Mot-clé : chocolat

Deux fois de suite…

Je ne sais pas si vous allez me croire, mais je vous propose une autre tarte aux abricots. C’est assez rare que je cuisine deux fois un même aliment sous des formes si similaires, mais le résultat est totalement différent dans ce cas. Personnellement, j’ai préféré la première version, alors que mon chéri s’est fait un plaisir de dévorer celle-ci. Je referais probablement cette tarte en variant les fruits.

Aujourd’hui, je vous propose donc une tarte Linzer aux abricots frais. Pour cette recette, je me suis inspirée de la Linzertorte de Marie-Claire, Du miel et du sel. Je trouve son idée d’utiliser des fruits frais excellente. D’autre part, j’ai utilisé la recette de pâte à Linzer de Christophe Adam issue de son livre Tartelettes! .

Tarte Linzer aux abricots
Tarte Linzer aux abricots (Linzertorte)
Pour 8 personnes

Pâte à tarte*
1½ tasse ou 180 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
1½ cuillère à soupe ou 10 g de cacao
1 de cuillère à thé de cannelle moulue
½ tasse moins 2 cuillères à thé ou 90 g de sucre
½ tasse moins 1½ cuillère à soupe ou 90 g de beurre
  non salé, tempéré
½ de cuillère à thé de sel
1½ oeuf
5 cuillères à soupe ou 50 g d’amandes hachées

Garniture
10 à 15 abricots**
1 cuillère à thé de tapioca ou de semoule de blé dur fine***
Sucre, au goût

Pâte à tarte
Dans un bol, tamiser la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique), le cacao et la cannelle. Ajouter le sucre, le beurre et le sel, puis mélanger avec les mains jusqu’à ce que le beurre soit uniformément réparti et que la texture soit sablonneuse. Incorporer les oeufs et les amandes. Mélanger jusqu’à ce que la pâte soit homogène. Former un disque avec la pâte et l’envelopper dans une pellicule plastique. Réfrigérer pendant 2 heures au minimum.

Préchauffer le four à 200°C (400°F).

Abaisser la pâte entre deux feuilles de papier parchemin**** sur une épaisseur de 3 mm (⅛ de pouce). Froncer la pâte dans un moule à tarte d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre. Retirer l’excédent de pâte et l’abaisser de nouveau. Réserver la pâte abaissée et celle froncée au réfrigérateur.

Dénoyauter les abricots et les couper en petits dés. Avec une fourchette, écraser légèrement les abricots, puis sucrer les fruits au goût.

Répartir les fruits dans la croûte à tarte. Couper la pâte abaissée en bandelettes. Déposer les bandes sur les fruits en les faisant se chevaucher pour former un quadrillage. Enfourner et cuire pendant 30 à 35 minutes ou jusqu’à ce que la croûte soit légèrement dorée. Laisser tiédir et déguster. Le lendemain, la pâte commence à ramollir, alors déguster la tarte de préférence le jour de sa confection.

*Je n’ai pas goûté la tarte le jour même de sa cuisson, donc la pâte a ramolli et peut-être plus que je ne l’imagine. Bref, je ne suis pas totalement satisfaite du goût et de la texture, mais je suis consciente de ne pas l’avoir mangé dans les meilleures conditions.
**Le nombre d’abricots dépend de leur taille, les miens étaient plutôt petits. Il est aussi possible de remplacer les abricots par des framboises, des bleuets (myrtilles), des groseilles, etc.
***Vous pouvez remplacer le tapioca ou la semoule de blé dur fine par de la poudre d’amandes ou de la fécule de maïs. Utilisez ce que vous trouvez dans vos armoires.
****La pâte est très fragile et j’ai eu beaucoup de mal à la manipuler. C’est pourquoi je vous suggère de l’abaisser entre deux feuilles de papier parchemin et de vous aider des feuilles pour la déplacer ainsi que pour l’installer dans le moule à tarte.

Et vous, vous arrive-t-il de cuisiner deux plats similaires sur une courte période?

Le congélateur à la rescousse!

J’ai longtemps sous-estimé les congélateurs : omis, pour entreposer des glaces et des fruits surgelés, j’y mettais peu de choses. Après, j’ai acquis le réflexe d’y glisser diverses préparations et de faire des provisions dans lesquelles j’allais rarement piocher… J’ai même fait un inventaire qui est vite devenu désuet après un grand nettoyage de nos deux congélateurs (l’un encastré avec le réfrigérateur et l’autre que nous possédions avant de changer d’appartement). Bref, mes congélateurs recèlent toutes sortes de choses dont certaines ont sombrées dans l’oubli contrairement à d’autres. Une réorganisation s’impose, mais en attendant, je découvre le plaisir de sortir certains éléments selon les envies. Par exemple les pâtes à tarte, je ne voyais pas l’intérêt d’en faire congeler vue le peu de temps qu’il faut pour les préparer… Aujourd’hui, je peux vous dire que c’est beaucoup plus pratique qu’on le pense surtout lorsque notre temps pour cuisiner est limité. Envie d’une tarte? On sort la pâte la veille et on la laisse tranquillement décongeler au réfrigérateur. Le lendemain, il suffit d’abaisser la pâte, de la garnir et de la cuire.

Mais l’arme absolue qu’on devrait avoir en tout temps au congélateur : des biscuits prêts à cuire. Pour un cadeau d’hôte (ou d’hôtesse) de dernière minute, un dessert de semaine, une fringale en soirée irrépressible… toutes les raisons sont bonnes pour avoir en réserve de la pâte à biscuits au congélateur. Je vous propose ici la recette de Ricardo issue de son magazine volume 11, numéro 1.

Rouleaux de biscuits aux brisures de chocolat
Rouleaux de biscuits aux brisures de chocolat
Pour 24 biscuits (2 rouleaux de pâte)

1¼ tasse ou 160 g de farine
¼ de cuillère à thé de bicarbonate de soude ou de sodium
¾ de tasse ou 135 g de brisures de chocolat* (noir, au lait
  ou blanc)
½ tasse ou 110 g de beurre**, tempéré
1 tasse ou 200 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille
1 oeuf

Dans un bol, mélanger la farine et le bicarbonate de soude (ou de sodium). Ajouter les brisures de chocolat et réserver.

Dans un second bol, fouetter le beurre avec le sucre et l’extrait de vanille pendant 2 minutes. Ajouter l’oeuf et battre jusqu’à ce que la préparation soit homogène. À l’aide d’une spatule ou d’une cuillère en bois, incorporer le mélange de farine.

Découper deux morceaux de papier parchemin ou de papier d’aluminium d’environ 40 cm (16 pouces) de long. Sur un des papiers, verser la moitié de la pâte à biscuits. En s’aidant du papier, façonner un boudin de pâte d’environ 4 cm (1½ pouce) de diamètre. Fermer bien les extrémités du rouleau en les entortillant sur elle-même. Répéter l’opération avec le restant de pâte.

Déposer les rouleaux de pâte au congélateur pendant 2 heures (pour qu’ils soient ferme au touché) ou jusqu’à ce que l’envie de biscuits se fassent sentir.

Pour la cuisson au moment voulu, préchauffer le four à 180°C (350°F). Chemiser une plaque de cuisson de papier parchemin.

Déballer un rouleau de pâte à biscuits et le déposer sur une planche à découper. Couper des tranches d’environ 2 cm (¾ de pouce) d’épaisseur. Placer les biscuits sur la plaque de cuisson. Enfourner et cuire pendant 12 minutes ou jusqu’à ce qu’ils soient légèrement dorés. Laisser tiédir 5 minutes sur la plaque de cuisson avant de les déplacer. Il ne reste qu’à déguster ou à offrir.

*Il est possible d’utiliser du chocolat concassé ou des mini-brisures de chocolat.
**Pour cette recette vous pouvez utiliser du beurre salé. Si vous utilisez du beurre non salé, pensez à ajouter ¼ de cuillère à thé de sel, voire un peu plus.

Et vous, comment utilisez-vous votre congélateur?

Cerises qui déferlent

Ici, nous ne sommes pas vraiment des adeptes des cerises, donc on en consomme très peu. Il faut dire que j’ai appris à les aimer depuis que je vis en Suisse, mais je n’en suis pas pour autant friande. Je m’en passe facilement, mais à force de voir diverses recettes de cerises sur les blogs, je me dis qu’il faudrait que je vous en propose une avant que les cerises ne disparaissent des étalages.

Je vous présente donc une recette de gâteau Forêt-Noire en verrines. J’ai pris cette recette sur le site de Jasmine, Jasmine Cuisine.

Verrines gâteau Forêt-Noire
Verrines gâteau Forêt-Noire
Pour 8 personnes

Gâteau
120 g (4,25 onces) de chocolat noir à environ 55 % de cacao
½ tasse ou 125 g d’eau bouillante
4 oeufs
½ tasse ou 100 g de sucre
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 80 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ou de levure chimique
2 cuillères à soupe de fécule de maïs ou de maïzena

Cerises au Kirsch*
2 tasses ou 250 g de cerises noires dénoyautées
1½ tasse ou 375 g d’eau
1 tasse ou 200 g de sucre
½ tasse ou 125 g de Kirsch

Crème fouettée**
1½ tasse ou 375 g de crème à fouetter ou entière
⅓ de tasse ou 67 g de sucre
1 cuillère à thé d’extrait de vanille

Copeaux de chocolat pour décorer (facultatif)

Gâteau
Préchauffer le four à 180°C (350°F). Chemiser le fond d’un moule à charnière*** d’environ 23 cm (9 pouces) de diamètre de papier parchemin, puis beurrer et enfariner les parois.

Dans un bol, tamiser la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique) et la fécule de maïs (ou la maïzena). Réserver.

Hacher grossièrement le chocolat et le déposer dans un chaudron. Ajouter l’eau bouillante. Porter let tout à ébullition à feu doux en remuant continuellement. Quand l’ébullition est atteinte, poursuivre la cuisson pendant 5 minutes ou jusqu’à ce que le mélange épaississe et ait la consistance d’un pouding (ou d’une crème style Danette). Retirer du feu et laisser refroidir à température ambiante.

Dans un grand bol, fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange triple de volume, soit environ 10 minutes. À l’aide d’une spatule, ajouter en trois fois la préparation de farine en incorporant délicatement les poudres entre chaque ajout. Incorporer la préparation chocolatée toujours avec délicatesse. Verser la pâte dans le moule, enfourner et cuire pendant 35 minutes ou jusqu’à ce qu’un cure-dent inséré au centre du gâteau en ressorte propre. Laisser tiédir 10 minutes, puis démouler et laisser totalement refroidir.

Cerises au Kirsch
Dans un chaudron, déposer les cerises, le sucre et l’eau. Porter à ébullition et laisser mijoter doucement pendant 10 minutes. Retirer les cerises à l’aide d’une cuillère à trou et les déposer dans un bocal en verre muni d’un couvercle.

Poursuivre la cuisson du sirop en remuant régulièrement jusqu’à ce qu’il reste environ ½ tasse ou 125 ml. Ajouter le Kirsch et verser le sirop sur les cerises. Au besoin, ajouter du Kirsch pour que les cerises soient totalement immergées. Fermer le pot et laisser reposer pendant 12 heures à température ambiante.

Crème fouettée
Dans un bol, verser la crème, le sucre et la vanille, fouetter jusqu’à l’obtention de pics fermes quand on soulève le fouet. Pour facilité le dressage, déposer la crème chantilly dans une poche à pâtisserie.

Montage
Découper le gâteau en cubes de plus ou moins 2 cm (¾ de pouce) de côté. Déposer des cubes de gâteau dans les verrines, ajouter des cerises et de le crème fouettée. Répéter l’opération une seconde fois. Terminer les verrines en ajoutant des copeaux de chocolat ou une cerise fraîche. Réserver au réfrigérateur jusqu’au moment de la dégustation.

*Peut-être que vous aurez trop de cerises : conserver l’excédent au réfrigérateur.
**Il est rare que je me fie à une recette pour préparer la crème fouettée : j’y vais à l’oeil. Donc il est possible qu’il vous manque un peu de crème fouettée. Personnellement, je préfère en refaire plutôt que d’avoir un excédent.
***Si vous le désirez, vous pouvez cuire le gâteau sur une plaque de cuisson chemisée d’un papier parchemin. Le temps de cuisson sera beaucoup plus court.

Et vous, à quel point aimez-vous les cerises : un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout?

Je me suis fait avoir…

En débutant cette article, j’avais une idée d’introduction. Voyez-vous, je pensais avoir vu la recette que je vous propose à deux endroits différents. Après vérification, il ne s’agit pas de cette recette, mais d’une autre que je n’ai pas encore testée. Il faut dire qu’avec quelques mille recettes à expérimenter (Qui, oui, quelques mille!), il n’est pas étonnant de commettre ce genre d’erreur.

Aujourd’hui, je laisse tomber les fraises : je vous partagerais encore une ou deux recettes dans les prochains jours… histoire à suivre. Pour changer, je vous présente des biscuits à l’avoine, à la noix de coco et aux pépites de chocolat… D’un autre côté, ça ne change pas tant que ça puisque j’ai déjà une jolie collection de biscuits avec des pépites de chocolat. Cependant, il y a tellement de bonnes recettes de biscuits aux pépites de chocolat et de recettes à découvrir! Cette recette est issue du blog Cooking Classy de Jaclyn.

Biscuits à l'avoine, à la noix de coco et aux pépites de chocolat
Biscuits à l’avoine, à la noix de coco et aux pépites de chocolat
Pour 46 biscuits

1¾ tasse ou 210 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte (ou la levure chimique)
½ cuillère à thé de sel
1 tasse ou 220 g de beurre non salé
1¼ tasse ou 250 g de cassonade ou de sucre roux
½ tasse ou 100 g de sucre
2 oeufs
2 cuillères à soupe ou 30 g de lait
2 cuillères à thé d’extrait de vanille
3 tasses ou 375 g de flocons d’avoine
340 g (12 onces) de chocolat noir, haché
1⅓ tasse ou 160 g de noix de coco râpée
1 tasse ou 160 g d’amandes, hachées

Préchauffer le four à 190°C (375°F).

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte (ou la levure chimique), le sel, les flocons d’avoine, la noix de coco et les amandes.

Dans un autre bol, fouetter le beurre avec la cassonade (ou le sucre roux) et le sucre. Ajouter les oeufs un à un en mélangeant bien entre chaque addition. Ajouter le lait et l’extrait de vanille.

À l’aide d’une maryse ou d’une cuillère en bois, incorporer la préparation de farine et de flocons d’avoine. Ajouter les morceaux de chocolat.

Prélever environ 2 cuillères à soupe de pâte par biscuits et les déposer sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin ou légèrement beurrée. Enfourner et cuire 9 à 13 minutes ou jusqu’à ce que les biscuits soient légèrement dorés. Retirer les biscuits de la plaque de cuisson ou les déplacer sur une grille. Laisser refroidir. Répéter l’opération avec le restant de pâte.

Conserver les biscuits dans une boîte et déguster avec gourmandise.

Et vous, avez-vous une tonne de recettes à expérimenter?

Profiter de ses armoires…

La recette que je vous propose aujourd’hui est issue d’une suite de hasards. En fouillant de mon congélateur, je suis tombée sur plusieurs pâtes à tarte et j’ai décidé d’en sortir une. Le lendemain, voyant cette pâte à tarte prête à l’emploi, je me suis mise à la recherche d’une idée pour ne pas l’oublier. Je n’avais pas d’envie particulière ce qui rendait le choix encore plus difficile. Pendant que je tournais en rond, j’ai ouvert le tiroir contenant les plaques de chocolat et j’ai vu le gianduja. Personnellement, j’ai toujours de la difficulté à dénicher du gianduja et quand j’en trouve, je dévalise le commerce (j’exagère un peu beaucoup là). Ayant ces deux ingrédients sous la main, j’avais une base pour me lancer.

Le résultat est une tarte aux fraises et à la ganache au gianduja (à force de l’écrire, je ne vais plus oublier l’orthographe de ce mot) qui a ravi nos papilles. Pour la pâte à tarte et la ganache au gianduja, je me suis inspirée d’une recette tirée du livre Tartelettes! de Christophe Adam.

Tarte aux fraises et à la ganache au gianduja
Tarte aux fraises et à la ganache au gianduja
Pour * personnes

Pâte au cacao*
½ tasse et ½ cuillère à soupe ou 85 g de sucre glace
3½ cuillères à soupe ou 25 g de poudre d’amandes
½ tasse et 4 cuillères à thé ou 130 g de beurre non salé
  à température ambiante
¼ de cuillère à thé ou 2 g de sel
2 cuillères à thé ou 8 g de sucre vanillé**
1 oeuf
1⅔ tasse moins 2 cuillères à thé ou 195 g de farine
2 cuillères à soupe ou 15 g de cacao

Ganache gianduja
240 g (8,5 onces) de gianduja***
½ tasse moins 1 cuillère à soupe ou 110 g de crème à fouetter
  ou de crème entière
3 cuillères à soupe et 1 cuillère à thé ou 50 g de lait

Montage
1½ tasse ou 190 g de fraises****
1 tasse ou 250 g de crème à fouetter ou de crème entière, froide
3 cuillères à soupe ou 38 g de sucre
½ cuillère à thé d’extrait de vanille

Pâte au cacao
Dans un bol, mélanger le sucre glace, la poudre d’amandes, le sel, le sucre vanillé et le beurre jusqu’à ce que la préparation soit homogène. Incorporer l’oeuf. Tamiser la farine et le cacao sur la préparation et mélanger. Façonner un disque avec la pâte et l’emballer dans un film plastique. Réfrigérer la pâte environ 2 heures.

Préchauffer le four à 170°C (340°F).

Sur un plan de travail enfariné, abaisser la pâte sur une épaisseur d’environ 2 mm (⅛ de pouce). Déposer la pâte dans une assiette à tarte de 23 cm (9 pouces) de diamètre et la foncer. Avec une fourchette, piquer le fond de la tarte. Déposer une feuille de papier parchemin sur la pâte et garnir de légumineuses sèches, de noyaux d’abricots ou de billes en céramique. Enfourner et cuire pendant 8 minutes. Retirer le papier parchemin et les poids avant de poursuivre la cuisson pendant 3 à 5 minutes, jusqu’à ce que la croûte soit cuite. Laisser refroidir totalement.

Ganache gianduja
Hacher le gianduja et le déposer dans un bol.

Verser la crème et le lait dans un chaudron. Porter à ébullition. Retirer du feu et verser doucement sur le gianduja. Laisser reposer 1 minute avant de mélanger jusqu’à homogénéité. Verser la ganache sur la pâte à tarte. Réserver.

Montage
Laver, équeuter et couper en petits dés les fraises. Répartir les fraises sur la ganache au gianduja.

Dans un bol, fouetter la crème, le sucre et l’extrait de vanille jusqu’à la formation de pics fermes. Répartir sur la tarte. Réserver au réfrigérateur pendant 2 heures ou jusqu’à ce que la ganache soit bien prise avant de déguster.

*Il vous restera probablement de la pâte au cacao pour confectionner une plus petite tarte ou quelques tartelettes. Il est possible de congeler le surplus de pâte pour une utilisation ultérieure.
**Si vous n’avez pas de sucre vanillé, remplacez-le simplement par du sucre.
***Si vous ne trouvez pas de gianduja, remplacez-le en mélangeant 125 g (4,4 onces) de chocolat au lait et ½ tasse ou 125 g de purée (ou de beurre) de noisettes.
****Il est possible d’augmenter la quantité de fraises et d’en disposer quelques unes sur le dessus de la tarte.

Alors, que pensez-vous du mariage de la fraise et du gianduja?