Mot-clé : chocolat

Cerises qui déferlent

Ici, nous ne sommes pas vraiment des adeptes des cerises, donc on en consomme très peu. Il faut dire que j’ai appris à les aimer depuis que je vis en Suisse, mais je n’en suis pas pour autant friande. Je m’en passe facilement, mais à force de voir diverses recettes de cerises sur les blogs, je me dis qu’il faudrait que je vous en propose une avant que les cerises ne disparaissent des étalages.

Je vous présente donc une recette de gâteau Forêt-Noire en verrines. J’ai pris cette recette sur le site de Jasmine, Jasmine Cuisine.

Verrines gâteau Forêt-Noire
Verrines gâteau Forêt-Noire
Pour 8 personnes

Gâteau
120 g (4,25 onces) de chocolat noir à environ 55 % de cacao
½ tasse ou 125 g d’eau bouillante
4 oeufs
½ tasse ou 100 g de sucre
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 80 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena

Cerises au Kirsch*
2 tasses ou 250 g de cerises noires dénoyautées
1½ tasse ou 375 g d’eau
1 tasse ou 200 g de sucre
½ tasse ou 125 g de Kirsch

Crème fouettée**
1½ tasse ou 375 g de crème à fouetter ou entière
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
1 cuillère à thé d’extrait de vanille

Copeaux de chocolat pour décorer (facultatif)

Gâteau
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Chemiser le fond d’un moule à charnière*** d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre de papier parchemin, puis beurrer et enfariner les parois.

Dans un bol, tamiser la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique) et la fécule de maïs (ou la maïzena). Réserver.

Hacher grossièrement le chocolat et le déposer dans un chaudron. Ajouter l’eau bouillante. Porter let tout à ébullition à feu doux en remuant continuellement. Quand l’ébullition est atteinte, poursuivre la cuisson pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe et ait la consistance d’un pouding (ou d’une crème style Danette). Retirer du feu et laisser refroidir à température ambiante.

Dans un grand bol, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange triple de volume, soit environ 10 minutes. À l’aide d’une spatule, ajouter en trois fois la préparation de farine en incorporant délicatement les poudres entre chaque ajout. Incorporer la préparation chocolatée toujours avec délicatesse. Verser la pâte dans le moule, enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir 10 minutes, puis démouler et laisser totalement refroidir.

Cerises au Kirsch
Dans un chaudron, déposer les cerises, le sucre et l’eau. Porter à ébullition et laisser mijoter doucement pendant 10 minutes. Retirer les cerises à l’aide d’une cuillère à trou et les déposer dans un bocal en verre muni d’un couvercle.

Poursuivre la cuisson du sirop en remuant régulièrement jusqu’à ce qu’il reste environ ½ tasse ou 125 ml. Ajouter le Kirsch et verser le sirop sur les cerises. Au besoin, ajouter du Kirsch pour que les cerises soient totalement immergées. Fermer le pot et laisser reposer pendant 12 heures à température ambiante.

Crème fouettée
Dans un bol, verser la crème, le sucre et la vanille, fouetter jusqu’à l’obtention de pics fermes quand on soulève le fouet. Pour facilité le dressage, déposer la crème chantilly dans une poche à pâtisserie.

Montage
Découper le gâteau en cubes de plus ou moins 2 cm (¾ de pouce) de côté. Déposer des cubes de gâteau dans les verrines, ajouter des cerises et de le crème fouettée. Répéter l’opération une seconde fois. Terminer les verrines en ajoutant des copeaux de chocolat ou une cerise fraîche. Réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de la dégustation.

*Peut-être que vous aurez trop de cerises : conserver l’excédent au réfrigérateur.
**Il est rare que je me fie à une recette pour préparer la crème fouettée : j’y vais à l’oeil. Donc il est possible qu’il vous manque un peu de crème fouettée. Personnellement, je préfère en refaire plutôt que d’avoir un excédent.
***Si vous le désirez, vous pouvez cuire le gâteau sur une plaque de cuisson chemisée d’un papier parchemin. Le temps de cuisson sera beaucoup plus court.

Et vous, à quel point aimez-vous les cerises : un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout?

Je me suis fait avoir…

En débutant cette article, j’avais une idée d’introduction. Voyez-vous, je pensais avoir vu la recette que je vous propose à deux endroits différents. Après vérification, il ne s’agit pas de cette recette, mais d’une autre que je n’ai pas encore testée. Il faut dire qu’avec quelques mille recettes à expérimenter (Qui, oui, quelques mille!), il n’est pas étonnant de commettre ce genre d’erreur.

Aujourd’hui, je laisse tomber les fraises : je vous partagerais encore une ou deux recettes dans les prochains jours… histoire à suivre. Pour changer, je vous présente des biscuits à l’avoine, à la noix de coco et aux pépites de chocolat… D’un autre côté, ça ne change pas tant que ça puisque j’ai déjà une jolie collection de biscuits avec des pépites de chocolat. Cependant, il y a tellement de bonnes recettes de biscuits aux pépites de chocolat et de recettes à découvrir! Cette recette est issue du blog Cooking Classy de Jaclyn.

Biscuits à l'avoine, à la noix de coco et aux pépites de chocolat
Biscuits à l’avoine, à la noix de coco et aux pépites de chocolat
Pour 46 biscuits

1¾ tasse ou 210 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte (ou la levure chimique)
½ cuillère à thé de sel
1 tasse ou 220 g de beurre non salé
1¼ tasse ou 250 g de cassonade ou de sucre roux
½ tasse ou 100 g de sucre
2 oeufs
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
2 cuillères à thé d’extrait de vanille
3 tasses ou 375 g de flocons d’avoine
340 g (12 onces) de chocolat noir, haché
1⅓ tasse ou 160 g de noix de coco râpée
1 tasse ou 160 g d’amandes, hachées

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique), le sel, les flocons d’avoine, la noix de coco et les amandes.

Dans un autre bol, fouetter le beurre avec la cassonade (ou le sucre roux) et le sucre. Ajouter les oeufs un à un en mélangeant bien entre chaque addition. Ajouter le lait et l’extrait de vanille.

À l’aide d’une maryse ou d’une cuillère en bois, incorporer la préparation de farine et de flocons d’avoine. Ajouter les morceaux de chocolat.

Prélever environ 2 cuillères à soupe de pâte par biscuits et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin ou légèrement beurrée. Enfourner et cuire 9 à 13 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient légèrement dorés. Retirer les biscuits de la plaque de cuisson ou les déplacer sur une grille. Laisser refroidir. Répéter l’opération avec le restant de pâte.

Conserver les biscuits dans une boîte et déguster avec gourmandise.

Et vous, avez-vous une tonne de recettes à expérimenter?

Profiter de ses armoires…

La recette que je vous propose aujourd’hui est issue d’une suite de hasards. En fouillant de mon congélateur, je suis tombée sur plusieurs pâtes à tarte et j’ai décidé d’en sortir une. Le lendemain, voyant cette pâte à tarte prête à l’emploi, je me suis mise à la recherche d’une idée pour ne pas l’oublier. Je n’avais pas d’envie particulière ce qui rendait le choix encore plus difficile. Pendant que je tournais en rond, j’ai ouvert le tiroir contenant les plaques de chocolat et j’ai vu le gianduja. Personnellement, j’ai toujours de la difficulté à dénicher du gianduja et quand j’en trouve, je dévalise le commerce (j’exagère un peu beaucoup là). Ayant ces deux ingrédients sous la main, j’avais une base pour me lancer.

Le résultat est une tarte aux fraises et à la ganache au gianduja (à force de l’écrire, je ne vais plus oublier l’orthographe de ce mot) qui a ravi nos papilles. Pour la pâte à tarte et la ganache au gianduja, je me suis inspirée d’une recette tirée du livre Tartelettes! de Christophe Adam.

Tarte aux fraises et à la ganache au gianduja
Tarte aux fraises et à la ganache au gianduja
Pour * personnes

Pâte au cacao*
½ tasse et ½ cuillère à soupe ou 85 g de sucre glace
3½ cuillères à soupe ou 25 g de poudre d’amandes
½ tasse et 4 cuillères à thé ou 130 g de beurre non salé
  à température ambiante
¼ de cuillère à thé ou 2 g de sel
2 cuillères à thé ou 8 g de sucre vanillé**
1 oeuf
1⅔ tasse moins 2 cuillères à thé ou 195 g de farine
2 cuillères à soupe ou 15 g de cacao

Ganache gianduja
240 g (8,5 onces) de gianduja***
½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 110 g de crème à fouetter
  ou de crème entière
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g de lait

Montage
1½ tasse ou 190 g de fraises****
1 tasse ou 250 g de crème à fouetter ou de crème entière, froide
3 cuillères à soupe ou 38 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille

Pâte au cacao
Dans un bol, mélanger le sucre glace, la poudre d’amandes, le sel, le sucre vanillé et le beurre jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Incorporer l’oeuf. Tamiser la farine et le cacao sur la préparation et mélanger. Façonner un disque avec la pâte et l’emballer dans un film plastique. Réfrigérer la pâte environ 2 heures.

Préchauffer le four à 170°C (340°F).

Sur un plan de travail enfariné, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 2 mm (⅛ de pouce). Déposer la pâte dans une assiette à tarte de 23 cm (9 pouces) de diamètre et la foncer. Avec une fourchette, piquer le fond de la tarte. Déposer une feuille de papier parchemin sur la pâte et garnir de légumineuses sèches, de noyaux d’abricots ou de billes en céramique. Enfourner et cuire pendant 8 minutes. Retirer le papier parchemin et les poids avant de poursuivre la cuisson pendant 3 à 5 minutes, jusqu’à ce que la croûte soit cuite. Laisser refroidir totalement.

Ganache gianduja
Hacher le gianduja et le déposer dans un bol.

Verser la crème et le lait dans un chaudron. Porter à ébullition. Retirer du feu et verser doucement sur le gianduja. Laisser reposer 1 minute avant de mélanger jusqu’à homogénéité. Verser la ganache sur la pâte à tarte. Réserver.

Montage
Laver, équeuter et couper en petits dés les fraises. Répartir les fraises sur la ganache au gianduja.

Dans un bol, fouetter la crème, le sucre et l’extrait de vanille jusqu’à la formation de pics fermes. Répartir sur la tarte. Réserver au réfrigérateur pendant 2 heures ou jusqu’à ce que la ganache soit bien prise avant de déguster.

*Il vous restera probablement de la pâte au cacao pour confectionner une plus petite tarte ou quelques tartelettes. Il est possible de congeler le surplus de pâte pour une utilisation ultérieure.
**Si vous n’avez pas de sucre vanillé, remplacez-le simplement par du sucre.
***Si vous ne trouvez pas de gianduja, remplacez-le en mélangeant 125 g (4,4 onces) de chocolat au lait et ½ tasse ou 125 g de purée (ou de beurre) de noisettes.
****Il est possible d’augmenter la quantité de fraises et d’en disposer quelques unes sur le dessus de la tarte.

Alors, que pensez-vous du mariage de la fraise et du gianduja?

Triage, tirage et mise en page…

Jusqu’à dernièrement j’utilisais des albums photos classiques : je choisissais mes photos, je les faisais développer, j’inscrivais soigneusement la date et le lieu à l’arrière de chaque photo et je les glissais finalement dans un album. Le problème maintenant avec ce système est de trouver des albums de tailles identiques qui ne soient pas trop disparate. Bref, je ne trouve plus d’albums du même genre que j’employais, alors je me suis mise à la création d’un album photo. Le principe est assez simple, mais la réalisation est un peu plus compliquée… surtout lorsqu’il y a plus d’un an qu’on n’a pas imprimé de photos! Je pensais faire cet album au fur et à mesure, mais la vie en a voulu autrement et maintenant, je nage dans une mer de photos à sélectionner et à mettre en page. J’espère que pour le prochain album, j’aurai un peu plus d’expérience et que j’attendrai moins longtemps avant de m’y mettre.

Pour la recette du jour, je vous propose des petits biscuits craquelés qui me rappellent les beignets chocolatés vendus dans une chaîne portant le nom d’un ancien joueur de hockey. Tout aussi irrésistible, tout en étant une version plus santé. Je vous encourage fortement à doubler la recette, ces biscuits disparaissent rapidement. J’ai découvert cette recette chez Les milles et un délices de Lexibule.

Biscuits craquelés moelleux
Biscuits craquelés moelleux
Pour 12 biscuits

½ tasse ou 60 g de farine
2 cuillères à soupe ou 17 g de farine de blé entier
⅓ de tasse ou 67 g de cassonade ou de sucre roux
¼ de tasse ou 26 g de cacao
½ cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1 pincée de sel
2 cuillères à soupe ou 27 g de beurre non salé, tempéré
2 blancs d’oeufs
½ cuillère à thé d’extrait de vanille
2½ cuillères à thé de sucre glace*

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un bol, mélanger les farines, la cassonade (sucre roux), le cacao, la poudre à pâte (ou la levure chimique) et le sel. Ajouter le beurre et mélanger jusqu’à ce qu’il soit bien intégré aux ingrédients secs. Incorporer les blancs d’oeufs et l’extrait de vanille.

Verser le sucre glace dans un bol.

Diviser la pâte de cacao en 12 et façonner chaque portion en boule. Rouler chaque biscuits dans le sucre glace et déposer les biscuits sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin ou légèrement graissée en les espaçant de 5 cm (2 pouces).

Enfourner et cuire pendant 9 à 12 minutes ou jusqu’à ce que le centre des biscuits soient fermes. Retirer les biscuits de la plaque de cuisson et laisser refroidir avant de déguster.

*Au besoin, utilisez plus de sucre glace pour faciliter l’enrobage des biscuits.

Moi, je retourne à mon album. Et vous, comment organisez-vous vos photos?

Pourquoi je fais des réserves…

Il y a peu, je vous parlais de mes provisions de petits fruits au congélateur. Je constate que je fais souvent ces réserves dans l’idée de les utiliser pendant l’hiver. Curieusement, c’est seulement quand les nouvelles récoltes arrivent que je songe à les utiliser. Bref, j’en viens à me demander pourquoi je fais des réserves…

En attendant que je mette la main à la pâte pour réaliser une pâtisserie avec des fraises fraîches, je vous propose un croustillant qui m’a permis de réduire mes réserves de fruits congelés. Cette recette est tiré du magazine Ricardo volume 9, numéro 7.

Croustillant aux fraises et aux framboises
Croustillant aux fraises et aux framboises
Pour 6 personnes

Croustillant
1 tasse ou 150 g de pacanes ou noix de pécan concassées
1 tasse ou 125 g de flocons d’avoine
½ tasse ou 100 g de cassonade ou de sucre roux
½ tasse ou 60 g de farine
½ tasse ou 110 g de beurre non salé, fondu

Garniture
¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux
50 g (2 onces) de chocolat blanc haché*
1 cuillère à soupe de farine**
3 tasses ou 375 g de fraises*** coupées en deux
2 tasses ou 220 g de framboises

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Croustillant
Dans un bol, mélanger les pacanes (ou les noix de pécan), les flocons d’avoine, la cassonade (ou le sucre roux) et la farine. Verser le beurre et mélanger jusqu’à ce que tous les ingrédients soient humectés. Réserver.

Garniture
Dans un moule carré de 20 cm (8 pouces) de côté ou un plat de cuisson d’une contenance de 8 tasses (2 litres), mélanger la cassonade, le chocolat blanc et la farine. Ajouter les fraises et les framboises puis bien mélanger.

Répartir le croustillant sur les fruits. Enfourner et cuire pendant 45 minutes ou jusqu’à ce que le croustillant soit bien doré. Servir tiède ou froid et déguster avec gourmandise.

*J’ai mis du chocolat blanc pour sucrer les fruits. Vous pouvez le remplacer par ¼ de tasse ou 50 g de cassonade ou de sucre roux.
**Mes fruits sortaient du congélateur et ils ont rendu beaucoup de jus. J’ajouterais une deuxième cuillère de farine la prochaine fois.
***Vous pouvez remplacer les fruits par d’autres de votre choix : bleuets, cerises, poires, mûres, mangues, etc.

Et vous, avez-vous encore des réserves de fruits au congélateur?