Mot-clé : chocolat

Espoir sur une recette…

En théorie, j’espérais avoir une nouvelle recette à base de fraises à vous présenter. Malheureusement, je ne suis pas totalement satisfaite : c’était une recette de glace sans sorbetière, mais je ne suis pas convaincue pas la texture.

Je me rabats donc sur une recette de macarons. La recette est tiré du livre Macaron de Gaëlle et Johan Crop.

Macarons à la noix de coco
Macarons à la noix de coco
Pour 30 à 40 macarons

Ganache à la noix de coco
125 g (4,5 onces) de chocolat blanc
3½ cuillères à soupe ou 25 g de noix de coco râpée
¼ de tasse ou 60 ml de lait de coco
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre non salé, tempéré

Coques des macarons*
100 ml ou 100 g de blancs d’oeufs à température ambiante
½ tasse moins 2 cuillères à thé ou 90 g de sucre
¾ de tasse ou 120 g de sucre glace
1 tasse ou 120 g de poudre d’amandes
Colorant alimentaire en poudre jaune ou d’une autre
  couleur (facultatif)

¾ tasse et 2 cuillères à soupe ou 100 g de noix de coco
  râpée

Ganache à la noix de coco
Hacher le chocolat blanc et le déposer dans un bol avec la noix de coco râpée.

Verser le lait de coco dans un chaudron et porter à ébullition. Dès que le liquide bout, retirer du feu et verser sur le chocolat blanc. Laisser reposer 1 minute avant de remuer. Mélanger jusqu’à ce que le mélange soit lisse. Laisser tiédir et incorporer par petits morceaux le beurre. Quand le mélange est homogène, couvrir d’une pellicule plastique et réfrigérer pendant 6 heures ou toute une nuit.

Coques des macarons
Dans un bol, tamiser la poudre d’amandes et le sucre glace. Réserver.

Dans un autre bol, fouetter les blancs d’oeufs en neige en augmentant graduellement la vitesse de votre batteur électrique. Lorsque les blancs d’oeufs sont fermes, ajouter le sucre en pluie et le colorant alimentaire, si désiré, sans cesser de les battre. La meringue devrait être brillante. Verser délicatement les poudres (le sucre glace et la poudre d’amandes) sur la meringue et les incorporer à l’aide d’une spatule en soulevant la masse des côtés vers le centre. Arrêter de mélanger dès que la préparation est homogène.

Sur des plaques de cuisson recouvertes de papier parchemin, dresser les coques avec la pâte d’un diamètre d’environ 3,5 cm (1⅜ pouce) à intervalle régulier et en quinconce. Idéalement, utiliser une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse de 8 à 10 mm de diamètre. Pour faciliter le dressage des macarons, garder la poche à pâtisserie perpendiculaire à la plaque de cuisson et laisser la douille le plus près possible de la plaque. Sur le papier parchemin, tracer à l’aide d’une pièce de 2 francs ou de 2 dollars des cercles pour vous servir de gabarit au dressage ou imprimer un des gabarits de Pure Gourmandise. Saupoudrer la noix de coco sur les coques.

Laisser croûter les coques des macarons pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que la pâte ne colle plus au doigt.

Préchauffer le four à 150°C (300°F)**.

Enfourner les macarons pendant 12 à 20 minutes. Après 8 minutes de cuisson, quand les collerettes sont formées, ouvrir la porte du four et la refermer rapidement pour laisser la vapeur s’échapper. Deux ou trois minutes plus tard, répéter une seconde fois l’opération. Poursuivre la cuisson jusqu’à les coques se décollent facilement du papier parchemin. Recommencer l’opération avec les autres fournées de macarons. Laisser les coques totalement refroidir.

Montage
Verser la ganache dans une poche à pâtisserie.

Retourner la moitié des coques et les garnir généreusement avec la ganache. Terminer les macarons en les refermant avec une autre coque. Déposer les macarons dans une boîte qui ferme hermétiquement et les réserver toute une nuit au réfrigérateur. Conserver les macarons au réfrigérateur et avant de les déguster, si possible, les remettre à température ambiante pendant 30 minutes. Déguster avec gourmandises.

*Vous pouvez réaliser les coques des macarons avec une recette de votre choix.
**Faites des tests pour savoir à quelle température vous devez mettre votre four. La température appropriée pour votre four peu varier de 140°C à 160°C (280°F à 325°F).

Tout simplement chocolat…

Lorsque je vais chez certaines personnes, je sais exactement quoi apporter comme gourmandise. J’adore ces personnes, car leurs goûts sont clairs et évidents : il faut du chocolat! J’ai des tonnes et des tonnes de recettes avec du chocolat et il m’est impossible de toutes les essayer que pour ma petite famille.

Cette fois, c’est une recette de biscuits, qui peuvent également servir à faire des sandwich à la crème glacée, qui a retenu mon attention pour offrir à une amie. J’espère également qu’elle a pu les goûter… les derniers que je lui avais offerts ont été dévorés par son chéri et ses enfants sans lui en laisser une seule miette! J’ai pris cette recette sur le blog de Valérie, I Love Cakes.

Biscuits craquelés au chocolat enrobés de spéculoos
Biscuits craquelés au chocolat enrobés de spéculoos
Pour 15 biscuits*

100 g (3,5 onces) de chocolat noir
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre non salé, tempéré
⅔ de tasse ou 135 g de cassonade ou de sucre roux
1 oeuf
¾ de tasse ou 100 g de farine
¼ de tasse ou 25 g de cacao
2 cuillères à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
1 cuillère à soupe de lait
57 g (2 onces) de chocolat au lait ou blanc (facultatif)
4 biscuits spéculoos**

Hacher le chocolat noir et le déposer dans un bol d’un bain-marie. Casser le chocolat au lait ou blanc en petits morceaux et réserver.

Au bain-marie, faire fondre le chocolat noir. Retirer le bol contenant le chocolat quand celui-ci est totalement fondu. Laisser tiédir.

Dans un bol, mélanger la farine, le cacao, la poudre à pâte et le sel.

Dans un autre bol, fouetter le beurre avec la cassonade pendant 2 minutes. Incorporer le chocolat fondu, puis l’oeuf. Ajouter la préparation de farine. Incorporer le lait, puis le chocolat au lait. Former un disque avec la pâte et l’envelopper dans une pellicule plastique. Réfrigérer pendant 30 minutes.

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Réduire les biscuits spéculoos en miettes et les réserver dans un bol.

Prélever environ 1½ cuillère à soupe de pâte et façonner une boule. Rouler la boule dans les miettes de spéculoos et déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Répéter l’opération jusqu’à épuisement de la pâte. Enfourner et cuire pendant 10 minutes, le centre des biscuits doivent encore être mou à la sortie du four. Laisser tiédir une minute, puis à l’aide du papier parchemin, déplacer les biscuits de la plaque de cuisson et laisser totalement refroidir. Déguster avec gourmandises.

*Le nombre de biscuits dépendra de leur taille.
**La quantité est à titre indicatif : il vous en faudra peut-être quelques uns de plus ou moins.

Et vous, est-ce que le chocolat vous fait craquer?

Une tarte au saveur d’été

Il y a quelques temps, c’était l’anniversaire de mon beau-père. Pour l’occasion, je voulais apporter un petit dessert. Dès le départ, je voulais faire quelque chose avec de la pistache : j’ai craqué pour un pot de pâte de pistaches, alors il me tardait de l’employer. J’avais vu une recette de tarte, j’ai mis l’idée de côté et quelques jours avant, je lis la recette… J’avais un petit problème, la tarte ne se faisait pas à l’avance et ne se conservait pas vraiment. Un changement de projet s’imposait suivi d’une cherche de recettes avant de tomber dans le monde de l’hésitation. Après m’être retrouvée devant une dizaine de choix, je suis finalement revenue à une recette de tarte. En préparant la recette, j’ai eu des doutes, mais à la dégustation, ils se sont envolées à la première bouchée.

Je vous propose donc une recette de tarte aux fruits rouges et pistaches. Comme la recette emploie des fruits surgelés, il est possible de la réaliser toute l’année avec vos fruits d’été préférés (mélangé ou non) : fraises, framboises, bleuets (myrtilles), cassis, cerises, etc. J’ai pris cette recette sur le blog de Sylvie, Amuses Bouche.

Tarte aux fruits rouges et pistaches
Tarte aux fruits rouges et pistaches
Pour 8 personnes

Ganache
150 g (5¼ onces) de chocolat blanc
2 cuillères à soupe de pâte de pistaches*
⅔ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 200 g de crème
  à fouetter ou de crème entière

Pâte sablée
1¾ tasse ou 240 g de farine
⅔ de tasse ou 150 g de beurre non salé, tempéré
½ tasse moins 2½ cuillère à thé ou 90 g de sucre
¼ de tasse ou 30 g de poudre d’amandes
2 cuillères à thé ou 8 g de sucre vanillé**
1 jaune d’oeuf
1 pincée de sel

Garniture
1½ tasses ou 200 g de fruits rouges surgelés***
  (framboises, bleuets, myrtilles, fraises, cerises, etc.)
½ tasse ou 60 g de poudre d’amandes
½ tasse ou 60 g de poudre de pistaches
2 oeufs
½ tasse ou 100 g de sucre
⅔ de tasse et 2 cuillères à soupe ou 200 g de crème
  à cuisson ou entière

Crème fouettée au mascarpone****
⅓ de tasse et 1 cuillère à soupe (100 ml) ou 100 g de
  crème à fouetter ou de crème entière
2 cuillères à soupe ou 30 g de mascarpone
1 cuillère à soupe de sucre
1 cuillère à thé d’extrait de vanille

2 cuillères à soupe de pistaches non salé (facultatif)

Ganache
Hacher finement le chocolat blanc et le déposer dans un chaudron. Ajouter ¼ de tasse ou 60 g de crème. À feu doux, faire fondre le chocolat dans la crème. Quand le chocolat est tout fondu, retirer le chaudron du feu et ajouter la pâte de pistaches. Laisser tiédir avant d’ajouter le restant de crème. Verser la crème dans un bol et couvrir d’une pellicule plastique. Réfrigérer pendant 6 heures ou toute une nuit.

Pâte sablée
Dans un bol, mélanger la farine, le sucre, la poudre d’amandes, le sucre vanillé et le sel. Incorporer le beurre (idéalement, avec un robot sur socle muni d’un fouet plat) et mélanger jusqu’à la formation d’une texture sablonneuse. Ajouter le jaune d’oeuf et mélanger jusqu’à ce que la pâte se tienne sans être collante. Former un disque avec la pâte et l’envelopper dans une pellicule plastique. Laisser reposer la pâte pendant 1 heure au réfrigérateur.

Après ce temps de repos, abaisser la pâte entre deux feuilles de papier parchemin. Beurrer un moule à tarte de 23-24 cm (9 pouces) de diamètre*****. Foncer la pâte dans le moule beurré. Piquer à l’aide d’une fourchette la pâte et réserver la tarte au réfrigérateur le temps de préparer la garniture.

Garniture
Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, fouetter les oeufs avec le sucre. Incorporer la poudre d’amandes, la poudre de pistaches et la crème. Fouetter jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

Sortir la pâte à tarte du réfrigérateur. Étaler les fruits rouges sur la pâte à tarte pour recouvrir le fond. Répartir la crème d’amandes et de pistaches sur les fruits. Enfourner et cuire pendant 30 minutes ou jusqu’à ce que le dessus de la tarte soit bien doré. Sortir du four et laisser totalement refroidir.

Crème fouettée au mascarpone
Dans un bol, fouetter la crème avec le mascarpone, le sucre et l’extrait de vanille jusqu’à la formation de pics semi-fermes. Remplir une poche à pâtisserie munie d’une douille de votre choix avec la crème fouettée.

Montage
Fouetter la ganache pour obtenir une ganache montée. Déposer la ganache dans une poche à pâtisserie munie d’une douille lisse.

À la surface de la tarte, dresser en alternant des lignes parallèles d’environ 1 cm (⅜ de pouce) de ganache et de crème fouettée. Parsemer les pistaches, entière ou hachées grossièrement, sur la tarte. Remettre la tarte au réfrigérateur jusqu’au moment de servir. Déguster avec plaisir.

*Il n’est pas toujours évident de trouver de la pâte de pistaches. Vous pouvez remplacer la pâte par 3 ou 4 cuillères à soupe de pistaches non salé : bien avant de faire la ganache, chauffer la crème et déposer les pistaches. Mixer le mélange et laisser totalement refroidir. Filtrer avant de poursuivre la recette.
**Si vous n’avez pas de sucre vanillé, vous pouvez l’omettre.
***Il faut surtout assez de fruits pour recouvrir le fond de la pâte.
****La crème au mascarpone est facultative, vous pouvez la remplacer par des petits fruits frais de votre choix. Dans ce cas, étaler une mince couche de ganache sur toute la surface pour que les fruits adhèrent à la tarte et ne se déplacent pas au moindre mouvement.
*****Je n’ai pas de moule à tarte aussi grand, alors j’ai fait deux tartes, ce qui m’a permis d’en faire une avec des bleuets (myrtilles) et des framboises, l’autre avec que des fraises. Les deux versions étaient délicieuses.

Et vous, aimez-vous le mélange de fruits et de pistaches?

Ménage de printemps!

Peut-être parce que j’espère que le beau temps va s’établir pour de bon : je me dis qu’il est temps de désencombrer mes armoires de cuisine et utiliser les produits qui s’y entassent. Je suis certaine que vous avez aussi quelques trucs que vous avez royalement oublié. Peut-être des restants des lapins de Pâques, un mélange d’épices acheté spécialement pour une recette, des pâtes aux formes incongrues, etc. Cherchez, je suis certaine que vous allez trouver quelque chose! Dans mon cas, il y a aussi le bureau que je voudrais ordonner…

Si vous trouvez des restants de chocolat ou d’autres petites friandises, j’ai la recette qu’il vous faut : des biscuits surprises. J’ai pris cette recette sur le blog Belly Full. Cette pâte à biscuits est délicieuse et en prime, elle se travaille facilement.

Biscuits surprises
Biscuits surprises
Pour 16 biscuits

½ tasse ou 110 g de beurre non salé, tempéré
6 cuillères à soupe ou 75 g de cassonade ou de sucre roux
½ tasse ou 100 g de sucre
1 oeuf
½ cuillère à soupe d’extrait de vanille
1¾ tasse ou 236 g de farine
½ cuillère à thé de sel
½ cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
1 tasse ou 160 g de pépites de chocolat*
1 boîte de chocolats assortis, pralinés ou de truffes**

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger la farine, le sel et le bicarbonate de soude (ou de sodium)

Dans un second bol, fouetter le beurre avec la cassonade (ou le sucre roux) et le sucre. Dans le mélange est homogène, incorporer l’oeuf et l’extrait de vanille. Ajouter la préparation de farine puis les pépites de chocolat.

Prélever environ 1½ cuillère à soupe de pâte à biscuits et façonner un petit disque. Déposer un chocolat (ou une truffes) au centre du sur le disque de pâte et replier ce dernier pour enrober le chocolat. Au besoin, ajouter (ou retirer selon le cas) de la pâte à biscuits pour bien enrober le chocolat.

Déposer le biscuit sur une plaque de cuisson et répéter l’opération jusqu’à épuisement de la pâte. Enfourner et cuire pendant 13 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient dorés sur les côtés. Laisser tiédir 3 minutes avant de retirer les biscuits de la plaque de cuisson. Laisser totalement refroidir avant de déguster avec gourmandise.

*Il est possible d’utiliser du chocolat haché grossièrement.
**Moi, j’ai utilisé des chocolats, mais il y a plein de possibilités qui s’offrent à vous : des caramels, des biscuits (Oréo, par exemple), des bonbons, des guimauves (ou des chamallows), etc.

Et vous, est-ce que vos armoires de cuisine ont besoin d’un ménage de printemps?

Rattrapage culinaire

Mon dernier échec en cuisine a été un gâteau… Il était surcuit et royalement sec de chez sec. En terme québécois, je dirais simplement que c’était un vrai « étouffe-chrétien »… Pour la traduction en suisse, il faudra repasser : je n’ai pas d’expression similaire qui me vienne en tête. Comment j’ai pu faire trop cuire un gâteau? Je l’ai oublié au four? Et bien non, mon gâteau était composé de deux préparations superposées : celle du bas a super bien levé, faisant que la préparation du dessus s’est retrouvée au centre où je vérifiais la cuisson du gâteau. Bref, à chaque fois que je faisais le test du cure-dent, il ressortait plein de pâte alors que cette pâte collante aurait dû rester uniformément répartie sur le gâteau pour former une sorte de glaçage. Sans la sur-cuisson, le gâteau aurait été très bon.

Trouvant dommage de jeter le gâteau, j’ai préféré le recycler en bagatelle! J’ai été chercher chez Ricardo la recette de pouding au chocolat comme base de ma bagatelle, sinon, c’est une improvisation du moment. Si vous n’avez pas de gâteau surcuit, utilisez un restant de gâteau ou des biscuits secs de votre choix.

Bagatelle de gâteau, au chocolat et à la poire
Bagatelle au chocolat et à la poire
Pour 8 personnes

Pouding au chocolat
170 g (6 onces) de chocolat noir
1 cuillère à soupe de beurre
2 cuillères à soupe ou 25 g de sucre
4 cuillères à thé de fécule de maïs ou de maïzena
2 jaunes d’oeufs
1½ tasse ou 375 g de lait chaud

Montage
1½ tasse ou 375 g de crème à fouetter ou entière
¼ de tasse ou 50 g de sucre
4 tasses ou 200 g de gâteau sec*
1 grosse boîte de poires dans le sirop
Chocolat noir en quantité suffisante (facultatif)

Pouding au chocolat
Hacher finement le chocolat et le déposer dans un bol. Couper le beurre en petits morceaux et l’ajouter au chocolat. Réserver.

Dans un chaudron, hors du feu, mélanger le sucre, la fécule de maïs (ou la maïzena) et les jaunes d’oeufs. Verser graduellement le lait, sur le mélange en fouettant continuellement. Déposer le chaudron sur le feu et porter à ébullition. Cuire jusqu’à ce que le mélange épaississe. Retirer du feu et verser le mélange dans le bol contenant le chocolat. Patienter 1 minute puis mélanger jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Couvrir d’une pellicule plastique directement apposée sur la crème et réfrigérer pendant 4 heures.

Montage
Dans un bol, verser la crème et ajouter le sucre. Fouetter jusqu’à ce que le mélange forme des pics fermes.

Égoutter les poires et les couper en cubes. Tailler également le gâteau en cubes.

Dans un plat d’une contenance d’environ 8 tasses (2 litres), étaler un peu de crème fouettée et couvrir avec des morceaux de gâteaux. Verser un tiers du pouding au chocolat puis répartir des morceaux de poires. Remettre de la crème fouettée, des cubes de gâteaux, du pouding au chocolat et des morceaux de poires. Répéter l’opération une autre fois en finissant par une couche de crème fouettée. Remettre quelques cubes de gâteau si désiré. Râper un peu de chocolat sur la crème et réfrigérer pendant au moins 2 heures. Déguster avec gourmandise.

*Les quantités sont vraiment à titre indicatif : vous pouvez en mettre plus ou moins, c’est à votre goût. Vous pouvez également remplacer le gâteau par des biscuits : spéculoos, graham, amaretti, aux pépites de chocolat, etc.

Et vous, quel est votre dernier échec culinaire?