Mot-clé : chocolat

Pourquoi je fais des réserves…

Il y a peu, je vous parlais de mes provisions de petits fruits au congélateur. Je constate que je fais souvent ces réserves dans l’idée de les utiliser pendant l’hiver. Curieusement, c’est seulement quand les nouvelles récoltes arrivent que je songe à les utiliser. Bref, j’en viens à me demander pourquoi je fais des réserves…

En attendant que je mette la main à la pâte pour réaliser une pâtisserie avec des fraises fraîches, je vous propose un croustillant qui m’a permis de réduire mes réserves de fruits congelés. Cette recette est tiré du magazine Ricardo volume 9, numéro 7.

Croustillant aux fraises et aux framboises
Croustillant aux fraises et aux framboises
Pour 6 personnes

Croustillant
1 tasse ou 150 g de pacanes ou noix de pécan concassées
1 tasse ou 125 g de flocons d’avoine
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
½ tasse ou 60 g de farine
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, fondu

Garniture
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
50 g (2 onces) de chocolat blanc haché*
1 cuillère à soupe de farine**
3 tasses ou 375 g de fraises*** coupées en deux
2 tasses ou 220 g de framboises

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Croustillant
Dans un bol, mélanger les pacanes (ou les noix de pécan), les flocons d’avoine, la cassonade (ou le sucre roux) et la farine. Verser le beurre et mélanger jusqu’à ce que tous les ingrédients soient humectés. Réserver.

Garniture
Dans un moule carré de 20 cm (8 pouces) de côté ou un plat de cuisson d’une contenance de 8 tasses (2 litres), mélanger la cassonade, le chocolat blanc et la farine. Ajouter les fraises et les framboises puis bien mélanger.

Répartir le croustillant sur les fruits. Enfourner et cuire pendant 45 minutes ou jusqu’à ce que le croustillant soit bien doré. Servir tiède ou froid et déguster avec gourmandise.

*J’ai mis du chocolat blanc pour sucrer les fruits. Vous pouvez le remplacer par ¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux.
**Mes fruits sortaient du congélateur et ils ont rendu beaucoup de jus. J’ajouterais une deuxième cuillère de farine la prochaine fois.
***Vous pouvez remplacer les fruits par d’autres de votre choix : bleuets, cerises, poires, mûres, mangues, etc.

Et vous, avez-vous encore des réserves de fruits au congélateur?

Décrocher du chocolat…

Dans ma cuisine, le sucré est souvent chocolaté… et depuis quelques temps cette tendance s’accentue. Heureusement, les fraises suisses commencent à apparaître sur les étals des marchés. J’ai même eu le plaisir d’en déguster aujourd’hui. J’ai bien des idées en tête de comment je vais les apprêter, mais en attendant que je m’attèle à la tâche, je vais vous proposer encore des recettes bien chocolatées.

Cette fois, le chocolat prend place dans une tarte. La particularité de cette tarte est sa texture fondante, le coeur semble sur le point de couler à tout moment : un pur délice. J’ai pris cette recette tiré de l’émission Mary Berry Cooks sur le site de la BBC Food.

Tarte au chocolat de Mary Berry
Tarte au chocolat de Mary Berry
Pour 8 personnes

Pâte à tarte
¾ de tasse et 1½ cuillère à soupe ou 100 g de farine
⅓ de tasse ou 50 g de sucre glace
¼ de tasse moins 1 cuillère à thé ou 50 g de beurre non salé,
  coupé en dés
1 jaune d’oeuf
1 cuillère à soupe d’eau froide

Garniture
⅓ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 100 g de beurre non salé
150 g (5½ onces) de chocolat noir*
¾ de tasse ou 150 g de sucre
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 75 g de farine
6 oeufs

Noisettes entières, en quantité suffisante (facultatif)

Pâte à tarte
Dans un bol, mélanger la farine et le sucre glace. Ajouter le beurre et avec le bout des doigts l’incorporer pour obtenir un mélange sablonneux. Ajouter le jaune d’oeuf et l’eau froide. Travailler la pâte jusqu’à ce qu’elle se tienne. Au besoin, ajouter un peu d’eau froide. Former un disque avec la pâte, l’emballer dans une pellicule plastique et réfrigérer pendant 30 minutes.

Sur un plan de travail enfariné, abaisser la pâte le plus finement possible. Foncer la pâte dans un moule à tarte d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre et d’une profondeur d’environ 3 cm (1¼ pouce). Entreposer la pâte pendant 15 minutes au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

À l’aide d’une fourchette, piquer la surface de la pâte. Recouvrir la pâte d’un papier parchemin et déposer des haricots ou des pois secs. Enfourner dans le bas du four et cuire pendant 10 minutes ou jusqu’à ce que la pâte soit légèrement dorée. Retirer le papier parchemin et les haricots secs (ou les pois secs). Remettre la croûte au four pendant 7 minutes ou jusqu’à ce que la croûte soit dorée. Retirer du four et réserver.

Garniture
Hacher le chocolat. Déposer le chocolat et le beurre dans un bol d’un bain-marie**. Faire fondre le chocolat et le beurre. Retirer le bol du bain-marie quand le tout est totalement fondu. Ajouter la farine ainsi que le sucre. Incorporer un à un les oeufs en mélangeant bien entre chaque addition. Verser la préparation dans la croûte à tarte. Si désiré, saupoudrer de noisettes.

Enfourner et cuire pendant 10 à 12 minutes ou jusqu’à ce que les bords de la garniture soient pris et que le centre soit encore légèrement tremblotant. Servir tiède de préférence.

*Pour cette recette, préférer un chocolat noir avec un haut pourcentage de cacao, environ 70 % et plus.
**Plutôt que d’utiliser un bain-marie, vous pouvez faire fondre le beurre dans un chaudron, puis ajouter le chocolat. Poursuivre la cuisson en brassant continuellement jusqu’à ce que le mélange soit lisse et homogène.

Et vous, votre cuisine sucrée est-elle chocolatée?

Un joli gâteau…

Aujourd’hui, je vous propose un gâteau qui m’enchante : autant par le visuel que par le goût. Un gâteau au chocolat hyper moelleux et qui le reste pendant plusieurs jours. De plus, la manière de décorer ce gâteau est plutôt atypique. Bref, un effet de surprise garanti… sauf pour les fans de Ricardo!

Cette recette, comme vous pouvez le devinez, est tiré du magazine Ricardo volume 11, numéro 4.

Gâteau Blackout
Gâteau Blackout
Pour 12 personnes

Crème pâtissière au chocolat*
225 g (8 onces) de chocolat noir
¾ de tasse ou 150 g de sucre
¼ de tasse ou 33 g de fécule de maïs ou de maïzena
2 oeufs
1 tasse ou 250 g de lait
1 tasse ou 250 g de crème
1 tasse ou 220 g de beurre non salé, tempéré et coupé en cubes

Gâteau au chocolat
1½ tasse ou 190 g de farine
1½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
¼ de cuillère à thé de sel
¾ de tasse ou 80 g de cacao, tamisé
¾ de tasse ou 180 g de lait, chaud
½ tasse ou 125 g de café fort chaud**
¼ de tasse ou 52 g d’huile de colza ou de canola
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¾ de tasse ou 165 g de beurre non salé, tempéré
1 tasse ou 198 g de cassonade ou de sucre roux
½ tasse ou 100 g de sucre
1 cuillère à thé d’extrait de vanille
3 oeufs

Crème pâtissière au chocolat
Hacher le chocolat et le déposer dans un bol. Réserver.

Dans un chaudron hors du feu, mélanger le sucre et la fécule de maïs (ou la maïzena). Verser les oeuf et ½ tasse ou 125 g de lait. Fouetter jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Ajouter le restant de lait et la crème. Porter la préparation à ébullition en fouettant constamment. Quand la préparation bout, poursuivre la cuisson pendant 30 secondes ou jusqu’à ce que la crème pâtissière ait épaissi. Verser la crème cuite sur le chocolat. Laisser reposer pendant 1 minute avant de mélanger : ceci permet au chocolat de fondre pour mieux s’incorporer à la préparation. Ajouter le beurre graduellement en mélangant jusqu’à ce qu’il soit fondu et que la préparation soit homogène.

Appliquer une pellicule plastique directement sur la crème pâtissière. Laisser tiédir avant de la réserver au réfrigérateur pendant 3 heures ou jusqu’à ce qu’elle soit totalement refroidie.

Gâteau au chocolat
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Beurrer deux moules à charnière de 20 cm (8 pouces) de diamètre. Tapisser le fond des moules de papier parchemin.

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique) et le sel.

Dans un autre bol, mélanger le cacao, le lait, le café, l’huile et le bicarbonate de soude (ou de sodium).

Dans un troisième bol, fouetter pendant 2 à 3 minutes le beurre avec la cassonade (ou le sucre roux), le sucre et l’extrait de vanille. Incorporer un à un les oeufs en mélangeant bien entre chaque ajout. Incorporer les ingrédients secs préparés plus tôt en alternant avec la préparation de cacao.

Répartir la pâte dans les deux moules et enfourner. Cuire pendant 40 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte sans miette. Laisser tiédir 10 minutes. Démouler les gâteaux et les laisser totalement refroidir.

Préchauffer de nouveau le four à 180°C (350°F).

Couper les gâteaux en deux à l’horizontale pour obtenir quatre tranches. Avec les doigts émietter finement une des tranches de gâteau (de préférence, le dessus d’un des gâteaux) sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Bien étaler les miettes sur la plaque de cuisson et enfourner pendant 15 minutes. Laisser totalement refroidir.

Déposer les miettes de gâteau dans le bol d’un robot culinaire muni d’une lame en « s ». Mixer jusqu’à l’obtention d’une chapelure fine. Tamiser la préparation et jeter les miettes restant dans le tamis. Réserver les miettes tamisées.

Montage
À l’aide d’un batteur électrique, fouetter la crème pâtissière pendant 1 minute ou jusqu’à ce qu’elle pâlisse légèrement. Si désiré, réserver environ 375 ml (1½ tasse) de crème pâtissière pour décorer.

Déposer une tranche de gâteau sur un plat de service. Verser environ un tiers de la crème pâtissière sur le gâteau et l’étaler pour couvrir le dessus du gâteau. Superposer une autre tranche de gâteau et garnir avec un autre tiers de crème pâtissière. Déposer le dernier étage et couvrir entièrement le gâteau avec le restant de crème pâtissière. Réfrigérer le gâteau pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que le glaçage se solidifie légèrement.

Couvrir entièrement le gâteau de chapelure chocolatée en pressant légèrement. Avec les mains, lisser la surface pour obtenir une apparence de velours et retirer l’excédent de chapelure.

Verser dans une poche à pâtisserie, munie d’une douille cannelée, la crème pâtissière réservée et décorer le gâteau selon l’envie. Conserver le gâteau au réfrigérateur. Déguster le gâteau froid ou tempéré.

*Vous pouvez remplacer la crème pâtissière par une ganache au chocolat. De cette manière, le gâteau pour être conserver à température ambiante à condition que la ganache ait une texture assez épaisse.
**Si comme moi, vous n’aimez pas la café, remplacez-le par ½ tasse ou 125 g d’eau chaude additionné d’une cuillère à soupe de cacao.

Que pensez-vous de l’apparence de ce gâteau?

Je rêve d’un oreiller…

Depuis quelques jours, mes heures de sommeil ont été légèrement écourtées. Alors ce soir, je ne rêve qu’une chose: me coucher tôt! C’est pourquoi, le joli gâteau au chocolat que je voulais vous présenter pour la fin de semaine de Pâques attendra encore un peu avant d’apparaître sur mon blog.

Néanmoins, je vous propose un gâteau rigolo à réaliser pour la fin de semaine : un gâteau servi comme des sandwichs! J’ai pris cette recette sur le blog de Mercotte.

Gâteau sandwich au praliné
Gâteau sandwich au praliné
Pour 8 personnes (ou 4 gourmands)

Financier
⅓ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 90 g de beurre non salé
⅔ de tasse ou 100 g de sucre glace
¾ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g de poudre
  d’amandes
⅓ de tasse et 1½ cuillère à soupe ou 50 g de farine
¼ de cuillère à thé poudre à pâte ou de levure chimique
  (facultatif)
3 blancs d’oeuf (environ 100 g)
¼ de tasse ou 90 g de praliné*

Ganache
225 g de gianduja**
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe ou 100 g de crème 35%
  ou entière

Pépites de chocolat***, au goût (facultatif)

Financier
Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Dans un chaudron, faire fondre à feu doux le beurre jusqu’à ce qu’il prenne une couleur ambrée et dégage une légère odeur de noisette. C’est ce qu’on appelle un « beurre noisette ». Filtrer le beurre et le réserver dans un petit bol.

Dans un bol, mélanger le sucre glace, la poudre d’amandes, la farine et la poudre à pâte (ou la levure chimique). Ajouter les blancs d’oeufs un à un en mélangeant bien entre chaque addition. Incorporer le praliné puis le beurre.

Verser la pâte sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin de manière à former un rectangle d’environ 40 cm par 30 cm (15¾ pouces par 12 pouces). Enfourner et cuire pendant 10 à 12 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du financier en ressorte propre. Démouler et laisser tiédir.

Ganache
Hacher le gianduja et le déposer dans un bol d’un bain-marie. Faire fondre le gianduja. Retirer le bol du bain-marie quand le gianduja est totalement fondu.

Porter à ébullition la crème. Verser la crème chaude en trois fois sur le gianduja en mélangeant bien entre chaque addition. Réserver à température ambiante.

Montage
Découper le gâteau en deux rectangles de même dimension. Tartiner un des deux rectangles de ganache au gianduja. Si désiré, parsemer la ganache de pépites de chocolat. Couvrir avec le deuxième gâteau. Placer au congélateur pendant 30 minutes. Découper les côtés du gâteau, au besoin, pour les égaliser. Couper le gâteau de manière à obtenir des triangles, des sandwichs de financier. Réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de déguster.

*Le praliné est une pâte obtenue en broyant des amandes ou des noisettes (ou un mélange des deux) enrobées de sucre caramélisé comme ici. Il est possible de remplacer le praliné par une pâte à tartiner aux noisettes.
**Le gianduja est un mélange de noisettes broyées en pâte et de chocolat (généralement de chocolat au lait). Si vous ne trouvez pas de gianduja, vous pouvez le réaliser en mélangeant en part égale du chocolat au lait fondu et du beurre de noisettes (ou d’une pâte de noisettes).
***J’ai ajouté des pépites de chocolat pour apporter un peu de croquant à l’ensemble. Il est possible de remplacer les pépites de chocolat par des noisettes concassées ou des dés d’orange confite.

Et vous, entendez-vous l’appel de l’oreiller?

Les mystères de la poste…

La poste est un truc mystérieux. On y dépose des lettres ou des colis et l’on n’a jamais la certitude totale que l’envoi se rendre à destination. Parfois les délais sont courts et d’autre fois, l’attente semble interminable. C’est le seul truc qui peut être d’une rapidité à faire peur et également, d’une lenteur à craindre que le tout se soit perdu en route. Tout ça pour dire que malgré les nombreux envois que je fais et reçois du Canada, je n’ai toujours pas percé les mystères qui expliquent ces variations.

Pour rester dans les choses obscures, je vous propose une tarte un peu noire, soit une tarte forêt-noire. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 10, numéro 1.

Tarte forêt-noire
Tarte forêt-noire
Pour 8 personnes

Pâte sucrée
1 tasse ou 125 g de farine
3 cuillères à soupe ou 38 g de sucre
¼ de cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
6 cuillères à soupe ou 82 g de beurre non salé ou demi-sel froid
1 oeuf

Garniture
1 pot de 540 ml (19 onces) ou 1 boîte de 420 g de cerises
  griottes (ou bigarreaux)
¾ de tasse ou 150 g de sucre
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
½ tasse ou 125 g de crème 35 % ou entière
1 oeuf
2 cuillères à soupe ou 30 g de kirsch (facultatif)
115 g (4 onces) de chocolat noir

Crème chantilly
1 tasse ou 250 g de crème 35 % à fouetter
  ou de crème entière
3 cuillères à soupe ou 38 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille

Pâte sucrée
Dans un bol, mélanger la farine, le sucre et la poudre à pâte (ou la levure chimique). Ajouter le beurre coupé en cubes. Mélanger avec le bout des doigts jusqu’à ce que la préparation ait une texture sablonneuse. Ajouter l’oeuf et mélanger jusqu’à ce que la pâte se tienne. Emballer d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant 1 heure.

Sur un plan de travail légèrement enfariné, abaisser la pâte à tarte et garnir un moule à tarte de 23 cm (9 pouces) de diamètre. Réfrigérer pendant 30 minutes.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Enfourner la pâte à tarte et cuire pendant 15 minutes ou jusqu’à ce qu’elle soit bien dorée. Laisser totalement refroidir la pâte.

Garniture
Égoutter les cerises et verser le jus dans un chaudron. Porter à ébullition et laisser réduire jusqu’à ce qu’il reste environ 125 ml (½ tasse). Laisser tiédir.

Hacher le chocolat noir et réserver.

Dans un autre chaudron, mélanger le sucre et la fécule de maïs (maïzena). Incorporer la crème, l’oeuf, le kirsch et le jus de cerises réduit. En brassant régulièrement, porter à ébullition et laisser mijoter pendant 30 secondes. Retirer du feu et ajouter le chocolat. Laisser fondre pendant 2 minutes et mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Ajouter les cerises et répartir le tout dans la croûte. Laisser tiédir. Couvrir avec une pellicule plastique ou d’une assiette renversée et réfrigérer pendant 4 heures.

Crème chantilly
Dans un bol, fouetter la crème, le sucre et l’extrait de vanille jusqu’à la formation de pics fermes. Répartir sur la tarte refroidie. Si désiré, décorer de copeaux de chocolat ou de cerises fraîches. Servir froid et déguster avec gourmandises.

Et vous, trouvez-vous que les services postaux sont illogiques?