Mot-clé : vanille

En écrivant…

En rédigeant la recette que je vous propose aujourd’hui, je me suis mise à penser à d’autres recettes que j’aimerais faire. Voici un petit aperçu de mes pensées qui défilent : des muffins, il y a bien longtemps que je n’en ai pas fait; des scones aussi, ça pourrait être sympa; j’ai des blancs d’oeufs au réfrigérateur, je pourrais préparer des macarons… ce n’est pas possible je n’aurais pas le temps, etc. Bref, il faudrait que je me passe de quelques heures de sommeil et que je cuisine pendant la nuit… mais bon, il y a bien longtemps que je ne suis plus un oiseau de nuit.

Je vous propose donc une recette de petits gâteaux aux noix de macadamia et au chocolat blanc. J’ai trouvé cette délicieuse idée dans le livre Cupcake de Julie Hasson.

Petits gâteaux aux noix de macadamia et au chocolat blanc
Petits gâteaux aux noix de macadamia et au chocolat blanc
Pour 12 petits gâteaux

Gâteau
1½ tasse ou 195 g de farine
¾ de tasse ou 110 g de noix de macadamia*
1½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
¼ de cuillère à thé de sel
1 tasse ou 200 g de sucre
½ tasse ou 105 g d’huile végétale
2 oeufs
⅓ de tasse ou 80 g de lait
½ tasse ou 90 g de pépites de chocolat blanc

Glaçage
2 tasses ou 300 g de sucre glace
1 tasse ou 220 g de beurre non salé, tempéré
1 pincée de sel
1 cuillère à thé d’extrait de vanille**

Gâteau
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Hacher grossièrement les noix de macadamia. Les déposer dans un bol, puis ajouter la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique) et le sel. Réserver.

Dans un second bol, fouetter le sucre avec l’huile et les oeufs. Incorporer ensuite la préparation de farine en alternant avec le lait. Ajouter les pépites de chocolat blanc et mélanger pour bien les répartir dans la pâte.

Verser la pâte dans les alvéoles d’un moule à muffin préalablement beurrés ou garnis de caissettes en papier. Enfourner et cuire pendant 20 à 25 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre d’un gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir. Glacer les petits gâteaux, si désiré.

Glaçage
Dans un bol, fouetter doucement pour commencer le beurre avec le sucre glace et le sel. Quand le mélange est crémeux, fouetter plus vivement la préparation jusqu’à ce qu’elle soit plus aérienne. Incorporer l’extrait de vanille. Glacer les petits gâteaux. Servir et déguster avec gourmandise.

*Pour que le goût des noix de macadamia soit plus marqué, il suffit de les torréfier pendant 7 minutes dans un four préchauffé à 180°C (350°F). Laisser les noix totalement refroidir avant de poursuivre la recette.
**Vous pouvez remplacer l’extrait de vanille par de la pâte de vanille ou les grains d’une gousse de vanille.

Et vous, cuisinez-vous tard le soir?

C’est un peu long…

Je ne vais pas m’attarder très longtemps. La recette que je vous propose aujourd’hui est celle de ma bûche de Noël que je vous avais promise. Il est peut-être un peu tard, mais rien ne vous empêche de doubler les quantités pour réaliser un entremet. J’ai pris cette recette sur le blog de Pucebleue, J’en reprendrais bien un bout… J’ai légèrement modifié l’assemblage, car mon moule n’était pas assez profond : il n’y a qu’une couche de dacquoise. D’autre part, j’ai fait le croustillant au praliné à ma façon, car je n’ai jamais réussi à mettre la main sur une tablette de la pralinoise (un mélange de chocolat et de praliné). Une dernière petite chose : la recette est longue, mais je vous assure qu’elle est moins longue à réaliser qu’à écrire!

Bûche Ardéchoise
Bûche Ardéchoise
Pour 8 à 10 personnes

Crémeux au chocolat et aux marrons
¼ de tasse ou 60 g de lait
¼ de tasse ou 60 g de crème à fouetter ou entière
2 jaunes d’oeufs (environ 25 g)
2½ cuillères à thé ou 10 g de sucre
½ feuille (1 g) de gélatine
  ou ½ cuillère à thé de gélatine en poudre
½ cuillère à thé ou 1 g de poudre de vanille*(facultatif)
3½ cuillères à soupe ou 60 g de crème ou de confiture
  de marrons
30 g (1 onces) de chocolat noir à plus de 60 % de cacao

Croustillant au praliné
25 g (1 once) de chocolat blanc
⅓ de tasse ou 125 g de praliné**
¾ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 70 g de Gavottes
  ou de biscuits dentelles émiettés***

Dacquoise aux amandes et à l’orange
½ tasse ou 60 g de poudre d’amandes
6 cuillères à soupe ou 60 g de sucre glace
2 blancs d’oeufs (environ 60 g)
2½ cuillères à soupe ou 30 g de sucre
1 pincée de sel
2 gouttes de jus de citron
1 goutte d’huile essentielle d’orange douce****
Dés d’oranges confites en quantité suffisante
Amandes effilées en quantité suffisante
3 ou 4 cuillères à soupe de marmelade d’oranges

Mousse aux marrons et aux brisures de marrons glacés
2 cuillères à soupe ou 40 g de sirop de maïs ou de glucose
2 cuillères à thé ou 10 g de rhum brun
2 feuilles de gélatine (4 g)
  ou 1¾ cuillère à thé de gélatine en poudre
3 jaunes d’oeufs (environ 60 g)
¾ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 250 g de crème ou de
  confiture de marrons
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 200 g de crème à fouetter
  ou entière
4 ou 5 marrons glacés ou 60 g de marrons glacés*****

Glaçage miroir à l’orange(facultatif)
5 cuillères à soupe ou 60 g de sucre
3 cuillères à soupe ou 60 g de sirop de maïs ou de glucose
2 cuillères à soupe ou 30 g d’eau
2 gouttes d’huile essentielle d’orange douce
2½ cuillère à soupe ou 40 g de lait condensé non sucré
  ou lait évaporé
60 g (2 onces) de chocolat blanc
2 feuilles de gélatine (4 g)
  ou 1¾ cuillère à thé de gélatine en poudre
Colorant alimentaire rouge ou orange en poudre
  en quantité suffisante******

Éclats de chocolat et marrons glacés pour la décoration

Crémeux au chocolat et aux marrons
La veille ou quelques jours avant de réaliser la bûche, préparer le crémeux au chocolat et aux marrons.

Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 2 cuillères à thé d’eau froide ou faire tremper la feuille de gélatine dans un bol d’eau froide. Réserver.

Hacher finement le chocolat et le déposer dans un bol. Réserver.

Dans un chaudron, verser la crème et le lait. Porter les liquides à ébullition. Pendant ce temps, dans un bol, fouetter les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la vanille en poudre et la crème (ou confiture) de marrons à la préparation d’oeufs. Puis, verser doucement le mélange de crème et de lait chaud en fouettant continuellement. Remettre le mélange dans le chaudron. Chauffer à nouveau le mélange en brassant continuellement jusqu’à ce que celui-ci épaississe ou atteigne 85°C (185°F) sur un thermomètre. Retirer du feu.

Si la gélatine est en poudre, ajouter un peu de la crème chaude pour la faire fondre puis la reverser avec le reste de crème. Si la gélatine est en feuille, bien l’essorer et l’ajouter à la crème. Brasser pour s’assurer que la gélatine (en poudre ou en feuille) soit bien dissoute.

Verser la crème encore chaude au travers d’un tamis sur le chocolat. Mélanger pour que la préparation soit bien homogène. Si possible, mixer à l’aide d’un pied-mélangeur. Verser le mélange dans un moule long et étroit en silicone*******. Couvrir d’une pellicule plastique et conserver au congélateur jusqu’au moment de l’assemblage de la bûche.

Croustillant au praliné
Hacher le chocolat blanc et le déposer dans le bol d’un bain-marie. Faire fondre le chocolat. Retirer le bol du bain-marie quand le chocolat est totalement fondu. Incorporer le praliné, puis les Gavottes (ou les biscuits dentelles). Verser la préparation sur une feuille de papier parchemin. Couvrir d’une seconde feuille de papier parchemin et à l’aide d’un rouleau à pâte étaler la préparation sur une épaisseur d’environ 3 mm (⅛ de pouce). Réserver au congélateur.

Dacquoise aux amandes et à l’orange
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes et le sucre glace. Réserver.

Dans un second bol, fouetter les blancs d’oeufs avec le sel et le jus de citron. Augmenter graduellement la vitesse de votre batteur électrique. Quand les fouets laissent des marques dans les blancs d’oeufs, ajouter petit à petit le sucre. Ajouter la goutte d’huile essentielle et arrêter de fouetter le mélange.

Verser doucement le mélange de poudre d’amandes et de sucre glace sur les blancs d’oeufs. À l’aide d’un fouet à main ou d’une spatule, mélanger délicatement. Verser la pâte sur une plaque recouverte de papier parchemin en veillant à former un rectangle d’environ 23 cm par 18 cm (9 pouces par 7 pouces). Répartir les dés d’oranges confites et les amandes effilées. Enfourner et cuire pendant 10 à 15 minutes ou jusqu’à ce que la dacquoise soit légèrement dorée.

Retirer le gâteau de la plaque de cuisson et le laisser refroidir 10 minutes. Décoller le papier parchemin de la dacquoise et la déposer sur une grille pour la laisser totalement refroidir.

Mousse aux marrons et aux brisures de marrons glacés
Couper en petits morceaux les marrons glacés.

Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide.

Déposer les jaunes d’oeufs dans un bol. Réserver.

Dans un chaudron, verser le sirop de maïs (ou le glucose) et le rhum. Chauffer jusqu’à ce que les liquides atteignent 85°C (185°F). Retirer du feu et verser en filet sur les jaunes d’oeufs en fouettant continuellement.

Si la gélatine est en poudre, la faire fondre quelques secondes au four micro-ondes (ou dans un chaudron sur le feu) puis l’ajouter au mélange de jaunes d’oeufs. Si la gélatine est en feuille, bien l’essorer et la déposer dans un petit bol avant de la faire fondre quelques secondes au four micro-ondes et de l’ajouter au mélange. Brasser pour s’assurer que la gélatine (en poudre ou en feuille) soit bien incorporée. Ajouter la crème de marrons au mélange et fouetter jusqu’à ce que la préparation ait refroidi.

Dans un bol, verser la crème et la fouetter jusqu’à ce qu’elle forme des pics souples. Incorporer en plusieurs fois et délicatement la crème fouettée au mélange de base. Ajouter les morceaux de marrons glacés et mélanger. Réserver au réfrigérateur.

Montage
Recouvrir d’une pellicule plastique un moule rectangulaire d’environ 20 cm par 10 cm (8 pouces par 4 pouces). Découper une bande de papier parchemin et la déposer pour qu’elle recouvre les côtés les plus longs et le fond. Cette étape permet de faciliter le démoulage.

Verser la moitié de la mousse aux marrons et aux brisures de marrons glacés dans le moule. Réserver au congélateur pendant 15 à 20 minutes pour qu’elle se raffermisse.

Pendant ce temps, découper une bande de dacquoise de la taille du moule. Tartiner généreusement de marmelade d’orange.

Tailler un rectangle de croustillant au praliné de la même taille que la dacquoise. Réserver.

Démouler le crémeux au chocolat et aux marrons. Sortir la mousse du congélateur et déposer au centre le crémeux et l’enfoncer légèrement. Verser le restant de mousse pour recouvrir le crémeux. Déposer ensuite le rectangle de croustillant au praliné. Ajouter la dacquoise en plaçant la marmelade en contacte avec le croustillant praliné. Presser sur la dacquoise pour s’assurer que tout soit bien collé et que la mousse épouse bien les parois du moule. Couvrir d’une pellicule plastique et conserver au congélateur pendant au moins 12 heures. Après cette étape, il est possible de conserver la bûche pendant un mois, voire plus, au congélateur.

Glaçage miroir à l’orange(facultatif)
Dans un bol, faire gonfler la gélatine en poudre dans 1 cuillère à soupe d’eau froide ou faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide. Réserver.

Hacher finement le chocolat blanc. Réserver.

Dans un chaudron, verser le sucre, le sirop de maïs et l’eau. Chauffer à feu doux le mélange jusqu’à ce qu’il atteigne 103°C (217°F). Retirer du feu, ajouter le lait condensé et le chocolat blanc. Mélanger jusqu’à ce que le mélange soit homogène. Si possible, mixer à l’aide d’un pied-mélangeur.

Si la gélatine est en poudre, la faire fondre quelques secondes au four micro-ondes (ou dans un chaudron sur le feu) puis l’ajouter à la préparation. Si la gélatine est en feuille, bien l’essorer et l’ajouter directement à la préparation. Brasser pour s’assurer que la gélatine (en poudre ou en feuille) soit bien incorporée. Ajouter le colorant alimentaire en fonction de la couleur souhaitée. Mélanger encore le glaçage pour qu’il soit bien lisse. Verser le glaçage au travers d’un tamis pour retirer le plus de bulles d’air. Recueillir le glaçage dans une tasse à mesurer ou un verre gradué muni d’un bec verseur, si possible. Laisser tiédir jusqu’à ce que le glaçage soit à 35°C (95°F) ou moins. Il ne faut pas utiliser le glaçage s’il est plus chaud que 35°C (95°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et y déposer une grille à pâtisserie.

Sortir la bûche du congélateur et retirer les pellicules plastiques ainsi que la feuille de papier parchemin. Déposer la bûche sur la grille, la dacquoise en contact avec la grille. Verser doucement le glaçage en veillant à ce qu’il recouvre toute la surface de la bûche. Laisser le glaçage s’égoutter pendant quelques minutes, puis déplacer la bûche sur une assiette de présentation. Placer la bûche au réfrigérateur pendant au moins 2 heures avant de finir de la décorer. Garnir avec des marrons glacés et des éclats de chocolat. Réserver au réfrigérateur. Sortir la bûche à température ambiante 30 minutes avant de la déguster. Savourer avec gourmandise.

*La vanille en poudre est simplement constituée de gousses de vanille séchées et réduite en poudre. Vous pouvez l’omettre ou la remplacer par les grains d’une demi-gousse de vanille.
**Le praliné est une pâte obtenue en broyant des amandes ou des noisettes (ou un mélange des deux) enrobées de sucre caramélisé comme ici. Il est possible de remplacer le praliné par une pâte à tartiner aux noisettes.
***Si vous ne trouvez pas biscuits Gavottes ou dentelles, remplacez-les par des céréales de riz soufflés de style Rice Krispies.
****Si vous ne trouvez pas d’huile essentielle à l’orange douce pour la consommation, remplacez-les par un peu de zeste d’orange. Quand vous voulez ajouter de l’huile essentielle à une préparation, verser la quantité souhaitée dans une cuillère avant de l’ajouter : un goutte de trop, ça va encore, mais trois gouttes ou plus de trop peut ruiner le goût de votre préparation.
*****Le nombre de marrons glacés dépend de leur taille, mais en général trois suffisent pour avoir 60 g. Personnellement, j’aime bien en ajouter un peu plus…
******Il est toujours préférable d’utiliser du colorant en poudre ou en gel, cependant vous pouvez utiliser du colorant liquide. Dans ce cas, mesurez ou pesez la quantité voulu de colorant et complétez avec de l’eau pour avoir 2 cuillères à soupe ou 30 g de liquide. Il faudra commencer la recette avec le sucre, le sirop de maïs, le colorant et l’eau.
*******Si vous n’avez pas de moule de ce genre, vous pouvez utiliser moule rectangulaire (moule à pain ou à « cake »), le recouvrir d’une pellicule plastique et d’une bande de papier parchemin (pour faciliter le démoulage). Il suffira de démouler le crémeux, de le couper en deux dans le sens de la longueur et de superposer les deux parties du crémeux au moment d’assembler la bûche.

Au fait, ma bûche a eu un petit accident au moment de la déplacer : le couvercle de ma cloche à gâteau était mal fixé sur un côté et il a lâché au moment où je l’ai soulevé. Heureusement, des éclats de chocolat et des marrons glacés m’ont permis de camoufler les dégâts. De plus, je suis ravie du résultat final.

À bientôt avec une recette plus courte!

On résume…

Avec la recette que je vous présente aujourd’hui, je clôture le contenu de mes paniers gourmands… En omettant les confitures, car il y en a une dont je ne vous ai pas encore parlé et qui mériterait d’être présentée… si je fais les photos. Ça a été une drôle d’année pour les confitures : certaines sont délicieuses comme celle-ci et d’autres sont bonnes mais avec des petites imperfections.

Revenons aux paniers gourmands, ceux-ci contenait : des biscottis au parmesan, des pralines roses maison, des biscuits roulés à la cannelle, des sablés aux amandes et au cacao cru, des croustilles aux amandes, des bâtonnets à l’orange et des biscuits abricot-abricotine. Je vous présente donc ces derniers. Je me suis inspirée d’une recette de Ricardo, mais j’ai remplacé le rhum et les raisins par de l’abricotine et des abricots séchés. J’ai pris la base de cette recette dans le magazine Ricardo spécial : « Nos meilleurs biscuits ». Elle apparaît également dans le magazine Ricardo volume 12, numéro 1, mais je me suis rendu compte que la recette de biscuits au beurre de base est légèrement différente.

Biscuits abricot-abricotine
Biscuits abricot-abricotine
Pour 24 biscuits

2 cuillères à soupe ou 30 g d’abricotine
  ou d’une eau-de-vie à l’abricot*
¼ de tasse ou 40 g d’abricots séchés coupés en petits
  morceaux
2 tasses ou 260 g de farine
¼ de cuillère à thé de sel
1 tasse ou 220 g de beurre non salé, tempéré
¾ de tasse ou 150 g de sucre
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
1 oeuf

Dans un petit chaudron, verser l’abricotine et faire chauffer. Ajouter les abricots et laisser mijoter pendant 3 minutes ou jusqu’à ce que les fruits aient absorbés tout l’alcool. Verser les abricots dans un petit bol et laisser totalement refroidir.

Dans un bol, mélanger la farine avec le sel. Réserver.

Dans un second bol, fouetter le beurre avec le sucre et l’extrait de vanille. Incorporer l’oeuf et fouetter jusqu’à ce que la préparation soit homogène. À l’aide d’une spatule ou d’une cuillère en bois, ajouter la farine. Incorporer les abricots et bien mélanger. Diviser la pâte en deux, façonner deux disques et envelopper chacun des disques dans une pellicule plastique. Réfrigérer pendant 1 heure.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser les disques de pâte sur une épaisseur de 1 cm (½ pouce). À l’aide d’un emporte-pièce rond de 6 cm (2¼ pouces)**, découper les biscuits et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Rassembler les retailles et répéter l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

Enfourner et cuire pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient légèrement dorés. Laisser refroidir et déguster au moment voulu.

*Il est possible de remplacer l’abricotine par un autre alcool : rhum, kirsch, vodka, etc. Vous pouvez dans la même optique, remplacer les abricots séchés par des cerises séchées, des bleuets (ou myrtilles) séchés, des raisins secs… et adapter la recette selon l’alcool que vous voulez utiliser.
**Vous pouvez évidement utiliser un autre emporte-pièce, mais pensez à bien surveiller la cuisson : le temps de cuisson peut être plus court ou plus long selon la taille de vos biscuits. Le nombre de biscuits variera également selon la taille de l’emporte-pièce employé.

Oups! Il y avait aussi dans deux paniers des pâtes en pot, mais là, j’ai totalement oublié de faire des photos.

À l’année prochaine!

Déjà la fin de l’année et la dernière fois que j’écrirais « 2014 ». Ici, nous avons opté pour une petite soirée télévision où nous allons visionner quelques épisodes d’une série que nous aimons bien. Comme j’ai bien hâte de m’installer confortablement devant notre petit écran, je ne vais pas vous faire attendre plus longtemps et je vous propose une recette de croustilles aux amandes. Ces petits délices ont pris place dans mes paniers gourmands. J’ai pris cette recette sur le blog d’Isabelle, Les gourmandises d’Isa.

Croustilles aux amandes
Croustilles aux amandes
Pour 48 biscuits, voire plus

½ tasse ou 110 g de beurre non salé
1 tasse ou 200 g de cassonade ou de sucre roux
2 cuillères à thé ou 8 g de sucre vanillé*
⅓ de tasse ou 80 g d’eau
2⅔ tasses ou 325 g de farine
¼ de cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
1 grosse pincée de cannelle
⅔ de tasse ou 100 g d’amandes effilées

Dans un chaudron, déposer le beurre, la cassonade (ou le sucre roux), le sucre vanillé et l’eau. Faire chauffer jusqu’à ce que le beurre soit totalement fondu. La préparation ne doit pas bouillir.

Retirer le chaudron du feu et ajouter la farine, le bicarbonate de soude (ou de sodium), la cannelle et les amandes effilées. Mélanger délicatement pour ne pas réduire en miettes les amandes. Verser la pâte sur une pellicule plastique et façonner un boudin. Nouer les extrémités et réfrigérer jusqu’à ce que la pâte soit assez ferme pour être tranchée sans se déformer.

Préchauffer le four à 160°C (325°F).

Déballer le boudin de pâte et couper des tranches les plus minces possibles. Disposer les biscuits sur une plaque de cuisson en les espaçant d’au moins 2,5 cm (1 pouce). Enfourner et cuire pendant 10 à 12 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient fermes au toucher et légèrement dorés.

Laisser les biscuits tiédir pendant 1 minute et les retourner. Enfourner et cuire pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que les croustilles aient une belle couleur caramel.** Retire les biscuits de la plaque de cuisson et les laisser totalement refroidir avant de les ranger dans une boîte qui ferme hermétiquement. Répéter l’opération jusqu’à ce que toutes les croustilles soient cuites.

*Si vous n’avez pas de sucre vanillé, vous pouvez le remplacer par du sucre régulier et ajouter un peu d’extrait de vanille dans l’eau.
**Après la première cuisson, mes croustilles avaient une belle couleur caramel. Je n’ai donc pas effectué la deuxième cuisson.

Bonne Année!

Loin des magasins…

Lundi dernier, nous avons finalisé nos derniers cadeaux de Noël. Il était temps! Pour ce genre d’achat, nous nous rendons dans une autre commune qui est aussi la capitale du canton… L’année dernière, j’avais déjà constaté qu’il ne fallait plus circuler dans cette ville dès la mi-décembre. Cette fois encore, je confirme cette idée : les stationnements sont pleins, il y a beaucoup de monde et la circulation en ville devient désagréable. Bref, pour s’y rendre le train est largement préférable en cette période!

Dans un tout autre ordre d’idée, je vous propose une recette de choux à la vanille. J’étais curieuse de tester la crème pâtissière légère. Elle est légère en texture… pas vraiment au niveau des calories, mais c’est les fêtes! Pour moins, c’est une bonne idée de dessert après un repas généreux et festif. Pour la recette, j’ai opté pour la pâte à choux et la crème pâtissière de Patrice Demers tirée de son livre Les desserts de Patrice, le craquelin provient lui du livre Sensations de Philippe Conticini.

Choux à la crème pâtissière légère
Choux à la crème pâtissière légère
Pour 5 à 8 personnes*

Crème pâtissière légère
2½ cuillères à soupe ou 33 g de sucre
2½ cuillères à soupe ou 17 g de farine
2 jaunes d’oeufs
½ gousse de vanille ou 1 cuillère à thé d’extrait de vanille
⅔ de tasse ou 165 g de lait
2 cuillères à thé ou 9 g de beurre non salé
⅔ de tasse ou 165 g de crème à fouetter ou entière

Craquelin
5½ cuillères è thé ou 25 g de beurre
2½ cuillères à soupe ou 30 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 30 g de farine

Pâte à choux
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
2 cuillères à soupe ou 30 g d’eau
¼ de cuillère à thé de sel
½ cuillère à thé de sucre
5 cuillère à thé ou 23 g de beurre non salé
¼ de tasse ou 30 g de farine
1 oeuf

Crème pâtissière légère
Dans un bol, mélanger 1 cuillère à soupe (ou 12 g) de sucre avec la farine. Ajouter les jaunes d’oeufs et bien mélanger.

Dans un chaudron, verser le lait et le restant de sucre. Couper en deux la gousse de vanille, gratter les grains et les ajouter au lait (ou ajouter l’extrait de vanille). Porter à ébullition. Dès les premiers bouillonnement, retirer le chaudron du feu. Verser le liquide chaud sur la préparation de jaunes d’oeufs en brassant continuellement. Reverser le mélange dans le chaudron. Remettre le tout sur le feu et porter de nouveau à ébullition en brassant continuellement. Baisser le feu et laisser mijoter pendant 2 minutes en continuant toujours de remuer. Retirer du feu et ajouter le beurre. Passer la crème pâtissière dans un tamis et retirer la gousse de vanille. Couvrir la crème d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant 3 heures ou jusqu’à refroidissement complet.

Quand la crème pâtissière est bien froide, fouetter la crème** jusqu’à elle forme des pics assez ferme, qui se tiennent. Incorporer délicatement la crème fouettée à la crème pâtissière. Verser la crème pâtissière légère dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse ou cannelée et réserver au réfrigérateur.

Craquelin
Dans un bol, mélanger la cassonade (ou le sucre roux) et la farine. Incorporer le beurre à l’aide des mains jusqu’à ce que la préparation puisse se tenir quand elle est pressée entre les doigts. Étaler la pâte entre deux feuilles de papier parchemin sur une épaisseur de 2 mm (¹⁄₈ de pouce). Réserver au congélateur.

Pâte à choux
Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un chaudron, verser le lait, l’eau, le beurre, le sucre et le sel. Porter à ébullition. Dès le premier bouillonnement, retirer le chaudron du feu et ajouter d’un coup la farine. Remettre sur feu doux pendant 1 minute pour dessécher la pâte en brassant. Retirer du feu et laisser tiédir 10 minutes. Ajouter l’oeuf et mélanger jusqu’à ce qu’il soit totalement incorporé. La pâte doit être lisse et souple.

Verser la pâte dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse de 12 mm (½ pouce) de diamètre. Dresser des choux de 2,5 cm (1 pouce) de diamètre sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

Sortir du congélateur le craquelin et découper des cercles de la taille des choux à l’aide d’un emporte-pièce. Déposer un cercle de craquelin sur chaque chou. Enfourner et cuire pendant 15 minutes. Réduire la température du four à 180°C (350°F). Poursuivre la cuisson pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit bien colorée. Laisser tiédir sur une grille de refroidissement.

Montage
Découper le sommet des choux. Garnir assez généreusement de crème pâtissière légère. Terminer les choux en les recouvrant avec les parties découpées. Réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de servir. Déguster avec gourmandise!

*Il est possible de doubler ou tripler la recette.
**Vous pouvez ajouter un peu de sucre à la crème avant de la fouetter.

Et chez vous, est-ce que les magasins et les centres commerciaux sont encore abordables?