Mot-clé : ciboulette

Des photos pas top…

J’ai constitué une jolie réserve de photos de recette. Malheureusement, la réussite n’est pas toujours au rendez-vous : prise trop vite, mauvaise lumière, distraction de la photographe, etc. Il est tellement facile de rater des photos. Après vient toujours l’hésitation : est-ce que j’utilise telle ou telle photo? Je sais que je me suis améliorée depuis le début de mon blog, mais je suis encore bien loin d’avoir une maîtrise de mon appareil. Ça m’enrage un peu quand je veux vous présenter une recette, mais que les photos ne sont pas à mon goût. Souvent, je laisse tomber et je vous propose une autre recette, mais certaines recettes me font hésiter.

Aujourd’hui, c’est le cas : je n’aime pas mes photos, mais j’ai vraiment un agréable souvenir de cette recette. Je vous propose donc une recette de côtelettes d’agneau. J’ai déniché cette recette sur le site de Sandra, Cuisine Addict.

Côtelettes d'agneau à la moutarde et aux herbes
Côtelettes d’agneau à la moutarde et aux herbes
Pour 4 personnes

12 côtelettes d’agneau
1⅔ tasse ou 200 g de chapelure
1 citron ou 2 limes pour le zeste
1 cuillère à soupe d’herbes fraîches ciselées (ciboulette,
  basilic, romarin, persil, menthe, etc.)
3 cuillères à soupe de farine
3 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
1½ cuillère à soupe de miel
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Dans un petit bol, mélanger la moutarde et le miel.

Dans un second bol, mélanger la chapelure, le zeste de citron (ou des limes) et les herbes fraîches. Saler et poivrer au goût.

Verser la farine dans une assiette. Enfariner les côtelettes d’agneau en veillant à retirer l’excédent de farine. Badigeonner chaque côtelettes avec le mélange de moutarde et de miel, puis les enrober avec la chapelure aux herbes. Réserver au frais pendant 30 minutes*.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, cuire les côtelettes pendant 2 à 3 minutes de chaque côté. Servir et déguster avec plaisir.

*Il est possible d’omettre cette étape.

Et vous, comment vous en tirez-vous en photographie?

Entre deux

Habituellement à cette période, j’ai plutôt l’habitude de vous proposer une recette de soupe. Malheureusement, je n’ai pas mitonné de nouvelle recette de ce genre. Pour rester dans le même esprit, je vous propose une petite recette simple et rapide qui s’intercalera bien entre deux repas festifs.

La recette que je vous présente aujourd’hui est tiré du livre Escalopes & steaks de Betty Bossi, soit des escalopes de boeuf accompagnées d’une sauce au vin blanc et à la ciboulette.

Escalopes de boeuf sauce au vin blanc et à la ciboulette
Escalopes de boeuf sauce au vin blanc et à la ciboulette
Pour 3 personnes

300 g d’escalopes de boeuf*
1 cuillère à soupe d’huile végétale**
1 petit oignon
½ cuillère à soupe de beurre
⅓ de tasse et 2 cuillère à thé ou 100 g de vin blanc
¾ de tasse ou 180 g de crème à cuisson ou de demi-crème
2 cuillères à soupe de ciboulette fraîche, ciselée
Sel et poivre

Hacher finement l’oignon.

Dans un chaudron, faire fondre le beurre. Quand le corps gras est bien chaud, ajouter l’oignon et le faire revenir jusqu’à ce qu’il soit translucide. Déglacer avec le vin et la crème. Porter à ébullition, réduire le feu et laisser mijoter doucement pendant 5 minutes. Ajouter la ciboulette, saler et poivrer. Réserver au chaud.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand l’huile est bien chaude, griller les escalopes de boeuf. Saler et poivrer. Servir les escalopes nappées de sauce et accompagnés d’un légumes ou d’une salade.

*Vous pourriez aussi utiliser des escalopes de dindon, de veau, de porc, etc.
**Si vous le désirez, remplacez l’huile par du beurre pour cuire les escalopes.

Et vous, que mangez-vous entre les repas de fêtes?

Du nouveau…

Il y a bien longtemps que j’y songe et il aura fallu bien du temps avant qu’il arrive : un nouveau design pour Une souris dans ma cuisine! C’est le premier remaniement de mon blog… malgré qu’en coulisse, on peut parler du deuxième. Et oui, j’avais déjà refait le visuel, mais au moment de le mettre en ligne, il ne me plaisait plus du tout et j’ai tout effacé pour mieux recommencer. Voici le résultat! Il y a quelques nouveautés dont un outil de recherche (enfin, me dirons certains…), un index par catégorie et un autre outil de recherche dans l’index. Bref, j’espère qu’il vous plaît.

Aujourd’hui, je vous propose donc des samoussas au saumon. J’ai pris cette recette chez Nadoo, Cooking Nadoo, à point c’est tout. J’ai légèrement modifié la recette : j’ai omis le saumon (ou truite) fumé et j’ai ajouté un peu de poireau.

Samoussas de saumon
Samoussas de saumon à la ciboulette
Pour 8 à 10 samoussas

220 g de filet de saumon sans la peau
2 cuillères à soupe de ciboulette ciselée
1 cuillère à thé de moutarde de Dijon
3 cuillères à soupe de crème à cuisson ou de demi-crème
5 feuilles de brick ou de pâte phyllo
2 cuillères à soupe de beurre fondu
1 morceau de poireau d’environ 5 cm (2 pouces) de long
Sel et poivre

Trancher le poireau sur la longueur, le rincer sous l’eau puis le découper en demi-rondelles fines.

Dans une poêle, faire chauffer la moitié du beurre et ajouter le poireau. Saler et poivrer. Attendrir le poireau environ 2 minutes. Retirer du feu et laisser tiédir.

Couper le saumon en petits dés et les déposer dans un bol. Ajouter la ciboulette, la moutarde de Dijon, la crème et le poireau. Bien mélanger.

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Couper les feuilles de brick en deux (ou les feuilles de phyllo en 2 ou 3 rectangles). Prendre une demi-feuille, replier en deux pour obtenir une bande d’environ 5 ou 6 cm (2 ou 2 ¼ pouces) de large. À une extrémité de la bande, déposer une cuillère à soupe du mélange de saumon. Replier un coin de la pâte sur la garniture. Un triangle devrait s’esquisser. Continuer de plier en suivant l’arrête du triangle sur la pâte. Utiliser de le beurre fondu, si nécessaire, pour coller la pâte et finir le triangle*.

Déposer les triangles sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Badigeonner chaque triangle avec un peu de beurre fondu. Enfourner et cuire pendant 15 à 20 minutes ou jusqu’à ce que les triangles soient bien dorés. Servir et déguster chaud.

*Pour le pliage, utiliser la méthode que vous préférez. Voici un lien sur le site Pause-Café & gourmandises, une référence pour le pliage des triangles, des carrés et des rouleaux.

Alors, que pensez-vous du nouveau thème d’Une souris dans ma cuisine?

1er août : les plats de viande

Je continue avec mes recettes du 1er août. Il me reste deux recettes à base de viande à vous faire découvrir : pour les autres préparations, je n’ai pas eu l’occasion de les photographier. Pour commencer, je vous propose une recette de terrine au poulet. J’adore la terrine et il y avait un moment que je n’en avais pas cuisinée. Celle-ci est délicieuse et je compte bien la refaire en la déclinant autrement… J’ai pris cette recette sur le site de Cécile, Torchons & Serviettes.

Terrine de poulet
Terrine de poulet aux pistaches
Pour 4 à 6 personnes

300 g de poitrines de poulet
300 g de saucisses
½ tasse ou 125 g de Porto*
1 échalote
2 cuillères à thé de beurre
3 cuillères à soupe ou 45 g de Cognac
1 oeuf
1 cuillère à soupe de ciboulette fraîche, ciselée
2 cuillères à soupe de persil frais, ciselé
2 cuillères à soupe ou 20 g de pistaches entières non salées
Tranches de bacon ou de lard à griller en quantité suffisante
Piment d’Espelette ou piment d’Alep au goût
Sel et poivre

Détailler les poitrines de poulet en languettes. Saler et déposer le poulet dans un sac en plastique. Arroser la viande avec le Porto. Réfrigérer et laisser mariner pendant 8 heures.

Hacher finement l’échalote. Dans une poêle, faire fondre le beurre et ajouter l’échalote. Faire revenir l’échalote jusqu’à ce qu’elle soit translucide. Déglacer avec le Cognac et laisser réduire presque à sec. Laisser tiédir.

Préchauffer le four à 180°C (375°F).

Tapisser les parois d’un moule à terrine ou d’un petit moule rectangulaire de tranches de bacon (ou de lard à griller).

Retirer la viande de la marinade. Réserver la moitié des languettes de poulet dans un bol. Déposer le restant de volaille dans un robot muni d’une lame (ou d’un hachoir à viande) et mixer la viande en actionnant le robot par intermittence. Les morceaux de viandes hachées doivent mesurer moins de 1 cm (³⁄₈ pouce). Déposer le poulet haché dans le bol contenant les languettes de poulet.

Retirer la chair à saucisse des boyaux et l’ajouter au poulet. Incorporer l’oeuf, l’échalote, les pistaches et le piment d’Espelette (ou d’Alep). Poivrer et saler. Bien mélanger la préparation. Garnir la terrine chemiser de bacon de la préparation de viande en pressant bien. Couvrir le dessus de la terrine avec des tranches de bacon (ou de lard à griller).

Placer la terrine dans un plat allant au four et verser de l’eau chaude jusqu’au deux tiers de la hauteur du moule. Enfourner et cuire pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que la surface soit colorée. Baisser la température du four à 140°C (285°F) et poursuivre la cuisson pendant 1 heure ou jusqu’à ce qu’un thermomètre inséré au centre de la terrine atteigne 75°C (167°F).

Quand la terrine est cuite, la sortir du four et la retirer du bain-marie. Laisser tiédir pendant 10 à 15 minutes. Si désiré, égoutter le liquide dans lequel baigne la terrine (ce liquide est principalement composé de gras). Déposer ensuite une petite planchette (ou un morceau de carton rigide) de la forme du moule à terrine et recouvert de papier d’aluminium sur la terrine. Installer un poids pour presser la terrine et l’entreposer au réfrigérateur pendant 24 à 48 heures avant de la déguster. Cette terrine se conserve pendant une semaine au réfrigérateur.

*Il est possible d’utiliser un autre alcool et de modifier les assaisonnements de cette terrine. Soyez créatif.

Et vous, que mettez-vous dans vos terrines?

Petite canicule…

Cette fin de semaine n’aura pas été très active ni très rafraîchissante. Avec une chaleur presque étouffante et des soirées tropicales, nous avons préféré rester encabanés, fenêtres et volets clos. Je n’ai rien contre la chaleur, mais à 36°C, ce n’est pas le temps idéal pour se mouvoir et se balader en famille.

Ma cuisine aura aussi été simple et fraîche : le moins de cuisson possible ou des repas froids. Je vous proposerai bien un melon-jambon, mais ce n’est pas une recette (C’est tout de même délicieux!). De plus, même si j’ai quelques recettes dans mes bagages pour ces périodes chaudes, je n’ai jamais pris le temps de faire des photos : je vais y remédier… du moins, je l’espère. En attendant, je vous suggère une petite recette de poisson. Je vous propose donc un saumon amandine d’après une recette de Ricardo issue de son magazine volume 8, numéro 8.

Saumon sauce au beurre
Saumon amandine
Pour 2 personnes

225 g de filet de saumon*
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
2½ cuillères à soupe de beurre
2 cuillères à soupe d’amandes effilées, grillées
1 cuillère à thé de câpres hachées
½ cuillère à soupe de ciboulette fraîche ciselée
Sel et poivre

Dans une poêle, chauffer l’huile et une ½ cuillère à soupe de beurre. Quand les corps gras sont bien chauds, dorer le saumon de chaque côté jusqu’à la cuisson désirée. Saler et poivrer le poisson. Réserver le poisson au chaud.

Dans la même poêle, ajouter le beurre restant et le cuire jusqu’à ce qu’il prenne une teinte noisette. Retirer du feu et tamiser le beurre dans un bol. Ajouter les amandes, les câpres et la ciboulette.

Napper le saumon de beurre et servir sans attendre.

*Il est possible de remplacer le saumon par un autre poisson, par exemple du doré.

Et vous, à partir de quelle température restez-vous cloîtré dans votre domicile?