Catégorie : Viandes

Des photos pas top…

J’ai constitué une jolie réserve de photos de recette. Malheureusement, la réussite n’est pas toujours au rendez-vous : prise trop vite, mauvaise lumière, distraction de la photographe, etc. Il est tellement facile de rater des photos. Après vient toujours l’hésitation : est-ce que j’utilise telle ou telle photo? Je sais que je me suis améliorée depuis le début de mon blog, mais je suis encore bien loin d’avoir une maîtrise de mon appareil. Ça m’enrage un peu quand je veux vous présenter une recette, mais que les photos ne sont pas à mon goût. Souvent, je laisse tomber et je vous propose une autre recette, mais certaines recettes me font hésiter.

Aujourd’hui, c’est le cas : je n’aime pas mes photos, mais j’ai vraiment un agréable souvenir de cette recette. Je vous propose donc une recette de côtelettes d’agneau. J’ai déniché cette recette sur le site de Sandra, Cuisine Addict.

Côtelettes d'agneau à la moutarde et aux herbes
Côtelettes d’agneau à la moutarde et aux herbes
Pour 4 personnes

12 côtelettes d’agneau
1⅔ tasse ou 200 g de chapelure
1 citron ou 2 limes pour le zeste
1 cuillère à soupe d’herbes fraîches ciselées (ciboulette,
  basilic, romarin, persil, menthe, etc.)
3 cuillères à soupe de farine
3 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
1½ cuillère à soupe de miel
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
Sel et poivre

Dans un petit bol, mélanger la moutarde et le miel.

Dans un second bol, mélanger la chapelure, le zeste de citron (ou des limes) et les herbes fraîches. Saler et poivrer au goût.

Verser la farine dans une assiette. Enfariner les côtelettes d’agneau en veillant à retirer l’excédent de farine. Badigeonner chaque côtelettes avec le mélange de moutarde et de miel, puis les enrober avec la chapelure aux herbes. Réserver au frais pendant 30 minutes*.

Dans une poêle, chauffer l’huile. Quand le corps gras est bien chaud, cuire les côtelettes pendant 2 à 3 minutes de chaque côté. Servir et déguster avec plaisir.

*Il est possible d’omettre cette étape.

Et vous, comment vous en tirez-vous en photographie?

Journal, télévision ou fenêtre?

Depuis quelques temps, j’ai arrêté de consulter les prévisions météorologiques. Je me contente bien souvent de vérifier la température actuelle. Voyez-vous, je me suis fais prendre à quelques reprises où l’on annonçait des précipitations en fin de matinée. C’est dans ces cas qu’on se rend compte que la notion de fin de matinée n’est pas la même pour tout le monde. Bref, je suis revenue à la bonne vieille méthode de la fenêtre : regarder dehors avant d’y mettre son nez. Cette façon de faire à tout de même un inconvénient : on vit au jour le jour et après une semaine de beau temps, on ne s’imagine pas qu’il peut y avoir un retour de froid. Vendredi dernier, j’ai pu mettre mes sandales! Je sais que ce n’est même pas imaginable au Québec où l’hiver semble s’éterniser; garder courage, derrière le froid, le soleil brille toujours. Et aujourd’hui, la neige virevoltait dans les plaines… D’accord, elle ne s’est pas vraiment établie, mais cette température imprévisible risque de priver quelques agriculteurs d’une bonne nuit de sommeil.

Quand dame nature fait des caprices, une des meilleures choses à faire est de cuisiner. De ce côté, j’ai beaucoup de projets et peu de concrétisations, alors autant mettre ce mauvais temps à profit. Aujourd’hui, je vous propose une recette de médaillons de porc accompagnés d’une sauce aux champignons. J’ai pris cette recette originaire du canton de Berne dans le livre Cuisine suisse de Betty Bossi.

Filet de porc Lisi Ziberlihoger
Filet de porc Lisi Ziberlihoger
Médaillons de porc sauce aux champignons et nouilles aux herbes

Pour 4 personnes

Médaillons de porc
1 filet de porc d’environ 450 g
2 cuillères à soupe de beurre
1 cuillère à soupe de farine
8 à 10 champignons blancs
1 petit oignon
½ tasse ou 125 g de bouillon de boeuf
½ tasse ou 125 g de crème à cuisson ou entière
2 cuillères à soupe de Cognac
1 cuillère à soupe de fécule de maïs ou de maïzena
Sel et poivre

Nouilles de Lisi
2 cuillères à soupe de beurre tempéré
1 petite échalote*
1 cuillère à soupe de persil frais
1 cuillère à thé d’estragon** frais
1 cuillère à thé de moutarde au choix***
1 cuillère à thé de jus de citron
¼ de cuillère à thé de sel
4 portions ou 300 g de nouilles ou de pâtes longues
Poivre

Médaillons de porc
Préchauffer le four à 60°C (140°F).

Laver et tailler les champignons en tranches. Hacher finement l’oignon.

Couper le filet de porc en tranches d’environ 2 cm (1 pouce) d’épaisseur. Rouler les médaillons de porc dans la farine. Réserver.

Dans une poêle, faire fondre le beurre. Quand le beurre cesse de crépiter, déposer la moitié des médaillons de porc. Cuire la viande pendant 2 à 3 minutes de chaque côté. Saler et poivrer la viande. Répéter l’opération avec l’autre partie de la viande. Déposer la viande dans un plat et réserver dans le four chaud.

Dans la même poêle, ajouter les champignons et l’oignon. Au besoin, ajouter un peu de beurre. Faire revenir les légumes pendant 3 minutes. Mouiller avec le bouillon de boeuf, la crème et le Cognac. Porter à ébullition, réduire le feu et laisser mijoter pendant 10 minutes. Saler et poivrer. Délayer la fécule de maïs (ou la maïzena) dans un peu d’eau et l’ajouter à la sauce. Poursuivre la cuisson pendant 1 minute puis réserver au chaud.

Nouilles de Lisi
Hacher très finement l’échalote, le persil et l’estragon.

Dans un bol, mélanger le beurre avec l’échalote, le persil, l’estragon, la moutarde, le jus de citron et le sel. Poivrer au goût et réserver.

Cuire les nouilles (ou les pâtes) dans un grand volume d’eau salée selon les indications du fabricant. Égoutter les nouilles et y ajouter le beurre aromatisé.

Servir les médaillons de porc nappés de sauce et accompagner des nouilles aux herbes.

*Vous pouvez également utiliser le quart d’un oignon.
**Il est possible de remplacer l’estragon par une autre herbe : ciboulettes, coriandre, basilic, etc.
***La recette suggère de la moutarde mi-forte. N’en ayant jamais vu au Québec, je vous propose d’utiliser de la moutarde à l’ancienne ou un mélange de moutarde jaune (douce, anglais, etc.) et de moutarde de Dijon.

Et vous, consultez-vous les informations météorologiques?

Rattraper…

Ce matin, il m’est arrivé quelque chose d’inhabituel : j’étais épuisée! Je n’arrivais pas à sortir de ma léthargie comme si j’avais subi un énorme décalage horaire… Pourtant, le changement d’heure n’a pas encore eu lieu de ce côté de l’Atlantique. Cependant, j’ai rapidement compris la provenance de cette fatigue : cette semaine, je me suis réveillée une heure plutôt tous les matins et le soir, je n’arrivais pas à m’endormir à des heures raisonnables. Ce contre coup était prévisible, mais en me frappant aujourd’hui plutôt que samedi, la claque fût des plus désastreuses.

Ce soir, j’ai bien l’intention de ne pas trop traîner et de me plonger entre mes couvertures avec un grand plaisir… et peut-être même de répéter l’expérience pendant quelques jours. Avant de vous laisser, je vous propose une recette de rôti de boeuf à l’échalote. J’ai pris cette recette sur le site de L’Épicerie.

Rôti de boeuf à l'échalote
Rôti de boeuf à l’échalote
Pour 4 personnes

500 g de filet de boeuf ou de rôti d’intérieur de ronde
1 cuillère à soupe d’huile végétale
3 cuillères à soupe ou 40 g de beurre
3 échalotes
⅔ de tasse ou 160 ml de vin rouge
Moutarde en poudre au goût (facultatif)
Sel et poivre

Préchauffer le four à 165°C (330°F).

Ciseler les échalotes et réserver.

Saupoudrer la viande de moutarde, poivrer et saler*.

Dans une poêle ou un chaudron allant au four, chauffer l’huile avec 2 cuillères à soupe ou 26 g de beurre. Quand le beurre arrête de crépiter (ou de changer), déposer le rôti et le saisir de tous les côtés. Enfourner et cuire pendant 22 minutes**.

Retirer le rôti du plat de cuisson, couvrir le rôti d’un papier d’aluminium et laisser la viande reposer pendant 10 minutes.

Déposer le plat de cuisson sur le feu et chauffer quelques secondes. Ajouter les échalotes et les faire revenir jusqu’à ce qu’elles soient translucides. Si désiré, enlever l’excédent de gras. Déglacer avec le vin rouge et laisser réduire jusqu’à la texture soit sirupeuse. Retirer la sauce du feu et ajouter le beurre en brassant continuellement jusqu’à ce qu’il soit totalement fondu.

Découper le rôti en fines tranches et napper de sauce pour servir. Déguster avec plaisir.

*Saler la viande au dernier moment, juste avant de la déposer dans la poêle.
**Vous pouvez doubler la recette sans problème. Compter 20 minutes de cuisson par livre de viande ou 44 minutes par kilogramme de viande.

Observation sur la planification

Aujourd’hui, j’ai envie de faire un petit retour sur ma planification hebdomadaire des repas. Depuis quatre semaines, je m’applique à remplir un tableau d’idée repas. Au début, j’ai eu un peu de mal à m’y mettre, mais depuis quelques temps, j’ai mis au point un tableau qui me convient parfaitement. Je constate que la tâche n’est pas très difficile : le vendredi est le jour du poisson, alors même s’il n’y a pas de recette pré-déterminée, je sais ce que je dois prendre aux courses et ce que nous allons manger. De plus, le cas du jeudi est aussi réglé facilement : chacun planifie son menu. Il ne me reste qu’à prévoir trois repas en début de semaine et attendre au mardi pour voir les promotions et déterminer les repas de la fin de semaine.

Je constate que j’ai une meilleure gestion des restes (bien qu’en général, j’essaie de ne pas faire plus que nécessaire) et que l’organisation pour le souper est plus simple. De surcroit, j’ai pu essayer de nouvelles recettes qui se sont révélées grandement gourmandes, même si j’avais quelques réserves à leur lecture. Même mon chéri a remarqué le changement : je lui demande plus rarement ce qu’il voudrait manger…

Pour la recette du jour, je vous propose un plat de boulettes de porc aigre-douces. Cette recette est tirée du livre de Lorraine Pascale : Fast, Fresh and Easy Food.

Boulettes aigre-douces de porc
Boulettes de porc aigre-douces
Pour 4 personnes

400 g de saucisses aux herbes*
½ tasse et 2 cuillères à soupe ou 75 g de chapelure
1 oeuf
1 gousse d’ail
1 piment rouge**
1 boîte d’ananas en morceau d’environ 398 ml ou 425 g***
5 cuillères à soupe ou 75 g de ketchup
5 cuillères à soupe ou 75 g de vinaigre balsamique
2 à 3 cuillères à soupe de miel
1 lime****
1 cuillère à soupe d’huile végétale
Sel et poivre

Hacher finement l’ail. Couper le piment en deux, retirer les graines et le découper en fines tranches.

Retirer la chair des saucisses de leurs boyaux et la déposer dans un bol. Ajouter la chapelure et l’oeuf. Saler et poivrer. Mélanger jusqu’à ce que les ingrédients soient répartis uniformément. Façonner des boulettes d’environ 3 cm (1¼ pouce) de diamètre.

Verser l’huile dans une poêle et faire chauffer. Quand l’huile est assez chaude, ajouter les boulettes et les faire cuire environ 8 minutes en les retournant pour que tous les côtés soient joliment dorés.

Quand les boulettes sont colorées de toutes parts, ajouter l’ail et le piment. Poursuivre la cuisson de 1 à 2 minutes.

Déglacer avec le jus d’ananas et les morceaux d’ananas*****. Ajouter le ketchup, le vinaigre balsamique, le miel et le jus de la lime. Laisser mijoter pendant 8 minutes. Quand la sauce à bien épaissi, rectifier l’assaisonnement et servir avec du riz.

*Je n’ai pas trouvé de saucisses aux herbes, alors j’ai ajouté 2 cuillères à thé d’un mélange d’herbes séchées : herbes de Provence, basilic, persil, origan, thym, sauge, etc.
**Vous pouvez remplacer le piment par un piment séché ou par ½ à 1 cuillère à thé d’une pâte de piment de votre choix (sambal oelek, tabasco, sriracha, harissa, etc.).
***Si vous avez une boîte de rondelles d’ananas, coupez-les en morceaux selon votre envie.
****Goûtez la sauce avant d’ajouter le jus de lime ou diminuer la quantité de vinaigre balsamique : avec la quantité de vinaigre proposée, je trouvais la sauce assez acide sans l’ajout de la lime.
*****Pour un résultat moins sucré, vous pouvez ajouter que la moitié de l’ananas.

Et vous, comment vous en sortez-vous avez la gestion de vos repas?

Ailleurs…

Où ai-je la tête? J’ai beau avoir songé plusieurs fois à mon article aujourd’hui, il a fallu l’intervention de mon chéri pour que je ne l’oublie pas… Oui, j’envisageais une autre activité et ce dimanche, je me suis encore laissée absorber par de la lecture. Quand je vous dis qu’il ne faut pas me mettre un livre entre les mains.

En attendant que je mette un peu plus de temps sur mon blog (surtout le dimanche), je vous propose une recette simple, simple, simple : un rôti de porc. Cette recette est tirée du magazine Ricardo volume 10, numéro 3.

Rôti de porc
Rôti de porc
Pour 4 personnes

1 cuillère à thé de paprika
½ cuillère à thé de sel
½ cuillère à thé de poivre moulu
1 rôti de longe* de porc d’environ 675 g

Préchauffer le four à 260°C (500°F).

Dans un bol, mélanger le paprika, le sel et le poivre.

Dans un plat de cuisson allant au four, déposer le rôti de longe de porc. Saupoudrer la viande avec le mélange d’épices et frotter avec les mains pour répartir les épices sur tous les côtés du rôti. Enfourner et cuire pendant 15 minutes.

Après les 15 minutes de cuisson, réduire la température du four à 180°C (350°F). Poursuivre la cuisson pendant 15 minutes. Sortir le rôti du four et le couvrir de papier d’aluminium. Laisser la viande reposer pendant 15 minutes. Trancher finement la viande et servir avec le jus de cuisson.

*En Suisse, la longe de porc se retrouve plutôt sous le nom de « filet de porc ».

Et vous, où avez-vous la tête en ce dimanche?