Mot-clé : pâte de tomate

Fondue, prise 2

Voici une autre façon de retrouver le plaisir de la fondue chinoise sans utiliser de caquelon. Pour cette recette, il suffit de faire cuire des boulettes de viande dans un bouillon. Sur le moment, je voulais simplement tester la recette de boulettes pour fondue chinoise. Je n’avais jamais vu des boulettes de viande pour une fondue. Le plus étonnant, c’est qu’en parcourant le rayon des surgelés, j’ai vu des plateaux de viandes à fondue proposant des boulettes de viande. Il faut croire que certaines familles ont cette habitude.

La recette que je vous propose (et qui m’a grandement interpellée) est tirée du magazine 3 fois par jour d’hiver 2015. La méthode de cuisson est la mienne, mais libre à vous de recourir à un caquelon pour faire une fondue de manière plus classique.

Boulettes de boeuf pour la fondue chinoise
Boulettes de boeuf et bouillon pour la fondue chinoise
Pour 4 personnes

Boulettes
454 g de boeuf haché
1 cuillère à soupe de pâte de tomate
1 gousse d’ail
2 cuillères à thé de sauce de poisson
½ tasse ou 120 g de chapelure
1 oeuf

Bouillon*
1 cuillère à soupe d’huile végétale
2 oignons
2 gousses d’ail
2 cuillères à soupe de pâte de tomate
1 tasse ou 250 g de vin rouge
4 tasses ou 1000 g de bouillon de boeuf**
¼ de tasse ou 60 g de sauce soja
1 cuillère à thé de purée de raifort (facultatif)
Sel et poivre

Boulettes
Hacher finement la gousse d’ail.

Dans un grand bol, mélanger le boeuf haché, la pâte de tomate, l’ail, la sauce de poisson, la chapelure et l’oeuf. Saler et poivrer. Façonner des boulettes d’environ 2,5 cm (1 pouce) de diamètre. Déposer les boulettes sur une assiette, couvrir d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant au minimum 1 heure. Cette étape garantit la bonne tenue des boulettes pendant la cuisson.

Bouillon
Hacher les oignons et les gousses d’ail.

Dans un grand chaudron, chauffer l’huile. Ajouter les oignons et le faire revenir pendant 10 minutes ou jusqu’à ce qu’ils soient légèrement colorés. Ajouter l’ail et la pâte de tomates, puis poursuivre la cuisson pendant 2 minutes. Déglacer avec le vin rouge. Incorporer le bouillon de boeuf, la sauce soja et la purée de raifort. Porter à ébullition, réduire le feu et laisser mijoter pendant 10 minutes. Saler et poivrer au goût.

Cuisson
Préchauffer le four à 60°C (140°F).

Le bouillon doit frémir doucement. Ajouter le tiers des boulettes de viande et laisser cuire pendant 5 minutes. Vérifier la cuisson d’une boulette et ajuster le temps de cuisson au besoin. Retirer les boulettes du bouillon à l’aide d’un écumoire et les déposer dans un plat allant au four. Réserver les boulettes au four. Répéter l’opération jusqu’à ce que toutes les boulettes soient cuites. Déposer le plat contenant les boulettes à table et laisser chacun se servir. Accompagner les boulettes de vos sauces à fondue favorites. Déguster avec plaisir.

*Vous pourriez utiliser un bouillon du commerce si vous êtes pressés. Ce bouillon peut aussi être utilisé dans un caquelon pour une fondue chinoise classique. Avec le surplus de bouillon, réalisez une soupe ou utilisez-le pour cuire du riz, des pâtes, des pommes de terre ou un ragoût.
**Si vous en trouvez, préférez un bouillon de boeuf réduit en sel.

Et vous, avez-vous l’habitude d’avoir des boulettes de viande avec votre fondue chinoise?

À chaque famille, son boeuf bourguignon

Chez mes parents, quand il y a un ragoût, il s’agit d’un boeuf bourguignon. Je n’ai pas toujours apprécié ce plat, mais maintenant, je l’adore : c’est un plat tellement réconfortant! Une fois, j’ai essayé une autre recette que celle de mes parents. Il s’agissait d’un boeuf bourguignon qui demandait 5 heures de cuisson… Après une attente aussi longue, nous avons été bien déçus du résultat et je me suis promis de ne jamais remettre autant de temps sur un ragoût. Le temps passe et j’ai toujours eu beaucoup de mal à faire un autre boeuf bourguignon que celui de mes parents. Pourtant, j’ai fait une infidélité et le résultat est sublime. Bien sûr, je ne vais pas renier la recette de ma famille, mais j’ai découvert que deux boeufs bourguignons pouvaient être fort différent.

Je vous propose donc un boeuf bourguignon avec une garniture au bacon. Une belle recette pour recevoir pendant le temps des fêtes. J’ai découvert cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Boeuf bourguignon et sa garniture au bacon
Boeuf bourguignon et sa garniture au bacon
Pour 6 personnes

2 tasses ou 300 g d’oignons perlés*
¼ de tasse ou 35 g de farine
2 cuillères à thé de fleur de sel
2 cuillères à thé de paprika doux (facultatif)
900 g de cuisse de boeuf ou de boeuf à ragoût, coupé
  en cubes
2 cuillères à soupe de beurre
3 branches de céleri
3 carottes
3 gousses d’ail
3 échalotes
2¼ de tasses ou 562 g de bouillon de boeuf
1 tasse ou 250 g de bouillon de légumes
1½ tasse ou 375 g de vin rouge**
⅓ de tasse ou g de pâte de tomate
8 tranches de bacon***
227 à 250 g de champignons blancs (ou une barquette)
Sel et poivre

Remplir un chaudron d’eau et porter à ébullition. Quand l’eau bout, verser les oignons perlés dans l’eau et laisser mijoter pendant 3 minutes. Égoutter les oignons et les rincer sous l’eau froide. Avec les mains, éplucher les oignons.

Couper en dés ou en demi-rondelles les branches de céleri et les carottes. Hacher les gousses d’ail et ciseler les échalotes. Trancher les champignons.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un grand bol, mélanger la farine, la fleur de sel et le paprika. Ajouter les cubes de boeuf et bien mélanger pour enrober chaque cubes de farine assaisonnée.

Dans un grand chaudron, déposer le beurre et chauffer le corps gras. Quand le beurre est bien chaud, déposer les cubes de boeuf et les dorer sur tous les côtés. Effectuer cette opération en plusieurs fois et réserver les morceaux de viande dans une assiette.

Quand tous les morceaux de viande sont dorés, ajouter les branches de céleri, les carottes et les échalotes. Cuire pendant 4 minutes, puis ajouter l’ail et poursuivre la cuisson pendant 1 minutes. Saler et poivrer. Remettre la viande dans le chaudron. Verser les bouillons, le vin et la pâte de tomate, puis porter à ébullition. Enfourner et cuire pendant 2 heures. Vérifier régulièrement la cuisson et au besoin, ajouter de l’eau.

Couper le bacon en lardon. Déposer le bacon dans une poêle et le faire cuire jusqu’à ce qu’il soit bien croustillant. Ajouter les champignons et les oignons. Poursuivre la cuisson jusqu’à ce que les légumes soient colorés. Incorporer cette garniture dans le chaudron. Remettre le chaudron au four et poursuivre la cuisson pendant 30 minutes.

Servir avec une purée de pommes de terre ou des pâtes. Déguster avec plaisir.

*J’avoue le poids des oignons perlés est une estimation : utilisez la quantité qui vous plaît. D’autre part, je n’ai pas trouvé d’oignons perlés (ou d’oignons à marinade), j’ai donc mis 4 oignons jaunes que j’ai coupés en demi-rondelle.
**Tous les vins rouges ne sont pas équivalent en cuisine, préférez un vin rouge corsé : j’aime bien utilisé des vins contenant le cépage syrah ou cornalin. Voici un petit truc : plus le vin rouge est clair, moins le vin est corsé et vice versa.
***Privilégiez des tranches de bacon épaisses ou utilisez des lardons. Vous pouvez augmenter la quantité…

Et vous, êtes-vous fidèle à votre recette de boeuf bourguignon?

Entre planification et improvisation

Pour la fin de semaine, nous avions décidé de bouger samedi et de rester tranquille chez nous le dimanche. Cela était sans compter sur le talent de ma belle-famille pour improviser un repas à la dernière minute. Samedi, nous avions croisé ma belle-mère chez la grand-mère de mon chéri. Par le hasard des conversations, nous avions glissé quelques mots comme quoi nous prévoyons une brisolée (un repas avec des châtaignes) pour le dimanche. L’idée a enchanté ma belle-mère et de fil en aiguille, nous nous sommes dit que nous pourrions partager ce repas. Quelques téléphones plus tard et un petit passage à la dernière minute à l’épicerie, toute la famille de mon chéri s’était entendu pour se retrouver le dimanche midi pour une brisolée. Voilà comment un dimanche tranquille se transforme en une journée beaucoup plus mouvementée.

Je ne sais pas trop comment enchaîner pour vous présenter la recette du jour. Je veux vous proposer une recette de pâte à la bolognaise. La recette est simple et délicieuse : la texture de la viande est incroyable. J’ai même testé cette recette dans une lasagne : dans ce cas, il faut réduire la quantité de bouillon pour ne pas avoir une préparation trop liquide. J’ai pris cette recette sur le site de Qu’est-ce qu’on mange pour souper?.

Fusilli à la bolognaise selon Danny St Pierre
Fusilli à la bolognaise selon Danny St Pierre
Pour 4 personnes

2 tranches de pancetta de 1 cm d’épaisseur*
1 petit oignon
1 carotte
½ branche de céleri
1 tasse ou 250 g de lait
1 pincée de graines de fenouil (facultatif)
1 feuille de laurier
1 cuillère à thé d’origan séché
1 cuillère à thé de sauce Worcestershire
¼ de tasse ou 80 g de pâte de tomate
⅓ de tasse ou 80 g de vin rouge
1¼ tasse ou 310 g de bouillon de boeuf
400 g de boeuf haché**
4 portions ou 300 g de fusilli ou d’autres pâtes courtes
  (farfalle, penne, etc.)
Sel et poivre

Remplir une grande casserole d’eau et porter à ébullition.

Hacher grossièrement l’oignon, la carotte et le céleri. Déposer les morceaux de légumes dans un robot culinaire muni d’une lame en « s ». Mixer jusqu’à ce que les légumes soient finement hachés. Réserver.

Couper la pancetta en dés. Déposer la pancetta dans un chaudron et la faire griller. Quand la pancetta est bien dorée, ajouter les légumes et cuire pendant 4 minutes. Ajouter la viande et le lait. Défaire la viande à l’aide d’une cuillère en bois ou d’un fouet. Laisser réduire, puis ajouter les graines de fenouil, la feuille de laurier et l’origan.

En parallèle, saler l’eau à ébullition et ajouter les pâtes. Faire cuire les pâtes pendant 6 minutes. Prélever 1 tasse ou 250 g d’eau de cuisson et réserver. Égoutter les pâtes.

Quand il ne reste presque plus de liquide dans le chaudron contenant la viande, ajouter la sauce Worcestershire, la pâte de tomate, le vin rouge et le bouillon de boeuf. Laisser mijoter pendant 10 minutes.

Ajouter les pâtes à la sauce et poursuivre la cuisson pendant 2 minutes ou jusqu’à ce que les pâtes soient cuites. Au besoin, ajouter l’eau de cuisson pour allonger la sauce. Saler et poivrer. Servir et si désiré, ajouter un filet d’huile d’olive, du persil ciselé et du parmesan. Déguster avec plaisir.

*Il est possible de remplacer la pancetta par 3 ou 4 tranches de bacon ou de lard à griller ou de lardons.
**Vous pouvez remplacer le boeuf haché par une autre viande hachée ou mélange de viandes hachées.

Et vous, est-ce que votre famille (ou belle-famille) a du talent pour planifier un repas à la dernière minute?

Le petit banc…

À côté de ma table de chevet, il y a un petit banc. Il est rarement utilisé pour s’assoir et il n’y a pas non plus des vêtements qui viennent s’y choir. À quoi sert-il? À accueillir des livres! Au début, il y avait qu’une ou deux revues, ensuite j’ai commencé à y entasser des livres de cuisine que je feuilletaient le soir. Maintenant, il supporte une pile de livres qui n’ont pu être logés dans une bibliothèque. Le problème avec ce petit banc, c’est que le nombre de livre augmente et que j’ai un peu de mal à penser à les prendre en cuisine.

Dans ma pile, il y a le livre Ensemble de Christelle Tanielian, Christelle is flabbergasting. Je l’ai feuilleté de nombreuses fois, mais je n’avais encore jamais testé une recette. Maintenant, c’est chose faite. J’ai adoré les brochettes de kofta… que je n’ai pas mis sur un pique en bois puisque que je les ai cuit au four et non sur un barbecue.

Brochettes de kofta
Brochettes de kofta sans pique en bois
Pour 4 personnes

400 g de boeuf haché
2 cuillères à thé d’huile d’olive
½ oignon
1 cuillère à thé de fleur d’ail ou 1 gousse d’ail
  finement hachée
¼ de tasse ou 30 g de noix de Grenoble* hachée
  grossièrement
3 cuillères à soupe de persil plat ciselé
1 cuillère à soupe de menthe fraîche ciselée
1 cuillère à soupe de pâte de tomate
1 cuillère à thé de vinaigre de vin rouge ou de cidre
¾ de cuillère à thé de sel
½ cuillère à thé de cumin moulu
¼ de cuillère à thé de piment d’Alep**
Poivre

Hacher finement l’oignon. Verser l’huile dans une poêle et y déposer l’oignon. Faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit translucide et tendre***. Retirer du feu et laisser tiédir.

Dans un bol, mélanger la viande avec la fleur d’ail (ou l’ail), les noix, le persil, la menthe, la pâte de tomate, le vinaigre de vin rouge (ou de cidre), le sel, le cumin et le piment d’Alep. Poivrer et ajouter l’oignon. Si désiré, prélever une petite quantité de viande et la faire cuire dans une poêle, goûter et rectifier l’assaisonnement au besoin.

Diviser la viande en 8 parts égales. Humidifier vos mains et façonner chaque morceaux de viande en un boudin, un peu comme une saucisse. Déposer les « brochettes » sur une assiette**** et réfrigérer pendant 1 à 2 heures, voire plus.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Recouvrir une plaque de cuisson de papier parchemin et déposer les brochettes. Enfourner et cuire pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit dorée et cuite. À mi-cuisson, retourner les brochettes. Servir sans attendre avec du riz ou sur un pain pita. Déguster avec plaisir.

*Il est possible d’utiliser des noix de pin, des amandes, etc. Choisissez une noix que vous aimez.
**Vous pouvez remplacer le piment d’Alep par du piment d’Espelette, un autre piment doux ou du paprika si vous n’avez rien d’autre sous la main.
***Vous pouvez omettre cette étape. Moi, je n’aime pas mettre de l’oignon cru dans de la viande : la texture après la cuisson me déplaît.
****Vous pouvez déposer vos brochettes sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et glissez ensuite directement la plaque du réfrigérateur au four. Je n’ai pas utilisé cette technique, car j’ai rarement un espace libre assez grand dans mon réfrigérateur pour pouvoir y glisser une plaque de cuisson.

Et vous, qu’est-ce qu’il y a sur votre table de chevet (ou un petit banc) de votre chambre?

Une belle fin de semaine

Hier matin, j’ai livré mon gâteau. Avant le départ, j’étais un peu, beaucoup… énormément stressée. J’avais fait un personnage et ses doigts étaient très fragiles. Ils m’avaient même déjà causé des soucis quelques jours plus tôt. Juste avant le départ, je finalise quelques détails et là, un doigt devient mobile et un deuxième décide de suivre le mouvement. Le stress monte à une vitesse fulgurante, j’étais sur le point de préparer le gâteau pour le départ et ce petit contre temps me fait perdre mes moyens. J’ai les mains qui tremblent comme des feuilles (le truc normal quand je suis stressée), je dois réfléchir et agir rapidement. Bref, j’ai fait une petite réparation qui m’a semblé prendre une éternité, puis j’ai demandé les mains calmes (et très fiables) de mon chéri pour déplacer le personnage. Nous sommes arrivés à bon port sans autre encombre. La maman était très heureuse du résultat (pour mon plus grand plaisir) et le stress est retombé d’un coup me laissant dans un état de fatigue pour le reste de la journée qui fut pourtant bien agréable.

Aujourd’hui, je suis descendue à Genève pour un atelier sur les fleurs avec Mila Iquise. J’ai rencontré Mila lorsque de mon premier atelier sur la pâte à sucre. Elle débutait elle aussi et avait un grand intérêt (et l’a toujours) pour les fleurs en sucre. Elle a appris en autodidacte et au fil du temps, elle est devenue une véritable référence. Si vous vous intéressez aux fleurs en pâte à sucre, je vous encourage fortement à suivre un atelier avec Mila qui a toutes les qualités pour transmettre son savoir et sa passion. Et si ce n’est pas possible, je vous invite à vous procurer son magnifique livre : L’art exquis des fleurs en sucre.

Après ce long « bla bla », voici une recette de poulet Korma. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Poulet Korma
Poulet Korma
Pour 3 personnes

300 g de poitrines de poulet
¾ de tasse ou 180 g de yogourt nature
½ cuillère à thé de miel
1 cuillère à thé de garam masala
2 gousses d’ail, haché
1 cuillère à soupe de gingembre frais râpé
½ cuillère à thé de sel
1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 oignon
2 cuillères à soupe de pâte de tomate
½ tasse ou 125 g de lait de coco
½ cuillère à soupe de farine* (facultatif)
Amandes ou noix de cajou au goût (facultatif)
Sel et poivre

Dans un bol, mélanger le yogourt, le miel, le garam masala, l’ail, le gingembre et la ½ cuillère à thé de sel. Poivrer au goût.

Découper les poitrines de poulet en dés et les ajouter à la marinade de yogourt. Bien mélanger et couvrir. Réfrigérer et laisser mariner pendant au moins 2 heures.

Hacher l’oignon. Verser l’huile dans la poêle et faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit translucide. Saler et poivrer. Incorporer la pâte de tomate et bien mélanger.

Sortir le poulet dans la marinade du réfrigérateur. Verser le poulet et la marinade dans la poêle contenant l’oignon.

Délayer la farine dans le lait de coco et ajouter le tout dans la poêle. Porter à ébullition et laisser mijoter pendant 15 minutes ou jusqu’à ce que le poulet soit bien cuit**.

Servir avec du riz ou du pains naan et garnir d’amandes ou de noix de cajou. Déguster avec plaisir.

*J’ai ajouté la farine pour être certaine que le yogourt ne se sépare pas à la cuisson.
**Comme la marinade sert à la sauce, elle doit mijoter au minimum pendant 10 minutes pour des raisons de sécurité alimentaire.

Et vous, avez-vous eu une belle fin de semaine?