Catégorie : Viandes

Ah, les opinions…

Il y a quelques jours, j’ai lu un article et ça m’a mise d’une humeur assez agressive. J’ai hésité à faire un billet d’humeur sur le sujet, mais ça me correspond pas. On lit tous des choses qui nous hérissent, qui manquent de nuance, de subjectivité et de recul. Bref, je n’ai pas à vous infliger ce qui m’a déplu et surtout, chacun perçoit les choses différemment. Par exemple, en écoutant un même son, nous l’interprèterons selon notre culture et notre environnement. Toutes les perceptions seront différentes, n’est-pas incroyable?

Aujourd’hui, je vous propose une recette terriblement simple et délicieuse. Il s’agit de kefta avec une petite sauce. J’ai servi ces keftas froids pour le 1er août, mais ils sont tout aussi bons chauds. J’ai pris cette recette sur le site de Trois fois par jour.

Kefta de boeuf, merguez et moutarde au miel
Kefta de boeuf, merguez et moutarde au miel
Pour 12 brochettes ou 4 personnes

227 g de boeuf haché
4 saucisses merguez douce ou piquante*
2 cuillères à soupe de miel
2 cuillères à soupe de moutarde jaune (préparée ou douce)
1 cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
1 cuillère à soupe de mayonnaise
1 cuillère à soupe de ciboulette ciselée
Sel et poivre

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un petit bol, mélanger le miel, les moutardes, la mayonnaise et la ciboulette. Réserver au réfrigérateur.

Retirer la chair des saucisses de leurs boyaux. Déposer la chair dans un bol et ajouter le boeuf haché. Saler légèrement et poivrer. Diviser la viande en 12 boulettes.

Glisser chaque boulette sur un pique à brochette et façonner la boulette pour lui donner une forme un peu plus allongée**. Déposer les brochettes sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin et enfourner pendant 20 minutes ou jusqu’à ce que la viande soit cuite. Déguster avec la moutarde au miel.

*Personnellement, je préfère utiliser des merguez piquantes. Vous pouvez également faire la recette avec d’autres saucisses. Comme le poids et la taille peuvent varier selon les saucisses employées, utilisez environ la même quantité de chair à saucisse que de viande hachée, soit 227 g.
**Cette étape est facultative, mais pour les déguster en apéro, c’est plus pratique.

Et vous, êtes-vous objectif ou subjectif?

Un peu d’information sur le menu

Je vais enfin vous parler des plats que j’ai réalisé pour le 1er août. Je commence par le plat dont mes invités m’ont le plus parlé : une terrine! Il y avait bien longtemps que je n’avais pas fait de terrine et en prime, j’ai acquis un hachoir à viande qui ne demandait qu’à être utilisé! J’ai été surprise par le succès de cette terrine : dans les années passées, j’en avais déjà réalisées et elles n’étaient jamais des plus populaires.

La recette que je vous propose fut créée en discutant avec mon chéri. Voici donc ma recette de terrine au chorizo et aux pistaches.

Terrine de porc au chorizo et aux pistaches
Terrine de porc au chorizo et aux pistaches
Pour 10 personnes

400 g de cou ou d’épaule de porc
200 g d’escalopes de porc*
1 cuillère à thé ou 6 g de sel
1 feuille de laurier
1 brindille de thym frais
½ tasse ou 125 g de vin blanc
1½ cuillère à soupe de cognac
1 échalote
½ cuillère à soupe de beurre
1½ cuillère à soupe de marsala**
1 oeuf
80 g de chorizo doux***
⅓ de tasse ou 45 g de pistaches non salées
Poivre

Couper les viandes de porc en cubes d’environ 1,5 à 2 cm (½ pouce). Déposer la viande dans un bol, ajouter le thym et le sel. Poivrer généreusement. Verser le vin et le cognac. Ajouter la feuille de laurier. Mélanger puis couvrir le bol d’une pellicule plastique et laisser mariner au réfrigérateur pendant 12 à 24 heures.

Hacher finement l’échalote. Dans une poêle, faire fondre le beurre. Ajouter l’échalote et la cuire jusqu’à ce qu’elle soit translucide. Déglacer avec le marsala et laisser réduire totalement. Retirer la préparation de la poêle et laisser refroidir.

Retirer la membrane du chorizo et le couper en cubes d’environ 1 cm (⅜ de pouce) de côté.

Préchauffer le four à 140°C (300°F).

Retirer la viande de la marinade, puis à l’aide d’un robot muni d’une lame (ou d’un hachoir à viande) hacher la viande en actionnant le robot par intermittence. Les morceaux de viande hachée doivent mesurer moins de 1 cm (⅜ de pouce). Déposer la viande hachée dans un bol, incorporer l’oeuf, l’échalote, le chorizo et les pistaches.

Déposer la préparation de viandes dans un moule à terrine ou un petit plat rectangulaire en pressant bien. Si désiré, décorer la terrine avec des tranches de chorizo et des pistaches. Placer la terrine dans un plat allant au four et verser de l’eau chaude jusqu’au deux tiers de la hauteur du moule. Enfourner et cuire pendant 90 minutes ou jusqu’à ce qu’un thermomètre inséré au centre de la terrine atteigne 75°C (167°F).

Quand la terrine est cuite, la sortir du four et la retirer du bain-marie. Laisser tiédir pendant 10 à 15 minutes. Égoutter le liquide dans lequel baigne la terrine (ce liquide est principalement composé de gras). Déposer ensuite une petite planchette (ou un morceau de carton rigide) de la forme du moule et recouvert de papier d’aluminium sur la terrine. Installer un poids pour presser la terrine et l’entreposer au réfrigérateur pendant 24 à 48 heures avant de la consommer. Cette terrine se conserve pendant une semaine au réfrigérateur. Déguster avec plaisir.

*J’ai utilisé des escalopes de porc parce que je cherchais une viande de porc qui ne soit pas trop grasse et qui soit économique. Cependant, vous pouvez remplacer les escalopes de porc par 200 g d’épaule de porc.
**Si vous n’avez pas de marsala, remplacez-le par du cognac.
***La quantité est à titre indicatif : vous pouvez en mettre plus ou moins. Il est également possible de prendre du chorizo piquant.

Pour les viandes, j’avais aussi préparé un smoked meat de canard, du foie gras (un à la malvoisie et l’autre à l’abricotine) et une autre recette à vous faire découvrir…

Vraiment petite…

Un peu au dernier instant, nous avons décidé d’aller nous promener et de faire un pique-nique. Pour compléter notre repas, je me suis arrêtée dans une boulangerie pour prendre du pain. Mon nez dépassant à peine du comptoire, j’ai eu droit à du « mademoiselle ». Ça m’a fait bizarre, je croyais avoir dépassé ce stade. Il faut dire que la dame a dû voir bien des gens défiler ce matin et ma petite taille ne l’a sans doute pas aidé. Comme je ne vais probablement pas prendre de centimètre dans les prochaines années, il ne me reste qu’à voir jusqu’à quel âge je vais avoir droit à du « mademoiselle ».

Aujourd’hui, je vous propose l’autre recette de tartare qui nous avait bien plu. Cette recette est également tirée du livre Tartare à la maison de Geneviève Everell.

Tartare comme un chili ou chili cru
Tartare comme un chili ou chili cru
Pour 2 personnes

250 g de boeuf (une pièce de viande tendre)*
⅓ de tasse ou 50 g de noix du brésil ou de noisettes
  hachées**
3 brins de ciboulette
½ cuillère à thé de poudre de chili
½ cuillère à soupe d’huile de noisette ou d’olive
1 cuillère à soupe de mayonnaise épicée***
½ cuillère à soupe de jus de citron
Sel et poivre

Ciseler la ciboulette.

Dans un bol, mélanger les noix du Brésil (ou les noisettes), la ciboulette, la poudre de chili, l’huile de noisette (ou d’olive), la mayonnaise épicée et le jus de citron. Réserver au frais.

Couper la viande en petits cubes (moins de 5 mm de côté). S’il fait chaud ou s’il vous faut du temps pour couper la viande, préparer un bol contenant des glaçons et déposer un second bol sur les glaçons. Déposer au fur et à mesure la viande découpée dans ce bain-marie glacé.

Ajouter le boeuf coupé à la préparation réservée au réfrigérateur et mélanger. Saler et poivrer au goût. Servir et déguster avec plaisir sur du pain grillé ou avec des frites, si possible, allumettes.

*Choisissez une pièce de viande tendre et sans nerfs comme un steak, de la bavette, de l’intérieur de ronde ou une viande à grillade.
**Vous pouvez réserver une partie des noix du Brésil ou des noisettes pour les déposer sur le tartare au avant de servir.
***Pour obtenir une mayonnaise épicée, vous pouvez mélanger 1 cuillère à soupe de mayonnaise avec quelques gouttes de sauce piquante (sriracha, tabasco, etc.) et une goutte de miel.

La semaine prochaine, je vais commencer à vous embêter avec des plats que j’ai préparés pour le 1er août!

Encore du salé…

Ma logique voudrait que je vous propose une recette sucrée, mais j’ai plutôt envie de partager avec vous une recette salée : un tartare! Personnellement, je préfère les tartares de viande. Il faut dire que j’ai eu quelques difficultés avec le poisson cru alors que j’ai spécifié que le poisson serait mangé cru! Disons qu’il y a une grande enseigne en Suisse où je ne prendrais plus jamais de poisson : oui, j’ai eu deux fois des soucis avec la même enseigne dans deux établissements différents. Pourtant, je sais que les gens sont souvent plus craintifs avec les tartares de viande, mais dans mon cas, je n’ai jamais eu de mauvaise surprise avec ceux-ci.

La recette que je vous propose est un tartare classique qui peut rappeler par les ingrédients celui de Monsieur. Cependant à la dégustation, nous avons deux résultats dissemblables et je trouve ça fascinant. La recette que je vous propose est tirée du livre Tartare à la maison de Geneviève Everell (merci à mes parents pour ce délicieux livre… je crois que je vais craquer pour ses autres ouvrages).

Tartare classique de boeuf de Geneviève Everell
Tartare classique de boeuf de Geneviève Everell
Pour 4 personnes

500 g de filet mignon de boeuf*
5 petits cornichons à l’aneth**
1 cuillère à soupe de câpres
2 oignons verts ou cébettes***
6 brins de ciboulette ciselés
1 cuillère à soupe de feuilles de céleri ciselées
  ou ¼ de cuillère à thé de sel de céleri
1 cuillère à soupe de jus de citron
2 cuillères à thé de sauce Worcestershire
1 cuillère à thé de moutarde de Dijon
½ cuillère à thé de mayonnaise
2 cuillères à thé de ketchup
1 jaune d’oeuf
Sel et poivre

Couper les cornichons en petits dés, hacher les câpres et ciseler les oignons verts. Déposer ces ingrédients dans un bol. Ajouter la ciboulette, les feuilles de céleri (ou le sel de céleri), le jus de citron, la sauce Worcestershire, la moutarde de Dijon, la mayonnaise, le ketchup et le jaune d’oeuf. Mélanger et réserver au frais.

Couper la viande en petits cubes (moins de 5 mm de côté). S’il fait chaud ou s’il vous faut du temps pour couper la viande, préparer un bol contenant des glaçons et déposer un second bol sur les glaçons. Déposer au fur et à mesure la viande découpée dans ce bain-marie glacé.

Ajouter le boeuf coupé à la préparation réservée au réfrigérateur et mélanger. Saler et poivrer au goût. Servir et déguster avec plaisir sur du pain grillé ou avec des frites, si possible, allumettes.

*Choisissez une pièce de viande tendre et sans nerfs comme un steak, de l’intérieur de ronde ou une viande à grillade. J’avoue, je prends rarement du filet mignon de boeuf pour faire un tartare.
**Dans mon réfrigérateur, il n’y a jamais de cornichons : je n’aime pas ça… Il faudrait que je teste à nouveau, mais j’ai beaucoup de mal avec l’odeur et les légumes marinés au vinaigre.
***Je n’avais pas lu la recette avant d’aller faire mes courses de la fin de semaine, donc j’ai également omis les oignons verts. C’était tout de même délicieux!

En regardant mon index des recettes, je suis surprise qu’il n’y en ait pas plus : nous avons testé beaucoup de recettes de tartare!

Quoi faire?

Quand je vois certaines promotions à l’épicerie, il ne faut pas longtemps pour que le produit s’ajoute à mon panier. C’est ce qui m’est arrivé en passant devant le rayon des viandes : le veau était en action (ou en spécial)! Je n’ai pas réfléchi une seconde à comment j’allais le cuisiner…

L’heure du repas approchant, j’ai finalement décidé d’improviser. Le résultat nous a beaucoup plus et c’est pourquoi je me suis empressé de noter la recette pour la refaire à la prochaine action. Voici donc une recette de filet de veau moutardé accompagné d’une sauce au marsala.

Filet de veau moutardé et sauce au marsala
Filet de veau moutardé et sauce au marsala
Pour 4 personnes

500 g de filet de veau
1 cuillère à soupe d’huile végétale
1 cuillère à soupe de beurre
1 cuillère à soupe de moutarde de Dijon
1 cuillère à soupe de miel
1 oignon
½ tasse ou 125 g de marsala
2 cuillères à thé de moutarde à l’ancienne
¼ de cuillère à thé de sauce Worcestershire
1 tasse ou 250 g de bouillon de poulet
¼ de tasse ou 60 g de crème
1 cuillère à thé de fécule de maïs
½ cuillère à thé d’un mélange d’herbes séchées*
  de votre choix
Sel et poivre

Préchauffer le four à 180°C (350°F).

Dans un petit bol, mélanger la moutarde de Dijon et le miel**. Ciseler l’oignon en demi-rondelles. Réserver.

Dans une poêle, verser l’huile et ajouter la moitié du beurre. Quand les corps gras sont bien chaud, saler et poivrer la viande avant de la faire saisir de tous les côtés. Quand la viande est dorée de toutes parts, la retirer de la poêle et la déposer dans un plat de cuisson allant au four. Badigeonner la viande avec le mélange de moutarde et de miel. Enfourner et cuire pendant 30 minutes.

Dans la poêle qui a servi à saisir la viande, ajouter le restant de beurre et l’oignon. Faire revenir l’oignon jusqu’à ce qu’il soit doré. Déglacer avec le marsala. Ajouter le restant de moutarde mélangé au miel, la moutarde à l’ancienne et la sauce Worcestershire. Laisser réduire de moitié.

Ajouter le bouillon de poulet et laisser réduire d’un tiers. Délayer la fécule de maïs dans la crème et l’incorporer à la sauce. Ajouter les herbes séchées, poivrer généreusement et saler, au goût.

Sortir la viande du four, la déposer sur une assiette et la recouvrir d’un papier d’aluminium. Laisser la viande reposer pendant au moins 5 minutes. Après ce temps d’attente, trancher le filet de veau et le servir nappé de sauce. Déguster avec plaisir.

*J’ai pris un mélange du commerce contenant : du thym, du basilic, de la sarriette, du romarin, de la livèche, de la sauge, de l’estragon et de la marjolaine.
**Moi, j’ai utilisé une moutarde du commerce qui était déjà mélangée avec du miel.

Et vous, quels produits en action ne vous laissent pas indifférent?