Mot-clé : pistaches

Une forêt de sapins

Il y une odeur de froid à l’extérieur et il y a peut-être de la neige dans votre coin. La folie des courses pour Noël est déjà bien entamée, les repas commencent à s’organiser pour les diverses célébrations et des sapins s’installent temporairement dans plusieurs chaumières. Naturel ou artificiel, sa présence est agréable, annonçant les plaisirs des fêtes qui ne tarderont pas à poindre.

C’est en pensant à tout ceci et à mes cadeaux gourmands que j’ai eu envie de créer une forêt de conifères verdoyant. Je vous propose donc une recette de biscuits à la pistache et à l’orange. Cette recette est tirée du journal Betty Bossi de novembre-décembre 2013.

Biscuits aux pistaches et à l'orange
Biscuits aux pistaches et à l’orange
Pour 70 biscuits*

3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse ou 100 g de sucre
1 pincée de sel
1 oeuf
Zeste d’une demi orange**
⅔ de tasse ou 100 g de pistaches non salées
1¼ tasse ou 150 g de farine

Déposer les pistaches dans un robot culinaire muni d’une lame en « s » et les moudre finement***.

Dans un bol, fouetter le beurre pour qu’il soit souple. Ajouter le sucre, le sel, l’oeuf et le zeste d’orange. Fouetter jusqu’à ce que la préparation blanchisse. Incorporer les pistaches moulues et la farine. Mélanger brièvement jusqu’à ce que la pâte soit homogène et souple. Emballer la pâte dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant 2 heures.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte sur une épaisseur de 5 à 7 mm (environ ¼ de pouce). À l’aide d’un emporte-pièce (étoile, sapin, canne de bonbon, etc.), découper les biscuits et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Enfourner et cuire pendant 6 à 8 minutes, les biscuits ne doivent pas ou peu coloré. Retirer les biscuits de la plaque de cuisson et laisser refroidir. Ces biscuits se conservent jusqu’à trois semaines dans une boîte hermétique.

*Pour obtenir ce nombre de biscuits, il faut utiliser un emporte-pièce de moins de 4 cm (1½ pouce) de diamètre.
**Il est possible de mettre le zeste de toute une orange, mais le goût de la pistache sera moins présent.
***C’est une hypothèse, mais je pense qu’après avoir moulu les pistaches, ajouter une partie de la farine et mixer encore quelques secondes donnerait une couleur verte plus importante aux biscuits. À essayer!

Et vous, y a-t-il un sapin qui trône dans votre habitation?

1er août : les plats de viande

Je continue avec mes recettes du 1er août. Il me reste deux recettes à base de viande à vous faire découvrir : pour les autres préparations, je n’ai pas eu l’occasion de les photographier. Pour commencer, je vous propose une recette de terrine au poulet. J’adore la terrine et il y avait un moment que je n’en avais pas cuisinée. Celle-ci est délicieuse et je compte bien la refaire en la déclinant autrement… J’ai pris cette recette sur le site de Cécile, Torchons & Serviettes.

Terrine de poulet
Terrine de poulet aux pistaches
Pour 4 à 6 personnes

300 g de poitrines de poulet
300 g de saucisses
½ tasse ou 125 g de Porto*
1 échalote
2 cuillères à thé de beurre
3 cuillères à soupe ou 45 g de Cognac
1 oeuf
1 cuillère à soupe de ciboulette fraîche, ciselée
2 cuillères à soupe de persil frais, ciselé
2 cuillères à soupe ou 20 g de pistaches entières non salées
Tranches de bacon ou de lard à griller en quantité suffisante
Piment d’Espelette ou piment d’Alep au goût
Sel et poivre

Détailler les poitrines de poulet en languettes. Saler et déposer le poulet dans un sac en plastique. Arroser la viande avec le Porto. Réfrigérer et laisser mariner pendant 8 heures.

Hacher finement l’échalote. Dans une poêle, faire fondre le beurre et ajouter l’échalote. Faire revenir l’échalote jusqu’à ce qu’elle soit translucide. Déglacer avec le Cognac et laisser réduire presque à sec. Laisser tiédir.

Préchauffer le four à 180°C (375°F).

Tapisser les parois d’un moule à terrine ou d’un petit moule rectangulaire de tranches de bacon (ou de lard à griller).

Retirer la viande de la marinade. Réserver la moitié des languettes de poulet dans un bol. Déposer le restant de volaille dans un robot muni d’une lame (ou d’un hachoir à viande) et mixer la viande en actionnant le robot par intermittence. Les morceaux de viandes hachées doivent mesurer moins de 1 cm (³⁄₈ pouce). Déposer le poulet haché dans le bol contenant les languettes de poulet.

Retirer la chair à saucisse des boyaux et l’ajouter au poulet. Incorporer l’oeuf, l’échalote, les pistaches et le piment d’Espelette (ou d’Alep). Poivrer et saler. Bien mélanger la préparation. Garnir la terrine chemiser de bacon de la préparation de viande en pressant bien. Couvrir le dessus de la terrine avec des tranches de bacon (ou de lard à griller).

Placer la terrine dans un plat allant au four et verser de l’eau chaude jusqu’au deux tiers de la hauteur du moule. Enfourner et cuire pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que la surface soit colorée. Baisser la température du four à 140°C (285°F) et poursuivre la cuisson pendant 1 heure ou jusqu’à ce qu’un thermomètre inséré au centre de la terrine atteigne 75°C (167°F).

Quand la terrine est cuite, la sortir du four et la retirer du bain-marie. Laisser tiédir pendant 10 à 15 minutes. Si désiré, égoutter le liquide dans lequel baigne la terrine (ce liquide est principalement composé de gras). Déposer ensuite une petite planchette (ou un morceau de carton rigide) de la forme du moule à terrine et recouvert de papier d’aluminium sur la terrine. Installer un poids pour presser la terrine et l’entreposer au réfrigérateur pendant 24 à 48 heures avant de la déguster. Cette terrine se conserve pendant une semaine au réfrigérateur.

*Il est possible d’utiliser un autre alcool et de modifier les assaisonnements de cette terrine. Soyez créatif.

Et vous, que mettez-vous dans vos terrines?

Résolutions, projets, envies…

En début d’année, je ne fais pas partie de ces gens qui se fixent des objectifs dès le changement de calendrier. Je crois que je n’ai même pas pris de résolution l’année dernière. Cependant, les dernières que je m’étais fixées, je les ai tenues. Pour le moment, je jongle avec quelques idées : retranscrire nos recettes préférées dans des carnets, planifier un peu plus nos repas de la semaine et faire l’inventaire du congélateur. Des choses que je vais sans doute concrétiser sans pour autant en faire des objectifs. De toute manière, il reste encore 363 jours pour découvrir ce que 2013 nous réserve.

Aujourd’hui, je vous propose une autre recette qui a pris place dans mes paniers gourmands : le nougat. Il y a un an, cette douceur aurait déjà dû y être, mais le manque de temps m’avait contrainte à abandonner certaines gourmandises. Cette année, je me suis lancée et je peux vous affirmer que ce n’est pas difficile à réaliser… D’accord, ça colle un peu, beaucoup, mais rien d’insurmontable. J’ai pris cette recette dans le magazine Ricardo volume 10, numéro 1.

Nougat au miel
Nougat aux amandes et aux pistaches
Pour 24 carrés

2 feuilles de papier azyme
1 tasse ou 200 g de sucre
½ tasse ou 170 g de miel
¼ de tasse ou 60 g d’eau
1 blanc d’oeuf
1 tasse ou 160 g d’amandes blanchies (sans la pelure)
½ tasse ou 80 g de pistaches*
2 cuillères à soupe de sucre glace (facultatif)
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena (facultatif)

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Sur une plaque de cuisson, étaler les amandes et les enfourner pendant 8 à 10 minutes pour les torréfier. Remuer un ou deux fois les amandes pendant la cuisson. Retirer du four et les laisser totalement refroidir. Étaler les pistaches sur une plaque de cuisson et les enfourner pendant 5 à 6 minutes. Les remuer à un ou deux reprises pendant la cuisson. Laisser totalement refroidir.

Huiler légèrement un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces), puis le tapisser d’une pellicule plastique. Huiler légèrement la pellicule plastique. Découper une feuille de papier azyme à la taille du moule. Déposer dans le fond du moule la feuille de papier azyme.

Dans un chaudron, porter à ébullition le sucre, le miel et l’eau. Laisser cuire sans brasser jusqu’à ce qu’un thermomètre indique 150°C (302°F). Retirer du feu.

Dans un bol à l’aide d’un batteur électrique, fouetter le blanc d’oeuf jusqu’à ce qu’il soit mousseux. Verser en filet le sirop de miel en évitant les fouets du batteur. Continuer à fouetter jusqu’à ce que le mélange épaississe, soit de 4 à 5 minutes.

Incorporer les amandes et les pistaches. Verser rapidement la préparation dans le moule préparé et égaliser la surface avec les doigts légèrement humidifiés. Couvrir avec la seconde feuille de papier azyme et au besoin, la tailler pour qu’elle s’adapte à la taille du moule. Couvrir d’une pellicule plastique et laisser reposer toute une nuit à température ambiante.

Couper le nougat en carrés. Envelopper individuellement dans du papier ciré les morceaux de nougat ou les rouler dans le sucre glace mélangé avec la fécule de maïs (ou la maïzena) avant de les emballer dans une pellicule plastique. Conserver dans un endroit frais et sec pendant environ 2 semaines.

*Il est possible de remplacer les amandes et les pistaches par d’autres fruits secs (noisettes, cerises séchées, oranges confites, etc.).

Et vous, est-ce que vous avez des projets, des objectifs ou des envies pour 2013?

Régulier, mais différent…

Je ne sais plus depuis combien de temps, mais le vendredi pour souper, je cuisine toujours du poisson. Avec le temps, il m’est plus difficile de varier la forme, le goût et la cuisson des poissons… J’improvise de plus en plus en variant surtout l’assaisonnement. Heureusement, je tombe parfois sur une recette où je me dis qu’elle pourrait bien s’adapter avec du poisson.

C’est ce qui est arrivé avec cette recette que j’ai trouvé sur le blog … in sock monkey slippers via le site Taste Spotting. Je vous propose donc un poisson aux pistaches et au panko.

Panko et pistaches
Fera panée aux pistaches et au panko
Pour 2 personnes

250 g de filets de fera ou de truite*
⅓ de tasse ou 50 g de pistaches non salées
⅓ de tasse ou 27 g de panko**
½ cuillère à soupe de paprika doux
¾ de cuillère à thé de sel
1 oeuf
Sel et poivre

Préchauffer le four à 200°C.

Dans un robot culinaire muni d’une lame en « s », mixer les pistaches, le paprika doux et le sel. Ajouter le panko et mixer quelques secondes de plus. Verser cette préparation dans une grande assiette.

Dans un bol, fouetter l’oeuf avec 1 cuillère à soupe d’eau.

Saler et poivrer les filets de fera. Tremper les filets de poisson dans la préparation d’oeuf puis dans la chapelure de pistaches et de panko.

Déposer les filets de fera sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et enfourner pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la chair du poisson se détache facilement. Servir sans attendre avec des quartiers de citron.

*Il est possible d’utiliser du poisson avec ou sans la peau. S’il y a la peau sur les filets de poisson, vous pouvez la retirer ou seulement paner le côté chair du filet.
**Le panko est une chapelure de pain japonaise. Elle est plus légère que la chapelure traditionnelle et elle a une texture plus croustillante. On la trouve en général dans les épiceries asiatiques; au Québec, elle peut également se retrouver dans certaines épiceries. Il est possible de remplacer le panko par des céréales de riz soufflées (style Rice Krispies) légèrement concassées.

Et vous, est-ce qu’il vous arrive d’adapter une recette pour l’apprêter avec une autre viande, poisson ou protéine végétale (lentilles, tofu, etc.)?

Complétons la boîte…

Pour faire suite à dimanche, je vous propose les recettes des autres bouchées chocolatées que j’avais préparées pour Pâques. Ainsi, vous aurez toutes les recettes pour reproduire cette petite boîte gourmande ou seulement les bouchées qui vous interpellent. Les boîtes contenaient des chocolats aux fruits secs, j’ai fait deux versions : l’une avec du chocolat noir et l’autre avec du chocolat au lait. Je me suis basé sur la recette d’Amuse bouche.

Pour compléter l’ensemble, j’avais également fait des truffes avec coeur au lait et enrobage au chocolat noir tempéré (oui, j’insiste, ça fait une différence : l’extérieur est craquant et ainsi les truffes se conservent à température ambiante sans fondre). Pour la recette, je vous redirige sur celle-ci : il suffit de faire une demi-recette en remplaçant le chocolat noir par 250 g (8 onces) de chocolat au lait et de faire une enrobage avec du chocolat noir. Voilà qui complète la boîte.

Bouchées chocolatées
Chocolats aux fruits secs
Pour environ 40 carrés

Chocolats noirs aux noix et aux canneberges
200 g (7 onces) de chocolat noir à 55-65% de cacao
3 cuillères à soupe ou 50 g de crème à 35 % ou entière
⅓ de tasse ou 50 g de noisettes*
⅓ de tasse ou 50 g d’amandes
⅓ de tasse ou 50 g de pistaches non salées
⅓ de tasse ou 50 g de canneberges séchées

Chocolats au lait à la noix de coco et à l’ananas
226 g (8 onces) de chocolat au lait**
3 cuillères à soupe ou 50 g de crème à 35 % ou entière
½ tasse ou 75 g de noix de coco séché coupé en dès***
⅓ de tasse ou 75 g d’ananas séché coupé en dès

Chocolats noirs aux noix et aux canneberges
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Chemiser d’une pellicule plastique un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces)****.

Sur une plaque de cuisson, recouverte ou non de papier parchemin, étaler les noisettes, les amandes et les pistaches. Enfourner et cuire pendant 5 minutes pour torréfier les noix. Sortir du four et laisser totalement refroidir.

Dans une casserole ou au four micro-ondes, porter la crème à ébullition***** et réserver.

Hacher finement le chocolat noir et le déposer dans un bol. Au bain-marie, faire fondre le chocolat. Hors du feu ajouter la crème et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Incorporer les noisettes, les amandes, les pistaches et les canneberges séchées. Verser dans le moule rectangulaire et lisser la surface. Placer au réfrigérateur pendant 4 heures ou jusqu’à ce que le chocolat ait durci.

Démouler, retirer le film plastique et découper le chocolat selon l’envie. Le chocolat se conserve pendant 1 mois à température ambiante dans une boîte qui ferme hermétiquement et 3 mois au réfrigérateur.

Chocolats au lait à la noix de coco et à l’ananas
Chemiser d’une pellicule plastique un moule rectangulaire d’environ 10 cm par 20 cm (4 pouces par 8 pouces).

Dans une casserole ou au four micro-ondes, porter la crème à ébullition et réserver.

Hacher finement le chocolat au lait et le déposer dans un bol. Au bain-marie, faire fondre le chocolat. Hors du feu ajouter la crème et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Incorporer les dés de noix de coco et d’ananas séché. Verser dans le moule rectangulaire et lisser la surface. Placer au réfrigérateur pendant 4 heures ou jusqu’à ce que le chocolat ait durci.

Démouler, retirer le film plastique et découper le chocolat selon l’envie. Le chocolat se conserve pendant 1 mois à température ambiante dans une boîte qui ferme hermétiquement et 3 mois au réfrigérateur.

*Il est possible de remplacer les noisettes, les amandes, les pistaches ou les canneberges par d’autres noix ou d’autres fruits secs au choix. Il faut seulement conserver les proportions. Il est également possible d’omettre un des fruits.
**Selon le chocolat utilisé (noir, au lait ou blanc), il faut plus de chocolat pour une même quantité de crème. Plus un chocolat contient un haut pourcentage de cacao, plus il a besoin de crème et vice versa. C’est pourquoi j’ai légèrement augmenté la quantité de chocolat pour cette recette.
***Il ne faut pas utiliser la noix de coco râpée. J’ai utilisé des bâtonnets de noix de coco que j’ai coupés en dès. J’ai fait de même pour l’ananas. Vous pourriez également utiliser de la banane séchée, de la mangue séchée et autres que vous trouvez dans votre épicerie.
****Vous pouvez utiliser un moule en silicone, dans ce cas, il n’est pas nécessaire de filmer le moule.
*****Il est important de faire bouillir la crème, cela permet de pouvoir conserver les chocolats à température ambiante pendant 1 mois sans risque.

Alors, quelle bouchée vous plaît le plus?