre d’oignon ou d’ail
1½ cuillère à soupe d’huile d’olive
2 cuillères à soupe de vinaigre balsamique
¾ de tasse ou 180 g de sauce tomate***
10 feuilles de basilic frais
Sel et poivre

À l’aide d’un mortier et d’un pilon, moudre assez finement la coriandre. Réserver.

Laver et éplucher les légumes au besoin. Couper grossièrement la carotte, la branche de céleri et l’oignon. Déposer les morceaux de légumes dans le bol d’un robot muni d’une lame en « s » et mixer jusqu’à ce que les légumes soient finement hachés. Ajouter le piment d’Alep (ou un autre piment moulu) et mélanger brièvement. Retirer les légumes du robot et réserver.

Dans le même robot, mixer les saucisses (avec ou sans les boyaux, au choix) avec l’origan, la coriandre fraîchement moulue et la poudre d’oignon (ou d’ail) jusqu’à ce que la préparation forme une purée.

Dans une poêle, verser l’huile et faire chauffer. Quand l’huile est bien chaude, y faire revenir les légumes pendant 3 à 5 minutes. Ajouter la viande et la faire griller en la défaisant à l’aide d’une spatule ou d’une cuillère en bois. Saler et poivrer.

Pendant ce temps, remplir un chaudron d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, saler généreusement l’eau et ajouter les pâtes. Cuire les pâtes selon les indications du fabricant.

Quand les légumes et la viande sont bien cuits, déglacer la poêle avec le vinaigre balsamique. Ajouter ensuite la sauce tomate et laisser mijoter doucement le temps que les pâtes soient cuites. Rectifier l’assaisonnement au besoin.

Quand les pâtes sont cuites, réserver un peu d’eau de cuisson avent de les égoutter. Ajouter les pâtes à la sauce et bien mélanger. Au besoin, ajouter un peu d’eau de cuisson des pâtes pour allonger la sauce. Ciseler le basilic et l’ajouter aux pâtes. Servir sans attendre.

*Vous pourriez également utiliser la moitié d’un piment chili frais. Moi, j’ai de la difficulté à en trouver en épicerie.
**Il est possible d’utiliser des graines de fenouil. Je n’en avais pas sous la main et récemment, j’avais entendu qu’on pouvait remplacer la coriandre par du fenouil et vice versa.
***Si vous le désirez, vous pouvez employer une boîte de tomates en dès.

Et vous, quelle place occupe Jamie Oliver dans votre cuisine (ou votre bibliothèque)?

Une journée en cuisine…

Ces derniers temps, je passe beaucoup de temps en cuisine pour cuisiner des desserts ou d’autres gourmandises, mais très peu pour les plats salés. Je ne planifie pas assez mes repas… C’est sans doute le coeur du problème. Cependant aujourd’hui, j’avais envie de vous proposer une recette qui demande un peu plus de temps.

En cherchant dans mes photos, je suis tombée sur une recette de raviolis chinois style pot stickers. En revoyant les images, j’ai juste envie d’en refaire! Cette recette est issue du blog de Malorie, Il faut jouer avec sa nourriture. Pour accompagner ces raviolis, je vous propose une sauce de Ricardo tirée de son magazine (volume 7, numéro 2) ainsi que ma recette de sauce pour les rouleaux impériaux.

Raviolis cuits
Raviolis chinois style pot stickers
Pour environ 30 raviolis

Raviolis
1¾ de tasse ou 150 g de chou chinois ou nappa
  haché finement
½ cuillère à thé de sel
225 g de porc haché*
⅓ de tasse ou 15 g de ciboulettes ciselées
1 cuillère à soupe de sauce soja
½ cuillère à soupe de mirin ou de vin de riz chinois
1 cuillère à soupe d’huile de sésame grillé
½ cuillère à soupe de gingembre frais haché finement
½ cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1 paquet de pâtes à raviolis chinois**
Huile végétale pour la cuisson

Sauce à raviolis de Ricardo
2 cuillères à soupe de vinaigre de riz
2 cuillères à soupe de sucre
1 de cuillère à thé de gingembre frais coupé en petits dès
2¼ cuillères à thé de sauce soja
¼ de cuillère à thé d’huile de sésame grillé

Sauce pour rouleaux impériaux
1 cuillère à soupe d’eau
½ cuillère à soupe de vinaigre blanc ou de cidre
½ cuillère à soupe de sucre
½ cuillère à soupe de sauce de poisson
Sambal oelek ou une autre sauce de piment, au goût
Miel, au goût

Préparer les sauces.

Sauce à raviolis de Ricardo
Dans une petite casserole, porter à ébullition le vinaigre, le sucre et le gingembre. Cuire jusqu’à ce que le sucre soit dissous. Retirer du feu et ajouter la sauce soja et l’huile de sésame grillé. Réserver au frais.

Sauce pour rouleaux impériaux
Dans un petit chaudron, faire chauffer l’eau, le sucre, le vinaigre et la sauce de poisson. Cuire jusqu’à ce que le sucre soit dissous sans porter à ébullition. Ajouter le sambal oelek (ou la sauce de piment) et le miel au goût. Réserver au frais.

Raviolis
Dans un bol, mélanger le chou chinois ou nappa avec le sel. Laisser dégorger pendant 30 minutes. Bien égoutter le chou. Ajouter le porc, la ciboulette, la sauce soja, le mirin (ou le vin de riz chinois), l’huile de sésame grillé, le gingembre et la fécule de maïs (ou la maïzena).

Déposer 2 à 3 cuillères à thé de farce au centre de chaque pâte. Humidifier le contour de la pâte avec un peu d’eau. Replier la pâte sur la farce pour obtenir une demi-lune sans sceller les bords. Pincer le centre pour faire adhérer les deux parties de la pâte, puis façonner des plis en repliant la pâte sur elle-même avant de sceller le ravioli****. Façonner tous les raviolis et les déposer sur une feuille de papier parchemin saupoudrer de fécule de maïs (ou de maïzena). À ce moment, il est possible de congeler les raviolis.

Pour cuire les raviolis, il existe plusieurs méthodes. L’une d’elle consiste à porter un chaudron rempli d’eau à ébullition. Plonger les raviolis dans l’eau, reporter à ébullition et laisser cuire pendant 4 minutes. Retirer les raviolis de l’eau et les égoutter. Éventuellement, cuire les raviolis en plusieurs fois pour éviter qu’ils s’abiment. Ensuite dans une poêle, faire chauffer un peu d’huile, déposer les raviolis et cuire pendant 3 à 4 minutes ou jusqu’à ce que la base soit dorée. Plutôt que de cuire les raviolis dans l’eau, il est possible de les cuire à la vapeur pendant 5 à 6 minutes avant de les dorer à la poêle.

La méthode classique pour cuire les raviolis style pot stickers consiste à verser de l’huile dans une poêle, juste assez pour couvrir légèrement le fond. Faire chauffer, déposer les raviolis et cuire pendant 3 à 4 minutes, ou jusqu’à la coloration désirée, sans les toucher. Verser environ ½ tasse ou 125 g d’eau chaude : attention aux éclaboussures! Couvrir et cuire jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’eau, soit de 5 à 10 minutes. Les raviolis doivent être tendre, si la pâte est dure, remettre de l’eau chaude et prolonger la cuisson. Servir sans attendre les raviolis avec les sauces.

*Il est possible de remplacer une partie du porc par du poulet, des crevettes ou du veau.
**On trouve ces pâtes sous plusieurs noms : pâtes à sui-mai, pâtes à jiaozi ou gyoza. Vous pouvez également utiliser des pâtes à won-ton et les découper en cercle.
***Pour vous aider à comprendre le façonnage des raviolis pot stickers, je vous propose d’aller voir le pas à pas de ce site ou de consulter cette vidéo ou celle-ci.

Et vous ces temps-ci, est-ce que vous consacrez plus de temps à cuisiner du salé ou du sucré?