Mot-clé : raisin

Effet à retardement

C’est temps-ci, j’adore grignoter une tranche de gâteau aux fruits pour le déjeuner. Je sais, encore un dessert de Noël! Cependant, la prochaine récolte de fruits suisses n’est pas encore d’actualité, donc en théorie, les fruits secs sont toujours de saison. La première fois que j’ai vu cette recette, je n’y ai pas prêté plus d’attention qu’elle ne le méritait. Puis j’ai vu qu’on pouvait trancher finement ce gâteau et les transformer en craquelins pour déguster avec du fromage. Résultat, je n’ai pas encore essayé… Ce gâteau est plein de saveurs : il se mange tout seul! Rectification, je le mange toute seule, car ce n’est pas le genre de truc qui plait à mon chéri (ce qui ne me déplait pas pour autant). Un gâteau parfait pour ceux qui n’ont pas la dent sucrée, pour les sportifs ou pour les randonneurs (occasionnels ou non).

J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo, volume 9, numéro 1.

Une tranche de fruits et de noix
Gâteau aux fruits secs
Pour 8 personnes

¼ de tasse ou 25 g de pacanes* ou de noix de pécan
¼ de tasse ou 40 g d’amandes entières
¼ de tasse ou 40 g de pistaches non salées
¼ de tasse ou 45 g de raisins secs**
¼ de tasse ou 37 g de canneberges séchées
¼ de tasse ou 45 g de figues séchées coupées en 6
¼ de tasse ou 35 g d’abricots séchés coupés en 6
¼ de tasse ou 45 g de pruneaux séchés dénoyautés
  et coupé en 4
6 cuillères à soupe ou 45 g de farine
¼ de cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¼ de cuillère à thé de sel
1 pincée de cannelle moulue
1 pincée de muscade moulue
¼ de tasse ou 55 g de beurre non salé,
  à température ambiante
¼ de tasse ou 55 g de cassonade légèrement tassé
  ou de sucre roux
1 oeuf
1 cuillère à soupe de rhum brun*** (facultatif)

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger toutes les noix et les fruits secs : les pacanes (ou noix de pécan), les amandes, les pistaches, les raisins, les canneberges, les figues, les abricots et les pruneaux. Réserver.

Beurrer ou chemiser de papier parchemin un moule d’environ 9 cm par 19 cm (3½ pouces par 7½ pouces) ou deux petits moules de 9 cm par 12 cm (3½ pouces par 4¾ pouces).

Dans un bol, mélanger la farine, le bicarbonate de soude (ou de sodium) et le sel. Réserver.

Dans un autre bol, fouetter le beurre avec la cassonade (ou le sucre roux). Ajouter l’oeuf et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit lisse. À l’aide d’une spatule ou d’une cuillère en bois, incorporer le mélange de farine et le rhum. Incorporer ensuite le mélange de noix et de fruits secs.

Répartir la pâte dans le ou les moules et enfourner pendant 25 à 45 minutes selon la taille du moule ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre.

Ce gâteau se conserve bien pendant plusieurs jours, mais il est possible de le congeler (entier ou prédécoupé). Pour faire des craquelins, il faut congeler le gâteau pour pouvoir le trancher finement. Ensuite, il suffit de faire sécher les tranches au four préchauffé à 170°C (325°F) pendant 18 minutes. Laisser refroidir sur la plaque de cuisson avant de déguster avec un fromage ou une garniture de votre choix.

*Il est possible de remplacer les pacanes (les amandes ou les pistaches) par des amandes, des pistaches, des noisettes, des noix de Grenoble, etc. C’est à votre choix ou selon la contenance de vos armoires.
**Il est possible de remplacer un ou plusieurs des fruits secs par des raisins secs, des canneberges, des figues, des pruneaux, des dattes, des abricots, etc. Ajuster le gâteau selon vos goûts ou selon le contenu de vos armoires.
***Dans la recette originale, il proposait d’utiliser du marsala, mais il est possible de remplacer cet alcool par un autre de votre choix : rhum, cognac, whisky, kirsch, etc.

En voyant la variété de fruits secs utilisés dans ce gâteau, je me demande lesquels sont les plus populaires. Personnellement, j’aime beaucoup les figues et les canneberges séchées. Et vous, quels fruits secs préférez-vous?

La rentrée

Muffin Munday 22

Je dois dire que le thème du dernier Muffin Monday m’a causé quelques soucis. L’idée de la « rentrée » proposée par Tiuscha de Trois petits tours et cuisinons! était tout à fait de circonstance. Cependant pour moi, la rentrée ne signifie plus grand chose depuis que j’ai alterné l’école et les emplois d’été. De plus en Suisse, il y a les magasins (du moins, une bannière) qui m’ont déconcertée : début juillet, alors que les classes viennent à peine de se terminer, on voit déjà de la réclame pour la rentrée! Bref, c’était la première fois qu’aucune d’idée ne surgissait en lisant le thème d’un jeu.

Je me suis mise à réfléchir aux muffins que je mangeais plus petite et j’ai eu envie de faire des muffins classiques. Bref, j’ai opté pour des muffins aux raisins secs et aux flocons d’avoine. Pour compléter le tableau, j’ai ajouté des canneberges.

Petits muffins classiques
Muffins aux raisins et aux canneberges
Pour 6 ou 7 muffins

Pâte à muffin
½ tasse ou 60 g de farine
½ tasse ou 50 g de flocons d’avoine
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
½ cuillère à soupe de poudre à pâte ou de levure chimique
¼ de cuillère à thé de sel
1 oeuf
½ tasse ou 125 g de crème sure ou de demi-crème acidulée*
2 cuillères à soupe d’huile végétale
½ cuillère à thé de cannelle moulue
¼ de tasse ou 32 g de raisins secs
¼ de tasse ou 32 g de canneberges séchées

Garniture
½ tasse ou 50 g de flocons d’avoine
¼ de tasse ou 55 g de beurre fondu
2½ cuillères à soupe de cassonade ou de sucre roux
2 cuillères à soupe de farine

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Garniture croustillante
Dans un bol, mélanger les flocons d’avoine, la farine et la cassonade (ou le sucre roux). Ajouter le beurre fondu, mélanger et réserver la préparation.

Pâte à muffin
Dans un bol, mélanger la farine, les flocons d’avoine, le sucre, la poudre à pâte (ou la levure chimique), le sel, la cannelle, les raisins et les canneberges. Réserver.

Dans un autre bol, fouetter l’oeuf et ajouter la crème sure et l’huile végétale. Mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Verser les ingrédients liquides sur les ingrédients secs. Brasser jusqu’à ce que les ingrédients secs soient humectés.

Placer des caissettes de papier dans les alvéoles du moule à muffin et y répartir la pâte. Sur chaque muffin, déposer un peu de garniture croustillante et enfourner pendant 20 à 25 minutes.

*Il est possible de remplacer la crème sure (demi-crème acidulée) par du yogourt nature ou du babeurre (lait de ribot).

Ces muffins ont été une agréable surprise. À mon avis, c’est les meilleurs que j’ai présentés jusqu’à maintenant pour un Muffin Monday. Et pour vous, quels sont vos muffins classiques?

C’est tout cru…

Je ne sais pas si vous connaissez la cuisine du « cru ». Je ne parle pas de la cuisine de grand cru comme pour les vins ni comme la cuisine régionale. Je parle du « cru » dans le sens de « pas cuit ». Personnellement, je ne connaissais pas ce mouvement. Certes, je consomme souvent des crudités (particulièrement des carottes à fane et des carottes de jardin juste lavées, j’adore!) et plus occasionnellement de la viande ou du poisson, mais je n’aurais jamais songé à manger une tarte toute crue. Oui, toute crue qui l’eût cru!

J’ai trouvé cette recette sur le site de Jasmine. J’ai réduit les quantités et réalisé des tartelettes plutôt qu’une grande tarte. J’ai également remplacé une partie des pommes par de la fraises; j’ai conservé un peu de pomme, car j’avais peur que ma garniture devienne trop liquide (les fraises contiennent plus d’eau que les pommes). Je crois qu’on pourrait utiliser d’autres fruits : des poires, des pêches, etc. À vous de créer!

Tartelette fraîche et crue
Tartelettes toutes crues à la pomme et aux fraises
Pour 4-5 tartelettes

Croûte de noix
⅔ de tasse ou 70 g de pacanes ou de noix de pécan*
2½ cuillères à soupe ou 16 g de noix de Grenoble
2½ cuillères à soupe de pâte de dattes**

Garniture
1 pomme
1 tasse ou 120 g de fraises entières***
¼ de tasse ou 45 g de dattes fraîches
4 cuillères à thé ou 15 g de raisins secs

Croûte de noix
Déposer les pacanes (noix de pécan), les noix de Grenoble et la pâte de dattes dans le bol d’un robot culinaire. Mixer jusqu’à ce que la pâte s’amalgame et possède une texture granuleuse. Répartir le mélange dans les moules à tartelettes**** et presser la pâte pour façonner les croûtes en épousant la forme des moules. Réserver.

Garniture
Retirer le coeur de la pomme, l’éplucher et la couper en cubes. Ouvrir les dattes en deux et retirer le noyau. Laver les fraises, les équeuter et les couper en petits morceaux.

Dans le bol d’un robot culinaire, mixer la pomme, les dattes et les raisins secs. Le mélange doit être lisse et homogène. Ajouter un peu de fraises (environ 1 ou 2 cuillères à soupe) pour colorer la base de la garniture en rouge (facultatif). Rajouter encore des fraises si la garniture est trop épaisse et a de la difficulté à s’homogénéiser.

Retirer la garniture du robot et la mélanger avec les morceaux de fraises. Répartir cette préparation dans les tartelettes et réfrigérer jusqu’au moment de servir.

*Il est possible de remplacer les pacanes (noix de pécan) par des amandes ou des noisettes.
**Pour faire de la pâte de dattes, il faut 1 tasse ou 100 g de dattes fraîches. Remplir un chaudron d’eau et porter à ébullition. Plonger les dattes dans l’eau bouillante et cuire pendant 10 minutes. Égoutter et rincer les dattes sous l’eau froide. Peler les dattes et les dénoyauter. Dans un robot, mixer la chair de dattes avec ½ cuillère à soupe d’eau ou d’eau de fleur d’oranger jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène et « tartinable ». Ajouter un peu d’eau si nécessaire. Il est possible d’ajouter de la cannelle moulue (¼ de cuillère à thé) si désiré. Cette recette donne environ ⅓ de tasse ou 90 g de pâte de dattes. Conserver au réfrigérateur pendant 2 semaines. Cette recette vient du site Odeurs et saveurs.
***Si vous mesurez vos ingrédients avec un tasse, utiliser une tasse de fraises légèrement débordante (ou 1¼ tasse) ou ajouter des fraises au goût.
****Les tartelettes vont prendre l’humidité dans le réfrigérateur et elles seront difficiles à démouler. Privilégiez des moules individuels.

Avec la chaleur des derniers jours, une recette qui ne demande pas d’allumer le four ni les ronds du poêle n’est pas à négliger… Alors, qu’est-ce que vous préférez : la tarte cuite ou toute crue?

Osez le rose…

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours préféré la viande aux légumes, sauf pour la viande de porc. Omis le bacon et le jambon, je trouvais la viande de porc sèche. Il faut dire que chez mes parents, j’ai rarement vu du filet (filet mignon) de porc à table. Ma mère l’apprêtait en émincé avec une sauce aux champignons et aux oignons verts… Ce n’était pas vraiment un plat que j’appréciais et à l’époque, j’aurais été incapable de vous dire qu’il s’agissait de filet de porc. C’est beaucoup plus tard que j’ai découvert le filet de porc cuit en entier… Sans doute un essai de mon père sur le barbecue. Depuis, la cuisson de la viande est devenue problématique entre ma mère et moi : moi, je privilégie une cuisson rosée comme le conseil la Fédération des producteurs de porc du Québec et ma mère, elle préfère la viande bien cuite. Il faut dire qu’avec le porc la ligne est mince entre une viande rosée et bien cuite.

Avec le temps, j’ai réapprivoisé la viande de porc. Maintenant, certains plats que j’aimais plus ou moins sont devenus des petits plaisirs que j’aime retrouver à ma table. J’ai quand même un faible pour le filet de porc cuit en entier : il existe tellement de recettes et de manières différentes de l’apprêter que je ne risque pas de me lasser. Aujourd’hui, je vous propose une recette que j’ai trouvée sur le blog La casserole carrée de Vibi. La sauce est mon ajout personnel et elle est facultative. Cependant, c’est une très belle recette pour se gâter ou pour recevoir sans se compliquer la vie puisqu’elle se prépare facilement à l’avance.

Filet de porc croustillant aux pommes et sauce légère au porto
Filet de porc croustillant aux pommes
Pour 4 ou 5 personnes

Viande
1 filet de porc d’environ 450 g*
2 pommes**
¼ de tasse ou 40 g de raisins secs
1 cuillère à soupe de beurre
1½ cuillère à soupe de cassonade
¼ de tasse ou 60 g de porto
1 cuillère à thé de thym séché
7 à 8 tranches fines de prosciutto ou de jambon cru

Sauce
1 cuillère à soupe de sucre
1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique***
¼ de tasse ou 60 g de porto
1¼ de tasse ou 375 g de bouillon de poulet
1 cuillère à thé de fécule de maïs ou de maïzena

Viande
Éplucher et détailler les pommes en petits cubes d’environ 5 mm (¼ de pouce) de côté. Réserver.

Dans une poêle, faire fondre le beurre et y faire revenir les cubes de pommes avec les raisins secs. Ajouter la cassonade et bien mélanger. Laisser cuire pendant 5 minutes en brassant fréquemment avant de déglacer avec le porto. Laisser réduire jusqu’à ce qu’il ne reste presque plus de liquide et retirer du feu. Ajouter le thym et laisser refroidir complètement.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Déposer le filet de porc sur un plan de travail et ouvrir le filet en portefeuille : le couper également sur la longueur sans le détacher complètement. L’ouvrir comme un livre, répartir la farce aux pommes (réserver ce qu’il y a en trop pour la sauce) sur toute la longueur du filet. Refermer le filet en le roulant sur lui-même. Étaler les tranches de prosciutto une à côté de l’autre en les chevauchant légèrement. Déposer le filet de porc sur les tranches de jambon cru et enrouler les tranches de prosciutto sur le filet pour le recouvrir entièrement (à l’exception des extrémités). Ficeler le filet ou le refermer à l’aide de cure-dents****. Déposer le filet sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et l’enfourner pendant 17 minutes.

Sauce
Dans une poêle, verser le sucre et le faire fondre. Quand le sucre commence à se colorer et a une belle couleur dorée, ajouter le vinaigre et brasser. Ajouter le porto et laisser réduire de moitié. Incorporer ensuite une tasse (ou 250 g) du bouillon de poulet ainsi que le restant de farce aux pommes et laisser réduire pendant environ 5 minutes.

Dans un bol, mélanger le restant du bouillon de poulet avec la fécule de maïs. Ajouter à la sauce et rectifier l’assaisonnement si nécessaire. Laisser mijoter jusqu’à ce que le filet de porc soit prêt à servir.

Quand le filet de porc est cuit, le sortir du four et le couvrir d’un papier d’aluminium. Laisser la viande reposer pendant 5 à 7 minutes. Trancher la viande et la servir avec la sauce au porto.

*Adapter la cuisson selon le poids de votre viande. Pour une cuisson rosée, comptez 17 minutes par livre de viande ou 18 minutes par 500 g.
**Choisissez des pommes qui supportent bien la cuisson comme la cortland ou la gala.
***Il est possible de remplacer le vinaigre balsamique par un vinaigre de vin rouge. Vous pouvez également utiliser un autre vinaigre, mais privilégiez un vinaigre qui a un bon goût.
****Si vous préparez la viande à l’avance, après que la viande soit enrobée de prosciutto, emballez-la dans une pellicule plastique et réserver-la au réfrigérateur. Au moment de la cuire, retirer la pellicule plastique et enfourner comme indiqué dans la recette.

Êtes-vous du style rosé ou blanc (bien cuit) avec le porc?

Quand on détourne une recette…

Habituellement, je suis assez consciencieuse quand je réalise une recette pour la première fois : je la suis à la lettre. J’admets que j’omets des fois un ou deux ingrédients que je n’aime pas (ou que mon chéri n’aime pas), mais je respecte assez bien l’idée de base. Cette fois, je suis sortie un peu plus du cadre.

J’ai lu rapidement la liste des ingrédients dans un livre et mon cerveau a fait le tri entre ce que j’avais et ce que je devais acheter : des raisins sans pépin et du basilic. Le soir, je reprends mon livre et regarde plus attentivement la recette. Première surprise, il y a des noix de pin : ce n’est pas un problème, je les remplace par des pacanes. Deuxième surprise, il y a de la pâte de tomates… c’est drôle, je n’avais pas remarqué cela à la première lecture. En regardant la photo, je n’aurais jamais deviné qu’il y avait de la pâte de tomates dans la recette (c’est entre autre cette photo qui m’a incité à acheter ce livre). J’observe la quantité de crème et là ça coince. Mon chéri n’est pas fanatique des sauces rosées pour les pâtes et je trouve qu’il y a beaucoup de pâte de tomates pour la quantité de crème. J’enlève la pâte de tomate finalement et pour parfaire le tout, j’ajoute une échalote, je fais chauffer le prosciutto et une partie du basilic. Et vous croyez que c’est tout? Pour terminer, j’ai remplacé le poulet par de la fausse viande. Alors, est-ce que j’ai assez détourné cette recette?

Pour votre information, la recette originale est issue du deuxième livre de Louis-François Marcotte : Sexy, cuisiner pour deux.

Pâtes pleines de saveurs
Pâtes au prosciutto et aux raisins
Pour 3 personnes

3 portions ou 220 g de spaghettinis ou autres pâtes longues
200-250 g d’émincé de fausse viandes
  ou de poitrines de poulet
1 échalote
20 pacanes (noix de pécans) ou plus au goût
½ cuillère à thé d’ail en poudre ou 1 gousse d’ail hachée
5 cuillères à soupe ou 75 g de vin blanc
¾ de tasse ou 180 g de crème à cuisson 15% ou demi-crème
½ tasse ou 80 g de raisins rouges sans pépin
5-6 tranches de prosciutto ou plus au goût*
6 feuilles de basilic frais
3 cuillères à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Dans un premier temps, remplir un chaudron d’eau, saler et porter à ébullition. Quand l’eau bout, ajouter les pâtes.

Pendant ce temps, couper les raisins en deux, hacher l’échalote et concasser grossièrement les pacanes. Laver les feuilles de basilic et les ciseler. Déchirer les tranches de prosciutto. Réserver le tout.

Découper l’émincé de fausse viande ou le poulet en cubes de 2 cm (¾ de pouce). Verser l’huile dans une poêle et faire revenir la fausse viande selon les instructions (environ 4 minutes) ou faire revenir les morceaux de poulet pendant 5 minutes ou jusqu’à ce qu’ils commencent à dorer. Ajouter l’échalote et les pacanes concassées, poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Saler, poivrer et saupoudrer l’ail en poudre. Déglacer avec le vin blanc et ajouter la crème.

Deux minutes avant que les pâtes soient cuites, ajouter le prosciutto dans la sauce pour le réchauffer. Conserver quelques morceaux froid pour décorer, si désiré. Une minute plus tard, ajouter la moitié du basilic à la sauce. Goûter et rectifier l’assaisonnement au besoin. Si nécessaire, allonger la sauce avec un peu d’eau de cuisson des pâtes.

Servir les pâtes arrosées de sauce. Garnir de raisins, du restant de basilic et du prosciutto froid. Déguster!

*Si vous ne trouvez pas de prosciutto, utilisez un autre jambon cru si possible ou du jambon cuit.

Ces pâtes sont pleines de goûts et si vous êtes comme mon chéri… mettez de côté les raisins!