Mot-clé : vanille

Le casse-tête…

Hier, nous sommes allés manger au restaurant pour un anniversaire. À cette occasion, j’ai pu croiser une amie que j’apprécie grandement. Elle nous a appris qu’elle avait fait quelques examens chez un médecin. Vu les résultats, le médecin lui proposait un traitement d’anti-biotique pendant 3 mois et, idéalement, de suivre un régime sans gluten, sans produits laitiers, sans oeufs et sans levure de bière pendant un an. Et oui, ces analyses ont montrées qu’elle réagissait à tous ces éléments. Cette amie souffre déjà de plusieurs allergies alimentaires (surtout des fruits et légumes crus), alors cette nouvelle ne lui a vraiment pas fait plaisir. D’un autre côté, ce médecin est bien réputé et pense qu’après ce régime elle pourrait peut-être réintroduire petit à petit des aliments qui lui étaient interdit depuis des années! Pour l’instant, elle se fixe un objectif de trois mois et pour la suite, elle verra.

Déjà, une intolérance alimentaire est souvent difficile à accepter, deux intolérances alimentaires donnent souvent envie de s’arracher les cheveux, alors quand il y en a plus (et surtout les oeufs, il y en a partout), je crois qu’on a carrément envie de s’arracher la tête face à ce casse-tête. Heureusement, il y a de plus en plus de produits offerts sur le marché, mais rares sont ceux qui sont totalement adaptés aux multiples intolérances. Je vais essayer de me pencher sur la question et de vous proposer des recettes qui sont sans produits laitiers, sans gluten, sans oeufs, sans levure de bière et probablement sans soja… Et oui, mon amie a essayé de remplacer le lait par du lait de soja et elle a eu une légère réaction allergique.

Aujourd’hui, je vous propose une recette de confiture de fraises et d’ananas. Ce mariage me hantait depuis le début de la saison des fraises et je n’ai aucune idée d’où m’est venu cette association. Bon, je cherche toujours sur quoi mon amie pourrait tartiner cette confiture : des galettes de sarrasin, un sorbet de noix de coco, etc.

Confiture de fraises et d'ananas
Confiture de fraises et d’ananas
Pour 2 pots de 250 ml

4 tasses ou 600 g de fraises
1½ tasse ou 250 g d’ananas frais en cubes*
1 gousse de vanille (facultatif)
2¼ tasses ou 450 g de sucre
½ citron

Éplucher l’ananas, retirer le coeur dur et le découper en morceaux de moyenne taille. Déposer les morceaux d’ananas dans un robot muni d’une lame en « s » et le broyer en activant l’appareil à 4 ou 5 reprises pour obtenir un mélange inégal et non pas une purée. Verser ce mélange dans un grand chaudron.

Laver, équeuter et couper en deux ou quatre** les fraises. Ajouter les fraises dans le chaudron contenant l’ananas. Extraire le jus du citron et le verser sur les fruits. Ajouter le sucre et la gousse de vanille fendue en deux ainsi que les grains de vanille grattés. Mettre le chaudron sur le feu et porter le mélange à ébullition en remuant régulièrement. Laisser mijoter jusqu’à ce que l’écume retombe et que les bulles formées par l’ébullition ressemblent à des yeux de poisson.

Vérifier la cuisson en déposant 1 cuillère à thé de confiture dans une des assiettes réservées au congélateur. Remettre l’assiette au congélateur pendant 2 minutes. Pousser la confiture avec un doigt et si elle forme des rides***, c’est qu’elle est prête. Sinon, poursuivre la cuisson et répéter le test jusqu’à ce que la confiture atteigne le point de gélification.

Retirer la confiture du feu et laisser reposer encore 5 minutes en brassant de temps en temps. Cette étape empêche la confiture de se séparer, soit la formation d’une couche de fruits superposée sur une couche de gelée.

Retirer les gousses de vanille et mettre dans des pots stérilisés****, si désiré, en laissant 0,5 cm (¼ de pouce) d’espace sous le goulot. Stériliser ensuite les pots pendant 5 minutes dans de l’eau bouillante. Déguster au moment désiré.

*Dans cette confiture, le goût de l’ananas est très discret. Pour un goût plus marqué, augmentez la quantité d’ananas à 2½ tasses ou 400 g et réduisez la quantité de fraises à 3 tasses ou 450 g.
**Plutôt que de couper les fraises, vous pourriez également les mixer brièvement à l’aide d’un robot muni d’une lame en « s ».
***En lisant, vous ne comprendrez peut-être pas l’aspect que doit avoir la confiture, mais en exécutant le test, vous identifierez facilement quand la confiture aura des « rides » et sera prête.
****Pour la méthode de stérilisation, je vous propose de lire cet article ou celui-ci. Si vous ne voulez pas stériliser vos pots, les conserver au réfrigérateur et les déguster rapidement ou les congeler, mais je n’ai aucune idée de l’incidence de la congélation sur le goût et la texture de la confiture.

Au fait, une bonne St-Jean!

Que faire avec des fraises?

Les fraises font partie de mes fruits préférés et je ne m’en lasse pas. Cependant, cette année, je n’ai pas d’inspiration et il n’y a pas vraiment de nouvelles recettes qui me font envie. Pour l’instant, je me contente de mes recettes habituelles. Je vais aussi faire un peu de confiture, mais j’aimerais que les fraises prennent un peu plus de soleil : le temps est assez frais et les fraises développent moins de sucre dans ces conditions.

En attendant, je vous propose une recette de biscuits Graham qui se marient bien avec les fraises. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 11, numéro 3.

Biscuits Graham maison
Biscuits Graham maison
Pour 30 biscuits

½ tasse ou 65 g de farine complète
½ tasse ou 65 g de farine
¼ de tasse ou 15 g de son de blé
2 cuillères à soupe ou 17 g de germe de blé
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
¼ de cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de cuillère à thé de sel
1 pincée de cannelle moulue
3 cuillères à soupe ou 66 g de miel
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
¼ de cuillère à thé d’extrait de vanille
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé, tempéré
6 cuillères à soupe ou 74 g de cassonade ou de sucre roux

Dans un bol, mélanger les deux farines, le son de blé, le germe de blé, la poudre à pâte (ou la levure chimique), le bicarbonate de soude (ou de sodium), le sel et la cannelle.

Dans un autre bol, mélanger le miel, le lait et l’extrait de vanille. Réserver.

Dans un troisième bol, fouetter le beurre avec la cassonade jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Incorporer le mélange de farines en alternant avec le lait parfumé. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Diviser la pâte en deux et former deux disques. Envelopper les disques de pâte dans une pellicule plastique et réfrigérer au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser un des disques de pâte en carré sur une épaisseur de 3 mm (⅛ de pouce). À l’aide d’un couteau ou d’une roulette à pizza, découper des carrés de 6 cm (2½ pouces) de côté. Déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin.

À l’aide d’une fourchette, piquer la surface des biscuits à plusieurs reprises. Enfourner et cuire au four pendant 12 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient dorés. Laisser refroidir. Répéter l’opération avec l’autre disque de pâte. Déguster tel quel ou réduire en poudre pour faire des croûte à tarte*.

*Si vous utilisez ces biscuits pour faire des croûtes à tarte, surveiller la cuisson. Dans mon cas, il faudra probablement réduire le temps de cuisson de la croûte.

Et vous, quels sont vos idées pour apprêter les fraises?

Accumulation de pain…

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas. Parfois, la fin de semaine, nous manquons de pain et nous devons passer à la boulangerie ou en faire et d’autre fois, le pain s’accumule en un petit monticule. Il y a quelques temps mon chéri et mini-nous dévoraient le pain qu’ils accompagnaient avec du chocolat. Deux semaines de suite, ils m’ont fait le coup : le pain disparaissait à grande vitesse. La semaine qui a suivi, j’ai acheté un peu plus de pain, pensant qu’ils allaient encore me l’engloutir au même rythme… Et bien non, cette fois-là, ils y ont à peine touché! Au final, j’ai eu droit à un amoncellement de pain sec.

J’avais vraiment plus de pain sec que de coutume, alors un pouding au pain s’est imposé. J’ai opté pour une recette de Patrice Demers qui a été présentée à l’émission Les desserts de Patrice. Quel bon choix! J’ai eu l’impression de déguster des petites brioches que ma mère fait occasionnellement… mais elles m’ont pris beaucoup moins de temps à les préparer!

Pouding au pain renversé au caramel et aux pacanes
Pouding au pain renversé au caramel et aux pacanes
Pour 6 personnes

Caramel aux pacanes
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé
2 cuillères à soupe ou 30 g d’eau
½ cuillère à thé de fleur de sel
½ tasse ou 75 g de pacanes ou de noix de pécan

Pouding au pain
1 oeuf
2½ cuillères à soupe ou 33 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille ou les graines
  d’une demi-gousse de vanille
¼ de cuillère à thé de cannelle moulue
½ tasse ou 125 g de lait
½ tasse ou 125 g de crème à 35 % ou de crème entière
4 tasses ou 240 g de pain brioché ou au lait, coupé
  en cubes

Caramel aux pacanes*
Beurrer un plat de cuisson** allant au four d’environ 20 cm (8 pouces) de diamètre.

Dans un chaudron, déposer la cassonade, le beurre et l’eau. Porter à ébullition et laisser bouillir à feu fort pendant 2 minutes en remuant à quelques reprises pour que la coloration soit uniforme. Retirer du feu et ajouter la fleur de sel. Verser le caramel dans un plat de cuisson beurré. Saupoudrer les pacanes (ou les noix de pécan) et réserver.

Pouding au pain
Dans un bol, fouetter l’oeuf avec le sucre, les graines de vanille et la cannelle. Ajouter le lait et la crème. Incorporer les cubes de pain et bien mélanger. Réserver au réfrigérateur pendant au minimum 1 heure.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Verser la préparation de pain dans le moule contenant le caramel et les pacanes. Enfourner et cuire pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que le dessus du pouding soit doré.

À la sortie du four, renverser sans attendre le pouding dans une assiette de présentation. Déguster avec gourmandise… et éventuellement avec un peu de crème glacée!

*Préparez le caramel pendant que le pain repose dans le mélange d’oeuf et de lait au réfrigérateur.
**Vous pourriez utiliser des ramequins ou d’autres moules individuels. Dans ce cas, la cuisson prendrait environ 15 minutes.

Et chez vous, est-ce que la consommation de pain fluctue d’une semaine à l’autre?

Une envie de sirop d’érable…

J’ai le temps des sucres qui me démange, j’ai envie de cuisiner du sirop d’érable! Le problème, c’est mon chéri : il aime bien le sirop d’érable à condition que ce ne soit pas le goût dominant. Mais moi, je n’ai envie que du goût de l’érable : des tartes, des gâteaux, du beurre, des bonbons, des viandes glacées, etc. Bref, mon souci était de préparer quelque chose pour calmer mon envie de sucre québécois, sans pour autant, devoir en manger pendant des semaines.

C’est comme ça que j’ai pensé aux grands-pères. J’ai regardé dans mes archives et à ma surprise, je n’ai pas la recette de ma mère. J’ai beau lui parler assez régulièrement, mais j’oublie à chaque fois de lui demander sa recette. En attendant, j’ai regardé quelques recettes et je m’en suis créé une. Elle n’est pas exactement comme je le voulais, mais il y a une bonne base et elle a calmé mon envie de sirop d’érable. Sans plus attendre, voici ma recette de grands-pères au sirop d’érable.

Grands-pères au sirop d'érable
Grands-pères au sirop d’érable
Pour 8 grands-pères

Pâte à grands-pères
1 tasse ou 130 g de farine
1½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 cuillère à soupe ou 12 g de sucre
1 pincée de sel
2 cuillères à soupe ou 27 g de beurre tempéré*
½ gousse de vanille ou 1 cuillère à thé d’extrait de vanille
  (facultatif)

Sirop
⅔ de tasse ou 150 g d’eau**
1 tasse ou 322 g de sirop d’érable***

Pâte à grands-pères
Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte, le sucre et le sel. Avec le bout des doigts, incorporer le beurre. Une fois que le beurre est bien réparti dans les ingrédients secs, verser le lait. Ajouter les grains de la gousse de vanille ou l’extrait de vanille. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit homogène.

Sirop
Dans une grande casserole, verser l’eau et le sirop d’érable. Porter à ébullition.

Quand le sirop bout, diviser la pâte à grands-pères en huit. Mouiller vos mains et façonner chaque morceau en une boule.

Déposer les boules de pâte dans le sirop bouillant. Couvrir et réduire le feu. Laisser mijoter pendant 15 minutes. Servir sans attendre, de préférence, et déguster avec gourmandise.

*Vous pouvez également utiliser du beurre fondu. Cependant, je crois que la texture de la pâte sera légèrement différente.
**Vous pourriez mettre 1 tasse ou 250 g d’eau si vous voulez des grands-pères un peu moins sucré.
***Utilisez de préférence du sirop d’érable moyen ou foncé pour cuisiner. Si vous n’avez pas de sirop d’érable, vous pouvez remplacer le sirop d’érable par 1 tasse ou 200 g de la cassonade ou du sucre roux. Cependant, il ne s’agira plus de grands-pères au sirop d’érable, ce sera des grands-pères au sirop!

Et vous, si vous en faites, comment réalisez-vous vos grands-pères?

La récupération…

Aujourd’hui, il m’est arrivé quelque chose que j’ai rarement vécue : je n’ai aucune énergie! Même lorsque je suis malade, je ne me sens pas aussi faible. Je ne sais pas ce qui a provoqué cette état de fatigue : peut-être une nuit trop agitée, la course de la veille ou du stress lié aux gâteaux que je dois livrer vendredi… Pour demain, j’espère avoir un retour d’énergie, sinon la journée risque d’être éprouvante.

Dans les moments où la fatigue se fait sentir, il n’y a rien de mieux qu’un peu de chocolat… du moins, pour le moral. Je vous propose donc une recette de biscuits croquants à l’avoine et au cacao. Cette fois, je me suis inspiré d’une recette tirée du livre La chimie des desserts de Ricardo Larrivée et de Christina Blais.

Biscuits craquants à l'avoine et au cacao
Biscuits craquants à l’avoine et au cacao
Pour 18 biscuits

¾ de tasse ou 97 g de farine
¼ de tasse ou 26 g de cacao
1½ cuillère à thé de cannelle moulue (facultatif)
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
1 pincée de sel
⅔ de tasse ou 147 g de beurre non salé, tempéré
1 tasse ou 200 g de sucre
3 cuillères à soupe ou 45 g de lait
2 cuillères à thé d’extrait de vanille
1 tasse ou 125 g de flocons d’avoine
½ tasse ou 80 g de pépites de chocolat*
¼ de tasse ou 35 g d’amandes entières, concassées
¼ de tasse ou 35 g d’oranges confites

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger la farine, le cacao, la cannelle, le bicarbonate de soude (ou de sodium) et le sel.

Dans un second bol, fouetter le beurre avec le sucre. Ajouter le lait et l’extrait de vanille. Quand la préparation est homogène. Incorporer le mélange de farine. Ajouter les flocons d’avoine, puis les pépites de chocolat, les amandes et les morceaux d’oranges confites.

Prélever environ 2 cuillères à soupe de pâte et la déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Répéter l’opération en espaçant les biscuits d’environ 5 cm (2 pouces). Enfourner et cuire pendant 15 minutes. Retirer la plaque de four et laisser tiédir les biscuits 5 à 10 minutes avant de les déplacer. Laisser totalement refroidir. Déguster avec gourmandises.

*Il est possible d’omettre les pépites de chocolat, les amandes ou les oranges confites. D’autre part, vous pouvez remplacer ces ingrédients par d’autres de votre choix dans la mesure de conserver les proportions : soit 1 tasse ou 150 g de garnitures (noisettes, raisins secs, chocolat blanc, etc.).

Et vous, est-ce que vous vous êtes déjà senti vidé de toute énergie?