Mot-clé : thym

On y songe…

Noël approchant à grand pas, certains d’entre vous doivent se demander ce qu’ils vont proposer à leurs invités. Cette année encore, je fais partie des chanceux qui se font recevoir, donc ce casse-tête, je ne le connais pas trop. Cependant en cette période, j’aime vous proposer des petites idées pour recevoir ou pour offrir.

Aujourd’hui, je vous propose une idée d’entrée ou d’amuse-bouche : une quiche! On n’y pense peut-être pas, mais ça se déguste aussi bien chaud que froid, c’est simple à préparer et c’est toujours bon. Je vous suggère donc la recette de Ricardo issue de son magazine volume 11, numéro .

Quiche aux oignons rouges et aux lardons
Quiche aux oignons rouges et aux lardons
Pour 8 personnes

Pâte à tarte
1¼ tasse ou 150 g de farine
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
½ cuillère à thé de sel*
6 cuillères à soupe ou 82 g de beurre froid non salé
¼ de tasse ou 60 g d’eau froide

Garniture
4 petits oignons rouge
6 tranches de bacon découpé en petit morceau
  ou 75 g de lardons**
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre
2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre
6 oeufs
½ tasse ou 125 g de lait
½ tasse ou 125 g de crème 35 % ou entière
½ cuillère à thé de thym frais ciselé***
Sel et poivre

Pâte à tarte
Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique) et le sel. Ajouter le beurre coupé en petits cubes et l’incorporer à l’aide d’un coupe-pâte ou de deux couteaux afin d’obtenir une texture granuleuse. Ajouter l’eau froide. Mélanger jusqu’à ce que la pâte se tienne lorsqu’elle est pressée entre les doigts. Façonner un disque avec la pâte.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte et la foncer dans un moule de 25 cm (10 pouces)**** de diamètre. Réfrigérer la pâte pendant 30 minutes ou la réserver au congélateur pendant 15 minutes.

Garniture
Préchauffer le four à 200°C (400°F)

Éplucher et émincer les oignons rouges en demi-rondelles.

Dans une poêle, déposer le bacon (ou les lardons) et les faire griller jusqu’à ce qu’il soit croustillant. Déposer sur une assiette recouverte de papier absorbant. Réserver.

Dans la même poêle, ajouter le beurre. Quand le corps gras est fondu, ajouter les oignons et cuire jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Déglacer avec le vinaigre et poursuivre la cuisson encore 2 minutes ou jusqu’à ce que le vinaigre soit totalement évaporé. Retirer de la poêle et laisser tiédir*****.

Dans un bol, fouetter les oeufs avec de le lait, la crème et le thym. Saler légèrement et poivrer.

Déposer les oignons sur la pâte à tarte et y répartir les lardons. Verser la préparation d’oeufs et enfourner. Cuire pendant 40 minutes ou jusqu’à ce que la quiche soit bien dorée. Déguster chaud, tiède ou froid!

*Cette pâte à tarte est assez salée, si vous le voulez, vous pouvez de réduire le sel à ¼ de cuillère à thé.
**Changer la garniture, en déposant simplement du jambon cuit dans la pâte à tarte pour réaliser une quiche plus classique.
***Je n’avais pas de thym frais, alors j’ai simplement saupoudrer un peu de thym séché sur ma quiche avant de l’enfourner.
****Vous pouvez utiliser un moule à tarte plus petit ou faire deux quiches et varier les garnitures.
*****Préparer la garniture bien à l’avance et conserver-là au réfrigérateur jusqu’au moment de finaliser la quiche.

Et vous à Noël, quel rôle aurez-vous : invité ou hôte?

Chaud-froid

C’est temps-ci, je trouve rigolo la lecture des différents blogs que je suis : beaucoup parlent de la température! Plusieurs parlent d’une envie de plat mijoté avec le retour des températures plus fraîches et l’arrivée de l’automne… Ici, j’ai encore droit à du beau temps et j’en profite. Et oui, pour l’instant j’ai du mal à songer aux journées sous la couverture et aux plats qui mijotent des heures durant.

Pour ceux et celles qui sont déjà en mode « frileux », je vous propose une recette de lapin à la crème. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 2, numéro 4. Si vous n’aimez pas le lapin, je suis certaine que le résultat serait aussi délicieux avec du poulet.

Lapin à la crème
Lapin à la crème veloutée
Pour 4 personnes

1 lapin découpé en morceaux
1 oignon
½ tasse ou 125 g de vin blanc
1 tasse et 2 cuillères à soupe ou 284 g de bouillon de poulet*
½ cuillère à thé de thym séché
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
½ tasse ou 125 g de crème à cuisson
½ cuillère à thé de moutarde de Dijon
½ cuillère à thé de moutarde jaune (préparée ou douce)
Sel et poivre

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Hacher l’oignon et le déposer dans un chaudron allant au four. Saler et poivrer les morceaux de lapin et les déposer dans le chaudron. Ajouter le vin blanc, le bouillon de poulet et le thym. Couvrir, enfourner et cuire pendant 2 heures.

Retirer le lapin** du jus de cuisson et réserver au chaud.

Délayer la fécule de maïs (ou maïzena) dans la crème. Ajouter les moutardes et bien mélanger. Ajouter la préparation de crème au jus de cuisson et cuire jusqu’à ce que la sauce ait épaissi. Saler et poivrer. Servir le lapin nappé de sauce avec un riz et un légume de votre choix.

*Au Québec, cette quantité correspond à une boîte de 284 ml (10 onces) de bouillon de poulet.
**À cette étape, il est possible de désosser le lapin et de mettre les os dans le jus de cuisson. Ajouter ½ tasse ou 125 g d’eau, porter à ébullition et laisser mijoter pendant 10 minutes avant d’ajouter la préparation de crème. J’ai omis cette étape, car l’odeur me donne mal à la tête.

Et vous, votre cuisine sent encore l’été ou tourne aux couleurs de l’automne?

En prévision de vendredi prochain

Je ne sais pas si vous avez déjà prévu votre menu pour la fin de semaine prochaine. Dans mon cas, je n’ai même pas commencé à faire mes chocolats de Pâques. Une chose est certaine : vendredi prochain, je mangerai du poisson. Depuis que je suis toute petite mes parents proposent chaque année le même menu pour Vendredi saint : des beans le midi et du poisson pour le souper… Parfois, il y avait même des grands-pères au sirop d’érable pour dessert. Je n’ai jamais vraiment aimé les beans, donc je me contente du poisson pour le souper et d’éviter la viande pour le repas du midi. Bref, une petite tradition que j’aime bien poursuivre.

Vous l’aurez compris, je vous propose une recette de poisson : des pavés de saumon de la Nouvelle-Orléans. J’ai pris cette recette sur le site de Recettes du Québec.

Saumon de la Nouvelle-Orléans
Pavés de saumon de la Nouvelle-Orléans
Pour 2 personnes

250 g de filet de saumon
½ cuillère à soupe de cassonade ou de sucre roux
½ cuillère à soupe de poudre d’ail ou en flocons
½ cuillère à soupe de poudre d’oignon
½ cuillère à soupe de paprika
1 cuillère à thé de thym
1 cuillère à thé d’origan
1 cuillère à thé de poivre
½ cuillère à thé de sel
1 cuillère à soupe de beurre, tempéré
¼ de tasse ou 60 g d’huile d’olive

Dans un bol, mélanger la cassonade (ou le sucre roux), la poudre d’ail, la poudre d’oignon, le paprika, le thym, l’origan, le poivre et le sel. Réserver 1 cuillère à soupe du mélange d’épices. Mélanger le restant d’épices avec l’huile d’olive.

Couper le filet de saumon en deux. Déposer les pavés de saumon dans un bol et verser la préparation d’huile d’olive. Couvrir et laisser mariner au réfrigérateur pendant 15 à 30 minutes.

Préchauffer le four à 230°C (450°F).

Dans un bol, mélanger le beurre avec le mélange d’épices réservé.

Déposer les pavés de saumon sur une plaque de cuisson légèrement huilée ou recouverte de papier parchemin. Tartiner le dessus des morceaux de poisson avec le beurre. Enfourner et cuire pendant 5 à 7 minutes. Servir avec du couscous ou un riz et déguster sans attendre.

Et vous, avez-vous un menu traditionnel pour Vendredi saint?

Je n’y crois pas…

La météo suisse avait beau l’annoncer, mais je n’y croyais pas. J’ai beau regarder par la fenêtre, j’ai l’impression d’halluciner : un mince tapis blanc recouvre le sol, il a neigé! Mon problème n’est pas qu’il y ait de la neige en Suisse, mais qu’il ait neigé ici avant qu’un flocon ait effleuré le sol québécois. Il faut dire que je reste marquée par mon arrivée en Suisse… Je suis partie du Québec alors qu’un bon mètre de neige recouvrait le sol, arrivée en Suisse, je cherchais la neige : il n’y avait rien au sol et ça m’a perturbée pendant tout le trajet en voiture. J’avais beau être préparée à l’absence de neige au sol (oui, j’en voyais aux sommets des montagnes, mais ce n’est pas la même chose), mais mon cerveau n’avait pas voulu enregistrer l’information avant d’avoir une confirmation visuelle. Aujourd’hui, c’est la même chose et mon cerveau ne comprend pas que je doive sortir mon manteau d’hiver alors que je me promenais encore il y a quelques jours avec un pull.

Pour entamer la saison froide, pourquoi ne pas se lancer dans la préparation d’un confit? Je vous propose une recette de cuisses de canard confites que j’ai trouvée sur le site d’À la di Stasio.

Confit de canard
Cuisses de canard confites
Pour 4 personnes

4 cuisses de canard
4 cuillères à thé de gros sel
4 à 6 tasses ou 1 à 1,5 kg de gras de canard*
1 ou 2 branches de thym frais

Éponger les cuisses de canard et saupoudrer chaque cuisse de toute part avec 1 cuillère à thé de sel. Déposer les cuisses dans un plat, couvrir d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant 12 à 24 heures.

Préchauffer le four à 170°C (325°F).

Dans un chaudron assez grand pour contenir les cuisses de canard et allant au four, faire fondre à feu doux la graisse de canard jusqu’à 70°C (160°F).

Rincer la viande pour retirer le sel et bien les éponger. Plonger les cuisses de canard dans la graisse en veillant à ce qu’elles soient totalement immergées sous le gras. Ajouter le thym, couvrir et enfourner pendant 1 h 30 à 2 heures ou jusqu’à ce que la viande se détache facilement de l’os.

Pendant la cuisson, vérifier que le gras recouvre toujours les cuisses de canard et qu’il ne bouille pas : il doit juste frémir légèrement.

Retirer les cuisses de canard du gras et les laisser tiédir. Déposer les cuisses dans des pots ou des sacs en plastique et couvrir avec le gras de canard. Conserver au réfrigérateur pendant 3 mois** ou congeler les cuisses de canard pour prolonger leur conservation.

Pour réchauffer les cuisses de canard***, préchauffer le four à 180°C (350°F). Retirer le surplus de gras des cuisses de canard et les déposer dans un plat allant au four. Couvrir d’un papier d’aluminium et cuire pendant 20 à 30 minutes ou jusqu’à ce que les cuisses soient chaudes. Retirer le papier d’aluminium et allumer le grill (broil). Laisser les cuisses sous le grill jusqu’à ce que la peau soit dorée et croustillante.

*La quantité de gras dépendra de la contenance de votre chaudron.
**Selon Josée Robitaille (voir ici), les cuisses de canard confites peuvent être conservées jusqu’à 6 mois au réfrigérateur si elles sont recouvertes de gras de canard. Personnellement, je préfère les congeler plutôt que les conserver si longtemps au réfrigérateur. À vous de voir.
***La méthode pour réchauffer les cuisses de canard confites est celle de Denis Peyrat.

Et vous, est-ce que vous attendez la neige?

Bonne Saint-Jean!

Chaque année, c’est la même chose : je n’y pense pas et je ne prépare rien de particulier. Habituellement, je suis en train de fignoler le gâteau d’anniversaire de mon beau-frère qui est né un peu avant cette fête. Cette année, la belle-famille avait organisée une fête plus importante pour les anniversaires de mon beau-père et de mon beau-frère… et devinez qui s’est porté volontaire pour préparer le dessert? Moi! Mon problème est que je manque d’expérience dans ce genre d’exercice : c’est la première fois que je faisais des gâteau pour plus de douze personnes. J’avoue, j’ai hésité à faire un gâteau aux bleuets (myrtilles), mais ça aurait été plus pour mon plaisir que celui des fêtés.

L’événement est passé, les gâteaux sont mangés (ou presque) et le mot d’ordre pour les prochains jours est de rester tranquille! Je vais pouvoir de nouveau prendre du temps pour cuisiner de nouvelles recettes. En attendant, voici une recette de faux poulet frit que j’ai déniché chez Mélanie, La tête dans le chaudron.

Cuisses au four
Faux poulet frit
Pour 4 personnes

4 cuisses de poulet*
1 blanc d’oeuf
½ tasse ou 125 g de babeurre ou de lait fermenté
½ tasse ou 60 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 cuillère à thé de paprika
1 cuillère à thé de thym séché
1 cuillère à thé d’origan séché
1 cuillère à thé de sel
½ à 1 cuillère à thé de piment de Cayenne ou
  d’un autre piment en poudre
2 cuillères à soupe d’huile végétale

Préchauffer le four à 220°C (425°F).

Si désiré, retirer la peau des cuisses de poulet. Réserver.

Dans un grand bol, mélanger le blanc d’oeuf et le babeurre (lait fermenté).

Dans un grand sac (ou un autre grand bol), mélanger la farine, la poudre à pâte (ou le levure chimique), le paprika, le thym séché, l’origan séché, le sel et le piment de Cayenne (ou un autre piment). Tremper une cuisse de poulet dans le mélange de blanc d’oeuf et de babeurre. Retirer la cuisse de la préparation liquide et la déposer dans le sac de farine et d’épices. Bien refermer le sac et secouer pour bien enrober la cuisse de farine et d’épices. Placer la cuisse de poulet sur une plaque de cuisson légèrement huilée. Répéter l’opération avec les autres cuisses de poulet.

Badigeonner les cuisses de poulet avec l’huile. Enfourner et cuire pendant 40 minutes ou jusqu’à ce que la chair se détache facilement de l’os. Servir et déguster.

*Il est possible d’utiliser d’autre morceau de poulet : dans ce cas, il faudra ajuster le temps de cuisson en conséquence.

Et vous, pour la Saint-Jean, est-ce que vous avez cuisiné quelque chose de particulier?