Mot-clé : vanille

Des fruits et des croûtes de pain…

J’avais quelques fruits sur le comptoir qui commençaient à avoir de tristes mines. Je pensais réaliser un cobbler (la pâte répartie sur les fruits ressemble à une pâte à scone et n’est pas émiettée contrairement à un croustillant ou un crumble), mais en feuilletant une revue pour retrouver la recette de cobbler, je suis tombée sur une recette de Brown Betty. Je me souvenais vaguement d’avoir vu cette recette la première fois que j’avais feuilleté le magazine, mais il ne m’était jamais venu à l’esprit de l’essayer. Je lève les yeux et je regarde la panier à pain. Celui-ci est bien garni de pains secs et je me décide à essayer cette recette. Pour le cobbler, ce sera pour une prochaine fois.

Le résultat a été plus que satisfaisant : des croûtons sucrés sur un lit de fruits compotés et légèrement vanillés. Bref, un truc irrésistible, gourmand et à refaire. J’ai pris cette recette dans le magazine de Ricardo volume 9, numéro 7.

Brown Betty aux pêches, aux abricots et aux pommes
Brown Betty aux pêches, aux abricots et aux pommes
Pour 6 personnes

6 à 7 tranches ou 125 g de pains rassis sans la croûte*
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, fondu
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
2 pêches**
2 pommes
2 à 4 abricots
½ gousse de vanille (facultatif)

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Couper le pain en petit dès de moins de 5 mm de côté ou mixer grossièrement le pain à l’aide d’un robot culinaire muni d’une lame en « s ». Verser le pain dans un bol et ajouter 2 cuillères à soupe (ou 25 g) de cassonade ou de sucre roux. Incorporer la moitié du beurre fondu et bien mélanger. Réserver.

Dénoyauter et couper en cubes les pêches et les abricots. Éplucher et couper en cubes les pommes. Déposer les fruits dans un moule d’une contenance de 2 litres (ou 8 tasses), ajouter le restant de cassonade (ou de sucre roux) et de beurre fondu. Fendre la gousse de vanille en deux, gratter les grains et les ajouter aux fruits, puis bien mélanger.

Répartir la préparation de pain*** sur les fruits et presser la chapelure pour la tasser légèrement. Couvrir le plat de papier d’aluminium. Enfourner et cuire pendant 30 minutes. Après ce temps, retirer le papier d’aluminium et poursuivre la cuisson pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que la chapelure soit bien dorée. Servir tiède ou froid et déguster avec gourmandise.

*Il faut environ 3 tasses ou 750 ml de pain. Si vous en avez pas assez, ajouter un peu de chapelure japonaise : du panko.
**Vous pouvez varier les fruits et même en mettre davantage. En tout, j’ai mis environ 3 tasses ou 450 g de fruits, mais vous pourriez en mettre le double sans changer les quantités de la garniture.
***Dans la recette originale, il mélangeait un quart du mélange de pain avec les fruits… Moi, j’ai tout mis sur le dessus. Si vous mettez plus de fruits que moi, je vous encourage fortement à mélanger une partie de la chapelure avec les fruits. À vous de choisir.

Abricot et pistache

Il y a quelques temps, mes beaux-parents nous ont donné des abricots. Nous en mangeons très peu, mais depuis que j’avais ces fruits entre les mains, je rêvais de faire une tarte aux abricots et aux pistaches. Étonnant lorsqu’on sait que la dernière fois que j’ai essayé une recette mariant l’abricot et la pistache, le résultat s’est révélé désastreux…

Bref, cette idée ne m’a pas quittée. Après une courte recherche, j’ai opté pour une recette de Mouni du blog Rdv aux mignardises.

Tarte aux abricots à la crème d'amandes et de pistaches
Tarte aux abricots à la crème d’amandes et de pistaches
Pour 6 à 8 personnes

Pâte à tarte
1½ tasse ou 185 g de farine
½ tasse ou 60 g de poudre d’amandes
1 pincée de sel
1 gousse de vanille ou 1 cuillère à thé d’extrait de vanille
⅔ de tasse ou 147 g de beurre non salé, tempéré
¾ de tasse ou 120 g de sucre glace
Zeste de 1 citron
1 jaune d’oeuf
1 oeuf

Garniture
½ tasse ou 120 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 120 g de sucre
½ tasse et 1½ cuillère à soupe ou 70 g de poudre d’amandes
⅓ de tasse ou 50 g de pistaches non salées,
  réduite en poudre
3 oeufs
1 cuillère à thé de pâte de pistache*
1 cuillère à soupe de farine
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
5 à 6 abricots**

Pâte à tarte
Dans un bol, mélanger la farine, la poudre d’amandes et le sel.

Dans un bol, déposer le beurre avec le sucre glace et le zeste de citron. Fendre la gousse de vanille en deux, gratter les grains de la gousse et les ajouter au beurre (ou ajouter l’extrait de vanille). Fouetter le tout environ 2 minutes.

Incorporer les ingrédients secs, le jaune d’oeuf et l’oeuf. Mélanger jusqu’à ce que la masse soit homogène. Former un disque avec la pâte et l’emballer dans une pellicule plastique. Réfrigérer au minimum 3 heures.

Déballer la pâte et la réchauffer avec les mains pour qu’elle soit plus facile à travailler. Sur une surface légèrement enfarinée, abaisser la pâte à une épaisseur de 5 mm (¼ de pouce). Déposer la pâte dans un moule à tarte d’environ 20 à 23 cm (8 à 9 pouces) de diamètre. À l’aide d’une fourchette, piquer la surface de la pâte. Réserver au réfrigérateur pendant la préparation de la garniture.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Garniture
Dans un bol, mélanger la poudre d’amandes, les pistaches moulues et la farine. Réserver.

Dans un autre bol, à l’aide d’une spatule ou d’une cuillère en bois, mélanger le beurre avec le sucre et l’extrait de vanille. Ajouter un à un les oeufs en les incorporant bien entre chaque addition. Incorporer petit à petit la préparation d’amandes et de pistaches. Prélever un peu de la crème obtenue et y délayer la pâte de pistaches. Rajouter cette préparation à la garniture et bien mélanger.

Verser la préparation sur la pâte à tarte. Laver, couper en deux et dénoyauter les abricots. Poser les demi-abricots*** le côté bombé vers le bas sur la garniture d’amandes et de pistaches. Enfourner dans le bas du four et cuire pendant 25 à 30 minutes. Laisser tiédir et déguster avec plaisir.

*Si comme moi, vous n’avez pas de pâte de pistaches, ajoutez 1 ou 2 cuillères à soupe de pistaches non salées à la recette.
**Hors saison, vous pouvez utiliser des abricots en boîte bien égouttés ou des pêches.
***Au besoin, saupoudrez un peu de sucre sur les abricots s’ils ne sont pas très sucrés.

Et vous, avez-vous déjà essayé une recette mariant les abricots et les pistaches?

Le congélateur à la rescousse!

J’ai longtemps sous-estimé les congélateurs : omis, pour entreposer des glaces et des fruits surgelés, j’y mettais peu de choses. Après, j’ai acquis le réflexe d’y glisser diverses préparations et de faire des provisions dans lesquelles j’allais rarement piocher… J’ai même fait un inventaire qui est vite devenu désuet après un grand nettoyage de nos deux congélateurs (l’un encastré avec le réfrigérateur et l’autre que nous possédions avant de changer d’appartement). Bref, mes congélateurs recèlent toutes sortes de choses dont certaines ont sombrées dans l’oubli contrairement à d’autres. Une réorganisation s’impose, mais en attendant, je découvre le plaisir de sortir certains éléments selon les envies. Par exemple les pâtes à tarte, je ne voyais pas l’intérêt d’en faire congeler vue le peu de temps qu’il faut pour les préparer… Aujourd’hui, je peux vous dire que c’est beaucoup plus pratique qu’on le pense surtout lorsque notre temps pour cuisiner est limité. Envie d’une tarte? On sort la pâte la veille et on la laisse tranquillement décongeler au réfrigérateur. Le lendemain, il suffit d’abaisser la pâte, de la garnir et de la cuire.

Mais l’arme absolue qu’on devrait avoir en tout temps au congélateur : des biscuits prêts à cuire. Pour un cadeau d’hôte (ou d’hôtesse) de dernière minute, un dessert de semaine, une fringale en soirée irrépressible… toutes les raisons sont bonnes pour avoir en réserve de la pâte à biscuits au congélateur. Je vous propose ici la recette de Ricardo issue de son magazine volume 11, numéro 1.

Rouleaux de biscuits aux brisures de chocolat
Rouleaux de biscuits aux brisures de chocolat
Pour 24 biscuits (2 rouleaux de pâte)

1¼ tasse ou 160 g de farine
¼ de cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¾ de tasse ou 135 g de brisures de chocolat* (noir, au lait
  ou blanc)
½ tasse ou 110 g de beurre**, tempéré
1 tasse ou 200 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille
1 oeuf

Dans un bol, mélanger la farine et le bicarbonate de soude (ou de sodium). Ajouter les brisures de chocolat et réserver.

Dans un second bol, fouetter le beurre avec le sucre et l’extrait de vanille pendant 2 minutes. Ajouter l’oeuf et battre jusqu’à ce que la préparation soit homogène. À l’aide d’une spatule ou d’une cuillère en bois, incorporer le mélange de farine.

Découper deux morceaux de papier parchemin ou de papier d’aluminium d’environ 40 cm (16 pouces) de long. Sur un des papiers, verser la moitié de la pâte à biscuits. En s’aidant du papier, façonner un boudin de pâte d’environ 4 cm (1½ pouce) de diamètre. Fermer bien les extrémités du rouleau en les entortillant sur elle-même. Répéter l’opération avec le restant de pâte.

Déposer les rouleaux de pâte au congélateur pendant 2 heures (pour qu’ils soient ferme au touché) ou jusqu’à ce que l’envie de biscuits se fassent sentir.

Pour la cuisson au moment voulu, préchauffer le four à 180°C (350°F). Chemiser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Déballer un rouleau de pâte à biscuits et le déposer sur une planche à découper. Couper des tranches d’environ 2 cm (¾ de pouce) d’épaisseur. Placer les biscuits sur la plaque de cuisson. Enfourner et cuire pendant 12 minutes ou jusqu’à ce qu’ils soient légèrement dorés. Laisser tiédir 5 minutes sur la plaque de cuisson avant de les déplacer. Il ne reste qu’à déguster ou à offrir.

*Il est possible d’utiliser du chocolat concassé ou des mini-brisures de chocolat.
**Pour cette recette vous pouvez utiliser du beurre salé. Si vous utilisez du beurre non salé, pensez à ajouter ¼ de cuillère à thé de sel, voire un peu plus.

Et vous, comment utilisez-vous votre congélateur?

Quoi dire…

Aujourd’hui, j’ai un peu de mal à me concentrer et je dois bien reconnaître que je ne sais quel sujet aborder. Je pourrais vous parler du match de soccer (football) entre l’Allemagne et le Brésil : un débâcle comme on en voit rarement (7-1) et une nation qui pleure sans doute encore… Cependant, je ne suis pas une amatrice de soccer et je me réjouis que le mondial tire à sa fin. L’événement « footballistique » ne me dérange pas plus que ça, mais je trouve qu’on en entend parler partout et beaucoup plus que les événements précédents. Trop, c’est trop, je sature du vert, jaune et bleu : vivement la finale!

Après ce « blabla », voici une recette de brioches aux framboises et au yogourt. J’ai pris cette recette chez Kim, Les aventures culinaires de Kiki.

Brioches aux framboises et au yogourt
Brioches aux framboises et au yogourt
Pour 8 grosses brioches

Pâte à brioches
½ tasse ou 125 g de lait
½ tasse ou 110 g de yogourt à la vanille*
1 oeuf
1 jaune d’oeuf
4 cuillères à soupe ou 55 g de beurre fondu
1 cuillère à thé de poudre de vanille** (facultatif)
¼ de tasse ou 50 g de sucre (vanillé si possible)
2 cuillères à thé de levure
3 tasses ou 385 g de farine
¾ de cuillère à thé de sel

Garniture
½ tasse ou 110 g de yogourt à la vanille*
2 tasses ou 340 g de framboises***
5 cuillères à soupe ou 70 g de sucre
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
1 cuillère à soupe d’eau froide

Glaçage****
1 tasse ou 160 g de sucre glace
2 cuillères à soupe de yogourt à la vanille*
2 cuillères à soupe ou 27 g de beurre non salé, tempéré
½ gousse de vanille

Pâte à brioches
Dans une casserole, chauffer légèrement le lait pour qu’il soit tiède, environ 37°C (98°F). Verser le lait dans le bol d’un robot sur socle*****. Ajouter le yogourt, l’oeuf, le jaune d’oeuf, le beurre fondu, la poudre de vanille et le sucre. Mélanger brièvement, juste pour que le mélange soit homogène. Incorporer la levure, la farine et le sel. Mélanger jusqu’à ce que la pâte commence à se former. Arrêter le robot et laisser reposer pendant 4 minutes.

Toujours à l’aide du robot, muni du crochet, pétrir la pâte pendant 6 à 8 minutes. La pâte doit être lisse et souple. Au besoin, ajouter de la farine ou un peu d’eau. Déposer la pâte dans un bol légèrement huilé, couvrir d’une pellicule plastique et réfrigérer environ 12 heures.

Garniture
Dans un chaudron, verser les framboises et le sucre. Porter à ébullition et laisser mijoter pendant 3 à 4 minutes. Délayer la fécule de maïs dans l’eau froide et l’ajouter à la préparation de fruits. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que la préparation épaississe. Retirer du feu et laisser tiédir. Verser la préparation dans un bol, couvrir et réfrigérer jusqu’à ce que la pâte soit prête à être façonnée.

Assemblage de brioches
Sortir la pâte du réfrigérateur et laisser tempérer pendant 20 à 30 minutes. Beurrer deux plaques de cuisson.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, diviser la pâte en 8 parts égales. Façonner chaque portion de pâte en boule. Laisser reposer la pâte pendant 5 à 10 minutes. Aplatir les boules de pâte pour former des disques d’environ 12 cm (4¾ pouces) de diamètre où le centre est plus abaissé que les côtés pour former une cavité. Déposer les disques de pâtes sur les plaques de cuisson.

Garnir le centre de chaque brioche d’une cuillère à soupe de yogourt. Répartir sur le yogourt la préparation de framboises. Couvrir les deux plaques de cuisson de pellicule plastique et laisser lever la pâte pendant 2 heures ou jusqu’à ce que la pâte ait presque doublé de volume.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Enfourner et cuire pendant 25 minutes ou jusqu’à ce que les brioches soient bien dorées. Laisser tiédir 5 minutes sur la plaque de cuisson avant de les déplacer sur une grille pour les laisser refroidir, environ 25 à 30 minutes.

Glaçage
Dans un bol, fouetter le beurre avec le sucre glace. Ajouter progressivement le yogourt. Couper la gousse de vanille en deux, gratter pour extraire les grains et les ajouter au glaçage. Verser le glaçage dans une poche à pâtisserie et décorer les brioches selon l’envie. Déguster avec gourmandise le jour même si possible.

*Il est possible d’utiliser un yogourt parfumé autrement : au café, au chocolat, à l’orange, etc.
**La poudre de vanille est simplement faite de gousses de vanilles séchées et réduites en poudre. Elle est très facile à réaliser et pour un meilleur résultat, utiliser un moulin à café pour moudre les gousses.
***Il est possible d’utiliser d’autres fruits : bleuets (myrtilles), cerises, fraises, etc. Adapter la quantité de sucre selon le fruit employé.
****J’ai omis le glaçage : j’ai même royalement oublié de le réaliser et il ne restait quelques brioches quand je m’en suis aperçu.
*****Vous pouvez également réaliser ces brioches sans robot culinaire.

Et vous, que pensez-vous de la Coupe du Monde?

Cerises qui déferlent

Ici, nous ne sommes pas vraiment des adeptes des cerises, donc on en consomme très peu. Il faut dire que j’ai appris à les aimer depuis que je vis en Suisse, mais je n’en suis pas pour autant friande. Je m’en passe facilement, mais à force de voir diverses recettes de cerises sur les blogs, je me dis qu’il faudrait que je vous en propose une avant que les cerises ne disparaissent des étalages.

Je vous présente donc une recette de gâteau Forêt-Noire en verrines. J’ai pris cette recette sur le site de Jasmine, Jasmine Cuisine.

Verrines gâteau Forêt-Noire
Verrines gâteau Forêt-Noire
Pour 8 personnes

Gâteau
120 g (4,25 onces) de chocolat noir à environ 55 % de cacao
½ tasse ou 125 g d’eau bouillante
4 oeufs
½ tasse ou 100 g de sucre
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 80 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena

Cerises au Kirsch*
2 tasses ou 250 g de cerises noires dénoyautées
1½ tasse ou 375 g d’eau
1 tasse ou 200 g de sucre
½ tasse ou 125 g de Kirsch

Crème fouettée**
1½ tasse ou 375 g de crème à fouetter ou entière
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
1 cuillère à thé d’extrait de vanille

Copeaux de chocolat pour décorer (facultatif)

Gâteau
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Chemiser le fond d’un moule à charnière*** d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre de papier parchemin, puis beurrer et enfariner les parois.

Dans un bol, tamiser la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique) et la fécule de maïs (ou la maïzena). Réserver.

Hacher grossièrement le chocolat et le déposer dans un chaudron. Ajouter l’eau bouillante. Porter let tout à ébullition à feu doux en remuant continuellement. Quand l’ébullition est atteinte, poursuivre la cuisson pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe et ait la consistance d’un pouding (ou d’une crème style Danette). Retirer du feu et laisser refroidir à température ambiante.

Dans un grand bol, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange triple de volume, soit environ 10 minutes. À l’aide d’une spatule, ajouter en trois fois la préparation de farine en incorporant délicatement les poudres entre chaque ajout. Incorporer la préparation chocolatée toujours avec délicatesse. Verser la pâte dans le moule, enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir 10 minutes, puis démouler et laisser totalement refroidir.

Cerises au Kirsch
Dans un chaudron, déposer les cerises, le sucre et l’eau. Porter à ébullition et laisser mijoter doucement pendant 10 minutes. Retirer les cerises à l’aide d’une cuillère à trou et les déposer dans un bocal en verre muni d’un couvercle.

Poursuivre la cuisson du sirop en remuant régulièrement jusqu’à ce qu’il reste environ ½ tasse ou 125 ml. Ajouter le Kirsch et verser le sirop sur les cerises. Au besoin, ajouter du Kirsch pour que les cerises soient totalement immergées. Fermer le pot et laisser reposer pendant 12 heures à température ambiante.

Crème fouettée
Dans un bol, verser la crème, le sucre et la vanille, fouetter jusqu’à l’obtention de pics fermes quand on soulève le fouet. Pour facilité le dressage, déposer la crème chantilly dans une poche à pâtisserie.

Montage
Découper le gâteau en cubes de plus ou moins 2 cm (¾ de pouce) de côté. Déposer des cubes de gâteau dans les verrines, ajouter des cerises et de le crème fouettée. Répéter l’opération une seconde fois. Terminer les verrines en ajoutant des copeaux de chocolat ou une cerise fraîche. Réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de la dégustation.

*Peut-être que vous aurez trop de cerises : conserver l’excédent au réfrigérateur.
**Il est rare que je me fie à une recette pour préparer la crème fouettée : j’y vais à l’oeil. Donc il est possible qu’il vous manque un peu de crème fouettée. Personnellement, je préfère en refaire plutôt que d’avoir un excédent.
***Si vous le désirez, vous pouvez cuire le gâteau sur une plaque de cuisson chemisée d’un papier parchemin. Le temps de cuisson sera beaucoup plus court.

Et vous, à quel point aimez-vous les cerises : un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout?